Version classiqueVersion mobile

Des hommes et du masculin

 | 
Daniel Welzer-Lang
, 
Jean Paul Filiod

Préambule

Daniel Welzer-Lang et Marie-France Pichevin

Texte intégral

1Elles récidivent !

2Oui, le Centre d'études féminines de l'Université de Provence (cefup) s'entête.

3Dans ses statuts est déclarée la mixité pour tout ce qui a trait à l'enseignement et à la recherche. La porte n'a jamais été fermée et il y a eu quelques chercheurs pour rejoindre le groupe majoritaire des chercheuses et enseignantes aixoises. Hommes alibi ? Minoritaires ? Mais jamais considérés comme supplétifs, eux qui avaient pris position en faveur de la liberté au féminin et qui contribuaient par leurs travaux à tirer les femmes de l'opacité de l’histoire. Cela n'avait pas été sans poser de problèmes, non pas à l'intérieur du CEFUP, mais dans le milieu féministe fermement accroché à la non-mixité. Lors du colloque de Toulouse "Femmes, féminisme et recherches", les aixoises, représentées par Christiane Souriau, avaient pris position à contre-courant dans le comité d'administration de l'AFFER (cf. Bulletin d'information des études féminines – BIEF -, no 12,1983).

Aujourd'hui, le cefup fait plus.
Le
bief donne la parole à des hommes,
chercheurs pour la plupart,
pleine parole
à pleines pages, en toute liberté.

4Le monde à l'envers, le féminisme à l'envers ?

5Non, par cette décision, le cefup marque certes une continuité ; il signale aussi un dialogue suivi, tout à la fois scientifique et amical avec Daniel Welzer-Lang. Mais par ce numéro, il dit plus. Il manifeste le soutien théorique que des féministes apportent à des travaux et à des réflexions menées par des hommes dont l'objectif est de comprendre la construction sociale du masculin.

6Ce recueil n'aurait probablement pas été possible il y a quelques années, par manque d'auteurs. Ce qui est nouveau ici, c'est la volonté conjointe, dans le champ scientifique, de femmes féministes et d'hommes, qui pour certains se réclament du masculinisme, de réfléchir ensemble aux effets sur les hommes de la domination du genre masculin sur le genre féminin. C’est pourquoi douze hommes et une femme ont écrit dans ce numéro co-édité par le cefup de l’Université de Provence et le groupe Anthropologie des sexes et de la vie domestique du Centre de recherches et d'études anthropologiques de l'Université Lumière de Lyon.

***

7Dans le passé proche, bien souvent, des hommes et des femmes ont confondu la critique féministe et la morale. Derrière la dénonciation des effets des rapports sociaux de sexe, ils/elles ont entendu des analyses manichéennes, assimilant "dominants" et "méchants" ou "mauvais". Cette ontologisation de la critique a fait confondre féminisme et lutte anti-hommes. Or, progresser collectivement dans la critique antisexiste de nos sociétés passe par écouter des paroles féminines et masculines.

  • 1 On trouvera une bibliographie complète des ouvrages cités à la fin de ce volume.

8Dans L'Arraisonnement des Femmes1 (1985), Nicole-Claude Mathieu note que dans bon nombre de sociétés, la connaissance des faits et des idées sur la domination n'est pas partagée ; "hommes et femmes ne reçoivent en partage [...] ni la même quantité, ni la même qualité d'informations sur les connaissances, les représentations et les valeurs [...] De plus, l'information serait-elle théoriquement "la même", l'expérience vécue n’en est pas la même de part et d'autre de la barrière." (p. 212)

9"Où en est-on des études, réflexions sur les hommes, le masculin, des rapports homme/femme vus du côté et/ou partir des hommes ? Quels ont été les apports des différents groupes masculinistes, gays, antisexistes qui ont, après l'interpellation féministe, interrogé de manière plus ou moins directe l’identité masculine, l'inégalité des sexes, les relations hommes/femmes ? Qu'en est-il du genre ? Le masculin des rapports sociaux de sexe n'a-t-il pas été quelques fois analysé par défaut ? Défaut des hommes dans la maison ? Défaut des hommes chercheurs ?"

10Telles furent quelques-unes des questions qui ont été posées aux chercheurs, aux militants et écrivains qui ont été invités à écrire dans ce numéro du bief. L'appel fut largement diffusé en France et au Québec, la moisson fut riche et diverse. Outre l'article d'Anne-Marie Devreux sur l'armée, qui constitue un exemple pionnier de regard féminin sur un monde masculin [très] particulier, les autres textes que nous présentons ici montrent, s'il fallait encore s'en convaincre, que les débats masculins sont, comme leurs homologues féminins, pluriels.

11Deux types d'articles apparaissent : ceux qui font état d'études ou de réflexions sur un segment particulier du masculin : église, armée, vécus masculins de la pornographie, homosexualité, violence, paternité assistée par médecin... et ceux qui s'interrogent sur le genre masculin et les catégories pour penser ce genre.

12Leur hétérogénéité, la manière dont chaque auteur intègre - ou non - la transformation des privilèges masculins et l'évolution des rapports sociaux de sexe, comment les auteurs expliquent - ou non - l'oppression des femmes effectuée par les hommes et l'aliénation que ces derniers vivent et ressentent en regard des modèles normalisants du masculin, la volonté - ou non - de débattre avec la littérature féministe qui, bien avant les hommes masculinistes, interrogeaient déjà les construction sociales du féminin et du masculin... bref, comment chaque auteur se situe dans la champ des connaissances sur les genres, la façon qu'il a de symétriser- ou non - condition masculine et condition féminine, nous offre un kaléidoscope assez fidèle des débats et des réflexions en cours chez les hommes qui aujourd’hui veulent changer les rapports entre genres.

13Rompre avec la pseudo-neutralité des hommes et du masculin, ou de la différence des sexes, interroger la catégorie sociale "homme", comme les femmes ont pu le faire de la catégorie sociale "femme", "ne plus s'interdire de les traiter en tant qu'acteurs sexués du social sans avoir à les comparer immédiatement aux femmes", nous dit Devreux, représente une évolution réelle dans la construction des champs de la sociologie et de l'anthropologie des sexes.

***

  • 2 Molyneux Maxime. Androcentrism in marxist anthropology. In Critique of anthropology (London), vol 3 (...)

14Se posent alors dans la communauté scientifique (et notamment aux hommes, qui composent la majorité de cette communauté) deux types de questions qui réfèrent à l'androcentrisme : "la tendance à exclure les femmes des études historiques et à accorder une attention inadéquate aux rapports sociaux dans lesquels elles sont insérées", comme le définit Molyneux2.

15Déconstruire la manière dont nos systèmes sociaux créent les hommes de toute pièce, leur apprennent les mécanismes subtils de la domination, nécessite d'intégrer, non seulement les femmes dans les analyses, les effets de la domination masculines sur les femmes, mais plus encore d'accepter de reconnaître les études féministes. Quoique voulant apparaître comme ceux qui découvrent le monde, lutter contre l'androcentrisme dans les sciences sociales, passe - pour les hommes - par (re)connaître les travaux précédents, souvent écrits par des femmes chercheures. Or, on le verra, ce n'est pas le cas dans l'ensemble des articles.

16L'autre face de l’androcentrisme est la tendance qui consiste à participer d'une mystification collective visant pour les hommes à se centrer sur les activités extérieures, les luttes de pouvoir, la concurrence, les lieux, places et activités où ils sont en interaction (réelle, virtuelle ou imaginaire) avec des femmes, en minorant, ou en cachant, les modes de construction du masculin entre hommes. Autrement dit, et les articles publiés ici le démontrent très bien, une place particulière existe dans le champ des rapports sociaux de sexe pour les écrits masculins : elle consiste à expliciter le fonctionnement entre dominants.

17La construction des catégories sociales de sexes est transversale à l'ensemble des espaces sociaux. Les rapports sociaux de sexe s'appuient autant sur l'illusion naturaliste de supériorité masculine que sur la reproduction entre hommes de la vision hiérarchique des rapports hommes/femmes. Etre homme, y compris chez les hommes, c'est être le plus fort, le meilleur, celui qui agit. Les autres, certains homosexuels, les faibles, ceux qui ne veulent - ou ne peuvent - gagner sont assimilés dans le genre masculin - syntaxe comprise - aux femmes. Déconstruire le masculin passe - aussi - par expliciter le coût et l'aliénation que vivent les hommes, d'abord dans leurs rapports à leurs cogénères.

18Vivre d’autres relations hommes/femmes, abattre les prisons du genre pour reprendre les termes de Hurtig et Pichevin (1986), puisque après tout c'est l'énergie qui anime nombre d’auteurs des articles, passe pour les hommes par une interrogation sur leurs rapports quotidiens aux femmes et aux hommes.

Notes

1 On trouvera une bibliographie complète des ouvrages cités à la fin de ce volume.

2 Molyneux Maxime. Androcentrism in marxist anthropology. In Critique of anthropology (London), vol 3, no 9-10 (Women's issue) 1977, pp. 55-81 cité par Mathieu N.C., Critiques épistémologiques de la problématique des sexes dans le discours ethno-anthropologique, ONU, Lisbonne, 1985.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search