Version classiqueVersion mobile

Des hommes et du masculin

 | 
Daniel Welzer-Lang
, 
Jean Paul Filiod

On naît tous ego

Julien P.

Texte intégral

1Etudes- télévision - presse à scandales -

2Sous le prétexte de l'information, bien souvent on déforme.

3Les êtres médicalement classés en catégorie minoritaire ne sont, semble-t-il, exhibés que lorsque que leur existence a été tellement marqués sociologiquement, qu'ils n'en deviennent plus que des monstres de foire.

"Histoires vraies", Paris-Match, "Les Dossiers de l’écran", ...
Libération (!?...) : même débat - même "con-bat".

4Quelques trop rares émissions/articles ont présenté le transsexualisme tel qu'il est, c'est-à-dire profondément individuel-intime-inexplicable, parce qu’aussi unique que des empreintes digitales.

5En fait, ils n’ont pas présenté le transsexualisme, mais bien plutôt un ou plusieurs transsexuels - chacun parlant de sa vie, sans jamais revendiquer une similitude avec ceux que l'on étiquette comme leurs frères et sœurs. Il n'y a pas, en la matière, de famille de transsexuels.

6C'est à mes yeux cette présentation-ci qui est la plus juste, la plus fidèle.

7Il faut que les gens comprennent qu'il ne s'agit pas d’un phénomène, dans le sens "surnaturel" qui peut être donné à ce terme, mais bien un état, qui se vit "comme" tout autre. Un état, tout simplement.

8Seul le respect, l'acceptation des différences, peuvent aider à porter cette "croix", qui n'est pas plus lourde que bien d'autres. Il n'y a pas, me semble-t-il, de degré dans la souffrance, ni dans la "normalité", même si le système social a tenté d'en établir.

9Poudre aux yeux que cette course éternelle vers le besoin que nous avons de tout quantifier, qualifier, classifier. Crainte éternelle de la diversité, qui pourtant est l'évidence la plus incontestable qui soit.

10J’ai entendu sur mon chemin, devant ou derrière mon dos, nombre de postulats lancés à qui veut bien les prendre (et ceux-ci sont légion), et il me paraît important de répondre, de mon unique point de vue, à quelques-uns d'entre eux :

* "Il est impossible de "devenir" un homme (femme) lorsque l'on est une femme (homme)"

11Je ne suis pas une femme devenue homme, mais un homme qui s'affirme en tant que tel.

12Comme d'autres naissent avec un bras en moins, avec un coeur fragile ou plus simplement encore avec des yeux bleus ou une peau blanche, je suis né sans sexe masculin - Caryotype XX - une petite tendance à produire plus d’hormones masculines que les autres être du sexe féminin (mais cette tendance ne signifie pas grand-chose - est-elle l'effet ou la cause du psychologique, je pose la question, sans pouvoir y répondre).

13Je suis né ainsi, mais avec une conviction, une nature - tant le sentiment de naturel existe en moi à ce sujet - masculines.

14Il n'y a pas de "devenir" (cf. plus haut), mais une simple vocation à confirmer, pour l'extérieur, ce qui est.

15A l'intérieur.

* "Une femme qui vit avec un transsexuel "femme-homme" est une mal-baisée - une déçue de ses ex-partenaires ou encore une homosexuelle n'assumant pas sa position, et optant pour l'apparence sociale du couple hétérosexuel. Le couple comprenant un transsexuel n'est d'ailleurs pas viable, etc., etc."

16(Je ne parlerai pas ici de la situation inverse des transsexuels "homme-femme", puisque je ne suis pas concerné.)

17Demande-t-on aux hétéros de décrire leurs pratiques sexuelles, afin de vérifier si elles correspondent à une norme préalablement fixée par un code de la sexualité ?

18Et lorsque j'entends des hommes me dire : "une femme, si elle est hétéro, aime la pénétration" (à croire qu'elle n'aime que cela), je dis peut-être. Mais ces hommes-là n'avouent-ils pas par de tels propos qu'ils ne partagent (ou ne savent partager) que cette pratique avec leur(s) amie(s) ?

19N'y a-t-il pas des femmes qui passent leur vie entière à "subir" une partie de la sexualité de leur couple, simplement parce que cela leur est présenté partout comme normal ; inéluctable (même chose pour les hommes, desquels les femmes attendent bien souvent un comportement sexuel socialement préétabli) ?

20Une femme n'osera généralement pas dire qu'elle ne souhaite pas (même ponctuellement) une pénétration - un homme ne souhaitera pas plus dire qu'il ne souhaite pas pénétrer :

21Crainte, là encore, de la diversité - recherche de l'uniformité alors qu'on évolue ici, justement, dans la plus grande des unicités.

22Crainte d'être catalogué(e), jugé(e) tel(le) ou tel(le). Crainte de ne pas être compris, alors qu'il n'y a rien à comprendre au sexe.

* "Un transsexuel est quelqu'un qui ment - qui triche - qui utilise de l'artificiel pour faire croire à un état, une identité, inexistants."

23Où se trouve mon identité propre ? Sur mes papiers du même nom, ou à l'intérieur de moi-même ?

24Bien évidemment, si l'on me regarde comme une prothèse ambulante, comme un miracle de la médecine, le problème est vite résolu. Je ne suis qu'une marionnette, un martien en carton-pâte. Mon enveloppe corporelle, modifiée chirurgicalement, médicalement, et qui présente l'apparence de celle d'un homme, renferme alors, aux yeux de ceux qui raisonnent ainsi, un corps féminin, en profondeur.

25Je vis, très personnellement, le problème à l'inverse, totalement.

26En ce qui me concerne, l'identité est intérieure. Elle est l'individuel par excellence. Et, pour moi, par ce que je sens et vis, c'est l'intérieur qui est masculin, plus encore que l'extérieur. Le psychologique, le psychique, le cutané aussi, le ressenti, l’imaginaire.

27Partant, alternative : me faire décerveler, afin de devenir un être qui aura perdu sa substance, et conserver l'enveloppe initiale, d'apparence "femelle" ;

28Ou alors tenter, avec l'aide de qui pourra m'accompagner, d'adapter cette enveloppe corporelle ("modulable"), à tout ce qui la meut, quotidiennement ; à tout ce qui ne peut pas être modifié.

29Certains pensent qu'il faut du courage pour "choisir" cette dernière "solution". Je dis qu'il ne s'agit pas là de courage : là où il y a conviction inébranlable -si tant est que nous puissions en avoir une absolue- d'une identité précise, sexuée,... la médecine n'est pas un choix, mais plutôt une compagne obligée.

30Je n'ai pas eu la volonté d'être opéré, ni de suivre un traitement hormonal, ni de me battre devant des juges sourds, pour vivre décemment, de manière officielle - je n'ai pas souhaité cela, je n’y suis venu que pour un "mieux-etre" (et ma volonté n'est qu'en cela).

31Tout cela s'est "imposé" à moi, comme une évidence (même si cela ne veut pas dire que le "cap" est facile à maintenir, notamment en raison des pressions qui, de toute part, ont cherché à m'éloigner de ce chemin).

32Les failles de l'état transsexuel sont multiples, en dehors bien sûr de celles, individuelles, que chacun assume ou non :

33Il faudrait pouvoir opérer dès le plus jeune âge, et quoi qu'il en soit, avant la puberté, pour obtenir des modifications de meilleure "qualité" -j'aurais aimé qu'il en soit ainsi pour moi. Impossible ! Comment connaître la conviction d’un enfant, d'appartenir au sexe qu'il ne représente pas corporellement ou biologiquement ?...

34Comment laisser aux parents, ou à d'autres, la responsabilité d'une rectification de sexe, puisque la rectification suppose une erreur, et que, seul, l'individu concerné peut soulever cette erreur ?...

35Ces éventualités ne sont pas "raisonnables" ; mais en même temps, il est si difficile, si impossible, de "réparer" 20 ou 30 ans de vie hibernée, au bout desquels il faut passer tests, suivis psy, visites ; subir opérations, expertises,... pour enfin ne pas forcément être reconnu comme celui ou celle que l'on est profondément.

36La médecine parvient à réaliser des choses peu crédibles, "miraculeuses".

37Toutefois, elle a ses limites, ses querelles de clochers, ses escrocs, ses vendeurs de rêves...

38Elle sait en outre très bien détruire, ôter, couper - elle sait souvent mal "construire".

39Traitement hormonal qui fait naître des seins, perdre ou acquérir une musculature, une pilosité, qui fait muer (une voix féminine en voix masculine - l'inverse ne peut pas se produire), ou encore pousser un clitoris pour qu'il devienne un petit sexe de quelques centimètres, sur lequel on pourra greffer un pseudo-pénis... toujours possible, dans une plus ou moins large mesure, et sauf contre-ordre médical.

40Ces traitements/opérations sont violents, mauvais souvent pour la santé, éprouvants à tous niveaux, ou tout à fait contre indiqués pour certains patients... à faire surveiller de très près par des spécialistes compétents.

41Pas d'idéal - seulement du "faisable". Avec inlassablement le risque d'échec.

42Peu importe. Je me suis foutu de tout cela et je m'en fous encore, à ma manière.

43Toutes ces choses ne sont, en vérité, que des moindres maux.

44Le primordial ici est le reste : la manière de voir les choses et les êtres, la force que l'on puise en soi et/ou que l'entourage apporte. Je suis comme tout le monde : seul, je vivrais mal, comme tout être seul vivra mal sa propre vie.

45La capacité que chacun peut avoir à relativiser les choses existe plus ou moins, dès le départ, au fond de soi - elle peut se développer par et avec les autres.

46Et pour appréhender sa douleur, ses joies, sa vie,... on ne peut que raisonner par rapport à soi - tout est subjectivité.

47Je ne supporte pas l’idée de voir mourir un ami, une personne que j'aime, non plus que de savoir des enfants ou des êtres persécutés. Et si je raisonne "froidement", je préfère ma situation à d'autres.

48L'on s'habitue toujours plus ou moins à un handicap, le sien propre ou celui d'un autre. L'important est d'apprendre à vivre avec, comme avec le reste de soi-même. Et comme je sais (sens) que mon handicap est inné, il est, automatiquement, plus facile à porter, car, ayant toujours été présent, il ne constitue pas un élément de différence par rapport aux autres dans le ressenti que j'en ai (il ne crée une différence que parce que les autres me renvoient de leur propre vérité, toujours et forcément différente de la mienne).

49De toute façon, jamais facile. La difficulté, sans qu'il faille pour autant la rechercher, enrichit, fait évoluer, élargit le regard que l'on peut avoir sur les choses et les êtres.

50NE PAS EN FAIRE ABSTRACTION : ce serait se mentir à soi-même, et donc aux autres.

51NE PAS NON PLUS L'EXHIBER : la décence, à mon avis, est le meilleur moyen de combattre ses imperfections, quelles qu'elles soient.

52Je ne suis pas différent des autres - bien évidemment, ne serait-ce par l'unicité dont je parlais plus haut, je suis unique, je suis "un", sans identique - en cela que je me sens extrêmement proche des êtres qui m'entourent : je peux avoir les "mêmes" envies, les "mêmes" besoins, les "mêmes" craintes, les "mêmes" joies...

53Je suis transsexuel parce que le qualificatif existe- je ne le revendique pas.

54Le travail que je peux faire sur moi procède de ce que chacun recherche : l'harmonie la plus profonde qui soit, intérieurement, pour vivre aussi et avec l'extérieur - cette harmonie individuelle à laquelle on ne peut sans doute que tendre - aller vers.

55J’essaye cela, avec les moyens qui sont les miens, que l'on me donne et que je me donne.

56Individuels et universels tout à la fois.

57Je suis. Avant tout.

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search