Version classiqueVersion mobile

Des hommes et du masculin

 | 
Daniel Welzer-Lang
, 
Jean Paul Filiod

Le double standard asymétrique1

Daniel Welzer-Lang

Texte intégral

  • 1 On trouvera un résumé de cet article dans "Les Hommes et l'anthropologie des sexes", paru dans le J (...)

1Pour étudier maintenant depuis plusieurs années les hommes, hommes violeurs ou hommes violents, "nouveaux" hommes dans l'espace domestique ou hommes utilisateurs - par le passé - de contraceptions masculines, j'aimerais essayer d'expliciter ici l'intérêt scientifique de travailler sur "l'autre" terme du rapport social : les hommes et le masculin.

  • 2 Je pense, entre autres, aux travaux de Michèle Ferrand et Anne-Marie Devreux sur les parentalités, (...)

2Dans un passé récent certaines précurseures ont déjà, notamment dans cette revue, appelé de leurs souhaits des recherches sur les hommes. Quelques chercheur-e-s ont même très concrètement engagé de telles études2. Mais - et je m’en expliquerai ci-après - l'intérêt aujourd’hui est, de mon point de vue, d'engager des études comparatives sur les représentations et pratiques dites masculines et féminines, d'étudier comment les rapports sociaux de sexe s'effectuent.

Ecrits féministes et études sur les rapports hommes/femmes : l'homme absent

3Dans l'histoire récente de l'anthropologie ou de la sociologie des sexes, bien souvent les hommes, le masculin, ont plus été invoqués qu'étudiés ou déconstruits comme catégorie sociale. Et dans de nombreuses études réalisées, l'homme est tout simplement absent ou convoqué, à travers l'interview de sa compagne, pour illustrer de manière linéaire comment s’exercent les rapports hommes/femmes ; les discours ou les représentations des femmes sont alors censés représenter de manière exhaustive pratiques et représentations féminines et masculines.

  • 3 On peut citer ici Claude Meillassoux, Maurice Godelier, Emmanuel Reynaud en anthropologie, François (...)

4D'un côté, en France, une ambiguïté mélange recherche féministe et recherche sur les rapports sociaux de sexe et les chercheurs ont eu plus à coeur de définir scientifiquement la catégorie sociale femme, de montrer l'importance du travail domestique, réalisé principalement par les femmes et de comprendre les mécanismes subtils de la domination que vivent les femmes (et elles-mêmes comme femmes et chercheures). De l'autre côté, les hommes chercheurs, à quelques exceptions près3, n'ont pas semblé pressés de "dévoiler" comment, à l'abri du regard des femmes, se construit socialement le masculin ; et plus précisément, comment se construisent chez les hommes l'illusion naturaliste de supériorité masculine qui structure leurs rapports aux femmes, et l'homophobie qui semble organiser les rapports entre hommes.

5Quant aux études ou écrits sur les hommes et le masculin parus hors le champ scientifique, on lira dans cette revue un autre article où je montre, à travers un rapide historique, l'extrême hétérogénéité des écrits sur les hommes et le masculin. Ils sont souvent marqués par une focalisation quasi exclusive sur les hommes

Les études comparatives

6D'abord, rendons à César, ou plus exactement ici à Mathieu, Daune-Richard, Devreux et Dagenais, ce qui leur appartient. Ce sont en effet ces auteures qui, les premières, ont appelé, soit à connaître le fonctionnement des dominants, soit à travailler sur les deux termes des rapports sociaux de sexe. Ainsi Mathieu, dès 1973, pouvait écrire : "Il semble logique que toute spécificité de l'une (des catégories) ne se définisse que dans son rapport à une spécificité de l'autre, et que l'une comme l’autre ne puissent être étudiées isolément, du moins sans qu’elles n'aient été auparavant pleinement conceptualisées comme éléments d'un même système structural" (Mathieu 1973). Et sur les parentalités, Mathieu (1977) et Devreux (1985) réfutent l’asymétrie des études sur les hommes et les femmes. "En intégrant les deux catégories de sexe dans un rapport social, elles énoncent leur inséparabilité du point de vue de la logique scientifique ; elles rompent ainsi avec les conceptions du sens commun (sur lesquelles fonctionnent la sociologie et l'ethnologie) qui considèrent les catégories de sexe comme des catégories réductibles aux faits de nature, et par conséquent séparables", disent Daune-Richard et Devreux (1986).

7En 1985, dans un autre ouvrage, Mathieu (1985 : 181) appelle - les femmes - à "obtenir le maximum d'informations du dominant (male groups) car il connaît le mode d'emploi, les mécanismes économiques et les justifications idéologiques, les contraintes matérielles et psychiques à utiliser et utilisées [...] le dominant connaît les moyens de l'exploitation et de la domination”. Et Dagenais, au colloque international de l'APRE sur les rapports sociaux de sexe en novembre 1987, montre comment la non-différenciation des pratiques et représentations masculines et féminines aboutit in fine, à décrire, dans le détail certaines fois, les pratiques féminines (elle donne l'exemple des enquêtes contraception/avortement en Guadeloupe), mais sans traiter symétriquement la variable homme (1988).

Un exemple de double standard asymétrique : la violence domestique

8Après ces prolégomènes, j'aimerais essayer de présenter une recherche récente menée à Lyon, où j'ai pris comme préalables les hypothèses présentées plus haut : les constructions sociales du masculin et du féminin font que, non seulement les pratiques sociales dites masculines et féminines sont différentes, mais ce qui les fonde dans la pensée et la conscience est aussi différent. Cette étude traite des hommes violents et de la violence masculine domestique. Elle fut réalisée pendant quatre ans en France et au Québec (Welzer-Lang 1991).

  • 4 Par exemple, dans La famille, l'état des savoirs, publié récemment sous la direction de François De (...)
  • 5 Il est curieux de constater que ces chiffres ne s'appuient sur aucune étude scientifique, mais sur (...)

9Le thème des violences conjugales émerge très doucement dans la sociologie de la famille4 et dans la société civile. Après dix ans de dénonciations féministes, "on" commence à s’apercevoir que, pour reprendre les "estimations" officielles5, s'il y a deux millions de "femmes battues", il y a donc deux millions d'hommes violents ; ou plus exactement : parce qu'il y a deux millions d'hommes que l'on peut appeler hommes violents, il y a deux millions de femmes violentées.

10La question des violences domestiques se complexifie dès qu'on veut approfondir de quoi parlent les hommes et les femmes.

Une histoire d'œufs

11J'aimerais illustrer mon propos sur ce que l'on peut qualifier de double standard par un exemple issu de mes recherches. Dans cette étrange alchimie des recherches en sciences sociales existent pour les chercheur-e-s des moments-clefs, des témoignages qui font rupture-ce qui a donné un moment la jouissance de comprendre - comme dit Barthes. Les propos de Gilles H. et ceux de sa compagne relatant la même scène ont été, sur bien des points de vue, quelque chose de cet ordre. A cette époque, j'étais dans un brouillard opaque : bien vite dans les entretiens, je me suis rendu compte que les hommes et les femmes ne semblaient pas parler de la même chose lorsqu'ils/elles parlaient de la violence, même lorsqu'ils/elles évoquaient les mêmes scènes, mais je n'arrivais pas à en comprendre le sens. L'analyse de ce double témoignage m'a permis de réorienter mes entretiens et obtenir ainsi de multiples exemples de ce double standard, ou ce que j'ai qualifié, pour la violence domestique de binôme de la violence domestique.

La méthode

  • 6 Au Centre de Recherches et d'Etudes Anthropologiques de l'Université Lumière Lyon 2, dans l’axe ant (...)

12Avant de donner connaissance des témoignages recueillis, j’aimerais donner quelques indications sur la méthode. Ethnologues du quotidien, nous avons l'habitude au C.R.E.A.6 d'articuler deux méthodes : d'une part, une immersion dans des réseaux dans lesquels nous sommes repérés comme chercheurs, dans lesquels, par différentes méthodes, nous suscitons des témoignages, et d'autre part, pour approfondir les hypothèses que nous apporte les premiers discours, des enquêtes dans des réseaux inconnus. La publicisation de nos thèmes de recherches dans les cours, les conférences ou les articles, permet chaque fois d'obtenir des témoignages spontanés. Quoique fortement biaisés, notamment dans l'aspect exhibitionniste qu'ils peuvent sous-tendre, ces témoignages sont souvent le moment où des informations ou des éléments d'analyses essentiels apparaissent aux chercheur-e-s.

  • 7 Je ne développerai pas ici, mais sans nier la réalité de l'existence des femmes violentes y compris (...)
  • 8 R.I.M.E : Recherches et Interventions Masculines
    RIME a ouvert en novembre 1987 un centre d'accueil (...)

13Concernant la violence, comme précédemment pour le viol (Welzer-Lang 1988), j'ai eu affaire immédiatement à une pluie de témoignages : des femmes d'abord, celles qui avaient vécu des violences ou celles qui pensaient être des femmes violentes7, puis petit à petit des hommes : ceux que je qualifiais d'hommes violents. Qu’on ne s'y trompe pas, si des témoignages d'hommes violents ont été enregistrés au centre d'accueil pour hommes violents que nous avons ouvert à Lyon avec l'association RIME8, la plupart des autres témoignages, y compris à Lyon, ont été obtenus en dehors du centre. Les hommes veulent parler, mais leurs conditions de vie conjugale, notamment la non-reconnaissance des violences par leurs compagnes (voir plus loin) ou l'acceptation par leurs compagnes des excuses qu'ils développent, ne les poussent pas à vouloir changer. Pour entendre des hommes parler des pratiques de violences, il suffit parfois de faire savoir qu'on recherche de tels témoignages et après... d'accepter d'entendre. La multiplication des témoignages illustre les besoins importants qu'ont certains hommes de parler de leurs malaises et de leurs questions face aux évolutions des rapports sociaux de sexe.

14J'aimerais d'ailleurs ouvrir une parenthèse : j'ai été l'objet de critiques concernant l'utilisation de concepts comme celui de domination. Un consensus mou nous pousse aujourd'hui à supprimer de nos langages tout vocable qui réfère de près ou loin à ce thème ; or j'ai du mal à ne pas qualifier ainsi les violences domestiques. D'abord, parce que je suis anthropologue, et qu'à ce titre, par honnêteté scientifique, il faut dénommer les rapports sociaux comme ils se présentent. D'autre part, ces qualificatifs n’ont que très rarement été remis en cause par les hommes violents eux-mêmes.

15En revanche, des femmes [y compris certaines qui accueillent des femmes violentées], à plusieurs occasions se sont offusquées et ont prétendu que nous étions "méchants", "durs avec" les hommes violents. On peut faire des hypothèses pour comprendre cette attitude :

  • comme d'autres, elles confondent caractérisation scientifique et analyse morale. Nos cultures judéo-chrétiennes binaires nous ont habitués à découper le social en deux catégories liées au bien et au mal ; l’écoute des hommes violents - notamment ceux qui se présentent à la porte de leurs foyers pour récupérer leurs compagnes - a produit des effets de brouillage. Eux, hommes la plupart du temps si ordinaires, honnêtes travailleurs, bons pères... ne correspondent pas au mythe de l'homme violent (le salaud, le monstre...), et de ce fait ces travailleuses sociales réfutent alors en bloc toutes les analyses en termes sociaux pour plus ou moins ouvertement accuser les femmes de provocation.

  • ou alors, sans jamais faire porter la responsabilité sur la compagne, les hommes arrivent à attendrir ces travailleuses sociales, à se faire plaindre ; et là aussi, elles reprennent alors des habits traditionnels confectionnés pour les femmes et se transforment en mères protectrices ou en assistantes sociales (en tous cas une femme qui se dévoue pour les autres) et on entend ainsi des phrases du style : "le plus à plaindre, c'est encore lui...".

16Toujours est-il que ce n'est qu'exceptionnellement que des hommes veulent témoigner et en même temps réfutent les analyses en termes de domination et contrôle.

Le "témoignage" de Gilles H.

  • 9 Mouvement pour la Liberté de l'Avortement et de la Contraception. On a oublié par la suite que ce m (...)
  • 10 Il précisa alors de lui-même que les agressions corporelles avaient été précédées de "viols du rega (...)

17Au début de mon étude sur les violences conjugales, un homme, que j'avais connu quelques années auparavant, m’écrit... Il vient de se faire enfermer volontairement dans un hôpital psychiatrique de peur de devenir dangereux avec son enfant. Nous avions été ami quelques années auparavant ; à cette époque, il était militant du M.L.A.C9 et vivait en concubinage avec une amie. Dans sa première missive, il me décrit de manière très elliptique des violences qu'il avait fait subir à sa compagne. Occupé à cette époque à recueillir des témoignages sur les violences domestiques, pour les raisons évoquées plus haut, je ne fus pas vraiment surpris de sa lettre ; ou plutôt, j'étais étonné que lui, cet ami-là, militant-de-gauche-insoumis-à-l’armée, écrive cette lettre, comme je fus sidéré d'entendre par la suite de sa bouche qu'il avait réalisé des viols10 dans la rue.

18Je me suis donc rendu auprès de cet ex-ami et nous avons parlé des jours et des jours. Puis, pour les besoins de fixer ses mots et ses intonations, nous avons réalisé une interview en bonne et due forme. C'est au cours de celle-ci qu'il m'a expliqué ce qui suit.

o LUI
" Je veux dire, il y a pas eu de violences physiques très fortes, (..) il y a eu là aussi des pratiques d'humiliation, qui étaient aussi ce jeu de prendre, de rejeter... etc, de faire une scène pas possible. Brigitte, qui avait très peur de ça., allait se réfugier chez Yves et Patricia (des voisins) ; je me rappelle, un jour, Yves et Patricia étaient pas là, elle a été se réfugier chez eux et moi d'aller la rechercher et lui dire à travers la porte : ça y est, c'est terminé et tout., elle ouvrait la porte, crac, je lui collais une claque ou je lui écrasais un œuf sur la tête ou je ne sais pas quoi, [rire], tu vois, bon., un jeu comme ça complètement pervers et complètement bon et, mille fois plus violent que la claque, je veux dire ce qui amenait cette violence c'était à la limite mille fois plus violent que la violence physique. "

  • 11 La violence est "un moyen premier de contrôle social", écrivait-elle.

19J'ai été fortement touché par la rencontre avec Gilles H. et je me souviens avoir gardé plusieurs jours de suite une boule au creux du ventre. En dehors de l'intérêt ethnographique, je commençais à comprendre le sens des paroles féministes et la portée de l'analyse de Jalna Hanner (1977)11 ; ou plus exactement je réalisais doucement, témoignage après témoignage, que j'allais ouvrir involontairement des portes que j'aurais préféré garder fermées.

20Après avoir pris contact au téléphone avec elle, j'ai alors rencontré l'amie qui avait vécu une longue période de concubinage avec Gilles H.. Celle-ci me demanda d'emblée l'intérêt de l'interroger : "Je n'ai jamais été battue", dit-elle. Elle savait que j'avais rencontré son ex-ami, mais ne connaissait pas la teneur de nos entretiens. J'ai dû dire que c'était pas grave, qu'en dehors de la violence, mon thème d’étude était l’amour et ses avatars, et qu'en conséquence, son témoignage était intéressant.

21Elle me décrit alors dans le détail certaines scènes racontées par son ex-conjoint, le fait qu'il ait pu, une nuit, la pousser hors du lit avec des coups de pied, lui faire des reproches permanents, détruire des livres scolaires ou des convocations aux examens pour l'empêcher de terminer ses études... mais jamais elle ne qualifia ses actes de violences, dans la mesure où, disait-elle, "il ne le faisait pas vraiment exprès". Volontairement après quelques temps d'interview, je lui ai demandé de décrire la scène de l'œuf.

22Voilà ses paroles :

o ELLE

I : Tu parlais d'une histoire d'œuf tout à l'heure, c'est quoi comme histoire ?

Elle : Ah la coquille d’œuf [rire]. Oh ça c'est un cauchemar. Tu veux que je te raconte ça vraiment ? [rire] Cette coquille., il t'a pas., ça j'aimerais en reparler avec lui. Je sais même pas s'il s'en souvient.
Alors., je me souviens pas du pourquoi de la chose, mais on s'était engueulés., je sais plus pourquoi., mais c'était toujours des conneries., jamais des trucs intéressants., et puis je prends Eric, (leur enfant) qui avait 3,4 mois sous le bras et je vais en bas (chez les voisins), il n'y avait personne, je sais pas, en plus je devais avoir peur, je sais pas, donc je me suis réfugiée en bas et puis pour plus le voir, tu vois ? Et puis pour pas qu'Eric entende les cris, et puis moi il y avait toujours le truc : je veux pas qu'Eric voie, je veux pas qu'Eric entende, tu parles. En fait, il a tout à fait vu et entendu, mais enfin moi c'était mon. ça a commencé par, en fait ce qu'il a pas supporté, ce qu'il disait c'est que j'emmène Eric en bas., et., enfin., tu vois ce que je disais c'était par rapport à Eric, quand il était tout petit. Alors d'abord il y a eu le téléphone qui a sonné X fois, alors j'ai fini par débrancher le téléphone, mais tu vois tout ça c'est très vite, très vite., c'est stressant.. Alors après, il y a eu la sonnerie, ça a duré toute la nuit hein cette aventure [rire]. Il venait appuyer sur la sonnerie de la porte pour que je lui ouvre, mais je voulais pas ouvrir, heu.. Alors comme je répondais pas, il a fini par coller un scotch sur la sonnerie, pour que ça sonne tout le temps... Alors j'avais peur que ça réveille Eric et puis il commençait à m'énerver, tu vois ? [rire] alors j'ai éteint le compteur [rire], l'électricité... pour plus entendre la sonnerie. J'étais dans le noir. Alors là quand il a entendu que j'étais dans le noir, qu'est-ce qu'il y a en ? Il y eu un broc d'eau de foutu sous la porte.. J'ai passé environ 1/2 heure, 1 heure à.. j'étais pas chez moi, tu vois, il y avait ça d'eau dans la cuisine, c'était [rire]., à éponger... Toujours j'étais très calme, je crois et puis j’ai dû., ah oui., j'ai rebranché le., putain, ça c'est un truc intéressant, j'avais oublié, enfin, j’avais dû finir par rebrancher le téléphone., ou bien c’était par la porte qu'il m'a dit ça., enfin., il m'a dit un genre de paroles intéressantes du style : "de toutes façons, je vais aller chercher des copains., on va revenir à plusieurs...", c'est dégoûtant dans un couple quand même, il faut le faire. J'ai commencé à avoir peur, pas des copains, je savais.... mais de sa faculté mentale, tu vois. Je me disais : mais ça va où ? Tu vois là ça commençait, quand même à devenir spécial..

I : C'était une menace courante ?

ELLE : Ah jamais, non ça c'est la seule fois où je l'ai entendu dire ce genre de trucs., avec moi, en tout cas. Bien évidemment., euh.. bon., alors entre temps il y a eu les choses d’épongées et tout... et puis je ne sais quoi après c'était... après, ça a commencé la série des excuses à travers la porte. Tu vois.. Je sais plus comment on., ça devait être à travers la porte qu’on communiquait et c'était : "ouvre moi, kiki, je te promets c'est fini., non non je me suis calmé" et moi j’ai fini par ouvrir et je me suis reçu des œufs là (elle désigne son front), sur la gueule [rire], Il s'était foutu de ma gueule, tu vois [rire J, alors j'ai refermé la porte.

I : Des œufs frais ?

ELLE : oui, oui., un œuf comme ça, et on te le casse sur le crâne., donc j'ai refermé la porte. Je me suis lavé les cheveux.. Là j'ai le souvenir que j'étais très très calme. J'avais très peur, mais j'étais très calme. Je pense parce qu'Eric était là et que., il dormait, enfin j'espère., mais je pense qu'il dormait, et il était pas question que je craque, parce que là c'était trop pour lui., et puis bon il a fini par., après ça a dû de nouveau être : "ça y est, cette fois c'est fini, je me suis calmé donc j'ai rouvert et cette fois, c'était vrai, et là lui, la loque, une loque : en larmes, en s'excusant à genoux, je sais pas quoi.. Mais ça a été pour moi un cauchemar cette nuit, ça a été horrible, ça a duré longtemps., hein., peut-être pas toute la nuit, mais je dirais 4 heures, c’est long hein. Alors je sais plus du tout la raison. Donc ça devait être une broutille.. Je sais pas, n'importe quoi., j'espère qu'il t'a raconté un peu tout ça., parce que sinon, moi je fais... [rire] le pauvre [rire].. je l'aime bien hein.."

23On a ici une illustration exemplaire du double standard asymétrique et de la sexuation des pratiques sociales :

24Gilles H. qualifie d'emblée l'écrasement de l'œuf de violence, d'acte mille fois plus violent que la claque. Plusieurs fois dans l'entretien il m'expliqua l'objectif de la violence : "lui expliquer que... la faire céder...". Mais il énumère les scènes, les unes après les autres sans avoir conscience, hors l'objectif de contrôle de ses proches, des effets corporels de ses violences. La scène de l'œuf est racontée vite, comme le sont d'ailleurs les autres violences qu'il a fait subir à ses proches. Les hommes violents n'ont aucune notion du vécu corporel des violences qu'ils font subir. La violence, chez eux, est instrumentale, assimilée à un message communicationnel ou à une arme. La violence vient montrer qui est le maître, qui dirige (ou veut diriger) la relation, qui contrôle l'autre.

25Dans les thérapies pour hommes violents, la compréhension de ce qu'ont vécu leurs proches s'apparente à une révélation : "elle a subi tout ça et elle est restée ?", demandent sincèrement certains. On peut faire la comparaison avec les hommes inculpés de viol que j'avais rencontrés précédemment : ils ne comprenaient pas pourquoi un acte qui avait été si court, qui n'avait tué personne, produisait des effets si longs.

26A l'opposé, quand on recueille les discours des femmes qui subissent les violences, on a souvent l'impression qu'elles tirent sur un fil invisible. Elles expliquent des violences multiples : certaines viennent de l'enfance, d'autres de leurs vies conjugales, du harcèlement sexué dans la rue ou au travail... Mais les témoignages s'enchevêtrent sans qu'une logique diachronique ou synchronique n'apparaisse. Le fil conducteur qui guide la mémoire semble être le corps et les atteintes au corps. J'ai eu mal là et il m'a fait mal là sont deux catégories de pensée, mais elles ont en commun d'être centrée sur une mémoire corporelle de la douleur. Souvent d'ailleurs, elles ne semblent pas avoir de mots pour qualifier les atteintes corporelles et elles se contentent de toucher ou de montrer la partie du corps atteint. La compagne de Gilles H. peut, pas à pas, raconter sa nuit de cauchemar, elle peut se souvenir de ses peurs, dont la plus grande était pour elle que son fils entende, entende la sonnette bloquée, entende les menaces de viol, entende les insultes proférées ou entende ses pleurs à elle. Elle peut se souvenir de ses cheveux qu'elle fut obligée de laver, du temps passé à éponger l'eau que son compagnon avait jeté sous la porte, "J'étais pas chez moi" dit-elle presque pour s'excuser. Autrement dit, elle peut par le détail décrire les conséquences de la violence de son ami, se souvenir des effets corporels ou psychologiques des atteintes qu’elle avait subies, mais à aucun moment elle n'accéda à la conscience d'être une femme violentée : lorsqu’elle évoque l'histoire de l'œuf, elle réfute la qualification de violences et dit "les humiliations, les saloperies qu’il a faites".

27La comparaison des deux interviews est elle-même intéressante : le témoignage du compagnon tient, pour la nuit considérée, en une demi-page là où celui de sa compagne occupe presque trois pages.

Des définitions différentes

28Plus tard, après avoir recopié les deux interviews, je les ai fait lire à de nombreuses personnes. Les hommes, à un écrasante majorité, qualifient la scène de l'œuf de violence physique ; les femmes - exceptées celles déjà conscientisées par le féminisme - n'y voient pas de réelles violences physiques. Ceci m'a amené à essayer d'approfondir au cours de mes recherches ce qui était défini lorsque que des femmes ou des hommes parlaient de violences. A l'écoute de plusieurs dizaines de témoignages détaillés, je me suis rendu compte que non seulement les hommes violents et les femmes violentées ne parlent pas toujours de la même chose lorsqu'ils énoncent les violences, mais dès qu'ils quittent le déni, attitude défensive première, les hommes violents peuvent définir plus de violences que leurs compagnes. Autrement dit, nos catégories de définition de la violence sont aussi des prénotions qu'il faut déconstruire.

29Qualifier ou pas de violences les atteintes corporelles ou psychiques que subissent les femmes revêt, on s'en doute, une importance première pour la prévention des violences domestiques, mais aussi pour l'étude scientifique de cette problématique. Dans mes études, il s'avère que ne sont pas qualifiées de violences :

  • des scènes où la femme peut expliquer que l'homme ne l'a pas fait exprès ;

  • des atteintes corporelles qui ne ressemblent pas aux définitions classiques des coups.

L'intentionnalité

30Les hommes, après avoir frappé, s'excusent, promettent de ne plus recommencer, déplient à leur manière le cycle de la violence. L'objectif de la violence n'est jamais le départ de leur compagne, mais sa soumission. Pour obtenir le pardon ou l'excuse de leur compagne, ils invoquent, consciemment ou pas, les figures du mythe : la perte de contrôle, la colère, l'alcool. Quand on sait qu'une violence sur deux est identifiée par la compagne à la première grossesse, on comprend que beaucoup d'entre elles ne souhaitent pas avoir à penser qu’elles vivent avec un conjoint violent. Dans les faits, elles acceptent d'autant plus facilement les excuses de leurs compagnons et, de ce fait, "je l'ai pas fait exprès", "je ne recommencerai plus" ou "Je ne sais pas ce qu'il m'a pris" aident à déqualifier la violence.

31Ceci n'empêche bien évidemment ni la douleur, ni la peur que ces actes ne reviennent. Bien plus, ne pas comprendre le sens des violences, ne pas pouvoir en expliquer l'origine et adopter le discours du compagnon sur la perte de contrôle ouvre un espace où elles devront faire attention de manière continuelle. En cela aussi la violence est structurante des interactions quotidiennes même quand les coups ne sont pas apparemment présents.

Les coups

32Dans les interviews, outre l'exemple donné par la compagne de Gilles H., ne sont pas qualifiées de violences : Etre virée du lit à coups de pied ; être brûlée avec une cigarette ; être électrocutée ; obligée de copier des scènes pornographiques ; être insultée, etc. Tout se passe comme si la violence physique offrait une définition restrictive limitée aux coups. Seules les femmes ayant été en contact avec les foyers féministes (au Québec, ils sont nombreux), et a posteriori, définissent les violences de manière plus large. Elles identifient alors violences psychiques, sexuelles et verbales... Que cette qualification ait lieu, la plupart du temps, a posteriori est importante. Dans notre ère de la révélation, les médias multiplient aujourd’hui les témoignages de femmes ayant subi des violences, souvent des années durant. On est toujours amené à se demander : comment a-t-elle pu rester ? comment a-t-elle fait ? Le discours dans les médias est bien souvent une parole reconstruite à partir de l'analyse.

33Les violences domestiques suivent une spirale ascendante ; des paliers rythment cette spirale ; ils sont les moments identifiés de violence, ceux qui font sens dans la conscience. Dans les interviews, la violence exercée est décrite s'accentuant lorsque l’arme utilisée change, quand on passe de la claque à un ustensile quelconque, mais aussi dès qu'apparaissent les humeurs corporelles : les pleurs, le sperme et le sang.

Le binôme de la violence domestique

34En résumé, on peut dire que les hommes violents définissent la violence qu'ils exercent sur leur compagne comme un continuum de violence physique, psychologique, verbale et sexuelle, associé à une intention : intention de dire, d'exprimer un sentiment, un désir ou une volonté. "C'était pour lui dire,... lui montrer", disent-ils dès qu'ils assument la responsabilité de leurs actes. Quant aux femmes violentées, elles définissent la violence comme un discontinuum essentiellement composé - selon les femmes non conscientisées - de violence physique. Les violences physiques sont elles-mêmes définies de manière restrictive, comme des coups portés à main nue ou poing fermé (voire avec le pied), associés à l'intention de les faire souffrir.

35J'ai recueilli par la suite de multiples exemples de scènes qualifiées par l'homme de violence où la femme, à partir des excuses de leur compagnon ou l'invocation d'excuse (la perte de contrôle, l'alcool, le hasard, l'acte fortuit), déqualifie les coups reçus pour les définir comme "des trucs durs, des actes douloureux", mais pas des violences. Les violences domestiques sont ainsi définies de manière plus large par ceux qui les contrôlent et les mettent en œuvre, que par celles qui les subissent. Entre le continuum associé à une intention d'effet et un discontinuum associé à une volonté de douleur, j'ai proposé de ne pas choisir une forme ou une autre pour définir les violences domestiques, mais au contraire de les associer dans une définition commune de la violence masculine domestique, définie alors comme "le binôme de la violence domestique”.

36Confirmant les résultats de mes travaux précédents sur le viol, ceci montre que si les dominants ont plus d'informations sur la manière dont fonctionnent les outils de contrôle corporel (ici la violence), ils n'ont que peu de connaissance des effets (la douleur, la souffrance) vécus par les dominé-e-s. Ils ne repèrent que les effets comportementaux de leur violence et peuvent ainsi les utiliser dans une stratégie de contrôle et de domination.

37Cette double définition, que l'on peut qualifier de double standard asymétrique est aussi en œuvre pour les femmes violentes et les hommes battus, les parents maltraitants et les enfants violentés. C'est-à-dire que ce double standard est indépendant du sexe physiologique, relié à une quelconque naturalité, mais le produit des positions différentes dans les rapports sociaux de sexe.

38Et c'est ainsi qu'à l'instar des femmes violentées (on comprend avec cette double définition, pourquoi le sens commun ne parle que des femmes battues), les hommes violentés ne définissent que quelques coups, la plupart du temps non qualifiés de violence, où ils expliquent leur douleur corporelle, quand leur compagne explicite un ensemble (continuum) de violences diverses destinées "à le faire réagir,... à lui montrer que...". Quant aux parents, ils peuvent assez facilement décrire un ensemble de pratiques sociales (fessées, claques, restrictions alimentaires, relégation dans la chambre, regard en coin, "coup de gueule") associé à une intention, un projet éducatif (lui montrer les limites, lui apprendre les réalités de la vie...) quand leurs rejetons ne se souviennent, quelques années plus tard, que de quelques moments souvent liés à la douleur et à l'injustice. Bref, les violences domestiques, ce qu’on peut qualifier de dernier obstacle à la marche vers l'égalité des droits, sont une illustration de cette double définition appartenant à une double représentation des pratiques sociales liées aux rapports sociaux de sexe et aux générations.

39J'ai repris, dans mon livre sur les hommes violents les différentes définitions académiques sur les violences, définitions qui nous viennent en général d’Amérique du Nord (USA et Canada) - on ne peut pas dire qu'en France les chercheur-e-s se bousculent pour de tels objets. Les femmes, (et je pense à Mac Leod, Larouche, Sinclair) ont d'abord défini, dans la plupart des cas, les violences que subissaient les femmes comme des coups, pour seulement ensuite (sept ans plus tard par exemple pour Mac Leod : 1980 ; 1987) inclure les différentes formes de violences et l'intention du conjoint d'obtenir quelque chose par ce moyen.

40Dans la problématique violence domestique, on constate que les travailleurs sociaux ou les travailleuses sociales ont beaucoup de peine à ne pas travailler selon les catégories de sens commun, qu'ils-elles ont tendance, comme toute une chacune, à les réifier en catégorie savante.

Le déni

41Bien entendu, ce double standard particulier ne s'offre au chercheur que dans la mesure où les hommes interrogés quittent le déni. Il paraît opportun de revenir rapidement sur cette notion. Le rapport des hommes au déni est intéressant car il questionne la sexuation des sciences sociales.

42a) Le déni des dominants est chose courante, il pose clairement un problème méthodologique. Comment faire parler une personne qui, a priori, veut cacher ses pratiques au chercheur, surtout quand ce chercheur est une femme, et que le déni concerne cette partie cachée des rapport sociaux de sexe que les analyses en sciences sociales ont peu identifiée ? Loin d'une technique inquisitrice ou d'une sociologie du soupçon, la méthodologie de recherche est alors primordiale. Pour ma part, et cela s'est vérifié de nombreuses fois de manière empirique, je pense qu'il faut multiplier les approches, comparer les discours obtenus par des chercheurs-hommes et des chercheures-femmes, bref reconextualiser l'interaction de face à face, l'entretien, où la différence des sexes joue un rôle important.

43b) Le déni masculin des pratiques de domination, que j’avais déjà entrevu dans mes recherches sur le viol, est aussi à analyser de manière problématique. L'hypothèse que je fais est qu'il est parallèle à l'ambivalence des femmes, déjà décrite par des sociologues (Bertaux-Wiame, Borderies et Pesce 1988). L'intégrer dans nos analyses suppose de construire auparavant la catégorie sociale homme, comme on a pu construire la catégorie sociale femme. Essayer de circonscrire en quoi consiste, du côté des femmes, mais aussi du côté des hommes, l'identité masculine.

Des études à poursuivre

44J'ai présenté ici le double standard asymétrique à travers l'exemple de la violence masculine (mets-je "domestique" ou non ?), mais il s'avère que ce concept peut être opératoire dans d'autres domaines.

  • 12 La population enquêtée était composée d'hommes ayant remis en cause le sexisme et les rapports homm (...)

45Ce double standard asymétrique a été mis en évidence dans une recherche sur les hommes et l'espace domestique, réalisée récemment avec Jean Paul Filiod au sein du CREA12. L'approche des représentations masculines et féminines du point de vue du propre et du rangé montre une attitude préventive des femmes (elles nettoient avant que ce ne soit trop sale) là où les hommes manifestent une attitude curative (ils nettoient quand ils jugent que c'est trop sale). Désignant des pratiques différentes sous le même vocable, on comprend alors aisément que femmes et hommes font du propre et du rangé un objet fréquent de polémique au sein du couple.

  • 13 Un des aspects de l'évolution des rapports sociaux de sexe serait peut-être d'ailleurs l'apparition (...)

46De la même manière, dans les études sur les pratiques sexuelles et l'amour, nous avons vite réalisé que deux types de représentations collectives coexistent dans la gestion sociale et affective du désir sexuel. Sommairement, pour les femmes les schèmes stéréotypaux adoptent une représentation individuelle et collective de l'amour conforme à leur assignation culturelle et sociale : elles voudraient voir un "tout en un" chez l'homme rencontré où coïncident le pourvoyeur d'argent, le protecteur, le mari, l'amant, le père... Pour les hommes, ces stéréotypes verraient l'amour se décomposer en autant de séquences que de fonctions sociales. Nous assistons à une gestion temporelle et fragmentée de l'amour, conforme à la logique économico-industrielle : d'un côté il y a l'épouse, qui remplace la mère, celle qui élève les enfants (et ces deux fonctions sont elles-mêmes sécables), de l'autre il y a la femme avec qui on fait l'amour ou celle(s) qui servent de supports à fantasmes13.

  • 14 Le viriarcat se définit pour N.C. Mathieu comme le pouvoir des hommes qu'ils soient pères ou non, q (...)

47On pourrait ainsi multiplier les exemples de recherches à faire, mais ce n'est pas ici notre propos. La recherche comparative sur les deux termes des rapports sociaux de sexe et les recherches sur les hommes et le masculin sont riches de connaissances à venir ; elles sont parallèles aux transformations sans précédent que nous vivons dans nos sociétés patriarcales et viriarcales14. Elles sont, à l'instar des recherches féministes, nécessaires pour comprendre les effets discriminatoires de la variable "sexe social", pour commencer à penser - y compris du côté des hommes - à des sociétés sexuées où le genre ne sera plus le discriminant central des fonctions et des positions sociales.

Notes

1 On trouvera un résumé de cet article dans "Les Hommes et l'anthropologie des sexes", paru dans le Journal des anthropologues (no 45, AFA, septembre 1991, pp. 45-52) consacré à l'anthropologie des sexes.

2 Je pense, entre autres, aux travaux de Michèle Ferrand et Anne-Marie Devreux sur les parentalités, ceux d'Annette Langevin sur les frères et sœurs, de Françoise Battagliola sur les employé-e-s.

3 On peut citer ici Claude Meillassoux, Maurice Godelier, Emmanuel Reynaud en anthropologie, François De Singly, George Ménahem et John Humphrey en sociologie

4 Par exemple, dans La famille, l'état des savoirs, publié récemment sous la direction de François De Singly, aucun article ne concerne cette problématique.

5 Il est curieux de constater que ces chiffres ne s'appuient sur aucune étude scientifique, mais sur des évaluations établies par le Secrétariat aux Droits des Femmes, à partir des chiffres d'autres pays (Europe, Québec). Plus qu'une quelconque volonté de ne pas vouloir étudier de manière quantitative le phénomène, il faut - de mon point de vue - y lire l'effet, dans la recherche, de la réification en catégories savantes des catégories de sens commun. Ainsi, dans la période récente, les différents organismes qui subventionnent les recherches ont fait des études séparées, qui sur les femmes battues, qui sur l'enfance maltraitée ou les abus sexuels.

6 Au Centre de Recherches et d'Etudes Anthropologiques de l'Université Lumière Lyon 2, dans l’axe anthropologie des sexes et de la vie domestique, se mènent des recherches sur Viol-Violences ; Sexe, sexualité, Sida, prostitution et sur l'espace domestique.

7 Je ne développerai pas ici, mais sans nier la réalité de l'existence des femmes violentes y compris physiquement contre les hommes, on ne peut qu'être surpris du nombre de femmes qui, usant de ripostes ou de fantasmes de ripostes aux violences maritales, s'auto-accusent de violences (pour plus de détails sur ce point, on se reportera au chapitre qui traite de ce thème dans mon ouvrage Les hommes violents paru en juin 1991 aux éditions Lierre et Coudrier).

8 R.I.M.E : Recherches et Interventions Masculines
RIME a ouvert en novembre 1987 un centre d'accueil pour hommes violents à Lyon. Depuis, plusieurs autres centres existent en France. Contact RIME : 21 rue de Belfort-69004 - LYON, 72 00 81 00. Le centre de Lyon privilégie une analyse sociale de la violence masculine.

9 Mouvement pour la Liberté de l'Avortement et de la Contraception. On a oublié par la suite que ce mouvement fut un des premiers mouvements féministes mixtes. C’est à partir du M.L.A.C. que se sont rencontrés certains hommes qui formeront, par la suite, les groupes d'hommes antisexistes en France.

10 Il précisa alors de lui-même que les agressions corporelles avaient été précédées de "viols du regard".

11 La violence est "un moyen premier de contrôle social", écrivait-elle.

12 La population enquêtée était composée d'hommes ayant remis en cause le sexisme et les rapports homme/femme, notamment des ex-utilisateurs de contraception masculine, membres d'un "groupe d'hommes" à Lyon et des hommes vivant en habitat collectif à voisinage choisi dans la région lyonnaise. Notre méthode a consisté en un "vivre avec" et un "vivre chez" : le chercheur s’installait, après un accord contractuel, dans les unités domestiques étudiées. Plusieurs articles ont été tirés de cette recherche. Voir en bibliographie générale, Welzer-Lang, Filiod 1991.

13 Un des aspects de l'évolution des rapports sociaux de sexe serait peut-être d'ailleurs l'apparition aujourd'hui chez les femmes d'un mode de gestion qui sépare à son tour les diverses fonctionnalités de l'amour. Notamment on assiste à une séparation entre désir de se réaliser professionnellement et désir conjoint d'épanouissement personnel et conjugal, y compris sexuel.

14 Le viriarcat se définit pour N.C. Mathieu comme le pouvoir des hommes qu'ils soient pères ou non, que les sociétés soient patrilinéaires, patrilocales ou non.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search