Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Ésotérisme en France entre xixe et xxe siècle

Martinésisme, willermozisme et martinisme a Lyon

Serge Caillet

Résumé

The words « martinesism », « willermozism » and « martinism » refer to three theosophists of the 18th century.
Martines de Pasqually (1727-1774) was a mysterious character, who devoted his life to the Order of the Mason Knights which he founded. This society, which disappeared at the end of the 18th century, was not made up of mere freemasons, but of chosen priests, capable of celebrating theurgy in the temple. Martines de Pasqually taught the doctrine of reintegration, contained in his uncompleted book, Traité de la réintégration, which in a way summarizes the adventure of man in the garden of Eden.
Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), where the term « willermozism » comes from, was a genuine Lyons bourgeois who dedicated his life to freemasonry. He met the Order of the Mason Knights in 1767 and Martines de Pasqually rapidly made him his Lyons representative.
Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) - where our third term « martinism » comes from - who wrote under the pseudonym of « the unknown Philosopher », discovered the mysteries of the Order of the Mason Knights in 1765. In 1774 andl775, Saint-Martin came to teach his brothers in Lyons, where he wrote his first book.
In 1778 at the Gauls' convent in Lyons, Willermoz decided to reform the Templar Strict Observance into a rectified Scottish régime, where he taught the martenesist doctrine. As for Saint-Martin, the attraction of intériorisation forced him to gradually split away from the Order of the Mason Knights and to turn external theurgy into an intracardiac practice.

Texte intégral

1Les mots « martinésisme », « willermozisme » et « martinisme » réfèrent à trois théosophes du XVIIIe siècle qui sont respectivement Martines de Pasqually, Jean-Baptiste Willermoz et Louis-Claude de Saint Martin.

2Ces trois personnages ne sont évidemment pas sans points communs puisque le premier, Martines de Pasqually, fut le maître des deux autres. C'est par lui qu'il nous faut donc commencer.

3Martines de Pasqually est un personnage mystérieux. Des chercheurs comme Gérard van Rijnberk, René le Forestier, ou mon ami Robert Amadou ont certes contribué à résoudre quelques énigmes de sa vie ou à éclairer et expliquer sa doctrine, mais beaucoup reste encore à faire et c'est pourquoi j'ai entrepris de reprendre et de poursuivre les travaux déjà réalisés.

4Le nom même de Martines de Pasqually est une énigme, car ni l'un ni l'autre des deux mots qui composent ce nom ne semblent correspondre à un patronyme. Martines de Pasqually a d'ailleurs utilisé, tantôt accolés à ce premier nom, tantôt s'y substituant, les noms « de la Tour » ou « de la Case ». A l'instar de ses disciples et de tous les auteurs, afin de désigner notre homme nous garderons ici le nom, peut-être hiéronyme, qu'il avait choisi : Martines de Pasqually, d'où vient le mot « martinésisme ».

5La naissance de Martines de Pasqually est elle-même une énigme. Sans doute est-il né vers 1727, à Grenoble ou près de Grenoble. Le français, cependant, n'était pas sa langue maternelle. Son père était vraisemblablement d'origine juive espagnole, sa mère d'origine catholique, et française. Martines lui-même se disait catholique romain, il fut très vraisemblablement baptisé dans cette Eglise, s'y maria, y fit baptiser ses enfants, et fut inhumé selon les rites de cette Eglise.

6En 1761, Martines de Pasqually épousa une jeune femme issue de petite bourgeoisie bordelaise, dont il eut deux fils, l'un mort en bas âge, l'autre en qui il avait mis quelque espoir de lui succéder à la tête de son ordre, et qui fut commissaire de police sous la Restauration. Martines vécut à Bordeaux, de 1761 à 1772, puis il embarqua pour Saint-Domingue afin d'y régler une affaire d'héritage. Mais il y est mort, en 1774, avant d'avoir pu en bénéficier.

7Il n'y a pas grand chose d'autre à dire sur la vie, extérieure ou profane, de Martines de Pasqually.

8Mais la carrière initiatique de celui dont Louis-Claude de Saint-Martin ne craignait pas d'avouer qu'il était le seul mortel dont il n'ait pu faire le tour, reste encore, elle aussi, bien énigmatique plus de deux siècles plus tard. Beaucoup de ses contemporains l'ont un peu hâtivement jugé, mais Saint-Martin, lui, ne s'y est pas trompé, qui a reconnu Martines pour son premier maître.

9Martines de Pasqually était judéo-chrétien, et sa doctrine est judéo-chrétienne. Lui-même se disait catholique romain et sa sincérité ne fait aucun doute. Mais son enseignement ne relève pas de la théologie romaine, mais d'un autre christianisme. Au vrai, il relève du judéo-christianisme primitif, sans négliger d'éventuels apports islamiques.

10Martines de Pasqually fut un praticien de la théurgie cérémonielle, et l'école dont il était le grand souverain en ce monde, c'est-à-dire l'Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l'univers, qu'il a fondé, enseignait la pratique de cette voie théurgique.

11Martines de Pasqually voua sa vie à son œuvre, et cette œuvre c'était l'Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l'univers, dont il était le « grand souverain », et dont il se défendit d'être le fondateur. Bien que très en marge de la franc-maçonnerie traditionnelle, l'Ordre des élus coëns était en effet une société maçonnique. D'abord par commodité, parce que la franc-maçonnerie du XVIIIe siècle était alors une des rares associations tolérées par l'Eglise catholique romaine. Ensuite parce que Martines de Pasqually avait compris que la maçonnerie est par vocation un vecteur privilégié de l'ésotérisme judéo-chrétien, et qu'elle pouvait donc offrir un véhicule idoine à son enseignement et à la pratique théurgique corrélative. Mais les élus coëns ne sont pas de simples franc-maçons, et Martines dira, lui, qu'ils sont les vrais maçons : des prêtres choisis (c'est ce que signifie élu coën), capables de célébrer la théurgie dans le temple, après avoir édifié ce même temple spirituellement.

12En 1754 selon certains, en 1758 selon d'autres, Martines de Pasqually a commencé de recruter dans les loges maçonniques du Midi de la France pour un ordre dont il se prétendait grand souverain pour la région occidentale, celui des chevaliers maçons élus coëns. Avant Martines, nulle trace de cet ordre-là, fût-ce sous une forme non maçonnique. De toute évidence en effet, et en dépit de ses protestations, Martines a bien organisé matériellement son ordre, et cette fondation n'a d'ailleurs jamais été complètement achevée.

13Ses premiers émules, Martines les recruta tout naturellement dans des loges maçonniques traditionnelles, et son ordre se présenta au départ comme un système de hauts grades maçonniques, dépourvu de grades « bleus » (apprenti, compagnon, maître). Pour lui, la franc-maçonnerie ordinaire est « apocryphe », et tout maçon qui n'est pas coën n'est qu'un pseudo-maçon. Ces profondes différences entre la maçonnerie classique, même mystique, et la maçonnerie coën, ainsi que le besoin d'indépendance de l'Ordre, vont rapidement amener Martines à composer et transmettre ses propres grades bleus, préparatoires en somme aux véritables grades coëns.

14L'Ordre achevé se divisait en quatre classes : apprenti, compagnon et maître pour la première classe ; maître élu, apprenti coën, compagnon coën et maître coën pour la seconde classe ; grand architecte, chevalier d'Orient, commandeur d'Orient pour la troisième, et enfin réau-croix pour la quatrième et dernière classe.

15Les premiers degrés étaient conférés par initiation rituelle (ceux de la première classe étant d'ailleurs transmis en une seule cérémonie), les derniers par ordination.

16Martines de Pasqually y enseignait d'abord la doctrine de la réintégration, qui repose sur la tradition biblique, et sur certaines gloses de l'Ecriture Sainte. Martines lui-même est l'auteur d'un livre inachevé, Le Traité de la réintégration des êtres créés dans leurs primitives propriétés, vertus et puissances divines, qui était communiqué aux plus hauts initiés de l'ordre. Cet ouvrage, publié pour la première fois en 1899, a fait l'objet, en 1974, d'une savante réédition, par Robert Amadou.

17Ce traité résume en quelque sorte l'aventure de l'homme depuis le Jardin d'Eden. Martines y raconte l’émanation des premiers esprits que sont les anges, composant la cour divine primitive. Puis il explique comment certains d'entre eux se sont rebellés contre leur Créateur, ont été chassés de la cour divine, et, étant devenus les démons, furent contraints de trouver un asile dans l'univers spatio-temporel créé pour leur servir de prison. L'Eternel émana alors une nouvelle classe d'esprits, que Martines nomme les mineurs (parce qu'ils viennent en second) : c'est l'homme. De cette classe spirituelle, Dieu détache un être, Adam, chargé de veiller sur l'univers et sur les démons qui y séjournent, mais aussi d'aider à leur réintégration, c'est-à-dire à leur retour près de Dieu dont ils se sont volontairement coupés par leur conduite infâme. Hélas, Adam se laissera séduire par les démons, faillira à sa mission et, perdant son corps de gloire, sera obligé de prendre un corps de chair en ce monde. Avec lui, l'ensemble de l'humanité sera désormais contrainte de venir habiter cette terre. Et ainsi, selon Martines, les descendants d'Adam que nous sommes ne sont plus capables d'opérations purement spirituelles, c'est-à-dire d'une relation directe avec le Créateur.

18Afin de retrouver cet état perdu, Martines de Pasqually prescrit à ses disciples la théurgie cérémonielle, spirituelle et temporelle, avec certes d'indispensables prières, mais aussi avec des rites qui impliquent gestes, parfums, cercles et symboles. Ces opérations de magie divine, selon Martines, feront que l'homme repenti pourra obtenir le pardon de Dieu, et recouvrer provisoirement les pouvoirs dont l'Eternel avait investi Adam. Il entrera alors en rapport avec les êtres spirituels, les anges demeurés fidèles à Dieu, dont il lui faudra requérir l'assistance en vue d'exorciser les démons et de les réintégrer ainsi qu'Adam en avait reçu la primitive mission.

19Seuls, en vérité, les plus hauts initiés de l'Ordre des élus coëns, c'est-à-dire les réaux-croix, assistés d'initiés mineurs, avaient ce droit et ce devoir de pratiquer de telles opérations. Cette pratique théurgique exigeait d'ailleurs une véritable consécration à la fonction sacerdotale, car les coëns sont bien, selon Martines, de véritables prêtres.

20Une dizaine de temples coëns virent le jour, et après la mort de Martines en 1774, ceux-ci s'éteignirent peu à peu. Le dernier à entrer en sommeil fut celui de Toulouse, en 1792. Des deux successeurs de Martines à la tête de l'Ordre, le premier, Armand Robert Caignet de Lestère mourut en 1778, et le second, Sébastien de Las Casas, encouragea la dissolution des chapitres restants.

21Ainsi, l'Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l'univers s'est éteint à la fin du XVIIIe siècle. Les derniers élus coëns, au nombre desquels il faut compter Jean-Baptiste Willermoz, ont rejoint l'autre monde au cours du premier tiers du XIXe siècle, et la filiation rituelle de Martines s'est perdue. D’aucuns, de nos jours, peuvent cependant revendiquer une filiation spirituelle.

1. Jean-Baptiste Willermoz

22Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), d'où vient le terme « willermozisme », bon bourgeois lyonnais, a consacré sa vie à la franc-maçonnerie où il entra avant même ses vingt ans. Sur Willermoz, je me dois de citer ici le livre classique et indispensable de Mme Alice Joly, archiviste-paléographe : Un mystique lyonnais et les secrets de la franc-maçonnerie, publié en 1938, et réédité récemment.

23Jean-Baptiste Willermoz appartint à plusieurs rites maçonniques où, selon son propre aveu, il ne trouva guère que des prescriptions morales dont il n'était pas homme à se contenter. Puis il rencontra en 1767 l'Ordre des élus coëns, dont il reçut les premiers degrés des mains mêmes de Martines de Pasqually, à Paris, avant d'être peu après ordonné réau-croix, dernier grade de l'ordre. Il y reçut aussi la doctrine de la réintégration qu'il ne cessa, toute sa vie durant, d'étudier et de transmettre. Il s'engagea enfin dans la pratique de la théurgie cérémonielle selon les directives de Martines de Pasqually, sans grand succès apparent d'ailleurs. Ces échecs répétés accentuèrent le scepticisme de Willermoz à l'égard de Martines dont il s'est souvent méfié. Mais, bien des années plus tard, Willermoz reconnaîtra sa dette.

24Très vite, Martines avait fait de Willermoz son délégué à Lyon, et pour tout le sud-est de la France. L'histoire des relations entre les deux hommes est du reste documentée grâce à un matériau du plus grand intérêt : les lettres de Martines à Willermoz, aujourd'hui conservées dans le très riche fonds Willermoz de la Bibliothèque municipale de Lyon, qui furent d'ailleurs publiées par Gérard van Rijnberk, dans le deuxième volume de son livre sur Martines de Pasqually.

25Dès 1768, Willermoz essaya de recruter à Lyon les membres d'un temple coën qui prit corps peu à peu. Il fut alors secondé dans ses efforts par Louis-Claude de Saint-Martin, notre troisième homme.

2. Louis-Claude de Saint-Martin

26Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) – d'où vient notre troisième terme « martinisme » – qui signa ses ouvrages du pseudonyme « le philosophe inconnu », découvrit les mystères maçonniques et théurgiques de l'Ordre des élus coëns chez ses camarades du régiment de Foix-Infanterie, alors stationné à Bordeaux, en 1765. Son carnet de notes, en 1768, le montre déjà très avancé et très persuadé. En 1769, Martines de Pasqually l'accueille auprès de lui, et en 1771 Saint-Martin quitte l'état militaire pour se consacrer pleinement à la quête initiatique, et à l'œuvre de Martines dont il devient secrétaire. Ainsi l'aide-t-il à la mise en forme du fameux Traité de la réintégration, et est-il ordonné réau-croix en 1772, quelques jours avant que son maître ne quitte la France.

27En 1774 et 1775, Saint-Martin vint enseigner ses frères de Lyon, comme il le fera du reste en 1776 lorsqu'il se rend auprès des frères de Toulouse, où l'accueille la famille Du Bourg, qui lui est chère.

28Dès 1771, Saint-Martin, qui est auprès de Martines de Pasqually à Bordeaux, prépare à l'intention de Willermoz et des frères lyonnais des rituels et des instructions. Il correspond régulièrement avec celui-ci et l'incite à ne pas se laisser décourager par l'insuccès de ses travaux théurgiques, mais l'invisible refuse une fois encore de se manifester. En 1773, Willermoz invite Saint-Martin à venir instruire les élus coëns lyonnais, et celui-ci se rend alors à Lyon où il arrive vers le 10 septembre de cette année, juste à temps pour entreprendre avec Willermoz une nouvelle opération théurgique d'équinoxe.

29Puis Saint-Martin commence l'instruction des frères du temple du temple de Lyon, et ces leçons, dont des résumés nous sont parvenus, avaient lieu très régulièrement, tous les lundis et tous les vendredis, parfois accompagnés d'initiations dans l'ordre.

30Dans le même temps, Saint-Martin entreprit la rédaction de son premier livre Des Erreurs et de la vérité, qu'il écrivit, dit-il, par désœuvrement et par colère contre les philosophes. Il en fit partager la teneur aux élus coëns rassemblés autour de lui chez Willermoz.

31Après la mort du grand souverain de l'Ordre des élus coëns, Willermoz décida de réformer l'un des régimes maçonniques auxquels il appartenait, en y insérant la doctrine de la réintégration. Ce régime maçonnique était la Stricte Observance templière fondée en Allemagne par le baron de Hund, vers 1750, et dont un émissaire de celui-ci vint établir un chapitre à Lyon en 1774. De ce nouveau cénacle naîtra le Régime écossais rectifié, élaboré au fameux convent des Gaules, à Lyon, en 1778, au cours duquel, sous l'inspiration de Willermoz, la Stricte Observance sera métamorphosée en Ordre des chevaliers bienfaisants de la Cité sainte. Puis, en 1782, au cours du convent de Wilhelmsbad, la réforme fut étendue au monde entier.

32Cas exceptionnel en franc-maçonnerie, nul ne peut être reçu au grade d'apprenti du rite écossais rectifié sans être chrétien, et ce rite est ainsi l'un des rares rites maçonniques qui, exigeant la foi en Jésus-Christ, permet à des chrétiens de vivre maçonniquement le christianisme, ce qui, tout en résolvant certains problèmes relatifs aux rapports de la franc-maçonnerie avec l'Eglise, ne laisse pas d'en poser d'autres peut-être plus graves.

33Tout comme le faisait la Stricte Observance, l'Ordre intérieur du rite écossais rectifié se réclame d'une spiritualité templière. Mais depuis les réformes de Lyon et de Wilhelmsbad, le chevalier bienfaisant de la Cité sainte s'est substitué au chevalier templier de la Stricte Observance. A Wilhelmsbad, en effet, l'Ordre renonça à se réclamer d'une abusive filiation historique avec l'Ordre du temple, pour ne plus revendiquer qu'une filiation spirituelle.

34Mais les réformes de Lyon et de Wilhelmsbad consistèrent aussi, et peut-être surtout, pour Willermoz et ses amis à transmettre le dépôt martinésiste au Rite écossais rectifié. Précisions : Willermoz a transmis au Rite écossais rectifié la doctrine des élus coëns, il n'a pas transmis la pratique théurgique. Et s'il est vrai que beaucoup d'élus coëns se sont retrouvés dans l'Ordre des chevaliers bienfaisants de la Cité sainte, ceux-ci avaient pour consigne formelle de n'y rien révéler de la théurgie cérémonielle, ni même de l'existence de cette théurgie même.

35La doctrine de la réintégration n'en a pas moins été exposée, sous une forme symbolique dans les premiers grades, puis de plus en plus clairement dans l'Ordre intérieur, et enfin d'une manière parfaite dans la double classe secrète du Rite écossais rectifié, composée de la Profession et de la Grande Profession mises sur pieds par Willermoz afin de conserver secrètement la doctrine de Martines. C'est en effet à la double classe secrète de la Profession et de la Grande Profession que Willermoz confia la garde du dépôt martinésiste.

36Quant à Saint-Martin, l'attrait de l'interne le conduisit peu à peu à se séparer de l'Ordre des élus coëns, qui d'ailleurs était en décomposition. Mais jusqu'à son dernier jour, le Philosophe inconnu conserva, et consulta n'en doutons pas, l'ensemble des documents coëns copiés de sa main, y compris l'inestimable Traité de la réintégration. Il continua de tenir Martines pour son premier maître et à se dire coën et initié. Son rejet de la théurgie cérémonielle ne l'oppose pas à Martines, car cette voie-là, Martines ne la méconnaissait pas, mais il la jugeait trop étroite, et pour ainsi dire fermée, alors que Saint-Martin jugea, lui, qu'il pouvait s'y engager, ce qu'il fit avec succès. Martines enseignait la théurgie externe. Saint-Martin sublima cette théurgie en une pratique intra-cardiaque.

37Puis, en 1788, le Philosophe inconnu découvrit l'œuvre de Jacob Boehme (1575-1624), dont il traduira plusieurs ouvrages, et approfondira la sophiologie, cette doctrine de la Sagesse divine, déjà présente chez Saint-Martin, et que Martines, estime-t-il, n'avait pas lui-même ignorée. Dès lors le Philosophe inconnu s'efforcera de célébrer le mariage de Boehme, son second maître, avec Martines, qui fut et resta le premier.

38Le philosophe inconnu n'est pas un mystique au sens strict. Saint-Martin est un illuministe et un gnostique. Sa théosophie joint la connaissance à l'amour.

39L'œuvre écrite de Saint-Martin encourage l'homme de désir à engendrer en lui le nouvel homme. Mais Louis-Claude de Saint-Martin n'a pas transmis d'initiation rituelle qui lui soit propre, il n'a fondé aucune société, ni aucun ordre d'aucune sorte, et il n'a par conséquent pas fondé l'Ordre martiniste. La filiation rituelle, dite « martiniste », ou « de Saint-Martin », remonte seulement à Papus (le Dr Gérard Encausse, 1865-1916), fondateur de l'Ordre martiniste, en 1887.

40En effet, pour Saint-Martin, qui n'a fondé aucune école, ni transmis aucune initiation qui lui soit propre, l'initiation rituelle, quelle qu'elle soit, est toujours auxiliaire, jamais indispensable, et l'initiation véritable s'accomplit dans le cœur du nouvel homme, organe de l'amour et de la connaissance supérieure.

41Après la mort de Louis-Claude de Saint-Martin, en 1803, le martinisme au sens strict, c'est-à-dire la doctrine du Philosophe inconnu contenue dans ses ouvrages, continuera d'être étudiée, transmise, vécue par quelques-uns, parallèlement à la transmission du Rite écossais rectifié, qui, du reste, subsista en Suisse seulement, jusqu'au début du XXe siècle.

42Peu de temps auparavant, le Dr Gérard Encausse, dit Papus, avait fondé l'Ordre martiniste, placé sous le patronage spirituel du Philosophe inconnu, et qui eut à Lyon son heure de gloire.

Auteur

Historien. Lyon.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.