Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin après-midi. Séance dirigée par Jean-Daniel Candaux

Discussion

Texte intégral

1Les communications de F. Weil, J. Carriat, J. Schlobach et H. Duranton, dont l’objet est en grande partie commun, sont groupées en début de séance.

2La définition donnée par F. Weil des nouvelles à la main, sa distinction avec la gazette manuscrite, font l’objet d’un vif débat. Les problèmes de définition sont irritants ; on risque d’utiliser des critères fonctionnels modernes pour une réalité et un mot du XVIIIème siècle ; si l’on garde le mot ancien, il faut le définir comme les contemporains, ou employer le mot moderne (J. Ehrard), Peut-on ne considérer comme « nouvelles à la main » que le « manuscrit de Paris » (sous le régime de la « permission tacite » et visé par l’administration) ? L’expression ne recouvre-t-elle pas plus généralement toutes les nouvelles qui circulaient, dont F. Weil analyse les diverses formes et dont le dictionnaire projeté par F. Moureau fera l’inventaire ? La conscience du temps distingue les nouvelles sèches et tout ce qui est du domaine de l’interprétation (J. Sgard). Comment savoir si les nouvelles à la main étaient réservées ou non et à quels destinataires (R. Desné) ? Quelle était donc la clientèle des nouvelles à la main, visiblement non destinées à un large public. Les interrogatoires de police fournissent des listes (F. Weil). Des personnages en vue y sont cités, notamment du Parlement, de la cour des aides (D. Gembicki). Mais les nouvellistes arrêtés avaient intérêt à se couvrir avec ces patronages (G. Feyel), et les listes ne sont sans doute pas exhaustives. L’abbé d’Allainval rédigeait avec une équipe des informations variables selon les destinataires (J. Sgard).

3Les correspondances littéraires : peut-on espérer une édition exhaustive et moderne de celle de Grimm et Meister ? Des chercheurs ont établi des éditions critiques partielles ; la partie due à Meister est très large ment inédite. On peut souhaiter que la masse considérable de la correspondance littéraire de Karlsruhe soit publiée, mais est-ce possible (J. Schlobach) ? Un inventaire des collections qui existent de celle de Grimm, avec une table des articles et des ouvrages recensés et les identifications découvertes, sera publiée par la Fondation Voltaire d’Oxford (J. Varloot).

4Pour ce qui est du texte de la correspondance littéraire : les parties d’une livraison sont-elles juxtaposées au hasard, ou obéissent-elles à un ordre concerté ? Les contes de Diderot semblent y jouer ironiquement avec des textes qui les entourent (J. Proust). J. Schlobach ne remarque aucun principe d’organisation dans la partie due à Grimm, qu’il connaît mieux que celle de Meister, sauf dans quelques cas où Grimm a du temps et des matériaux qui s’y prêtent. Le Journal encyclopédique fait apparaître le même jeu sur les textes : l’écrivain se retrouve dans le journaliste (J. Wagner).

5La communication dH. Duranton oriente la discussion sur Voltaire, le rôle de provocation qu’il exerce sur la curiosité des journalistes, les affinités qui le lient au journalisme (J.D. Candaux). Il est artiste en fausses nouvelles, et écrit à ses correspondants exactement ce qu’il faut dire (F. Weil). Il oriente l’information et peut même récupérer ses lettres originales pour les refabriquer après coup, comme le prouvent les découvertes d’A. Magnan sur la correspondance avec Mme Denis à l’époque de Berlin (Cl. Lauriol). Quant à Voltaire « poète », H. Duranton rappelle que pour les érudits les « poètes » demeurent des espèces de bouffons sans réelle importance, intéressant surtout par leurs incartades.

6A propos de la communication de B. Maradan, J.D. Candaux demande si l’on doit reprocher au « bon vieux Nisard » de n avoir pas été rectifié plus tôt. La bibliothèque de Genève offre une série complète du Messager boiteux depuis 1707, qui aurait été plus concluante que la série discontinue de Colmar.

7Le Messager boiteux de Colmar ne paraît pas représentatif des almanachs « populaires » de l’Ancien Régime, où la prise en charge de l’histoire présente est beaucoup moins évidente. Il faut opposer à cet égard deux grands réseaux de l’information : les gazettes, avec leurs nouvelles fraîches et l’almanach qui offre des informations lentes, récurrentes, plus rurales et populaires, des « canards » inchangés d’une année à l’autre. Il ne sera concurrencé par la presse moderne dans son aire de diffusion qu’au milieu du XIXème siècle (Mme Andriès). Selon B. Maradan, les almanachs sensibles aux fluctuations politiques sont effectivement peu nombreux ; beaucoup sont immobiles, parfois jusqu’en 1870. Il convient d’étudier leur évolution par tranches de vie d’imprimeurs-libraires, et de tenir compte des héritages d’entreprises et des traditions familiales.

8Le texte de M. Fogel ouvre la question : s’agit-il d’information ou de fête, puisque l’événement est déjà connu lorsque l’annonce officielle et ritualisée atteint son destinataire (J.D. Candaux) ? Mais l’événement ne se réduit pas à la connaissance du fait : le système ritualisé contribue encore à le former (P. Rétat). Il faut tenir compte de la lenteur avec laquelle l’information pénètre dans les provinces, où le colporteur est attendu tous les ans (Mme Andriès). Enfin ce système d’information est la conséquence d’une théorie du pouvoir ; il réaffirme la présence continue du roi, et la représentation du prince en fait le sens, il est tout entier dans la maîtrise de la parole. Qu’importe dès lors que l’événement arrive au village avant la parole du roi ? L’idée du temps comme distance s’introduira peu à peu. Après 1750 ou 1760, un temps beaucoup plus rapide devancera celui de la monarchie. Les Te Deum, perdant leur efficace, disparaîtront alors (J. Wagner). Il faut faire entrer, dans la complexité de l’information, sa liaison avec le prince et ses interventions énonciatrices. M. Fogel sous-entendait ces données fondamentales du système dans ce qu’elle dit de la citation, et qui est amplement développé dans sa thèse.

9Le message ainsi articulé était-il compris du paroissien qui ne connaît que son patois (G. Couton) ? Ce système du pouvoir était conçu à Versailles (M. Fogel). La langue française n’est-elle pas partie intégrante du rite, comme le latin (G. Feyel) ? Il faut tenir compte aussi du fait que, selon le rapport de Grégoire sur l’uniformisation de la langue, les curés pouvaient traduire les textes en patois à leurs paroissiens (J. Wagner).

10L’information ritualisée du Te Deum a son correspondant dans la presse écrite : la « relation » de la Gazette (M. Gilot). De 1630 à 1670, la moitié environ du volume de la Gazette est constitué d’« extraordinaires », où se déploie une liturgie de « style pharaonique » (G. Feyel). En outre, l’information de la Gazette elle-même répercute l’écho des Te Deum : l’information écrite confirme le système ritualisé (J.F. Têtu).

11La communication de P. Rétat est une preuve des « caprices de l’histoire». La science des batailles qui fleurissait vers 1910, a disparu après. Il conviendrait de reprendre dans une autre optique l’iconographie de l’art militaire. Les « théâtres des guerres » ont d’abord été publiés en Hollande, et il faut y chercher l’origine de la cartographie militaire (J.D. Candaux).

12La lecture de la carte exige une compétence ; la carte complique la communication et suppose un imaginaire de l’espace (M. Jouve). Mais la planche encyclopédique, abstraite et dépouillée, exclut un imaginaire qui risque de ne s’y trouver que pour notre regard moderne ; le lecteur du XVIIIème siècle est habitué à manipuler ce système de représentation (J.C. Bonnet).

13Les plans font apparaître un « noyau » optique semblable pour toutes les batailles. Le graphique y est subordonné à l’écrit. Ils se présentent très souvent comme un organigramme (des corps de troupe, de la hiérarchie militaire qui les commande), c’est-à-dire comme un objet symbolique dont le rôle est commémoratif (M. Fogel). Le graveur traduit, en fonction de ses connaissances géographiques, les explications fournies par l’éditeur (Ch. Berkvens-Stevelinck).

14L’étude des récits et plans de batailles n’est qu’un aspect d’un problème plus général de la représentation de l’espace qu’induit la presse. Comment les sujets soumis à la presse s’imaginent-ils l’espace ? Un espace second se greffe sur l’espace géographique et doit être analysé comme stéréotype général imaginaire (Cl. Labrosse).

15La presse du XIXème siècle n’offre à peu près aucune représentation graphique de ce genre. Par exemple, l’année 1892 du Petit journal relate des batailles à l’occasion de la campagne du Dahomey ; mais seuls des dessins dressent un décor à l’appui du récit. La carte semble se développer au XXème siècle à proportion des photographies, donc paralèllement à une autre forme visuelle (J.F Têtu).

16En Angleterre, le Gentleman’s magazine contient de nombreuses cartes à partir de 1739 (A. Pailler).

17M. Jouve souligne dans sa communication le nombre extrêmement important de gravures satiriques qui subsistent au British Museum ou à la Bibliothèque nationale de Paris (environ 7.000), et l’excellence de l’inventaire anglais. Le grand tournant de l’apparition de la satire dans la presse se situe dans les années 1750-1760. L’absence de censure permet des représentations étonnantes ; une seule gravure de Gilray, à propos de la mort de Louis XV, est refusée par auto-censure. On ne trouve aucune femme caricaturiste. Les gravures offrent de la femme une imagerie négative et misogyne.

18Quand la caricature se libère du journal, le format se libère également, et devient un élément signifiant. Il se réduit de nouveau au XIXème siècle lorsque la caricature retrouve le journal.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540