Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Étudiants et le travail universitaire

 | 
Mathias Millet

Chapitre 6. L’emploi qu’ils font du temps

Texte intégral

  • 179 Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 36.

1Comme le montrent les changements qui surviennent avec le passage des enseignés de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, la question des emplois du temps institutionnels, de leur volume, de leur structure, s’avère déterminante dans la définition du travail universitaire. Plus ou moins volumineux, contraignants et structurés, les emplois du temps institutionnels avec lesquels les étudiants composent produisent de puissants effets de socialisation non seulement sur le travail universitaire (rythmes de travail, temps passé en cours, temps de travail personnel) mais également sur les styles d’existence des étudiants (heures de début et de fin de journée, occupation du temps “libre”, exercice d’une activité salariée). Les différents emplois du temps institutionnels constituent une contrainte de base dans les limites de laquelle s’inscrivent les variations interindividuelles, secondes, liées aux profils sociologiques des uns et des autres179. Un emploi du temps très contraignant multipliant les impératifs limite les latitudes comportementales des étudiants, et en réduisant le temps disponible limite les possibilités de voir apparaître tout une série de profils étudiants comme celui de l’étudiant salarié (à temps plein ou à temps partiel) ou encore certaines expériences comme celle de la flânerie. L’emploi du temps de la filière d’études force-t-il le respect d’horaires réguliers et structurés qui ainsi s’opposent aux situations objectives de dérégulation (absence d’horaires, horaires irréguliers, jours avec et jours sans, heures creuses, faiblesse des obligations et de l’encadrement) ? Exige-t-il une relative polarisation sur le travail scolaire ou permet-il à certains de diversifier leurs centres d’intérêt ? Quelle part fait-il au suivi des enseignements et au travail personnel ? Laisse-t-il s’exprimer les variations liées à la diversité des conditions d’études d’une même population ou contribue-t-il à homogénéiser les comportements scolaires par l’imposition de cadres temporels contraignants ? C’est ce que nous voudrions voir maintenant.

I – Rythmes et temps de travail en DCEM 1

2D’abord directement pris en charge par les cours privés qui entraînent aux épreuves du concours de première année, les étudiants doivent, dès la deuxième année, davantage apprendre à organiser leur travail sur le moyen ou long terme, en dehors d’un contrôle institutionnel qui viendrait prescrire le travail à effectuer. Globalement moins intensifs, les rythmes de travail demeurent soutenus par un emploi du temps chargé qui structure un rapport déséquilibré entre le temps disponible pour le travail personnel et le volume de travail à réaliser effectivement. Les étudiants médecins sont ainsi maintenus au travail et temporellement régulés par de nombreuses obligations universitaires.

1. Les contraintes d’une formation dédoublée

  • 180 Article 7 de l’Arrêté du 18 mars 1992, Guide Théraplix..., op. cit., p. 31.

3Si le DCEM 1 n’est plus comparable avec la première année préparatoire au concours, les étudiants doivent encore y remplir de nombreuses obligations universitaires. Ce ne sont pas tant les heures de cours, dont le volume est légèrement supérieur à ceux de la licence de sociologie, qui contribuent à rendre ces impératifs universitaires conséquents, que la formation dédoublée, universitaire d’un côté, hospitalière de l’autre, entamée par les étudiants médecins lors de la 3e année. Aux heures de cours viennent s’ajouter les heures de stages hospitaliers qui, mises bout à bout, fixent un emploi du temps organisé et impriment une régularité aux activités hebdomadaires. L’emploi du temps universitaire associe trois grands types d’activités. D’une part des enseignements magistraux, majoritaires parmi l’ensemble des enseignements dispensés, pour lesquels l’assiduité n’est pas impérative. D’autre part, des enseignements dirigés et des travaux pratiques pour lesquels l’assiduité est impérative. Enfin des stages hospitaliers, obligatoires également. Si les étudiants médecins 3e année n’ont pas plus de 23 heures de cours hebdomadaires, enseignements magistraux et dirigés compris, il faut donc ajouter celles, incompressibles, des stages hospitaliers et cliniques pour une durée de 16-20 heures hebdomadaires. Les étudiants de3e année doivent ainsi assurer globalement 500 heures de cours annuellement, dont 150 pour les TP et les ED. Ils effectuent trois stages hospitaliers obligatoires (en médecine, en chirurgie et en laboratoire), soit l’équivalent de quatre matinées par semaine pour un total de 384 heures de stages sur six mois. Considérant que seules sont obligatoires les heures de TP et d’ED et celles de stages hospitaliers180, les étudiants en DCEM 1 assurent environ 550 heures incompressibles de formation sur l’année. Au total, en comptant les quatre matinées hebdomadaires réservées aux stages hospitaliers et celle réservée aux TP et ED, les étudiants médecins assurent cinq demi-journées de formation hebdomadaire sur cinq mois. On mesure ainsi combien le DCEM 1 régule le temps de travail et rythme la pratique intellectuelle. Les étudiants médecins sont maintenus dans un état de travail : « Le matin, je vais à l’hôpital et l’après-midi je suis en TP parce que je les ai choisis en fonction (...) ça dure jusqu’à 4 heures, 6 heures ça dépend ». Les étudiants se lèvent de bonne heure chaque matin pour travailler : « La semaine on est obligé d’être à l’hôpital à huit heures, donc lever à six heures » ; « Je vais à l’hôpital tous les matins donc à partir de huit heures et demie maintenant » ; « Je commence donc l’hôpital à neuf heures »...

2. Des journées régulières consacrées à l’étude

4Le caractère extérieurement structurant de l’emploi du temps du DCEM 1 apparaît dans les réponses spontanément positives des étudiants médecins à propos de l’existence éventuelle, dans leur emploi du temps, de journées “ordinaires” (au sens de régulières), et dans les récits qu’ils en effectuent. Les journées décrites, à quelques nuances près similaires d’un étudiant à l’autre, sont dominées par les activités universitaires. Ces journées “ordinaires” sont des journées d’études et s’organisent selon des impératifs identiques. Ces étudiants se lèvent entre sept et huit heures pour se rendre à leurs stages hospitaliers qui débutent entre huit et neuf heures. Le stage clinique se prolonge jusqu’à la mi-journée, parfois même jusqu’en tout début d’après-midi, ce qui conduit parfois les étudiants à « manger sur le pouce ». C’est à ce stade de la journée que les variations les plus importantes apparaissent selon que les étudiants se rendent à tout ou partie de leurs cours dispensés l’après-midi ou selon qu’ils choisissent de ne pas y assister si les cours concernés ne sont pas obligatoires. Ces derniers rentrent alors chez eux ou se rendent dans un des nombreux cours privés (le CHA, CAPSUP) pour travailler les cours. Les autres se pressent pour suivre leurs cours, qui débutent généralement à deux heures. Enfin, une fois rentrés chez eux, ces derniers soit se détendent soit cherchent encore à travailler leur cours.

À la question, “y-a-t-il des journées qui se répètent dans leurs déroulements ?", cette étudiante répond : « Oui, ça c’est sûr ! » ; « Le matin, donc stage jusqu’à ffff ça dépend, une heure, une heure et quart, une heure vingt. Donc après, soit je mange sur le pouce soit je ne mange pas soit je mange à la cafette. A deux heures je reprends les cours jusqu’à 4 ou 6. C’est plutôt 4 parce que les deux dernières heures on les vire. Après je rentre à la maison. Je discute avec ma mère et avec les frères qui sont là éventuellement [...]. Puis après si j’ai le courage je vais travailler. Ensuite je mange, on mange tous en famille, et puis après je travaille un petit peu après manger » {Fille, célibataire, 21 ans ; Père : professeur de biochimie ; Mère : sans profession ; étudiante vivant chez ses parents}

« Le matin je me lève, je me prépare assez rapidement, je dois être à l’hôpital à 8 heures moins le quart, donc je travaille en ce moment comme aide opératoire, c’est un travail assez physique où j’apprends pas grand chose [...] je sors vers une, deux ou trois heures de l’après-midi, et puis je mange, chez moi, et ensuite au bout d’une heure à peu près, je me repose un petit peu, je repars à la fac et je travaille dans une salle de travail donc des cours polycopiés. Je travaille jusqu’à 7 heures à peu près, je reviens chez moi et c’est fini pour le travail » {Fille célibataire, 21 ans ; Père : Pépiniériste ; Mère : enseignante de Yoga ; studio en résidence étudiante}.

3. Ascétisme scolaire et travail personnel

5Les études, en DCEM 1, impliquent un niveau relativement élevé d’ascétisme scolaire. D’autant qu’aux heures de cours et de stage, il faut ajouter celles consacrées au travail personnel. En plus des horaires institutionnellement prescrits de la formation, les étudiants médecins fournissent un gros effort de travail personnel.

a) La prescription par le volume des cours

6Si le travail universitaire personnel des étudiants de DCEM 1 n’est pas contraint par une série de prescriptions régulières (contrôles, rendus), l’accumulation rapide et matériellement quantifiable d’une masse de cours à réviser fonctionne comme une sorte de déclencheur du travail ou de rappel à l’ordre, et joue sur la perception de la nécessité plus ou moins imminente de se mettre au travail. Le volume des cours accumulé par les étudiants est véritablement prescriptif tant il permet à ces derniers de mesurer matériellement l’état du retard ou de l’urgence dans lequel ils se trouvent. Ces étudiants expriment souvent leur souci de ne pas accumuler un retard mesurable (et mesuré) à l’aune des cours encore non travaillés qui s’entassent sur un bureau, une table ou un rayonnage. « Le plus fréquemment je reprends les cours tout de suite dans la semaine, sauf les cours où... par exemple il y avait, en ronéo... il y a des choses qui s’accumulent, des matières que je n’ai pas touchées du tout, l’anapathe [anatomie pathologique] par exemple, je n’ai pas touché encore le cours, (en me montrant ses rayonnages où les cours s’amoncellent) mais il va falloir que je m’y mette maintenant ». Le rythme des enseignements est relativement soutenu. Les cours étant encore au centre du dispositif pédagogique, les contenus s’accumulent rapidement. Dans ces conditions, les étudiants ont vite fait de prendre un retard difficile à combler. Le rapport relativement déséquilibré entre le temps laissé disponible par l’institution pour le travail personnel et le volume de travail personnel à réaliser maintient les étudiants médecins dans un état d’urgence pratique relative qui fonctionne comme une forte injonction au travail. Tout le problème consiste à tenir ensemble les différents domaines de la pratique : les heures de cours incompressibles, les heures de stages, et les heures de travail personnel qui viennent s’ajouter au reste. Si les étudiants suivent l’ensemble de leurs cours en plus des stages, il ne leur reste que quelques demi-journées, le soir, et les week-ends, comme temps de travail personnel.

b) Travail personnel et sérieux “professionnel”

  • 181 Verret M., Le Temps..., op. cit., p. 79.
  • 182 À leurs 23 heures d’enseignement et à leurs stages cliniques, viennent encore s’ajouter 23 heures (...)

7Dans ces conditions, les étudiants médecins accomplissent un travail personnel régulier. Ils déclarent s’efforcer au travail entre une et quatre heures par jour, hors périodes de révisions traditionnellement plus intensives, pour reprendre les cours de la journée ou de la semaine. Compte tenu de leur emploi du temps, ces étudiants travaillent régulièrement les soirs et les week-ends, exception faite de ceux qui, choisissant de ne pas assister aux cours magistraux, travaillent plutôt les après-midi. Si le fait de travailler le soir et le week-end peut être le signe, pour certains types d’étudiants ayant peu d’obligations universitaires, d’un dilettantisme ostensible notamment appuyé sur des conduites d’inversion temporelle et d’arythmie temporelle181, tel n’est pas le cas ici. Ces pratiques sont, au contraire, alors que ces étudiants doivent faire face à de multiples impératifs, le signe d’un grand ascétisme scolaire182 et sérieux “professionnel”. On voit là combien les pratiques n’ont de sens qu’en contexte, une même pratique pouvant recouvrir des significations différentes voire opposées d’un contexte à l’autre, ce qui implique de ne pas parler des étudiants en général.

« Enquêtée : Par jour, en dehors des cours et des stages, je ne travaille pas beaucoup... de deux à quatre heures (...) j’essaie de travailler régulièrement [...]
M.M. : Donc en général vous travaillez les soirs ?
Enquêtée : Tout le temps ouais ! Enfin le soir, après les cours quoi en général les cours se finissent à (...) bon ça dépend des fois, 4 heures, des fois 6 heures...
M.M. : D’accord, est-ce que vous travaillez les week-ends aussi ?
Enquêtée : Oui ! Le samedi matin samedi après-midi je vais à la bibliothèque de la Part Dieu, et le dimanche, il faut que je travaille ici, donc c’est aléatoire. J’essaie de travailler mais (...) je suis pas motivée ici (rires) » {Fille, célibataire, 21 ans ; Père : Receveur des PTT à la retraite ; Mère : Agent de bureau PTT ; habite un appartement en location avec une amie étudiante}

« Enquêté : Le travail pur au bureau et les choses comme ça, ça varie hein, surtout cette année ça varie pas mal par exemple l’an dernier c’était plus parce qu’il n’y avait pas les stages, [...] tandis que là avec l’hôpital et les cours ça se réduit pas mal à je sais pas, peut-être deux trois heures, mais pas plus hein
M.M. : Tu fais minimum deux heures de travail personnel par jour ?
Enquêté : Ouais ! Ouais minimum
M.M. : Minimum ?
Enquêté : Ouais ouais je pense qu’elles y sont [...] je fais un peu autre chose les week-ends, je travaille un minimum hein, au moins une demi-journée dans le week-end minimum, mais sinon je fais autre chose (...) sauf bien sûr quand il y a les examens, là on met le coup de bourre (rires) » {Garçon, célibataire, 21 ans ; Père : Kinésithérapeute ; Mère : Sténodactylographe ; Habite seul un studio en location}.

  • 183 Baudelot C. et al., Les Étudiants..., op. cit., p. 82.

8Un emploi du temps relativement chargé avec des horaires fixes et des obligations journalières qui régule le temps quotidien et hebdomadaire, un travail personnel volumineux qui n’autorise guère la flânerie, l’ensemble maintient ces étudiants en activité et imprime à cette dernière une cadence structurante. On peut conclure que les étudiants médecins se distinguent par une éthique de la besogne « en ce qu’ils privilégient dans leurs études les comportements d’investissement. (...) Assujettis à un travail en cours plus astreignant que dans les autres universités (...), ils s’imposent surtout un travail personnel plus considérable »183 qu’ils considèrent comme la condition sine qua non de leur réussite aux examens.

4. L’absentéisme, une conduite communément partagée

  • 184 Des associations d’étudiants assurent, dans chaque UFR et moyennant finances, la préparation et la (...)

9L’existence de cours ronéotypés pour les enseignements magistraux non obligatoires, établis et distribués par les associations d’étudiants médecins à leurs adhérents184, sous-tend des pratiques d’absentéisme fortes et régulières. Si les étudiants médecins qui ne suivent aucun des cours non obligatoires constituent une forte minorité, ceux qui ne manquent aucun enseignement de façon régulière constituent presque l’exception.

a) Un absentéisme stratégique

10Ces conduites d’absentéisme habituelles se comprennent fort bien lorsque l’on rappelle que le système des cours ronéotypés prend place dans un contexte qui associe à la fois un emploi du temps relativement lourd si l’on englobe les heures de cours et les heures de stages, et un important travail personnel. Le temps disponible pouvant être consacré à la réalisation du travail personnel est rare relativement au volume de travail personnel à réaliser et dès lors qu’un étudiant assume l’ensemble de l’emploi du temps officiel. Le rapport relativement déséquilibré entre le volume de travail personnel et le temps restant pour l’accomplir, de même que l’existence de cours ronéotypés, permettent donc de rendre compte de ces pratiques régulières d’absentéisme. L’absentéisme des étudiants médecins aux cours magistraux est une pratique collectivement organisée et institutionnellement tolérée. Son organisation fait qu’il n’a pas le même sens qu’un absentéisme “non encadré”. En manquant les cours, les étudiants savent qu’ils disposeront d’un support fiable de cours dactylographié. Il n’est pas besoin de “rattraper” les cours en empruntant les notes d’un camarade. Le système des cours ronéotypés offre ainsi aux différents étudiants qui peuvent manquer les cours sans dommage la possibilité d’aménager leur emploi du temps en fonction d’une stratégie de travail définie. Celle-ci peut certes varier d’un étudiant à l’autre et le principe de plaisir n’est pas non plus toujours absent dans les choix de suivre ou non les différents enseignements. Il reste que ces étudiants font preuve d’un esprit de “calcul” dans les raisons qui président au choix de suivre certains cours magistraux et de ne pas en suivre d’autres. C’est en invoquant des raisons scolaires que ces étudiants justifient le plus souvent le fait d’assister ou non à tout ou partie des enseignements non obligatoires.

— Libérer du temps pour le travail personnel

  • 185 Millet M., Les Étudiants de médecine..., op. cit., p. 384 et p. 430-446.

11Si les étudiants évoquent parfois, pour justifier leurs absences, des raisons qui relèvent davantage du principe de plaisir que du calcul (le manque d’envie, la fatigue), c’est le souci de libérer du temps pour le travail personnel, de soulager son emploi du temps, d’économiser ses efforts, qui prédomine dans les discours. Ces manquements scolaires ne sont généralement pas la conséquence de contraintes hétéronomes à l’univers académique comme celles par exemple qui découleraient d’une activité salariée (ou encore de charges domestiques, d’une démobilisation scolaire...)185, mais bien au contraire la conséquence directe d’une surcharge de travail, c’est-à-dire de contraintes endogènes, purement scolaires : « Si on vent travailler en dehors (...) on ne peut pas, c’est trop lourd, parce qu’on a cours de deux à six ». Toute la difficulté consiste à tenir ensemble le poids des stages hospitaliers effectués quatre matinées par semaine, celui des enseignements régulièrement répartis les après-midi de deux à six heures, celui enfin du travail d’assimilation de la matière professée. Comme nous l’explique l’un de nos interlocuteurs : « C’est de la folie, on est complètement coincé, on ne peut pas... assister à tous les cours donc heureusement on a un très très bon système qui nous permet justement de ne pas assister aux cours en ayant quand même des cours de qualité tapés à la machine ». L’absence régulière à tout ou partie des enseignements non obligatoires est ainsi le palliatif tout trouvé qui permet à ces étudiants de surmonter, au moindre coût, cette difficulté.

— L’absence aux cours magistraux érigée en système de travail

12Certains étudiants érigent cette pratique en système de travail, choisissant de ne suivre aucun des cours non obligatoires pour travailler directement à partir de leurs cours ronéotypés. Partant du principe que ces cours sont pris en notes et qu’ils leur seront redistribués, ces étudiants jugent inutile leur présence aux enseignements concernés et plus opportun de consacrer le temps ainsi gagné à la mémorisation des contenus de cours. Ne pas aller en cours est ainsi, pour les uns, le moyen d’être plus efficace dans son travail personnel en allégeant le poids de sa fatigue (« Si on va en cours l’après-midi, il faut qu’on travaille le soir et moi je trouve que je travaille mal avec tout cet emploi du temps »), et pour les autres, celui d’économiser son temps en s’épargnant un temps de travail superflu (« C’est du travail qui sert à rien ce que tu fais en cours »). D’autres encore profitent de ce système en choisissant d’assister exclusivement aux cours jugés les plus importants, comme la séméiologie (à forts coefficients), ou intéressants, estimant que le suivi de ces enseignements, par le seul fait de l’écoute attentive, facilite le travail de compréhension et celui, ultérieur, de mémorisation. En ne se rendant pas aux cours à faibles coefficients, ces étudiants libèrent par ailleurs du temps pour le travail personnel sur les domaines jugés les moins rentables. D’autres enfin éliminent les heures d’enseignement les plus tardives de la journée à la fois parce que, leur état de fatigue aidant, ils en ont “assez” et ne s’estiment plus suffisamment alertes pour les suivre efficacement, parce qu’ils souhaitent s’aménager un temps de repos avant de se remettre au travail le soir même ou encore pour travailler personnellement plusieurs heures (par exemple à la bibliothèque) avant de rentrer chez eux. C’est donc au nom de raisons scolaires, pour assurer leur travail personnel régulièrement sans accumuler un retard toujours difficile à récupérer, pour ménager leurs forces et économiser leur temps, que ces étudiants choisissent de manquer des enseignements magistraux en profitant pleinement des cours ronéotypés qui leur sont distribués. Sinon, « on n’a pas le temps de tout faire ».

« Je n’assiste pratiquement plus aux cours parce qu’on a donc des stages à l’hôpital le matin qui prennent pas mal de temps, pas mal d’énergie, si on va en cours l’après-midi, il faut qu’on travaille le soir et moi je trouve que je travaille mal avec tout cet emploi du temps, donc je préfère aller à l’hôpital le matin et travailler à la fac l’après-midi mais pas aller en cours, ou aller aux cours qui m’intéressent, je pense que c’est comme ça que font la plupart des gens de ma promo » {Fille, célibataire, 21 ans ; Père : Pépiniériste ; Mère : Professeur de yoga ; habite seule en cité universitaire, sans activité salariée (bourse d’études)}.

« Les cours c’est tous les après-midi normalement de deux à six [...] le matin, de toute façon, on est à l’hôpital ». « Cette année c’est impossible, le matin on est à l’hôpital, donc généralement on finit entre midi et une heure si c’est pas plus et on n’a pas le temps de tout faire. On a des TP obligatoires, si on veut travailler en dehors, on ne peut pas, enfin, seulement travailler nos cours, on ne peut pas, c’est trop lourd, parce que on a cours de deux à six. Même en allant pas en cours, moi je ne vais pas en cours non obligatoires, en allant qu’aux TP, j’arrive à avoir cours presque tous les jours à part mardi donc ça fait quand même pas mal ». « Comme je ne vais pas en cours, je n’ai pas le temps, j’apprends que sur la ronéo, (...) le temps qu’on perd à aller en cours, si on peut dire perdre du temps pour aller en cours c’est du temps de gagné après avec la ronéo c’est vrai j’avance vachement plus vite euh au lieu d’aller en cours ben j’apprends » {Fille, célibataire, 21 ans ; Père : Plâtrier-peintre ; Mère : Employée de crèche ; sans activité salariée et à la charge de ses parents}

b) Suivre les cours : une technique de travail à part entière

13De même que manquer les cours ou certains d’entre eux peut devenir une technique de travail et de gestion du temps, de même les dispositifs pédagogiques comme les polycopiés de cours ou les coefficients différentiels, qui déjà créent les conditions d’un rapport plus stratégique aux enseignements dispensés, contribuent-ils à changer les conditions de la présence des enseignés aux cours. Ces dispositifs encouragent les étudiants qui souhaitent malgré tout suivre les enseignements à le faire non par routine ou par obligation institutionnelle mais en fonction de l’intérêt qu’ils leur portent. Lorsqu’ils suivent les cours non obligatoires, ces étudiants sont conduits à le faire plus réflexivement, en fonction d’exigences explicites. Ainsi, pour certains, l’assistance à tout ou partie des cours devient une technique de travail à part entière, revendiquée comme telle. Elle est une façon de se familiariser avec les contenus dispensés par une première écoute qui facilite le travail ultérieur, plus systématique, d’incorporation réalisé à partir des supports de cours (notes manuscrites ou cours ronéotypés).

« Je ne sais pas si c’est le fait de prendre des notes mais c’est le fait d’écouter le prof d’être concentré euh de voir la logique ou le raisonnement qu’il a ou des trucs comme ça, ça aide bien, puis les anecdotes surtout je sais que c’est vraiment le truc euh pour plein de trucs j’essaie de trouver un moyen mnémotechnique euh donc je me raconte des histoires (en souriant) ou je ne sais pas ou j’imagine des trucs... Non le fait d’aller en cours ça aide vachement ça c’est sûr » {Garçon, 21 ans, Célibataire ; Père : Maître de conférences en anglais ; Mère : Professeur d’anglais au lycée ; Aucune activité salariée ; habite seul un appartement en location}

« Je préfère avoir le cours et la ronéo, mais bon pour les cours importants hein et les cours qui ne sont pas importants, pas importants entre guillemets, euh la ronéo me suffit
M.M. : Donc pour les cours importants, tu utilises la ronéo et en plus tu essaies d’avoir des notes de cours, pour quelle raison ? (...)
Enquêté : Parce que généralement on apprend plus rapidement avec son cours qu’avec la ronéo... parce que déjà tu étais au cours, donc euh...tu as déjà écouté le cours, tu y étais quoi donc euh forcément ça va beaucoup plus vite » {Garçon, 22 ans, Célibataire ; Père : Chirurgien ; Mère : sans profession ; colleur en anatomie ; habite seul un appartement dont la mère est propriétaire}.

14Assister à la totalité des cours non obligatoires ou à certains d’entre eux devient donc également, pour les étudiants qui ne perçoivent pas le système des cours ronéotypés comme un parfait substitut du cours lui-même, une technique de travail qui entre dans un schéma d’apprentissage explicite. La présence aux enseignements non obligatoires n’est plus perçue comme une simple nécessité ou un simple manque à gagner mais au contraire comme un gain de temps, celle-ci étant censée faciliter le travail de mémorisation qui, du même coup, s’en trouve moins long par la suite.

II – Rythmes et temps de travail en licence de sociologie

15S’il est des filières dont l’emploi du temps allie un grand nombre d’heures d’enseignement et un volume important de travail personnel comme les classes préparatoires ou encore la médecine, d’autres qui dispensent un grand nombre d’heures d’enseignement mais exigent relativement peu de travail personnel comme les IUT ou les BTS, d’autres enfin qui exigent davantage d’heures de travail personnel qu’elles ne dispensent d’heures d’enseignement comme le Droit ou les sciences économiques, la sociologie compte peu d’heures d’enseignement et exige peu d’heures de travail personnel.

1. Un temps de travail institutionnellement peu structurant

  • 186 Programme de la licence de sociologie, Guide de l’étudiant 1994-1995, op. cit.

16La licence de sociologie dispense 400 heures de cours réparties sur l’ensemble de Tannée universitaire, ce qui fait un volume d’environ 16-17 heures de cours hebdomadaire, contre 23 heures en moyenne pour DCEM 1 (excepté les heures consacrées aux stages hospitaliers). Sur ces 400 heures, 300 sont dispensés sous la forme de cours magistraux, c’est-à-dire sous la forme d’enseignements non obligatoires, pour seulement cent heures de travaux dirigés186. Seuls les travaux dirigés sont censés donner lieu à un contrôle des présences même si celui-ci n’est pas toujours effectif dans les faits. Les volumes horaires de ces enseignements obligatoires sont donc en sociologie moins importants qu’en DCEM 1 : 100 heures contre 150 en médecine. Les étudiants sociologues sont toutefois davantage astreints au suivi des cours magistraux non obligatoires ne serait-ce que parce qu’ils ne bénéficient pas d’un système de polycopiés de cours qui rendrait la présence en cours moins indispensable. La nécessité d’avoir à prendre en notes les enseignements pour en fixer les contenus et en disposer à son gré n’est certes pas une contrainte suffisante pour forcer l’assiduité. Au moins ne la décourage-t-elle pas en la rendant superflue. Elle encourage les étudiants à respecter un minimum d’assiduité et empêche de faire de l’absence aux cours une technique de travail quand bien même il reste toujours possible de rattraper un cours manqué sur les notes d’un camarade. En dehors de ces heures d’enseignement, les étudiants sociologues n’ont pas d’autre impératif universitaire que celui d’un travail personnel peu abondant. Si cette différence avec la médecine d’environ six heures de cours par semaine n’est pas négligeable du point de vue des rythmes universitaires et de la charge de travail à supporter, elle ne suffit pas à creuser l’écart entre les emplois du temps des deux filières. C’est au niveau de l’importance des obligations extra-académiques, souvent non comptabilisées par les études, auxquelles les étudiants médecins doivent faire face à travers le suivi de leurs stages hospitaliers, au niveau d’autre part de la régularité et de la cohérence des horaires institutionnels, enfin au niveau du déséquilibre entre le temps disponible pour le travail personnel et le volume de travail à réaliser, que l’écart clairement se creuse entre l’emploi du temps des étudiants sociologues et celui des étudiants médecins.

a) L’anomie du lever et du coucher

  • 187 Verret M., Le Temps..., op. cit., p. 691.

17Là où les étudiants médecins doivent impérativement se lever chaque matin pour assurer le suivi de leurs stages hospitaliers et voient leurs journées ponctuées par un certain nombre d’obligations, les étudiants sociologues ont affaire à des horaires disparates avec des journées à dimensions variables, avec cours et sans cours, débutant parfois à dix heures le matin et se terminant à dix-neuf heures sans en outre être toujours exemptes de temps morts. L’occupation du temps de travail est un problème majeur. Que faire de ses journées ? Comment les occuper ? Comment les organiser ? Comment pallier l’absence d’horaires fixes ? En sociologie plus qu’en médecine, « l’étudiant se trouve en effet dans la situation paradoxale, lors même qu’il sait devoir vouer son temps au travail, de ne savoir ni quel temps vouer à quel travail, ni même à quel travail vouer son temps »187. En l’absence d’un ensemble de contraintes institutionnelles extérieures susceptibles de scander les activités, ces derniers éprouvent, sauf ascétisme scolaire particulier, de grosses difficultés à se mettre au travail, ne serait-ce que pour se lever chaque matin et pour se coucher chaque soir. Ceci s’avère d’autant plus vrai que rien d’autre ne vient structurer de l’extérieur le temps quotidien des étudiants, une activité salariée, ou un père, une mère, un(e) concubin(e) qui travaillent et forçant ainsi le respect d’horaires.

« À midi c’est fixe parce que mon ami a tant de temps pour rentrer à midi donc c’est fixe... les heures de lever, non c’est pas fixe parce que parfois j’ai cours le matin, parfois je n’ai pas cours, donc il y a des matins où j’ai la flemme (sourire) » {Fille, 23 ans, sans activité salariée, vit en concubinage dans un appartement indépendant, concubin salarié, souhaite arrêter en licence}

« C’est le problème aussi je pense de la fac c’est qu’on commence pas tous les jours à huit heures donc il y a des jours où on fait la grasse matinée jusqu’à 10 heures et puis j’ai pas... c’est pas réglé, ma vie est pas réglée au jour le jour » {Fille, 21 ans, célibataire, sans activité salariée, vit seule dans un appartement indépendant, souhaite arrêter en licence}

« C’est complètement informel c’est euh... cette année j’ai la chance de... ne pas beaucoup avoir de cours le matin donc je dors de mon sommeil quoi » (Garçon, 22 ans, vit en concubinage dans un appartement indépendant, concubine étudiante, sans activité salariée, souhaite arrêter en maîtrise et peut-être faire un DESS)

b) Sentiment de dérégulation intérieure et situation objective de dérégulation

  • 188 Ibid., p. 704.

18L’irrégularité temporelle conduit les étudiants les plus en porte-à-faux vis-à-vis de l’université et de son système, à éprouver avec angoisse un fort « sentiment de dérégulation intérieure, produit par la situation objective de dérégulation »188 dont les manifestations peuvent être non seulement une absence totale d’horaire, une incapacité à se mettre au travail mais également un état de torpeur généralisé parfois proche de l’état dépressif qui, en tant que tels, révèlent des situations de grandes solitudes scolaires.

« Enquêté : L’année dernière j’ai carrément arrêté euh j’avais pas le courage... j’ai arrêté à peu près au mois de janvier je crois j’ai complètement arrêté d’y aller, j’ai un petit peu déprimé cette année et puis à la fin je me suis mis à travailler mais ffff, c’était déjà la fin de l’année [...] l’année dernière je me suis laissé aller en fait je suis resté ici (dans son appartement) j’ai vraiment rien fait je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça, et même la première année j’aurais... je crois que j’aurais plus bossé le mémoire parce que je ne l’ai pas rendu du tout en fait, au début je voulais le rendre à la séance de rattrapage et euh pendant les vacances je n’ai pas réussi à me mettre à travailler, ça m’angoissait, ça n’allait pas je n’arrivais pas donc euh voilà »
« Enquêté : Il y a deux types de journée, il y a les journées sans c’est-à-dire je ne me réveille pas donc je ne fais rien, et les journées où j’arrive à me lever tôt le matin, et je pars à la fac pour travailler parce que ici (c’est-à-dire chez lui) je ne fais rien [...]. Je ne sais pas comment expliquer ça mais ici j’ai toujours euh (...) (expire) (...) peut-être une angoisse quand je suis devant une feuille ou devant un livre, j’aimerais que ça soit fini déjà et donc j’ai dû mal à me concentrer dessus, je n’arrive pas à lire même un livre ici, un livre euh je veux dire... quelque chose qui me sert pour la fac [...]
M.M. : OK, et quand vous me dites il y a deux types de journées il y a donc celles-ci où vous ne vous réveillez pas, c’est-à-dire que vous dormez toute la journée ?
Enquêté : Je dors jusqu’à midi ou une heure donc après euh impossible de faire... je vais en cours parce que j’ai juste euh mes 4 heures, mes huit heures de cours sont dans l’après-midi et en général c’est pas avant trois heures, donc ça me permet de me réveiller à midi, parce que en général j’essaie de mettre mon réveil tous les matins pour me réveiller, pour aller travailler, et suivant le euh réveil le matin des fois je euh je réussis à me lever tout de suite, des fois c’est impossible, et à ce moment là je reste couché parce que en plus je ne sens pas vraiment euh l’obligation de me lever » {Garçon, 23 ans, concubin, location d’un studio, sans activité rémunérée, 3e année de licence ; Père : petit commerçant, CAP ; Mère : vendeuse, CAP}

19Si les étudiants médecins sont également confrontés à ce type de problèmes d’organisation du temps notamment en ce qui concerne la réalisation de leur travail personnel, le problème ne se pose pas avec la même acuité puisque, contrairement à la sociologie, la part du temps “libre” y est infiniment plus réduite. Non seulement les étudiants médecins ont affaire à des journées structurées mais le temps laissé disponible demeure une denrée suffisamment rare pour prévenir les laisser-aller les plus lourds de conséquence, les décrochages progressifs liés au manque d’encadrement des enseignés les plus fragiles scolairement.

2. Disparités interindividuelles et inconstance des emplois du temps

20Si, lorsqu’on interroge les étudiants sociologues sur le fait de savoir si leurs journées se répètent dans leur déroulement, certains décrivent une régularité, celle-ci s’exprime sur le terrain de la diversité interindividuelle qui rend impossible, tant les variations sont importantes d’un étudiant à l’autre, toute reconstruction d’une organisation journalière communément partagée. C’est le constat d’une fréquente inconstance temporelle “individuelle” qui prédomine, l’emploi du temps d’un même étudiant variant volontiers d’un jour ou d’une semaine sur l’autre au gré des circonstances et des événements, des vicissitudes de la vie, des obligations extra-universitaires, des envies ou des urgences du moment.

a) Des étudiants à temps partiel

  • 189 On trouvera une description de journées étudiantes également chez Erlich V., Les Nouveaux..., op. (...)

21Il est extrêmement difficile de se faire une idée précise de l’emploi du temps de ces étudiants, de dire, même approximativement, comment et à quoi ils occupent les heures de la journée ou quels sont leurs rythmes de travail. La raison en est simple : irrégularités, instabilités et variations priment dans une sorte d’inconstance temporelle permanente, comme en témoigne la modalité discursive récurrente par laquelle ces étudiants répondent à notre interrogation sur l’existence éventuelle, dans leur emploi du temps, de journées standards : « ça dépend ». Deuxième constat flagrant : outre les effets faiblement structurants d’un emploi du temps universitaire décousu, rares sont les étudiants qui brossent le portrait de journées tout entières consacrées à l’étude, organisées par elle, qui trouveraient en leur centre de longues séquences de travail. De nombreuses expressions en témoignent : « Je n’ai jamais de journée typiquement étudiante » ; « C’est rare que j’ai des journées complètes », ou encore « Il n’y a pas vraiment de journée ordinaire [...]. Peut-être que le mercredi et le jeudi ce serait vraiment deux journées étudiantes », qui suggèrent que ces étudiants ne sont “étudiants” qu’à temps partiel, à certains moments de la journée ou de la semaine. Les récits dépeignent des journées et des semaines à dimensions variables. Un emploi du temps pour les uns disloqué, qui alterne les moments de travail et les moments d’attente, les heures pleines et les heures creuses ; un emploi du temps hétérogène pour les autres, qui se répartit entre différents domaines d’activités, activités rémunérées, domestiques, universitaires, dont l’étude n’est souvent qu’une occupation parmi d’autres. Dans l’ensemble, ces étudiants déclarent ne pas avoir de “journées ordinaires”, leurs horaires variant d’un jour sur l’autre en fonction de leurs impératifs universitaires, des périodes de l’année, de leurs obligations extra-universitaires (domestiques, professionnelles...) ou de « l’envie » du moment. Troisième constat, ceux qui toutefois déclarent des journées-types ne les doivent pour les uns qu’à des impératifs extra-universitaires réguliers, notamment professionnels, qui imposent des horaires et structurent de l’extérieur l’ordre des activités, et pour les autres qu’à un ascétisme scolaire particulier étroitement lié à une projection sur le long terme de l’avenir dans la discipline, qui conduit alors les étudiants concernés à s’imposer une discipline de travail, et une discipline de vie, en dehors des contraintes universitaires extérieures et immédiates189.

b) Des journées partagées entre activité salariée et études

22Plusieurs lignes de partages, qui parfois se combinent, peuvent être établies entre les étudiants de cette discipline. On trouve d’abord des étudiants qui partagent leurs journées entre d’un côté l’exercice d’une activité rémunérée qui, pour l’essentiel, en constitue le cadre directeur, les activités universitaires de l’autre, et parfois même les sociabilités amicales.

« Ma journée type (en souriant) c’est d’aller au boulot le matin étant donné que c’est trois jours par semaine donc c’est le plus important [...] je me lève le matin à 7 heures moins le quart, je vais au boulot, j’arrive là bas à 8 heures. Cette année je travaille à Bron, c’est à cent mètres de la fac, c’est pratique. J’y reste jusqu’à midi et demi. Après en général... je commence à une heure après, soit à une heure, soit à trois heures, donc si c’est une heure j’y vais directement. J’ai mangé déjà au boulot donc ça c’est fait, faut que j’attende un petit peu, je fais une petite pause en attendant. Si je commence à trois heures, je vais à Auchan, faire des courses, je vais regarder des trucs [...] histoire que je m’occupe, ou alors je vais à la BU f...]. Donc ensuite il y a les cours, j’y reste le temps qu’il faut y rester (rires), après je rentre, je sais pas, sur les 6  heures, 6 heures et demi, 7 heures, ça varie... parfois je relis mes cours mais c’est plutôt rare (...) » {Garçon, 21 ans, célibataire, activité salariée à mi-temps, logement indépendant}

c) Des journées partagées entre obligations domestiques et universitaires

  • 190 Ce constat est confirmé par V. Erlich, ibid., p. 184.

23On trouve ensuite des étudiants qui partagent leurs obligations universitaires avec des obligations domestiques plus ou moins lourdes, les courses à faire, le ménage, les repas, la vaisselle, etc., qui, si elles n’imposent pas d’horaires précis peuvent malgré tout occuper une bonne partie du temps “libre”. Sont en l’occurrence plus particulièrement concernées ici les filles qui vivent en couple ou qui partagent leur appartement avec d’autres personnes, notamment de sexe masculin (un frère par exemple), et qui prennent ainsi en charge l’essentiel du fonctionnement quotidien190.

« Ça dépend des jours parce que en ce moment je suis souvent sur mon terrain en fait, parce que là je fais un dossier d’ethno sur les cimetières et donc je suis assez souvent sur le terrain et puis c’est pareil donc je suis obligée de partir tôt sur mon terrain je reviens, je mange, je fais la vaisselle, je repars, je passe un petit peu de temps en temps mais je suis toujours obligée de regarder l’heure pour savoir bon (sourire avec un peu de gêne) il faut revenir faire les courses, faire à manger, etc., et puis en fait le travail..., véritablement je crois que je travaille plus le samedi dimanche » ; « Il y a des jours où j’ai cours le matin donc ça me laisse l’après-midi de libre pour bosser, et les jours où j’ai cours l’après-midi, le matin en général, je vais faire les courses donc là j’ai pas du tout le temps de bosser. » {Fille, 22 ans, concubine, vit avec son frère cadet et son petit ami, logement indépendant dont les parents sont propriétaires, souhaite aller jusqu’en maîtrise}

d) Des journées au gré des jours et des impératifs

24On trouve également des étudiants (les 4/5e) dont l’étude constitue l’occupation principale mais qui composent leurs journées au gré des impératifs universitaires relativement immédiats (les heures de cours, un travail à rendre), de leurs éventuelles activités extra-universitaires, sportives, d’animation, rémunérées, au gré de leurs envies, le déroulement de leurs journées et l’organisation de leurs horaires variant en fonction de ces différents paramètres.

« J’ai pas de journée ordinaire, il y a des jours où je vais bosser pendant cinq heures sur un truc et puis pendant huit jours je ne vais rien faire, donc je ne peux pas vous dire je passe tant d’heures par jour euh à bouquiner à regarder mes cours à préparer mes trucs etc. (et ça varie en fonction de quoi ?) De mon humeur, de mon envie surtout, (en souriant) je travaille beaucoup à l’envie, et à l’intérêt » {Fille, 23 ans, vit en concubinage dans un appartement indépendant, sans activité salariée, souhaite arrêter la sociologie en licence} « (Réfléchissant) Une journée ordinaire ? Je ne sais pas, il n’y a pas vraiment de journée ordinaire parce que la semaine passe euh très vite, peut-être le mercredi et le jeudi ce serait vraiment deux journées étudiantes parce que c’est là où j’ai le plus d’heures de cours, donc ben le mercredi je vais à la fac pour 10 heures, bon de 10 heures à midi j’ai cours et ensuite j’ai trois heures de pause donc là je reste avec des amis et puis généralement on ne travaille pas [...], et puis ensuite j’ai cours jusqu’à 7 heures, donc c’est pour ça que je ne vais pas travailler en plus parce que jusqu’à 7 heures j’en ai déjà marre » {Fille, 21 ans, célibataire, habite un petit appartement en location, activité salariée les week-ends, souhaite arrêter la sociologie en licence}

e) Des journées consacrées à l’étude

25On trouve enfin de rares étudiants (n = 2) qui, par un ascétisme scolaire résultant de l’intérêt particulier porté à leur matière d’études et de leur projection dans le métier (faire un doctorat), consacrent l’essentiel de leur temps aux activités universitaires en s’imposant, en dehors même des contraintes universitaires, un emploi du temps rigoureux et régulier, centré sur le travail universitaire. On retrouve, par des voies différentes, la monochronie qui caractérise l’emploi du temps des étudiants médecins dont l’organisation est pour l’essentiel concentrée sur le travail universitaire.

« Au minimum le TAF de travail personnel minimum que je dois faire, c’est trois heures de lecture par jour, en deçà je ne me couche pas (...) aussi bien pendant l’année universitaire que pendant les vacances, donc je te dis, c’est toujours dans l’objectif d’atteindre la thèse ». « Je dirais même plus travailler parce que maintenant j’ai vraiment branché je dirais toute ma vie sur la socio. En début d’année je devais bien faire mes 7-8 heures de lecture par jour [...] je ne bosse pas particulièrement pour gagner de l’argent, vie sentimentale zéro, donc qu’est-ce que je fais, je remplis par la lecture donc je me retrouvais le soir encore à me faire 2-3 heures de lecture, parfois 4-5 heures ». « Mon but dans la vie, c’est d’être docteur, après je ne vois rien d’autres ». « Je ne vais pas buller [...] j’essaie de me fixer une discipline. [...] j’arrive sans avoir cours le matin à me lever à 7-8 heures » {Garçon, 25 ans, célibataire, logé chez ses parents, sans activité salariée, souhaite obtenir un doctorat de sociologie}

3. Tendance spontanée à l’action et temps de travail personnel

  • 191 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 20.

26Lorsqu’on interroge ces étudiants pour se faire une idée des heures qu’ils consacrent au travail personnel, les réponses disent encore la dérégulation temporelle, le spontanéisme et le faible investissement qui caractérisent leur travail universitaire. Malgré une grande disponibilité, ces étudiants consacrent peu de temps au travail personnel. Quelques heures par jour et par semaine lui sont généralement consacrées, et encore pas tous les jours ni toutes les semaines. L’enquête OVE191 permet d’établir que les étudiants de Lettres et Sciences humaines consacrent environ 16 heures de leur temps à la réalisation de leur travail personnel. Les étudiants sociologues interrogés pour cette enquête sont ordinairement en deçà de ce volume horaire. D’abord, l’estimation approximative que les étudiants sociologues, qui se risquent à l’estimer, donnent du temps effectivement consacré au travail personnel oscille entre quatre, cinq ou six heures hebdomadaires. « À côté des cours si je bosse trois-quatre heures par semaine, c’est vraiment le maximum, maximum ». « Ça varie entre quatre et six heures par semaine, c’est pas... Il y a des semaines où je ne travaille pas du tout mais il y a des semaines où je travaille plus que d’autres ». Ces étudiants invoquent ensuite l’impondérabilité de leurs pratiques. Ils ne savent souvent pas évaluer, même approximativement, le temps passé effectivement à la réalisation de leur travail, celui-ci fluctuant d’un jour ou d’une semaine sur l’autre en fonction des circonstances les plus diverses. Les propos tenus donnent à voir un investissement universitaire chaotique qui multiplie les journées entièrement chômées sans qu’il n’y ait là rien d’extraordinaire. Enfin, le travail personnel de ces étudiants est fortement dépendant de l’« envie », de l’« humeur » ou des « impératifs » immédiats, bien davantage qu’il n’est le résultat d’une organisation raisonnée ou d’une discipline de travail maîtrisée. Loin de brider les tendances spontanées à l’action, ces étudiants laissent libre cours à leurs désirs et travaillent au dernier moment sous la pression des événements, à l’approche des examens. Des expressions comme : « Ça dépend de mon humeur vu qu’on n’a pas d’impératifs, qu’on nous demande pas de faire ça ça ça pour telle date, ça dépend vraiment de mon humeur », résument parfaitement le rapport de ces étudiants au travail universitaire et l’expérience temporelle dominante qui trouvent pour première condition objective la possibilité, laissée par l’emploi du temps institutionnel, d’une organisation spontanée des activités.

« Ah il y a des jours où je travaille pas du tout, (faiblement) et il y a des jours où je peux travailler... euh 5-6 heures par jours (alors ça varie en fonction de quoi ?) ça varie en fonction (...) de euh je ne sais pas, il y a des soirs où j’ai envie de travailler et je travaille jusqu’à une heure du matin et il y a des soirs où je n’ai pas envie {Fille, 21 ans, célibataire, habite un appartement en location, activité salariée les week-ends, souhaite arrêter la sociologie en licence}.

« Ah ça c’est tellement (...) je ne peux vraiment, c’est... des fois je euh, pendant, aujourd’hui par exemple je pense que je ne vais rien faire et ce week-end j’ai bossé euh (...) 10 heures enfin (donc c’est variable) ouais c’est vraiment euh... (et ça varie en fonction de quoi ?) ben (en riant) des fois je suis motivée et des fois je ne suis pas motivée, quand j’ai du boulot je me mets au boulot, quand j’ai du travail je travaille, et sinon c’est plutôt quand j’ai envie. » {Fille, 22 ans, célibataire, location d’un appartement, sans activité salariée, souhaite poursuivre la sociologie en maîtrise}.

27Seuls échappent une fois encore à ces formes spontanées du travail universitaire, les étudiants de sociologie dont le rapport à l’avenir – déterminant dans ce contexte – les conduit à vouloir devenir enseignant-chercheur et qui puisent ainsi, dans ce projet et cette identification positive, la discipline (l’autodiscipline) nécessaire pour accomplir un travail personnel suivi.

4. Le suivi des cours : manquements épisodiques, principe de plaisir et obligations extra-académiques

28Si l’absentéisme n’est pas, en licence de sociologie, une pratique exceptionnelle, les étudiants sociologues s’avèrent plus assidus que leurs homologues médecins sans doute parce que, à la différence de ces derniers, aucun dispositif institutionnel ne vient suppléer leurs manquements éventuels, et que la présence aux enseignements reste, dans ces conditions, le plus sûr moyen d’accéder à la matière professée. Plus assidus, ces étudiants le sont en raison du caractère moins systématique et moins généralisé de leurs absences aux différents enseignements. Non seulement les étudiants sociologues qui manquent régulièrement tout ou partie des cours demeurent l’exception. Mais ils suivent, dans leur grande majorité, la plupart des enseignements qui leur sont dispensés, y compris les enseignements magistraux non obligatoires, leurs absences relevant davantage de manquements épisodiques et occasionnels. Contrairement à l’absentéisme pratiqué en DCEM 1 qui participe chez certains d’une véritable stratégie de travail, la pratique relève davantage, en sociologie, de comportements scolaires dilettantes (comme le fait de ne pas avoir envie d’aller en cours) que de comportements scolaires stratégiques, et trouve davantage pour principe des causes extérieures à l’étude (des obligations extra-universitaires) que des motifs purement universitaires (gestion d’un emploi du temps chargé). Dans l’ordre des motifs invoqués, le fait de ne pas avoir envie d’aller en cours et le fait de ne pas apprécier une matière ou un enseignant viennent en tête. Suivent ensuite les empêchements liés à l’exercice d’une activité salariée ou à des contraintes domestiques qui sous-tendent des manquements plus systématiques. Plusieurs catégories d’étudiants sont donc à distinguer.

a) Entre obligation professionnelle et principe de plaisir

29La première renvoie à la spécificité de certains profils étudiants que le recrutement en médecine, de par la sévérité de sa sélection sociale et scolaire, exclut d’emblée. Parmi les étudiants sociologues qui manquent régulièrement les cours, on trouve d’abord les étudiants salariés à plein temps, plus âgés que la moyenne, et qui, possédant déjà un métier, reprennent des études pour le plaisir d’étudier, à côté de leur activité professionnelle et en dehors de tout enjeu scolaire de certification. S’il est clair que ces étudiants sont conduits, par la force des choses et en raison de leurs obligations professionnelles, à manquer régulièrement les enseignements, ces impératifs extra-universitaires n’expliquent néanmoins qu’une partie de leurs absences. Pour ces étudiants, le principe de plaisir intervient de manière déterminante dans le fait d’assister ou non aux différents enseignements qu’ils peuvent effectivement suivre. Parce qu’ils reprennent des études sans autres objectifs que d’étudier pour étudier, ces derniers vont en cours pour le plaisir, parce qu’ils en ont le désir, et non par obligation, le fait de se sentir éventuellement obligé ou contraint apparaissant, dans leurs propos, comme la négation même de ce pour quoi ils reprennent les études. Ces étudiants sont fortement enclins à “sécher” les cours auxquels ils pourraient effectivement se rendre en dehors de leurs obligations strictement professionnelles. L’envie n’est pas toujours au rendez-vous. Ils estiment avoir mieux à faire sur le moment. Leurs préférences sont parfois ailleurs.

« J’ai jamais de journée vraiment étudiante [...]. Non, en général, quand je vais à la fac j’arrive en retard à un amphi et euh... et je pars euh bon j’essaie de suivre les cours mais c’est vrai que euh bon, la fac, tu rencontres des gens tu discutes et puis à la limite euh ça m’est arrivé souvent de ne pas aller aux cours d’amphi parce que je reste discuter dehors avec quelqu’un et bon je récupère les cours après ou je ne les récupère pas mais bon... » {Fille, 29 ans, Infirmière}

b) Un absentéisme de désinvestissement

30On trouve ensuite des étudiants qui, parce qu’ils ont largement décroché de leurs études, multiplient les absences et ne se rendent à la faculté que de manière très irrégulière. Les études de sociologie se situent en marge de leur existence sociale. Ils ne leur consacrent que peu de temps et d’énergie, travaillent à leurs moments perdus et sont investis dans d’autres activités, notamment salariées. Tout se passe comme si le fait d’être étudiant constituait moins un travail avec ses obligations, ses impératifs, ses enjeux, ses finalités, qu’une “simple” occupation parmi d’autres, souvent épisodique, valant davantage pour ce qu’elle leur permet encore de revendiquer au présent, à savoir le fait d’être étudiant, que pour l’avenir qu’elle est censée préparer effectivement. Bref, ces étudiants largement désinvestis de l’étude ne veulent pas « se prendre la tête » avec la faculté. Parmi eux, on trouve des étudiants qui ont décroché de leurs études au bout de quelques mois faute d’intérêt pour la sociologie mais aussi par oisiveté, faute d’avoir su résister, en raison d’un éloignement du contrôle parental (une décohabitation) par exemple et du faible niveau d’encadrement de la discipline, aux plaisirs de la vie immédiate, menée au jour le jour, comme ceux d’une sociabilité amicale non étudiante polarisée sur les activités festives, les voyages. On trouve également des étudiants qui exercent une activité à caractère professionnel, salariée ou non, en tant que surveillant dans le secondaire, ou en tant qu’objecteur de conscience, dont l’objectif est aussi de mettre un pied dans le monde du travail, de faire autre chose que des études, de ne pas être un “simple” étudiant, et de s’échapper à terme sinon des études du moins de la sociologie. Pour ces derniers, l’exercice d’une activité salariée interfère parfois avec leurs heures de cours et les empêche de s’y présenter. Mais encore faut-il voir que derrière l’incompatibilité d’horaires, l’exercice d’une activité rémunérée est ici une façon, outre le fait de subvenir à certains besoins matériels, de ne pas tout miser sur des études pour lesquelles ils manifestent peu d’intérêt et dont les diplômes ne sont pas toujours facilement négociables sur le marché de l’emploi. Derrière les pratiques régulières d’absentéisme, liées ou non à l’exercice d’une activité rémunérée, on trouve le caractère faiblement “mobilisateur” de la discipline.

« Pour l’instant je n’y fous pas les pieds (à la faculté) enfin pas vraiment non. Là depuis les vacances de Noël j’y suis allé pour les partiels mais sinon je vais récupérer les cours au dernier moment. J’y allais bien au début et puis j’ai décroché, enfin, pour plusieurs raisons pour euh... enfin déjà parce que bon moins j’ai d’heures et plus c’est dur d’y aller à chaque fois parce que c’est espacé, plus à chaque fois j’ai des trous donc je perds le rythme... [...] sinon non enfin ce que je disais au niveau des heures c’est que en fait le vendredi j’ai que économie... le lundi j’ai informatique, et le mardi j’ai rien, donc ce qui fait que j’ai vendredi samedi dimanche lundi mardi... où je n’ai rien quoi en gros, où j’ai quelques heures mais c’est même pas la peine d’y aller, donc ça me fait mercredi jeudi de cours, donc je sors jeudi soir euh je ne sais pas je commence à vivre autre chose pendant 5 jours, et au bout de 5 jours j’ ai carrément du mal à raccrocher... parce que souvent je pars dans mes trucs, des boulots ou des projets avec des copains des machins vu que j’ai carrément le temps devant moi je projette loin enfin je prévois des trucs qui durent puis après bon c’est sûr qu’après dans ma tête les cours deviennent accessoires puisque... (sourire)... ça ne fait plus partie des trucs euh importants de ma vie parce que ça ne me prend pas assez de temps » {Garçon, 22 ans, célibataire, colocation avec un ami non étudiant, souhaite arrêter la sociologie. Fait de la peinture, de la musique, voyage...}

c) Absentéisme occasionnel et contraintes domestiques

31Les contraintes matérielles de la vie domestique (ménage, courses, préparation des repas), généralement liées à l’habitation d’un logement indépendant, à une vie de couple ou à plusieurs, particulièrement lorsqu’elles sont nombreuses et par conséquent astreignantes, peuvent être la cause d’absences à répétition comme chez cette étudiante qui prend en charge, en plus de ses études, la gestion domestique du quotidien de son frère, étudiant en médecine, de son ami chômeur, et d’elle-même. Cette étudiante qui, même lorsqu’elle travaille à ses études, se dit toujours préoccupée par l’heure parce qu’il faut bien faire les courses, préparer à manger, etc., rate régulièrement certains cours afin de ne pas gaspiller son temps en aller et retour (un cours de deux heures lui coûte en réalité quatre heures de son temps si l’on compte le temps des trajets), et de conserver du temps pour son travail personnel.

« Il y a des jours où je travaille pas du tout. Il y a des jours où je travaille 4 ou 5 heures. Il y a des jours où je peux pas, j’ai pas le temps, par exemple demain, c’est jeudi, le matin je dois aller faire les courses, le temps de revenir et de faire à manger et de manger et de repartir à la fac je reviens ici il est six heures bon ben je vais travailler quand s’il est déjà six heures ? C’est pour ça que souvent je préfère pas aller en cours l’après-midi et puis me dire je reste ici et je bosse parce que sinon... puis c’est pareil après dès que je fais rien dans la maison ça ressemble à rien c’est vrai donc euh... » {Fille, 22 ans, concubine, logement indépendant dont sont propriétaires ses parents, vit avec son frère et son ami}

d) Manquements épisodiques et “manque d’envie”

32Hormis ces catégories d’étudiants qui manquent régulièrement les cours et dont les situations d’études restent assez spécifiques, les étudiants sociologues suivent les enseignements avec assiduité et ne les manquent que de manière occasionnelle. Les raisons de leurs absences se trouvent généralement liées à l’humeur du moment, à un enseignement ou un enseignant peu apprécié, dans certains cas à des activités extra-universitaires, éventuellement à un retour chez les parents le week-end ou à la préparation d’un examen. Le “manque d’envie” ou de “motivation” caractérise avant tout les étudiants sociologues les plus en porte-à-faux avec leur discipline d’études, c’est-à-dire ceux qui s’avèrent les moins enclins à y poursuivre leurs études sur le court ou moyen terme.

« Il y a des cours, enfin je fais pas mal de choses en dehors de la fac (notamment de la musique) donc c’est pas que ça m’oblige mais bon (sourire) j’ai des obligations en dehors donc il y a forcément des cours auxquels je ne peux pas aller... Mais il y a des cours où je me débrouille pour avoir les cours autrement parce que c’est infernal, c’est une cadence infernale etc... Il y a ffff l’éco, c’est ridicule son cours, c’est ridicule, mais le pire là c’est le cours de (X) en commentaires de textes (...) et son cours déjà il est le vendredi soir de 17 à 19, ce qui est extrêmement logique pour une vie étudiante... »

e) L’assiduité des étudiants mobilisés sur des enjeux scolaires

33Enfin, il est une dernière catégorie d’étudiants, déjà évoquée, qui revendiquent explicitement comme principe de travail le fait d’assister à l’ensemble des cours. Les étudiants concernés ont en commun de placer dans leurs études, à plus ou moins long terme, des enjeux fortement “mobilisateurs”, qu’il s’agisse d’une étudiante ou d’un étudiant qui, pour se réorienter au plus vite ou ne pas augmenter un retard déjà pris sur les années précédentes par exemple, ne se donnent pas le droit à l’erreur et souhaitent impérativement décrocher la licence ; qu’il s’agisse encore de ces étudiants qui, passionnés de sociologie, souhaitent obtenir un doctorat et mettre tous les atouts de leur côté. Pour ceux-là, s’astreindre scrupuleusement au suivi des différents enseignements fait partie d’une discipline de travail plus générale dans laquelle l’écoute attentive de la matière professée constitue un premier point d’appui du travail d’appropriation des contenus et de leur compréhension.

« Il me faut ma licence cette année donc c’est clair que j’ai d’autres objectifs qu’avant, mais j’ai changé, c’est ma méthode cette année, parce qu’avant j’étais plus comme l’ensemble des étudiants c’est-à-dire que euh... il m’arrivait de louper des cours, il m’arrivait de ne pas prendre toutes les notes, il m’arrivait de copier bêtement ce que disait le prof, mais maintenant non, j’ai plus le droit à l’erreur donc je m’accroche (pourquoi est-ce que vous dites que vous n’avez plus le droit à l’erreur ?) ben parce que j’ai 23 ans et que euh... et que il me faut ma licence cette année, je ne peux pas rester éternellement non plus euh... (chez vos parents ?) non chez mes parents ça c’est pas le problème, mais je ne peux pas me permettre de la passer par exemple en deux ans quoi, il me la faut cette année (c’est par rapport aux moyens financiers, c’est par rapport à votre patience personnelle ?) ben par rapport à mes aspirations euh je ne sais pas j’aimerais bien (sur un ton pudique) fonder une famille, trouver un boulot et tout ça enfin le truc classique donc j’aimerais... pas trop traîner quoi pour avoir ma licence » {Fille, 23 ans, obtient son DEUG de sociologie en deux ans puis arrête ses études durant deux années pour exercer une activité salariée ; Reprend une licence de sociologie à 23 ans et retourne habiter chez ses parents après avoir décohabité ; Père : Chef de chantier ; Mère : Assistante maternelle agréée}.

III – Conclusion

  • 192 Millet M., Les Étudiants de médecine..., op. cit., p. 421 et suivantes.
  • 193 On trouvera sur ce point un propos plus développé à partir de l’analyse des usages, variables, des (...)

34La comparaison interdisciplinaire et intradisciplinaire permet de rappeler, faits à l’appui, que l’on verse nécessairement dans la généralisation abusive à chaque fois que, s’agissant d’une population aux réalités sociologiques et pédagogiques aussi disparates, l’on formule des assertions qui, par la description de situations “moyennes” (ou supposées telles), cherchent, pour les recouper, à rendre compte du plus grand nombre de situations possibles, aussi diverses soient-elles et peut-être surtout malgré cette diversité192. Plusieurs lignes de partage démarquent les étudiants de DCEM 1 des étudiants de licence de sociologie enquêtés dans l’usage qu’ils font du temps. Une première ligne de partage se situe dans le volume des obligations universitaires que doivent remplir ces deux populations. Si les étudiants médecins n’ont guère plus d’heures de cours que leurs homologues sociologues, les stages hospitaliers qu’ils doivent obligatoirement assurer quatre demi-journées par semaine en plus de leurs enseignements doublent les volumes horaires à respecter. Les étudiants médecins ont chaque jour de la semaine un volume conséquent d’obligations universitaires (stages et TP/ED) à respecter. Autrement dit, ces étudiants n’ont d’autres choix que de consacrer le plus clair de leur temps à leurs activités de formation. Ceci reste vrai y compris dans l’hypothèse la plus basse, lorsque les étudiants manquent les cours non obligatoires, quand ceux qui, à l’inverse, assument l’ensemble de l’emploi du temps institutionnel de la 3e année ont des journées d’études entièrement pleines. Cette première différence renvoie à une deuxième ligne de partage entre les deux matrices disciplinaires. Inégalement resserré et chargé, le temps de travail scolairement contraint est aussi très inégalement structuré, et par-là structurant. Non seulement les étudiants sociologues ont peu d’heures de cours mais celles-ci se présentent souvent en ordre dispersé de telle sorte que les journées et les semaines d’études ne sont guère régulées. Alors que les journées et les semaines des étudiants médecins sont structurées de l’extérieur par des horaires réguliers qui les obligent à se lever chaque matin de bonne heure, à tenir un rythme, à respecter des horaires précis, l’exiguïté du temps de travail prescrit en sociologie laisse les étudiants “libres” de verser dans l’anomie du lever et du coucher, d’intéresser leurs journées ou leurs semaines à tout autre chose qu’à l’étude, de n’avoir pour emploi du temps que les heures de cours souvent décousues qui leur sont proposées. La comparaison entre les étudiants médecins et les étudiants sociologues montre de grosses différences dans les manières d’être à l’étude. Si les premiers font figure d’étudiants professionnels, exerçant à temps plein, les seconds donnent plus souvent l’image d’étudiants occasionnels, dans certains cas dilettantes, dans d’autres scolairement désœuvrés, exerçant à temps partiel, dont les journées sont souvent occupées par des activités extérieures à l’étude. Il découle de ces premiers clivages une troisième ligne de partage qui concerne le temps laissé disponible par l’institution. Si les variations repérables constituent déjà des éléments pertinents, elles recouvrent toute leur importance lorsqu’on les rapporte aux variations dans le poids du travail personnel à réaliser. Ce n’est pas la même chose de suivre un emploi du temps qui laisse peu de temps disponible pour le travail personnel alors que ce dernier prend (ou non) une place déterminante dans l’économie générale des pratiques. Selon les filières d’études, certains étudiants disposent comme bon leur semble d’un temps certes peu abondant mais relativement “libre” de toute astreinte scolaire, d’autres au contraire consacrent l’essentiel de leur temps disponible, bien qu’abondant, à la réalisation de leurs activités scolaires personnelles, abondantes elles aussi. Et l’on pourrait formuler les choses en sens inverse... De ce point de vue, étudiants médecins et étudiants sociologues ne sont pas logés à la même enseigne. Les premiers, dont l’emploi du temps prévoit de nombreuses heures de formation, doivent faire face à un déséquilibre relatif entre le temps dont ils disposent pour le travail personnel et la masse des cours à assimiler. C’est la raison pour laquelle ces étudiants cherchent à alléger le poids de leurs obligations universitaires et à libérer du temps pour la réalisation de leur travail personnel, cela au détriment de leur présence aux cours non obligatoires que le système des ronéotypés leur permet de manquer sans en supporter les conséquences les plus lourdes. Les seconds disposent d’un temps disponible incomparablement plus abondant. Si l’on peut également affirmer que, dans ce contexte, le rapport entre le temps disponible pour le travail personnel et le travail personnel à réaliser est lui aussi déséquilibré, c’est en un sens opposé. La difficulté principale inhérente à l’emploi du temps des étudiants médecins se situe dans le fait de devoir gérer la rareté relative du temps disponible pour le travail personnel. L’un des soucis majeurs est de ne pas accumuler un retard trop important et difficile à surmonter. Le problème inhérent à l’emploi du temps des étudiants sociologues est en quelque sorte inverse puisqu’il se situe dans le fait de savoir et de devoir gérer la relative abondance du temps laissé libre par l’institution193. Il s’agit là, davantage, de ne pas se laisser décrocher, de ne pas céder à la dérégulation, de ne pas se laisser surprendre par l’urgence de la dernière minute.

35L’énoncé de ces différences ne suffit toutefois pas à rendre compte des variations dans les efforts consentis pour le travail personnel par nos deux populations étudiantes. On constate en effet que les étudiants médecins font preuve d’ascétisme scolaire dans la conduite de leur travail universitaire en lui consacrant plusieurs heures journalières. Les jours entièrement chômés reste du domaine de l’exception alors que les étudiants sociologues se contentent souvent du minimum requis (un examen, un exposé, une fiche de lecture à préparer). Certes, les étudiants médecins disposent de latitudes temporelles nettement moins grandes pour effectuer leur travail personnel. Mais celui-ci, pas plus que celui de leurs homologues, n’est en 3e année directement prescrit par des exercices, des devoirs ou encore des partiels qui rendraient ces heures de travail personnel journalières inévitables. Autrement dit, les étudiants médecins pourraient être moins assidus dans la réalisation de leur travail personnel qu’ils ne le sont effectivement. De même, les étudiants sociologues pourraient faire preuve d’un plus grand ascétisme scolaire. Le temps libre dont ils disposent, ils pourraient l’utiliser, comme d’ailleurs certains d’entre eux, à la réalisation d’un travail plus régulier de recherches bibliographiques, de lecture, de prises de notes, d’écriture, de relecture des cours. Car leurs études, en dehors même de toute injonction impérative, font une place essentielle, au moins théorique, au travail personnel. L’ascétisme scolaire se trouve donc d’abord du côté des étudiants les plus sélectionnés qui suivent les études de leur “choix”, un cursus prestigieux, bref du côté de ceux qui ont le plus à gagner de leurs parcours et qui donc ont également le plus à perdre. Comme le montre l’analyse comparée des comportements d’assiduité vis-à-vis des enseignements ou d’investissement dans le travail personnel, l’appétence manque d’abord aux étudiants sociologues, c’est-à-dire à la population étudiante la plus dominée culturellement et scolairement, et dont les études présentent des enjeux (scolaires, professionnels notamment) faiblement mobilisateurs. Les étudiants sociologues qui se démarquent de leurs camarades par leur investissement, leur implication, leur mobilisation sur des enjeux scolaires, bref par un ascétisme comparable aux étudiants médecins, le doivent non à une spécificité disciplinaire comme ces derniers mais à la spécificité de leurs parcours, de leurs situations d’études personnelles et du rapport à l’avenir qui en découle (reprise d’études, absence de droit à l’erreur, projection en doctorat). C’est ainsi qu’il faut remarquer (c’est une nouvelle ligne de partage) que les écarts intradisciplinaires dans l’énergie et le temps consentis au travail universitaire sont inégalement accentués en sociologie et en médecine. Pour cette dernière, les comportements sont relativement homogènes alors qu’ils sont plus disparates en sociologie. Au principe des différences interdisciplinaires, on trouve l’inégale accentuation des différences intradisciplinaires, c’est-à-dire l’inégale homogénéité des publics étudiants et de leurs pratiques. Que l’on ait affaire à un emploi du temps resserré qui enferme les conduites dans des cadres stricts ainsi qu’à un cursus prestigieux d’un côté, et de l’autre à un cursus universitaire qui constitue le deuxième voire le troisième choix d’orientation sur la liste des préférences, dont l’emploi du temps plus souple autorise une gamme plus étendue d’investissements, n’est pas un élément à négliger dans la compréhension de ce phénomène. Tout se passe comme si les deux matrices disciplinaires pesaient d’un poids inégalement lourd dans la définition des pratiques de leurs étudiants. Si l’influence de la filière d’études reste, quoi qu’il en soit, prédominante, puisque ce sont les différences interdisciplinaires qui priment, les pratiques estudiantines sont, à l’intérieur de chacune des deux filières, inégalement sujettes à la variation interindividuelle des conditions d’existence. Si le temps passé à étudier dépend beaucoup plus du type d’études que des conditions de vie, il dépend toutefois inégalement, à l’intérieur même de chaque filière, de ces derniers paramètres. Les matrices disciplinaires brident inégalement les effets liés aux variations dans les conditions d’existence de leur population en les laissant ou non objectivement influer. Elles neutralisent avec une force inégale (en fonction de la sévérité de leur recrutement social mais également en fonction des niveaux d’encadrement) l’influence des caractéristiques primaires (origines sociales, scolaires, conditions matérielles) sur les pratiques, et donc l’effet des disparités intradisciplinaires susceptibles d’être générées par la pluralité de ces caractéristiques.

36Outre la sélection et la production d’un public étudiant socialement homogène par la double action du tri social et du travail d’imposition opérée à l’entrée du cursus (année du concours) qui déjà contribuent à harmoniser les schèmes d’expérience des étudiants, la matrice médicale renforce, par une action seconde, l’homogénéité des pratiques en soumettant son public à une série de cadres stables et réguliers qui limitent l’espace des appropriations possibles ou, si l’on veut, les effets liés aux inégalités dans les parcours et les conditions sociales. Incomparablement plus homogènes, les manières d’être étudiant sont en médecine directement dominées par les ressorts disciplinaires, internes ou endogènes à la filière d’études : perspectives d’avenir disciplinairement déterminées, enjeux scolaires et professionnels, programmes d’études définis, nature rigoureuse de l’encadrement, organisation explicite du travail universitaire. À l’inverse, les manières d’être étudiant qui, en licence de sociologie, apparaissent plus hybrides, sont davantage en proie à l’influence de ressorts extra-disciplinaires, externes ou exogènes à la filière d’études : place des études dans le cycle de vie (reprise d’études pour le plaisir, pour changer de formation, dans la continuité des études secondaires...), exercice d’une activité salariée, conditions de vie (logement, cohabitation ou non avec d’autres personnes), sociabilités amicales, relations familiales, responsabilités domestiques, vie en couple. De ce point de vue, les filières d’études se présentent comme des matrices de socialisation disciplinaire plus ou moins puissantes (à la manière d’un filtre plus ou moins poreux) qui enjoignent leurs étudiants à agir, à se comporter, à se déterminer, selon des schémas disciplinairement définis. Selon le caractère plus ou moins explicite de leurs prescriptions, le caractère plus ou moins réglé des actes du travail universitaire, le caractère inégalement tendu du tempo des pratiques, les matrices disciplinaires enrégimentent avec une force inégale leurs étudiants et leurs pratiques, et favorisent ou au contraire inhibent (tout simplement en ouvrant ou en fermant le domaine des possibles) les variations liées à l’influence des inégalités dans les parcours personnels et les conditions sociales.

Notes

179 Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 36.

180 Article 7 de l’Arrêté du 18 mars 1992, Guide Théraplix..., op. cit., p. 31.

181 Verret M., Le Temps..., op. cit., p. 79.

182 À leurs 23 heures d’enseignement et à leurs stages cliniques, viennent encore s’ajouter 23 heures de travail personnel, dont 7 le week-end. Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 21.

183 Baudelot C. et al., Les Étudiants..., op. cit., p. 82.

184 Des associations d’étudiants assurent, dans chaque UFR et moyennant finances, la préparation et la distribution de cours ronéotypés établis à partir de la prise en notes des cours magistraux par des étudiants délégués.

185 Millet M., Les Étudiants de médecine..., op. cit., p. 384 et p. 430-446.

186 Programme de la licence de sociologie, Guide de l’étudiant 1994-1995, op. cit.

187 Verret M., Le Temps..., op. cit., p. 691.

188 Ibid., p. 704.

189 On trouvera une description de journées étudiantes également chez Erlich V., Les Nouveaux..., op. cit., p. 182.

190 Ce constat est confirmé par V. Erlich, ibid., p. 184.

191 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 20.

192 Millet M., Les Étudiants de médecine..., op. cit., p. 421 et suivantes.

193 On trouvera sur ce point un propos plus développé à partir de l’analyse des usages, variables, des techniques scripturales d’organisation temporelle (agendas, calendriers, pense-bête, plannings, etc.) dans notre thèse, ibid.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site