Version classiqueVersion mobile

Recherches sur la socialisation démocratique

 | 
Guy Vincent

Avant-propos

Texte intégral

1Les textes ici regroupés sont divers par leurs dates, leurs occasions, leurs destinataires. Néanmoins, on y trouvera un thème central, abordé sous des angles différents, et une même méthode.

2Nous avions, dans des publications antérieures, avancé l’idée que les sociétés occidentales modernes pouvaient être caractérisées par un mode de socialisation dominé par la forme scolaire, en abrégé un mode de socialisation scolaire.

3Si le concept de forme scolaire est aujourd’hui largement repris, et, ce qui est beaucoup plus important, utilisé comme outil d’intelligibilité, de réflexion sur les pratiques d’enseignement, d’éducation, de transmission, il a été l’objet d’approfondissements dont l’importance est tout aussi grande : l’intégration à des théories du pouvoir, une élaboration d’un concept ou d’un paradigme de la socialisation, une théorie des formes sociales... Depuis quelques années, des recherches s’organisent sur ce qu’on appellerait la « socialisation démocratique », en donnant au terme socialisation une autre acception que dans la pensée commune ou même les théories psychosociologiques.

4De la socialisation scolaire à la socialisation démocratique, tel est donc le thème central de recherches poursuivies depuis deux décennies, et dont quelques-uns des principaux jalons, non publiés ou peu diffusés, ou publiés sous une première forme, sont présentés ici. Un texte final tente d’en dégager les enjeux, de tracer des perspectives et de les proposer à la discussion.

5Dans chacune de ces recherches, et dans l’ensemble ici agencé, est utilisée, et donc elle-même travaillée, une méthode, celle d’une sociologie historique. Il ne s’agit pas d’une histoire sociale. L’histoire humaine, telle que nous la concevons, n’est pas une suite de causes et d’effets. Elle ne cache pas, non plus, sous l’apparence de changements, la permanence de structures. Parler de formes historico-sociales, et définir ainsi le social, c’est précisément rompre avec ce structuralisme. Si toutes nos recherches accomplissent des va-et-vient entre le présent, le passé, le futur projeté, c’est que les acteurs eux-mêmes procèdent ainsi. Ils interprètent la situation présente par référence au passé et pour se donner un avenir. La sociologie compréhensive interprète cette historicité.

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search