Version classiqueVersion mobile

Des hommes et du masculin

 | 
Daniel Welzer-Lang
, 
Jean Paul Filiod

Être du bon côté

Anne-Marie Devreux

À Élisabeth Souza-Lobo

Texte intégral

1Pourquoi faut-il s'intéresser aux hommes ? D'un point de vue sociologique, bien entendu !

  • 1 Pour la sociologie, les recherches sur la condition féminine ont essentiellement été menées par An (...)
  • 2 Il s'agit essentiellement de Nicole-Claude Mathieu, Christine Delphy et Colette Guillaumin.

2La domination masculine dans les sciences sociales a donné fort à faire aux chercheuses qui ont dû, prioritairement, combler les lacunes, disons plutôt les gouffres laissés par des sciences de l’homme, si bien nommées, et produire des connaissances sur la société au féminin, là où elles n'existaient qu'au masculin soi-disant neutre. Historiennes, sociologues, anthropologues, psychologues... se sont donc attelées à la tâche. Elles ont d'abord focalisé leur attention sur la condition des femmes dans la société - les sociétés1, puis ont élaboré des systèmes d’analyse propres à saisir les mécanismes d'oppression des femmes par les hommes2.

3"La différence du traitement appliqué aux deux catégories de sexe manifeste une impasse méthodologique" : en lançant cette mise en garde voici 20 ans, N.-C. Mathieu a ouvert la voie à l'analyse conjointe de la situation des hommes et des femmes et à l'élaboration d'une conceptualisation sociologique des rapports entre les sexes (Mathieu 1971 ; 1973). Depuis, les travaux sur ces rapports et sur la catégorisation sociale de sexe se sont accumulés, tantôt privilégiant le point de vue sur les femmes en le reliant à la position des hommes pris comme un référent qui n’était plus neutre, mais bien socialement sexué ; tantôt comparant d'emblée, sur un même sujet, des populations féminines et masculines. On notera que le développement du champ de la famille s'est particulièrement appuyé sur ces démarches comparatives, et sur la prise en compte simultanée de l'activité de chacun des membres du couple conjugal, dans le champ familial et le champ professionnel. Mais cette prédominance de la famille dans les objets d’analyse a conforté l'idée, encore très partagée dans la sociologie française d’aujourd’hui, que le couple et la sphère familiale étaient les lieux de prédilection des rapports d'oppression et de domination entre hommes et femmes (Combes 1989).

4Rarement l'approche, à partir des hommes, du fonctionnement et de la reproduction des rapports entre les sexes fut un point de départ pour les recherches des sociologues féministes. Et nous avons laissé à nos collègues chercheurs masculins le soin de se pencher sur la situation des hommes et les changements qu'ils avaient connus du fait de l’évolution des rapports hommes/femmes. En témoigne le sommaire de ce numéro du BIEF.

5Un numéro spécial "hommes" ? Devons-nous repartir dans une démarche de spécification d'une catégorie de sexe, même si elle fut un peu "oubliée" dans nos analyses précédentes ? Étudier la position spécifique des hommes dans la société est en effet le complément nécessaire à l'analyse de la position des femmes. Mais il s'agit bien de l'étude de la position sociale spécifique des hommes, c'est-à-dire de leur position de dominants dans les rapports entre les sexes, et non pas de l'étude des différences "naturelles" des hommes, point de vue qui ne ferait que reproduire la catégorisation naturaliste des sexes.

6Isoler les hommes dans l'analyse en tant qu'ils constituent majoritairement la catégorie dominante dans les rapports entre les sexes, telle est donc la posture d’analyse proposée ; proposée pour un temps seulement et sous certaines conditions théoriques. "Isoler" les hommes dans la construction des objets, c'est-à-dire ne plus s'interdire de les traiter en tant qu'acteurs sexués du social sans avoir à les comparer immédiatement aux femmes, sans avoir à ne les considérer qu'en tant qu'ils sont dans des rapports concrets immédiats avec des femmes, des rapports de couple par exemple. Il s'agit au contraire d'examiner leur position du point de vue du rapport social qui, précisément, produit leur "différence" de dominant. Ce faisant, tout en approfondissant la critique de l'idée de cas général et de référent neutre, la sociologie féministe dépasserait ainsi un certain gyné-centrisme qui, certes, fut nécessaire mais ne peut suffire à montrer toute la complexité des enjeux du rapport de domination des hommes sur les femmes.

Le cadre d'analyse de la catégorie dominante

7Le groupe dominant dans le rapport social n'est pas seulement une notion théorique, il est une réalité sociale qui, à tous les instants, pèse matériellement et idéellement (pour reprendre le terme de Godelier 1984) sur l’évolution des rapports entre les sexes. En cela, le sexe masculin pose (devrait poser) autant de problèmes aux sociologues que le sexe féminin : comment des individus définis biologiquement comme mâles se retrouvent-ils, majoritairement, dans une position de dominant ? comment ce phénomène social de grande envergure est-il produit, et dans quels espaces sociaux ?

  • 3 Au sein de l'Atelier Production-Reproduction notamment (voir en particulier : Les Cahiers de l'APR (...)

8Le cadre conceptuel des rapports sociaux de sexe, tel que nous l'avons construit au fil des dernières années3, offre précisément les conditions théoriques requises puisqu'il permet de rompre avec la catégorisation naturaliste des sexes ; d'appréhender les diverses expressions du rapport social et son évolution dans tous les espaces sociaux ; enfin d'articuler ces expressions à celles des autres rapports sociaux. Dire que le rapport entre les sexes est un rapport social signifie, pour nous, qu'il est une structure fondamentale de la société, qu'il la traverse de part en part, et qu'il a son développement propre, sa dynamique. La définition même des termes du rapport, c'est-à-dire des groupes sociaux qu'il oppose, est le produit du développement de ce rapport. Les deux questions (évolution du rapport et catégorisation) sont théoriquement liées et les catégories sociales de sexe, n'existent pas l'une sans l'autre, n'ont pas de sens en dehors du rapport, et se redéfinissent relativement l'une à l'autre au sein même du rapport (Daune-Richard, Devreux 1990).

9La catégorisation sociale, c'est-à-dire la définition des groupes sociaux, est elle-même un enjeu du rapport : le groupe des dominants cherche à faire passer pour naturelles des catégories qui ne sont que des constructions sociales, et, il tend à spécifier le groupe des dominés (ici des dominées) en le référant à un ensemble général, c'est-à-dire non spécifique et jamais défini.

10Chacun des deux groupes qui s'opposent agit sur le rapport, et lutte pour le faire évoluer, dans le sens d'un renforcement de l'oppression et de la domination pour les uns, dans le sens d’un allégement et de la disparition de cette domination pour les autres. En l’occurrence, le rapport social de sexe est un rapport de force, un rapport de lutte entre les deux termes. Les dominants sont en position dominante parce qu'ils sont produits pour y être, ils assurent les conditions de la reproduction de leur groupe, et ils luttent pour s'y maintenir.

11Cependant, au niveau de chaque individu et de chaque histoire individuelle, il y a du jeu dans ce processus d'évolution et les acteurs se déplacent dans ces rapports, ne serait-ce que parce que le rapport social de sexe n'est pas isolé des autres rapports sociaux, et se développe dans différentes sphères où il connaît des modes d'expression et des évolutions différentes. Ainsi un même individu peut-il connaître des positionnements dans les rapports sociaux qui l'amènent à être plus ou moins à la marge, ou, au contraire, au cœur de sa catégorie de sexe (Devreux 1988).

  • 4 Les femmes représentent une infime partie des effectifs militaires. En particulier les femmes appe (...)

12L'idée d'analyser les processus de production-reproduction de la catégorie masculine en tant que catégorie prise dans le rapport social de sexe à partir d'un lieu non mixte comme l'est encore l'armée4 s'appuie sur l'hypothèse de la transversalité des rapports sociaux de sexe : un tel objet de recherche est destiné à montrer comment ces rapports fonctionnent dans tous les champs du social, y compris là où les deux catégories de sexe ne sont pas en présence l'une de l'autre.

13D'autre part, l'étude de la socialisation des jeunes hommes par l'armée offre une occasion de voir comment la catégorisation biologique est socialement utilisée comme base de la catégorisation sociale : le service national est en effet la seule institution qui, aujourd'hui encore, définit sa base sociale par des critères strictement biologiques puisque tous les individus de sexe masculin appartenant à une même classe d'âge sont-en théorie appelés à former le contingent. Comment cette catégorisation institutionnelle va-t-elle agir sur la production des individus comme acteurs sociaux, c'est-à-dire sur leur socialisation ?

14Cette recherche sur les appelés, plus précisément sur les interactions entre armée et famille dans les processus de socialisation des jeunes hommes au moment du service militaire, s'appuie sur une enquête qualitative, menée par entretiens semi-directifs auprès de militaires du contingent. Cinq régiments de l'armée de terre (dans l’Est et le Centre de la France) nous ont ouvert leurs portes, ce qui a permis d'interviewer, sur place, 44 appelés, âgés de 18 et 22 ans.

  • 5 L'enquête a été effectuée en décembre 1990 et janvier 1991 et n'a pas encore été exploitée dans sa (...)

15Une toute première analyse des entretiens5 permet aujourd'hui de donner quelques éléments de réponse à la question des modalités de reproduction de la catégorie de sexe masculine. Nous verrons d'abord comment le service militaire offre aux garçons une occasion d'affirmer ou de confirmer leur appartenance à la catégorie sociale des hommes vis-à-vis de leur famille d'origine ; puis comment, à travers le partage du travail domestique à l'armée, ils expérimentent les rapports de pouvoir dans la division sexuelle du travail.

"Je suis un homme" : le cas des appelés Volontaires du Service Long

16Entre autres objectifs, l'enquête devait permettre de recueillir d'une part des éléments biographiques destinés à situer le service national dans la trajectoire individuelle des jeunes hommes, d'autre part des récits de pratiques concernant la vie militaire, les permissions et les rapports avec le monde extérieur : les parents, les amis, la "copine", parfois la conjointe.

  • 6 Depuis l'entrée en vigueur, en 1983, de cette formule, les effectifs de VSL ne cessent de décroîtr (...)

17Parmi les appelés interviewés, se trouvaient 14 "Volontaires pour le Service Long". Il s'agit de jeunes gens qui, avant même l'entrée dans l'armée ou en cours de service national, décident de prolonger celui-ci de 4 à 12 mois, selon leur choix. Pour cela, ils signent un "contrat de VSL" avec l'armée. Ils représentent aujourd'hui environ 20 000 appelés6 sur un contingent total de 260 000 hommes. Ils touchent une solde nettement supérieure à celle de l'appelé ordinaire, et qui va croissant avec la durée du contrat ; en outre, ils peuvent parfois bénéficier d'une formation professionnelle complémentaire dispensée par l'armée, et définie en fonction des besoins de celle-ci.

18Les motivations de ces Volontaires ont fait l'objet d'une première phase de la recherche (Devreux 1991). Les entretiens font d’abord apparaître un discours de justification du choix du VSL : "voir du pays" en partant quelques mois outre-mer, passer gratuitement le permis de conduire ou un permis poids lourd, s'assurer des conditions de vie militaire plus agréables et une affectation plus intéressante, ou encore faire une période d'essai avant de prendre un contrat d'engagement. Mais au-delà de ces raisons immédiates, les motivations profondes de ces volontaires doivent être recherchées dans leur histoire personnelle. Je voudrais en particulier montrer ici que, pour ces jeunes gens, prolonger la durée du service militaire est l'occasion d'une redéfinition de leur positionnement de sexe dans la famille.

19Pour les situer par rapport aux autres appelés, disons rapidement que ces jeunes appartiennent un peu plus souvent à des familles de niveau social moyen ou faible, et qu'ils sont davantage en attente d'un premier emploi. Ils sont, plus souvent que leurs camarades non-VSL, en situation d'échec scolaire, annonçant par exemple un "niveau CAP" sans en avoir le diplôme, ou un "niveau 5ème" indiquant qu'ils ont quitté l'école à l'âge limite de la scolarité obligatoire, après plusieurs redoublements. Ces "échecs" sont corrélés à une perception très négative de tout ce qui ressemble de près ou de loin à l'instruction, auquel s'oppose un point de vue très positif sur ce que représente l'activité militaire au sens propre, comme les sorties sur le terrain, les manœuvres, les exercices de tir, etc...

20A ces caractéristiques, s'en ajoute une autre, plus discriminante encore : les appelés Volontaires pour le Service Long sont beaucoup plus souvent que les autres issus de familles nombreuses (de 4 enfants et plus). Lorsqu'on met en relation avec cette donnée, la composition sexuée de la fratrie d'une part, et, d’autre part, le fait que dans les familles des VSL on trouve beaucoup plus fréquemment un père et/ou des frères militaires (ou ayant été eux-mêmes VSL), on saisit mieux comment le choix du Volontariat Service Long s'inscrit dans une logique familiale globale pour le jeune homme qui le fait. En reprenant l'ensemble des parcours individuels de chacun de ces jeunes gens, et l'histoire de leurs rapports familiaux, on comprend comment, derrière les motivations premières, se cache souvent un positionnement incertain dans la famille d'origine. Face à un frère héritier évident du rôle masculin, face à un père pour qui l'armée représente la virilité, ou encore à une famille "de femmes" qui attend que le jeune homme soit son représentant mâle aux yeux de la société, le jeune homme se trouve, en quelque sorte, en situation de devoir confirmer son appartenance au groupe social des hommes. Quelques exemples feront mieux comprendre ce processus de repositionnement de sexe.

  • 7 Les noms utilisés sont évidemment fictifs. Ces "portraits", dont quelques-uns ont été remaniés pou (...)

21Xavier Bernard7 est le cadet d'un frère qui s’est engagé dans l'armée. "Je suis avant-dernier" d'une famille de quatre enfants, deux garçons et deux filles. "Je suis d'une famille militariste" dit-il pour évoquer le fait que son père est un ancien militaire, qui a repris la tradition familiale à la suite de grands-pères également militaires. Ses parents s'attendaient à ce qu'il fasse lui aussi une carrière dans l'armée et ont exprimé une vive déception à la suite de sa décision de renoncer à une telle carrière quand il s'est vu bloqué, dans son avancement, au cours du service militaire, par un chef de peloton qui l'a "barré". C'est avant d'en venir à cette décision qu’il avait signé un contrat de VSL. Sur son expérience militaire et son projet de carrière dans l’armée, il conclut : "Je suis passé à côté, c’est dommage". Malgré sa tentative et son contrat de VSL, ce fils cadet ne sera donc pas porteur, comme l'est son frère aîné, de l'héritage familial et aura tout juste eu le temps de répondre à l'invective paternelle : "Mon père me dit toujours que quelqu'un qui ne fait pas son service militaire n'est pas un homme".

22Marc Dupré est, quant à lui, l'aîné d'une fratrie de quatre garçons. Après avoir été déçu lors de tentatives réitérées pour intégrer divers corps militaires ou paramilitaires, les sapeurs-pompiers, la gendarmerie, la garde républicaine, qui lui ont, dit-il, été refusés du fait de sa trop petite taille, et surtout, après avoir tenté une filière de "sports et études", "pour rentrer dans une grande équipe", "j'ai dit : j'essaie l'armée". Ayant rapidement obtenu le grade de sergent en tant qu'appelé, il est particulièrement motivé par la fonction d'encadrement, rêvant qu'on lui "donne" un groupe de jeunes recrues dès leur arrivée pour les instruire lui-même d'un bout à l'autre de leur formation militaire. 11 estime que l'armée lui a donné l'assurance qui lui manquait après les échecs de sa scolarité et de sa formation pré-professionnelle : "J'étais timide avant,.. j'aimais pas parler aux autres, mais maintenant je fais ce que je veux maintenant".

  • 8 Étant Réunionnais, cet appelé ne peut pas du tout rentrer dans sa famille au cours de son service (...)

23Jean-Louis Etienne est le seul fils d'une famille réunionnaise, au milieu d'une fratrie de 6 filles. Il n'y a donc pas eu d'autre expérience de service militaire dans la famille ? "Non non, pas d'expérience, c'est moi seul quoi (il rit), je leur ai fait honneur.. Ça m'intéressait beaucoup l'armée, chaque fois je disais : "à 19 ans je ferai mon service militaire", ça m'intéressait beaucoup, c'est pour ça que j'ai pas voulu rentrer chez moi trop tôt...". A propos des activités d'entretien des locaux, il revendique : "Quand on est arrivé ça nous déplaisait, "pourquoi je fais ça, je suis pas une femme, je suis un homme", mais maintenant je suis habitué (...) au début, moi je croyais qu'il y avait des femmes pour laver nos vêtements, pour nettoyer, c'est vraiment pas ça... on est obligé de s'occuper de nos vêtements8, de nettoyer tout le bordel". Mais quand même, bien qu’il se soit "habitué", la conscience de sexe ressurgit à propos de l’entretien des armes, activité qui l'ennuie pour le soin et le caractère répétitif qu'elle suppose. Pense-t-il que des femmes militaires s’occuperaient des armes de la même façon que les hommes ? "Oh oui, à nettoyer oui, parce qu'elles sont habituées au ménage". Puis, plus loin, il revient sur "l'honneur" qu'il a fait à ses parents en accomplissant son service national qui est, dit-il, "un devoir". Honneur d'accomplir un devoir national, déshonneur de "nettoyer tout le bordel”,... clivage entre le masculin "national" et le féminin domestique…

  • 9 L'enquête s'est achevée une semaine avant le déclenchement de la guerre du Golfe.

24Dominique Perrin n’est ni aîné ni cadet. 11 effectue son service militaire en même temps que son frère jumeau qui a décidé, sans l'en avertir, de demander à être affecté dans un autre régiment : "Il a voulu qu'on se sépare, comme ça, que je sois tout seul pour que je me débrouille tout, parce que je suis pas trop débrouillard, (...) c'est-à-dire c'est lui qui a décidé (...) Il était souvent là pour m'aider et puis,... à force il en a eu tellement marre, il m'a dit "bon toi il faut bien que tu te débrouilles un peu, plus tard, je serai pas toujours derrière toi...". Plus solitaire que son frère jumeau, Dominique Perrin a aussi davantage besoin de voir sa famille. Au cours des permissions, pendant que son frère sort "en boîte" avec ses copains, "moi comme je vais pas là-dedans, je ne suis pas fort là-dedans", il suit son père, chauffeur-livreur dans ses tournées pour "voir la route", lui qui rêve de voyage et a signé un VSL pour passer "le permis camion" et devenir chauffeur routier. Il sait qu'il doit grandir, qu'il ne peut pas en rester à cet état de dépendance affective, qui le voit perdu dans le métro quand, pour rentrer chez lui, il suit entre deux gares "quelqu'un que je connais d'ici, je me mets assez loin, hop tiens je le connais, je le suis et voilà comme ça, il n'y a que comme ça que je peux retrouver, mais sans ça, on me laisse tout seul dans un métro (...) je suis perdu, je sais pas où je vais, je vais un peu partout, je suis les autres presque...". Errance de ce jeune qui a quitté sa petite ville de province "où c'est mort" pour l'armée "où ça bouge", errance d'une phase de mutation où le service militaire lui fait entrevoir qu'il peut finalement se débrouiller seul, sans son "grand" frère jumeau... Dans cet itinéraire affectif, le contrat de VSL, signé pour huit mois, représente, au-delà de l'occasion de passer le permis poids lourds qui l'a motivé, une chance de prolonger la phase de transition entre l'enfance dans une famille trop protectrice (le père s'apprête à lui trouver un emploi dans l'entreprise où il travaille, la mère fait encore le tri des tailles de treillis après la lessive, parce qu'il ne connaît pas la sienne) et l'âge adulte : "Je suis bien là-bas, j’ai signé un VSL là-bas". Mais le rêve enfantin peut reprendre le dessus, même dans l'armée : Partir dans le Golfe ?9 "Oui, mais que pour le voyage, c’est tout, rien que pour le voyage, ça m'aurait suffi, moi, et après, revenir,... Je ne sais pas, on a peut-être pas une chance de revenir, c'est pour ça que, rien que pour le voyage, voir le paysage, comment c'est, à l'autre bout du monde, comment c'est... Je voulais partir rien que pour le voyage, je serais resté là-bas,... j'étais tout fou moi, il fallait rien me dire, j'étais tout énervé... et puis je suis resté,... j'ai dit bon il vaut mieux que... j'ai déjà signé un VSL, c'est déjà pas mal, si je pars là-bas, ça c'est autrement, quand il faudra dire ça aux parents, je pars là-bas, ça va les inquiéter (...) Non là c'est pour la guerre et puis après... je sais pas après, peut-être jamais rentrer, il faut voir le retour après... le soleil, le sable, des beaux paysages, bon et puis (...) ça coûte tellement cher un voyage". Dans ce couple de jumeaux, l'un est devenu tout à la fois l'aîné et le représentant mâle de la famille, "fort", débrouillard, celui qui sort à l'extérieur et prend les décisions, y compris pour son frère ; l'autre a, semble-t-il, été chargé du rôle de benjamin, le petit que l'on couve, que les parents s'évertuent à protéger de la société en le confinant dans l'espace familial, comme ils le feraient d'une fille. Ici se mêle la recherche d'un statut d'adulte dans la famille à celle d'une position sexuée dans la fratrie.

25Si le contrat de VSL peut intervenir dans une situation socio-professionnelle incertaine en palliant, pour un temps, l'absence de perspectives d'emploi et en compensant - du moins certains jeunes gens l'espèrent-ils - des échecs dans la formation scolaire et pré-professionnelle, il est donc également un moyen de s'affirmer aux yeux des parents, des frères et sœurs, et de la société en général, comme un adulte mâle. Le cas d'une jeune fille, Volontaire Militaire Féminin ("féminin" est au masculin, car, dans le langage de l'armée, ni "volontaire" ni "militaire" ne semblent pouvoir s'accorder en genre !), interviewée dans la mesure où elle était également VSL, est à cet égard très intéressant.

26Florence Olivier est l'aînée d'une famille de six enfants, quatre filles et deux garçons, fille (plus exactement belle-fille) d'un sous-officier de carrière, dont elle veut visiblement se rapprocher grâce à leur expérience commune du monde militaire et des armes ; descendante aussi d’une famille de militaires de générations en générations du côté de sa mère qui, lorsque sa fille avait 16 ans, s'était renseignée pour la faire entrer dans une école de sous-officiers. Ses deux frères ont également prolongé leur service militaire d'un contrat VSL. Toute la famille a "fait la fête" quand cette jeune fille a reçu son ordre d’appel, à l'exception peut-être du père qui n'approuvait pas, alors, la présence de femmes dans l'armée, point de vue qu'il semble avoir révisé depuis... La mère a, en revanche, exprimé sa fierté de voir sa fille intégrer le milieu dans lequel les hommes de sa famille ont traditionnellement fait carrière. D'une phrase, l'interviewée résume ce lien : "Ça fait 15 ans que je suis dans l'armée", dit cette jeune fille de 22 ans, en évoquant son enfance dans les régiments où son beau-père a été successivement affecté. Avec son BEP de comptabilité, elle aurait pu envisager une toute autre voie professionnelle, d'ailleurs bien féminine, mais elle avait visiblement en charge d’être, en dépit de son sexe, l'héritier de la tradition militaire familiale. La socialisation dans et par le milieu militaire qu'elle a connue dans son enfance a logiquement déterminé le choix d'une carrière dans l'armée, au regard de laquelle le service militaire et le contrat de VSL ne sont, d'après elle, que les premières étapes.

27On observe donc, à travers ce dernier exemple notamment, qui d'ailleurs est l'occasion de dépasser la catégorisation biologique de sexe dans la construction même de la recherche, que l'institution militaire fonctionne dans les histoires individuelles comme un lieu de définition ou de redéfinition de la sexuation sociale. Le Volontariat Service Long n'a ici d'intérêt démonstratif que dans la mesure où, s’agissant d'une démarche de libre-arbitre au contraire du service militaire "normal", son analyse met en évidence la manière dont les jeunes hommes utilisent leur passage sous les drapeaux dans leur stratégie de recherche d'un statut social de sexe.

28Inversement, sans la perspective théorique des rapports sociaux de sexe et une préoccupation d'analyse diachronique des processus de sexuation sociale, on serait passé à côté de ce type d'explication du choix du Volontariat Service Long, qui n'est pas, comme on le voit, qu'un moyen d'attendre un emploi et de retarder un retour à la vie civile.

"Je ne suis pas une femme" : la division du travail domestique à l'armée

29"Créer différentes catégories dans l'homogène, dans l'unique, entraîne sans échappatoire possible un "classement" de ces catégories. (...) le fait même de déterminer des frontières au sein d'un ensemble unique crée la hiérarchie, ou plus exactement l'opposition" (Guillaumin 1988).

30A l'armée, les tâches d'entretien occupent la plus grande partie du temps des appelés. Le ménage (jamais dénommé comme tel !) se fait de deux à trois fois par jour. Lui succède l'entretien du matériel militaire lorsque la troupe n'est pas en manœuvre, et, après chaque exercice de tir, le nettoyage des armes. Seul l’entretien du linge ne se fait pas dans le cadre de la caserne, ce qui n'est pas sans importance symbolique : bien qu'elle exige la plus grande netteté de l'apparence physique, l'armée ne prend pas en charge la propreté de l'habillement qu'elle délègue, implicitement, aux familles.

31L'entretien des locaux est organisé en séquences courtes et par équipe. Le matin, les lits sont entièrement défaits, draps et couvertures pliés au carré (les "bords francs" tournés vers l'entrée de la chambre pour ne pas heurter le regard par les lignes floues des bords du linge... !). Puis un premier ménage est effectué : balai et serpillière sur les sols, nettoyage des sanitaires,... A midi les lits sont refaits, un deuxième coup de balai est parfois passé ou une autre partie du ménage est assurée : dessus d'armoires, montants des lits, etc. Parfois une troisième séquence de ménage intervient en fin de journée. Le vendredi soir, avant chaque départ en permission, tout est nettoyé à fond : chambres, couloirs, sanitaires, mobilier, plinthes, carreaux, etc.

32Ces séquences courtes et fréquentes induisent une impression de répétitivité chez les jeunes gens qui en conçoivent à la fois de l'ennui et du désintérêt, mais aussi un certain fatalisme : cette répétitivité fait partie de la vie militaire, comme la disponibilité permanente à laquelle elle est liée. La disponibilité caractérise le statut du militaire, et plus encore du militaire du rang (sans grade), ce que sont la majorité des appelés. Le militaire du rang agit sur ordre et parce qu'il n'agit que sur ordre, il doit attendre que celui-ci soit formulé. Le temps de disponibilité est à la fois un temps d'attente, attente des autres, de la fin de l'activité des autres, et un temps morcelé par des activités discontinues. Les appelés sont très peu maîtres de l'organisation de leur temps, puisque à tout moment peut survenir un ordre qui les appelle vers une autre tâche et un autre lieu que celui où ils sont. Les lecteurs avertis auront reconnu là les caractéristiques du travail domestique, tel que l'assument généralement les femmes dans la sphère familiale.

33Le discours sur les tâches ménagères reflète à lui seul l'ambivalence de l'institution militaire à l'égard des appelés. On ne parle certes plus de "corvées". Le terme générique officiel est celui de "Travaux d'intérêt Général" : c'est officiellement dans l'intérêt de tous, donc de chacun, que se fait l'entretien des locaux. Le discours du commandement, repris d'ailleurs par certains appelés, en particulier les petits gradés, ceux qui sont devenus sergents au cours de leur service militaire, consiste à faire valoir que, si on laissait faire les jeunes gens, le désordre et la saleté régneraient vite dans les chambres et la caserne. Le nombre, mais aussi l'insouciance et l'égoïsme des appelés sont invoqués pour justifier cette crainte. Les travaux d'intérêt général sont donc présentés comme un apprentissage de la prise en charge collective des besoins du groupe et de chacun de ses membres. Il arrive cependant que ces "Travaux d'intérêt Général" soient appelés "les servitudes" : le "travail" et "l'intérêt général" passent alors au second plan, pour laisser place à la notion de service contraint. Ce terme, bien que plus rarement employé que le sigle bien militaire de "T.I.G.", correspond davantage, semble-t-il à l'esprit dans lequel s'effectuent les tâches domestiques : de la notion de service rendu à la collectivité, s'opère un glissement vers l'idée d'un asservissement non pas tant aux besoins du groupe qu'à l'ordre hiérarchique.

34Car si l’organisation du partage des tâches est souvent formalisée par un tableau de service qui affiche aux yeux de tous que chacun est à tour de rôle concerné, ce principe de fonctionnement collectif est d'une part établi et contrôlé par la hiérarchie, et d'autre part et surtout sans cesse susceptible d'être remis en cause sur décision intempestive des gradés. Requis pour une autre tâche, l'appelé sera remplacé par un de ses camarades, ou, au contraire, s'il est puni pour un manquement quelconque, il se verra affecté au service domestique plus que prévu. Les tâches ménagères, déjà marquées de désintérêt et génératrices de lassitude, sont alors chargées d'un caractère de sanction. En principe, elles ne doivent, d'après le commandement, pas être utilisées à cela ; en pratique, l'encadrement proche sait qu'il détient là un petit pouvoir très opératoire. D'autant que, comme on l'a dit, de l'ordre et de la propreté des locaux dépendent le départ en permission, le temps libre, la détente, la liberté... Le principe a son efficacité dès lors que le mauvais travail d'un seul membre du groupe peut remettre en cause le départ en permission de toute une chambrée.

35A la disponibilité permanente, la répétitivité, l’absence d'intérêt et au sentiment de soumission, s'ajoute l'apprentissage des rapports hiérarchiques comme mode d'organisation de la division du travail. Le premier moyen d’échapper aux T.I.G., en effet, c'est de monter en grade. En dépit du discours de justification selon lequel chacun est concerné par la propreté et l'hygiène des lieux de vie commune, sont exempts de fait des tâches domestiques les militaires gradés, appelés ou engagés : les caporaux en feront moins que les soldats de 1 ère et 2 ème classes, les sergents moins que les caporaux et même plus du tout, puisque, avec ce grade, ils passent du côté de l'organisation et du contrôle des T.I.G.

36En outre, des hiérarchies informelles entre militaires du rang s'instaurent au cours du service militaire : en effet, comme tous les deux mois arrivent de nouvelles recrues qui viennent succéder à ceux qui ont été incorporés deux mois avant, n'importe quel appelé acquiert rapidement la notion d'un rapport entre anciens et nouveaux, du fait même qu'une expérience minimale de la vie de caserne a déjà permis d'appréhender les hiérarchies formelles et informelles et d'apprendre à s'en prémunir en passant du côté des initiés.

37Après la mise à l'écart que représente la période de l'instruction, au cours de laquelle, les nouveaux incorporés vivent ensemble dans un bâtiment à part (du moins dans les cinq régiments visités pendant l'enquête), ceux-ci intègrent leur compagnie d'affectation et rejoignent les logements communs. Ainsi tout au long des douze mois de service, la relève des "anciens" est-elle assurée par d'autres jeunes, sensiblement de même âge, mais de moindre expérience des us et coutumes de la vie militaire. Lorsqu'approche le terme du service militaire, l'autorité morale par rapport aux nouveaux et l’indifférence aux menaces de sanction s'accroissent. C'est ce qui permet la mise en place d'une division informelle du travail, notamment des tâches domestiques entre les recrues les plus récentes et les futurs libérables. L'institution, par ses représentants dans les instances de commandement, admet cette hiérarchie implicite, quand elle ne la suggère pas. S’opère alors une division du travail entre individus détenant un pouvoir, si faible soit-il, et exécutants, qui correspond à un partage du travail entre tâches nobles (les activités techniques de la fonction militaire proprement dite) et tâches inférieures (l'entretien) dont se sentent déchargés les plus puissants.

38C'est bien souvent à l'armée que les jeunes gens manient le balai, la serpillière et les produits d’entretien pour la première fois. Quelques-uns cependant savaient déjà le faire, dans la mesure où ils assuraient chez eux au moins le ménage de leur chambre, parfois plus. Ceux-ci ne cessent pas d’effectuer ce travail au cours de leurs permissions, tandis que les premiers, considérant qu’ils ont à le faire par obligation à l’armée, ne voient pas au nom de quoi, ils l’assumeraient chez eux et rompraient ainsi avec la division du travail dans la famille qui, généralement, affecte les femmes à ces activités. L’entretien du linge et des effets militaires en particulier revient toujours à la mère ou la compagne. La question même paraît saugrenue. Qui lave l’uniforme pendant les permissions ?, "Bah, ma mère !". Et, en effet, l’apprentissage du travail domestique à l’armée, de la hiérarchie des fonctions et des moyens de se dégager des tâches ingrates en trouvant quelqu’un de plus inférieur ou plus dominé que soi pour les assurer, a pour arrière-plan la division sexuelle du travail expérimentée dans le cadre familial.

39L’entretien des armes suit, semble-t-il, le même schéma : alors que le discours officiel consiste à dire que chacun est responsable de l’arme avec laquelle il a tiré, tous les sergents interviewés, sauf un, ont dit qu’après les exercices de tir, ils donnaient leur arme à nettoyer aux deuxièmes et premières classes sous leurs ordres, ce que ceux-ci ont confirmé.

40Ainsi l’armée enseigne-t-elle aux jeunes hommes-au moment même où, quittant leur famille d’origine, ils s'apprêtent à entrer dans l'emploi et dans la vie de couple- l'assimilation entre fonctions de reproduction (entretien du linge et des lieux de vie) et fonctions inférieures. Mais en même temps que cette hiérarchisation des fonctions, elle donne aussi à voir le rapport de pouvoir par lequel on échappe à ces tâches et au statut inférieur qui leur est lié. A bien des égards (et les entretiens sont riches d'éléments le démontrant), être chargé du travail ménager à l'armée, c'est se trouver du côté de l'infériorité et du féminin. Et, dès le retour dans leur famille, les garçons s’efforcent de récupérer leur statut d'homme déchargé des contingences domestiques.

***

41L'armée, institution masculine, apparaît donc comme un lieu de socialisation sexuée des dominants : elle est à la fois un vecteur de transmission et d'apprentissage de l'ordre hiérarchique entre le féminin et le masculin, i.e. l'inférieur et le supérieur, le dominé et le dominant, et un lieu d'expérimentation pour la construction de stratégies de positionnement dans la division sexuelle du travail. Ici, dans cet espace social non mixte, le naturalisme ne peut plus servir à légitimer la division du travail. Seuls les rapports sociaux de pouvoir produisent et définissent la hiérarchisation symbolique et concrète des tâches, qui sera reversée dans les pratiques ultérieures des hommes dans leur vie d'adulte.

Notes

1 Pour la sociologie, les recherches sur la condition féminine ont essentiellement été menées par Andrée Michel, Madeleine Guilbert ou Marie-Josée Chombart de Lauwe (pour une bibliographie sur ces travaux voir : Battagliola, Combes, DauneRichard, Devreux, Ferrand, Langevin ; 1986).

2 Il s'agit essentiellement de Nicole-Claude Mathieu, Christine Delphy et Colette Guillaumin.

3 Au sein de l'Atelier Production-Reproduction notamment (voir en particulier : Les Cahiers de l'APRE, no 7 ; 1988, Battagliola et al. ; 1986).

4 Les femmes représentent une infime partie des effectifs militaires. En particulier les femmes appelées (les Volontaires Militaires Féminins) sont à peu près un millier, mais elles sont plus du double à proposer leur candidature aux armées.

5 L'enquête a été effectuée en décembre 1990 et janvier 1991 et n'a pas encore été exploitée dans sa totalité. Cette recherche est réalisée avec le soutien financier de la DRET (Conv. 901194).

6 Depuis l'entrée en vigueur, en 1983, de cette formule, les effectifs de VSL ne cessent de décroître. Ils sont pourtant censés compenser la perte en effectifs disponibles pour les armées que provoquera la réduction du service national à 10 mois, à partir d'octobre 1991.

7 Les noms utilisés sont évidemment fictifs. Ces "portraits", dont quelques-uns ont été remaniés pour cet article, sont tirés du rapport sur les VSL mentionné dans la note 5.

8 Étant Réunionnais, cet appelé ne peut pas du tout rentrer dans sa famille au cours de son service militaire dont la durée normale est, de ce fait, réduite à 10 mois. Étant loin de chez lui, il vit beaucoup plus que les autres "au Quartier" et doit s'occuper lui-même de porter son linge et son treillis à une laverie automatique en ville. On verra qu'à cet égard, il est une exception.

9 L'enquête s'est achevée une semaine avant le déclenchement de la guerre du Golfe.

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search