Version classiqueVersion mobile

Des hommes et du masculin

 | 
Daniel Welzer-Lang
, 
Jean Paul Filiod

Pour une approche masculiniste

Michel Dorais

Texte intégral

1Au cours des dernières décennies, les hommes ont vu leurs certitudes s'effriter une à une. Leur identité, leur couple, leurs rôles sociaux et familiaux ont été remis en question, voire bouleversés. Maintenant que les femmes réclament autant dans la vie privée que dans la vie publique l'autonomie et l'égalité, de nombreux hommes sentent leur place leur échapper. Le nouvel équilibre entre les sexes peut cependant s'avérer l'occasion pour les hommes de penser et d'organiser différemment leur existence : des hommes de tous les âges ont effectivement commencé à remettre en question leur façon de vivre.

2Contrairement aux femmes et aux minorités (nationales, ethniques, sexuelles, etc.) qui, au cours des dernières décennies, ont revendiqué l’amélioration de leur condition, les hommes n'ont d'autres adversaires qu'eux-mêmes. Face à leurs problèmes, les hommes ne peuvent s'en prendre qu’à eux, sinon comme individu du moins comme collectivité. Car la collectivité masculine a traditionnellement détenu le pouvoir : pour en faire quoi ? Les carcans de la masculinité, les hommes ne les ont-ils pas depuis toujours fabriqués ? Ce double rôle d'oppresseur et de victime rend d'ailleurs malaisé le travail sur la condition masculine.

3Des années de consultation auprès d'hommes, jeunes et vieux, m'ont permis de constater au moins une chose : les hommes ne changent que lorsqu'ils n'ont pas le choix. Aussi longtemps qu'elles sont canalisées à des fins défensives, la culpabilité, la confusion ou la colère engendrées par les crises masculines s’avèrent destructrices pour tous, hommes et femmes. Tant que l'homme s'en tient à blâmer les femmes ou les autres hommes, traîtres à la race, pour une évolution qu’il refuse, il bloque le changement en lui-même et autour de lui. Au contraire, lorsqu'il prend conscience de son intérêt à ce qu'un nouvel équilibre s'instaure entre masculin et féminin, entre hommes et femmes, entre vie privée et vie publique, ses énergies peuvent servir de façon constructive. Se profilent alors devant lui de nouveaux scénarios de vie, de nouvelles façons d'être homme.

4Je voudrais ici présenter les prémices d'une approche masculiniste susceptible d'aider les hommes à se déprendre des impasses dans lesquelles ils se trouvent trop souvent. Comme définir le terme « masculiniste » ? Si l'on définit le féminisme comme la critique et la promotion de la condition des femmes dans une perspective de rapports égalitaires entre hommes et femmes, on peut semblablement définir le masculinisme comme la critique et la promotion de la condition des hommes dans une perspective de rapports égalitaires entre hommes et femmes.

Les résistances masculines

5Avant même d'aborder la question du changement chez les hommes, il importe de signaler combien nombre d'hommes sont réticents à envisager et à amorcer tout processus de changement personnel. Plusieurs motifs expliquent ce réflexe.

6Pour beaucoup d'hommes, changer c'est reconnaître implicitement que leurs attitudes ou leurs comportements ne sont pas corrects, constat que l'orgueil mâle n'accepte pas aisément. Encore moins si le changement requis implique une aide extérieure. Parce qu'être aidé, c'est reconnaître sa vulnérabilité, admettre sa faiblesse, toutes des choses réputées pas très viriles. Puis c'est bien connu : un vrai homme devrait être capable de se débrouiller seul ! Cela fait partie de la définition même de la masculinité (James Bond ne défie-t-il pas des puissances internationales et Rambo ne défait-il pas seul des armées entières ?).

7La réaction défensive à l'égard du changement provient surtout de la peur d'être jugé, rejeté ou humilié lorsque nous admettons nos failles. C'est pourquoi les hommes ont une extraordinaire propension à tenir les autres responsables de leurs erreurs et de leurs malheurs : « Va te faire soigner, t'es malade » (Guyon, Simard et Nadeau 1981), clameront-ils volontiers à leur conjointe lorsque le couple ne va pas. Culpabiliser les autres est plus facile que de se remettre en question. Par ailleurs, beaucoup d'hommes ont une réelle difficulté à reconnaître des liens de causalité entre leurs attitudes ou comportements et les conséquences problématiques qui en découlent pour eux-mêmes ou pour leur entourage. Un vrai homme ne s'attarde pas à ses émotions et encore moins à celles des autres. L'émotivité serait réservée aux femmes et aux petits enfants (surtout s’ils ne sont pas des garçons).

8Une autre réaction typique chez les hommes consiste à nier leurs propres problèmes et sentiments, ou encore à les fuir dans le travail compulsif, l'alcool, la drogue, voire l'irresponsabilité et la violence. Ainsi, beaucoup d'alcooliques et de toxicomanes racontent qu'ils ont eu recours à l'alcool ou à la drogue pour oublier les impasses relationnelles qu'ils vivaient dans leur couple ou dans leur famille et pour anesthésier les émotions qui les envahissaient. Nombreux sont les hommes prêts à tout plutôt que d'être contraints à l'émotion ou au changement.

9Il faut dire que l'expression et l'exploration de leurs sentiments sont souvent difficiles pour les hommes. Beaucoup ont peur de se confier, d'exprimer leurs émotions, de perdre alors le contrôle sur eux-mêmes, de fournir des armes qui puissent servir contre eux s'ils se montrent sensibles donc vulnérables. Alors ils rationalisent ou refoulent leurs sentiments pour sauvegarder les apparences. Les hommes sont à l'aise pour communiquer dans le cadre du travail, du sport ou de la politique ; mais ils le sont beaucoup moins quand vient le temps d'aborder leur vie intime.

10Quand un problème se présente, inévitable, de nombreux hommes ont tendance à vouloir tout régler tout de suite. Le couple va mal ? On pense à se quitter. Un enfant regimbe ? Il n'y a qu'à l'ignorer, à le malmener, sinon à s'en défaire. La réflexion, le dialogue, la médiation, la négociation sont vues comme des pertes de temps. Ce sont là des affaires de bonnes-femmes. Un vrai homme ne tergiverse pas. Il doit savoir trancher les questions les plus épineuses rapidement, drastiquement. Cette perception toute mécanique des relations humaines amène souvent les hommes à préférer l'action, fût-elle précipitée, à la réflexion. L'impétuosité serait une vertu masculine.

11En fait, les seuls véritables motifs qui poussent les hommes à s'auto-critiquer sont assez égoïstes. C'est seulement quand l'homme sent que son bonheur — plus encore que son honneur — en dépend qu'il accepte de se remettre en question.

Quelques principes de base

  • 1 Sociobiologie : école de pensée affirmant que nos comportements sont fortement influencés, voire d (...)

12La croyance en des déterminismes biologiques ou psychologiques simplistes a fréquemment servi d'excuses à l'inertie, sous prétexte « qu'un homme c'est comme ça ». Le rejet d'une telle vision des choses est le préalable de toute critique ou intervention de type masculiniste. On naît moins homme qu'on ne le devient. Les comportements masculins et féminins sont bien davantage des conduites apprises que des réflexes innés, n'en déplaise aux adeptes de la sociobiologie1 De ce préalable, découlent quatre principes pouvant guider réflexions et actions masculinistes.

13Premier principe : les problèmes individuels des hommes dérivent de problèmes collectifs. Autrement dit, les difficultés ou les symptômes individuels sont souvent les reflets de problèmes collectifs plus vastes. Cette affirmation ne signifie pas que les problèmes ressentis par les individus doivent être niés, négligés ou minimisés. Au contraire. Cela veut dire que les problèmes individuels, même les plus intimes, sont conditionnés par l'histoire de chaque homme. Dans la mesure où nous sommes le fruit de notre histoire individuelle et collective, le changement individuel, pour nécessaire qu'il soit, doit s'élargir aux interventions de grou-pe, institutionnelles et communautaires. Par exemple, plusieurs approches actuelles visent à responsabiliser davantage les hommes qui sont auteurs d'abus ou de violence dans leur famille. Un pas de plus consisterait à les responsabiliser comme groupe ou comme collectivité afin qu’ils participent aussi à la transformation des conditions structurelles (inégalités sociales, économiques, juridiques, etc.) qui encouragent et entretiennent les abus de pouvoir des hommes sur les femmes et les enfants.

14Second principe : les gains effectués par les hommes en termes de statut social et de pouvoir les ont traditionnellement aveuglés non seulement face à la domination exercée sur autrui mais aussi face à l'aliénation qui en découlait pour eux-mêmes — par exemple, l'étouffement de leur potentiel humain et de leurs relations avec les femmes. La conscientisation est conséquemment une pierre angulaire de l'approche masculiniste. Elle consiste à faire émerger chez les hommes une vision critique de leur réalité, vision dans laquelle ils n'occupent plus narcissiquement la place centrale. Par exemple : quels sont les problèmes que vivent les femmes ? quel est le sort des jeunes générations ? quel est le prix à payer pour l'égocentrisme trop souvent manifesté par les hommes ?

15Troisième principe : les hommes peuvent apprendre de leur histoire et, s'ils se mobilisent, modifier en conséquence leur futur. L’avenir étant indéterminé, ce sont nos actions et nos inactions actuelles qui l'orientent. D'une génération à une autre les hommes se sont eux-mêmes programmés aux stéréotypes masculins aujourd'hui combattus : quels en ont été les gains pour eux ? qu'est-ce qu'ils ont dû sacrifier au machisme et au sexisme, dont les effets rappliquent maintenant, tel un boomerang ? comment agir différemment ? quels en seront les gains, quelles en seront les pertes ? Semblables questions interpellent la conscience masculine et invitent au développement d'autres modèles masculins, d'autres types de rapports entre hommes et femmes, de même qu'entre générations.

16Un dernier principe découle des précédents : c'est la nécessité pour tout homme d'apprendre des autres. De ses pairs, bien sûr, avec lesquels il a plutôt appris à être en compétition, mais surtout des femmes, des jeunes, et des minorités qu'il a longtemps ostracisées — les hommes d'orientation homosexuelle par exemple. Devenir plus humain, ce n'est pas seulement tolérer les différences ; c'est apprendre de ces différences, les ressentir comme des apports qui nous augmentent et non comme des dangers qui nous menacent. La masculinité pluraliste qui est graduellement en train de se développer provient précisément de cette faculté d'accepter et d'intégrer nos multiples différences entre hommes et entre hommes et femmes.

Changer

17Comme je l'ai déjà souligné, c'est souvent à l'instigation des autres que les hommes changent. L'auteure féministe Betty Friedan le mentionnait avec beaucoup d'à propos : « Les femmes, en changeant leur propre vie, ont forcé les hommes à changer la leur, ou bien ont rendu possible le changement » (Friedan 1982). Ajoutons que la pression de leurs enfants et de leurs pairs contribuent aussi à faire évoluer les hommes. Quand le monde autour de soi est en ébullition, il est difficile de rester de glace.

18La première étape du changement est généralement la remise en question de ses valeurs, de ses attitudes ou de ses comportements. Or, il n'est pas aisé d'accepter ses errements, de vivre avec le doute, de réaliser qu’à trente, quarante, cinquante ou soixante ans, il reste encore beaucoup à apprendre. Sans compter les demandes parfois contradictoires faites aux hommes par leurs partenaires : « Elles veulent l'habit du nouvel homme porté sur des épaules de macho », me confiait un collègue... On incite aujourd'hui les hommes à s'interroger, à douter, alors qu'on leur a toujours appris que les vrais hommes étaient agissants, sûrs d'eux. On les veut affirmatifs tout en étant plus que jamais à l'écoute des autres. On leur demande d'être en contact avec leur sensibilité sans abandonner pour autant les morceaux de bravoure de la virilité. Pas le choix : les hommes apprennent peu à peu à composer avec ces ambiguïtés, avec ces paradoxes et avec les questions sans réponses qui demeurent dans leur tête. Innover dans ses valeurs, ses attitudes et ses comportements, n'est-ce pas forcément angoissant puisque c'est explorer l'inconnu ?

19Alors qu'ils ont su transformer le monde à force d'inventions technologiques, les hommes apparaissent tragiquement démunis lorsque vient le temps d'être créatifs dans leur vie privée. Le poids des normes ancestrales et des stéréotypes semble bien lourd. Ce n'est pas par hasard si l'un des premiers ouvrages questionnant la condition masculine s'appelait Le Robot mâle (Feigen-Fasteau 1980). Tout se passe comme si la créativité masculine était réservée au domaine public : le travail, le sport de compétition, la politique. Quant à l'intuition, c'est un champ réservé aux femmes : l'expression intuition féminine est devenue un pléonasme. Pourtant, il n'est pas nécessaire d'avoir une imagination débordante pour penser que toutes les voies de la masculinité — et de la féminité — n'ont pas encore été explorées.

20On a dit, non sans raison, que les hommes n'ont pas appris à vibrer au plan émotionnel, réprimant les dérangeantes vagues intérieures. L'émotion masculine a été si longtemps frappée d'interdit que les hommes se sont habitués à s'insensibiliser ou, sinon, à camoufler les émois délinquants qui, malgré tout, perçaient leur carapace. Pas facile maintenant de se débarrasser de ladite carapace, sur laquelle ils ont pu compter leur vie durant. Pourtant, ce n'est qu'en récupérant leur sensibilité et, mieux encore, en la cultivant et la valorisant, que les hommes seront à même d'appréhender autrement la vie et de changer du même coup la leur.

21Lors des guerres et des naufrages, il était d'usage de sauver les femmes et les enfants d’abord (Gianini-Belotti 1983). L'honneur masculin en dépendait. De plus en plus d'hommes se rendent compte qu'ils doivent maintenant se sauver eux-mêmes du pétrin dans lequel ils se sont mis, entraînant avec eux non seulement femmes et enfants mais le sort même de cette petite planète. Les valeurs masculines de compétition et de domination nous mènent, à une vitesse accélérée, au désastre. Comment ne pas réagir ?

S’entraider

22Disons-le franchement : pour arriver à insuffler des changements chez les hommes, la perspective féministe radicale est contre-indiquée. Non, les hommes ne sont pas, que ce soit individuellement ou collectivement, mauvais par essence. Si certains de leurs comportements apparaissent préjudiciables ou répréhensibles, ces comportements peuvent changer, et les personnes qui les posent évoluer. Lorsque l'on n'arrive pas à faire de distinction entre la personne et ses comportements, il est inutile de prétendre aider qui que ce soit à changer. Souvent, on m'a demandé comment j'arrivais à aider des hommes qui avait déjà posé des gestes odieux — des abuseurs d'enfants ou des violeurs, par exemple. La réponse est que je dissocie alors personne et comportement. Ainsi, il est possible de rejeter ouvertement certains comportements que l'on juge inacceptables tout en reconnaissant une valeur humaine à la personne qui les a posés. Je sais pertinemment qu'il est très difficile de changer en profondeur la personnalité de quelqu'un : on ne peut forcer quiconque à changer et encore moins le faire à sa place. Mais si on lui donne l'occasion, tout en le responsabilisant de ses actes, d'adopter de nouveaux comportements, de nouvelles valeurs, de nouveaux idéaux, il est possible que le cours de son existence prenne graduellement une tournure différente.

23Un piège sournois guette les promoteurs d'une approche masculiniste : la tentation de remplacer les modèles piégés par d'autres modèles tout aussi arbitraires. C'est là un guet-apens. Le pluralisme dans le respect de soi et des autres n'apparaît-il pas de beaucoup préférables à tout modèle masculin, féminin ou même androgyne qui se prétendrait porteur de vertus universelles ? Il est généralement plus aidant d'amener l'individu à se poser des questions que de lui imposer des réponses toutes faites...

24Enfin, comment passer sous silence l'émergence de plusieurs groupes d'hommes, dits de croissance ou d’entraide, qui depuis quelque temps se sont multipliés ? En dépit de leur grande diversité, ils ont tous le grand mérite de montrer combien le processus du changement est le fruit d'interactions non seulement en nous-mêmes mais aussi avec les autres. En effet, les changements à opérer concernant la condition masculine exigent une implication qui déborde forcément de notre petite personne ou même de notre couple.

25De plus en plus, on voit se constituer des groupes d'hommes qui veulent s'interroger et agir sur leur identité, sur leur santé, sur leur paternité, sur leurs abus ou leur violence, etc. Ces groupes s'avèrent être des moyens efficaces pour toucher des hommes qui seraient autrement difficilement atteignables : entre hommes qui se posent les mêmes questions ou qui ont les mêmes problèmes, on se sent moins menacés. De plus, la pression et le support de ses pairs peuvent jouer un rôle déterminant dans le dépassement de ses blocages et de ses difficultés. Ces lieux de rencontre constituent aussi une incitation à vivre une solidarité accrue, et enfin positive, entre hommes. Lorsque les hommes apprennent à s'entraider plutôt qu'à se toiser ou se combattre, ils sont sur la voie d’un avenir meilleur. Les regroupements d'hommes, qui ont longtemps servi à organiser le conformisme et la servitude, pourront-ils maintenant contribuer à nous en libérer ?

Transformer le social

26Si la volonté et la capacité de changement personnel sont primordiales, elles ne suffisent malheureusement pas. Parce que les transformations individuelles et communautaires dont il est ici question exigent des modifications culturelles et sociales profondes. Les hommes changeront plus volontiers si leurs conditions de vie permettent sans heurts ces changements. Mais voilà qu'il s'agit apparemment là d'un cercle vicieux : les conditions générales de vie n'évolueront que si suffisamment d'hommes réclament ou réalisent des changements personnels. L'évolution de la condition masculine représente un défi à la fois personnel et collectif. Aussi devons-nous nous préoccuper de ce que la masculinité change de l'intérieur, grâce aux actions posées par chacun de nous, tout autant qu'elle évolue de l'extérieur, par les choix de société qu'effectuent hommes et femmes.

27En ce sens, l'éducation des petits hommes à des valeurs pluralistes et à des modèles non sexistes ne devrait-elle pas être une priorité ? Pourtant, on commence à peine à se préoccuper de cette question, que ce soit à l'école, dans les loisirs ou les médias. Trop fréquemment les images et les idéaux proposés aux jeunes font prévaloir compétition, violence et domination masculines. Autre enjeu important, qui décidera en partie de l'avenir du couple et de la famille : l'éducation sentimentale des hommes qui, en tant que partenaires, conjoints, parents et citoyens, ont des responsabilités de plus en plus lourdes à porter. Quant au travail, il s'avère nécessaire de l'accommoder davantage à la vie privée des hommes et des femmes. Ceci, afin que les tâches ménagères et l'éducation des enfants, par exemple, ne soient plus autant soustraites à la vie quotidienne des hommes. De plus, comment ne pas reconnaître l'urgence de partager davantage les lieux de décision et de pouvoir avec les femmes ? Beaucoup reste à faire pour réunir les conditions qui rendront ces options possibles, qu'il s'agisse de développer le travail partagé, le travail à temps partiel, les garderies, les congés parentaux, les horaires flexibles, ou encore de désexiser davantage la formation professionnelle et les emplois. Répétons-le : les structures mentales de l'homme n'évolueront significativement que dans la mesure où les structures sociales qu'il se donne s'adapteront au changement ou, mieux encore, en paveront la voie.

28Un petit mot, enfin, sur le politique. Pendant longtemps, nous avons supporté — dans tous les sens du terme — des politiciens qui prétendaient pouvoir changer le monde. Soyons désormais plus réalistes : demandons-leur, en guise de qualification, ce qu'ils ont su changer en eux-mêmes et avec leurs proches afin de se conformer aux idéaux qu'ils proclament. Nous avons moins besoin d'entendre des discours que d'être guidés par des hommes et des femmes qui acceptent de s'interroger sur eux-mêmes et d'harmoniser le privé et le public dans leur propre existence.

  • 2 Mouvements dans lesquels on retrouve d'ailleurs beaucoup de femmes.

29Collectivement, les hommes ont un sérieux retard à rattraper par rapport à la réflexion amorcée par le féminisme ou par les autres mouvements sociaux qui, tels que le pacifisme ou l’écologisme2, prônent un ordre différent, à échelle humaine. Lorsque les hommes chercheront moins à gagner du pouvoir sur les autres qu'à mieux vivre avec eux-mêmes, avec leurs partenaires, avec leurs enfants et avec leurs semblables, une nouvelle révolution culturelle - la plus significative depuis longtemps - sera amorcée. Hommes et femmes, nous avons la responsabilité d'initier les changements que nous souhaitons voir se produire, en nous comme autour de nous. Se changer soi-même, c’est déjà changer une partie, infime mais significative, de notre monde. Lorsqu'ils participent à un projet de société différente, les petits changements quotidiens peuvent devenir des révolutions.

30Les crises actuelles de l'homme ne seront-elles que des crises de croissance ?

Notes

1 Sociobiologie : école de pensée affirmant que nos comportements sont fortement influencés, voire déterminés, par notre héritage génétique.

2 Mouvements dans lesquels on retrouve d'ailleurs beaucoup de femmes.

Auteur

Travailleur social consultant et enseigne à l'université du Québec à Montréal. Il a publié quelques ouvrages sur la condition masculine, dont L'homme désemparé — dont cet article reprend en partie les conclusions — et Les lendemains de la révolution sexuelle (VLB éditeur, Montréal). Il termine actuellement une enquête sur la sexualité masculine, à paraître simultanément en France et au Québec vers le début de l'année 1992 sous le titre Tous les hommes le font (VLB éditeur, Montréal).

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search