Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps, religion, société

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Qu’est-ce que la philosophie de la religion ?

Pierre Gire

Texte intégral

1La philosophie de la religion ne s’identifie pas à la philosophie religieuse dont certaines formes apparaissent dans l’histoire culturelle occidentale sous le mode de l’idéalisme spirituel. Elle existe au même titre que la philosophie de l’art, des sciences, de la technique, du politique, de l’éthique, etc. Elle ressortit à l’universalité de l’interrogation philosophique ou de l’intentionnalité de l’acte de penser philosophique qui exige que, de droit, rien ne soit pour l’homme impensable.

2L’interrogation philosophique de la religion ou du phénomène religieux du point de vue de la philosophie, s’opère par l’activité de la raison logique convoquant pour son exercice l’histoire de la philosophie et l’expérience humaine saisissable dans la culture.

3Mais il reste impossible d’entrevoir la vérité de la philosophie de la religion sans réflexion préalable sur ses conditions de possibilité, sur son exercice proprement dit et sur sa signification profonde.

I. Les conditions de possibilité de l’interrogation philosophique de la religion

4Pour appréhender la nature de la philosophie de la religion comme savoir authentique de l’expression religieuse, il est nécessaire d’écarter de cette discipline la mise en scène d’une expérience spéculative du sacré ou d’une métaphysique de l’Absolu.

5Cela dit, la question des conditions de possibilité de l’interrogation philosophique de l’expression religieuse, exige, pour être clarifiée, que nous distinguions deux points de vue d’analyse complémentaires :

  1. du point de vue de l’appréhension philosophique de l’objet religieux, l’interrogation est nécessairement élaborée par la raison logique supposée être l’opérateur de vérité par excellence pour l’intelligibilité de l’existence humaine ; mais la raison logique n’apparaît que dans une histoire culturelle, elle doit être située sur fond d’histoire de la philosophie où se sont déposées des problématiques relatives à la question religieuse. Cette histoire de la philosophie a progressivement créé un langage purifié, critiqué, affiné, dans lequel des analyses de l’expression religieuse se sont coulées. Avec le langage “scientifique” acquis, les réflexions relatives à l’objet religieux se sont écartées d’une expression purement littéraire en devenant des élaborations critiques dotées d’une certaine technicité. C’est ainsi que l’histoire de la philosophie a fait naître des méthodes d’interrogations se présentant comme des types de lecture critique du phénomène religieux, qui ne s’affranchissent jamais radicalement des doctrines philosophiques fondatrices.
  2. du point de vue de l’objet religieux, nous devons reconnaître que la philosophie de la religion s’est intéressée en priorité, dans le monde occidental, au Christianisme (mais non pas seulement puisque Platon dans l’Eutyphron interroge la religion athénienne ou Spinoza, dans le Traité théologico-politique, le judaïsme surtout) ; mais nous pouvons nous demander si une réflexion philosophique sur la religion reste possible dans la mesure où l’expérience religieuse demeure difficilement saisissable en raison de son extrême intériorisation et de son ouverture sur le mystère. Nous ne devons pas oublier que la religion existe comme une expression culturelle de l’homme en communauté avec un langage stratifié, des pratiques articulées et une organisation institutionnelle minimale ; d’où il suit qu’elle se pose dans un univers objectif saisissable par la raison logique ; ainsi la philosophie de la religion n’interroge pas l’expression religieuse dans l’abstrait, mais elle réfléchit sur la religion se donnant à observer selon telle ou telle forme historique et culturelle ; c’est la religion en tant qu’expérience du divin sous telle ou telle expression objective existante, qui constitue l’objet global de la critique philosophique dans ce domaine.

II. L’interrogation philosophique de la religion et la question de la méthodologie

6La réflexion philosophique sur l’expression religieuse n’a rien d’arbitraire. Elle est déterminée par une problématique de type essentiellement critique qui exclut toute volonté de négation ou d’apologie. La problématique mise en œuvre peut être totalisante (ex. les analyses de Spinoza, de Hegel, de Feuerbach, de Nietzsche, de Bergson) ou partielle (ex. les critiques de Marx, de Blondel, de l’école phénoménologique, de Duméry, etc.), autrement dit englober une forme religieuse donnée ou se concentrer sur telle ou telle expression de cette forme religieuse, à savoir le langage, l’institution, le rapport à la société, la ritualité, l’expérience mystique...

7La problématique développée constitue une ligne d’intelligibilité adoptée pour une interrogation critique de l’expression religieuse. Toutefois elle ne se déploie pas sans une méthodologie appropriée.

8L’histoire de la philosophie de la religion fait apparaître quatre modèles fondamentaux de réflexion sur l’expression religieuse dans une perspective philosophique, encore que ce soit là une schématisation simplifiée :

  1. le modèle spéculatif (Spinoza, Kant, Hegel) à partir duquel la religion est comprise comme une expression réduite de l’esprit humain, avec son mode propre de connaissance et d’action, ne révélant de l’homme qu’un niveau de conscience dans le monde, ayant son développement pour lui-même ;
  2. le modèle interprétatif (Feuerbach) selon lequel l’expression religieuse est susceptible, dans sa lecture, d’un déchiffrement qui fait aller de son sens manifeste à son sens latent, de la théologie à l’anthropologie, par renversement de la signification apparente - ce qui aboutit au traitement de la religion comme forme de projection ;
  3. le modèle généalogique (Marx, Nietzche, Freud) en vertu duquel le fait religieux n’a d’intelligibilité possible qu’en raison de la mise au jour de sa genèse sociale, culturelle, psychologique ; il émerge d’une extériorité non religieuse ;
  4. le modèle phénoménologique (Van der Leew, Otto, Duméry) à partir duquel l’expression religieuse est intelligible, au-delà de ses pures données historiques variables, par la description et la systématisation de ses invariants fondamentaux (catégories du langage, institution, ritualité) ; dans cette perspective le modèle phénoménologique a donné lieu, en Occident, à une recherche critique de la signification anthropologique de l’expression religieuse et à une lecture herméneutique des signes, des symboles, des mythes, des rites (cf. P. Ricœur, K. Jaspers) en relation avec les analyses des sciences humaines de la religion.

9Ce sont là des modèles philosophiques d’intelligibilité de la religion, émergeant de l’histoire de la philosophie occidentale. Il faut reconnaître qu’aujourd’hui ces modèles ne sont pas reconduits en tant que tels dans les essais contemporains de philosophie de la religion où se trouvent privilégiées l’analyse sectorielle de l’expression religieuse et l’interdisciplinarité dans le domaine de l’appréhension du fait religieux.

III. La signification de l’interrogation philosophique de la religion

10Nous pouvons nous demander quel est véritablement l’intérêt d’une analyse philosophique de la religion, dans la mesure où les sciences humaines se sont approprié l’intelligibilité du fait religieux sous tous ses aspects.

11La philosophie de la religion ne prétend ni apporter de révélation particulière sur l’expression religieuse ni se substituer à telle ou telle science de la religion ni concurrencer telle ou telle discipline relative à la question religieuse.

12Pour obtenir une idée de la réponse possible à la question du sens de l’interrogation philosophique sur la religion, il serait nécessaire de penser la nouvelle situation épistémologique de la philosophie à partir de la genèse et du développement des sciences de l’homme. Aujourd’hui la philosophie se trouve dans un état de dépossession de ses contenus traditionnels. Elle est devenue une sorte d’opération intellectuelle-zéro qui pourrait se définir comme une instance critique de problématisation.

13Dans le domaine de l’étude de la religion, cette fonction essentiellement critique que représente l’exercice philosophique pourrait avoir deux perspectives de développement :

  1. une perspective épistémologique se traduisant par une réflexion critique sur les analyses scientifiques de l’expression religieuse ; c’est une réflexion nécessaire à la philosophie de la religion cherchant à élaborer son questionnement sur le fait religieux, qui resterait impossible sans les apports des sciences humaines et une authentique définition de son identité épistémologique ;
  2. une perspective métaphysique s’exprimant par la construction d’hypothèses critiques relatives à la vérité de l’expression religieuse, - au-delà de la question de la spécificité de celle-ci-, et au bien-fondé de cette expression en référence à l’intelligibilité de l’être de l’homme.

14Ces deux perspectives ne sont pas absentes des essais contemporains de philosophie de la religion (ex. S. Breton, J. Ladrière, L. Kolakowski, J. Poulain, etc.). Le double développement évoqué, épistémologique et métaphysique, nous paraît devoir traiter le religieux autrement que dans la perspective des sciences humaines dont les apports peuvent être intégrés à des problématiques typiquement philosophiques.

15En conclusion, nous pourrions retenir que la philosophie de la religion doit aujourd’hui se situer dans le champ des sciences humaines de la religion, en raison du processus de dépossession de la philosophie et du développement des analyses scientifiques de l’expression religieuse. Elle a à faire reconnaître son identité et sa spécificité. Mais sa situation présente nous paraît insuffisamment pensée du point de vue épistémologique. Sans doute est-ce sur de dernier point que son avenir est le plus incertain.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540