Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin matin. Séance dirigée par Jean Ehrard

La presse britannique vers 1730

Albert Pailler

Texte intégral

1Lorsque Robert Walpole arriva au pouvoir en 1720, à la suite du scandale de la Compagnie des Mers du Sud (« South Sea Bubble »), la presse anglaise avait à peu près un siècle d’existence - longue période marquée par la naissance et la mort d’un nombre considérable de publications, en majorité des journaux, et par des péripéties multiples, dont les plus importantes, eu égard à leurs répercussions sur la vie des journaux et le développement de la presse, furent le déclanchement de la Guerre Civile en 1642, le rétablissement d’une stricte censure par Cromwell en 1655, la restauration de Charles II en 1660 et la fondation du « Journal Officiel » de l’Angleterre en 1665 - (la London Gazette à l’origine l’Oxford Gazette) - la crise politique de 1678-1681 - (le « complot » catholique et la naissance des partis politiques qui en fut en partie la conséquence) - puis l’abolition de la censure préalable en 1694, et l’établissement d’un impôt sur les journaux en 1712.

2Cette dernière mesure, votée à l’instigation de Robert Harley et Henry St. John (Lord Oxford et Lord Bolingbroke), visait à museler la presse d’opposition ; ses effets directs ne furent en fait que temporaires et très limités, et l’accroissement du nombre des publications se pour suivit plus ou moins régulièrement après le changement de dynastie et l’arrivée au pouvoir du parti Whig, dont la prépondérance devait durer près d’un demi-siècle - (The Whig Supremacy, 1714-1760, est le titre du volume XI de l’Oxford History of England). Vers 1730, l’opposition au régime de Walpole s’était élargie, étoffée, durcie, et la conséquence dans le domaine journalistique fut le développement d’une polémique extrêmement âpre et violente, même si l’on en juge en fonction des critères de notre propre époque. De sorte que le choix, assez arbitraire, de cette date de 1730, pour présenter un rapide aperçu des journaux et périodiques britanniques de l’époque, peut être justifié par l’état de la presse à cette date.

3Il convient de préciser au préalable d’une part, qu’une étude de cette presse ne saurait se limiter à celle des journaux politiques, et des journaux d’information, - et d’ailleurs il est parfois bien difficile de délimiter des frontières très précises-, et d’autre part, que les journaux dans lesquels se poursuivait cette polémique entre gouvernement et opposition sur les thèmes politiques majeurs, ne représentaient qu’une faible proportion de l’ensemble des publications des Iles Britanniques. Les premières années du XVIIIème siècle avaient été marquées en effet par une diversification importante des publications, dont l’un des premiers aspects est la création et le développement rapide d’une presse de province.

4D’après les relevés de Crane et Kaye (A Census of British Newspapers and Periodicals, 1620-1800, 1927, 2ème édition 1966), quatre journaux étaient publiés en Ecosse en 1730, sept en Irlande, et vingt-et-un dans des villes anglaises de province. Aux dires mêmes des spécialistes, ils ne présentent qu’un intérêt intrinsèque limité, car leurs auteurs puisaient la plus grande partie de leurs matériaux dans la presse londonienne, et surtout dans les « newsletters » : mais leur existence, et leur nombre, sont tout de même significatifs.

5A Londres même, on trouvait en cette même année 1730, en dehors des journaux proprement dits, une vingtaine de publications très diverses. Certaines d’entre elles peuvent être rangées dans la catégorie des compilations historiques qui sur un rythme en général mensuel, fournissaient à leurs lecteurs, avec un certain recul, des informations d’ordre politique sur les événements du mois écoulé. La plus connue est le Political State of Great-Britain, fondé en 1711 par un réfugié huguenot français arrivé en Angleterre peu après la révocation de l’Édit de Nantes, Abel Boyer. La longévité de plusieurs de ces compilations montre qu’elles répondaient sans aucun doute à un certain besoin. Mais la fondation du Gentleman’s Magazine en 1731 leur porta un coup dont elles ne se relevèrent pas, bien qu’il s’agisse en fait d’un périodique d’un genre différent. La dernière d’entre elles, la Monthly Chronicle, qui avait été fondée en 1728 par un groupe de libraires, est la plus remarquable en ce qui concerne la présentation générale, ainsi que le classement et l’étendue des informations fournies, auxquelles s’ajoutait un catalogue d’ouvrages et pamphlets récemment parus. Le successeur de ces compilations historiques vit le jour en 1758 sous une autre forme : ce fut le célèbre Annual Register de Robert Dodsley.

6Un deuxième groupe, beaucoup moins homogène, pourrait être constitué par les publications littéraires et les compilations bibliographiques. Ces dernières étaient apparues en Angleterre dans la deuxième moitié du XVIIème siècle ; leur modèle était un périodique français, le Journal des Sçavans, et les principales furent l’œuvre, entre 1687 et 1731, de deux autres huguenots français, Jean Cornand de la Crose et Michael de la Roche. Trois de ces compilations étaient en cours de publication en 1730, le Literary Journal de Michael de la Roche, le Present State of the Republick of Letters, fondé en 1727 par Andrew Reid, et Historia Literaria, de A. Bower. Elles sont les ancêtres des célèbres Reviews de la seconde moitié du XVIIIème siècle, mais elles ne peuvent présenter aujourd’hui d’intérêt que pour des chercheurs très spécialisés, étant donné le genre d’ouvrages dont elles rendaient compte.

7Les trois publications que nous rangeons sous la rubrique : publications littéraires sont elles très différentes Tune de l’autre. Le Ladies’ Diary, fondé en 1704 par John Tipper, était à l’origine un almanach annuel essentiellement destiné aux dames, et aux ingrédients ordinaires duquel furent ajoutés par la suite un certains nombre de divertissements littéraires. The Universal Spectator, d’Henry Baker, gendre de Defoe, représentait seul un genre qui avait eu son heure de gloire au temps de la reine Anne, avec le Tatler, le Spectator, et leur nombreuse descendance, - ce que les Anglais ont appelé le « single-essay periodical ». Seul Samuel Johnson devait, vingt ans plus tard, avec son Rambler, redonner un lustre incontesté à ce genre qui avait perdu sa vigueur première. Le Grub-Street Journal enfin est la plus originale de ces trois publications. Elle a certes été classée parfois parmi la descendance du Tatler et du Spectator, mais sans doute à tort, car on y trouve des éléments très divers, dont l’importance relative varia d’ailleurs considérablement au cours des (presque) huit années de son existence. Ce qui en fait l’unité, et l’originalité, c’est le ton général très mordant, les commentaires ironiques, les attaques politiques et littéraires, et la place accordée à la critique littéraire et dramatique, tous éléments qui pourraient suggérer un rapprochement avec Punch, ou un Canard Enchaîné un peu moins politisé et dépourvu d’illustrations, plutôt qu’avec le Spectator.

8Neuf autres publications devraient occuper chacune un chapitre particulier, puisqu’elles vont du British Telescope annuel, au Weekly Miscellany for the Improvement of Husbandry, Trade, Arts and Sciences, - un des premiers périodiques agricoles et horticoles anglais, - en passant par les « Cours de la Bourse », (Course of the Exchange), le Monthly Catalogue des libraires londoniens, les Philosophical Transactions of the Royal Society, et les Votes of the House of Commons. La London Gazette, placée quelque peu arbitrairement dans ce groupe, fournira une transition facile avec le suivant, puisque si elle n’était alors qu’une sorte de « Journal Officiel » de la Cour et du gouvernement, elle avait été à l’origine, en 1665, un journal d’information officiel, publié sous l’autorité d’un sous-secrétaire d’État.

9Restent en effet les journaux proprement dits, qui étaient de plus en plus nombreux depuis que, par la non-reconduction du « Licensing Act » en 1694, la presse avait été libérée de toute censure préalable. Les formules nouvelles se multiplièrent au tournant du siècle. Les premiers trihebdomadaires, The Account of the Publick Transactions in Christendom, le Flying Post, et le Post Boy, furent lancés en 1694 et 1695, et les deux premiers ne disparurent définitivement qu’en 1730 et 1731 ; ces journaux paraissaient le mardi, le jeudi et le samedi, juste avant que les transporteurs publics ne quittent Londres pour la province. En 1702 apparut le premier quotidien, le Daily Courant, qui vécut jusqu’en 1735 ; en 1706, le premier journal du soir, The Evening Post, with the Historical Account, qui mourut lui vers 1730. La longévité de ces journaux peut nous surprendre. Il convient certes de ne pas se laisser aller à des généralisations hâtives, et de se rappeler que des dizaines d’autres ne vécurent que quelques années, quelques mois, voire quelques semaines. Le nombre total des publications qui virent le jour pendant la première moitié du dix-huitième siècle fut en effet considérable, et bon nombre d’entre elles n’eurent qu’une existence éphémère. Encore faut-il ajouter que des publications non négligeables, par exemple celles de Fielding, ne furent pas remarquables par leur longévité. Mais il est vrai aussi que, contrairement à ce qui s’était passé au XVIIIème siècle, un certain nombre de journaux lancés entre 1700 et 1750 eurent une existence relativement longue, et même très longue, si l’on pense aux feuilles provinciales, dont certaines existent encore aujourd’hui.

10Les vieux tri-hebdomadaires avaient été à l’avant-garde de la lutte entre Whigs et Tories au temps de la reine Anne, le Flying Post soutenant la politique des premiers et le Post Boy celle des seconds. Mais ils ne paraissent avoir joué qu’un rôle très effacé après l’accession de la dynastie de Hanovre et la défaite des Tories. Les journaux du soir, ainsi que les quotidiens, à l’exception peut-être du Daily Journal, ouvertement favorable à Walpole, n’étaient que des organes d’information, assez médiocres d’ailleurs, dans lesquels les annonces publicitaires occupaient une place considérable. Les plus intéressants des journaux publiés entre 1720 et 1730 sont sans contestation possible les hebdomadaires. Les conditions dans lesquelles les premiers d’entre eux furent lancés méritent d’être rappelées, car elles nous ramènent au vote, en 1712, du célèbre « Stamp Act », qui instituait pour la première fois un impôt sur la presse, et devait d’une part fournir de nouvelles ressources au gouvernement tory, et d’autre part rendre plus difficile la diffusion des journaux de ses adversaires.

11La disposition essentielle de la nouvelle loi prévoyait que tous les journaux et pamphlets devaient être revêtus d’un timbre officiel, imprimé, d’un demi-penny pour ceux qui ne dépassaient pas une demi feuille (2 pages en général), et d’un penny pour ceux qui étaient imprimés sur une feuille (4 pages). Les publications de plus d’une feuille et de moins de six feuilles étaient soumises à une taxe de deux shillings pour chaque feuille imprimée, mais il semble que cette taxe n’ait même pas été perçue. La formulation de ces dispositions était ambiguë, et les propriétaires de journaux trouvèrent rapidement une échappatoire : une lecture libérale de la loi pouvait laisser penser qu’un journal imprimé sur une feuille et demie (6 pages) ne devait payer, en mettant les choses au pis, que trois shillings par tirage, ce qui était dérisoire. Assez curieusement, cette interprétation libérale fut acceptée par les autorités. Restait à occuper, typographiquement parlant, l’espace disponible. Les quotidiens et les tri-hebdomadaires, qui auparavant étaient en général imprimés sur une demi-feuille, ne pouvaient accroître de 50 % le volume de leurs informations et de leurs annonces publicitaires : ils durent donc payer le nouvel impôt, en fonction du nombre d’exemplaires imprimés, et ils eurent de la peine à survivre. Seuls les hebdomadaires pouvaient espérer remplir une feuille et demie avec les nouvelles d’une semaine entière (souvent en recopiant les informations des quotidiens et des tri-hebdomadaires), échapper au nouvel impôt, et garder un prix de vente compétitif : 1 penny 1/2. Les années qui suivirent le vote du « Stamp Act » furent marquées par le lancement d’un nombre important de journaux de ce genre, le premier d’entre eux étant le Weekly Journal de Robert Mawson, et les plus connus le Weekly Journal ; or, British Gazetteer de Read, The Original Weekly Journal d’Applebee, et le Weekly Journal ; or, Saturday’s Post, de Nathaniel Mist.

12Contrairement à ce que nous pourrions penser, ces nouveaux hebdomadaires ne parvenaient pas en fait à remplir les six pages disponibles dans chaque numéro avec les nouvelles de la semaine et leurs annonces publicitaires - qui dans certains cas occupaient pourtant deux pages entières. Ils eurent donc recours à différents artifices typographiques, dont le plus visible fut le large bandeau de titre, remplaçant les deux petites gravures sur bois caractéristiques des trihebdomadaires. Mais la nouveauté la plus remarquable fut la généralisation de l’« essay » hebdomadaire, article de fond, « leading article », exprimant les vues de l’«auteur» sur des sujets variés, de plus en plus souvent politiques. La parenté avec les « single-essay periodicals » est évidente : la nouvelle formule fit disparaître la distinction jusque-là très nette entre le « news-paper » hebdomadaire, et l’« essay-paper » hebdomadaire, les périodiques de la nouvelle formule étant généralement appelés « journals ». Mais il y avait entre eux et la descendance du Tatler et du Spectator deux différences essentielles : dans les premiers, l’article de fond n’était qu’une partie du journal, et les plus célèbres d’entre eux sont ceux qui furent utilisés à des fins politiques. Le vote du « Stamp Act » à des fins il faut bien le dire partisanes fut donc la cause indirecte d’une évolution originale, à la fois technique et politique, de la presse anglaise.

13Walpole infléchit cette évolution peu de temps après son arrivée au pouvoir, en faisant voter en 1724 un second « Stamp Act » supprimant l’échappatoire qui avait privé le premier de son efficacité. Tous les journaux (« any kind of news-sheet, mercury or paper ») durent alors payer le timbre d’un demi-penny par demi-feuille et d’un penny par feuille pour chaque exemplaire. Les conséquences furent multiples. L’augmentation de prix, inévitable, rendit précaire la situation financière des journaux, et amena certains d’entre eux à accepter les chaînes dorées de Walpole, qui généralisa la méthode des subventions gouvernementales aux journalistes aux ordres. D’autres furent simplement rendus plus prudents par la nouvelle législation. D’autres encore, par réaction, accentuèrent la violence de leur opposition. En ce qui concerne la présentation matérielle, les hebdomadaires réduisirent immédiatement le nombre de pages de 6 à 4 (pour ne pas avoir à payer un timbre d’un penny et demi par exemplaire), supprimèrent les gravures sur bois servant de bandeau pour gagner de la place, et certains furent dorénavant imprimés sur trois colonnes au lieu de deux. Volume réduit et présentation plus austère caractérisent donc ceux qui paraissaient en 1730, si on les compare à leurs prédécesseurs des années 1715-1725. Quant à l’organisation interne de leur contenu, elle était invariable : un éditorial plus ou moins long et traitant de sujets variés était suivi d’informations concernant l’étranger, puis la Grande-Bretagne, et enfin la capitale ; les petites annonces et les annonces publicitaires occupaient la dernière des quatre pages, et empiétaient souvent sur l’avant-dernière.

14Le degré d’engagement politique de ces dix hebdomadaires en cours de publication en 1730 était très variable ; leur popularité et leur influence l’étaient aussi sans aucun doute. Mais on ignore à peu près tout de leurs tirages respectifs, et si l’on tente d’évaluer leur importance, on ne peut s’appuyer que sur des critères internes - leur contenu, - ou externes et peu objectifs - leur longévité, les opinions des contemporains, et l’utilisation que firent de leurs éditoriaux les deux premiers « magazines », le Gentleman s Magazine et le London Magazine, fondés respectivement en 1731 et 1732. Quatre d’entre eux semblent bien se détacher nettement en tête de leurs concurrents dans ce hit-parade de la presse : Mist’s Journal, astucieusement rebaptisé Fog’s Journal lorsque Nathaniel Mist, son auteur, poursuivi en justice, s’enfuit en France en 1728 ; le London Journal, acheté par Walpole en 1726 ; le Craftsman, le journal de Bolingbroke et William Pulteney, le plus célèbre organe de la presse oppositionnelle, et peut-être de la presse du dix-huitième siècle ; et le Free Briton, créé par Walpole en 1729, trois ans après le lancement du Craftsman.

15On ne saurait résumer en quelques lignes la lutte inlassable que se livrèrent dans ces journaux gouvernement et opposition. Sa violence, l’abondance et la virulence des attaques personnelles, qui démontrent le degré de liberté dont jouissait alors la presse, peuvent nous surprendre. Cette liberté était d’ailleurs loin d’être totale, et le Craftsman et Fog’s Journal furent poursuivis à plusieurs reprises pour avoir transgressé la loi sur les publications séditieuses (« of seditious libel »). A la longue cependant, la lecture de ces polémiques est extrêmement lassante. Certes, le Craftsman en particulier renferme des articles de grande qualité ; mais dans l’ensemble, le caractère répétitif et la monotonie de l’argumentation, la médiocrité, et parfois la vulgarité, de nombreux articles, la bassesse de certaines attaques, sont assez éprouvants. Les causes d’un tel état de choses étaient sans doute multiples, les principales étant cependant la violence des passions politiques, la médiocrité des journalistes, et les méthodes de Walpole à l’égard de la presse. La naissance et l’action du Grub-Street Journal, ses critiques acerbes dirigées contre la presse politique, témoignent probablement d’une certaine prise de conscience dans une partie de l’opinion.

16Mais tout cela n’empêcha pas la presse de prospérer, et le nombre de ses lecteurs de s’accroître. Et il faut bien en conclure que les évolutions qui viennent d’être esquissées, la multiplication des journaux, le ton et les méthodes qu’ils employaient, correspondaient à une phase de l’évolution politique, et répondaient à un besoin ressenti par une fraction de moins en moins infime de la population. L’histoire de la presse ne saurait être séparée de l’histoire de la Grande-Bretagne.

LES JOURNAUX ET PERIODIQUES DES ILES BRITANNIQUES EN 1730

Publications écossaises

Caledonian Mercury.

Echo ; or, Edinburgh Weekly Journal.

Edinburgh Weekly Courant.

Glasgow Journal.

Publications irlandaises

Dublin Gazette.

Dublin Journal.

Dublin Pacquet.

Dublin Post-Boy.

Dublin Weekly Journal.

Faulkner’s Dublin Post-Boy.

Pue’s Occurrences.

Publications provinciales

Brice’s Weekly Journal (Exeter).

Chester Courant.

Derby Postman.

Gazette (Norwich Gazette).

Gloucester Journal.

Ipswich Gazette.

Ipswich Journal.

Kentish Post ; or, The Canterbury News Manchester Gazette. letter.

Newcastle Courant.

Northanoton Mercury.

Norwich Mercury.

Salisbury Journal.

Sam Farley’s Bristol Postman.

Stamford Mercury.

Suffolk Mercury (Bury St Edmunds). Tunbridge Miscellany.

Whitworth’s Manchester Gazette.

Worcester Postman.

York Courant.

York Mercury.

Publications spécialisées, scientifiques, commerciales, etc...

British Telescope.

Course of the Exchange.

Historical List of all Horse Matches. Lloyd’s List.

Monthly Catalogue.

Oxford Gazette (London Gazette). Philosophical Transactions of the Royal Society.

Votes of the Houses of Commons.

Weekly Miscellany for the Improvement of Husbandry, Trade, Arts and Sciences

Publications savantes ou littéraires

Grub-Street Journal.

Historic Literaria.

Ladies’Diary.

Literary Journal.

Present State of the Republic of Letters. Universal Spectator.

Publications de caractère historique

Historical Register.

Monthly Chronicle.

Monthly Remembrancer ; or, An Historical and Chronological Diary of the (...) Affairs of Europe.

Political State of Great-Britain.

Present State of Europe.

Journaux londoniens

171. Tri-hebdomadaires : (journaux du matin)

Account of the Publick Transactions...

Flying Post : or. The Postmaster.

Parker’s London News.

St James’s Post.

182. Journaux du soir :

Evening Post, with the Historical Account.

London Evening Post.

St. James’s Evening Post,

Whitehall Evening Post.

193. Quotidiens :

Daily Advertiser.

Daily Courant.

Daily Journal.

Daily Post.

Daily Post-Boy. (v. Post-Boy.)

204. Hebdomadaires :

British Journal ; or, The Traveller. Craftsman.

Flying Post ; or, The Weekly Medley.

Free Briton.

Hyp-Doctor.

London Journal.

Original Weekly Journal.

(= Applebee’s Weekly Journal) Weekly Journal ; or, British Gazetteer.

(= Read’s Weekly Journal)

Weekly Journal ; or, Saturday’s Post.

(= Fog’s Weekly Journal)

Weekly Register : or, Universal Journal.

21(Les périodiques dont les titres sont soulignés figurent dans les collections de la Bibliothèque Nationale, Paris).

RELEVES DES JOURNAUX ET PERIODIQUES PUBLIES DANS LES ILES BRITANNIQUES EN 1730

22Les numéros portés dans la première colonne du tableau suivant sont ceux qui figurent dans les relevés de Crane et Kaye :

CRANE, R.S. and F.B. KAYE : A Census of British Newspapers and Periodicals, 1620-1800. Chapel Hill, 1927. Une nouvelle édition, préparée avec l’aide de M.E. PRIOR, a été publiée en 1966 par "The Holland Press".

23La colonne 2 permet de voir quels périodiques figurent dans les relevés généralement connus sous le nom de Times Tercentenary Handlist :

MUDDIMAN, Joseph George : Tercentenary Handlist of English and Welsh Newspapers, Magazines and Reviews. The Times, Londres, 1920.
Une réimpression en offset a été publiée par Dawsons en 1966.

24La colonne 3 remplit le même rôle en ce qui concerne le :

British Union-Catalogue of Periodicals. A Record of the Periodicals of the World from the Seventeenth Century to the Present Day in British Libraries. Par James D. STEWART, Muriel E. HAMMOND et Erwin SAENGER. Publication of the Council of the British Union-Catalogue of Periodicals, Londres, 1955-1958, A vol + Suppl.

25La colonne A permet de voir si des exemplaires du périodique sont à la British Library, et en particulier dans la "Burney Collection". (B)

26Abréviations de la colonne 7 :
a = annuel
tr = trimestriel
m = mensuel
h = hebdomadaireth = tri-hebdomadaire
bh = bi-hebdomadaire
q = quotidien.

27Ce travail a été réalisé en premier lieu à partir des relevés de Crane et Raye. Toutes les indications entre parenthèses signalent des divergences entre le British Union-Catalogue et ces relevés.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540