Version classiqueVersion mobile

Des hommes et du masculin

 | 
Daniel Welzer-Lang
, 
Jean Paul Filiod

La Marche du Premier Commando de France

Lilian Mathieu

Texte intégral

1Rythmant les marches au pas dans les cours des casernes françaises, les chants militaires sont un élément important du "folklore" de l'armée. Hormis les traditionnelles "chansons paillardes", certains chants proprement militaires sont d'excellents révélateurs de l'idéologie inculquée aux jeunes hommes effectuant leur service national, laquelle met généralement l'accent sur l'exaltation des valeurs de virilité, de courage et de vénération envers la Mère-Patrie.

2L'examen d'un chant militaire parmi d'autres permettra de voir comment les valeurs exaltées participent au processus de structuration de l'identité masculine à l'œuvre tout au long du service national. Ce chant a été distribué en 1989 à des jeunes effectuant une préparation militaire dans une caserne proche de Lyon. Le refus de le chanter était sanctionné par l'obligation d'accomplir une série d'exercices physiques (appelés "Kronenbourg" dans le vocabulaire de l'armée).

I
Quel est cet orage qui gronde ?
Quel est ce signe dans le ciel ?
Est-ce la fin de notre monde ?
L'apocalypse qui nous réveille ?
Ce sont nos frères, nos camarades
Qui scandent ensemble et en cadence
Le grand requiem de parade
Du premier commando de France

Refrain
C'est la grande marche virile
C'est la grande marche du sang
C’est le grand rythme des cœurs d’hommes
Oh Commando !
C'est la grande marche virile des Commandos
C'est la grande marche du sang des Commandos
C'est le grand rythme des cœurs d'hommes
Que les femmes, ah les femmes
N'entendent jamais, Commandos
Que les femmes, ah les femmes, n'entendent jamais
C'est du sang nouveau comme du vin nouveau
Mais pas pour les lèvres des femmes

II
Ils ont vaincu sous un ciel noir
Et ils n'ont pas pleuré leurs morts
Car dans l'amour de la Victoire
Ils se sont relevés plus forts
Ils ont servi sur leurs tombeaux
Une Patrie que leur vaillance
Fera plus nette que les couteaux
Du Premier Commando de France

III
Un jour on les verra combattre
Ils auront chaud, ils seront purs
Ainsi ils marchent volontaires
Vers la mitraille sans murmure
Et sans murmure dans la souffrance
Pour mieux entendre au loin les cris
Echo des morts, des ennemis
Du Premier Commando de France

Auteur

Étudiant-chercheur au Centre de Recherches et d'Études Anthropologiques à la faculté d'anthropologie et de sociologie de l'Université Lumière Lyon 2.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search