Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin matin. Séance dirigée par Jean Ehrard

Le journalisme « à sensation »

L’Épilogueur moderne (1750-1754) de Rousset de Missy

Dieter Gembicki

Texte intégral

  • 1 Jean Sgard, Le « Pour et Contre » de Prévost d’Exiles, introduction, tables et index, Paris, 1969. (...)
  • 2 W. Martens, Die Botschaft der Tugend. Die Aufklarung im Spiegel der deutschen moralischen Wochensc (...)
  • 3 M.C. Couperus, Un périodique français en Hollande. Le Glaneur historique (1731-1733), La Haye, 197 (...)

1Avec le Spectator, Joseph Addison et Richard Steele ont créé une formule riche d’avenir, à tel point qu’au bout de deux décennies des imitations de leur feuille ont pullulé sur le continent. Ni le public français1, ni celui de l’Empire germanique2 ne voulurent rester sur leur faim en ce qui concerne une information agréablement enveloppée. Dans les Provinces-Unies où se conjuguait en général l’influence française et allemande le public eut le même engouement. Or dans la deuxième patrie de Pierre Bayle, les feuilles périodiques en langue française se distinguent nettement de la production comparable en France. En effet, le journaliste hollandais exerçait son métier dans un pays où la liberté de presse était quasiment acquise. Une censure « décentralisée » - car aux mains des différents États - et des pressions politiques plutôt rares3 s’avéraient peu gênantes pour la presse périodique.

  • 4 Prosper Marchand en est un bel exemple. Voir C.M.G. Berkvens-Stevelinck, « La tolérance et l’hérit (...)

2On sait qu’à la suite de l’édit de Nantes, les Provinces-Unies ont servi de plate-forme à nombre de journalistes et éditeurs, tous huguenots réfugiés de France. En Europe protestante l’impact économique et intellectuel du refuge français était alors loin d’être négligeable. Un pays aussi prospère que la Hollande exerçait une attraction irrésistible, d’autant plus que les réfugiés partageaient avec les Hollandais une haine quasiment viscérale à l’encontre de Louis XIV et, avec les protestants, une philosophie qui devait beaucoup à l’esprit « historique et critique » de Pierre Bayle4.

  • 5 A défaut d’une monographie il faut se référer à deux notices biographiques solides, Knuttel, NNBW,(...)
  • 6 La Bibliothèque universitaire de Leyde possède la seule série complète de ces feuilles rédigées pa (...)
  • 7 Sur l’agitation des orangistes au milieu du XVIIIème siècle, voir I.L. Leeb, The ideologicals orig (...)
  • 8 A en croire E. Hatin (Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Pari (...)
  • 9 Dans le Magazin des événements (X/II, 1744), Rousset dénonce G.I Broucart à Liège comme imprimeur (...)

3Jean Rousset de Missy (1686-1762)5 représente à merveille les tendances générales du temps, ses phobies non moins que ses prédilections. Tout jeune, en 1704, il doit chercher refuge en Hollande. Il est obligé de vivre de sa plume en rédigeant des livres parfois rapides mais pas toujours dépourvus de mérite et, par intermittence, des feuilles périodiques. C’est seulement dans un âge avancé qu’il se convertit entièrement au journalisme. Du reste, avec des fortunes diverses. De 1740 à 1754, il ne cesse de labourer un champ fertile en lançant une série ininterrompue de feuilles dans le gout du Spectator : Le Magazin des événemens de tous genres, passez, présens et futurs (1741-1745), rebaptisé en cours de route, (en 1743) L’Épilogueur politique, galant et critique. Son successeur, le Démosthène moderne6 fera place à l’Avocat pour ou contre (1746-1747). Fraîchement nommé historiographe du Stathouder, Rousset de Missy va donc militer pour le parti des orangistes7 en tant que Vrai patriote hollandais (1748-49). Avec l’Épilogueur moderne, galant et moral (paru en 12 vol., 1750-1754)8 , le journaliste, sans changer d’esprit, renouvelle son succès de première heure. Tenir contre vents et marées pendant quinze ans est un beau témoignage de persévérance et nous incite à croire que le maître d’œuvre fut au diapason de son temps. Comment expliquer autrement le fait que sa première feuille a eu l’honneur de deux éditions pirates ?9

  • 10 Ep. mod., IV/XVII, 14-6-51.

4L’Épilogueur moderne, feuille rarissime dont on ne connaît que deux exemplaires incomplets (Gottingen, Léningrad) à côté de celui de Leyde, nous révèle, une fois étudiée la distribution des pages, quelques lignes de force. Sa feuille étant consacrée à la fois à la politique et aux belles-lettres, un caractère bicéphale lui est constitutif. Jusqu’en 1751 Rousset de Missy sait plus ou moins bien assurer un équilibre. Une incursion en force de la politique, dans le t. VI, n’est qu’une victoire passagère car l’« agréable » ne cessera de rogner sur l’« utile » qui finira par être réduit à un quart des pages. De la croissance des belles-lettres en général, le « cas Voltaire » va profiter, oscillant entre 12 et 21 %, mais le grand gagnant est sans doute le public qui aime la poésie. Cette dernière rubrique accuse moins de variations que celle relative à Voltaire. Cette évolution pendant l’année 1753, ne faudrait-il pas la mettre au compte d’une restructuration ? La lutte contre Voltaire tend à devenir tellement acharnée que ces pages prennent un air sérieux qui fait que le nouvel équilibre se fera grâce à l’union de la politique et du « cas Voltaire », d’une part, opposée aux belles-lettres et aux poèmes, d’autre part. L’exclamation du journaliste paraît le confirmer : « Toujours Voltaire, toujours Politique, toujours Morale sévère, enfin toujours sérieux ; sur quelle herbe avez-vous marché depuis quelque temps, Monsieur ? (...) Vous oubliez de remplir la moitié de votre titre »10.

  • 11 Id., IV/XVIII ; VII/VII ; VIII/XVII.
  • 12 Le 22 février 1754, l’ambassadeur français à Berlin écrit à Amelot à propos de l’Épilogueur modern (...)
  • 13 G.Weill, Le journal. Origines, évolution et rôle de la presse périodique Paris 1934, p. 114.
  • 14 Rousset de Missy à Gottsched, 29-5-54. Bibliothèque universitaire, Leipzig. Ce document a déjà été (...)

5L’éditeur de l’Épilogueur moderne reste toujours conscient qu’il faut joindre l’« utile » à l’« agréable ». Son principe, il le proclame tout haut : « Diversité est ma devise »11. Malgré ce dosage, sa feuille constitua un scandale aux yeux de plus d’un lecteur. Quant à l’« utile », ses nouvelles politiques - par la franchise du « patriote hollandais » - ont eu le malheur de déplaire aux puissances politiques et tout d’abord à la France, l’en nemi de toujours. Il l’échappa belle car l’intervention française en vue d’interdire sa feuille n’eut pas de suite12. A l’instar de certains de ses confrères hollandais13 , le péché de vénalité ne lui était pas étranger. En 1754, il réclame sa pension à la cour de Saxe14 . A une époque où les règles du copyright, de la propriété intellectuelle et de l’éthique journalistique étaient loin d’être établies, Rousset de Missy - et il faut le porter à son crédit - n’a guère varié dans son « patriotisme ». En dépit de maintes pressions et tentations, il n’a fait aucune concession sur le plan politique.

L’EPILOGUEUR MODERNE

L’EPILOGUEUR MODERNE
  • 15 M. Fontius (n.8), p. 121-151, 227-242.

6Les objectifs politiques du journaliste ont été magistralement étudiés par Martin Fontius15 qui a dû se baser uniquement sur le texte imprimé. Depuis, une nouvelle documentation, sporadiquement exploitée, nous met en état d’assister à l’élaboration de sa feuille. S’agissant de lettres adressées à Prosper Marchand, le corpus des correspondances nous permet d’étudier le « cas Voltaire ». L’auto-censure a frappé le domaine politique, personne ne voulant s’exposer au risque d’être poursuivi. L’inévitable « occultation » est compensée par l’« agréable », le scandaleux « cas Voltaire » qui n’engageait que la responsabilité de ce dernier. La tactique de Rousset de Missy de dénigrer plus ou moins systématiquement Voltaire était payante dans la mesure où ses lecteurs bien amusés s’évertuaient à étoffer cette rubrique. L’auteur de la Henriade, sans être un inconnu aux lecteurs des feuilles précédentes de Rousset de Missy, s’était alors trouvé plutôt loué que critiqué et cela même sans ménagement.

  • 16 H.A Grubbs, Jean-Baptiste Rousseau. His life and his works, Princeton, 1941 - Nombreux sont les po (...)
  • 17 Ep. mod., VII/V, 15-5-52.
  • 18 Id., VII/XIII, 13-11-52.
  • 19 Id., IX/XX, 7-5-53.
  • 20 Id., IV/XX (le fanatisme) ; XI/XII (la persécution).
  • 21 Voir la communication de Mme Berkvens-Stevelinck (n.4), p. 23 et les autres notes 36 et 37. La col (...)
  • 22 P. M. 2, fol. 55.
  • 23 Les rapports de Rousset de Missy avec la franc-maçonnerie furent multiples, comme auteur, propagat (...)

7Avant d’étudier l’hostilité de Rousset de Missy à l’encontre de Voltaire il n’est pas inutile de se rappeler les motivations du premier. S en prend-il à Voltaire à cause de sa réputation inégalée ou l’esprit voltairien lui serait-il suspect ? Les deux certainement, car dans cette communauté d’esprit qui le relie à Prosper Marchand les regards fervents et admirateurs se portent toujours sur Jean-Baptiste Rousseau16. Ce poète vécut en exil, à Bruxelles. Plus encore, il devint ennemi implacable de Voltaire. L’origine de cette querelle est à rechercher dans les « torrents de fiel qu’il (Voltaire) a vomi contre le grand, inimitable Rousseau »17. En tant que représentant des « anciens » Rousseau est par la nature des choses opposé au jeune rival qui prône les «modernes». A ce sujet, les reproches ne s’arrêtent pas. La philosophie de Voltaire n’était pas du goût de certains lecteurs. En se référant à la Philosophie de Newton, l’Épilogueur moderne est catégorique, car on lit que Voltaire « la mit à la portée des cuisinières, des laquais et des femmes de ménage »18. Et Rousset de Missy renchérit en constatant « le dérangement du cerveau du Poète newtonien »19. Pourtant, les ennemis de Voltaire partagent certains idéaux du poète comme la tolérance20. Même sur le plan historique et critique, Voltaire suscita un mécontentement. Prosper Marchand, érudit méticuleux et disciple « orthodoxe » de Pierre Bayle, finit par attaquer le Siècle de Louis XIV sous le pseudonyme du « Dr Phrasendorp »21. Quant à Rousset de Missy, lui-même victime de la politique religieuse de Louis XIV, il ne voyait qu’avec effroi l’auréole dont le « tyran de la République des lettres »22 avait l’air de parer le roi-soleil. Il serait intéressant de savoir si le fait d’être franc-maçon23 a tant soit peu joué un rôle dans la formation d’un climat anti-voltairien. Question à laquelle il est difficile de répondre dans l’état actuel de nos connaissances.

  • 24 Pour les sources d’information des gazettes hollandaises, voir J. Lozek, « Gazettes internationale (...)

8Cas privilégié, l’Épilogueur moderne nous permet de reconstituer tout un réseau d’informateurs24. Dans la partie littéraire de la feuille, Voltaire est la cible par excellence, continuellement attaqué, disséqué, cité, en un mot malmené. Cette haine se trouve toujours calculée, dosée de façon que l’auteur incriminé soit presque régulièrement à l’affiche dans un numéro sur deux. La nouvelle demande en informations sur un grand auteur « scandaleux » fut-elle pressentie et créée par Rousset de Missy ou a-t-il simplement suivi une nouvelle mode littéraire ? Une chose est certaine. La longévité relative de sa feuille prouve le flair du rédacteur qui a dû plaire à ses lecteurs.

  • 25 D’après G. Weill (n. 13, p. 114), « prudence, exactitude, franchise » sont les traits caractéristi (...)
  • 26 J. Balcou, Fréron contre les philosophes, Genève, 1975 ; id., Le dossier Fréron. Correspondance et (...)
  • 27 P. M. 2, fol. 104. Sur le personnage, voir la notice de J. Wagner, Dict. des journalistes (n. 1), (...)
  • 28 P. M. 2, fol. 81, 2-8-53. - Une lettre du jeune publiciste, obtenue par « le canal » de Prosper Ma (...)
  • 29 P. M. 2, fol. 39.
  • 30 P. M. 2, fol. 34, 45, 46, 55 et 59, 10152. A propos d’une contrefaçon des Annales de l’Empire (id. (...)
  • 31 Best. D 5596.

9Le sérieux de la présentation des nouvelles politiques25 est un garant pour le lecteur et une obligation pour le journaliste de faire de même dans la partie littéraire de l’Épilogueur moderne. Dans le « cas Voltaire », il ne pouvait donc rien laisser au hasard. Une documentation de première main lui était assurée grâce à ceux pour qui l’anti-voltairianisme était en même temps profession de foi et profession. Parmi eux, il faut noter deux auteurs de feuilles périodiques, Elie Fréron26 et Pierre Rousseau27. Un troisième, La Beaumelle28 s’est brouillé avec Voltaire à Berlin. C’est à usage interne - et avant la collaboration que Rousset de Missy qualifie ce dernier d’« étourdi, un cerveau timbré »29. En outre, il est tout naturel de voir le journaliste en contact avec l’éditeur Jean Néaulme30 qui venait de publier sous le nom de Voltaire l’Abrégé de l’histoire universelle. Menacé, Voltaire s’exclama alors : « Jean Neaume me coupe la gorge »31.

  • 32 P. M. 2, fol. 88, 93, 98.
  • 33 P. M. 2, fol. 52.
  • 34 Ibid.
  • 35 Id., fol. 84, 14-7-53. Jean de Beyer à Prosper Marchand.
  • 36 P. M. 48 (copie).
  • 37 Ép. mod., X/XV, 26-7-53. Voltaire, Correspondence and related documents, éd. déf. p. Th. Besterman, (...)
  • 38 P. M. 2, fol. 61.
  • 39 Ép. mod., VII/VIII.

10Au-delà de ceux qui ont vécu dans l’intimité de Voltaire, les bons amis du journaliste hollandais n’hésitaient pas à lui transmettre un inédit ou simplement des ragots. Les identifier fait parfois problème. Parmi les Hollandais, nous trouvons Guer et Doluf32 en voyage à Paris au moment où Arnaud33 se prépare à partir pour Berlin. Les «sédentaires» jouent un rôle de relais tels le « frère » Soyer34 ou Jean de Beyer35 , bourgmestre de Nimègue. Ce relais nous fait voir le fonctionnement du réseau de Rousset de Missy. Marchand avait reçu une missive de Jean de Beyer accompagnée d’une « déclaration de M. de Voltaire au roi de Prusse »36. Lorsque Rousset de Missy obtint ce texte par le biais de Prosper Marchand, il se hâta de l’insérer dans sa feuille37. Une allusion à un « ministre d’Etat des Pais Bas »38 qui lui a envoyé une critique du Siècle39 laisse entrevoir ses contacts avec les élites hollandaises du temps.

  • 40 Douxfils propose à Prosper Marchand de former avec Rousset « un triumvirat contre ce crayon de Vol (...)
  • 41 P. M. 2, fol. 38.
  • 42 Id., fol. 75.
  • 43 Voir la « critique d’une personne de poids » (Ép. mod., VII/VIII).
  • 44 Dans une lettre non datée à Prosper Marchand, on lit : « pourriez-vous m’apprendre qui est Formey, (...)
  • 45 P. M. 2, 10-2-53. Pelloutier garde un bon souvenir du séjour de Rousset de Missy à Berlin du fait (...)
  • 46 P. M. 2, fol. 60.
  • 47 Id., fol. 84.
  • 48 Id., fol. 85, 23-7-53. Ep. mod., XI/VII, 24-953. Best. D 5413. S’agit-il de camouflage lorsque Rous (...)

11Dans un siècle aussi cosmopolite que le XVIIIème, le réseau d’informateurs du journaliste hollandais ne pouvait être qu’international. La Belgique voisine est bien représentée par son ami Douxfils40 et le chevalier Bordet41. Même le « savant politique » Patrice de Nény, futur président du Conseil privé42 , ne dédaigna pas d’apporter sa contribution sous forme d’une critique43. Dans l’Empire germanique, d’anciens contacts avec des réfugiés protestants sont renoués. Rousset de Missy voulait-il gagner un informateur lorsqu’il s’enquit de Jean-Henri-Samuel Formey44 , secrétaire de l’Académie des Sciences de Berlin ? Le pasteur et celtisant Simon Pelloutier45 est bien placé pour « scruter le fat de Berlin »46. Franz Varrentrapp, libraire à Francfort et ami de Voltaire, ne manqua pas d’informer Prosper Marchand des avanies du poète dans la ville impériale47. Un autre informateur, celui-là anonyme et de Cologne, fournit la lettre à Mme Denis, datée du 9 juillet 1753, aussitôt publiée par Rousset de Missy48.

  • 49 P. M. 2, fol. 85. Il s’agit d’une allusion à Nicolas-René Berryer (M. Antoine, Le gouvernement et (...)
  • 50 M. Fontius, (n.8), p. 130. Best. D 5413.
  • 51 P. M. 2, fol. 38, 14-11-52. Id., fol. 46.

12La contribution française brille par son absence. L’exil de Voltaire y est-il pour quelque chose ? Ou bien les informateurs français se seraient-ils imposé l’anonymat, moins gênant ? Toujours est-il que le journaliste hollandais se vante auprès de Prosper Marchand d’un envoi d’un.. lieutenant de police49. Le fait reste à signaler : les autorités françaises auraient eu recours à une feuille protestante, anti-française. En revanche, nous ignorons si la manœuvre de désinformation lancée par les bureaux parisiens, a abouti, car il est difficile d’affirmer que le texte en question a été intégralement publié. Il n’est cependant pas exclu que Rousset de Missy en ait utilisé au moins quelques bribes. Pareille tentative de collaboration prouve, par contre, un autre fait. Pour discréditer Voltaire, l’Épilogueur moderne constituait le meilleur forum50. Plus encore, la campagne personnelle menée par Rousset de Missy était appelée à exercer une fonction précise dans le jeu des intérêts politiques. En ce qui concerne les informateurs français, nous savons que Rousset de Missy prit l’initiative en s’adressant aux abbés Yvon et Prades. Ce dernier refusa l’invitation du journaliste car entre temps le roi de Prusse avait fait valoir un droit de préemption51.

  • 52 Voltaire, Essai sur les mœurs, éd. Pomeau, 2 vol., Paris, 1963, t. I, p. IX. L. Trénard, Histoire (...)
  • 53 P. M. 2, fol. 46. Ici Rousset fait allusion à la première contribution de Douxfils (n. 39).
  • 54 M. Fontius (n. 8), p. 112.
  • 55 Best. D 5747.
  • 56 Voir P. M. 2, fol. 46.
  • 57 Id., fol. 94.
  • 58 Id., fol. 98 (sd).
  • 59 Best. D 5662, 28-2-54.
  • 60 P. M. 2, fol. 79 (sd), à P. Marchand. M. Fontius (n. 8), p. 128.

13Rousset de Missy n’hésita pas à remonter le fleuve des informations et à puiser à la source. A notre connaissance, la première tentative de l’« aventurier »52 remonte à 1752. Il manda alors à Prosper Marchand : « Je lui ai fait (à Voltaire) envoyer cet Épilogueur d’Anvers avec avis de s’adresser au libraire de l’Épilogueur à Amsterdam. Nous verrons ce qu’il fera »53. C’est pour forcer une réponse que le journaliste lui lancera un défi allant jusqu’au chantage54. Cette fois-ci, Rousset de Missy rédigea une lettre à l’attention de Voltaire. Une seule phrase en est connue55 , mais son existence ne fait aucun doute56. La réponse de Voltaire57 à son ennemi n’est pas conservée. Elle ne fut pas du goût de ce dernier car il préféra garder un « souverain mépris »58. Pourquoi l’éditeur de l’Épilogueur moderne omit-il de publier des textes de Voltaire ? Le poète lui avait cloué le bec en appelant son chantage des « calomnies ». En outre, le 28 février 1754, l’auteur du Siècle se défendit point par point dans une lettre destinée à Jean Néaulme59. La victime a su si bien contre-attaquer que le chasseur a lâché prise. Quant aux procédés utilisés de part et d’autre, ils sont peu délicats. Même si l’on tient Voltaire pour innocent de la publication de l’Abrégé, il reste à signaler que pendant son séjour en Hollande l’auteur de la Henriade avait essayé de soudoyer Rousset de Missy qui évoquera l’épisode en ces termes : « C’est sa marotte, et il m’a proposé étant à Amsterdam la publication d’un de ses ouvrages sous mon nom, de la même manière, mais j’ai rejeté bien loin »60.

  • 61 P. M. 2, fol. 95 (sd).
  • 62 Voir N. 51.
  • 63 A. Frankenfeld, « Typologie der Zeitung », E. Dovifat, éd., Handbuch der Publizistik, t. III, 1969 (...)
  • 64 Rousset de Missy est conscient que sa formule lui garantit un succès certain et il se sent approuv (...)
  • 65 Il est à remarquer que nulle part Rousset de Missy n’expose le programme de ses feuilles, mais il (...)

14Homme d’un âge avancé, journaliste averti, Rousset de Missy maîtrise le répertoire des ruses alors permises aux gens de son métier. Tant les activités que la production de Voltaire furent regardés par certains comme un scandale et Rousset de Missy l’a sans doute amplifié en créant un climat général défavorable à celui qui fut, à l’entendre, « pis que ladre »61. Cette participation plus ou moins active à la création d’un mythe anti-voltairien nous permet-elle de conclure automatiquement à une « feuille à scandale » ?62 L’usage veut que dans le langage courant on parle de « presse à sensation ». Toutefois, selon des historiens de la presse quotidienne, il ne s’agit nullement d’une catégorie. Du point de vue de la technique journalistique, il n’y a aucune différence entre une feuille dite sérieuse et une autre dite scandaleuse. C’est pourquoi certains spécialistes de la presse écrite préfèrent définir la « presse à sensation» par son « caractère hétéroclite »63. A la lumière de cette nouvelle définition, la nature de l’Épilogueur moderne s’éclaircit. Les nouvelles politiques, d’un sérieux indéniable, pouvaient laisser froid maint lecteur tout en provoquant certains gouvernements. Les nouvelles littéraires, l’« agréable », visaient à amuser le public. Leur part allait croissant. La même chose pouvait être dite du « cas Voltaire » lequel, indispensable, servait à pimenter la feuille. Conscient d’exploiter des « sensations » soit politiques, soit relatives à la vie et à l’œuvre de Voltaire, Rousset de Missy n’a jamais fait de la distraction son pivot64. Loin de là. Les révélations à l’égard de l’auteur de la Henriade devaient véhiculer une foi politique, son patriotisme hollandais65.

15D’un autre côté, il faut admettre que la victime fut moins gênée par les outrages que par des informations, à savoir des lettres inédites qui avaient souvent le tort d’être exactes. C’est la qualité de l’information qui faisait de l’Épilogueur moderne un danger pour Voltaire.

  • 66 J.Sgard, Le Pour et contre (n. 1), p. 39.
  • 67 P. M. 2, fol. 68, 10-4-53. Le 28 février 1754 (?) Prosper Marchand a dû être ravi de lire : « J’ai (...)
  • 68 Id., fol. 104, 5-1-56.

16Nullement impartial, le journaliste hollandais s’engagea personnelle ment par ce que Jean Sgard appelle une « critique d’humeur ou de parti»66. Lorsque Prosper Marchand put lire que Voltaire « peut-être laissera son os à Leipsick, & je dirai et ferai dire alors à tous nos lecteurs ce n’est pas grand dommage »67 , ou que l’« hermite » de Maesden parle de la « putain de Pucelle »68 , il s’agissait évidemment de mauvaise foi, d’une haine viscérale. Cette haine de Rousset de Missy paraît presque congénitale si l’on sait que tout au long de sa carrière il n’y a aucune période pendant laquelle il n’ait attaqué un confrère. Qu’il nous suffise de mentionner ici François Bruys et François-Michel Janiçon. Voilà un défaut pour ainsi dire professionnel. En revanche, la haine à l’encontre de Voltaire est partagée par Marchand, Douxfils, ainsi que les « professionnels » Élie Fréron, Pierre Rousseau, La Beaumelle. Quant à Voltaire, il sait payer sa dette avec la même monnaie. Pour voir le cas d’une façon plus générale, il faut admettre qu’au XVIIIème siècle, dans le monde des écrivains et des journalistes, la haine constitue une sorte de ferment. En résumé, la prédisposition personnelle de Rousset de Missy nous fournit une explication, mais son succès dépasse largement le cadre biographique. Seule une étude du climat général au milieu du siècle des Lumières permettrait de saisir avec plus de précision les interférences et le jeu des causalités.

  • 69 id., fol. 89, 20-1153.
  • 70 Essai sur l’histoire universelle (n. 12), texte réimprimé par M. Fontius (n. 8), p. 145-147 et par (...)
  • 71 P. M. 2, 1153, Douxfils à Prosper Marchand.
  • 72 Voir n. 69.
  • 73 C’est ce qui ressort d’une lecture attentive de l’Épilogueur moderne (cf. M. Fontius, n. 8, p. 125 (...)
  • 74 Voir M. Fontius (n. 8), p. 133.
  • 75 P. M. 2, fol. 61, 1-3-(55 ?).
  • 76 Id., fol. 102 ; voir aussi fol. 100.
  • 77 Roussey de Missy précise, probablement en 1755, qu’il a fait depuis février 1741 un recueil de 32 (...)

17En dépit de sa vénalité, Jean Rousset de Missy reste fidèle à lui-même. Sa feuille est le produit d’une liberté de la presse relativement étendue qui, à en croire le journaliste, est menacée par des espions à la solde des Français, tant les abbés Yvon et Loncourt à Amsterdam que le P. Toussaint à Utrecht69. C’est seulement grâce à des circonstances particulières que Voltaire devint la cible unique de Rousset notamment dans l’Épilogueur moderne. La victime prenait sa revanche en confondant son ennemi avec « ces infâmes auteurs de libelles qui sont en abomination », bref des « criminels »70. Mais même les amis de Rousset de Missy lui ont fait des reproches : « Pour l’Épilogueur (moderne), il se néglige quelques fois, pour nous faire mieux goûter ce qu’il donne de bon »71. Le journaliste hollandais a mis à profit les faiblesses de l’ancien historiographe de France pour s’attirer les faveurs d’un public qui dévore la chronique scandaleuse peu banale d’un homme de « génie »72. Pour Voltaire, son ennemi fait partie de la race des « vers de terre » mais Rousset de Missy n’a-t-il pas simplement déjoué le jeu du grand auteur ? Par contre, la violence de la condamnation ne s’explique-t-elle pas par le fait que l’Épilogueur moderne a touché juste dans son travail de sape et souvent dévoilé les mises en scène de Voltaire ? Malgré tout, la campagne de Rousset de Missy prend le caractère d’un règlement de compte d’autant plus que sa feuille ménage les « philosophes »73. Toujours est-il que Voltaire a imposé à son ennemi un moment de répit74. Rousset est dégoûté : « Quant à moi, j’ai enterré Voltaire - et je n’en parle plus ou il faut que quelques nouvelles impertinences le ressuscite(nt). Après l’écharpillement de la Bigarrure il n’y a plus rien à dire »75. Finalement, Rousset de Missy n’a pas tenu sa promesse mais ce ne fut pas non plus Voltaire qui eut raison de l’Épilogueur moderne. C’est probablement la maladie du maître d’œuvre il parle de ses maux de tête76 - qui mit fin à sa feuille77.

  • 78 Bruys, un ennemi du journaliste, n’avait-il pas relevé que ce dernier « voulait faire le moraliste (...)

18A partir de ce moment l’Épilogueur moderne appartient au domaine de l’Histoire. Une génération plus tard, Voltaire fut « panthéonisé », le journaliste protestant tomba dans les oubliettes. Il est néanmoins vrai que ce dernier occupe une place de choix parmi les ennemis de Voltaire. Les dissonances, les préjugés ne doivent point nous empêcher de constater que l’ampleur et l’indéniable qualité de ses nouvelles relatives à Voltaire font de l’Épilogueur moderne une mine de renseignements. Partisan de la liberté de la presse, Rousset l’a interprétée très largement. Du moins n’a-t-il perçu aucune opposition entre l’éthique journalistique et des méthodes familières à une presse à sensation. Tout au long de son existence, l’Épilogueur moderne garda son caractère bicéphale sans changer d’objectif politique, ce qui fait de cette feuille un bon exemple d’un spectateur français à inspiration moralisatrice78.

Notes

1 Jean Sgard, Le « Pour et Contre » de Prévost d’Exiles, introduction, tables et index, Paris, 1969. Le Dictionnaire des journalistes (1600-1789) (J. Sgard éd., Grenoble, 1976, p. 380) énumère dix spectateurs en langue française.

2 W. Martens, Die Botschaft der Tugend. Die Aufklarung im Spiegel der deutschen moralischen Wochenschriften, Stuttgart, 1968, p. 23.

3 M.C. Couperus, Un périodique français en Hollande. Le Glaneur historique (1731-1733), La Haye, 1971.

4 Prosper Marchand en est un bel exemple. Voir C.M.G. Berkvens-Stevelinck, « La tolérance et l’héritage de P. Bayle en Hollande dans la première moitié du XVIIIème siècle. Une première orientation », Actes du colloque franco-néerlandais du 16 au 18 novembre 1978 à la maison Descartes d’Amsterdam, Amsterdam-Lille, 1980, p. 1128. Ces résultats ont été corroborés par une lettre de Rousset de Missy à Prosper Marchand, Bibliothèque universitaire, Leyde, Marchand (désormais abrégé en P.M.) 2, fol. 78 et fol. 101.

5 A défaut d’une monographie il faut se référer à deux notices biographiques solides, Knuttel, NNBW, t. I, Leiden, 1911, col. 1146-47 et M. Couperus, Dict. des journalistes (n.1), p. 324-325.

6 La Bibliothèque universitaire de Leyde possède la seule série complète de ces feuilles rédigées par Rousset de Missy, à une exception près, le Démosthène moderne. Une partie de cette collection provient de la bibliothèque de Prosper Marchand.

7 Sur l’agitation des orangistes au milieu du XVIIIème siècle, voir I.L. Leeb, The ideologicals origins of the Batavian Revolution : history and politics in the Dutch Republic, 1747-1800, The Hague, 1973, chap. IV, p. 60-68.

8 A en croire E. Hatin (Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, 1866, p. 89) et M. Fontius (Voltaire in Berlin, Berlin, 1966, p. 124, 248) l’Épilogueur moderne s’est arrêté au t. XVI (1755) et non XII (1754) La notice de M. Couperus (n.5) ne contient aucune description de cette feuille. Quoi qu’il en soit, les exemplaires conservés à Leyde et à Gottingen comportent douze tomes en tout.

9 Dans le Magazin des événements (X/II, 1744), Rousset dénonce G.I Broucart à Liège comme imprimeur pirate. En 1745 (XII/I) une contrefaçon de Francfort, intitulée le Babillard anglais est mise au pilori par Rousset qui relève avec suffisance le fait que les fautes typographiques de l’Epilogueur ont été reprises telles quelles.

10 Ep. mod., IV/XVII, 14-6-51.

11 Id., IV/XVIII ; VII/VII ; VIII/XVII.

12 Le 22 février 1754, l’ambassadeur français à Berlin écrit à Amelot à propos de l’Épilogueur moderne : « La France y est traitée avec la dernière indécence ; a chaque ligne il (de Podewils) m’ajouta que le Roy son maître a bien trouvé le moyen de le faire taire. Je sais que ce misérable se propose de reparoistre sous un autre titre. Il n’est pas douteux qu’il ne soit l’auteur de cet Epilogueur ou il ne s’avise plus de parler du Roy de Prusse depuis une vive correction qu’il a reçu il a mandé ici au secrétaire de Russie qu’il était bien payé pour écrire dans ce sens par des gens puissants » (ministère des affaires étrangères, Corr. pol., Prusse, vol. 134, fol. 35v. Dans la préface de l’Essai sur l’histoire.. universelle, t. III, Dresde, 1754, Voltaire signale la demande de la cour de France en vue d’interdire la feuil le de Rousset de Missy. Une autre démarche française à Berlin remonte à 1745 (Pelloutier à Prosper Marchand, P.M. 2, 30-1-45).

13 G.Weill, Le journal. Origines, évolution et rôle de la presse périodique Paris 1934, p. 114.

14 Rousset de Missy à Gottsched, 29-5-54. Bibliothèque universitaire, Leipzig. Ce document a déjà été signalé par M. Fontius (n.8), p. 124. Rousset de Missy a également été correspondant du comte de Cobenzl, ministre plénipotentiaire des Pays-Bas autrichiens (archives du royaume, Bruxelles, Secr. d’État et de Guerre, n.1210, vol. 1058, fol. 1-66). Sur le ministre, voir Ch. de Villermont, Le comte de Cobenzl, Lille, Paris, Bruges, (1925) ; G. de Boom, « Les ministres plénipotentiaires dans les Pays-Bas autrichiens principalement Cobenzl », Académie royale des lettres, Mémoires, coll. in-8°, tome XXXI, fasc. I, Bruxelles, 1932.

15 M. Fontius (n.8), p. 121-151, 227-242.

16 H.A Grubbs, Jean-Baptiste Rousseau. His life and his works, Princeton, 1941 - Nombreux sont les poèmes qui ornent l’Épilogueur moderne (III/XX ; V/IX, XV ; XI/XVI ; IX/XVII).

17 Ep. mod., VII/V, 15-5-52.

18 Id., VII/XIII, 13-11-52.

19 Id., IX/XX, 7-5-53.

20 Id., IV/XX (le fanatisme) ; XI/XII (la persécution).

21 Voir la communication de Mme Berkvens-Stevelinck (n.4), p. 23 et les autres notes 36 et 37. La collaboration de Prosper Marchand ne s’en tint pas là, étant l’auteur d’une « lettre de Paris », datée du 30 mars 1754 (Ép. mod., XII/XVI ; voir aussi P. M. 2, fol. 95. - Je tiens à remercier Mme Berkvens-Stevelinck de l’obligeance avec laquelle elle a facilité mes recherches dans le fonds Prosper Marchand de la Bibliothèque universitaire de Leyde.

22 P. M. 2, fol. 55.

23 Les rapports de Rousset de Missy avec la franc-maçonnerie furent multiples, comme auteur, propagateur et grand-maître. E. Boercnbeker, « De geheimen der Vrye-Metselaars en der Mopsen geopenbaart », Toth, Tijdscbrift voor Vrijmetsela ren, an. 22, mai 1971, n. I-III, p. 1-64 ; W. Kat, Ben grootmeestersverkiezing in 1756, Amsterdam, 1974 ; D. van Lith, « le Franc-maçon hermite », Toth, an. 29, déc. 1978, n.III, p. 69-77. Voir aussi P. M. 2, fol. 64, 75.

24 Pour les sources d’information des gazettes hollandaises, voir J. Lozek, « Gazettes internationales de langue française dans la seconde moitié du XVIIIème siècle », Modèles et moyens de la réflexion politique au XVIIIème siècle, t. I. Lille, 1977, p. 369-382.

25 D’après G. Weill (n. 13, p. 114), « prudence, exactitude, franchise » sont les traits caractéristiques de la presse française à l’étranger.

26 J. Balcou, Fréron contre les philosophes, Genève, 1975 ; id., Le dossier Fréron. Correspondance et documents, Genève, 1975. Fréron lui a communiqué un plagiat de Voltaire (P. M. 2, fol. 75), aussitôt rendu public (Ép. mod., VII/XVI, p. 134) Par contre, la rétractation de Fréron (Fontius, n.8, p. 132) ne figure pas dans la feuille. Rousset a dû recevoir encore une autre lettre de lui (P. M. 2, fol. 53).

27 P. M. 2, fol. 104. Sur le personnage, voir la notice de J. Wagner, Dict. des journalistes (n. 1), p. 322-324.

28 P. M. 2, fol. 81, 2-8-53. - Une lettre du jeune publiciste, obtenue par « le canal » de Prosper Marchand (P. M. 2, fol. 99) fut publiée par l’Épilogueur moderne (X/XVIII ; XIX, XX). Voir aussi P. M. 2, fol. 98. La collaboration entre le journaliste et le publiciste fut réciproque. Rousset de Missy a fait précéder « la réponse de M. de La Beaumelle à M. de Voltaire » par une « Introduction de l’Epilogueur», éd. Gibert du Siècle de Louis XIV, t. III, La Haye, p. 78-81. Cette bonne intelligence n’a pas échappé aux sbires envoyés par le lieutenant de police de Paris en Hollande. Le rapport d’un certain Denoncourt est conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal parmi les papiers Duquerlon, MS Bastille 11.706, feuillet 245. Sur le publiciste il faut se référer à C. Lauriol, La Beaumelle. Un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire, Genève, 1978.

29 P. M. 2, fol. 39.

30 P. M. 2, fol. 34, 45, 46, 55 et 59, 10152. A propos d’une contrefaçon des Annales de l’Empire (id., fol. 94). La meilleure étude d’ensemble est celle de H. Duranton, « La genèse de l’Essai sur les mœurs : Voltaire, Frédéric II et quelques autres », P. Brockmeier, R. Desné et J. Voss, Voltaire in Deutschland, Stuttgart, 1979, p. 257-268. E. Lizé (« L’homme de lettres et le faquin : Voltaire et Jean Néaulme », Romanische Forschungen, 92, 1980, p. 126131) ignore tout de ces rapports. - On aurait tort de sous-estimer un autre facteur relevé à juste titre par M. Fontius (n. 13, p. 121), à savoir que Rousset de Missy défend les intérêts des libraires hollandais.

31 Best. D 5596.

32 P. M. 2, fol. 88, 93, 98.

33 P. M. 2, fol. 52.

34 Ibid.

35 Id., fol. 84, 14-7-53. Jean de Beyer à Prosper Marchand.

36 P. M. 48 (copie).

37 Ép. mod., X/XV, 26-7-53. Voltaire, Correspondence and related documents, éd. déf. p. Th. Besterman, Genève-Oxford, 50 vol., 1968-1976. Best. D app. 124.

38 P. M. 2, fol. 61.

39 Ép. mod., VII/VIII.

40 Douxfils propose à Prosper Marchand de former avec Rousset « un triumvirat contre ce crayon de Voltaire » (P. M. 2, 1-1-53). Rousset mande à Marchand : « J’avois pris du goût pour la critique dans le cabinet de notre grand ami de Bruxelles. Voici mon coup d’essai contre le grand Voltaire (...) » (P. M. 2, fol. 31, 1-7-53). Douxfils, sous le pseudonyme « un savant de ce païs » répliqua à l’Avertissement de Voltaire (Ep. mod., VII/XVII, 7-8-52. Voir P. M. 2, fol. 7 5). C est Douxfils qui ne cesse d’exhorter Marchand à mettre au point ses notes pour une deuxième édition des Voltariana (P. M. 2, fol. 25, 28, 31, 58, 78, 1-1-53 ; Douxfils à Marchand). Ce projet ne se réalisa pas, mais, par une ironie du sort, Voltaire finit par attribuer ce pamphlet à Rousset (Essai, n. 12). La situation matérielle de Douxfils a dû être difficile car le journaliste le recommande à Cobenzl (n. 14).

41 P. M. 2, fol. 38.

42 Id., fol. 75.

43 Voir la « critique d’une personne de poids » (Ép. mod., VII/VIII).

44 Dans une lettre non datée à Prosper Marchand, on lit : « pourriez-vous m’apprendre qui est Formey, est-ce un enjoleur ou un Sénebier ? » (P. M. 2, fol. 79). Sur Formey, voir W. Krauss, « Ein Akademiesekretär vor 200 Jahren, Samuel Formey » in Studien zur deutscben und franzosischen Aufklärung, Berlin, 1963, p. 53-62.

45 P. M. 2, 10-2-53. Pelloutier garde un bon souvenir du séjour de Rousset de Missy à Berlin du fait que ce dernier avait refusé de signer l’« acte d’orthodoxie » (ibid.). Pour Pelloutier, voir E. Haag, La France protestante, 10 vol., Paris, 1846-1859, t. VIII, p. 180-183.

46 P. M. 2, fol. 60.

47 Id., fol. 84.

48 Id., fol. 85, 23-7-53. Ep. mod., XI/VII, 24-953. Best. D 5413. S’agit-il de camouflage lorsque Rousset dit imprimer le texte de cette lettre d’après le Courber d’Avignon ?

49 P. M. 2, fol. 85. Il s’agit d’une allusion à Nicolas-René Berryer (M. Antoine, Le gouvernement et l’administration sous Louis XV. Dictionnaire biographique, Paris, 1978, p. 30).

50 M. Fontius, (n.8), p. 130. Best. D 5413.

51 P. M. 2, fol. 38, 14-11-52. Id., fol. 46.

52 Voltaire, Essai sur les mœurs, éd. Pomeau, 2 vol., Paris, 1963, t. I, p. IX. L. Trénard, Histoire générale de la presse française, t. I, Paris, 1969, p. 179.

53 P. M. 2, fol. 46. Ici Rousset fait allusion à la première contribution de Douxfils (n. 39).

54 M. Fontius (n. 8), p. 112.

55 Best. D 5747.

56 Voir P. M. 2, fol. 46.

57 Id., fol. 94.

58 Id., fol. 98 (sd).

59 Best. D 5662, 28-2-54.

60 P. M. 2, fol. 79 (sd), à P. Marchand. M. Fontius (n. 8), p. 128.

61 P. M. 2, fol. 95 (sd).

62 Voir N. 51.

63 A. Frankenfeld, « Typologie der Zeitung », E. Dovifat, éd., Handbuch der Publizistik, t. III, 1969, p. 153-160, ici p. 155.

64 Rousset de Missy est conscient que sa formule lui garantit un succès certain et il se sent approuvé par son libraire (P. M. 2, fol. 68, 10-453).

65 Il est à remarquer que nulle part Rousset de Missy n’expose le programme de ses feuilles, mais il se confesse à plusieurs reprises à son public, en tant que « patriote » (Ép. mod., III/XVI, XVII, V/XII).

66 J.Sgard, Le Pour et contre (n. 1), p. 39.

67 P. M. 2, fol. 68, 10-4-53. Le 28 février 1754 (?) Prosper Marchand a dû être ravi de lire : « J’ai déjà apris que le squelette de Voltaire est sur le point de laisser échaper sa grande âme qui ne peut hélas rester dans le maigre étui », P. M. 2, fol. 47.

68 Id., fol. 104, 5-1-56.

69 id., fol. 89, 20-1153.

70 Essai sur l’histoire universelle (n. 12), texte réimprimé par M. Fontius (n. 8), p. 145-147 et par R. Pomeau (n. 51), t. II, p. 883-884.

71 P. M. 2, 1153, Douxfils à Prosper Marchand.

72 Voir n. 69.

73 C’est ce qui ressort d’une lecture attentive de l’Épilogueur moderne (cf. M. Fontius, n. 8, p. 125) tandis que les confidences destinées à Prosper Marchand font voir un jugement plus acerbe, désabusé (P. M. 2, fol. 45).

74 Voir M. Fontius (n. 8), p. 133.

75 P. M. 2, fol. 61, 1-3-(55 ?).

76 Id., fol. 102 ; voir aussi fol. 100.

77 Roussey de Missy précise, probablement en 1755, qu’il a fait depuis février 1741 un recueil de 32 tomes (P. M. 2, fol. 79, sd.).

78 Bruys, un ennemi du journaliste, n’avait-il pas relevé que ce dernier « voulait faire le moraliste dans une feuille périodique publiée sous le titre de Censeur » (Mémoires historiques, critiques et littéraires, 2 vol. t. I, Paris, 1751, p. 158).

Table des illustrations

Titre L’EPILOGUEUR MODERNE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

Auteur

Genève

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540