Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

L'ésotérisme et son histoire en occident

La question de l’ésotérisme chrétien en France aux xixe et xxe siècles

Jean-Pierre Laurant

Résumé

Why the 19th century? The word appeared (in 1828) in the romantic spirit of a return to traditional Christian values after the shock of the revolution. The notion evolved between the two poles of theological exegesis on the one hand, and the arrival of new scientific criteria on the other: the stake being the recognition of ancient disciplines as being sciences, such as cabbala or astrology, or new knowledge in magnetism, hypnosis, etc. At the same time, esoterism was the favourite medium for new religious sensitivities, marked by an increasing suspicion of institutions and dominated by the intention to reconcile faith and reason at a time of great spiritual progress.
The quality could be demanded, annexed or denounced according to the users’ intentions, the secret nature initiating the process goes especially with strategies to gain or keep power in modern societies.

Texte intégral

1Les faux jumeaux ésotérisme et occultisme sont nés en français tout d’abord, le premier en 1828 (en anglais en 1835) sous la plume de l’historien protestant strasbourgeois de la gnose Jacques Matter ; l’usage courant du second est relevé, en 1840, dans le Dictionnaire des mots nouveaux. Partant, les deux néologismes, indiquant une constitution en systèmes surimposés aux adjectifs anciens correspondants, ont conquis très rapidement droit de cité dans les dictionnaires et encyclopédies des grandes langues européennes et y occupent toujours une place de premier plan liée aux enjeux des choix intellectuels et religieux dans les sociétés européennes post-révolutionnaires. Dès leur apparition, une incertitude sur l’objet et les limites du champ ésotérique, situation propre à tous les mots « rassembleurs », contribua à faire converger les soupçons des milieux scientifiques autant que des Eglises établies, l’Eglise catholique en particulier, sur cette notion trop insaisissable.

1. Pourquoi le XIXe siecle ?

2L’échec de la Révolution française sur le butoir de la question religieuse, domaine oublié dans l’organisation des pouvoirs imaginée par Montesquieu, et la réaction contre les Lumières joints au sentiment du caractère irréversible de certains changements provoquèrent une réflexion sur les limites de la raison, la valeur des traditions et la nature de leur transmission. Quel statut nouveau donner à cette religion que l’on n’avait pu éliminer et comment retrouver l’unité perdue entre la société politique où le peuple paraissait si peu préparé à l’apprentissage de la démocratie et la société civile restée profondément croyante ou revenue à la foi ? Comment interpréter les souffrances et les malheurs de la guerre accumulés depuis 1792 ?

3A ces questions posées au XIXe siècle naissant, la pensée ésotérique apportait des éléments cohérents de réponse. Parmi les héritiers de l’illuminisme du XVIIIe siècle, Joseph de Maistre ou Ballanche tentèrent une relecture chrétienne des grands théosophes du siècle passé, Martinez de Pasqually, Louis-Claude de Saint-Martin ; ils intégrèrent leurs spéculations dans une perspective historique du plan divin, resacralisant l’histoire. Les prophéties s’appliquaient aux temps modernes et annonçaient le règne de l’Esprit : les événements récents donnaient la clé du millenium, d’un renouveau, d’une « palingénésie » selon Ballanche, élucidant le sens de l’histoire par la possession du secret de son interprétation. Un rêve millénariste analogue animait les tenants de la société nouvelle, héritiers de la tradition révolutionnaire, pour qui la fin de l’ancien régime s’assimilait à celle de l’ancienne alliance et le sens ésotérique de la tradition retrouvée restituait la parole primordiale confisquée trop longtemps par les prêtres. La découverte des textes orientaux, avec les premières traditions des Upanishads ou du Zend Avesta, la passion de l’Egypte renforcée par l’expédition de Bonaparte en qui le messianisme polonais comme le « mage » Eliphas Lévi (l’abbé Louis Constant), popularisateur de l’occultisme, avaient vu un instrument du destin, nourrirent les spéculations sur une concordance universelle des symboles et des croyances, toutes issues d’une source unique, la grande révélation divine primordiale.

4Ces idées occupent une place centrale dans la pensée des saint-simoniens et, surtout, de Pierre Leroux opposant dans L’Humanité (1840) « les vulgarisations » de Platon – enseignant la métempsycose, parce qu’il était obligé de composer avec les pouvoirs et qu’il redoutait l’opinion publique – aux « hautes visions » de la transmigration que Pythagore exposait dans son « Collège d’initiés », loin de la foule. La vérité pouvait ainsi germer « à l’ombre de la doctrine secrète », préservée dans les sanctuaires, en attendant que les temps aient dissipé les superstitions populaires. En même temps que les premiers socialistes, les auteurs maçonniques contribuèrent à répandre l’idée d’une transmission secrète, dont leur ordre était le premier bénéficiaire et se trouvait ainsi désigné pour guider l’éducation du peuple à la place des Eglises défaillantes, égarées par la soif de pouvoir.

5Un des fondateurs de la maçonnerie dite « égyptienne », Jacques Etienne Marconis de Nègre, soutint dans L’Hiérophante, développement complet des mystères maçonniques (1839), que le christianisme avait fait faire un pas immense à l’humanité en popularisant la fraction morale des mystères une partie du voile ayant été soulevée, le tour des éléments transcendants et métaphysiques de la doctrine éternelle allait maintenant venir et la maçonnerie « civilisera le monde ».

6La théorisation des sciences occultes, dans les années 1830-1840, sous l’impulsion notamment de Ferdinand Denis, le savant administrateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, compléta la mise en place d’un système bien dans l’esprit du siècle. Si la majorité des tenants de la science positive s’accordait pour reconnaître dans l’alchimie les premiers balbutiements de la chimie, d’autres comme le célèbre chimiste Chevreul ou Denis y virent une science déjà constituée, maintenue cachée dans des groupes secrets, ou voilée par les images d’un langage codé, à cause de l’incompréhension générale génératrice de persécutions. Naudé avait relevé la chose au XVIIe siècle dans son Apologie pour les grands hommes soupçonnés de magie, ramenant à des problèmes de société et de conflit de pouvoir l’occultation des découvertes de la science : tant que le peuple n'était pas prêt, toute vérité n’était pas bonne à dire et l’éducation restait la clef de la désoccultation du savoir.

7Les doutes sur le progrès consécutifs aux malheurs de la Première Guerre mondiale n’infirmèrent pas les données fondamentales de cet ésotérisme chrétien : dans un monde en proie au doute, la transmission par la tradition paraissait d’autant plus nécessaire. Elle est au centre des écrits de Paul Vulliaud et de ses amis dans la revue : Les entretiens idéalistes dans les premières années du vingtième siècle, elle domine l’œuvre de René Guénon, de 1921 à 1951, plongeant ses racines dans le traditionalisme catholique du début du siècle et tournant ses regards vers un Orient mieux connu, à qui l’on demandait autre chose que la confirmation des vérités dont l'Occident était porteur.

2. Comment cerner la « nébuleuse ésotérique » ?

8La confusion induite par le terme correspond plus au manque de continuité dans les analyses, menées à partir de disciplines intellectuelles divergentes ou n’ayant rien à voir les unes avec les autres, qu’à l’imprécision de l’objet. Le domaine de l’ésotérisme est borné par les exégèses d’une théologie obéissant aux nouvelles règles de la critique historique d’une part, et l’extension du domaine des sciences de l’autre ; science ancienne renouvelée par les règles de la critique comme l'histoire ou nouvelle comme la sociologie, espace rêvé de toutes les synthèses. Il ne constitue pas un espace neutre mais fut conçu comme un lien cherchant à fonder son autorité en superposant les légitimités reconnues du religieux et du scientifique : dans son champ se sont croisées inévitablement des disciplines anciennes sur le point de perdre ou qui avaient perdu leur statut scientifique, par exemple l’astrologie médicale, la numérologie ou les spéculations kabbalistiques sur les lettres, et des pratiques et croyances populaires que l’on avait coutume de désigner comme magiques. Le débat reprit et prolongea celui ouvert à la Renaissance autour de l’unité du monde et de la vision magique de ses correspondances ; la preuve donnée par Casaubon, au début du XVIIe siècle, du caractère apocryphe des « Hermética » n’a pas plus clos les débats que les arguments apportés par l’Ecole critique allemande contre « l’Ecole légendaire » au XIXe siècle. Certaines affirmations, telles que l’existence d’une tradition primordiale dont les traces étaient encore visibles dans les symboles de toutes les grandes traditions, étaient au centre des conceptions de la revue catholique Annales de philosophie chrétienne d'Augustin Bonnetty dans les années 1840 qui joua un si grand rôle dans le milieu lyonnais du chevalier de Paravey. Lorsque les choix de Léon XIII en faveur du thomisme eurent rendu ces opinions suspectes, elles se réfugièrent à l’intérieur de l’Eglise dans l’art chrétien, domaine moins « glissant » que celui de la théologie, inspirant les conceptions de Huysmans ou de Claudel et dans l’ésotérisme, qu’il s’affiche chrétien, purement « spiritualiste », orientalisant ou même ouvertement anticlérical. Si les contenus ne peuvent être identifiés avec une rigueur suffisante, opérant une partie de leur course au grand jour de l’exotérisme et le reste « sous les boisseaux » de l’occulte, le type de mise en rapport, en privilégiant les correspondances et le symbolisme par exemple, ainsi que la volonté de porter sur la diversité du monde un regard en quête d’absolu, de retour à l’unité, pourra cerner avec plus de précision la démarche ésotérique. Le regard ésotérique crée son propre champ par son fonctionnement, comme les hommes qui s’y livrent se groupent et s’isolent tout en cheminant parallèlement à l’ensemble de la société. Cette symbiose avec le milieu fait que, tant par ses origines alexandrines que par son explosion à la Renaissance et sa constitution en système au XIXe siècle, l’ésotérique s’inscrit dans le domaine culturel chrétien au même titre que toute autre forme de pensée ; de plus, il s’est voulu réponse, depuis le XIXe siècle, à la laïcisation de la pensée.

3. Qui est ésotérique ?

9On peut en revendiquer la qualité, être reconnu ou bien être dénoncé comme tel. Ces situations ont correspondu la plupart du temps à des enjeux de sociétés dont Pésotérisme ne constituait pas le centre mais fournissait un argument de choix. L’abbé Barruel dans ses fameux Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme (1799-1801) a donné le ton en prêtant à la franc-maçonnerie comme société secrète les intentions hostiles à l’Eglise que l’on sait, accusations renforcées par le caractère terrible que le romantisme conférera au secret comme celui supposé des Templiers, maîtres cachés du monde, à la suite de Cadet de Gassicourt dans Le Tombeau de Jacques de Molai. L’idée se renforça avec les complots de la charbonnerie, l’affaire des « Quatre Sergents de la Rochelle » et le rôle de ces petits groupes dans les révolutions parisiennes successives jusqu’à la Commune de 1871. Avec Léo Taxil l’action supposée des sociétés secrètes antichrétiennes prit les proportions d’une crise nationale dont les suites sont visibles dans la législation du gouvernement de Vichy sur les sociétés secrètes.

10La plupart de ceux qui choisissent ouvertement la voie de l'ésotérisme, que ce soit par des publications, des conférences ou des réunions diverses, mirent, parfois malgré eux, le christianisme au centre de leurs systèmes de références. Les saint-simoniens aussi bien que l’abbé Constant, bientôt mué en mage Eliphas Lévi, voulaient renouer par ce biais avec un véritable christianisme populaire que les Eglises officielles avaient dénaturé. La grande vague occultisante des années 1880 déferla dans le même sens : l’affirmation de la primauté de l’Orient proclamée par la Société théosophique de Mme Blavatski suscita une série de ruptures faites, plus ou moins sincèrement il est vrai, au nom de la tradition chrétienne occidentale. L’Ordre martiniste de Papus est dans ce cas et la revue L'Initiation voulut maintenir le cap entre un cléricalisme étroit, produit d’un dogmatisme dépassé, et un ésotérisme oriental impossible à transposer terme à terme. La correspondance des membres de l’ordre et des lecteurs de la revue confirme l’étroitesse de la marge de manœuvre du fondateur entre ceux qui l’accusaient de chercher un accord impossible avec le clergé catholique et ceux qui le soupçonnaient de trahir la véritable tradition occidentale. Rupture dans la rupture, le Sâr Joséphin Péladan prétendit, à son tour, détenir les clés de la véritable Rose-Croix catholique, ses proclamations fracassantes tinrent le haut du pavé parisien à l’occasion des fameux Salons en particulier. La réaction anti-occultiste et le retour aux textes, à la veille de la Première Guerre mondiale, sensibles chez Grillot de Givry, Paul Vuillaud, Charboneau-Lassay et René Guénon jusqu’à son départ au Caire en 1930, furent marqués par la recherche d’une légitimité traditionnelle et la quête de survivances ésotériques.

11Il n’est pas sans intérêt de noter l’emprise de la culture chrétienne chez des auteurs occultisants anticléricaux comme le taoïste Matgioi (Albert de Pouvourville) dont la traduction du Tao-Te-king, au début du XXe siècle, se coula dans les concepts religieux habituels pour aborder les questions d’être, d’éternité, d’infini, etc. Ces hommes passèrent avec une facilité étonnante d’un camp dans l’autre, Collin de Plancy, auteur d’un Dictionnaire de sciences occultes, Albert Journet, animateur de la revue messianique : L’Étoile, Matgioi lui-même, Stanislas de Guaïta, etc.

12Pour conclure, il convient de souligner l’importance des interprétations ésotériques des prophéties durant tout le XIXe siècle, et jusqu’à nos jours : leur vogue dépasse largement les milieux ésotérisants proprement dits. Joseph de Maistre, dans Les Soirées de Saint-Petersbourg, annonçait pour les temps post-révolutionnaires : « un événement immense » revélant le sens final des Ecritures. Voyants et inspirés de tous bords, revues d’occultisme et personnalités du clergé spéculèrent à l’envi sur la date de la parousie et la régénération du monde : de Léon Bloy à l’hérétique Pierre-Michel Vintras, de Leroux à Eliphas Lévi, du chanoine Chabauty à Guénon analysant les signes de « la fin du monde », et à Nicolas Berdiaev, la liste n’est pas close de ceux qui ont dévoilé et dévoilent le sens du caché.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.