Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps, religion, société

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Le guide de haute montagne et son corps

Jean-Olivier Majastre

Texte intégral

“Car enfin, l’homme est fait pour forcer un cheval à la course”.
A. Leroi-Gourhan

1Le métier de guide de haute montagne doit beaucoup de son prestige actuel, incontestable, à une image qui mêle indissolublement vertus morales et qualités physiques. C’est un métier de pleine nature, dont le corps est le médiateur privilégié, sans artifice technique élaboré. Nature contre nature, un corps exposé face à un environnement démesuré, aux énergies formidables et incontrôlées, voici la scène qui confère son statut quelque peu numineux à cette profession forcément à part.

2S’il est au premier plan, comme outil, le corps du guide ne déploie ses potentialités que dans le dialogue qu’il instaure avec la haute montagne. Que l’imaginaire de la montagne vienne à changer, changera alors le rapport que le corps entretient avec elle.

Sous les apparences

  • 9 de Saussure H.B., Voyages dans les Alpes, Neuchâtel, 1779-1796.
  • 10 art.43 du règlement de la Compagnie des guides de la vallée de Chamonix.

3Le métier de guide est vieux de plus de deux siècles. Il a connu une évolution dont on peut prendre la mesure à travers les récits et les descriptions des clients. Ces descriptions nous livrent avant tout des impressions qui traduisent l’écart de classe sociale qui séparait alors habituellement le guide de son client. La première impression, la plus vive, est visuelle : elle enregistre l’apparence et la traduit en termes d’équivalents caractériels. Pour Horace Bénédict de Saussure qui marqua si fortement la conquête du Mont Blanc, les chasseurs de chamois (chez qui se recrutèrent, avec les cristalliers, les premiers guides de l’époque) avaient “un air sauvage, quelque chose de hagard et de farouche, qui les fait reconnaître au milieu d’une foule”9 Il faut qu’ils se distinguent, certes, du commun des mortels, pour oser affronter une nature inconnue, redoutée, hantée de frayeurs ancestrales. Ils conservèrent cette apparence de rusticité qui reflétait à la fois la rusticité des mœurs des vallées dont ils étaient issus et le caractère indompté des monts où ils emmenaient leurs clients, tout au long du XIXe siècle. Sauvages ils étaient donc, à l’image du paysage de montagne. Souvent intempérants aussi, si l’on en croit les témoignages des voyageurs, et le règlement de la Compagnie des guides de la vallée de Chamonix qui punit d“’une amende de trois livres les guides qui s’enivrent étant de service auprès de quelques voyageurs”10 A l’époque, le guide doit avant tout faire preuve de force, de robustesse, d’endurance et d’intrépidité. Avant d’être admis à guider, il sert plusieurs années comme porteur, voué à convoyer de lourdes charges pendant de longues heures, et de longs jours, sans rechigner. L’usage est alors de beaucoup manger et de bien boire pour alimenter la machine corporelle à laquelle on demande surtout de l’énergie. Rusticité d’allure donc, de caractère aussi, sûrement, enrôlée au service de la robustesse.

4Mais bientôt le jeu s’affine. Si l’apparence persiste, il devient de bon ton de distinguer sous l’allure des qualités cachées, sous la bure une sensibilité ; le corps et son apparence ne coïncident plus tout à fait avec les qualités qu’ils renferment.

  • 11 Amiguet Ph., Technique et poésie de la montagne, Paris, 1936.

5Ecoutons Philippe Amiguet : “Certes ils sont souvent frustes, bourrus, silencieux à l’excès, autoritaires s’il le faut. Mais quand on les connaît, quand ils ont confiance en vous, quels merveilleux compagnons, quels sûrs amis ! Aussi chaque année les retrouve-t-on avec plaisir. Ils vous attendent en fumant leur pipe ; de loin vous voyez leur silhouette, le gros drap brun de leur veste, leur chapeau noir et vert sur lesquels ils fixent une fleur de rhododendron et leurs lunettes de glaciers ; quant à leurs souliers, garnis de clous puissants, ils donnent envie de partir sans tarder pour les sommets”11.

6Les clients, organisés en clubs à partir du milieu du dix-neuvième siècle, vont s’employer à lisser l’apparence rugueuse du guide, à dresser les corps pour apprivoiser les caractères.

  • 12 Raymann A., Évolution de l’alpinisme dans les Alpes françaises, Grenoble, 1912.

7“L’influence des sociétés, et aussi le contact d’alpinistes distingués, ont profondément modifié l’aspect et le caractère des guides. Autrefois frustes, souvent mal habillés, parfois malpropres ils sont maintenant affinés, éduqués. Certains parlent même plusieurs langues”12 Dans ce texte de Raymann, traits de caractère, apparence, habitus corporel, entrent en correspondance si bien qu’agir sur l’un de ces trois aspects revient à modifier les deux autres. Relevons les adjectifs caractéristiques issus de ces trois citations, et nous aurons un aperçu assez évocateur de l’habitus des guides jusqu’au début du XXe siècle ; sauvage, hagard, farouche, frustes (deux fois), bourrus, silencieux, autoritaires, trapue (la silhouette), gros, brun (le drap), puissants (les clous), malpropres.

8A l’opposé, nous trouvons une littérature qui magnifie le métier de guide et qui ne va plus de l’apparence à la personnalité mais des qualités morales aux qualités physiques. Avec Young parlant de ses guides suisses, nous voyons le regard se faire limpide et la tête se dresser vers le ciel :

  • 13 Young G.W., Mes aventures alpines, Neuchâtel, 1926.

9“Ils se distinguent à leurs vêtements de laine grise, à leurs corps secs et nerveux, à leur regard limpide et franc, à leur tête redressée par l’habitude de regarder toujours vers le ciel”13.

10Si nous quittons les chemins peu sûrs de l’écrit pour l’objectivité de la photographie, les clichés de la fin du siècle dernier confirment l’inspiration littéraire. De robustes guides généralement barbus accompagnent des clients plus frêles habituellement glabres. Nous avons en mémoire la silhouette véhémente d’Hippolyte Rodier au sommet de la Meije, hirsute, le chapeau en bataille, la grosse corde de chanvre nouée autour de la taille, inoubliable.

11Aujourd’hui qui saurait distinguer le guide de son client ? Sauf s’il s’agit d’une cliente. La première femme guide n’a fait son apparition en France qu’en 1983. Elles ne sont guère plus nombreuses aujourd’hui que les alpinistes femmes au siècle dernier. Elles ne sont actuellement qu’une poignée, ornement d’une profession essentiellement masculine.

12La montagne est encore la chasse gardée de l’affirmation virile, mais la prééminence masculine est battue en brèche, surtout dans les domaines nouveaux de l’escalade et de la moyenne montagne, ce qui témoigne d’un changement des pratiques et des valeurs, lisibles dans la féminisation des corps professionnels et du corps des professionnels.

Une population standard

13Ni grands, ni petits, ni particulièrement trapus, ni singulièrement élancés, plus citadins que ruraux, plus diplômés que la moyenne nationale, les guides d’aujourd’hui ne laissent pas à l’œil même averti la possibilité de les reconnaître. L’apparence est désertée car elle commande des registres d’expressions différents et parce que l’incorporation des nouvelles pratiques et des nouvelles valeurs qui s’y rapportent laisse des sceaux plus discrets, à discerner dans le détail des usages du corps.

14La montagne est restée la même, mais son accessibilité et son aménagement permettent des courses certes beaucoup plus techniques qu’au siècle dernier, mais beaucoup moins éprouvantes. Téléphérique, refuges, voire hélicoptère, un ensemble de moyens collectifs a apprivoisé la montagne. Le matériel maintenu jusqu’à la dernière guerre à un stade rudimentaire qui convenait bien à une conception ascétique de la montagne, de l’effort, s’est prodigieusement amélioré et allégé, de la corde aux crampons et aux piolets, en passant par les chaussures et à l’habillement, jusqu’aux produits alimentaires. Tout concourt à une efficacité, à une légèreté et à un confort accrus qui, en contrepartie, permettent des entreprises nouvelles.

Usages du corps

15Dans la recherche que nous avons menée de 1986 à 1988 sur la profession de guide de montagne à partir d’entretiens approfondis, nous avons essayé de mettre en évidence les valeurs existentielles mises en jeu dans l’exercice du métier à partir du rapport au corps, du rapport au temps, du rapport à l’espace, du rapport aux autres, du rapport à l’argent et du rapport à la mort.

16Bien entendu, toutes ces attitudes sont liées de manière plus ou moins cohérente, mais nous pouvons isoler les pratiques corporelles que nous avions choisi d’interroger sur le plan de l’alimentation, de l’usage de substances nocives, du soin apporté au corps, de la vieillesse, et sous certains aspects, de la mort.

17Quel que soit le niveau d’accomplissement technique de sa pratique, le guide ne se considère pas d’abord comme un sportif mais avant tout comme un professionnel, c’est-à-dire quelqu’un qui doit faire durer son corps. Ce n’est pas le temps bref des performances obtenues par un entraînement intensif, c’est le temps long des saisons qu’on doit gérer à l’économie. Le reste s’ensuit. Entre le niveau moyen des courses et le niveau d’efficacité maximum du guide l’écart reste grand. Toutes proportions gardées, le guide est souvent placé dans la position d’un pilote de formule I transformé en moniteur d’auto-école. Il en garde toujours sous le pied, ce qui est nécessaire pour pouvoir affronter avec tous ses moyens des situations tendues ou inattendues. Aussi la plupart du temps le guide ne suit-il pas d’entraînement spécifique, musculation, assouplissement, jogging, etc. Le meilleur entraînement, c’est l’enchaînement des courses où se rode un corps qui doit trouver un régime de croisière sans trop forcer. C’est encore de faire de la montagne en amateur, pour soi, avec d’autres guides le plus souvent, ou avec des clients amis ou des amisclients. Jamais, en pratique de guidage, le guide ne teste la limite de ses possibilités physiques, pour pouvoir éventuellement aider son client si celui-ci est en difficulté. Dans cette optique, dans une activité qui ne sollicite aucun muscle électivement mais l’ensemble des muscles de manière équilibrée, le guide prend un souci mesuré de son corps. On retrouve la même modération dans l’hygiène alimentaire. Les grandes leçons de la diététique ont bien été apprises. On évite autant que faire se peut de manger de la viande, disons trop de viande, on préfère pour un effort de longue durée les sucres lents, les pâtes, on ne donne plus crédit à l’alcool d’être un stimulant énergétique ; mais nous n’avons pas trouvé d’obsession diététique, d’ascétisme alimentaire. Le plaisir fait aussi partie du jeu, pas uniquement la performance.

18Côté usage de substances nocives, les guides ont tourné le dos à l’alcoolisme qui a trop longtemps stigmatisé la profession. Ce qui n’empêche à peu près personne de goûter du vin de temps en temps. On a cru pouvoir distinguer dans les tribus qui se partagent le monde des alpinistes des structures de personnalité à partir des mœurs alimentaires : les traditionnels, abonnés au saucisson et au gros rouge, les défoncés, voyage en Himalaya oblige, qui marchent au joint de haschich, et les sportifs qui ne jurent que par la Badoit. Aujourd’hui le guide habituellement ne boit pas, ou exceptionnellement, ne fume pas, ou exceptionnellement. Mais sans souci exagéré de régime, sans religion de la Badoit. Car la vie et le métier se confondent et les occasions de la vie, de l’amitié, du refuge, de la course, conviennent à des libations et à des partages que le guide ne peut toujours refuser. Un hédonisme tempéré, une discipline sans contrainte.

19Vieillir est assez difficile pour un guide. Il enregistre très tôt dans son corps une baisse de ses performances liées à la souplesse (dès 30 ans), à l’endurance (à partir de 40 ans) ; vite, il est tenu de ruser, et de s’économiser s’il veut garder un certain volume d’activité. Les articulations sont les points faibles de cette négociation avec le corps vieillissant ; les genoux surtout rendent les intérêts de toutes les descentes de pierriers ou de moraines dévalées dans l’insouciance. Plus que la conscience du vieillissement, longtemps différée, s’imposent des préoccupations liées aux risques d’accidents et de mort. Les accidents les plus bénins, une cheville tordue, un poignet foulé, menacent à tout instant une activité qui exige l’intégralité des moyens physiques pour s’exercer. D’où une prudence, une manière de ménager son corps, qui s’apprend rapidement. Quant à la mort, elle se laisse étrangement envisager parfois comme une compagne douce, par ceux qui, pris dans une avalanche, se sont laissés aller à l’euphorie du renoncement anesthésié. Les témoignages concordent, chez tous ceux qui ont côtoyé cette mort en blanc.

Quelques valeurs ajoutées

20Ces divers usages du corps se fondent sur une culture de la souplesse, de la légèreté, de l’équilibre et du contrôle de soi qui a remplacé l’école de la robustesse et de la résistance. La montagne où se mesure le corps se donne plus à être séduite, que conquise de force. Toute une idéologie de l’accord du corps avec la nature, avec la montagne, entretient des pratiques douces qui demandent connaissance de soi et connaissance du milieu. Tous les sens et toutes les capacités du corps sont requises dans ce dialogue. Le corps du guide est un corps polyvalent, non spécialisé. Comme s’étendent ses pratiques, s’étendent aussi ses possibilités ; il doit rester plastique pour que les compétences exigées pour la pratique de la montagne puissent se transférer aux autres domaines où s’exerce l’activité du guide, du Sahara à l’Antarctique, de la descente de canyon à l’escalade des cascades de glace, du ski hors piste aux treckkings himalayens. Dans l’extrême diversité de ses champs d’exercice, le guide de montagne loin de faire de son corps un outil spécialisé en fait un partenaire disponible pour des situations aléatoires, un dispositif multiprise, polytechnique, adaptable, capable de traiter l’information contenue dans le grand livre de la nature et d’y répondre efficacement. Il rejoint ainsi les valeurs du temps qui inspirent les pratiques de glisse, les actions douces, l’harmonie avec le milieu, en même temps qu’il contribue à les communiquer. Il se coule aisément dans la fluidité du monde, témoignant malgré lui de la promotion emblématique du corps contre la profusion des objets et la multiplication des images.

Notes

9 de Saussure H.B., Voyages dans les Alpes, Neuchâtel, 1779-1796.

10 art.43 du règlement de la Compagnie des guides de la vallée de Chamonix.

11 Amiguet Ph., Technique et poésie de la montagne, Paris, 1936.

12 Raymann A., Évolution de l’alpinisme dans les Alpes françaises, Grenoble, 1912.

13 Young G.W., Mes aventures alpines, Neuchâtel, 1926.

Auteur

Université Grenoble II

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540