Version classiqueVersion mobile

Les Étudiants et le travail universitaire

 | 
Mathias Millet

Chapitre 3. L’avenir du présent

Texte intégral

  • 51 Alors que l’espoir est à son faîte chez les étudiants médecins, ces derniers étant 89,5 % à déclar (...)

1Socialement situées dans un système d’enseignement supérieur hiérarchisé et hiérarchisant, les facultés de médecine et de sociologie accueillent des publics aux expériences scolaires et aux “attentes” fortement divergentes : consécration scolaire pour les uns, expérience de la relégation pour les autres ; sentiment de présider à ses propres destinées d’un côté, sentiment de dépossession face à leur destin scolaire de l’autre. C’est à travers ces expériences scolaires divergentes, liées à des espérances ou des déceptions, des succès ou des échecs, à des positions scolaires inégalement légitimes et rentables sur le marché scolaire et professionnel, que se constituent ou non les “projets” scolaires et professionnels des étudiants. Les situations universitaires présentes des étudiants et les chances objectives d’avenir qui leur sont associées étant elles-mêmes fortement dépendantes du passé social et scolaire de ces derniers, on comprend que les rapports à l’avenir soient fortement différenciés selon les matrices disciplinaires. Le sens (la direction et la signification) que les étudiants sont susceptibles de donner à leur action présente n’est jamais complètement dissociable de l’avenir objectif qui s’offre à eux et que leur filière d’études profile avec plus ou moins de clarté. Les degrés de certitude ou d’incertitude, de visibilité ou de brouillage associés à l’avenir d’une filière d’études, objectivement mesurable par l’importance de la dispersion des débouchés, par le temps moyen nécessaire pour trouver un emploi à la sortie des études de même que par le statut de ces emplois (CDI ou CDD), constituent une dimension essentielle du rapport des étudiants à l’avenir51. Du point de vue de la matrice disciplinaire, deux grands traits ont leur importance dans le rapport plus ou moins “confiant” ou “anxieux” des étudiants à leur avenir scolaire et professionnel, ainsi que dans la définition de “projets” d’avenir plus ou moins homogènes au sein d’un même public. D’abord, l’inégal rattachement de l’avenir professionnel au présent des études qui profile un avenir plus ou moins précis et identifiable à l’action présente. Lorsque l’avenir professionnel est solidaire de l’action présente, étudier n’est pas dissociable d’un projet professionnel et la définition de l’avenir trouve sa réponse dans la situation présente. En revanche, une séparation importante peut contribuer, lorsqu’elle se double de débouchés hybrides, imprécis et incertains, au décalage entre souci professionnel et présent des études, et faire du futur une question irrésolue et préoccupante. Ensuite, le caractère inégalement sélectif et prestigieux du cursus d’études suivi. Outre la reconnaissance sociale et scolaire que les filières les plus sélectives doivent au fait de pouvoir conserver la relative rareté des titres qu’elles délivrent, elles offrent généralement sur l’avenir, aux quelques étudiants sélectionnés, un ensemble d’assurances scolaires et professionnelles. À l’évidence, la sociologie n’offre ni l’un ni l’autre à ses étudiants. En tant que formation à dominante académique, elle ne prépare l’avenir professionnel que de manière détournée. En tant que formation peu prestigieuse, elle dispense des diplômes d’une valeur faiblement négociable sur le marché de l’emploi. En revanche, la médecine définit le présent en fonction d’un avenir professionnel précis doublé de débouchés assurés. À l’avenir tracé des étudiants de DCEM 1, qui autorise la projection des pratiques en offrant non seulement une perspective définie mais également des garanties sur le futur, s’opposent les impondérables des études de sociologie, les stratégies à court terme, les spéculations et les bricolages par lesquels nombre d’étudiants sociologues cherchent tant bien que mal à s’inventer un avenir. D’un contexte d’études à l’autre, la question de l’avenir se pose avec une inégale acuité et dans des termes différents. Une discipline comme la médecine, en subordonnant objectivement le présent des apprentissages scolaires à l’exercice d’une profession, ne laisse pratiquement aucun doute quant aux fins de la formation et quant à l’avenir ainsi préparé. Mais la sociologie, dont les débouchés restent incertains, définit une situation objective dans laquelle l’avenir des étudiants est indirectement lié à leur présent immédiat et où toute projection de ce dernier est rendue délicate.

I – Devenir médecin : un rapport évident et homogène à l’avenir

1. Sélection et confiance en l’avenir

  • 52 Guide Théraplix des études médicales, “Panorama des études médicales 1”, 1995/1996, p. 56-57.

2Par un certain nombre de leurs caractéristiques scolaires, les facultés de médecine occupent une position relativement singulière dans l’ensemble des UFR existantes. Le concours de fin de première année, la sélection qui en découle et le travail de préparation qu’il suscite, sont au nombre de celles-ci. Si, pas plus qu’une autre faculté, les facultés de médecine ne sont autorisées à sélectionner d’emblée les étudiants, le passage en deuxième année est pour sa part soumis à l’obtention du concours de fin de première année, qui limite le nombre de places offertes aux candidats. En raison des conditions particulièrement limitatives du concours (seulement deux inscriptions autorisées, numerus clausus draconien) et de l’affluence grandissante des candidats aux études de médecine, la sélection opérée au terme de la première année s’avère d’une extrême sévérité. Pour l’année 1994-95, le numerus clausus était fixé, nationalement, à 3576 places dont 238 places accordées aux UFR lyonnaises52, soit environ 60 places pour chacune des quatre UFR médicales lyonnaises. Les études médicales effectuant une sélection en début de cursus et non progressivement, année après année, les étudiants qui en franchissent le cap ne risquent plus, dès leur deuxième année, l’élimination.

  • 53 Directrice administrative de la faculté de médecine Lyon Nord.

3Cette situation n’est pas sans donner aux étudiants des assurances sur l’avenir. Désormais, jusqu’au concours de l’internat qui, dans le pire des cas, lorsqu’il se solde par un échec, empêchera ceux qui le désiraient de suivre une spécialité mais non d’exercer la médecine, les étudiants n’ont affaire qu’à de “simples” examens comme on en trouve dans toutes les facultés. La pression concurrentielle est derrière eux. Leur réussite n’est plus directement subordonnée, comme ce fut le cas pour le concours, à celle de leurs concurrents directs. Aussi, pour avoir réussi à franchir cette difficile épreuve du concours, sont-ils pratiquement assurés de braver sans trop de peine les suivantes, internat mis à part : « On n’est plus stressé par le concours maintenant. L’objectif c’est de faire des bons toubibs pour tout le monde ». À moins d’en décider autrement ou d’un malheur spécifique, ces étudiants sont certains « d’aller jusqu’au bout », de devenir médecin tôt ou tard. Et « ils peuvent le faire à leur rythme parce qu’il n’y a pas de limitation d’inscription, contrairement à la première année du premier cycle »53. Plus rien ne fait véritablement obstacle. « Ceux qui arrêteront, ça sera par décision, ça ne sera plus parce qu’ils n’y seront pas arrivés » nous confie l’un d’eux.

2. Subordination du présent des études à l’avenir professionnel

  • 54 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 78.

4La filière médicale reliant clairement l’avenir professionnel au présent des études, il ne fait de doute pour personne que l’apprenti médecin travaille à devenir médecin. Étudier, dans ce contexte, est nécessairement solidaire d’un projet professionnel. Préparant à l’exercice d’une profession socialement prestigieuse, aux débouchés patentés, il ne laisse guère d’incertitudes quant aux fins qui gouvernent l’action présente et quant à son dénouement. Les statistiques sont, en la matière, éloquentes, puisque les étudiants médecins sont de loin la catégorie étudiante la plus massivement optimiste, avec les élèves de classes préparatoires scientifiques, sur leurs chances d’avenir professionnel. Pas moins de 89,5 % d’entre eux, toutes années confondues, estiment qu’ils trouveront “plutôt facilement” et “très facilement” un emploi à la sortie de leurs études54. Autant dire que, pour l’étudiant de 3e année, la question de l’avenir contient davantage de résolutions et d’acquis qu’elle n’emporte d’inconnus ou d’incertitudes. Ce n’est déjà plus dans l’ordre de l’interrogation que l’on aborde, avec ces étudiants, le thème de l’avenir et du projet professionnel, mais bien plutôt dans l’ordre de la réponse. Tout juste se préoccupent-ils de la voie qu’ils souhaiteront suivre dans ce domaine : généraliste ou spécialiste et nature de l’éventuelle spécialité. La question de l’avenir ne recouvre ici ni le même sens ni les mêmes enjeux que pour les étudiants de sociologie. Les étudiants médecins connaissent leur future activité professionnelle. Ils savent que neuf à douze années d’études et plus leur seront nécessaires pour exercer la médecine de plein droit. Le cap du concours franchi, le souci de l’avenir trouve sa solution immédiate dans le présent des études. Il découle de ces conditions que les étudiants médecins, outre une forte proximité sociale sous l’angle du capital et du parcours scolaires, sont encore réunis par la définition d’un même projet scolaire et professionnel : devenir médecin.

3. Devenir plutôt spécialiste

5Hormis quelques exceptions, les étudiants de DCEM 1 sont encore trop jeunes dans le cursus pour déterminer une préférence sur leur orientation future. Ce n’est qu’en 3e année, lors des premiers stages hospitaliers obligatoires, que ces derniers commencent à se confronter aux divers champs de pratique de la médecine. Il leur reste trop de choses à explorer pour qu’ils soient dès à présent en mesure de déterminer la voie médicale qu’ils souhaitent prendre. Mis à part cette étudiante qui vint à la médecine pour devenir psychiatre (« Moi je voulais faire médecine pour être psy, et (en souriant) j’ai pas changé d’avis ! »), ces étudiants n’ont qu’une vague idée du type de médecine qu’ils souhaiteraient exercer. Ils commencent à y réfléchir, ont parfois des préférences. Mais ils ne sont sûrs de rien.

6L’indétermination face à la multiplicité des domaines médicaux en présence ne les empêche toutefois pas d’envisager préférentiellement leur avenir dans un des secteurs spécialisés de la médecine. Après trois années d’études, la figure du médecin généraliste ne séduit plus grand monde. Elle se voit supplantée par celle, plus valorisante, du spécialiste : « Ah non ! Il est hors de question que je finisse généraliste, (en souriant) que je finisse comme ça » ; « ça me paraît rebutant et morne et tout ». Comme l’exprime l’une de nos interviewées : « c’est vrai que quand on commence des études de médecine, il y a la tentation de devenir un grand spécialiste ». Voie royale de la formation médicale, le concours de l’internat obtient la majorité des suffrages (plus des deux tiers) d’un public étudiant déjà rodé aux épreuves concurrentielles.

« Enquêtée : Spécialiste oui ! Pas généraliste ! Bon, passer l’internat, ça c’est un objectif. Maintenant il y a pas mal de paramètres finalement qui rentrent en ligne de compte. [...] Mais en tout cas euh normalement l’internat. Mais dans quelle spécialité ? je sais pas encore. j’ai pas suffisamment fait de stages pour savoir exactement ce qui m’a vraiment intéressée. Parce que là j’ai fait seulement deux stages » {Père : Professeur de biochimie à la faculté de médecine Lyon-Nord, Directeur d’unité INSERM, Docteur en médecine, Docteur en biologie ; Mère : sans profession, BTS d’action sanitaire et sociale}.

7Le fait qu’il s’agisse d’études déjà longues et le souci de fonder une famille conduisent toutefois quelques étudiantes, issues de la bourgeoisie, à ne pas exclure d’exercer la médecine générale. Suivre une spécialité prolongera encore le temps des études et risque, à terme, d’entraver la réalisation d’éventuels projets familiaux. Cette préoccupation familiale, tempérant les ardeurs professionnelles, se retrouve, lorsqu’elle s’exprime, exclusivement du côté des jeunes filles, même si celles-ci ne sont pas nombreuses à évoquer cette tension entre projets familiaux et suivi d’études prolongées. Les garçons, pour leur part, ne sont pas portés à voir dans le prolongement des études une entrave à leurs éventuelles aspirations familiales, sans doute parce qu’ils sont traditionnellement déchargés des responsabilités d’éducation les plus lourdes et les plus coûteuses.

« Enquêtée : Ça va être fonction aussi de (...) (lassitude) de mon courage pour passer le concours de l’internat. Mais bon je vais le passer quand même parce que... c’est un concours difficile. Et puis bon euh il faut voir aussi ce qu’on veut euh, la vie de fam... Si on est marié, pas marié euh (rires). Bon y a ça aussi hein. Donc moi pour l’instant (en riant) ça va (rires). Mais bon euh ça compte quoi, aussi... Faut voir ce qu’on veut faire, ce qu’on recherche » {Père : Médecin généraliste ; Mère : sans profession, diplôme d’infirmière).

II – Les affres de l’avenir en sociologie

  • 55 Bourdieu P., Passeron J.-C., Les Héritiers, op. cit., p. 89.

8Là où les études de médecine définissent un futur professionnel précis qui leur est immanent, les études de sociologie laissent planer un flou qui n’est pas sans conséquences sur le rapport des étudiants à leurs études et à leur avenir. Dans ce contexte d’études, le souci de l’avenir se pose avec une acuité toute particulière. Les études de sociologie, en raison même de l’étroitesse de leurs débouchés professionnels, de l’incertitude et de l’indétermination des lendemains auxquels elles préparent, définissent une situation objective dans laquelle toute formulation du futur et toute projection de l’action présente sont rendues difficiles. Ni professionnalisante, ni en l’état actuel des choses suffisamment prestigieuse pour assurer un avenir rassurant, la sociologie offre pour toutes perspectives celles d’une possible mais incertaine réorientation ultérieure dans un cursus plus professionnalisant, d’un arrêt pur et simple mais aléatoire des études, du report indéfini mais inquiétant d’une entrée sur le marché du travail, ou encore d’un accès sélectif au 3e cycle dont les débouchés sont d’ailleurs souvent mal connus. Bref, les étudiants de licence de sociologie restent souvent, après plusieurs années d’études, « hantés par l’inquiétude d’un futur inquiétant parce qu’incertain et informulable »55 : « Il faut dire que moi je ne sais pas tellement où je vais dans mes études donc euh... donc ça m’angoisse un peu quand on ne sait pas où on va c’est vrai, on se dit qu’on perd notre temps et tout parce que je ne sais même pas ce que j’ai envie de faire après... », nous dit l’un d’eux. Les enjeux restent entiers à son endroit. Suivre des études de sociologie ne garantit en rien le devenir professionnel et, dans la plupart des cas, c’est hors discipline que l’on envisage son proche avenir. À maints égards, les étudiants sociologues interrogés ne peuvent faire autrement que de garder à l’esprit l’horizon préoccupant de leur avenir. Comme nous le raconte l’une de nos interlocutrices qui exprime le besoin de parler de ses incertitudes d’avenir avec ses proches : « C’est plus des interrogations sur mon avenir, sur ce que je pourrais faire, des choses donc qui m’aident à voir où est-ce que je pourrais aller quand je me sens un peu paumée là dedans (...) c’est important, il y a des moments où ça m’angoisse donc j’ai besoin d’en parler pour me sentir un peu soutenue, pour me sentir aidée... ». Ni sélectives ni professionnalisantes, les études de sociologie encouragent ainsi l’expression d’une diversité des attentes tant scolaires que professionnelles chez un public déjà disparate sous l’angle du passé social et scolaire.

1. L’avenir, ce futur proche inquiétant

a) Des études à court terme

9Dans l’ensemble, ces étudiants développent des perspectives d’avenir disciplinaires plutôt courtes. Plus des trois quarts de nos enquêtés (24) ne projettent pas au-delà d’une année d’études supplémentaire leur avenir en sociologie. Certains souhaitent obtenir leur licence de sociologie et se réorienter dans un cursus professionnellement plus qualifiant comme les IUFM (« je voudrais rentrer à l’IUFM et il me faut une licence donc. Je ne vois pas l’utilité de continuer après d’autant que ça ne m’intéresse pas suffisamment pour continuer. Si vraiment j’étais accrochée à la socio, oui, peut-être. Mais non ! Ça ne m’intéresse pas suffisamment pour continuer »). D’autres n’excluent pas de mettre un terme à leurs études dès la fin de la licence (« Je crois que je vais m’arrêter là parce que ça ne m’intéresse pas (...) je vais faire autre chose un petit peu que la fac... »). D’autres encore, prenant acte de leur indécision, envisagent une maîtrise de sociologie mais ne se risquent pas plus avant (« J’ai envie de continuer l’année prochaine puis après je verrai »). C’est dire combien le futur proche de ces étudiants s’inscrit en rupture avec leur action présente. Loin d’être l’exception, ces horizons bornés constituent l’“ordinaire” de cette population étudiante parfois pressée d’en terminer avec une discipline d’études qui trop souvent ne lui permet guère de s’inventer un avenir (« Je ne vois pas d’aboutissement »). On ne peut qu’être frappé par le nombre de ces étudiants qui pour n’avoir pas initialement souhaité entrer et étudier en faculté de sociologie ne souhaitent pas davantage y rester. Enfin, à cette projection disciplinaire sur le court terme qui déjà caractérise nos interlocuteurs sociologues, il faut ajouter la relative disparité des perspectives professionnelles évoquées par les étudiants. La diversité prime dans ce contexte d’études. École d’assistante sociale, École d’éducateur, IUFM, CPE, Orthophonie, École de commerce, Agent culturel, Technicien son, Enseignement et recherche, etc., constituent l’éventail des orientations scolaires et professionnelles citées. C’est encore sans compter avec ceux là mêmes qui restent dans le plus grand flou et ne savent pas dire ce qu’ils aimeraient faire.

b) Des perspectives conjuguées au conditionnel

10En outre, le constat de la forte disparité des perspectives se double fréquemment, dans les propos, d’une vulnérabilité discursive qui exprime à la fois la fragilité du capital confiance avec lequel ces étudiants composent et l’étendue des impondérables qui subordonnent la réalisation de l’avenir souhaité à une série de conditions dont les étudiants ne se sentent pas vraiment maîtres. On ne peut qu’être frappé par l’ampleur des précautions oratoires qui structurent leurs propos et par la méfiance qui les anime. Il faut parfois peu de choses pour bousculer un dessein pourtant prudemment élaboré. C’est dans une rhétorique du conditionnel que ces étudiants évoquent les perspectives d’avenir : « j’essaierai de rentrer à l’IUFM bien que ce soit compliqué mais je... ne désespère pas » ; « Si je réussis le concours » ; « Même si je ne suis pas prise » ; « Je compte normalement aller jusqu’à la licence » ; « Ça dépendra des événements en fait » ; « Je n’ai pas franchement de stratégie là dessus... » ; « je verrai » ; « Il y a plusieurs possibilités » ; « C’est soit je... soit je » ; « Et sinon... » ; « J’avance comme ça quoi, par pas ». Contrairement aux clercs d’élite qui trouvent dans les assurances du présent sur l’avenir permises par le prestige de leur formation les conditions nécessaires à l’oubli de soi dans le présent des pratiques, le souci de l’avenir est à son comble dans les filières qui, de par leur situation objective, prennent le moins en charge les chances et les préoccupations d’avenir (scolaires, professionnelles...) des étudiants qui pourtant comptent au nombre de ceux qui en auraient objectivement le plus besoin.

c) Les effets d’une difficile projection de l’action présente sur le sens des études

  • 56 Ibid., p. 87.
  • 57 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 79

11Ces incertitudes quant à l’avenir, ce sentiment d’être en situation transitoire, ou encore d’être sans perspective, ont d’importantes conséquences sur le rapport des étudiants à leurs études. « Un avenir lié au présent par trop de médiations »56 contribue à déréaliser le sens de l’action présente. Pour ceux qui effectuent des études dans un souci de qualification professionnelle, qui n’envisagent pas de devenir sociologue et qui développent des perspectives intradisciplinaires plutôt courtes, c’est la pertinence même des efforts à produire qui se trouve alors mise en cause, de même que le sens de l’action présente57.

« Enquêtée : Je ne sais pas. J’ai l’impression qu’on est... tous en socio mais qu’on ne sait pas franchement ce qu’on veut faire. Avec la socio, c’est aussi ça qui fait que...
M.M. : Mm. Vous tournez un peu en rond ?
Enquêtée : Voilà ! Voilà ! [...] La plupart du temps on ne sait pas ce qu’on fait là. Ça nous intéresse et en même temps c’est pas... Enfin, ça nous intéresse sans nous intéresser, c’est-à-dire qu’on est content d’être en licence de socio, il y a certains cours qui sont bien, il y en a d’autres qui nous passent au-dessus de la tête et puis bon on sait que pour avoir la licence, on est obligé de travailler. Donc on essaie de se motiver quand-même » {Père : Directeur d’entreprise, Docteur en chimie ; Mère : Assistante technique de son mari, Pharmacienne de formation}.

12À quoi faut-il se raccrocher, en effet, lorsque les pratiques présentes sont à ce point distendues de tout horizon professionnel et que toute projection dans le futur est rendue si difficile ? L’action d’étudier peut alors se vider de son sens et faire place à un sentiment de vacuité. Lorsque c’est avant tout sous la contrainte d’une sélection négative que l’on étudie une matière disciplinaire dont les débouchés sont peu prometteurs, la croyance minimale nécessaire à l’exercice assidu du métier d’étudiant peut alors faire défaut aux étudiants, et la matière d’études leur apparaître comme superfétatoire.

d) Un avenir qui reste à inventer

13Soucieux de leur avenir, nombreux sont les étudiants portés à imaginer, parfois dans le bricolage, des solutions d’avenir plus ou moins réalistes et optimistes. À maints égards, ces étudiants ont affaire à une forte contradiction. Ils sont entrés dans le supérieur avec l’espoir de s’armer pour affronter le marché du travail. Ils réalisent pourtant que leurs études ne renvoient à aucun contexte professionnel précis, si l’on excepte le métier d’enseignant-chercheur. Ces étudiants sont ainsi conduits, au cours de leur cursus, à un ensemble d’ajustements successifs. Faute de scénarii toujours réalistes, ils cherchent parfois leur salut professionnel dans les ressorts d’une débrouillarde imagination. Ainsi en va-t-il de ces étudiants qui misent explicitement, autant sinon davantage que sur leurs études, sur l’exercice présent d’une activité extra-scolaire, salariée ou non, dans l’espoir de se positionner petit à petit sur le marché du travail (« Je sais pas trop exactement pour l’instant, c’est un peu vague, j’ai des projets mais de toute façon je dois faire l’armée, je vais faire l’objection de conscience déjà pour acquérir une petite expérience professionnelle »). De même en est-il de ces étudiantes qui placent leurs espoirs dans le concours des IUFM, non pas toujours dès l’entrée dans l’enseignement supérieur mais souvent progressivement. Ou encore ceux qui, désengagés de leurs études, flairent le “bon coup” ou le “tour de passe-passe” qui leur permettrait, le moment venu, de se sortir d’affaire. À l’étude, on s’aperçoit que les manières dont se pose la question de l’avenir sont, en sociologie bien davantage qu’en médecine, fortement dépendantes des conditions sociales des étudiants. L’explication réside dans le fait que l’avenir n’étant pas tout entier résolu dans le présent de la formation, chacun y va de sa propre expérience, de ses relations, ou des opportunités du moment, pour définir d’éventuelles perspectives.

2. Des avenirs de l’entre-deux

a) Attendre et voir venir

14C’est à la suite d’une orientation décidée à la dernière minute, après avoir entamé un autre cursus d’études, ou en raison de “vœux non exaucés”, que les étudiants concernés ici ont entamé leur cursus de sociologie. Indécis, la question du futur est pour eux un dilemme tant elle reste informulable : « En fait je ne sais pas vraiment ce que je veux faire » ; « Je ne sais pas trop en fait » ; « Je me cherche encore un peu ». Ces étudiants n’ont pas d’idée précise sur le métier qu’ils pourraient exercer. Ils n’imaginent pas non plus leur avenir scolaire dans la discipline, en raison à la fois du peu d’intérêt qu’ils lui portent et de leur incrédulité quant à leur capacité à intégrer un 3e cycle. Le problème reste entier : ils n’envisagent pas de faire un doctorat ni même un DESS mais ne disposent pas de solution de rechange. Pour autant ces étudiants souhaitent poursuivre leurs études et non se risquer sur le marché du travail. Aussi sont-ils portés à différer le moment d’une décision qu’ils ne se sentent pas en mesure de prendre hic et nunc, gardant l’espoir que leur situation se décante par elle-même, au fil des ans. Ces étudiants avancent pas à pas, étape après étape, sur le court terme, dans un avenir quasi-immédiat (« Pour l’instant » ; « Pour le moment » ; « Là, j’essaie de bien finir un truc cette année »). Ils souhaitent poursuivre les études autant que leurs résultats le permettront pour aller... aussi loin que possible : « Si ça marche toujours bien, bon je vais essayer d’aller le plus loin possible » ; « Je vais essayer d’avancer au maximum ». Les études, même faiblement prestigieuses, restent un espoir sur l’avenir. Mais avant tout, elles constituent le moyen de retarder d’autant une entrée sur le marché du travail pour laquelle on se sait doté de maigres atouts. Dans ces conditions, la maîtrise de sociologie constitue l’unique solution réaliste à leur indécision. Ils ne s’aventurent au-delà de ce futur immédiat que pour dire leurs incertitudes : « Après je verrai », « Après, je ne sais pas », leurs angoisses : « Je suis un peu perdue », à un moment de leurs parcours où se fait plus pressant le souci de l’avenir : « On peut plus fermer les yeux sur ce qu’on est réellement en train de faire. Donc ou on abandonne, ou on tire encore un peu sur la corde ».

« Enquêtée : En DEUG, j’avais bien envie... indépendamment de tout ce qui peut se passer en dehors mais, comme ça, je me disais que j’aimerais bien continuer, mais c’était un peu un projet comme ça mais j’aurais bien aimé faire de la recherche. Et puis là en fait, plus ça va plus je sais plus en fait. Mais en tout cas je voudrais faire une maîtrise, j’avais envie de continuer l’année prochaine, puis après je verrai [...] Là, je suis un peu perdue moi (rires) » {Baccalauréat Al mention Assez bien ; Père : Enseignant à l’école des Arts Appliqués de Lyon – Artiste peintre, niveau baccalauréat ; Mère : Institutrice spécialisée en IM PRO}.

« Enquêté : Je pense que surtout en licence il y a un pont à franchir, parce qu’on se pose les vraies questions, il y a les problèmes des débouchés qui commencent à... se présenter. On se pose les vraies questions, ce qui fait qu’à la fin euh en licence je pense que c’est déterminant. C’est un tournant c’est plus euh... on peut plus fermer les yeux sur euh ce qu’on est réellement en train de faire. Donc ou on abandonne, ou on tire encore un peu sur la corde. C’est ce que je suis en train de faire là parce que je redouble et parce que... il faut, j’ai envie d’avoir, de finir le cycle bac + 3. [...] Je pense pas m’arrêter en licence. Je vais essayer de faire une maîtrise encore. Je me cherche encore un peu. Là j’essaie de... bien finir un truc cette année, et peut-être que ça va me relancer pour l’année prochaine [...] j’ai aucun projet professionnel donc euh je vais essayer d’avancer au maximum pour l’instant » (il redouble sa licence) {Baccalauréat B, mention Assez bien ; Père : Ouvrier cisailleur retraité, Analphabète ; Mère : Sans profession, Analphabète).

b) Vers une reconversion scolaire

15Pour l’essentiel de sexe féminin, ces étudiantes se différencient à la fois par un très faible engouement pour leur matière d’études qui, dans la plupart des cas, n’a constitué qu’un choix par défaut, par le fait de souhaiter arrêter la sociologie en licence, par la définition d’un projet scolaire et professionnel extra-disciplinaire précis, et par la fréquence de leurs investissements au sein d’activités extra-académiques. Plusieurs étudiantes avaient une préférence initiale pour la psychologie mais s’en sont vu refuser l’accès. D’autres ne sont venues à la sociologie que par le détour de réorientations. Enfin, on trouve des étudiantes pour qui la sociologie constituait l’orientation la moins déplaisante. Pour ces étudiantes, il ne s’agit pas de poursuivre leurs études de sociologie en maîtrise ou en 3e cycle, mais bien de viser un niveau donné de certification devant leur permettre une réorientation scolaire/professionnelle, IUFM, écoles d’éducateurs ou écoles d’assistantes sociales, plus généralement de travailleurs sociaux. Ce n’est pas leur avenir dans la discipline qui est en jeu mais le succès de leur réorientation qui passe par l’obtention de la licence. En entrant à l’université, ces étudiantes attendaient de leurs études une qualification professionnelle reconnue, et un métier. De ce point de vue, les études de sociologie ne présentent guère les assurances recherchées, et le passage à l’Université est souvent vécu comme une expérience déroutante dont il convient de s’extirper au plus vite. Notons que si quelques étudiantes sont entrées à l’Université avec l’intention d’y décrocher une licence pour se réorienter, la majorité d’entre elles s’est déterminée plus tardivement, en cours de cursus. Tout se passe alors comme si ces étudiantes cherchaient à rebondir, par le biais de concours, en convertissant le plus fructueusement possible le capital scolaire acquis. Ces étudiantes envisagent généralement plusieurs reconversions, y compris dans le cadre de formations accessibles sans la licence.

« Enquêtée : Alors, il y a plusieurs possibilités en fait. C’est soit... ptt, je réussis ma licence et mon dossier est pris à l’IUFM parce que je vais présenter les IUFM, même dans les écoles privées, enfin, écoles catholiques pour enseigner dans le privé, donc là je suis en train de faire les dossiers, soit... là je vais passer un concours d’orthophoniste, donc ça voudrait dire si je suis prise 4 ans encore, parce que ça dure 4 ans. Je recommencerais à zéro parce que en fait le problème avec la licence, enfin avec la socio, c’est que je vois pas d’aboutissement. Et je vois pas franchement vers quoi m’orienter, ne serait-ce que travailler dans un centre de recherche. Mais y a quoi ? Il y a 40 places pour tous les (en souriant) étudiants qu’on est donc... j’ai vraiment envie d’avoir un métier euh, enfin quelque chose de... un intitulé quoi déjà. Parce qu’en socio, j’ai pas d’intitulé donc euh... donc soit faire ce concours d’orthophoniste, soit rentrer à l’IUFM. Et sinon, si je ne suis pas prise, si j’ai ma licence et que je ne suis prise nul part, je vais en maîtrise de socio et je... recogite euh pour savoir ce que je veux faire quoi (sourire). J’avance comme ça quoi, par pas » {Père : Directeur d’entreprise, Docteur en chimie ; Mère : Assistante technique de son mari, Pharmacienne de formation}.

« Enquêtée : Ah bah jusqu’à la licence parce qu’après j’essaierai de rentrer dans un IUFM quelconque (rires). Donc jusqu’à la licence. Donc la licence il me la faut, et j’essaierai de rentrer à l’IUFM bien que ce soit compliqué mais je ne désespère pas [...] (parlant des critères de recrutements IUFM) ça a changé depuis que je suis en socio parce qu’en terminale quand tout le monde annonçait qu’on [pouvait être] instite euh on disait n’importe quoi. Donc on est tous maintenant en psycho socio et maintenant que nous y sommes tous, on nous dit qu’on peut pas y aller, qu’on veut plus de nous donc il faut tenter les IUFM dans des coins où personne ne veut aller, Reims, Lille... [...] Ah ben de toute manière je ne pense pas faire une maîtrise même si je suis pas prise aux IUFM, je le passerai autrement le concours mais je veux pas faire de maîtrise non ! Tt ! J’en ai un peu ras le bol (en riant) moi ». {Baccalauréat Al (oral de rattrapage) ; Père : VRP, CAP de mécanicien ; Mère : Secrétaire, CAP}.

16Ces étudiants effectuent leur année de formation en sachant déjà qu’ils se réorienteront prochainement. Envisageant leur avenir proche hors discipline, c’est avant tout le diplôme qui constitue le point de mire du travail universitaire. On suit ses études assidûment mais sans déborder d’enthousiasme. On fait son métier d’étudiant sans s’y oublier totalement. Les études ne sont pas synonymes de renoncements et se trouvent souvent concurrencées par d’autres domaines d’activités et par d’autres projets.

c) Désaffection des études et déréalisation de l’avenir

  • 58 Dubet F. « Dimensions et figures de l’expérience... », op. cit.

17Outre les catégories précédemment évoquées, on trouve encore quelques étudiants (4/30) réunis dans un même rapport déréalisé à l’avenir et dans un même désengagement des études dont l’un des exemples les plus typiques est celui de l’étudiant “pion”58. Ces derniers, issus de milieux sociaux scolarisés et pour partie indépendants de leurs parents (logements indépendants, “emploi étudiant”), bénéficient d’une situation matérielle et statutaire relativement confortable, étroitement liée à leur statut étudiant. Celle-ci leur permet de ne pas se vivre comme de “simples écoliers” dont ils se démarquent parfois ostensiblement mais comme de “jeunes adultes” responsables d’eux-mêmes, disposant de leurs revenus propres, en charge de la gestion de leur quotidien. Scolairement relégués mais socialement “obligés” à une scolarité supérieure malgré leur faible inclination pour la sociologie, ces étudiants se sont éloignés de la faculté qu’ils ne fréquentent plus que de façon sporadique (« Si un jour j’ai pas envie d’y aller (en cours), j’y vais pas [...] Je vais aux cours qui m’intéressent ») et ce au bénéfice des séductions plus immédiates d’une existence matériellement confortable et indépendante. Ces étudiants, qui ne doivent de profiter des avantages de leur situation professionnelle présente qu’à leur statut d’étudiant, trouvent paradoxalement en leurs études davantage d’intérêt pour les agréments matériels qu’elles autorisent hic et nunc par l’occupation d’un emploi spécifiquement étudiant que pour l’étude elle-même ou les perspectives d’avenir qu’elle dessine.

18Désenchantés et démobilisés, ils se sont détournés de leur métier d’étudiant et de leur matière d’études vis-à-vis desquelles ils entretiennent un rapport intellectuellement très critique. Leurs mots ne sont pas assez forts pour reprocher aux sociologues leur suffisance, leurs œillères, leurs carcans, leur méconnaissance des choses de la vie réelle dont ils font pourtant de “beaux discours”, le caractère déréalisé de cette discipline ou son inutilité politique. L’étude de la sociologie est présentée comme étant en fort décalage avec ce qu’ils vivent, avec les gens qu’ils rencontrent. « La sociologie n’intéresse que les sociologues », « gonfle » les gens qui n’en font pas. Détachés de la tutelle familiale depuis peu, ces étudiants aspirent à profiter des plaisirs de leur vie présente, à jouir pleinement des possibilités offertes par leur situation, de l’argent et du temps libre qu’elle leur confère. Bien loin d’être au centre de leurs activités, les études n’en constituent que l’antichambre. Tout se passe comme s’ils n’attendaient rien d’elles. C’est hors contexte universitaire que ces étudiants imaginent des scénarii d’avenir (aux allures parfois rocambolesques) d’où émergent à la fois le souci, en l’absence de projet précis, d’échapper le plus longtemps possible aux contraintes les plus patentes d’une entrée sur le marché du travail, de continuer à profiter des “libertés” offertes par leur situation présente, des plaisirs de la vie, mais également celui de “flairer” le “bon coup” ou le “tour de passe-passe” qui, le moment venu, leur permettrait de se sortir d’affaire à bon compte, de convertir une objection de conscience en expérience professionnelle, de se servir des années passées à travailler comme surveillant dans la fonction publique pour accéder à ses concours internes...

« M.M. : Est-ce que vous savez jusqu’où vous voulez aller, ce que vous voulez faire ?
Enquêté : Euh (...) (en souriant) pas exactement en fait (rires). Je pense que cette année euh étant donné que je ne sais pas trop... de peut-être euh pas me forcer à avoir ma licence tout de suite étant donné que j’ai droit à un an, d’autant plus par rapport à mon boulot. Parce que je n’ai pas la moindre idée, du moins si, je vois plus ou moins, je peux par rapport à mon boulot passer pas mal de concours de l’éducation nationale puisque là ça va faire quatre ans que je suis dans l’éducation nationale donc à partir de quatre ans, en étant surveillant, on peut commencer à passer les concours internes. C’est aussi pour ça d’ailleurs que je veux faire durer la fac quoi, parce que tant que je suis à la fac j’aurai ce boulot, donc je préfère. Donc j’ai peut-être des possibilités de ce côté-là, il y a pas mal de concours, certains concours de profs... CAPES de sciences éco qu’on peut passer en interne, (...) bon y a pas mal de choses dans ce genre là qu’on peut passer.
M.M. : Donc si j’comprends bien en fait euh l’idéal ça serait de rater la licence pour en refaire une autre ?
Enquêté : Pour avoir un petit peu plus de temps [...] ça m’arrange plus de faire une licence étant donné que je n’ai pas vraiment de schéma professionnel et que j’ai pas vraiment les... les motivations pour aller au boulot, pour aller me faire mes... mes 30 heures par semaine et pour avoir tout ce qui s’en suit. Moi, j’préfère être étudiant qu’autre chose. (...) j’ai différents plans, bon le boulot de pion, ça dure sept ans du moins... ça dure au maximum sept ans, dans la limite d’avoir 29 ans. Là, j’en suis à ma quatrième année, le chômage, on l’touche que si on a fait les 7 ans, (en souriant) ça m’intéresse, ça serait bien de toucher un an d’chômage, bon de calculer avec un an d’chômage pour partir à l’étranger. Avec ça j’ai mes deux années, j’ai mon armée que j’compte faire en coopération (...) donc euh en comptant les deux ans d’armée, et par mon boulot, j’peux prendre un an pour partir, me lâcher pendant un an et faire ce que je veux pendant cette année la, partir, donc c’est pas mal de plans qui m’intéressent vraiment plus que d’avoir un boulot et passer des concours et tout ça. À la rigueur, passer des concours et tout ça m’intéresse mais je ne sais pas quand j’aurai 29 ans ou 30 ans quelque chose comme ça mais pour le moment j’préfère prévoir bon j’me prends deux ans d’armée j’vais au Brésil ou je ne sais pas où, après je me prends un an où j ’pars par exemple faire une maîtrise au Québec ou à Chicago (...) donc où j’profiterai du fait que j’puisse lâcher mon boulot pendant un an et revenir (...) et en tout arriver à sept ans de boulot pour toucher un an de chômage et j’me pose pendant un an, à la fin où j’verrai tout ça » {Baccalauréat B (oral de rattrapage), 21 ans, surveillant d’externat à mi-temps ; Père : Directeur financier dans l’import-export, diplômé d’école de commerce ; Mère : Professeur de français certifié}.

19Ce rapport clairement désinvolte et aventureux à l’avenir, qui semble fonctionner comme une fuite en avant, s’éclaire lorsqu’on considère les contradictions dans lesquelles ces étudiants sont pris. D’un côté, ils goûtent aux satisfactions d’une indépendance économique et matérielle qui, en même temps qu’elle flatte leurs velléités d’autonomie et procure un ensemble de profits immédiats, contribue à les détourner des profits ultérieurs, au demeurant douteux, d’un investissement scolaire. Mais d’un autre côté, ils ne doivent d’occuper un emploi qu’au fait d’être étudiant. Les deux aspects de la question sont pour eux intrinsèquement liés. Cette situation est donc, par définition, de nature provisoire et transitoire. Tout incite donc ces étudiants à conjuguer leur vie au présent. Leurs études d’abord puisqu’elles sont devenues le moyen de leur indépendance (de mener une vie adulte “autonome”) à laquelle ils ne sauraient prétendre dans les mêmes conditions sur le marché du travail. Les profits associés à leur emploi étudiant ensuite dans la mesure où ils sont, à terme, sans avenir, puisque limités dans le temps. Dans ces conditions, on comprend que ces étudiants puissent être davantage portés à rechercher dans des solutions aventureuses le moyen qui leur permettrait de profiter le plus longtemps possible des avantages de leur situation actuelle qu’à envisager leur avenir, et par-là même le présent, avec réalisme. Ce faisant, ils bénéficient à la fois des avantages de la vie étudiante sans en supporter les conséquences négatives telles que la dépendance économique et domestique, et des avantages de la vie active (revenus, indépendance) sans en subir les aspects les plus contraignants en terme par exemple d’horaires, de rythme ou de pression.

d) Les études de sociologie, une entreprise d’adoption

20Deux étudiants de sociologie enquêtés sont concernés ici. Passionnés par leurs études, tentés par la recherche, ils se distinguent de leurs congénères par l’intérêt qu’ils portent à leur matière d’études, la place prépondérante qu’ils donnent à l’étude sur tout autre activité sociale, et par le fait d’envisager leur avenir scolaire, voire professionnel, sur le long terme dans la discipline. Faute d’avoir eu la “précocité” de la “vocation”, on peut parler de leurs études de sociologie comme d’une véritable entreprise d’adoption. Tous deux sont venus relativement tardivement à la sociologie, au terme d’un parcours déjà bien rempli et par des chemins détournés. À reconstruire leurs parcours respectifs, on ne peut manquer de noter ce que leur orientation en sociologie avait d’improbable tant cette perspective était éloignée de leur parcours initial. Bref, ces deux étudiants n’entament des études de sociologie qu’à la suite de revirements plus ou moins radicaux. Plus âgés que leurs homologues, ils ont une longue histoire sociale derrière eux lorsqu’ils entrent en sociologie. Ils ont déjà arrêté leurs études et exercé une activité professionnelle. C’est précisément dans le rejet de la vie active ou de leur situation professionnelle d’alors qu’ils justifient la reprise d’une activité estudiantine.

À seulement 29 ans, cette étudiante, d’origine étrangère, a déjà une riche expérience professionnelle derrière elle. Diplômée en chimie à la suite d’une première formation supérieure, elle travaille durant plusieurs années comme laborantine en biochimie dans différentes universités de divers pays : « J’ai travaillé un an en Afrique du Sud, j’ai fait de la recherche en biochimie, ensuite quatre ans à Bâle. Bon, c’est à l’Université. [...] j’ai eu un travail aux États-Unis. Là j’ai travaillé pendant 6 mois. En fait j’avais un contrat pour trois ans que je pouvais renouveler, en Californie, je sais pas si tu connais : Stanford, c’est une grande université [...] (Tu étais chercheuse ?) Assistante de recherche. En fait j’avais mon propre projet et je faisais la même chose que les chercheurs ». Laborantine, elle jouissait d’une situation professionnelle plutôt valorisante et stable dans une branche assez spécifique, la biochimie, qui, de surcroît, lui donnait l’occasion de voyager en travaillant à l’étranger, ce qu’elle appréciait par-dessus tout. Mais lorsqu’elle décroche son travail aux États-Unis, elle pense être au point culminant de sa carrière : « En plus comme j’étais assistante... je sentais mes barrières, je pouvais plus... évoluer en fait. J’avais atteint euh dans l’échelle hiérarchique ce que je pouvais faire. C’est pas par rapport au salaire et tout ça, mais pour mon boulot, pour faire des trucs euh intéressants. Et si je voulais évoluer, il fallait que je recommence aussi les études. Et là je me suis dit je vais faire autre chose ».

Cet étudiant a 25 ans au moment de l’enquête. Il abandonne ses études secondaires en classe de terminale. Il ne passe pas le baccalauréat. « J’ai arrêté quelques mois avant le bac. (En expirant) De là j’ai travaillé un moment par intérim, j’ai chômé un moment. Je suis parti à l’armée ensuite. À l’armée, ça a fini plus ou moins en queue de poisson (rires). J’ai eu droit au service psychiatrique pendant un mois à l’armée. Donc, après 6 mois d’armée [...] c’est là que j’ai compris. [...] Comme la vie professionnelle me plaisait pas, la vie militaire non plus, j’ai passé une équivalence au bac en cours du soir à Lyon 2, [...] puis ensuite j’ai attaqué en anglais ». Il se réoriente deux ans plus tard en sociologie. N’ayant pas passé le baccalauréat, Samuel ne pensait pas faire d’études supérieures. Ce n’est qu’après une série de déboires sociaux, travail par intérim, chômage, armée, qu’il reprend des études.

21Si nombre d’étudiants sociologues vivent leur présente orientation comme un choix par défaut, avec le sentiment d’y avoir été poussés malgré eux, tel n’est pas le cas de ces deux étudiants qui, pour des raisons sensiblement différentes, ont eu l’envie de suivre un cursus de sociologie. À cet égard, ils font montre d’un profond engouement pour leurs études et vivent ces dernières de manière élective. Les études de sociologie sont quelque chose qu’ils aiment et pour laquelle l’investissement consenti outrepasse nettement le strict souci de certification. Ils ont ainsi en commun, outre l’intérêt porté à leur matière d’études, l’ambition de faire de longues études, et en l’occurrence un doctorat. Même s’ils savent que la concurrence pour le doctorat est rude, ils font partie de ces rares étudiants qui envisagent la réalisation de leur avenir dans la discipline. Or, cette représentation de l’avenir, en conférant une perspective cohérente au présent de leurs pratiques, n’est pas sans effet sur le sens de leur action présente. D’abord, le souci de l’avenir ne recouvre pas les mêmes difficultés que celles auxquelles se trouvent confrontés les étudiants de sociologie qui, faute d’avoir un projet professionnel ou scolaire précis, demeurent préoccupés par celui-ci. Des incertitudes persistent mais d’une autre nature. Demeure pour eux la question non de la direction mais de la faisabilité : parviendra-t-on en doctorat : « Si tout va bien, si je suis assez douée et si financièrement c’est possible, je voudrais faire une thèse ». Ensuite, à l’inverse des étudiants qui souhaitent se réorienter dans une filière professionnelle, l’avenir projeté ne s’inscrit pas en rupture avec le présent des pratiques. Ces étudiants ne travaillent pas seulement dans l’optique de la licence mais bien déjà dans l’anticipation d’un futur qu’il s’agit de préparer en adoptant les pratiques intellectuelles que l’on pense être celles du chercheur : « J’essaie justement de me constituer un capital pour le la thèse, pour plus tard. Donc c’est ça en fait le but sous-jacent », nous explique l’un d’eux. Le présent ne constitue pas l’horizon de référence du travail universitaire. Au-delà du seul résultat à la licence, c’est à l’incorporation du métier de sociologue que travaillent ces derniers. Les études ne sont pas quelque chose que l’on fait tant bien que mal. Elles sont l’objet d’une forte identification.

22Celles-ci sont enfin la clef de voûte de leur existence. Clef de voûte, d’abord, en ce qu’elles en constituent l’activité principale et en occupent le centre. Ni l’un ni l’autre ne travaillent pour subvenir à ses besoins personnels. L’un est, à sa plus grande satisfaction, totalement assumé par ses parents : « Ma bourse c’est (en souriant) c’est mes parents (rires)... Non parce que c’est clair, en fait, je sais pas (...) quasiment toute ma vie est organisée autour des études donc euh je me fiche pas mal d’avoir, enfin, si, j’aimerais bien avoir un appartement, avoir çi ou ça. C’est-à-dire que je me fiche pas mal d’être indépendant financièrement pour le moment sachant que si je devais l’être, ce serait au détriment de mes études donc euh je me fais entretenir par mes parents sans aucun complexe ». L’autre, dans une situation matérielle moins confortable, bénéficie d’une bourse d’études avec laquelle elle tente de se débrouiller. Clef de voûte de leur existence ensuite en ce que leurs études forment le noyau autour duquel tend à s’organiser l’ensemble de leurs activités sociales. Elles sont, pour eux, la préoccupation principale, celle en fonction de laquelle le reste s’organise. On mise avant tout sur les études. On se polarise plutôt qu’on ne se disperse. Contrairement à d’autres étudiants, ni l’un ni l’autre n’investissent de leur temps dans d’autres activités extra-universitaires, sportives, artistiques, culturelles. Les études impliquent des renoncements. On y travaille tous les jours, les soirs et les week-ends. Ces étudiants aspirent à s’y consacrer le plus possible : « Mon but dans la vie c’est être docteur. Après je vois rien d’autre. [...] (En insistant) C’est mon but je veux dire. Tout tourne autour de ça. C’est net quoi, j’ai même laissé la guitare au second plan qui me bouffait du temps, enfin, je fais le vide autour ».

e) La finalité sans fin d’un loisir studieux

23Plus âgés que le reste des étudiants, ils sont au nombre de ceux qui reprennent des études à côté d’une activité professionnelle stable, dans une discipline qu’ils ont eu tout le loisir de choisir : pour sortir d’un domaine scientifico-technique (« Je voulais un peu sortir de ce domaine scientifique et technique qui me burinait un peu quoi ») ; pour conforter un premier contact avec la sociologie (« C’est quelque chose que j’ai eu envie de faire justement quand j’ai refait cette école d’infirmière... J’ai eu envie de faire de la socio parce que ça m’intéressait »). À la différence des étudiants qui, sortant du secondaire, entament des études supérieures dans l’optique d’y suivre une formation qualifiante, les deux intéressés ont leur situation professionnelle déjà bien en main. C’est indépendamment de tout souci de certification, « pour le plaisir », pour les « connaissances » ou encore dans l’esprit de la « recherche personnelle », qu’ils effectuent des études de sociologie. Ce n’est pas ici le diplôme qui importe. De leur résultat à la licence ne dépend nullement leur avenir. Ils se distinguent donc nettement de ceux qui se trouvent dès l’abord confrontés à des impératifs de réussite et pour qui les études sont une activité principale.

« J’aimerais continuer après la licence. Mais à la limite, si tu veux, la licence euh l’obtenir ou pas l’obtenir, je m’en fous un peu actuellement, là, dans l’état où je suis. Non, ce qui m’intéresse euh c’est plus ce que je peux apprendre pour moi que euh le diplôme à la fin de l’année quoi, c’est pas un impératif ». {Baccalauréat D, 29 ans, Infirmière ; Père : Expert agricole ; Mère : Institutrice, École Normale d’Alger}

24La position professionnelle de ces étudiants permet donc, à l’évidence, de comprendre le rapport spécifique qu’ils entretiennent à leurs études. Ces étudiants exerçant déjà un métier qu’ils apprécient, leur situation matérielle présente est au principe de conditions sociales qui contribuent à faire de leurs études une finalité sans fin, vécue avec détachement, sous l’angle de la seule curiosité et de la seule aventure intellectuelle.

« Si je fais de la socio, c’est pas pour rien de toute façon. je veux dire c’est une recherche personnelle [...] pas “qui je suis et d’où je viens, où j’vais”, mais en partie. Il y a de ça ».

Ou encore : « Je considère la fac comme euh... Pour moi l’intérêt c’est... ça me donne matière à penser, enfin, c’est pas pédant de dire ça quoi c’est-à-dire que c’est, je sais pas des idées nouvelles, des trucs auxquels on avait pas forcément pensé »

25Les études se situent en marge de leur existence sociale. Elles ne constituent pas une priorité : « C’est pas vital ». Ces étudiants s’y consacrent autant que leur emploi du temps le permet et lorsque l’envie est au rendez-vous. On est certes étudiant, mais on l’est d’abord à ses moments perdus. Les études sont un peu à ces deux étudiants ce que la pratique d’une activité sportive, culturelle, associative, est aux étudiants “professionnels” : un à-côté et un hobby. Les études sont un investissement extra-professionnel parmi d’autres. Ces étudiants ont en commun de multiplier les activités sociales, de développer de multiples centres d’intérêt. On ne peut donc réduire ces étudiants salariés à leur activité estudiantine. Ils sont plus et autre chose que de “simples” étudiants.

III – Conclusion

26Ce qui frappe immédiatement l’esprit dès lors que l’on objective et compare les différentes situations d’études et les différentes étapes de la scolarité de nos deux populations, c’est d’abord le contraste interdisciplinaire existant entre l’allure générale, relativement stable, régulière, et homogène des parcours des étudiants en médecine, et l’aspect plus décousu des parcours scolaires et sociaux des étudiants sociologues. C’est ensuite l’inégale dispersion intradisciplinaire des profils étudiants qui renvoie à l’inégale puissance des matrices disciplinaires dont les filtres, plus ou moins épais, composent des publics inégalement homogènes sur les plans de l’origine sociale et scolaire, et neutralisent avec une force inégale les effets liés aux caractéristiques primaires des étudiants dans la définition du travail universitaire, par exemple en subordonnant l’action présente à l’avenir professionnel. D’un côté, en médecine, on trouve des étudiants qui, sortant du secondaire, poursuivent leurs études dans le supérieur sans arrêt ni rupture et qui vivent pleinement leurs études comme une “vocation”. Les années d’études se succèdent les unes aux autres, “linéairement”, et c’est ainsi que l’on gravit progressivement les échelons d’un cursus qui, à lui-même, suffit à décider de l’avenir professionnel. Mais alors qu’il est relativement aisé de reconstruire les parcours et les attentes des étudiants médecins tant sont grandes les proximités, la population des étudiants sociologues réunit de l’autre côté, en un même public, une diversité importante de profils sociaux à l’allure générale plus complexe : ruptures, réorientations, scolarités momentanément interrompues, désarrois, incertitudes de l’avenir, expériences sociales diversifiées. Dans ce contexte, la diversité est de “règle” à la fois en raison de la nature plus lâche de son recrutement social et parce qu’il laisse davantage s’exprimer, par ses indéterminations, les différences intradisciplinaires liées au passé et aux conditions sociales des uns et des autres.

Notes

51 Alors que l’espoir est à son faîte chez les étudiants médecins, ces derniers étant 89,5 % à déclarer qu’ils pensent trouver facilement un emploi à la fin de leurs études, ce sont les étudiants de Lettres et sciences humaines qui font preuve du moins grand optimisme puisque seulement 52,1 % d’entre eux pensent ainsi. Les inquiétudes de ces derniers ne sont pas sans fondements objectifs puisque l’accès direct à un CDI à la sortie des études ne concerne que 45,9 % des étudiants en Lettres et sciences humaines (contre, par exemple, 60 % environ pour les étudiants de Sciences, de Droit et sciences économiques), qu’ils ne sont que 33 % à occuper un emploi de cadre 33 mois après leur entrée sur le marché du travail (contre par exemple 59,7 % pour les étudiants en Droit et en Sciences) mais qu’à l’inverse 26,2 % occupent encore un emploi dit “précaire” trois ans après la sortie du système scolaire. Données extraites de Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 78-79.

52 Guide Théraplix des études médicales, “Panorama des études médicales 1”, 1995/1996, p. 56-57.

53 Directrice administrative de la faculté de médecine Lyon Nord.

54 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 78.

55 Bourdieu P., Passeron J.-C., Les Héritiers, op. cit., p. 89.

56 Ibid., p. 87.

57 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 79

58 Dubet F. « Dimensions et figures de l’expérience... », op. cit.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search