Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Ésotérisme en France entre xixe et xxe siècle

Péladan et sa Rose-Croix : échec ou malentendu ?

Essai de réhabilitation

Marie-Françoise Melmoux-Montaubin

Résumé

Starting from a fact : the failure of Peladan's rosicrucian movement, this paper aims to study its nature in the very area where it arose - namely in the philosophical and more particulary the novelistic work of Peladan the Sâr. This interpretation, concentrates mainly on the basic incapacity to achieve concrete results. A more objective view of the failure referred to above will thus be given. It would seem that Peladan's Order should be seen as an ill-conceived creation based on a misunderstanding, its mistake consisting mainly in having taken itself seriously. In the last resort, it can only be judged fairly within its actual framework - that is literature.

Texte intégral

  • 1 La première attestation de ce titre se trouve, semble-t-il, dans Le Salon de Joséphin Peladan, neuv (...)
  • 2 Sur l'histoire de l'Ordre, voir Gérard Galtier, Maçonnerie égyptienne, Rose-Croix et Néo-Chevalerie (...)
  • 3 Léonce de Larmandie, L'entracte idéal, histoire de la Rose-Croix, Paris, Bibliothèque Chacornac, 19 (...)
  • 4 Sâr Hiéronymus, Cf. Emile Dantinne, L'Œuvre et la pensée de Peladan, La philosophie rosicrucienne, (...)

1Réhabiliter le Sâr ? Entreprise téméraire, tant son échec semble clair. Certes, Péladan bénéficia d'une autorité réelle, succès de scandale habilement alimenté par l'extravagance de ses costumes et la magnificence de sa barbe assyrienne, entretenu par une extraordinaire photogénie de cabotin autant que par le sens très sûr de la publicité que révèlent les premières années de sa vie publique. D'un audacieux coup de baguette magique, un obscur Joséphin Péladan se métamorphosa un jour en Sâr Mérodack1, et la liste serait longue qui jalonne de coups d'éclat la carrière du Maître. Ses folies, faut-il le préciser, ont une signification ésotérique. A l'heure où tout soupçon d'occultisme, voire de satanisme, assure une renommée au moins éphémère, la Rose-Croix qu'il institue se distingue, ne serait-ce que par son parcours chaotique : ne fut-elle pas successivement kabbalistique – mais elle portait alors la marque de Guaïta – avant de devenir, avec quel panache, catholique, pour prendre bien vite et de manière plus durable l'épithète d'esthétique, qui lui confère un semblant d'originalité parmi ses sœurs en mystère2 ? On vit alors de fastueux salons où se pressait, curieux, le Tout-Paris3. Vitalité trompeuse, gloire d'un seul instant : l'Ordre, dès 1897, rentre en sommeil et le Sâr se retire pour mourir, isolé, en 1918. La Rose-Croix a poursuivi son chemin : mais quelle place reconnaît-elle à Péladan ? L'AMORC l'a abandonné ; si la Belgique longtemps se réclama de lui, sous l'égide de son disciple et biographe Sâr Hiéronymus, la lecture de l'œuvre de ce dernier dévoile bientôt l'ampleur des trahisons dont est victime la doctrine4. La Revue des études péladanes en France ne fit paraître que quelques numéros : encore était-elle tout entière supportée par la foi d'un homme ; Jean-Pierre Bonnerot, qui voulait, projet dont nous nous souvenons ici, rétablir une Rose-Croix proprement péladane, à partir de l'initiation contenue clans les romans. De la Rose du Sâr, constat cruel, il ne reste aujourd'hui rien, ou si peu.

2Mais avait-elle réellement vocation à se réaliser ? Interrogation paradoxale, certes, si l'on évoque les efforts déployés par Péladan. Peut-être pourtant ne lutte-t-on jamais si bien que pour ses chimères. L'examen de l'esprit dans lequel l'Ordre fut conçu a été éludé toujours, au profit d'une étude de sa mise en place et de son activité, démarche plus objective peut-être, plus scientifique et historique... qui présentait aussi l'insigne avantage de dispenser de lire l'œuvre élaborée par le Sâr. Car, polygraphe intarissable, Péladan a voué toute sa création à la Rose-Croix. A côté des traités dont la stricte orthodoxie rosicrucienne est affirmée, théories esthétiques ou philosophiques, la trentaine de romans, dont l'essentiel compose le vaste cycle de la Décadence latine retiendra notre attention : antérieurs aux premiers balbutiements de l'Ordre, ils présentent au lecteur la Rose péladane et son histoire, en un parcours fatal au fil duquel se dessine et s'explique l'aporie du mouvement, dans sa double aspiration de rempart magique de la Croix et d'exaltation esthétique de la Rose.

  • 5 Comment on devient mage, Paris, Chamuel, 1892, « Au jeune homme contemporain·, p. XIX : « J’ai révé (...)
  • 6 Ibid., p. 32 : « La personnalité humaine, pour mes ancêtres, se prismait en sept astralités, chacun (...)
  • 7 Curieuse ! Ethopée, t. II, Genève, Reprint Slatkine, 1979, p. 311 : « Sorcière, imbécile, tu n'as d (...)

3La portée initiatique des romans, confirmée par l'auteur5, est attestée par l'organisation de l'œuvre autour de chiffres symboliques et toujours repris : trois cycles, de sept volumes chacun. A ce septénaire structurel fait écho l'association que forment les héros, sept Mages aux noms étranges, correspondant aux sept astralités kaldéennes6. Explicitement présentés dès 1885 comme affiliés à un ordre occulte et puissant, la Rose-Croix7, ils confèrent à l'Ethopée une touche particulière, entre didactisme et rocambolesque. Le Mage a en effet pour mission première de défendre par ses discours une doctrine rosicrucienne qui se constitue et se précise : mais la transmission de l'idéologie requiert parfois un soutien logistique, fourni par les aventures fabuleuses dans lesquelles brille le héros. Deus ex machina, tantôt magnétiseur, tantôt chimiste de génie ou simplement devin, il accrédite par ses succès son pouvoir et la justesse de ses propos.

  • 8 Comment on devient Mage, op. cit., Avant-propos, p. XVIII-XIX : « Par mon père, le chevalier Adrien (...)
  • 9 Curieuse !, op. cit., p. 79.
  • 10 Le dernier Bourbon, Ethopée, t. 12, Paris, Chamuel, 1894.
  • 11 Finis latinorum, Ethopée, t. 13, Paris, Flammarion, 1899.
  • 12 Ibid., p. 165.
  • 13 La Vertu suprême, Ethopée, t. 14, Paris, Flammarion, 1900.
  • 14 La Torche renversée, Ethopée, t. 21, Paris, Editions du monde moderne, 1925.
  • 15 Pereat ! Ethopée, t. 15, Paris, Flammarion, 1901 : « Le devoir de l'écrivain n'est-il pas de se ren (...)

4Si la philosophie de l'Ordre traverse ainsi la Décadence latine, trois romans récapitulent plus précisément l'aventure péladane, pour rappeler après coup ce qu'elle a été et expliquer par là les vicissitudes qu'a pu connaître l'organisation. Les volumes 12, 13 et 14 de l'Ethopée réunissent les mages dans une triple tentative de réalisation, qui se solde par un triple échec, mimétique des déceptions éprouvées par le Sâr. Réactionnaire comme le fut la Néo-Templerie des Genoude et Lourdoueix dont Péladan se réclame8, l'Ordre prend position dans les conflits politico-religieux qui animent la fin de siècle. Contre le « démon-démocrate9 » et la République athée et sacrilège, il appelle de ses vœux une restauration monarchique et se prononce pour une théocratie. A l'heure où le gouvernement de la République expulse les religieux, les mages du Dernier Bourbon10 tentent de fomenter dans le midi une révolte des catholiques français. Résultat mitigé, qui souligne les carences du siècle : après une belle résistance, les abbés de Frigolet se rendent ; le prétendant au trône, Henri V, meurt après avoir fait preuve de son incapacité ; la restauration monarchique et catholique s'avère impossible. Finis latinorum11 oriente la Rose-Croix vers une vocation plus spécifiquement religieuse, puisqu'il s'agit pour les mages de permettre l'élection au pontificat du Cardinal de leur choix : mais leur candidat meurt, assassiné par les manœuvres de Jésuites qu'ils n'ont pas su contrecarrer ; pire encore, Léon XIII, pape alors en place, a beau n'être qu'un « cadavre ressuscité », « auguste cadavre »12, il a encore une longue vie devant lui. D'une conjuration inutile... Le dernier volume du septénaire13 se fait l'écho de cet échec. En l'absence des mages toujours à Rome, une nouvelle génération se lève, porteuse d'un séduisant projet : la constitution d'un Ordre esthétique. Rêve d'une apothéose rosicrucienne, le roman se ferme sur une dramatique dissolution de l'Ordre, Mérodack, le Maître, part seul, abandonné de ses pairs. Désormais la Rose ne se réunira plus : les mages mêmes disparaîtront. A peine retrouve-t-on dans le dernier tome14 Mérodack, vestige d'un idéal trop cher à Péladan pour qu'il s'en détache pleinement. Au tournant du siècle pourtant, il renouvelle son inspiration15. Dans ce parcours romanesque, la Rose-Croix s'est vue trois fois condamnée, comme démarche politique sans suite, conspiration catholique sans effet, projet esthétique avorté sitôt que conçu. Triple reniement de valeur symbolique lui aussi, qui dépouille la Rose péladane de sa Croix, avant de lui retirer sa fleur même.

5L'effondrement, à en croire Péladan, tiendrait aux circonstances. Volume après volume, l'œuvre répète, inlassable, un même message, amer constat : Finis latinorum, décadence latine ! dans cette agonie l'Ordre ne trouve pas le soutien qu'il pourrait espérer. Religieux et monarchistes sont les premiers à trahir leur propre cause, le clergé est tout entier corrompu, le monde matérialiste fermé et hostile aux beaux desseins. L'échec de la geste rosicrucienne, loin de pouvoir lui être imputé, révèle bien plutôt la déchéance de la société dans laquelle et contre laquelle elle a pris forme. Société idéale à l'aune de laquelle mesurer sans cesse l'abîme dans lequel s'enfonce le siècle, la Rose joue dans l'œuvre un rôle semblable à celui qu'occupait chez Barbey d'Aurevilly le Moyen-Age mythique. Qu'importe dès lors échec ou réussite : la Rose est signe, motif pamphlétaire, annonce d'une apocalypse prochaine.

6Le roman suggère pourtant, sans les exploiter, d'autres perspectives qui laissent peser le soupçon sur la responsabilité de l'Ordre dans son déclin. Face à un siècle honni, la Rose-Croix n'aurait su élever qu'un idéal sans consistance, fissuré déjà par l'indétermination de sa vocation. Les trois romans témoignent en effet de l'adoption de directions successives, religieuse puis esthétique, mais ils n'expliquent pas ce qui a pu entraîner le passage de l'une à l'autre, ni comment il s'est effectué. On pourrait arguer de l'échec du propos catholique et d'une inévitable réformation. Les maîtres de l'organisation n'en expriment pourtant nulle part la nécessité. Le changement de vocation de la Rose-Croix correspond plutôt à un renouvellement des instances de décision. Supplanté par les espoirs de jeunes artistes, le mage se tait, retraite inéluctable : loin d'être déterminée par de simples facteurs externes, son éviction est inscrite déjà dans l'ambiguïté de la définition magique. Le mythe rêvé par Péladan s'effondre, victime d'un vice d'élaboration.

  • 16 Op. cit., p. XIX.
  • 17 Ibid., p. 136 : « Je débarrasse la magie de son beau décor » et p. 154 : « Méfie-toi des premières (...)
  • 18 Christophe Beaufils, op. cit., p. 89.
  • 19 Cf. Barbey d'Aurevilly, Préface au Vice suprême, op. cit., p. XV.

7Péladan s'est attaché pourtant à préciser ce qu'il entendait par magie. L'exposé apparaissait d'autant plus fondamental que sa position l'éloigne davantage de ce que le lecteur contemporain, rompu aux faits divers magiques, baigné de littérature ésotérique, pouvait attendre. Comment on devient Mage propose ainsi une méthode « d'auto-magnification »16 aussi polémique que déceptive. Péladan s'inscrit en faux contre toutes les théories qui circulent, rejette en bloc tous les ésotéristes de renom17, pour présenter une magie aseptisée, privée de son folklore et ramenée aux dimensions d'un manuel pratique. De cette série de règles de vie et de préceptes d'hygiène, tant physique que mentale, éléments de diététique, conseils au jour le jour, on a pu dire qu'elle « ne contenait aucun précepte occulte »18. plus sérieusement, la magie s'y résout en un travail de la personnalité, ascèse du vouloir qui s'exprime sous deux formes, de même conséquence : vouloir, avec force et constance, et savoir vouloir, science du kairos, du moment opportun. Du respect de ces deux lois découle un pouvoir supérieur sur soi et sur le monde. Or, dès les premiers romans, c'est sans souci de l'adéquation de leurs gestes aux circonstances que les mages entendent exprimer leur toute-puissance. Un coup de baguette vient d'abord suppléer à cette négligence, et plonge le roman dans un univers féerique dénoncé par Barbey19. Mais Péladan, fidèle à sa doctrine qui s'affirme, refuse bientôt cet artifice. Le mage, définitivement oublieux de ses devoirs, se retrouve impuissant, vouloir privé de réalisation. Dès lors qu'il se détache de la possibilité de l'action, fasciné par son dessein et l'excellence qu'il lui découvre, le mage ne peut plus être appelé de ce nom qu'à la faveur d'une méprise. Réduite à l'idéalité de la conception, la magie n'est déjà plus qu'une esthétique et l'avènement de l'artiste ne fait qu'entériner la déviation de fait de l'univers magique.

  • 20 La Vertu suprême, op. cit., p. 89.

Ce que nous avons agi toujours avorta, et comme le doute ne peut se porter que sur l'opportunité : concluons que l'heure n'est pas venue pour que nos idées passent de puissance en acte. (...) Manifestons spirituellement le même idéal que nous voulions réaliser. (...) Devenons lumineux : œuvrons. (...) Avec les méthodes occultes, la fomentation mutuelle que nous pratiquons les uns envers les autres, le chef-d'œuvre n'est plus qu'une question d'application. Voulez-vous marcher dans cette voie, être les Templiers des lettres et des arts ? Un « Amen » enthousiaste éclata20.

8C'est en ces termes que Mérodack conclut la geste catholique. La magie n'était peut-être rien d'autre qu'un « Sésame, ouvre-toi », le mage moins une créature avortée qu'une création de génie, inventée pour attirer un public friand de mystère à une entreprise seule essentielle et originale : la Rose-Croix esthétique.

  • 21 Emile Dantienne, op. cit., p. 6 : « Péladan était trop entièrement absorbé par le problème esthétiq (...)
  • 22 Cf. par exemple La Philosophie de Léonard de Vinci, d'après ses manuscrits, Paris, Alcan, 1910.
  • 23 Rosae Crucis Templi Sancti Ordinis Charta esthetica nova dans La Rose-Croix, Organe trimestriel de (...)
  • 24 Le Théâtre complet de Wagner, les XI opéras, scène par scène avec notes biographiques et critiques, (...)
  • 25 La Victoire du mari, Ethopée, t. 6, Paris, Dentu, 1889.

9La vocation esthétique, précisée par la charte de 1892, qui conditionne l'appartenance à l'Ordre à un désir de concentrer ses efforts de lumière sur le plan artistique, détermine une expérience originale du rite occulte, que les successeurs du Sâr ont méconnue ou reniée21. L'impétrant se recueille devant les œuvres de Shakespeare, Eschyle, Phidias, Palestrina, et d'autres membres d'une confrérie du génie, du sein de laquelle émerge la triade idéale : Dante, Léonard et Wagner. Par-delà la valeur propre de leurs œuvres, le choix des maîtres n'est bien sûr pas indifférent et permet de retrouver dans l'esthétique la réalité ésotérique. Car ces artistes furent, selon Péladan, de véritables initiés : ainsi Léonard de Vinci, Maître Rose-Croix, dont il restitue le message occulte22, ou Dante dont le périple infernal inspire le parcours initiatique de Curieuse !. Péladan fait de l'auteur de la Divine comédie l'ancêtre de Rosencreuz lui-même et le fondateur historique de la Rose-Croix23. Mais le rôle de Wagner est mémorable entre tous, comme maître de l'initiation et comme origine possible de l'Ordre péladanien. Si Péladan a consacré au musicien une imposante étude24, il s'est essayé aussi, comme nombre de ses contemporains, à écrire des romans wagnériens, démarche peu originale à l'époque où la voie musicale s'affirme comme une des formes privilégiées du roman. Mais là où le Wagner de ses confrères, artiste fascinant du leitmotiv, supporte une recherche avant tout rythmique et stylistique, Péladan, sans négliger pour autant ces possibilités, voit en lui l'Initié supérieur. Suivre le cycle des opéras wagnériens devient alors un moyen de découvrir et d'accomplir sa propre vocation. La Victoire du Mari, sixième volet de l'Ethopée25, récit d'un voyage de noces à Bayreuth, s'organise autour des représentations wagnériennes. L'audition de Tristan entraîne d'abord Adar et Izel dans un délire charnel dont Adar – qui est aussi l'un des sept mages – se libère bientôt au spectacle de Parsifal. Délaissant alors sa femme, il se consacre à l'étude et à la réalisation du Grand Œuvre, initiation wagnérienne. On peut d'ailleurs trouver, dans l'imagerie médiévale et chevaleresque de Parsifal, l'origine de la création par Péladan d'un Ordre esthétique et religieux, inspiré par la chevalerie du Graal. La Rose du Sâr est, quoi qu'il en soit, fortement imprégnée de schémas et de thèmes wagnériens, toujours associés étroitement aux motifs occultes et à la langue ésotérique, comme en témoigne cette définition de l'initié, mélange hardi du Bereshit, interprétation rosicrucienne de la Genèse et de Wagner.

  • 26 Comment on devient Fée, Paris, Chamuel, 1893, p. 337.

Je ne suis pas le sachant par pitié, le pur fou élu du Saint Esprit, mais, comme Parsifal, j'ai vu souffrir Amfortas, et, sous le baiser de Kundry, j'ai entendu la terrible plainte, j'ai revu la plaie saignante, et, exaltant en moi la subtilité comme le fils d'Hezeleide appelle au secours de son voeu toute sa charité, j’ai fait sur l'enchantement de Nahash-Klingsor et sur Kundry le signe salutaire : du temple d'Amou, nul vestige ; et seules floraisons du désert immense, çà et là, vermeilles et naissantes, des Fleurs du Vendredi saint, les Rose-Croix26.

  • 27 Comment on devient Artiste, Paris, Chamuel, 1894, p. 13 et sq.

10L'initiation rosicrucienne est facilitée par l'existence d'une intimité préalable entre maîtres et disciples, membres d'une même famille, celle des Aristes, dont l'origine remonte aux premiers temps de la Création27. La filiation angélique cautionne la supériorité de l'ordre et justifie dans un même mouvement l'austérité des normes esthétiques imposées par le Sâr : dans un siècle de débâcle créatrice, l'ariste seul peut et doit sentir le beau idéal. L'initiation esthétique propose ainsi un système séduisant appuyé sur la double personnalité d'un génie créateur et d'un ariste initié. Une lecture attentive révèle pourtant ici encore une faille, qui condamne au silence l'ordre esthétique.

  • 28 Ibid., p. 72.
  • 29 Ibid., p. 206 : « L'homme supérieur que la philosophie appelle sage et la gnose mage et l'esthétiqu (...)
  • 30 Ibid., p. 63 : « L'aristie et la magie sont semblables en ce sens qu'elles considèren l'instinct co (...)

11Variation sur le mage, l'artiste semble tirer profit de l'échec du premier et ne retenir de lui que le lieu de sa compétence : l'idée et sa beauté. Il reproduit pourtant inexorablement la même fêlure originelle, habité lui aussi de l'hésitation entre une double virtualité : penser, œuvrer. La continuité de conception entre magie et aristie est attestée par l'onomastique : dans le troisième volume de l'Amphithéâtre des sciences mortes, les sept aristes type reçoivent les mêmes noms et les mêmes caractéristiques physiques et intellectuelles que les mages qui les ont précédés, deux ans plus tôt28. Confusion entretenue par la multiplicité des définitions que Péladan propose de l'aristie, réalité difficile à penser et à mettre en forme, si l'on s'en tient aux contradictions nombreuses dans l'œuvre théorique : tantôt aristes et mages sont assimilés ; la différence de dénomination ne révélerait pas une divergence de vocation, mais une seule transformation du point de vue29. Tantôt ce même ariste est dit inférieur au mage : là où celui-ci se consacre à l'idée, celui-là s'en tient à l'impression30. Indécision, imprécision qui masquent mal un vide dont le roman donne la clef :

  • 31 La Vertu suprême, op. cit., p. 365.

Quand les meilleurs sont les parias de la société, ses réfractaires et ses bannis, ils doivent nommer leur état, de qualité sans emploi et de haut rang refusé, par l'aristie (...). Au dessous du génie et du talent, et au dessus de la noblesse, l'ariste est celui qui, à la fois dévot, esthète, amateur, lettré, s'individualise, au point de ne plus faire partie du collectif social31.

  • 32 Comment on devient Ariste, Notule : « Le présent traité, troisième de l'Amphithéâtre de sciences mo (...)

12Si l'ariste est supérieur, il reste sans emploi, parce que sans œuvre. Inférieur toujours au génie et au talent, animé pourtant d'un sentiment du beau qui le proclame amateur et esthète, l'ariste n'est autre qu'un artiste sans création. On pourrait dire que le destin de la Rose-Croix s'est joué dans cette apocope audacieuse qui, en 1894, transforme l'ouvrage annoncé Comment on devient Artiste en un Comment on devient Ariste32, appuyant ainsi une esthétique sur une impuissance créatrice.

13Mages réduits à un simple vouloir et privés de pouvoir, aristes condamnés à sentir le beau sans jamais l'exprimer, même personnage pour un même drame. Munie de tels héros, la Rose, catholique ou esthétique, ne pouvait tenir ses promesses. Commentaire après coup de l'échec du mouvement ? L'interprétation reste pertinente pour les volumes publiés autour de 1900. Mais la leçon de l'œuvre écrite est plus riche : à travers l'élaboration de la magie, puis de l'aristie, puissances privées de possibilité d'actualisation et données comme source vive de l'Ordre, Péladan souligne que sa Rose jamais ne fut envisagée comme une éventuelle réalisation. L'œuvre du Sâr ne fut pas un échec : elle est victime d'un malentendu, fiction qui eut le tort d'être prise au sérieux.

  • 33 Le Vice suprême, op. cit., p. 206.

14De fait la Rose-Croix est, dans son principe, une création romanesque, et demande à être appréciée comme telle. Si son nom n'apparaît que dans le deuxième roman, le Vice suprême a décrit longuement, en 1884, la création d'un mouvement, celui des Dominicaux, dont le personnel viendra, dans les volumes suivants, grossir les rangs de l'Ordre. Filiation pleine d'enseignements, qui ouvre de fort considérables aperçus sur l'importance que Péladan pouvait accorder, profondément, à la doctrine de son groupe. Car avant d'être le repoussoir idéal du siècle, la Rose-Croix, en l'espèce des Dominicaux, en incarne les dépravations et symbolise, entre autres perversions, la fascination érotique de la fin de siècle, touche dans laquelle réside sans doute l'essentiel du legs paradoxal de ces « Pervers »33 aux preux chevaliers de l'Idéal.

  • 34 Curieuse !, op. cit., p. 34.
  • 35 Finis latinorum, op. cit., p. 381.
  • 36 La Vertu suprême, op. cit., p. 393.

15En effet, à défaut d'être catholique ou esthétique, la Rose péladane est, assurément, une érotique. Détournés du grand œuvre ou du chef-d'œuvre, mages et aristes consacrent toute leur activité à l'élaboration d'un « grand œuvre passionnel »34, initiation de la femme, destinée à retrouver en elle l'androgynat édénique dans l'accomplissement de la nature féminine en féerie. L'on comprend alors que Mérodack, après avoir formé l'éphémère projet d'unir les fées en une Rose parallèle35, préfère repousser les femmes loin de l'Ordre36. L'idéal féerique consisterait en effet, préoccupation profondément ancrée dans l'angoisse du siècle devant la femme fatale, à dépouiller l'attrait érotique de celle-ci pour faire d'elle une incarnation de Charité. Certes, ses charmes lui sont reconnus, et même le devoir d'en user pour amener Caliban à l'idéal, prostitution sacrée que chante le mage. Mais cette exaltation conjoncturelle s'accompagne d'un puissant anathème contre le temple d'Amour :

  • 37 Comment on devient fée, op. cit., « A ma mère », p. VIII.

Une réforme de la sensibilité découle de mes constatations ! Et quelle réforme ? sinon de substituer l'amour du mystère, l'amour de l'idée, l'amour de l'art à l'amour37.

16Nouvelle rodomontade, à rebours de laquelle se prononce le roman :

  • 38 La Vertu suprême, op. cit., p. 397.

Il avait voulu réaliser la Vertu suprême, et Montsalva, sous le souffle passionnel, s'écroulait38.

  • 39 L'Initiation sentimentale, Ethopée, t. 3, Genève, Reprint Slatkine, 1979, p. 342.
  • 40 Cf. La Gynandre, Ethopée, t.9, Paris, Dentu, 1891. Rubrique p. XII : « Pour ceux qui ont écrit char (...)

17Partout dans l'œuvre la femme se dresse, victorieuse incarnation d'un « Eros-Basileus »39. Est-ce à dire que la Rose-Croix, avec ses envolées lyriques et ses protestations idéales, n'est qu'un alibi, voile de mensonge jeté sur la dominante érotique et pornographique de l'oeuvre, comme on l'a reproché à Péladan40 ?

  • 41 Petit glossaire pour servir à l'intelligence des auteurs décadents et symbolistes, Jacques Plowert (...)

18Sans doute. Mais elle est aussi un manifeste littéraire. Les années 1880-1890 ont vu apparaître en France une série de tentatives de renouvellement romanesque, issues de la crise du naturalisme. Après la réalisation magistrale de Zola, la formule semblait épuisée ; décadentisme, symbolisme, hermétisme, autant de termes pour traduire un malaise et un effort thérapeutique. A cette liste peut-être faudrait-il adjoindre un « rosicrucisme », note originale apportée par Péladan. L'Ordre peut en effet se lire comme l'élaboration romanesque qui prend le contre-pied le plus radical possible de l'esthétique zolienne et l'attaque dans ses deux éléments fondamentaux : l'histoire, et tout ce qui en découle d'observation, de connaissance du milieu..., et la famille. Face à l'arbre généalogique zolien, aux contours récents et aisément repérables, Péladan dresse la famille des aristes, apparue dans des lointains indéterminés, mais attestée par toute une tradition. A la reproduction singulière et naturelle des Rougon-Macquart, il oppose l'extraordinaire et inexplicable permanence de l'aristie, qui surgit ici ou là, au mépris de toute génétique. Un principe héréditaire anime bien la grande famille des génies, qui se transmettent l'amour du beau : mais les lois de cette hérédité demeurent obscures. L'« histoire » de la maison zolienne, ancrée dans le siècle, se traduit chez Péladan en termes d'« aventure » : certes ses héros sont confrontés à des circonstances historiques précises, inscrits dans un monde en décadence, mais leurs noms mêmes suffisent à les exclure du déroulement chronologique, à affirmer leur permanence par-delà les aléas du présent. L'aristie retrouve par là la réalité de sa vocation esthétique. Contre le roman, elle permet l'avènement d'une Ethopée, histoire de mœurs, aventure passionnelle. Le roman érotique ou sentimental est ainsi l'expression paradoxale de la puissance artistique retrouvée, qui se poursuit par-delà l'abandon des personnages de mages après le quinzième volume. L'adoption d'une langue marquée par le vocabulaire de l'ésotérisme remplit dans ce contexte un rôle beaucoup plus qu'anecdotique. Il ne s'agit plus seulement de se plier aux règles du jeu du moment, qui se complaisent aux arcanes et complications de style, au point qu'on publia un Petit glossaire pour servir à l'intelligence des auteurs décadents41. L'ariste, pour élever le roman hors du siècle, doit aussi lui offrir une langue propre, qui ne se réduise pas à celle du quotidien. Tel est le sens, me semble-t-il, des arcanes et autres ternaires ou quaternaires : promouvoir face à la langue sans idéalité du roman un langage nouveau.

19Alors, la Rose-Croix de Péladan, un échec ? Certes, la geste de l'Ordre est celle d'un déclin fatal, de revirements successifs, insuffisants à sauver le mouvement, jusqu'à la défection de son créateur-même. Mais cet échec repose sur un malentendu : la Rose-Croix était l'œuvre d'un romancier, qui forgea ce monstre à plusieurs têtes – mages, aristes, fées – pour mieux lutter contre l'hydre zolienne et naturaliste, et qui crut sauver le roman en le transportant n'importe où hors du monde. Reconnaissons pourtant que le projet, pour magnifique qu'il fût, ne remporta pas le succès escompté : lit-on encore Péladan ? Avouons aussi que le malentendu fut efficacement soutenu par le Sâr. Que dire, en dernier ressort de cette Rose réelle qu'il se complut à ressusciter ? Peut-être est-ce un mage, Nebo, qui, avant même la création de l'Ordre, en donne la clef :

  • 42 Curieuse !, op. cit., p. 166.

En ce siècle des agences, il manque le Glorius office : une fabrique de gloire. Si l'autre vie ne me forçait pas à prendre au sérieux la détestable farce de celle-ci, j'aurais consacré mon intelligence à la fumisterie la plus vertigineuse qui se puisse concevoir. J'aurais mis une main sur toutes les valeurs vouées à l'obscurité ; j'aurais inventé, avec ces deux éléments, tout un faux grand siècle. (...) Alors, vous croyez que j'aurais dit : je suis le fabriquant de ces grands hommes ; non, j'aurais laissé l'opinion, cette butorde, consacrer ma colossale ironie, et j'aurais ri, face à face avec moi-même42.

Notes

1 La première attestation de ce titre se trouve, semble-t-il, dans Le Salon de Joséphin Peladan, neuvième année, dans La Décadence esthétique, Hiérophanie 19, Paris, Dentu, 1890, p. 75. Sur le titre de Sâr, voir Christophe Beaufils, Le Sâr Peladan 1858-1918, biographie critique, Paris, Aux amateurs de livres, 1986, p. 74.

2 Sur l'histoire de l'Ordre, voir Gérard Galtier, Maçonnerie égyptienne, Rose-Croix et Néo-Chevalerie, Editions du Rocher, 1989.

3 Léonce de Larmandie, L'entracte idéal, histoire de la Rose-Croix, Paris, Bibliothèque Chacornac, 1903.

4 Sâr Hiéronymus, Cf. Emile Dantinne, L'Œuvre et la pensée de Peladan, La philosophie rosicrucienne, Office de publicité, S.C. Bruxelles, 1948.

5 Comment on devient mage, Paris, Chamuel, 1892, « Au jeune homme contemporain·, p. XIX : « J’ai révélé la magie, c'est-à-dire, je lui ai donné l'accommodation contemporaine. A ceux que le Mérodack du Vice suprême a égarés, à ceux qui sont venus me demander d'achever en eux le travail confus né de me lire (...)·.

6 Ibid., p. 32 : « La personnalité humaine, pour mes ancêtres, se prismait en sept astralités, chacune correspondant à une vocation ».

7 Curieuse ! Ethopée, t. II, Genève, Reprint Slatkine, 1979, p. 311 : « Sorcière, imbécile, tu n'as donc pas reconnu en moi un Rose-Croix qui t'écraserait d'un vouloir ».

8 Comment on devient Mage, op. cit., Avant-propos, p. XVIII-XIX : « Par mon père, le chevalier Adrien Péladan, affilié dès 1840 à la Néo-Templerie des Genoude, des Lourdoueix (...), j'appartiens à la suite de Hugues des Païens. Par mon frère, le docteur Péladan, qui était avec Simon Burgal de la dernière branche des Rose-Croix, dite de Toulouse (...), je procède de Rosencreuz ».

9 Curieuse !, op. cit., p. 79.

10 Le dernier Bourbon, Ethopée, t. 12, Paris, Chamuel, 1894.

11 Finis latinorum, Ethopée, t. 13, Paris, Flammarion, 1899.

12 Ibid., p. 165.

13 La Vertu suprême, Ethopée, t. 14, Paris, Flammarion, 1900.

14 La Torche renversée, Ethopée, t. 21, Paris, Editions du monde moderne, 1925.

15 Pereat ! Ethopée, t. 15, Paris, Flammarion, 1901 : « Le devoir de l'écrivain n'est-il pas de se renouveler ? Le Pereat, c'est encore l'Ethopée, mais ce ne sont plus les alchimistes de l'idéalisme, les Mérodack, les Nebo, les Nergal ».

16 Op. cit., p. XIX.

17 Ibid., p. 136 : « Je débarrasse la magie de son beau décor » et p. 154 : « Méfie-toi des premières théories que t'inspireront tes lectures ; (...) méfie-toi surtout de la lecture d'Eliphas Lévi. (...) Tu saurais par cœur Fabre d'Olivet et Eliphas, Paracelse et Lulle, Agrippa et Khunrat, saint Thomas et Boehms, que tu ne serais qu'érudit. »

18 Christophe Beaufils, op. cit., p. 89.

19 Cf. Barbey d'Aurevilly, Préface au Vice suprême, op. cit., p. XV.

20 La Vertu suprême, op. cit., p. 89.

21 Emile Dantienne, op. cit., p. 6 : « Péladan était trop entièrement absorbé par le problème esthétique pour concevoir son rôle sur un plan purement occultiste » et p. 37 : « La Rose-Croix catholique lui survécut et ses derniers initiés ont restauré l'Ordre sous une forme adéquate et qui, sans modifier les grandes directions du Maître, l'a dégagé de toutes les préoccupations esthétiques qui en faussaient la pureté ».

22 Cf. par exemple La Philosophie de Léonard de Vinci, d'après ses manuscrits, Paris, Alcan, 1910.

23 Rosae Crucis Templi Sancti Ordinis Charta esthetica nova dans La Rose-Croix, Organe trimestriel de l'Ordre, 1er fascicule, avril 1892 : « (...) Les dates de Dante (1265-1321) font de Rosencreuz un continuateur et rendent au plus grand génie du catholicisme l'honneur d'avoir créé et le symbole et l'Ordre des Rose-Croix ».

24 Le Théâtre complet de Wagner, les XI opéras, scène par scène avec notes biographiques et critiques, Paris, Chamuel, 1894.

25 La Victoire du mari, Ethopée, t. 6, Paris, Dentu, 1889.

26 Comment on devient Fée, Paris, Chamuel, 1893, p. 337.

27 Comment on devient Artiste, Paris, Chamuel, 1894, p. 13 et sq.

28 Ibid., p. 72.

29 Ibid., p. 206 : « L'homme supérieur que la philosophie appelle sage et la gnose mage et l'esthétique Ariste (...) ».

30 Ibid., p. 63 : « L'aristie et la magie sont semblables en ce sens qu'elles considèren l'instinct comme l'élément mauvais. Ce que le mage fait pour les idées, l'Ariste l'opère dans le domaine des impressions ».

31 La Vertu suprême, op. cit., p. 365.

32 Comment on devient Ariste, Notule : « Le présent traité, troisième de l'Amphithéâtre de sciences mortes, a été annoncé depuis deux ans sous ce titre : Comment on devient Artiste. Mais à l'écriture, il m'a paru que c'était trop restreindre l'enseignement de le borner à ceux qui œuvrent ; aujourd'hui il envisage ce nombre bien plus grand qui sent l'œuvre idéale et je l'intitule : Comment on devient Ariste ».

33 Le Vice suprême, op. cit., p. 206.

34 Curieuse !, op. cit., p. 34.

35 Finis latinorum, op. cit., p. 381.

36 La Vertu suprême, op. cit., p. 393.

37 Comment on devient fée, op. cit., « A ma mère », p. VIII.

38 La Vertu suprême, op. cit., p. 397.

39 L'Initiation sentimentale, Ethopée, t. 3, Genève, Reprint Slatkine, 1979, p. 342.

40 Cf. La Gynandre, Ethopée, t.9, Paris, Dentu, 1891. Rubrique p. XII : « Pour ceux qui ont écrit charitablement à l'auteur de faire un livre vertueux (sic) après l'Androgyne (...) : ils n'ont pas pensé qu'ils insultaient l'auteur en le supposant modificateur pusillanime de son œuvre pour l'agrément de quelques polissons que le mot spermatorrhée a choqué ».

41 Petit glossaire pour servir à l'intelligence des auteurs décadents et symbolistes, Jacques Plowert (pseudonyme de Paul Adam), Paris, Vanier, 1888.

42 Curieuse !, op. cit., p. 166.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.