Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin matin. Séance dirigée par Jean Ehrard

La presse féminine de langue française au xviiième siècle

Production et diffusion

Caroline Rimbault

Texte intégral

  • 1 E. Sullerot (La presse féminine, Colin, Paris, 1963 et Histoire de la presse féminine en France des (...)

1L’importance commerciale et idéologique de la presse féminine contemporaine conduit tout naturellement l’historien à s’interroger sur l’origine de cette presse dite « spécialisée », sur l’existence possible de journaux féminins sous l’Ancien Régime. L’histoire globale de la presse destinée aux femmes écrite par E. Sullerot et les nombreuses bibliographies de la presse accréditent l’idée selon laquelle la presse féminine, essentiellement presse de mode, naît dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle. Le « Journal des Dames », qui n’est pas un journal de modes, y apparaît comme la brillante exception d’une histoire de la presse politique et littéraire principalement masculine1.

  • 2 Plus utiles sont les ouvrages des bibliophiles tels R. Colas, Bibliographie générale du Costume et (...)

2Or, une enquête plus approfondie permet de découvrir, tout au long du XVIIIème siècle, des journaux écrits par des femmes et/ou écrits pour des femmes, une presse regroupant des journaux littéraires, de modes, de musique, de poésies dont la particularité ne tient pas tant à leur contenu qu’à l’histoire d’une destination particulière2 Que peut-on appeler « presse féminine » au XVIIIème siècle ? Sans critère préalable, notre première démarche fut de créer un corpus qui n’existe pas a priori, de rassembler tout ouvrage périodique qui par son sujet, ses intentions, parlait aux femmes et/ou des femmes.

3La deuxième démarche fut d’interprétation : quels peuvent être les critères d’identité « presse » « féminine » ? Seule, la lecture des journaux assure alors le chercheur de la nature des ouvrages car les titres et les intentions des auteurs se révèlent souvent trompeurs.

  • 3 Pour exemple La Quintessence des Nouvelles de Mme Dunoyer 1712-1719) - (traite de politique et de n (...)
  • 4 Pour exemple : les Amusemens du Beau Sexe (1740-1741) ; les Amusemens des Dames (1740-1741) ; les A (...)

4Deux caractères sont ainsi retenus : les journaux écrits par des femmes, les journaux écrits pour des femmes, permettant ainsi la définition la plus large ; en effet des journaux écrits et dirigés par des femmes peuvent ignorer tout sujet dit « féminin »3 tandis que des journaux écrits par des hommes traitent exclusivement des préoccupations, des droits des femmes4 ; les journaux de modes s’adressent en priorité aux femmes, et pourtant, leurs rédacteurs sont toujours masculins. L’ensemble ainsi réuni comprend deux genres apparemment distincts : des journaux appelés littéraires par commodité, destinés et/ou écrits par des femmes, et les journaux de modes.

5Vingt et un journaux « féminins » de langue française, soit 104 volumes, s’échelonnent de 1710 à 1789 ; les limites chronologiques sont celles de l’apparition puis de la disparition d’une presse féminine d’Ancien Régime : Madame Dunoyer, réfugiée à La Haye, écrit en 1710 Le Nouveau Mercure Galant, réplique du Mercure Galant de Dufresny à Paris. Le Cabinet des Modes puis Magasin des Modes Nouvelles (1785-1789) de Lebrun et le Courrier Lyrique et Amusant de Mme Dufresnoy (1785-1789), disparaissent avec la Révolution. La suite du Magasin des Modes, le Journal de la Mode et du Goût (1790-1793), ne peut être exclu de notre étude.

6La compréhension de cette presse ne peut bien sûr se faire sans une approche préalable du contexte économique, humain, intellectuel dans lequel elle s’inscrit. Avant de songer à utiliser ses témoignages, il con vient de décrire ce que furent ses journaux, leur chronologie, leur composition, leur géographie, leur réseau de distribution, leurs conditions d’existence.

  • 5 Ce corpus est l’objet de ma thèse de 3ème cycle : La presse féminine de langue française au XVIIIèm (...)

7C’est cette première démarche que nous présentons ici, sorte d’introduction à une étude plus complète concernant également le cadre rédactionnel, le public et bien sûr le contenu de cette presse dite « féminine »5.

Chronologie

8Dix journaux tentent de brèves apparitions dans la première moitié du XVIIIème siècle, échelonnés à intervalles réguliers en 1710-1711, puis 1714, 1728, 1740, 1749-1750.

  • 6 Raconté par Rousset de Missy, successeur de Mme Dunoyer à la tête de la Quintessence des Nouvelles, (...)

9Dès 1710 naît le premier journal de langue française rédigé par une femme ; la Gazette d’Amsterdam du 10 octobre 1710 annonce que T. Johnson, libraire à La Haye, a le dessein d’imprimer une édition du Mercure de Dufresny de Paris avec des « Additions » : le Nouveau Mercure Galant des Cours de l’Europe. On attribue cette contrefaçon à Mme Dunoyer qui résidait à La Haye et « avait commencé à donner au public un Nouveau Mercure Galant sur le plan de celui de Dufresny de Paris et qu’elle a discontinué à cause de la mort du libraire »6 Cette expérience, qui ne dura vraisemblablement qu’en novembre et décembre 1710, fut partagée avec Van Effen, expert dans le domaine des affaires anglaises, souvent traité dans le Mercure, et fréquentant avec Mme Dunoyer les mêmes milieux huguenots de La Haye.

  • 7 Voir dans le Dictionnaire des Journalistes, la notice de J.F. Freudberg et A. Nabarra qui retrace l (...)

10Madame Dunoyer abandonne sans doute la rédaction de ce journal pour se consacrer à celle de la Quintessence des Nouvelles ; elle en acquiert le privilège en 1711 et la rédige de 1712 à juin 17197.

11Ces années 1710-1715 voient naître une troisième tentative qui n’a pas le succès de la Quintessence des Nouvelles : les Saisons littéraires ou Mélanges de poésies, d’histoire et de critique, en 1714. L’ouvrage est anonyme, mais une inscription manuscrite indique que « Marie Anne Barbier, dont on a plusieurs ouvrages en vers et en prose, morte à Paris en 1745, est auteur de ces Saisons Littéraires... ». Mlle Barbier s’adresse à Madame la Comtesse de xxx et signe « Madame, votre très humble et très obéissante servante, B... » ; cette forme épistolaire, la fiction de la lettre à une dame, loin de s’atténuer au XVIIIème siècle, est souvent utilisée, notamment par les auteurs masculins (anonymes) de la presse féminine. Un deuxième volume paraît en 1722 à Rouen, sous le titre de Recueil des Saisons Littéraires ; Mlle Barbier y est alors clairement nommée sur le frontispice.

  • 8 N°42, 22ème année, 31 juillet 1818, p. 334.
  • 9 B.N. Cabinet des Estampes, O.A. 79, pet. fol.

12Le journal suivant, le Cabinet des Nouvellistes, apparaît comme le premier journal de modes français ; dans son Journal de la Mode et du Goût8 La Mésangère dresse la liste des premiers journaux de modes, et cite le plus ancien comme étant le Cabinet des Nouvellistes ou « Les Nouvelles du Tems mises en figures, contenant un recueil général de toutes les parties de l’Europe, avec une description des modes, des habillemens, des meubles... » en 1728. Seul reste un fragment relié, sans figure, daté de novembre 1728 ; peut-être qu’une assez longue notice, trois pages et demie manuscrites s’intitulant « Modes de 1729 » transcrite dans un recueil factice « Modes en 1730 » est un fragment du texte du Cabinet des Nouvellistes...9 Mais le Cabinet des Nouvellistes existait-il encore à l’époque où elle a été rédigée ?

  • 10 La Spectatrice, 1ère semaine, p. 3.

13La Spectatrice paraît la même année que le Cabinet des Nouvellistes de mars 1728 à mars 1729 : « Trois ou quatre Spectateurs qui ont paru en France nous ont donné quelques brochures et en sont demeurés là. N’auront-ils point de honte qu’une femme fournisse mieux cette carrière ? Car j’espère bien aller plus loin que ces messieurs.... »10 L’auteur, anonyme, pourrait être Mlle Barbier mais rien ne permet jusqu’à présent de prendre en compte cette affirmation de certains bibliographes tel Hatin. En 1730 paraît un recueil broché « de toutes les feuilles de la Spectatrice qui ont paru et de celles qui n’ont point paru ».

  • 11 Avertissement des Amusemens des Dames, t.I, B.N. Y2 7487. Les livraisons ont du succès puisqu’elles (...)

14Dix ans plus tard, deux journaux presque identiques paraissent simultanément : les Amusemens du Beau Sexe et les Amusemens des Dames. Tous deux anonymes sont publiés tous les trois mois du 1er janvier 1740 à 1741 et disparaissent ensemble. S’agit-il d’une concurrence déloyale ? Ou bien les deux libraires ne travaillent-ils pas « de concert » ? Si Ton en croit les explications du libraire des Amusemens des Dames, P. Paupie, dans un Avertissement, celui-ci a été pris de court par le libraire des Amusemens du Beau Sexe11.

  • 12 Manuscrits de l’Arsenal, La Guette 10301, 10302.

15Les deux journaux qui apparaissent dix ans plus tard restent de ces « journaux fantômes » qui hantent la presse du XVIIIème siècle : les Nouvelles de la Republique des Belles à Madame de xxx, suite d’aventures par feuilles périodiques, et Les Hebdomadaires ou Lettres à Madame xxx sur les écrits modernes. Tous deux ne comportent ni signature, ni date, ni lieu d’édition, ni nom d’imprimeur. Pourtant deux manuscrits nous apprennent, en ce qui concerne les Nouvelles de la République des Belles, le nom de l’auteur et les dates probables de cette parution : le Chevalier J. Fr. de Bastide commence ces feuilles en octobre 1749 pour les continuer au moins jusqu’en février 175012 Quant aux Hebdomadaires ou Lettres à Madame de xxx, une date manuscrite, 30 janvier 1750, inscrite sur le seul numéro connu, reste Tunique indication. Les Hebdomadaires pourraient être une suite, une imitation ou une contrefaçon de la République des Belles... Le Chevalier de Bastide, alors auteur des deux périodiques, se serait peut-être « inspiré » des deux premiers périodiques d’Elie Catherine Fréron : les Lettres de Madame la Comtesse de... sur les écrits modernes (1745-1754) et les Lettres sur quelques écrits de ce temps (1749-1754).

  • 13 Voir la figure 1. Naissance et durée des journaux de langue française féminins de 1710 à 1789.
  • 14 Une suite du Nouveau Magasin Français, publiée en 1758, spécifie que le journal a été interrompu en (...)

16Ces tentatives, aussi brèves soient-elles, témoignent d’un besoin qui ne va pas cesser de s’affirmer tout au long du XVIIIème siècle : créer une presse des Dames et pour les Dames. Non seulement les parutions se multiplient pendant la deuxième moitié du XVIIIème siècle, mais surtout pour certaines d’entre elles, réussissent à vivre plus longuement13 Un journal imprimé à Londres, édité et composé en grande partie par une femme, le Nouveau Magasin Français ou Bibliothèque instructive et amusante de Jeanne Marie Le Prince de Beaumont, marque véritablement un tournant dans l’évolution de la presse féminine de langue française. De janvier 1750 à décembre 1752, Mme Le Prince de Beaumont, s’adressant principalement aux femmes sur des problèmes féminins d’ordre moral, sentimental et social, apparaît après l’essai de Mlle Barbier en 1728 comme une des fondatrices les plus téméraires de la presse féminine14.

17Deux Amusemens s’adressent encore aux Dames en 1755-1756, et en 1761-1765 : les Amusemens de la Toilette et les Amusements Périodiques ; tous deux, anonymes, traitent de la petite chronique scandaleuse de l’époque.

  • 15 Et non Monsieur de St Aubin comme l’écrit P. Grosclaude dans Malesherbes, témoin et interprète de s (...)
  • 16 Voir les manuscrits de la collection Anisson Dupeyron, B.N. Fd. Fr. 22134 f. 146, 147, 151, 153, 15 (...)

18Trente ans après le Cabinet des Nouvellistes, une nouvelle tentative de journal de modes échoue, faute d’un privilège ou d’une permission de sceau : le Courrier de la Nouveauté, feuille hebdomadaire à l’usage des Dames, n’est connu que par son prospectus de 1758 et la difficile correspondance qui s’engage entre la duchesse de Bourbon, protectrice du projet, Marie Claudine de St Aubin, auteur15 Mercier de Méneville, son associé, et Malesherbes, directeur de la librairie16 Le Sr Le Bas de Courmon, propriétaire du privilège des Petites Affiches fera tout pour s’opposer-avec succès-à l’enregistrement, voulant conserver le privilège exclusif des objets dont le Courrier de la Nouveauté se propose de rendre compte : la toilette et l’ajustement des Dames.

  • 17 La Bibliographie de J. Gay propose Fanny de Beauharnais comme auteur de la Bibliothèque des Dames. (...)
  • 18 Voir B.N. Manuscrits Fds Fr. 22084, f. 51, 53.
  • 19 L’Ami des Femmes ou la Morale du Beau Sexe, 1758 ; chapitre V, Du luxe des femmes, ch. VI, De la pa (...)

19Les années suivantes vont connaître la plus longue et la plus troublée aussi des expériences de presse féminine avec la parution du Journal des Dames, de 1759 à 1778, dirigé successivement par Thorel de Campigneulles, La Louptière, Mme de Beaumer, Mme de Maisonneuve, Mme de Montanclos, L.S. Mercier et J. Dorat. Les trois autres titres qui apparaissent pendant ces années ne survivent pas à quelques numéros : la Bibliothèque des Femmes, 1759, anonyme, dont l’auteur serait d’après les bibliographes un certain De Chateaugiron ; la Bibliothèque des Dames, publiée en 1764, qui si semblable par son titre, son contenu, à cinq années d’intervalle, pourrait être du même auteur17 ; enfin, le Courrier de la Mode ou le Journal du Goût réussit à vivre plus longtemps que son prédécesseur le Courrier de la Nouveauté puisqu’il est autorisé en avril 1768 et paraît au moins jusqu’en janvier 1770, date où une nouvelle rédaction se charge de le continuer18 L’auteur de ce Courrier de la Mode se nomme en 1768 M. Joseph Boudier de Villemert ; cet avocat au Parlement De Paris, né d’une famille noble de Normandie, propose à 52 ans un journal contenant le détail de toutes les nouveautés de la Mode, alors que, moraliste du Beau Sexe, il consacrait en 1758 au luxe et à la parure des femmes deux chapitres sévères dans l’« Ami des Femmes »19.

  • 20 Charlotte Chaumet, présidente d’Ormoy, est mère de Mme Mérard de St Just et de Mme Vauvineux. Repri (...)

20Tandis que le Journal des Dames s’éteint en juin 1778, le Journal de Monsieur débute en octobre de la même année ; malgré ce titre et les propos de la dédicace, « dédié à Monsieur, frère du Roi », le journal est dirigé de 1778 à 1780 par une femme, Madame la Présidente d’Ormoy, et son influence est présente tant dans le fond que dans le style de la feuille20.

  • 21 Le Magasin des Modes Nouvelles, françaises et anglaises fait suite au Cabinet des Modes de novembre (...)

21La parution d’un journal de modes français, la Publication Mensuelle des Modes, édité à Saint Petersbourg puis à Moscou en 1779, illustre la forte extension de la Mode française dans les années 1770-1780 ; mais il faut attendre la veille de la Révolution pour voir naître la prestigieuse collection du Cabinet des Modes de Jean Antoine Lebrun21 Ornée de très belles planches enluminées, elle fixe le type de journaux de modes tels qu’ils n’ont cessé d’exister.

22Un autre journal féminin paraît pendant cette période pré-révolutionnaire : le Courrier Lyrique et Amusant, ou Passe-Temps des Toilettes commence en juin 1785 pour disparaître en janvier 1789 ; une femme, Mme Dufresnoy, le dirige à partir de janvier 1787, avec M. de Murville comme principal collaborateur.

23Le Cabinet des Modes et le Counter Lyrique et Amusant, les deux aspects de la presse féminine, achèvent ainsi ensemble, sans se concurrencer, l’histoire par trop hasardeuse des journaux féminins d’Ancien Regime. Cette presse faite de tentatives espacées mais régulières se dé bat dans un contexte qui, au cours du siècle, a profondément changé : les trois expériences les plus notables, le Journal des Dames, le Courrier Lyrique et le Cabinet des Modes ne pouvaient subsister que dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, au moment où le nombre des journaux s’accroît fortement.

24La presse féminine qui, de par sa nature, se doit de traiter de mode, se heurte à la concurrence de la presse qui, déjà, aborde largement ce sujet ; le Cabinet des Nouvellistes doit s’effacer, le Courrier de la Nouveauté ne paraît jamais, le Courrier de la Mode disparaît en deux ans, le Cabinet des Modes s’impose en France mais doit faire face aux concurrents étrangers.

La concurrence intérieure

25Dès qu’ils apparaissent, les journaux parlent de la Mode et publient de plus en plus d’annonces publicitaires au cours du XVIIIème siècle. Les fabricants et les marchands comprennent très vite le formidable rôle de diffuseurs que peuvent jouer les journaux. Citons pour exemple le Mercure Galant de De Visé qui s’intéresse à la Mode dès 1677, le Mercure de France en fait une rubrique, notamment en 1729, en 1730 puis en 1733, ainsi que L’Année Littéraire, le Journal de Paris (et sa contrefaçon la Feuille sans Titre), la Feuille Nécessaire en 1759, l’Avant Coureur... etc.

26Les feuilles de Province se font l’écho des nouveautés parisiennes comme le Journal de Normandie en 1785 ou les Affiches des Evêchés de Lorraine. Par ailleurs les Recueils d’estampes luxueux et les almanachs de modes ne cessent de paraître ; les poupées, unique procédé commercial de diffusion avant les publications de modes, sorte de mannequins en miniature expédiées à grands frais de Paris, restent employées au XVIIIème siècle.

27Des projets fusent un peu partout en Europe, proposant parfois des moyens rocambolesques pour diffuser les modes parisiennes le plus vite et le plus loin possible. La Mode est « à la mode » et chacun veut en tirer profit mais les véritables journaux de modes sont les premières victimes d’un engouement qui aurait pu faire leur succès. Aucune feuille ne peut prétendre être la spécialiste exclusive de la Mode au XVIIIème siècle.

28Certains journaux féminins, ne bénéficient pas moins d’un minimum de publicité dans d’autres feuilles, notamment le Journal des Dames. Citons un prospectus glissé en tête du Nécrologe des Hommes célèbres de mars 1768 proposant d’envoyer à tous les abonnés « un volume gratis » du Journal des Dames ; à la même époque, les abonnés de l’Almanach des Muses reçoivent également un volume gratuit du Journal des Dames ; le Journal Historique sur les Matières du Tems présente lui-même le Journal en 1774 ainsi que le Journal de Paris en 1777.

  • 22 Voir B.N. Fds Fr. 22085, f. 10.

29Le Mercure de France ne dédaigne pas de publier un long prospectus rédigé par Mme de Montanclos en janvier 1774, alors qu’il dénonce pendant longtemps l’existence du Journal des Dames. Ne fait-il pas tout, en 1768, pour l’empêcher de survivre en pressant M. de Sartine « de borner la quantité de chaque espèce de matières qui pourraient y être ttraitées» ?22.

30Le Journal des Dames est-il si peu concurrentiel à partir de 1774 que l’on peut sans crainte annoncer sa présence ? Ces publicités, si rares soient-elles, montrent à quel public le Journal des Dames désire s’adresser ; il pense, à juste titre, que celui du Mercure de France et du Journal de Paris est aussi virtuellement le sien.

La concurrence extérieure

  • 23 Voir la figure 2, lieux de première édition de la presse féminine française au XVIIIème siècle.

31La presse féminine de langue française dont la moitié des titres sont édités à l’étranger, aux Pays-Bas, en Angleterre, en Suisse23 doit se battre d’une part contre les contrefaçons qui se répandent en Europe, d’autre part contre la concurrence des journaux féminins anglais, allemands et, de façon moindre, italiens et hollandais.

32Ainsi Mr de La Louptière quitte le Journal des Dames en 1761 en se plaignant d’une imitation dont vient de se doter l’Angleterre. Le 1er janvier 1788, le Courrier Lyrique et Amusant se félicite, avec ironie, car « à Londres on a établi nouvellement un Journal de la forme du nôtre ». Le 1er novembre 1786, le Cabinet des Modes change de titre car « une Nation avec laquelle nous avons fait plus d’une fois échange d’opinions, d’usages et de modes, s’est empressée de profiter de notre Entreprise en publiant en anglais un journal intitulé : The fashionable Magazine ou Magasin des Modes Anglaises... ».

33Un mois plus tard, le Magasin des Modes accuse cette fois des libraires d’Allemagne, de Saxe et de Belgique, de contrefaire grossièrement les Cahiers. François Buisson, libraire du Magasin des Modes, dénonce notamment le Sr J.J. Tutot à Liège et un libraire de Weimar qu’il ne nomme pas. Le Sr Tutot se fait contrefacteur en titre des journaux féminins parisiens car il combine dans un même numéro le Cabinet des Modes et le Courrier Lyrique et Amusant de Mme Dufresnoy !

34Les auteurs craignent alors tant les contrefaçons qu’eux-mêmes ou des intermédiaires paraphent chaque exemplaire de leurs journaux : Mme de Beaumer signe le Journal des Dames d’octobre 1761 à mars 1762. Puis le journaliste Du Rozoi la relaie jusqu’en septembre 1762. La Spectatrice est paraphée en 1728, ainsi que le Magasin des Modes de 1786 à 1789...

  • 24 Voir les figures 3 et 4 : diffusion du Nouveau Magasin Français en 1750-1752 et du Journal des Dame (...)

35La presse féminine française, qui bénéficie d’un certain monopole, en ce qui concerne tout au moins les journaux de modes, doit peu à peu faire face à la concurrence de la presse féminine européenne. Elle ne perd pas ses abonné(e)s français mais une bonne part du marché étranger qui tient une large place dans sa diffusion24.

  • 25 Voir la figure 5, Naissance et durée de la presse féminine européenne au XVIIIème siècle.

36En Angleterre, la presse féminine débute plus tôt qu’en France, et connaît après 1750 un nombre toujours plus grand de parutions25 Au moment où la presse anglaise se développe, la presse française subit les conséquences de la Révolution et s’interrompt pendant quatre ans, de 1793 à 1797. Elle connaît, entre 1789 et 1800, 23 tentatives (plus qu’entre 1710 et 1789), dont plusieurs seront achetées par La Mésangère pour le Journal des Dames et des Modes 1797-1830).

37Les journaux féminins allemands n’apparaissent qu’après 1750 et certains sont des traductions de journaux français. Mais la mode cesse peu à peu d’être considérée, ainsi que l’étiquette, comme représentant le caractère français et les rédacteurs allemands souhaitent de plus en plus rendre compte des modes indépendamment de l’étranger ; ainsi s’exprime l’éditeur du Journal des Luxus und der Moden : «L’Allemagne commence enfin à rompre le charme de l’esclavage et du préjugé, à devenir indépendante et à utiliser ses bons goûts et talents personnels ».

38L’Autriche-Hongrie, la Hollande et l’Italie ne sont pas des concurrents sérieux : un journal de mode paraît à Prague en 1787 (Mode : Fabriken und Gewerbzeitung), un à Brühn de 1794 à 1798 (Allegemei nes europaisches Journal), un à Haarlem de 1791 à 1794 (Kabinet van Mode en Smaak), enfin un à Florence de 1790 à 1795 (Giornale delle Mode).

39Bien sûr cette concurrence entre les journaux français, anglais et allemands qui prend toute son ampleur à la fin du XVIIIème siècle ne constitue que l’une des difficultés d’existence de la presse féminine d’Ancien Régime. Le réseau des libraires, des journalistes hommes et femmes, des abonné(e)s dont nous ne pouvons traiter ici, témoigne aussi en faveur de ces audacieuses expériences. Cette première démarche permet toutefois de souligner un des caractères essentiels de ces journaux : l’internationalisme de leurs lieux d’éditions, de leur diffusion et de leurs informations.

LA PRESSE FEMININE en langue française AU XVIIIeme SIECLE. Composition et description des collections

LA PRESSE FEMININE en langue française AU XVIIIeme SIECLE. Composition et description des collections

Fig. 1. NAISSANCE ET DURÉE DES JOURNAUX EN LANGUE FRANÇAISE DITS "FÉMININS" DE 1710 A 1789

Fig. 1. NAISSANCE ET DURÉE DES JOURNAUX EN LANGUE FRANÇAISE DITS "FÉMININS" DE 1710 A 1789

Fig. 2. LIEUX DE 1ère EDITION DE LA PRESSE FEMININE FRANCAISE AU XVIIIe SIECLE

Fig. 2. LIEUX DE 1ère EDITION DE LA PRESSE FEMININE FRANCAISE AU XVIIIe SIECLE

Fig.3. DIFFUSION DU NOUVEAU MAGASIN FRANÇAIS EN 1750-1752

Fig.3. DIFFUSION DU NOUVEAU MAGASIN FRANÇAIS EN 1750-1752

Fig.4. DIFFUSION DU JOURNAL DES DAMES EN DÉCEMBRE 1761

Fig.4. DIFFUSION DU JOURNAL DES DAMES EN DÉCEMBRE 1761

Fig.5. NAISSANCE ET DUREE DE LA PRESSE FEMININE EUROPEENNE AU XVIIIe SIECLE

Fig.5. NAISSANCE ET DUREE DE LA PRESSE FEMININE EUROPEENNE AU XVIIIe SIECLE

Notes

1 E. Sullerot (La presse féminine, Colin, Paris, 1963 et Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, Colin, Paris, 1966) et les bibliographes de la presse, citant seulement les 4 ou 5 titres les plus connus, sont à la source de nombreuses erreurs : la Bibliographie historique et critique de la presse d’E. Hatin, l’Histoire générale de la presse Française de J. Godechot, la Presse Française des origines à la Révolution de F. Mitton, l’Histoire Générale de la Presse Française, t. I de Renouvin, le Catalogue collectif des périodiques anciens de M. Couperus... etc.

2 Plus utiles sont les ouvrages des bibliophiles tels R. Colas, Bibliographie générale du Costume et de la Mode, 2t., 1933 ; P. Cornu, Essai bibliographique sur les recueils de modes au XVIIIème et au début du XIXème siècle dans les Documents pour servir à l’histoire du Costume de G. Scheffer, Paris, 1911 ; Vicaire, Le Manuel de l’amateur de livres ; mais surtout G. Ascoli, Essai sur l’évolution des idées féministes en France du XVIème siècle à la Révolution, Revue de Synthèse Historique, 1906 ; U. Capitaine, Recherches Historiques et bibliographiques sur les journaux et les écrits périodiques liégeois, Liège, 1850 ; H. D’Hennezel, La Mode féminine au XVIIIème siècle, 1924 ; J. Gay, Bibliographie des ouvrages relatifs à l’amour, aux femmes et au mariage..., 1897, t.I, 390 p.

3 Pour exemple La Quintessence des Nouvelles de Mme Dunoyer 1712-1719) - (traite de politique et de nouvelles diverses ; le Journal de Monsieur, de Mme d’Ormoy également.

4 Pour exemple : les Amusemens du Beau Sexe (1740-1741) ; les Amusemens des Dames (1740-1741) ; les Amusemens Périodiques, 1751 ; les Amusemens de la Toilette, 1755-1756.

5 Ce corpus est l’objet de ma thèse de 3ème cycle : La presse féminine de langue française au XVIIIème siècle. Place de la femme et système de la mode soutenue à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales en juin 1981, sous la direction de M. Daniel Roche.

6 Raconté par Rousset de Missy, successeur de Mme Dunoyer à la tête de la Quintessence des Nouvelles, no 44, 11 juin 1719. On trouve des éléments du Nouveau Mercure Galant dans ses « Lettres historiques et galantes de deux dames de condition dont l’une était à Paris et l’autre en province », Cologne, 1713.

7 Voir dans le Dictionnaire des Journalistes, la notice de J.F. Freudberg et A. Nabarra qui retrace la vie de la Quintessence des Nouvelles de 1689 à 1730. Se reporter également à la composition et la description, notamment les prix, des 21 journaux féminins sur le tableau ci-joint.

8 N°42, 22ème année, 31 juillet 1818, p. 334.

9 B.N. Cabinet des Estampes, O.A. 79, pet. fol.

10 La Spectatrice, 1ère semaine, p. 3.

11 Avertissement des Amusemens des Dames, t.I, B.N. Y2 7487. Les livraisons ont du succès puisqu’elles sont éditées à plusieurs reprises ; les Amusemens des Dames sont traduits en allemand : « Frauenzimmer Bellisgungen » 1751-1754. Empruntant le même titre paraissent à La Haye en 1756 les Amusemens des Dames, ou Recueil des Chansons choisies

12 Manuscrits de l’Arsenal, La Guette 10301, 10302.

13 Voir la figure 1. Naissance et durée des journaux de langue française féminins de 1710 à 1789.

14 Une suite du Nouveau Magasin Français, publiée en 1758, spécifie que le journal a été interrompu en 1752 alors que Hatin, Quérard et le Catalogue Collectif des Périodiques indiquent une reprise en 1755.

15 Et non Monsieur de St Aubin comme l’écrit P. Grosclaude dans Malesherbes, témoin et interprète de son temps, 1962, pp. 70-71. Marie Claudine de St Aubin est la mère de Mme de Genlis.

16 Voir les manuscrits de la collection Anisson Dupeyron, B.N. Fd. Fr. 22134 f. 146, 147, 151, 153, 154.

17 La Bibliographie de J. Gay propose Fanny de Beauharnais comme auteur de la Bibliothèque des Dames. Nous pensons, pour notre part, que l’auteur est un homme.
Ne pas confondre la Bibliothèque des Dames, hebdomadaire en 1764 et la Bibliothèque des Dames ou Petite Bibliothèque Encyclopédique appelée le plus souvent Bibliothèque universelle des Dames, 1785-1788, ouvrage de vulgarisation scientifique pour Dames.

18 Voir B.N. Manuscrits Fds Fr. 22084, f. 51, 53.

19 L’Ami des Femmes ou la Morale du Beau Sexe, 1758 ; chapitre V, Du luxe des femmes, ch. VI, De la parure des femmes, pp. 68-94.

20 Charlotte Chaumet, présidente d’Ormoy, est mère de Mme Mérard de St Just et de Mme Vauvineux. Repris par MM. Royou et Geoffroy de 1780 à 1783, le Journal de Monsieur n’aura dès lors plus rien de « féminin ».

21 Le Magasin des Modes Nouvelles, françaises et anglaises fait suite au Cabinet des Modes de novembre 1786 à décembre 1789 avec pour rédacteur principal Louis Edme Billardon de Sauvigny ; puis paraît le Journal de la Mode et du Goût ou Amusemens du Salon et de la Toilette, de février 1790 à février 1793.

22 Voir B.N. Fds Fr. 22085, f. 10.

23 Voir la figure 2, lieux de première édition de la presse féminine française au XVIIIème siècle.

24 Voir les figures 3 et 4 : diffusion du Nouveau Magasin Français en 1750-1752 et du Journal des Dames en 1761.

25 Voir la figure 5, Naissance et durée de la presse féminine européenne au XVIIIème siècle.

Table des illustrations

Titre LA PRESSE FEMININE en langue française AU XVIIIeme SIECLE. Composition et description des collections
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 1. NAISSANCE ET DURÉE DES JOURNAUX EN LANGUE FRANÇAISE DITS "FÉMININS" DE 1710 A 1789
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 2. LIEUX DE 1ère EDITION DE LA PRESSE FEMININE FRANCAISE AU XVIIIe SIECLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1052/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig.3. DIFFUSION DU NOUVEAU MAGASIN FRANÇAIS EN 1750-1752
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1052/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig.4. DIFFUSION DU JOURNAL DES DAMES EN DÉCEMBRE 1761
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1052/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig.5. NAISSANCE ET DUREE DE LA PRESSE FEMININE EUROPEENNE AU XVIIIe SIECLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1052/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

École des Hautes Études en Sciences Sociales

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540