Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin matin. Séance dirigée par Jean Ehrard

La presse de langue française éditée à Vienne au xviiième siècle

Philippe Teissier

Texte intégral

  • 1 Louis Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938 et 1971 ; p. 49.
  • 2 Jean-Baptiste Rousseau, lettre à Boutet du 15 juillet 1715, citée par A. de Latour, Oeuvres de J B. (...)
  • 3 Montesquieu, lettre à d’Olivet du 10 Mai 1728, p.p. André Masson, Oeuvres complètes de Montesquieu,(...)

1Si l’on connaît en général assez bien les périodiques de langue française édités en Allemagne au dix-huitième siècle, il semble que l’on ait accordé jusqu’ici un moindre intérêt aux gazettes et journaux qui parurent à Vienne à la même époque. Et sans doute, comme le rappelle Louis Réau, l’influence de la culture française fut-elle plus tardive dans les territoires de la maison d’Autriche que dans l’Allemagne protestante qui avait fait un large accueil aux émigrés huguenots1. A la fin du XVIIème siècle, sous le règne de l’empereur Léopold, l’espagnol et sur tout l’italien étaient encore les langues de prédilection de la Cour ; mais dès 1715, Jean-Baptiste Rousseau constate à Vienne que « tous les princes et tous les seigneurs parlent notre langue » et que « la plupart en connaissent les agréments mieux que nous-mêmes »2… Il y vivait, il est vrai, dans l’entourage du Prince Eugène, qui tout en combattant Louis XIV avec la détermination que l’on sait, fut à Vienne l’un des vecteurs les plus efficaces de la langue et de la culture françaises. Montesquieu, treize ans plus tard, n’en aura pas moins la même impression, et pourra écrire de Vienne à l’abbé d’Olivet : « notre langue y est si universelle qu’elle y est presque la seule chez les honnêtes gens, et l’italien y est presque inutile. Je suis persuadé que le français gagnera tous les jours dans les pays étrangers. La communication des peuples y est si grande qu’ils ont absolument besoin d’une langue commune, et on choisira toujours notre français »3. C’était là probablement, en 1728, enthousiasme d’académicien, comme le philosophe le suggère d’ailleurs avec humour, mais enthousiasme clairvoyant ; car si l’italien fut longtemps encore connu de la haute société viennoise dont il contribua à former le goût dans les domaines des arts plastiques, de la musique, et de l’opéra, il devait céder de plus en plus de terrain, surtout après 1740, au prestige grandissant du français.

2C’est ainsi que dès la fin de l’année 1742, le célèbre libraire imprimeur Johann Peter van Ghelen envisageait de substituer à la gazette italienne dont il était éditeur, le Corriere de Vienna, une gazette française dont on n’a conservé aucun exemplaire, mais dont on peut relever l’annonce dans les numéros 101 à 104 de la gazette allemande, le Wienerisches Diarium :

  • 4 « Il est fait savoir qu’à partir du début de l’année prochaine on n’éditera plus de gazette romane, (...)

«Es wird hiemit zu wissen gemacht, dass mit Anfang des nachst - künftigen Neuen Jahrs keine Welsche Zeitungen mehr, sondern an dero statt eine Frantzösische wird gedrukt und ausgegeben werden: wer also solche bestellen will, der kan sich bey Zeiten bey dem Verleger dieses Wienerischen Diarii anmelden»4.

  • 5 On y relève l’annonce suivante : « Heute wird zum erstenmal die Frantzösische Zeitung bey dem Verle (...)
  • 6 Wolfgang Duschkowitsch, Absolutismus und Zeitung. Die Strategie der absolutistiscben Kommunikations (...)
  • 7 C’est précisément le 2 janvier 1743 que les dernières troupes françaises avaient quitté la ville, s (...)

3Cette première gazette française de Vienne a effectivement paru comme en témoigne encore le Wienerisches Diarum du 2 janvier 17435, mais elle ne s’est sans doute pas soutenue plus de quelques numéros, puisque dès le 12 janvier Ghelen informait ses lecteurs de la reprise de la gazette italienne... Tentative prématurée sans doute, qui dut déconcerter le public, mais qui n’en révèle pas moins chez un esprit aussi averti que Ghelen, la conscience d’une évolution des mentalités. Il faut aussi probablement y voir, comme le suggère Wolfgang Duchkowitsch6, une manifestation du rapprochement que cherchait Marie-Thérèse avec la France, au lendemain du rapt de la Silésie par Frédéric. Déjà en effet, la puissance nouvelle de la Prusse et la suspicion qu’éveillait l’attitude anglaise incitaient Marie-Thérèse à envisager un arrangement avec la France qui venait de devoir évacuer Prague7 ; mais les esprits n’étaient probablement pas encore assez mûrs pour consentir à un rapprochement avec l’adversaire du moment, et c’est sans doute ce qui causa l’échec de cette version anticipée de la Gazette de Vienne.

  • 8 Haus-Hof-und-Staatsarchiv, Vienne, Altere Zeremonialakten, 1757, Januar, fol. Ir-v. Texte signalé p (...)

4Quatorze ans plus tard cependant, lorsque le bouleversement profond de l’équilibre européen eut abouti au renversement des alliances, on vit se réaliser avec un entier succès, et les encouragements les plus officiels l’entreprise esquissée naguère par Ghelen. C’est en effet, à la fin de décembre 1756, moins d’un an après la signature du premier traité de Versailles, que Jean-Théodore Gontier soumettait à Marie-Thérèse, par l’intermédiaire du prince de Kaunitz qui était l’artisan principal du nouveau système d’alliances, son projet officiel de création d’une « gazette française »8.

  • 9 Haus-Hof-und-Staatsarchiv, Vorträge an den Kaiser, 80, I, fol. 155 v. Mentionné par W. Duchkowitsch (...)

5Il y opposait, dès le préambule, son dessein à celui de rédacteurs « particuliers », comme ceux de la Gazette de Colonne : « le particulier peut pour ainsi dire tout risquer avec une sorte d’impunité, nouvelles apocryphes, conjectures vagues, raisonnements à perte de vue, défaite de l’un, triomphe de l’autre, traits de satyre, tout cela ne remplit que trop souvent la plupart de ses feuilles... ». A l’inverse, il se proposait quant à lui de composer sa gazette « sous les yeux, de l’aveu, et pour ainsi dire par ordre du Souverain » ; et s’obligeait en conséquence à ne présenter que « des faits vrais et narrés avec clarté », en tirant « peu de conséquences, et toujours justes et évidentes ». Il sollicitait pour ce faire des communications régulières des différents départements ministériels ; ainsi, la collection des gazettes pourrait former un « corps d’histoire du temps ». Cette déclaration d’intentions fort explicite était accompagnée du détail des dispositions concrètes d’édition : la gazette devait paraître, à compter du 2 Mars 1757, tous les mercredis et samedis, chez Trattner au Schottenhof. Son prix était fixé à 7 kreuzer le numéro, ou 12 florins pour l’abonnement annuel, ce qui correspondait aux tarifs de la gazette allemande. Le prince de Kaunitz et le chancelier Uhlfeld appuyèrent la requête de Gontier de toute leur autorité, et Marie-Thérèse donna sans difficulté son accord, non sans recommander, de sa main, de « concerter l’affaire avec la chancellerie d’État9 ».

  • 10 Principales collections publiques connues : B.N. Paris, 8° G15988. (1757-1761) ; O.N.B., Vienne, 48 (...)
  • 11 Le prince de Kaunitz, qui avant de devenir Chancelier d’État avait été ambassadeur à Paris de 1750 (...)

6Ainsi, la Gazette de Vienne10 apparaît-elle bien comme une création des plus officielles, et qui ne fut sans doute pas spontanée. Elle vint s’inscrire dans le nouveau cours que Vienne entendait donner à sa politique, et tout en consacrant et encourageant l’intérêt de l’aristocratie par la culture française, intérêt que partageaient Kaunitz et même Marie-Thérèse11, elle prétendait clairement le contrôler dans un sens favorable à la politique du ministère. Elle répondait, qui plus est, à un besoin réel : non seulement le français était la langue de l’Empereur François Ier, et celle par conséquent de la Cour, mais nombreux étaient à la ville les artistes et intellectuels lorrains, qui après avoir suivi leur grand duc à Florence, l’avaient accompagné à Vienne, lorsque s’était réalisé son mariage avec Marie-Thérèse. Enfin, beaucoup de fonctionnaires ou d’officiers, originaires des provinces francophones des Pays-Bas, séjournaient également dans la capitale, ou y venaient pour affaire : le Prince de Ligne sera le plus illustre d’entre eux. Le français n’était-il pas, de fait, l’une des grandes langues de la monarchie ?

7On comprend que la Gazette de Vienne ait pu connaître un succès sensible, surtout d’ailleurs durant la première décennie de sa publication ; car elle eut ensuite à affronter la concurrence croissante des gazettes allemandes. Elle n’en présenta pas moins, durant plus de trente-cinq ans, une lecture des grands événements européens toujours parfaitement conforme à la politique du ministère. L’intérêt pour la France y était certain, et même ostentatoire puisqu’il s’agissait de célébrer, autant que le permettaient les circonstances, l’alliance des maisons de Bourbon et de Habsbourg. Ainsi, au début de la guerre de Sept Ans, y souligne-t-on avec empressement l’importance des troupes françaises envoyées en Allemagne, en en donnant le détail. La Prusse au contraire y apparaît comme le grand adversaire, dont on relève les moindres revers, du moins quand on le peut, et dont on s’indigne du cynisme éhonté... La Gazette de Vienne donnait également des informations précises sur tous les événements importants de la vie viennoise, cérémonies officielles, festivités mondaines, et annonçait régulièrement les ouvrages nouveaux disponibles chez Trattner. Cependant, si les noms des écrivains les plus illustres du temps - Voltaire, Metastase, Klopstock, Gottsched - peuvent y être relevés, elle ne semble pas avoir prétendu jouer la fonction d’une gazette littéraire.

  • 12 On n’en connaît que deux collections : l’une privée, appartenant au Dr Lang, O.N.B. Vienne : I t. d (...)
  • 13 Prospectus joint au no 100 de la Gazette de Vienne, du mercredi 14 décembre 1768.

8C’est pour combler cette lacune, qu’on déplorait sans doute dans la bonne société, que fut créée en 1768 la Gazette française littéraire de Vienne12. Éditée par les héritiers de van Ghelen, qui imprimaient déjà la gazette allemande, elle parut chaque semaine, le vendredi, du 1er avril 1768 au 29 décembre 1769. Cette dernière livraison contient un appel aux souscripteurs pour l’année 1770 ; mais on n’a retrouvé jusqu’ici aucun numéro ultérieur. Les 92 exemplaires connus de cette gazette n’en constituent pas moins un précieux témoignage sur la vie culturelle de Vienne à cette époque, et notamment, comme le souligne un de ses prospectus, sur les progrès accomplis par « les Sciences et la Littérature française dans les Etats de Sa Majesté Impériale, Royale et Apostolique, et principalement dans sa capitale13 ». Si l’on y retrouve en effet les fables, épîtres, lettres d’écrivains célèbres, portraits de grands hommes, qu’appelait le genre, et qui sont évidemment démarqués d’autres gazettes, on y relève aussi nombre d’informations originales. On peut ainsi y lire des comptes rendus réguliers des spectacles proposés par le « Théâtre français de Vienne » au Burgtheater. Depuis 1752 en effet, la troupe italienne y avait été remplacée par une troupe française, qui put s’y maintenir pendant plus de vingt ans et familiariser peu à peu le public au répertoire parisien classique et contemporain. Les grandes œuvres de Voltaire, Marivaux, Diderot y furent applaudies ; le théâtre français exerça ainsi une influence déterminante sur le goût dramatique des Viennois en accélérant notamment le discrédit du théâtre d’improvisation (Stegreiftheater), vulgaire et parfois même franchement obscène. C’était aussi l’époque où le grand chorégraphe Jean-Georges Noverre, arrivé à Vienne en 1767, y donnait ses premières représentations... La Gazette française littéraire de Vienne se faisait ainsi l’écho de tous les événements marquants de la vie culturelle viennoise ; elle informait également ses lecteurs des ouvrages édités en français à Vienne chez Ghelen et chez Trattner, et leur présentait les œuvres et les auteurs significatifs de l’époque, en ne limitant pas ses perspectives aux seuls écrivains français. Ainsi y est-il non seulement question de Voltaire, dont on reproduit, comme partout, lettres et épîtres, mais aussi de Métastase et de Gluck, dont Trattner édite l’Alceste en 1768. L’abbé Raynal, Marmontel qui venait de publier son Bélisaire, l’un des romans français les plus appréciés du temps, y sont également évoqués, au même titre que Gessner, dont on propose une traduction de la cinquième idylle. L’importance de la Messiade de Klopstock, soulignée à propos de sa traduction française de 1769, et celle des Nuits de Young, qui ne seront traduites qu’en 1812, n’ont pas non plus échappé aux rédacteurs avertis, et malheureusement inconnus, de cette gazette. Ainsi constitue-t-elle un intéressant reflet d’une époque où se faisait déjà sentir à Vienne l’influence du préromantisme, et où les écrivains allemands concurrençaient peu à peu le prestige des lettres françaises.

9Faut-il attribuer à cette prise de conscience progressive de l’originalité de la langue et de la littérature allemandes l’échec rapide de la Gazette française littéraire de Vienne ? Toujours est-il que la Gazette de Vienne elle-même semble avoir connu, à partir de 1772, quelques difficultés financières. Elle change d’éditeur à cette date, de Trattner passant à Kurzböck, qui y adjoint le 1er Janvier 1773 un supplément culturel, la Feuille littéraire de Vienne ; mais en dépit d’un soutien financier sans doute plus important que celui dont avait bénéficié la Gazette française littéraire, cette feuille ne parvint pas à s’imposer plus d’un an. Jean-Théodore Gontier, qui continue à diriger la Gazette de Vienne, et qui s’est acquis peu à peu une position importante - grâce à l’amitié de Van Swieten, le célèbre médecin de Marie-Thérèse, il s’est vu confier la régie du Burgtheater de 1770 à 1772, et exerce les fonctions de censeur - reprend bientôt son ancienne collaboration avec Trattner qui s’était avérée plus fructueuse. Aussi en 1780, sans doute à la suite du décès de Gontier, la direction de la Gazette de Vienne échoit-elle au directeur du cabinet de lecture de Trattner, Johann-Friedrich Schmidt, un Berlinois qui s’était fait connaître à Vienne par ses divertissements, opérettes et féeries à la française. D’août 1778 à mars 1779, il avait déjà édité, en allemand, une intéressante revue théâtrale, le Journal des auswärtigen und deutschen Theaters, et avait été chargé en 1779 de la gérance du théâtre de la Josephstadt. En dépit de ses compétences, ce brillant publiciste ne parvint pas, semble-t-il, à empêcher le déclin de la Gazette de Vienne, déclin que vint confirmer et précipiter le retrait du privilège dont elle avait joui depuis 1757, qui fut prononcé le 12 mars 1782. Créée à la veille de la guerre de Sept ans, pour célébrer et servir l’alliance française, la Gazette de Vienne connut ainsi une évolution parallèle à celle-ci : en 1782, si l’alliance des maisons de Bourbon et de Habsbourg n’avait pas été rompue, elle n’avait pas donné non plus les résultats escomptés, et s’était sensiblement attiédie...

  • 14 La baronne du Montet, émigrée à Vienne, y constatait encore en 1801 que « la langue française était (...)
  • 15 Collections connues : 7 t., oct. 1784 août 1785, O.N.B., Vienne, 104-593 A ; 8 t., oct 1784 - sept. (...)

10La Gazette de Vienne n’en va pas moins continuer à paraître pendant encore plus d’une dizaine d’années. Car si la langue et la culture françaises n’ont plus à l’époque le prestige incontesté dont elles jouissaient au milieu du siècle, leur influence reste très grande. Sans doute ne bénéficient-elles plus, comme naguère, de l’attrait de la nouveauté, mais elles sont en fait beaucoup mieux connues, la nouvelle génération ayant souvent été formée par des précepteurs français et s’exprimant dans notre langue avec une parfaite correction14. Aussi est-ce vraisemblablement en cette fin du XVIIIème siècle que le français atteignit à Vienne sa plus large expansion. C’est ce dont témoigne notamment la floraison des gazettes littéraires qui se succèdent alors, dont la plus importante fut sans conteste le Journal de Vienne dédié aux amateurs de la littérature15.

11On en connaît cinquante et une livraisons, de quarante huit pages chacune, publiées hebdomadairement d’octobre 1784 à septembre 1785. Le directeur en est inconnu, mais les éditeurs en étaient les frères Gay, libraires imprimeurs originaires de Strasbourg, qui y faisaient d’abord connaître les ouvrages qu’ils éditaient, souvent d’ailleurs en français. A côté d’articles originaux, on y trouve de nombreux extraits des grandes revues françaises, Année littéraire, Mercure de France..., ce qui explique sans doute l’abondance des écrivains français qui y apparaissent : Diderot, Condorcet, Pompignan, Mme de Genlis, Prévost, Rousseau, l’abbé de Saint-Pierre, l’abbé Delille que ses Jardins, publiés en 1780, avaient rendu célèbre, et bien sûr Beaumarchais dont Le Mariage de Figaro remportait alors à Paris le plus brillant succès - la « grande première » de la pièce avait eu lieu le 27 avril 1784 et devait en ces années mêmes inspirer Mozart : c’est le 1er mai 1786 que seront créées à Vienne les Noces de Figaro... En dépit de cette prédilection pour les auteurs français, et d’une attention moins marquée à la littérature allemande que dans la Gazette française littéraire, plusieurs écrivains étrangers y sont également évoqués : Cervantès, Sterne, Cook, Lavater, et on y discerne un intérêt soutenu pour l’Orient, Egypte et Turquie. La grande traduction du Coran que venait de publier Savary y est ainsi présentée. L’histoire naturelle, la médecine y inspirent aussi plusieurs articles, et les toutes récentes expériences aérostatiques de Pilâtre de Rozier et des frères Montgolfier y trouvent un large écho. Enfin, conformément à l’esprit du joséphisme, le Journal de Vienne manifeste le souci d’encourager les transformations sociales, et notamment l’émancipation des juifs.

  • 16 Kurt Strasser, Die Wiener Presse in der josepbinischen Zeit, Wien, Verlag Notring der wissenschaftl (...)
  • 17 K. Strasser, op.cit., p. 81.
  • 18 K. Strasser, op.cit., p. 61.

12En dépit de cet éclectisme et de l’élégance de sa présentation, le Journal de Vienne ne dura pas plus d’une année. D’autres revues cependant s’y substituèrent aussitôt : l’Encyclopédique conservateur, que mentionne Kurt Strasser dans son étude sur la Presse au temps de Joseph II16, mais dont on ne connaît que deux numéros ; et surtout l’Almanach universel, chronologique, politique et littéraire dont le fondateur fut en 1786 Charles de Grandmenil, un lecteur de chez Trattner qui devint l’un des publicistes les plus actifs de l’époque. On ne sait exactement combien de temps dura l’Almanach universel, qui paraissait tous les cinq jours, mais Strasser nous rapporte qu’il fut, au dire de Joseph Richter, « très apprécié de la noblesse », et qu’il proposait « un examen critique de toutes les productions littéraires locales conduit avec une impartialité qui fait honneur aux français17 ». En cette même année 1786, Grandmenil remplaçait Schmidt à la direction de la Gazette de Vienne, dont il réduisit le rythme de parution à un numéro par semaine à partir de 1787 ; signe d’un irrémédiable déclin dont Grandmenil, s’il ne l’orchestra point, chercha du moins à tirer profit en lançant, à cette même date, un nouveau périodique : la « Correspondance universelle, ou Compilation générale et complette de tous les papiers publiés les plus estimés ». Malgré son absence d’originalité, que son sous-titre ne cherchait pas à masquer, la Correspondance universelle semble avoir obtenu quelque succès, puisque de bi-hebdomadaire en 1787, elle se transforme en quotidien en 1788, prenant alors le titre de Correspondance secrète. Bien que dépendant de Trattner, Charles de Grandmenil semble avoir été un affairiste avisé qui, d’après un de ses contemporains, « lançait presque chaque trimestre un titre nouveau afin de séduire le public18 ». Aussi n’est-on pas surpris de le voir, en 1788 encore, produire l’Extrait ou l’Esprit de toutes les gazettes, qui n’était également qu’une compilation d’autres feuilles.

  • 19 Ö. N. B., Vienne, 180.150 - A, p. 143. Voir à ce sujet, W. Duschkowitsch, op. cit., p. 438.

13La concurrence que faisaient ces publications éphémères à la Gazette de Vienne ne pouvait que l’affaiblir davantage, mais elle leur survécut encore longtemps, puisqu’en 1792 un guide de Vienne édité chez Kurzböck, le Neuester wienerischer Wegweiser für Fremde und Inlander19 en mentionnait encore l’existence, en précisant même qu’elle paraissait à nouveau deux fois par semaine. Elle dut probablement disparaître ensuite dans la tourmente des guerres menées contre la France révolutionnaire, dont on sait qu’elles suscitèrent en Autriche un violent courant francophobe... Et au congrès de Vienne, toute cette génération qui connaissait parfaitement le français affectera ostensiblement, dans les dîners, de ne parler qu’allemand.

  • 20 Caroline Pichler, Denkwürdigkeiten aus meinem Leben, Munich, Blümml, 1914. Propos mentionné par L. (...)

14Du moins la lecture de ces gazettes du XVIIIème siècle témoigne-t-elle éloquemment de ce que fut la situation du français à Vienne, durant ces quelques décennies où notre culture atteignit son apogée. Etrange époque en vérité, où dans la capitale des Habsbourgs l’on pouvait s’informer en français des nouvelles de la Cour et de l’Europe, avant d’aller assister, au Burgtheater, à une représentation du Père de Famille ou d’Olympie ; et où, en temps de carême, on pouvait choisir, si l’on en avait le goût, entre le sermon français du lundi à la chapelle du Directoire Impérial et Royal, et ceux du jeudi et du samedi à la chapelle du Gründel-Hof... Comme l’écrit Caroline Pichler dans ses Mémoires, en évoquant la génération de sa mère, qui avait été lectrice de Marie-Thérèse : « Le français était alors la langue des hautes classes et même en général de la société cultivée... En ce temps-là, la majeure partie de la haute société de Vienne pouvait dire : je parle français comme Diderot et allemand comme ma nourrice20

Notes

1 Louis Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938 et 1971 ; p. 49.

2 Jean-Baptiste Rousseau, lettre à Boutet du 15 juillet 1715, citée par A. de Latour, Oeuvres de J B. Rousseau, Paris, Garnier frères, 1869, introduction.

3 Montesquieu, lettre à d’Olivet du 10 Mai 1728, p.p. André Masson, Oeuvres complètes de Montesquieu, Paris, Nagel, 1950-1955, t. III Correspondance, p. 891 lettre 178.

4 « Il est fait savoir qu’à partir du début de l’année prochaine on n’éditera plus de gazette romane, mais une française : les personnes qui désirent la commander sont priées de s’inscrire sans tarder auprès de l’éditeur du présent Journal de Vienne ».

5 On y relève l’annonce suivante : « Heute wird zum erstenmal die Frantzösische Zeitung bey dem Verleger dieses Wienerischen Diarii ausgeben ; können also die Liebhabere sich bey demselben darum anmelden ».-Aujourd’hui la gazette française paraît pour la première fois chez l’éditeur de ce Journal de Vienne, à qui les amateurs peuvent donc s’adresser.

6 Wolfgang Duschkowitsch, Absolutismus und Zeitung. Die Strategie der absolutistiscben Kommunikationspolitik und ihre Wirkung auf die Wiener Zeitungen 1621 - 1757, thèse de doctorat, Vienne, 1978.

7 C’est précisément le 2 janvier 1743 que les dernières troupes françaises avaient quitté la ville, sous la direction du Colonel Chevert.

8 Haus-Hof-und-Staatsarchiv, Vienne, Altere Zeremonialakten, 1757, Januar, fol. Ir-v. Texte signalé par W. Duchkowitsch, op.cit., p. 428-430.

9 Haus-Hof-und-Staatsarchiv, Vorträge an den Kaiser, 80, I, fol. 155 v. Mentionné par W. Duchkowitsch, op.cit., p. 433.

10 Principales collections publiques connues : B.N. Paris, 8° G15988. (1757-1761) ; O.N.B., Vienne, 48 F. 55 (1757 - 1763 ; 1769) ; Wiener Stadt u. Landesbibliothek, Vienne, A 24188 (1757 - 1769 ; 1783) ; Landesbibliothek Schwerin (1757 - 1761) ; Bundesarchiv, Frankfort/main (1760-1766).

11 Le prince de Kaunitz, qui avant de devenir Chancelier d’État avait été ambassadeur à Paris de 1750 à 1753, était bien connu pour sa « gallomanie » ; quant à Marie-Thérèse presque toute sa correspondance est en français, comme le souligne L. Réau, op.cit., p. 50.

12 On n’en connaît que deux collections : l’une privée, appartenant au Dr Lang, O.N.B. Vienne : I t. de 40 livraisons, Ier avril - 30 décembre 1768 ; l’autre publique : I t. de 52 livraisons, 6 janvier 29 décembre 1769, O.N.B. Vienne, cote no 104.593 - A.

13 Prospectus joint au no 100 de la Gazette de Vienne, du mercredi 14 décembre 1768.

14 La baronne du Montet, émigrée à Vienne, y constatait encore en 1801 que « la langue française était la seule reçue dans la haute société qui la parlait et l’écrivait avec une élégance, une correction et une pureté rares en France même ». Cité par L. Réau, op.cit., p. 334.

15 Collections connues : 7 t., oct. 1784 août 1785, O.N.B., Vienne, 104-593 A ; 8 t., oct 1784 - sept. 1785, Stadtbibliothek, Vienne, A. 14.881.

16 Kurt Strasser, Die Wiener Presse in der josepbinischen Zeit, Wien, Verlag Notring der wissenschaftlichen Verbände Osterreichs, 1962.

17 K. Strasser, op.cit., p. 81.

18 K. Strasser, op.cit., p. 61.

19 Ö. N. B., Vienne, 180.150 - A, p. 143. Voir à ce sujet, W. Duschkowitsch, op. cit., p. 438.

20 Caroline Pichler, Denkwürdigkeiten aus meinem Leben, Munich, Blümml, 1914. Propos mentionné par L. Réau, op.cit., p. 49-50.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540