Version classiqueVersion mobile

Des hommes et du masculin

 | 
Daniel Welzer-Lang
, 
Jean Paul Filiod

Détourner la violence conjugale ?

Vers une intervention efficace auprès des hommes violents

Jürgen Dankwort

Texte intégral

Introduction

  • 1 Un examen des études les plus les plus fiables sur la violence conjugale (excluant les agressions (...)

1En 1981, il n’existait dans tout le Canada que quatre programmes destinés aux hommes qui battent leurs femmes. Depuis, plus d'une centaine de projets ont vu le jour dans l'ensemble du pays, sous différents auspices allant des organisations communautaires au réseau gouvernemental. Ici comme dans le reste de l'Amérique du Nord, ces programmes d'intervention ont été mis en place une fois que les mouvements pour la défense des femmes violentées sont parvenus à faire reconnaître la violence conjugale comme un véritable fléau social qui opprime des millions de femmes1 et non plus comme un phénomène exceptionnel ou une simple querelle de ménage qui n'est pas aussi grave (Mac Leod 1987 ; Walker 1990).

  • 2 Par exemple, une étude descriptive des programmes québécois pour hommes violents, commandée par le (...)

2Sans l'intervention des femmes qui, à force de pressions, ont réussi à inscrire la violence conjugale à l'ordre du jour, les programmes destinés aux hommes violents ne se développeraient sans doute pas à l'allure que l'on connaît actuellement à travers le continent. Il n'en demeure pas moins que ces programmes ont généralement été mis sur pied par des agences de service social et par des organisations indépendantes des mouvements pour les femmes victimes de violence. Par ailleurs, contrairement à une opinion largement répandue, les principes idéologiques qui sous-tendent plusieurs programmes destinés aux hommes sont issus de considérations sur la "libération des hommes" et la "condition masculine" quelquefois nettement en désaccord avec la plupart des idées fondamentales avancées par les mouvements féministes (Carrigan et al. 1987 ; Dulac 1987)2.

3Bien qu'il y ait consensus sur le fait que les hommes doivent cesser de minimiser ou de nier leur comportement violent pour devenir des individus responsables et des partenaires non dangereux, on ne s'accorde pas sur la cause ou les causes de la violence masculine, ni sur le rôle de l'homme comme instigateur de la violence et l'origine des raisons de sa réticence à accepter la responsabilité de son comportement violent. Les débats, tant dans la littérature clinique que dans les média populaires et les conférences sur la violence familiale, révèlent des désaccords profonds entre les professionnels et les para-professionnels, les chercheurs et les praticiens, les agents de contrôle social et les esprits humanitaires, les militantes et les prestataires de services (Caesar et Hamberger 1989). La controverse porte sur les divergences d'opinions quant à l'état de santé mentale des protagonistes de la violence, les intentions derrière les comportements humains et la responsabilité personnelle de l'individu face à ses actes (Dankwort 1988a). Ces différences s'expriment souvent, de manière implicite ou explicite, dans les travaux de recherche et les débats qui examinent les processus de relations dyadiques ou familiales et dans les affirmations sur la nature du comportement violent, à savoir dans quelle mesure il est expressif/impulsif ou instrumental/voulu (Ptacek 1988a ; Stets 1988). Les dimensions cliniques et socio-politiques de la violence qui se rejoignent dans le phénomène de violence familiale ont fait naître un mouvement politique à la recherche d'une pratique clinique (Stark 1989) et une école thérapeutique qui tente d'appréhender ce problème familial récemment mis à jour (Yllö 1989).

4Etant donné que les hypothèses sur les causes de la violence conjugale n'ont jamais été établies de manière empirique, il est permis d'élaborer toutes sortes d'explications concurrentes sur les raisons de l'agression des hommes envers les femmes. Lorsque des actes de violence sont posés à l'intérieur de relations intimes ou personnelles, les interprétations des causes et des motifs de ces abus semblent varier considérablement ; ce qui a des implications importantes pour l'intervention proposée car elle dépend de la manière dont le problème a été défini.

  • 3 Le Bulletin national sur la violence familiale publié par le Conseil canadien de développement soc (...)
  • 4 Voir, par exemple, le vif débat entre la directrice de la maison de transition "Chiswick's women's (...)

5Le développement de programmes pour hommes violents a soulevé des tensions dans les provinces et pays où ils ont été mis en place. Par exemple, la création de tels programmes a suscité des critiques en Ontario car les subventions attribuées pour leur implantation ont été prises sur les fonds alloués aux services pour femmes violentées (McEvoy 1984). En outre, la responsabilité des hommes n’est pas encore suffisamment établie pour que ces programmes soient financés directement, étant donné que l'on prétend qu'ils ont des tendances misogynes persistantes3. En Angleterre, comme dans d'autres pays d'Europe, les instances gouvernementales et/ou les organisations communautaires envisagent actuellement l'instauration de tels programmes même si, en règle générale, l'arrestation pour violence conjugale est encore peu répandue et les services pour les victimes souvent inadéquats. Là où des programmes pour hommes violents sont en cours d'élaboration ou déjà en place, leur efficacité, la répartition des ressources et du financement pour réhabiliter les participants de même que les théories contradictoires sur la violence font l'objet de controverses tout à fait récentes4.

6Dans le domaine de la violence conjugale, la définition d'une intervention efficace et sécuritaire a toujours constitué une entreprise hasardeuse. Tandis que l’efficacité du counselling auprès des agresseurs (mesurée par le nombre de cas où toute forme de violence cesse au bout d'un certain temps) semble limitée (Andrews et al. 1990 ; Edleson et Syers, à paraître ; Gondolf 1990 ; Tolman et Bennett 1990), une mauvaise stratégie d'intervention auprès des contrevenants pourrait, en fait, déboucher sur des homicides (Caesar et Hamberger 1990). La thérapie ou le counselling proposés aux hommes violents peuvent très bien réduire la probabilité de violence mais, paradoxalement, ces services peuvent aussi faire courir aux femmes des risques encore plus grands.

7Des informations en cours d'analyse, recueillies à travers une récente enquête, menée dans six provinces canadiennes auprès de ceux qui travaillent avec les hommes violents (Dankwort, à paraître), révèlent que lorsque le traitement est centré sur les circonstances particulières de l'individu, reliées à son comportement violent, on constate une tendance à ramener le problème à des déficiences psychologiques personnelles. Lorsque les intervenants mettent davantage l'accent sur les aspects sociaux de la violence conjugale, on ne voit pas très bien comment, dans les sessions de counselling de groupe (qui constituent désormais le format privilégié d'intervention), chaque homme assumera personnellement la responsabilité morale de ses actes abusifs. Les déficiences psychologiques et les obstacles socio-économiques des deux conjoints sont très souvent associés, voire présentés, comme les causes du comportement violent. Un autre aspect non éclairci, c'est la question du choix de comportements alternatifs dans des circonstances jugées incitatives à la violence. La manière dont les intervenants auprès d'hommes violents parvient effectivement à intégrer dans leur pratique clinique la prétendue capacité de choix dans des circonstances difficiles, demeure un grand mystère. La question du changement social à effectuer est souvent classée parmi les activités secondaires qui viennent seulement après la tâche principale que constitue le travail de counselling en groupe. Autrement dit, le changement social, lorsqu’on en parle, est relégué à des projets de sensibilisation tels que les discours publics, les efforts de lobbying et/ou les sessions de formation que le personnel des programmes a l'habitude de suivre pour compléter ses services de counselling.

8Qui plus est, l'augmentation dramatique du nombre de cas de voies de fait contre conjointes, présentés devant les tribunaux, ne fait qu'accroître les pressions pour trouver des alternatives aux poursuites criminelles que l'on a l'habitude d'engager contre les contrevenants accusés de tel délits. Dans cette conjoncture, le personnel de la justice criminelle est impatient de confier les questions de violence familiale au secteur social (par opposition au secteur criminel) tandis qu'un système judiciaire surchargé verra sans doute augmenter l'insatisfaction des victimes. Les partisans de peines criminelles pour les auteurs de violence semblent se débattre dans des dilemmes d'éthique et de pratique, associés à la surreprésentation des minorités dans l’arrestation, les poursuites, l'accusation et la condamnation - phénomène symptomatique de la discrimination raciale, sociale et ethnique présente dans l'ensemble du système criminel (Dankwort, à paraître).

9Enfin, l'attention accordée récemment aux programmes pour hommes risque également de rendre encore plus difficile, pour les femmes, l'obtention des services de soutien nécessaires, étant donné que la priorité accordé à leur situation diminue du fait de l'importance accordée aux hommes violents dans le domaine social de l'intervention en présence de violence conjugale. Un montant limité de dollars consacré à la violence familiale risque d'être détourné des services de soutien aux victimes pour financer les programmes de traitement pour hommes violents (DeKeserdey et MacLean 1990).

10Tous les obstacles que l'on vient d'évoquer démontrent la nécessité de réévaluer les politiques et les pratiques à l'égard des contrevenants dans le domaine de la violence conjugale, après dix années d'expériences avec le counselling et les sanctions juridiques. Cette révision devient d'autant plus indispensable face aux opinions négatives que le public, en général, et bien des groupes de professionnels en particulier, ont véhiculées sur les femmes battues depuis des décennies (Dobash et Dobash 1979 ; Gelles 1976 ; Straus 1976 ; Carrier et Michaud 1982 ; Walker 1990). Les études ont démontré que les victimes de relations abusives sont considérées comme responsables de leur statut de victime, que les abus ne sont pas jugés graves et que les victimes ne méritent que peu de sympathie et d'assistance (Rossi et al. 1974 ; Shotland et Straw 1976 ; Carrier et Michaud 1982 ; Maynard 1985 ; Ouellet-Mercier 1985).

  • 5 En décembre 1990, le juge André Bilodeau de la Cour supérieure de Québec a prononcé une condamnati (...)
  • 6 Voir, par exemple, les articles de R.L. McNeely et G. Robinson-Simpson dans Social Work (1987, vol (...)

11Tandis que certains soulignent que les attitudes traditionnelles dans ce domaine commencent à évoluer (c'est-à-dire d'un rejet total de la responsabilité de la violence sur la victime) vers le discours renouvelé et plus sophistiqué que l'on entend sur la violence conjugale aujourd'hui, d’autres réaffirment les mêmes opinions quant à la responsabilité de la violence et à son partage. Selon bien des intervenantes auprès des femmes victimes de violence, les croyances populaires courantes sur les causes de la violence et les interventions suggérées pour y remédier demeurent péjoratives et humiliantes pour les femmes (Regroupement provincial des maisons d'hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale, 1990 ; Hart 1988). Il arrive encore que des personnes influentes renforcent explicitement des opinions faisant preuve d'ignorance et d'insensibilité face à la problématique de la violence conjugale comme en témoigne un récent jugement de la Cour supérieure du Québec5. Par ailleurs, c'est avec une grande inquiétude que l'on constate actuellement une recrudescence des réactions négatives à l'encontre des perspectives féministes sur la violence interpersonnelle, tant au Canada qu'aux Etats-Unis6.

  • 7 Il faut bien comprendre qu'il ne semble pas exister de consensus sur l'orientation féministe dans (...)

12Le présent article cherche à clarifier les significations (ontologie) et à approfondir les connaissances (épistémologie) dans le domaine de la violence conjugale, étant donné que ces éléments revêtent apparemment une importance cruciale dans la résolution des dilemmes évoqués plus haut. Nous allons donc discuter : 1) les théories psychoanalytiques qui, combinées aux 2) théories sur l’apprentissage et enrichies par des 3) perspectives socio-culturelles nous ont menés vers une 4) conception féministe sur la violence conjugale et une intervention "proféministe" auprès des hommes violents7.

Le point de vue psychothérapeutique

La relation entre la frustration et l'agression

13Notre manière d'envisager la frustration et l'agression a été profondément influencée par les écrits de Freud et de Darwin. Ces pensées traditionnelles proposent que les hommes sont agressifs parce que la nature en a décidé ainsi afin d'assurer la reproduction de l'espèce. C'est donc un comportement "instinctif" ou "naturel" que de soumettre l'objet sexuel ou de vaincre sa résistance (Freud 1938 : 569). Bref, l'homme hérite de son agressivité à travers ses chromosomes (Jacob et al. 1965), il est poussé à la violence par ses pulsions agressives (Fesbach 1964) et par ses impulsions instinctives (Freud 1933 ; Lorenz 1966).

14Même aujourd'hui de nombreux spécialistes persistent à affirmer que pour des raisons d'ordre biologique, les hommes sont davantage prédisposés à la violence que les femmes. Ils apparaissent ainsi, dans une large mesure, comme des victimes à la merci de leurs caractéristiques génétiques ou biologiques. Toute stratégie d'intervention va donc tenir compte de cette situation et s'efforcer de leur fournir les moyens de surmonter ou de contrôler ces tendances violentes ; elle hésitera donc à reprocher aux agresseurs une conduite essentiellement expressive qui, de toute évidence, échappe partiellement à leur contrôle.

La violence en tant que psychopathologie

15Dans les cas où psychiatres et psychothérapeutes identifient la violence comme un problème dans les relations interpersonnelles, ils la considèrent généralement comme le produit de facteurs intra-psychiques qui, s'ils n’étaient pas corrigés par une "introspection", aboutiraient à des comportements violents. Dans les rapports cliniques, on décrit les personnes violentes comme ayant des personnalités de type "obsessivo-compulsif", "paranoïaque" ou, à la limite, comme des malades capables d’"actes agressifs irrationnels" (Shainess 1977 : 114-155). Faulk (1977), par exemple, parle de l'"anormalité psychiatrique" et de l'état de déséquilibre mental inhérent à la population (1977 : 121,124). Snell et al. (1964) ont construit une théorie psychoanalytique de la violence familiale à partir du concept freudien du masochisme féminin selon lequel la femme entretient la violence conjugale et le comportement violent du mari, satisfait ses besoins et instaure ainsi un certain "équilibre" au sein du couple (1964 :113).

16C'est dans le cadre de la psychopathologie que sont nés les doutes à propos de ce que rapportaient les femmes qui se disaient victimes de violence. Mackinnon (1987 : 144) nous rappelle que Freud avait pris pour parti de ne pas croire les femmes qui disaient avoir été l'objet d'abus sexuels pendant leur enfance. Freud est en effet revenu sur ses premières déclarations à propos de la violence faite aux femmes dans la société victorienne, en affirmant que les symptômes hystériques observés chez ses patientes relevaient plutôt de fantasmes sexuels que d’une violence vraiment vécue. Cette attitude qui consiste à sous-estimer ou même à nier ce type de violence prévaut encore aujourd'hui. Elle a pour effet de négliger le contexte social à l'intérieur duquel les troubles psychologiques se manifestent (Rieker et Carmen 1986).

Portrait psychologique

17Pour de nombreux thérapeutes contemporains, la personne violente est aux prises avec un ego perturbé, une piètre estime de soi et des besoins narcissiques (tels qu'une sur-dépendance émotive). Cette situation explique pourquoi elle réagit si fortement aux menaces réelles ou imaginées. Un tel comportement, affirme-t-on, tourne souvent à l'agression car, dans ce processus, un individu diminue l'autre en ayant recours à la violence. On peut relier un tel comportement à des troubles survenus au cours de périodes antérieures du développement, par exemple, un rejet de la part d'un des parents, la sur-dépendance vis-à-vis la mère, la crainte du père, etc.

18Cependant, si on s'en remet trop aux explications psychiatriques ou psychothérapeutiques, on risque d'oublier le rôle de l'agresseur dans la situation violente et les contraintes qui amènent la victime à ne pas rompre la relation malgré les abus dont elle est l'objet. On laisse entendre que toute femme battue peut mettre fin à la relation, si elle le veut. Dans les faits pourtant, plusieurs n’en prennent pas l'initiative par crainte pour leur vie ou pour la sécurité financière de la famille. De plus, la violence d'un homme ne s'arrête pas nécessairement au moment où sa partenaire le quitte. Dans certains cas, elle peut au contraire s'intensifier (Walby 1990). Enfin, contrairement à la croyance populaire, une femme ne s'engage pas toujours dans le mariage ou la cohabitation par choix (Regroupement provincial des maisons d'hébergement..., 1990). Elle fait des choix à l'intérieur de certaines limites. Un compagnon lui offre une protection contre les étrangers qui peuvent la harceler, voire l'attaquer ; de plus, une relation avec un homme lui assure d'autres avantages sociaux et financiers importants dans une société où les femmes (et en particulier les mères célibataires) font l'objet d’une discrimination sociale et économique.

Les implications pratiques : le counselling conjugal

19Cette vision étroite de la violence conjugale sert toutefois aux thérapeutes qui tentent de venir en aide à un nombre toujours croissant de couples qui vivent des conflits. En concentrant leur action sur les problèmes psychologiques de chacun des partenaires ou sur les problèmes de la relation, les thérapeutes croient adopter une position neutre, en assurer ainsi l’efficacité de la thérapie. On a tendance à oublier, dans ce contexte, que le refus du thérapeute de prendre parti et la présence de la victime aux séances de thérapie laissent supposer qu'elle est, d'une certaine manière, elle aussi responsable de la violence. L'homme reçoit un message tout aussi ambigu quant à savoir qui est responsable de la violence. S'il est entièrement responsable de la situation, pourquoi sa femme est-elle en thérapie avec lui ? De plus, les femmes placées dans un contexte où elles sont appelées à parler devant leur partenaire de ce qu'elles ont à lui reprocher ou d'une éventuelle rupture, risquent de voir s'intensifier la violence à leur égard.

L'optique psychologique retenue dans les programmes destinés aux hommes

  • 8 L'idée selon laquelle les carences de l'homme sont la véritable source de sa violence est bien exp (...)

20Dans les récents programmes canadiens spécialement mis sur pied pour traiter la violence conjugale par l’entremise de thérapies de groupe, on accorde beaucoup d'importance à la psychopathologie (Dankwort, à paraître). Même les programmes comportant une mise en garde contre la trop grande importance accordée aux facteurs intra-psychiques dans l’analyse de la violence conjugale continuent à définir leur fondement et leur intervention à partir de la "différence" entre les hommes qui agressent leur femme et les autres (exemples : Currie 1987 ; Allmand et al. 1989 ; La Belle 1989 ; Regroupement des CLSC du Montréal métropolitain, 1990). Les tests et les portraits psychologiques, au lieu d’examiner ce que les hommes violents ont en commun avec la population masculine en général, font plutôt ressortir le caractère "anormal" des agresseurs. On parle certes de l'importance de faire en sorte que les hommes acceptent la pleine responsabilité de leurs actes et cessent de rejeter la faute sur leurs partenaires ; toutefois, l’histoire psychologique de l'agresseur (son enfance difficile, par exemple) est souvent citée comme la cause première de sa violence actuelle8.

21Quant à la victime, c'est aussi à travers sa psychologie personnelle qu'on cherche à expliquer le fait qu'elle ne quitte pas son partenaire violent et on laisse de côté les problèmes de contrôle et de domination qui affectent la relation, ou bien on les envisage uniquement dans le contexte psychologique traditionnel. En d'autres mots, la femme battue le serait parce qu'elle est, d’une certaine manière, différente des autres femmes.

22Comme l'a écrit McLeer (1988), le caractère fallacieux de ce raisonnement réside dans la généralisation de l’observation clinique du comportement humain pour l'enfermer dans des références abstraites sur la nature humaine, créant ainsi une vision très mécaniste du rapport de cause à effet. Il faut se souvenir qu'en réalité le comportement humain se manifeste dans des systèmes ouverts, en présence d'une multitude de facteurs qui interviennent pour modeler son résultat.

Les théories de l’apprentissage social

Au-delà du déterminisme

23Avec le temps, on a remis en cause le déterminisme de la pensée psychothérapeutique en ce qui a trait à la violence. Les critiques font ressortir qu'aux facteurs biologiques et aux facteurs psychiques s'ajoutent la nature de la provocation et les circonstances contraignantes particulières qui peuvent aussi influencer la réaction de l'individu. Bandura (1973) et Novaco (1975) affirment qu'il est possible d'éprouver de la colère sans nécessairement poser des gestes violents et que, inversement, on pourrait poser de tels gestes sans ressentir de colère. Bandura (1977) a insisté sur le fait que des expériences contingentes créent des attentes et non de simples connections du type stimulus-réaction, en raison de notre capacité d’acquérir et d'interpréter des informations à travers nos processus cognitifs. Toch (1969) récuse aussi cette façon de voir la violence comme un simple réflexe de colère. Il fait remarquer que le comportement violent a toujours un but précis, qu'il est prévisible et répétitif. On ne peut donc considérer la violence comme étant essentiellement un réflexe de colère.

24La cognition et le behaviorisme nous ont démontré comment nous avons appris certains comportements par l'entremise de conditionnements, sociaux notamment. Plusieurs intervenants dans le domaine de la violence faite aux femmes en ont fait le thème central de leurs travaux (Ganley et Harris 1978 ; Saunders 1977 ; Walker 1979).

25Si l'on regarde les choses sous cet angle, on ne peut plus considérer les hommes violents uniquement comme des personnes psychologiquement déficientes qui réagissent simplement à des instincts biologiques. On les voit plutôt comme des hommes "normaux" mais susceptibles de réagir agressivement aux situations de stress à cause, justement, du comportement qu’ils ont appris.

26D'une part, la théorie de l'apprentissage souligne la nécessité d'un renforcement négatif du comportement violent pour que celui-ci cesse (Okun 1986 : 83). L'application de ce principe dans le cadre d'une intervention suppose que l'homme violent est tout de même tenu responsable de son comportement qui constitue une agression criminelle. La thèse de Bandura a mis en lumière la signification des motifs dans le comportement humain, en constatant que le comportement sera modifié si l'individu croit qu'une telle modification entraînera des conséquences positives. Ce raisonnement laisse donc entendre que nous sommes responsables de nos actes étant donné l'existence d'un choix moral ou éthique. Par contre, l'argument selon lequel l'agressivité de l’homme risque d’augmenter parce qu’il ignore comment agir autrement (ignorance toujours reliée aux mauvaises expériences ou à un modelage d'enfance inapproprié) peut avoir pour conséquence de détourner ce dernier de l'idée qu'il est entièrement responsable de ses actes. On veut absolument nous convaincre du fait que nos expériences de comportement et nos processus cognitifs limitent considérablement nos choix relatifs à notre destin.

Des explications contradictoires

27Ces nouvelles considérations sur "l'agression apprise" et les tensions associées au rôle que la société impose aux hommes aboutissent à des explications contradictoires et à des recommandations divergentes quant à savoir qui est responsable de la violence conjugale et quels sont les remèdes les plus efficaces. Geller (1982), dans le cadre d'une approche systémique de la famille, affirme que l'homme qui bat sa femme est le seul responsable de la violence. Pourtant, elle parle d'"impulsions agressives" (1982 : 202) et d'"agression incontrôlable" (1982 : 200). Les descriptions des épisodes violents deviennent des explications causales sur les raisons du phénomène. Des expressions telles que "éclats d'humeur", "éruptions de violence" et "rage explosive" sont suggérés candidement comme descriptions réelles des incidents. Elle conseille donc fortement aux femmes victimes de violence d'agir prudemment avec leur mari afin d'éviter de nouvelles agressions (1982 : 203). Les travaux actuels sur le sujet et les interventions qui en résultent font ressortir que théoriciens et praticiens, malgré leurs perspectives différentes, partagent néanmoins l'idée selon laquelle les hommes violents "perdent le contrôle" de leurs actes (Walker 1979 ; Deschner 1984 ; Guèvremont, 1986) et que les conjointes partagent aussi l'obligation de mettre un terme à la violence. On insiste tant sur cette impulsivité mal définie, ou encore sur cette réaction conditionnée face aux épreuves - toutes deux si difficiles à corriger - qu'on en vient parfois à considérer que l'homme violent ne peut guère faire autrement.

Conséquences sur les programme destinés aux hommes

  • 9 Il y a deux aspects à considérer ici : premièrement, le dissuasion doit être envisagée pour empêch (...)

28Cette façon de considérer les hommes qui agressent leur femme a, bien sûr, des conséquences sur les programmes qui leur sont destinés dans le but de les aider à mettre fin à leurs comportements violents. Bien que la majorité des Canadiens ne soient probablement pas opposés à la politique gouvernementale qui depuis les années quatre-vingt prévoit l'arrestation des auteurs de violence conjugale, les intervenants des programmes destinés aux hommes ont déjà émis, quant à eux, des réserves à l'idée de punir ces contrevenants. Ils se demandent d'abord si l'incarcération représente vraiment une mesure appropriée, même dans les cas où il est évident qu'il y a eu violence criminelle. Plusieurs avancent l'argument que la prison constitue elle-même une école de la violence et que le placement de ces hommes dans un environnement carcéral ne fera que renforcer leur violence. Certains ajoutent également que le système judiciaire criminel exerce un contrôle destructeur qui ne fait que répéter les relations hiérarchiques verticales par lesquelles les hommes dominent traditionnellement autrui. A partir de ce point, la thérapie ne peut que donner de meilleurs résultats même s'il n'existe aucune preuve empirique pour démontrer que le traitement de rééducation des contrevenants représente une dissuasion plus efficace que le châtiment judiciaire9.

29Il est intéressant de constater que ce type de réflexion concernant l'emprise du système judiciaire est plutôt rare quand il s'agit d'autres crimes impliquant également la violence. Toutefois, le principe selon lequel "la violence entraîne la violence" pourrait tout autant s'appliquer au vol à main armée ou à n'importe quel crime où il est fait usage de la force.

30Cette idée selon laquelle la justice criminelle doit traiter la violence conjugale à part provient, en partie, d'une tendance à "médicaliser" ou "psychologiser" tout comportement qui s'écarte de la norme. L'incarcération apparaît comme une mesure beaucoup trop sévère pour quelqu'un qui a perdu le contrôle de lui-même sous l'effet de l'impulsivité ou de forces qui le dépassent. Quand on évoque l'intervention sociale pour enrayer la violence conjugale, ce même raisonnement refait surface : la motivation ou la cause de la violence est extirpée de la volonté pour être relocalisée quelque part dans le corps (problème physiologique) ou dans la tête (problème mental) (Conrad et Schneider 1980 : 272-273). Les tentatives récentes d'application aux hommes violents de la théorie de l'impuissance apprise ("learned helplessness") de Lenore Walker démontrent bien à quel point cette façon de voir est répandue (exemple : Deschner 1984). Ces hommes, tout comme les victimes de la violence, sont considérés comme des "prisonniers" à cause de leurs expériences passées qui leur ont appris que leur situation ne s’améliorera pas quoi qu'ils ou elles fassent.

31Toutefois, cette théorie est incomplète puisqu'elle ne tient pas compte des influences sociales qui encouragent la victime (ou l'agresseur) à ne pas mettre un terme à la relation violente. De plus, elle ne parvient pas à expliquer, par exemple, pourquoi certaines femmes arrivent à mettre fin à ce type de relation après seulement quelques épisodes violents (Okun 1986 : 85). Selon Breines et Gordon (1983 : 508-509), cette perspective n’exclut pas la psychopathologie mais la remplace par un modèle psychologique behavioriste qui permet d'expliquer pourquoi certaines personnes sont plus violentes que d'autres.

Les agresseurs déficients, impuissants et fragiles

32Même dans le cadre de programmes destinés aux hommes violents où l'on encourage les clients à accepter leurs sentiments de culpabilité face au comportement répréhensible, l'idée selon laquelle un individu peut perdre ses moyens dans certaines circonstances affectives graves, persiste toujours. Au Canada, tout comme ailleurs en Amérique du Nord, la priorité, dans le cadre des programmes d'intervention, a donc été d'apprendre aux hommes à mieux contrôler leur colère et leur comportement impulsif et/ou à les aider à exprimer leurs sentiments "réels" (Gondolf 1988b ; Browning 1984 ; Dankwort 1988a, 1988b ; Regroupement des CLSC du Montréal métropolitain, 1990 ; La Presse, 11 février 1990 ; Toronto Globe and Mail, 15 août 1988).

33Par exemple, en détachant les notions de pouvoir et d'impuissance de tout contexte socio-politique, et sans tenir compte des particularités liées au genre, Philippe (1984 et 1986) prétend que l'homme bat sa femme "[...] parce qu'il ne peut, ni sait comment faire pour expérimenter et assumer l'impuissance quand celle-ci se manifeste" (1986 : 68). Selon ce psychologue québécois, pour le participant qui a suivi une thérapie de groupe, le défi consiste à retrouver son propre pouvoir déplacé et à rester en contact avec son sentiment de désespoir et d’impuissance sans entraîner sa femme dans son processus. Le problème n'est pas en soi l'arrogance qu'un homme manifeste à une femme mais plutôt la façon dont il s'exprime et agit en utilisant la force physique quand ça va mal en dedans. Pour Philippe, tous les hommes ont en eux cette rage mais l’homme qui bat sa partenaire, le fait parce qu' "[...] on ne lui jamais montré comment être enragé, comment être triste, comment être heureux..." (1984 : 58 et 1986 : 68).

34Dès que l'on considère qu'un homme violent agit comme il le fait parce qu’il ne sait pas comment s'y prendre dans des situations stressantes et/ou parce qu'il "perd ses moyens", on considère du même coup qu'il n'est pas entièrement responsable de son comportement. Aussi, certains intervenants croient-ils que l’intervention auprès de ces hommes doit être la moins "menaçante" possible, afin que le client puisse s'ouvrir au changement et "guérir de ses traumatismes" (Le Droit, 23 septembre 1988). Ce n'est qu'à cette condition qu'il parviendra à surmonter ses sentiments d'insécurité, à être moins sur la défensive et à progresser malgré la perception fragile de son identité.

35Dans la pratique, cela signifie qu'il faut fournir au client un environnement sécurisant et empreint d’empathie dans lequel l'intervenant ne portera aucun jugement et adoptera une neutralité morale (exemples : Buckley et al. 1983 ; Werk et al. 1986). Cette conception thérapeutique peut aller jusqu'à exclure que l'on punisse l'auteur d'actes violents ou même qu'on le culpabilise, car une telle démarche irait en effet à l'encontre des objectifs poursuivis. Dans les situations où les hommes sont effectivement confrontés à leur résistance au changement, ce style d'intervention peut s'avérer dangereux et aussi prêter à confusion. Paradoxalement on peut conseiller à des participants d'une thérapie de groupe de ne changer en rien, ce qui bien sûr leur fournit un alibi légitimé pour poursuivre leurs abus :

[...] nous ajouterons qu'il a avantage à ne rien changer car cela serait dangereux pour lui alors qu'il ouvrirait la porte à l'inconnu et qu'il devrait faire face aux émotions qui l'habitent (Allemand et al. 1989 :41).

La perspective socio-culturelle

Les études sociologiques : du problème personnel à la question sociale

36Après que les mouvements féministes eurent dénoncé l'ampleur du problème de la violence conjugale autour des années 1970, les sociologues se sont alors penchés plus avant sur la question et, à la suite d'enquêtes empiriques nationales aux Etats-Unis, ils en sont arrivés à corroborer ces affirmations (Straus 1978 ; Straus et Gelles 1986 ; Straus, Gelles et Steinmetz 1980). On a alors assisté à un remaniement de la conception psychopathologique de la violence afin d'incorporer ces nouvelles données, confirmant ainsi le pourcentage élevé de la population aux prises avec ce problème. Ces révélations ont amoindri la crédibilité de la pathologie individuelle comme facteur dominant dans la violence conjugale et les chercheurs ont commencé à s'intéresser plus à l'institution familiale comme foyer de violence.

37Selon une perspective plus socio-culturelle, la violence conjugale est envisagée dans le cadre des inégalités sociales structurelles, des attitudes et des normes culturelles. On a remarqué que les relations conjugales étaient particulièrement sensibles au moindre antagonisme et qu'un contrat de mariage était vu bien souvent comme un "passeport pour la violence". La construction de familles hiérarchiques et nucléaires est, de plus, propice à l'utilisation de la force dans les relations de supériorité et d'infériorité qui s'y exercent.

L'influence de la société

38Les recherches anthropologiques de Tavris (1982), entre autres, ont démontré que dans certaines sociétés on n'a pas l'habitude d'associer colère et violence, et qu'un comportement colérique, celui d'un homme ivre par exemple, peut varier considérablement d’une culture à l’autre. Ces recherches apportaient des données nouvelles, non seulement sur l'expression de la colère, mais aussi sur ses véritables causes. On s'est rendu compte que si la colère est universelle, elle se manifeste selon des règles explicites ou implicites propres à chaque culture (Tavris 1982 : 47). Par exemple, si un homme se met en colère lorsque sa femme ne remplit pas, d'après lui, les obligations liées à son rôle, c'est que dans sa culture on s'attend à ce qu'une femme remplisse de telles obligations (Ptacek 1988). En d'autres mots, les normes culturelles nous dicteraient à propos de quoi nous sommes censés nous mettre en colère, et comment exprimer cette irritation.

39Ce qui vient compliquer les choses, c'est qu'il existe aussi des normes culturelles qui condamnent la violence familiale. Par exemple, il apparaît incorrect et lâche de frapper quelqu'un de plus faible et plus vulnérable que soi. Cela dit, le fait de considérer l’influence culturelle ne nous aide pas vraiment à déterminer le sexe de l'agresseur car, dans une même culture, les individus sont soumis à des normes contradictoires dont les effets se neutralisent.

40Par contre, la perspective socio-culturelle permet, pour la première fois, de conceptualiser une stratégie d'intervention nouvelle et plus générale visant à mettre fin à la violence conjugale. L'objectif de l'intervention ne se limite plus simplement à amener les hommes à mettre un terme à leur comportement déviant et violent en se conformant aux normes de la société. En effet, on considère désormais que les hommes violents se conforment déjà trop à des normes indésirables qui doivent être contestées et entièrement transformées (Brod 1987). Cette théorie permet d'introduire une notion radicale, à savoir qu'il faut changer notre société avant de pouvoir mettre fin à la violence interpersonnelle. Ainsi, ce sont toutes les instances oppressives et le système dans son ensemble qui encouragent la violence et qui doivent être modifiés pour que les hommes soient en mesure d'y renoncer une fois pour toutes. Sur cette base, il appartient, d’une part, aux programmes destinés aux hommes violents d'intégrer la dimension sociale dans leurs séances de groupe, d'ajouter des mesures éducatives à leur répertoire d'activités (cours de formation ou campagne de publicité) et, d'autre part, il faudrait exercer des pressions sociopolitiques auprès des diverses institutions sociales afin qu'un changement véritable se produise (exemples : réduire la violence dans les films, empêcher la vente des armes à feu, etc.).

Messages ambigus et conclusions douteuses

41Le cadre socio-culturel qui nous permet d'élargir notre compréhension de la violence conjugale risque, quand même, d'en obscurcir les causes et de nous détourner de la question, à savoir qui est la victime et qui est l'agresseur. Bien que Gelles et Straus aient souligné comment les facteurs structurels contribuent à la violence conjugale, particulièrement dans le cadre familial, leurs abstractions, leurs généralisations et la neutralité de leurs points de référence expliquent les faiblesses de leurs conclusions. Trop dépendantes de données quantitatives, leurs études ont pris une tournure mécaniste aux applications limitées. En outre, leur condamnation absolue de la violence, où qu'elle s'exerce, a fait en sorte qu'on en est venu à considérer qu'une victime doit, elle aussi, être non-violente et ne pas riposter à la violence pour mériter qu'on l'appui. Comme l'ont signalé Breines et Gordon (1983 : 512), si nous considérons la violence comme le problème plutôt que le symptôme d'un problème, il se peut que la femme battue mérite moins de compassion si elle fait usage de la force. Il va sans dire que cette définition du terme "victime" est fonction de l'impuissance et de la non-violence que l'on attribue à la femme lors des altercations avec son partenaire.

42Les sondages des sociologues Celles, Straus et Steinmetz ont le défaut de ne pas faire la distinction entre un coup de pied, un coup de poing et une poussée donnés par l'un ou l’autre car, en moyenne, la force physique des hommes est supérieure à celle des femmes. Par ailleurs, aucune question n'a été posée relativement aux blessures, aux effets, aux motifs et aux conséquences de la violence (Straus 1979). Enfin, aucune distinction n'a été établie entre le geste d’une femme qui, en situation de légitime défense, pousse un homme et celui d'un homme qui, par exemple, pousse sa femme et la fait tomber dans l’escalier. On ne précise pas si la force a été utilisée en situation de défense, ni pourquoi les femmes peuvent avoir fait usage d'armes dangereuses, malgré l'absence d'un "danger imminent". Les études ne tiennent compte non plus de la brutalité sexuelle, du harcèlement sexuel ou du viol et ne mesurent pas l'ampleur des outrages sociaux, affectifs et psychologiques. Cependant, toutes ces formes de violence directe et indirecte constituent la nature particulière de la violence conjugale dans notre société, chaque élément contribuant à un phénomène global.

43Les sondages comportent aussi d'autres graves défauts qui viennent mettre en doute leur validité : leurs données proviennent exclusivement d'interviews effectués auprès des hommes. Or, on sait que les agresseurs sous-estiment la violence de leurs actes et ne disent pas tout et qu’ils ont, de plus, tendance à exagérer la violence des femmes pour justifier la leur (Edleson et Brugger 1986 ; Gondolf 1985 ; Ptacek 1988b).

44Quoi qu'il en soit, ces lacunes n'ont pas découragé la publication, en Amérique du Nord, d'articles soutenant que la violence familiale est en réalité un "combat mutuel" entre l’homme et la femme, les deux pouvant être agresseur ou victime. La controverse se poursuit quant à savoir si les femmes sont aussi violentes que les hommes et si les hommes qui battent leur femme ne sont pas aussi des victimes (Demers 1988 ; McNeely et Robinson-Simpson 1987 et 1988 ; La Presse, 14 décembre 1990 ; versus : Journal de Montréal, 19 septembre 1988 ; Saunders, 1988 ; Regroupement provincial de maisons d'hébergement..., 1990).

45Bien que les études sociologiques aient apporté une contribution importante en dévoilant l'ampleur de la violence conjugale, on peut cependant leur reprocher de ne pas avoir tenu compte des contextes historique de la violence faite aux femmes et de ne pas avoir étudié la dynamique du pouvoir et du contrôle à l'intérieur du couple. Pour découvrir le tableau complet de la violence familiale, il faut examiner d'un œil plus critique le contenu sémantique de termes "violence" et "victimisation" que les chercheurs utilisent couramment dans leurs travaux. En fait, étant donné que les hommes et les femmes n'ont pas la même force physique ni le même pouvoir social, on peut s'attendre à ce que les conséquences et les motifs de leur violence diffèrent aussi (Saunders 1988).

La victimisation et la condition masculine

46La perspective socio-culturelle a permis de découvrir pourquoi la violence conjugale est une réalité collective plutôt qu'individuelle mais elle n'a toutefois pas permis de trancher le débat sur la possibilité que les hommes soient des victimes au même titre que les femmes. Les facteurs structurels ou environnementaux combinés aux explications psychosociales ont même avancé l'idée selon laquelle les hommes sont "victimes" des inconvénients reliés à la nécessité de se conformer aux rôles masculins traditionnels. Les adeptes de la théorie des rôles des sexes ont, pour leur part, ajouté que la pression sociale exercée sur les garçons et sur les hommes afin qu’ils adoptent le comportement "approprié", fait naître en eux certaines craintes et tensions qui proviennent du rejet des aspects féminins de leur personnalité ainsi que de tous les désavantages associés à la condition masculine (Goldberg 1982 ; Mead 1972 ; Steinmann et Fox 1974). Coincés dans une identité sexuelle imposée par la société, les hommes paient cher la concurrence qu'ils se font, comme le démontre l'incidence chez eux des ulcères, suicides, infarctus, décès prématurés et cas d'hypertension. Il faudrait donc qu’ils se "libèrent" et deviennent plus androgynes, moins aliénés et davantage à l'écoute de leurs sentiments. La solution aux troubles du comportement masculin passe par la "libération de l'homme" tout comme l'oppression des femmes enfermées dans leurs rôles propres a nécessité un mouvement de libération des femmes (Farrell 1974 ; Nichols 1975).

47A l'époque où les thèmes de la "masculinité" et de la "condition masculine" prenaient racine au Québec vers la fin des années 1970 (Dulac 1987) des responsables de groupes d'hommes ont élaboré, ici comme ailleurs, une théorie selon laquelle les hommes oppriment les femmes parce qu'ils sont, eux-mêmes, opprimés par leur environnement (Carrigan et al. 1987). Leur violence est liée aux comportements autodestructeurs que leur impose la vie dans un monde compétitif et individualiste où ils doivent réprimer toute manifestation d'affection et d'amour afin de se conformer aux rôles masculins traditionnels. L'un et l'autre sont autant victimes du sexisme et opprimés par le rapport de domination entre les sexes. "Ce n'est que par le rejet de leur oppression spécifique que des opprimés peuvent s'unir dans un rapport égalitaire", a écrit Broué (1980 : 33-34). Ou bien on a ignoré la question, ou bien on a abouti à des analyses simplistes du pouvoir détenu par les hommes, oblitérant ainsi tout débat sur les avantages réels qu’ils peuvent en retirer.

48Aucun de ces théoriciens n'est parvenu à expliquer pourquoi les hommes n'ont pas réussi à se débarrasser d’une culture masculine qui fait d'eux des victimes et dont les inconvénients l'emportent sur des avantages imaginaires : "En fin de compte nous sommes les victimes du système que nous engendrons," propose Grégoire (1980 :121), ajoutant avec Chabot (1987 : 17) que l'homme est un individu passif et emprisonné par une aliénation spécifiquement masculine, fabriquée par notre société. Pour ces auteurs préoccupés essentiellement par la condition masculine et non pas par les questions et les enjeux du pouvoir et du contrôle dans une société patriarcale, la lutte consiste donc à vaincre les forces qui étouffent la pleine capacité d'un homme à aimer et à vivre plutôt que de lui faire abandonner ses soi-disant privilèges :

"Changer la société patriarcale, cela veut dire [...] être en mesure de faire comprendre aux hommes que les privilèges qu'ils possèdent s'avèrent très souvent un leurre, que d'eux viennent des malaises et des maux qui provoquent plus de torts que l'on ne pensait"
(Chabot 1987 : 44).

  • 10 Voir aussi la réplique de Liane Davis dans le numéro suivant de Social Work, la réponse de Daniel (...)

49En ce qui concerne plus précisément l'intervention auprès des hommes agresseurs, plusieurs articles sur le sujet présentaient ces derniers, soit comme des victimes déficientes psychologiquement et émotionnellement, soit comme des êtres confinés dans la rigidité des rôles des sexes (Purdy et Nickle 1981 ; Allmand et al. 1989 ; Broué 1989) ou affaiblis par la souffrance, la solitude (Trimble 1986) et leur "impuissance" (La Belle 1989 ; Werk et al. 1986 ; Philippe 1984 et 1986). Une revue parmi les plus importantes en la matière aux Etats-Unis, Social Work, a publié un article qui avance l'idée que maintenant les hommes agresseurs sont presque "sans défense devant les gains récents du mouvement féministe" (McNeely et Robinson-Simpson 1987)10. En conséquence, les intervenants recevaient les conseils suivants : rester impartial et établir un climat thérapeutique non menaçant pour encourager la participation et instaurer la confiance chez les hommes violents (Werk et al. 1986) ; faire sentir à ces hommes qu'ils sont aussi des membres valables de notre société (Star 1983) ; veiller soigneusement à jamais leur attribuer le blâme (Buckley, Miller et Rolfe 1983), et à ne jamais les choquer (Currie 1983).

Partage de la responsabilité et des torts

50Encore une fois, cette vision élargie de la violence conjugale n'exclut pas qu’on traite l'agresseur et la victime dans le cadre d'une même séance thérapeutique. L'objectif demeure le même, c'est-à-dire résoudre les conflits et mettre un terme à la violence, améliorer la relation conjugale (dans la mesure où elle peut être sauvée) et développer au sein du couple une meilleure communication. Dans ce contexte, il n'appartient pas aux thérapeutes de faire une distinction entre clients violents et non-violents, ni entre agresseurs et victimes. Dans les travaux portant sur les systèmes familiaux, on considère que la thérapeutique du couple est efficace parce qu'elle définit les problèmes sous l'angle des interactions entre les personnes et leur environnement. La violence est perçue comme un aspect d'une dysfonction continuelle à l'intérieur du couple et l'intervention devrait donc porter sur ce trouble plutôt que sur les actes ou les choix d'un partenaire en particulier. On croit que chaque partenaire joue un rôle trop rigide à l'intérieur de la relation. C'est pourquoi on opte pour une position neutre et qu'on évite de reprocher à l'homme sa conduite, de le qualifier lui "d'agresseur" et la femme de "victime". Cette thérapie interactionnelle qui ne reconnaît pas qu'à l'intérieur d'un système, un individu peut uniformément manipuler le pouvoir pour opprimer un autre individu, a donc tendance à répartir également la responsabilité de la violence entre les deux partenaires (Ganley 1989).

Pratique éclectique et méthodes d'intervention courantes

51Grâce à une combinaison d’influences psychothérapeutiques, socio-culturelles et venant de l'apprentissage social, on a pu établir la base théorique permettant d’introduire des méthodes cognitivo-behavioristes et d'autres visant à réduire les déboires des victimes et des agresseurs. On a opté pour les programmes de traitement de groupe et l’intervention a davantage été orientée vers le problème de la violence lui-même plutôt que vers la pathologie individuelle ou la relation existant au sein du couple seulement. Le rapprochement de ces diverses perspectives a eu pour résultat l’apparition de pratiques largement éclectiques dans les programmes destinés aux hommes violents. Les intervenants impliqués s'accordent généralement pour dire qu’étant donné que la violence a pu s'apprendre dans les groupes de garçons, par exemple, elle peut aussi se désapprendre si on propose, dans un contexte de groupe, des solutions de rechange en faisant appel aux diverses techniques de relaxation et de contrôle de la colère dans un climat de soutien. Ainsi, les hommes apprennent de nouveaux modes d'affirmation de soi qui leur permettent de mieux contrôler leurs réactions aux épreuves de la vie. Ils apprennent à restructurer leurs perspectives "irrationnelles" dans un contexte d'entraide mutuelle.

52Une telle intervention concorde avec les principes humanistes universels que l'on retrouve à la base de la plupart des professions de soutien et elle place chaque client au centre de l'attention. En fait, les praticiens avaient l'habitude - et c'était plus facile - d'axer leur intervention sur les émotions des participants ou sur leurs problèmes de communication plutôt que de les confronter continuellement à leur réticence à accorder plus de pouvoir et de droits à leur partenaire.

53Pourtant, selon d'autres opinions en matière de violence conjugale, un intervenant qui n'est pas constamment aux aguets de ses comportements sexistes ou collusoires risque d'être sur accommodant avec ses clients, de rendre son intervention inutile et de ne pas assumer la responsabilité de ses propres actes contrôlant et possiblement sexistes (Hart 1988 ; Dankwort 1988b ; Adams 1989 ; Pence 1989 ; Ganley 1989).

La perspective féministe

L'aboutissement d'un mouvement populaire

54Le fait qu'il ait fallu un mouvement, à grande échelle, pour faire reconnaître la violence conjugale comme un problème social très répandu et grave, constitue pour les féministes plus qu'une coïncidence. Elles soulignent que ce sont leurs associations qui ont mis sur pied les premiers refuges pour femmes battues, au début des années 1970, initiative qui a brisé le mur du silence entourant ce phénomène et qui allait être suivie par différentes interventions de secteurs public et privé (Okun 1986 ; Gilman 1988 ; Schechter 1978).

Clarification des concepts

55Bien qu'il existe différentes visions féministes sur les origines du problème, le thème rassembleur de cette perspective prétend que dans notre société sexiste et patriarcale, les femmes et les enfants sont les victimes de la violence tandis que les hommes en sont les auteurs. Les mauvais traitements infligés aux enfants et aux parents ainsi que la violence entre frères et sœurs sont perçus comme des dérivés de la violence faite aux femmes. Pour éviter d'atténuer l'essence de la violence faite aux femmes, les féministes font très souvent la distinction entre les agressions dont les femmes sont victimes et les nombreuses autres formes de violence présentes dans notre société. Par contre, cette perspective a permis d'établir d'importantes similitudes entre la violence subie par la femme dans une relation interpersonnelle et celle exercée contre elle par des inconnus ou des personnes familières. La révélation la plus importante est le lien établi entre le harcèlement sexuel et le viol et le fait de battre sa femme. Ceci a permis, non seulement de distinguer clairement le sexe de l'agresseur et de la victime, mais a aussi mis en lumière les attitudes critiques et humiliantes de l'opinion publique à l'égard des femmes violentées et des rescapées de viol. Bref, cette perspective nous propose une analyse qui tient compte des prétextes dont on se sert pour rejeter les torts sur la victime (exemple : Walby 1990 ; Bograd 1988 ; Dobash & Dobash 1979).

56Dans ce paradigme, on reconnaît les facteurs de société qui renforcent la violence interpersonnelle, sans pour autant diminuer la responsabilité individuelle de l'homme. La violence conjugale est perçue comme étant construite par la société et choisie par l'individu (Schechter 1982). Au-delà de notre état psychologique, incluant notre socialisation des rôles sexuels (la réalité interne et externe objective), il existe d'importants intérêts personnels qui expliquent l'existence et la reproduction de l'inégalité entre les classes, les races et sexes dans une société qui entretient la domination, le contrôle, l'abus et la violence, le recours à la violence est envisagé par rapport aux avantages potentiels qu'elle fournit à ses auteurs et non pas simplement en termes de ses coûts.

57L'approche féministe est, par conséquent, moins ambivalente sur la question des poursuites judiciaires parce qu'une attitude conciliante envers les contrevenants peut traduire une approbation des comportements contrôlant et renforcer l'habitude des hommes agresseurs de trouver des excuses à leur violence ou d'en rejeter la faute sur les autres. En évitant la confrontation systématique des contrevenants avec leurs actes, on augmente les risques pour la femme qui espère souvent que le traitement modifiera le comportement de son conjoint. Le processus de rupture puis de retour à la relation abusive va se prolonger encore avant que la femme puisse rompre définitivement (Gondolf 1988a).

58L'analyse féministe clarifie le rôle des facteurs liés aux classes sociales dans la violence conjugale et indique la direction à suivre pour une stratégie d'intervention efficace. Par exemple, elle explique comment le stress de la pauvreté et les facteurs qui l'accompagnent, tels que l'isolement croissant, l'absence de soutien dans l'entourage et dans la société ainsi que le manque de ressources jouent un rôle prépondérant dans la décision des femmes de se marier ou de ne pas mettre un terme à une relation violente. Par ailleurs, cette analyse précise également pourquoi ces mêmes facteurs ne parviennent pas à expliquer la violence conjugale dans les foyers plus aisés ; en effet, le statut socio-économique ne représente qu'un aspect, parmi d’autres, des rapports de pouvoir qui existent entre les hommes et les femmes dans le système patriarcal (Walby 1990 ; Walker 1990).

La dimension indispensable pour une stratégie cohérente

59Même si des conditions de stress peuvent aggraver la violence envers tous les membres d'une famille, l'intervention auprès des agresseurs et auprès des victimes doit être, selon l'analyse féministe, tout à fait différente. D'une part, il faut confronter les hommes, leur faire prendre conscience des gains qu'ils retirent de la domination afin de les responsabiliser pleinement. Pour leur part, les femmes reconnaissent plus facilement leur responsabilité lorsqu'elles ripostent par la force pour leur propre protection ou celle d'autrui. Une stratégie d'intervention différente s'avère donc nécessaire puisque leur sécurité et leur capacité d'agir (c'est-à-dire leur "empowerment") doivent être privilégiées.

60Sans perspective féministe dans l'étude de la violence familiale, il est extrêmement difficile d'échapper aux insuffisances et aux contradictions des autres analyses. Même un modèle écologique qui tient compte de la nature multi-dimensionnelle de la violence conjugale et inclut une variété considérable de facteurs influents potentiels ne permet pas d'élucider, d'une part, pourquoi la violence peut à la fois être provoquée par l'agresseur et non provoquée par la victime et, d'autre part, qui en est responsable.

Les aspects socio-politiques et personnels : une définition complète

61Les féministes établissent un rapport entre la violence faite aux femmes dans les relations interpersonnelles ou par des inconnus et les barrières structurelles et institutionnelles qui empêchent l'égalité des sexes. Les questions de pouvoir et de contrôle sont étudiées dans un cadre socio-politique où l'agresseur doit être confronté à ses tentatives de dominer sa partenaire par la force physique, l'intimidation verbale et non verbale ou la torture morale. Comparée à d'autres points de vue, une telle analyse fournit une définition plus complète de la violence, à savoir tout acte qui amène la femme victime à faire quelque chose contre son gré, l'empêche de faire ce qu'elle veut ou encore l'amène à avoir peur (Adams 1988).

62En outre, ce point de vue tient compte du degré de force de l'agression perpétrée par un homme ou une femme, de la fréquence et de la gravité des blessures que chacun subit, de l'orientation de la violence (de l'homme vers la femme) et de la différence entre un geste offensif et un geste défensif (Breines & Gordon 1983 ; Saunders 1988). Les actes d’un agresseur se définissent à travers les conséquences de sa volonté de domination, par opposition à ses intentions déclarées. Les considérations sexistes qui sont censées inhiber la volonté du coupable et "l'empêcher” d'apprendre de nouvelles attitudes se trouvent remises en question. Dans les séances de groupe, on insiste sur l'usage qui est fait de la force pour préserver des privilèges et des droits et obtenir la soumission du partenaire (Dankwort et Rausch 1989).

Stratégie d'intervention complémentaire

63En ce qui concerne l'intervention auprès des auteurs de violence conjugale, le féminisme fournit une occasion unique d'envoyer un message complémentaire aux deux partenaires. D'une part, on informe les femmes qu'elles ne sont pas responsables de leur état de victime et que c'est leur partenaire qui doit changer. D'autre part, on dit aux hommes qu'ils ne peuvent changer que s'ils assument la responsabilité entière de la violence, c'est-à-dire lorsqu'ils réalisent que la violence conjugale n'a rien à voir avec "les luttes réciproques" ou la provocation. Par ailleurs, alors que les hommes doivent accepter d'abandonner leurs droits et leur pouvoir et doivent comprendre que la violence ne se négocie pas, les femmes reçoivent de l'aide pour renforcer leur position de force relative et négocier l'obtention d'avantages plus nombreux. Sans une telle approche, la femme et l'homme reçoivent des messages contradictoires de la part des intervenants, puisqu'on dit aux femmes, dans les maisons d'hébergement ou à travers les services qui leur sont destinés, que la violence conjugale résulte d'un rapport inégalitaire entre les deux sexes, alors qu'on donne aux hommes le message qu'ils agissent avec violence principalement à cause de problèmes intrapsychiques ou par réaction aux épreuves dans leur environnement.

Répercussions sur les programmes d'hommes

64Les programmes pro féministes pour les hommes agresseurs ont comme principaux objectifs la protection et la liberté des femmes violentées (Rausch 1989). On laisse entendre que les hommes devraient élaborer des plans de sécurité, incluant le respect des craintes de la femme et les limites établies de la relation. Pendant le traitement, les responsables du programme prennent contact avec la partenaire afin de lui faire connaître les possibilités de protection juridique, les services de soutien, de conseil, ainsi que ceux des maisons d'hébergement pour femmes violentées.

65D'après la vision féministe, l'attitude qui consiste, pour l'homme, à nier la violence ou à réduire sa responsabilité découle de sa réticence à abandonner des privilèges, un statut, le pouvoir ; l'idéologie masculine voulant qu'il existe des limites à la conscience éthique de son propre comportement (Stoltenberg 1989). Les raisons citées par les hommes comme facteurs contribuant à leur violence font partie d'une idéologie qui permet de justifier une position de domination comportant des avantages. Cette méthode tente principalement de briser la résistance masculine à accepter la responsabilité complète de leur violence. Pour ce faire, on met l'homme face à des décisions, des droits et des privilèges qui sont cachés par la rationalisation et minimisés par les justifications.

66Par ailleurs, les programmes pro féministes rejettent l'idée que les hommes battent leur femme parce qu'ils ont "perdu le contrôle d'eux-mêmes", qu'ils ont trop bu, qu'ils contrôlent mal leurs impulsions, qu'ils ont un seuil de tolérance à la frustration peu élevé, qu'ils ont vécu une enfance traumatisante, qu'ils connaissent des difficultés économiques ou qu'ils sont trop stressés. La violence ne peut en aucune façon s'expliquer par la description qu'on en fait ou par les facteurs qu'on lui associe souvent (Bograd 1988). Un homme qui use de violence envers sa partenaire est en train de renforcer son contrôle sur elle. Le fait que les hommes choisissent exactement comment et qui ils frappent, démontre qu'il s'agit d'un comportement "instrumental" ou intentionnel (Ptacek 1988b). On insiste sur le fait que les hommes remplacent souvent la violence physique par des formes plus subtiles tout aussi dévastatrices (exemples : contrôle économique, l'isolement, dénigrement, insultes, menaces d'infidélité ou froideur sentimentale).

67Un des problèmes fondamentaux que rencontrent les intervenants c'est la tendance de ces hommes à dévaloriser la femme et à parler d'elle comme si elle était vraiment une personne déraisonnable (Adams 1989 ; Dankwort et Rausch 1989). Chaque fois que ce comportement se produit pendant une séance de groupe, ce qui semble assez fréquent, les responsables de groupe s'attendent à ce que les autres participants combattent activement de tels comportements masculins collusoires. Si les hommes ne réagissent pas de cette manière, on leur reproche alors de ne pas mettre un terme à ce genre de comportement sexiste. On demande également aux hommes d'établir un registre de leurs comportements de contrôle plutôt que de leurs comportements colériques, comme dans les programmes qui mettent en pratique les techniques de maîtrise de la colère. Cette distinction amène les participants à se concentrer davantage sur les besoins de leur partenaire et à reconnaître que la violence est un signe de leur système de croyances arrogantes plutôt qu'un comportement impulsif ou le résultat d'un répertoire limité d'expressions affectives (Pence 1989). On demande aussi souvent aux participants de faire un "plan des responsabilités" afin d'être plus conscients des gestes qu'ils posent et de rendre la vie de leur conjointe plus sécuritaire et moins oppressive. Entre les séances, les participants pourraient en plus avoir d'autres devoirs, l'objectif étant qu'ils prennent davantage conscience des besoins et des droits de leur partenaire et contribuent à une répartition plus équilibrée des tâches domestiques qui sont, en règle générale, assumées par les femmes (Dankwort et Rausch 1989).

Conclusion

68Selon des personnes qui soulignent les limites des programmes pour hommes violents et le manque de preuves concluantes de leur efficacité, une démarche conciliante donne aux hommes des messages, encore une fois contradictoire et ambiguë quant à leurs responsabilités dans la violence conjugale. Si la distinction entre victime et agresseur reste vague et si les peines infligées aux agresseurs sont allégées, la bataille menée par les organisations de femmes aura échoué et la porte sera ouverte à toutes les formes de répression. Les mouvements pour femmes violentées luttent depuis des années pour que la violence conjugale soit enfin considérée comme un acte criminel, de façon à assurer la sécurité et la liberté de la femme. A partir de là, on pourra créer des programmes pour les hommes violents.

Notes

1 Un examen des études les plus les plus fiables sur la violence conjugale (excluant les agressions sexuelles) à l'encontre des conjoints (ou ex-conjoints) révèle que, de nos jours, environ 18 % des Canadiennes sont victimes de violence, chaque année (DeKeseredy et Uinche, à paraître). Une récente étude canadienne évalue à 250 000, le nombre d'agressions sexuelles commises chaque année et dans 90 % des cas, les accusés sont des hommes (Rix Rogers, Child Sexual Abuse in Canada, Ottawa : Gouvernement du Canada, Juin 1990).

2 Par exemple, une étude descriptive des programmes québécois pour hommes violents, commandée par le Ministère de la Santé et des Services sociaux, confirme la présence de théories concurrentes sur la violence masculine. De plus, cette diversité se traduit dans différentes stratégies d'intervention dont la plupart n'ont pas reconnu la pertinence d'une orientation féministe dans le traitement des agresseurs (Rondeau et al. 1988).

3 Le Bulletin national sur la violence familiale publié par le Conseil canadien de développement social (Vis-à-Vis, automne 1990, vol. 8, no. 3) démontre clairement comment la question du financement des groupes pour hommes violents, de leur efficacité et de leur obligation de rendre des comptes sont parmi les sujets qui continuent de soulever la plus vive controverse dans le domaine de la violence familiale.

4 Voir, par exemple, le vif débat entre la directrice de la maison de transition "Chiswick's women's refuge", Sandra Horley, et le directeur du "Men's Centre", Adam Jukes, sur leurs différences de perception du problème et sur la sagesse d'offrir une thérapie pour les agresseurs de femmes : "Batterers try to beat a violent habit, " par la journaliste Jenny Cuffe, (Independent, 6 Février 1989) ; "I hit, therefore I need help" par Anne-Marie Sapsted et Heather Kirby, (The Times, 22 Février 1989, P· 21).

5 En décembre 1990, le juge André Bilodeau de la Cour supérieure de Québec a prononcé une condamnation à trois années de probation à l'encontre d'un touriste accusé d'homicide pour avoir étranglé sa femme durant leur séjour à Québec. Le juge a indiqué que l'étranglement ne pouvait être considéré comme de la "violence conjugale" et que l'accusé était un modèle de générosité et de tolérance," étant donné la manière dont sa femme avait abusé de lui psychologiquement. Ce jugement a suscité un éditorial dans The Montréal Gazette, sous le titre : "How to get away with wife killing", et s'est attiré des critiques sévères de la part d'un grand nombre d'organisations contre la violence faite aux femmes (Toronto Globe and Mail du 7 décembre 1990, p. A1 ; The Montreal Gazette du 10 décembre 1990).

6 Voir, par exemple, les articles de R.L. McNeely et G. Robinson-Simpson dans Social Work (1987, vol. 32, no. 8), et réponses de D. Saunders et autres dans les éditions suivantes du journal et la réplique des même auteurs dans le numéro de mars-avril 1988. Voir aussi le livre anti-féministe de Roch Coté, Manifeste d'un salaud (Montréal : Editions du portique, 1990) et les nombreuses revues et critiques qu'il a reçues : Actualité, 1 décembre 1990, pp. 55-64 ; La Presse, 17 et 18 novembre 1990, p. B3 ; 5 et 7 décembre 1990, p. B3 ; Montréal Gazette, 8 décembre 1990, p.A1.

7 Il faut bien comprendre qu'il ne semble pas exister de consensus sur l'orientation féministe dans le domaine de la violence familiale, pour l'instant, même si le présent article privilégie cette approche.

8 L'idée selon laquelle les carences de l'homme sont la véritable source de sa violence est bien exprimée dans de nombreux articles qui révèlent l’opinion de leurs praticiens : "Le groupe de traitement sonne l'alarme," par Marie Martin, Le Droit, 23 Septembre 1988, p. 6 ; "Grâce à l'organisme Choc, Dany a cessé de frapper et a appris à pleurer," par Marie-Claude Lortie, (La Presse, 11 Février 1990, p. A6) ; "Des hommes violents et souffrants : une vue de l'intérieur. Témoignage d'un intervenant," par Benoît Roy et Marie-José Lacerte (Intervention, 85, [mars 1990] : 33-38).

9 Il y a deux aspects à considérer ici : premièrement, le dissuasion doit être envisagée pour empêcher l'individu de répéter sa violence et aussi, deuxièmement, pour empêcher tous les autres hommes qui n'ont pas encore agressé leurs femmes d'être tentés de le faire. Il semblerait raisonnable de supposer qu'en rendant ce crime coûteux, on découragera d'autres criminels potentiels de passer à l'acte tandis que la recherche démontre que la rééducation d'un criminel par la thérapie ou le counselling a rarement connu de grands succès dans d'autres domaines.

10 Voir aussi la réplique de Liane Davis dans le numéro suivant de Social Work, la réponse de Daniel Saunders ainsi que la réplique des auteurs dans Social Work, 34 (2) 197-183 et 184-188, plus les lettres envoyées au rédacteur citées aux pages 189-191 dans ce même numéro.

Auteur

Travailleur social, candidat au doctorat en service social. Université de Montréal.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search