Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Étudiants et le travail universitaire

 | 
Mathias Millet

Chapitre 2. L’entrée dans l’enseignement supérieur

Texte intégral

1Les modalités d’après lesquelles s’effectue le “choix” de la filière d’études montrent une deuxième différence entre les deux populations étudiées. Alors que l’on entre en médecine de façon élective, c’est plus négativement que les étudiants de sociologie “choisissent” leur matière d’études. L’orientation en sociologie ne constitue généralement, dans les faits, qu’un deuxième voire un troisième “choix” et revêt fréquemment l’aspect d’un pis aller. On « atterrit » souvent en sociologie à la suite d’un choix forcé. Il est plus rare de s’y diriger de manière élective.

I – L’orientation dans les études médicales

2À l’étude, trois grands processus peuvent être mis au jour pour décrire les modalités d’orientation dans le cursus des études médicales dont deux sont relativement marginaux. Le premier, largement dominant, concerne les étudiants pour qui l’orientation dans le cursus des études médicales réalise, au moins dans l’ordre du discours, une “aspiration” projetée depuis plusieurs années. Le deuxième est lié à des processus de réorientations et/ou de reconversions scolaires électives d’étudiants qui, pour n’avoir pas été immédiatement fixés sur leur devenir scolaire à la fin des études secondaires, ont expérimenté une ou plusieurs orientations dans d’autres secteurs de l’enseignement supérieur avant de se réorienter non par suite d’un “échec” mais par désintérêt pour les études engagées. Enfin, le troisième renvoie à des étudiants qui, pour s’être orientés directement en médecine au sortir du secondaire, semblent s’être déterminés au dernier moment, à la dernière minute, parfois au hasard, quelquefois après avoir vu leur candidature rejetée dans d’autres filières comme des BTS ou IUT.

1. Médecine par “vocation” professionnelle

3Si quelques étudiants entrent en médecine par le détour de réorientations, force est de constater que cette orientation constitue, pour l’immense majorité de nos enquêtés (24/30), un premier choix. Ces étudiants prennent d’emblée les études médicales pour inscription dans l’enseignement supérieur. Les études de médecine, qui s’inscrivent dans la continuité des études secondaires, constituent une orientation pressentie depuis plusieurs années avant la sortie du lycée. « C’est vraiment ce que je voulais faire », « C’est la seule chose que je voulais faire », « J’ai toujours eu envie de faire ça, même quand j’étais petite », sont autant de formules qui résument parfaitement le sentiment général. L’orientation universitaire de ces étudiants laisse, rétrospectivement, une indéniable impression d’assurance. Les études de médecine ne sont jamais présentées sous l’angle d’une orientation négative ou d’un choix forcé. On ne fait pas médecine « par dépit ».

« Enquêté : Moi ce qui m’intéressait (sourire), c’était médecine. C’est vrai que ça m’est venu assez tard [...] ça m’est venu entre la seconde et... la première [...] Puis tout ce qui était math (...) derrière le médecin, il y a une image qui me plaît bien ». {Baccalauréat C, mention Très bien ; Père : Technicien supérieur (niveau BTS), maître d’œuvre en bâtiment ; Mère : Contrôleur divisionnaire France Télécom}

« M.M. : C’est ce que vous vouliez faire ?
Enquêtée : Ouais. Depuis que j’ai six ans ! »
{Baccalauréat D, mention Assez bien ; Père : Ouvrier non qualifié ;
Mère : Coiffeuse (CAP)}

« C’était la seule chose que j’ai voulue. Je me suis inscrite en première année de médecine, [...] C’était vraiment ce que je voulais faire. Une vocation, je sais pas (rires) ». {Baccalauréat D, mention Bien ; Père : Pépiniériste, École d’Horticulture de Versailles (école d’ingénieur) ; Mère : Professeur de Yoga (BTS de tourisme)}.

  • 44 V. Erlich opère le même constat, Les Étudiants, un groupe..., op. cit., p. 285.

4C’est la réalisation d’une “aspiration professionnelle” qui prime et qui gouverne l’orientation. Les étudiants médecins invoquent davantage leur goût pour la “chose” médicale et la figure sociale du médecin que le souci pragmatique des débouchés professionnels44. Non parce que ces étudiants ne seraient pas préoccupés par cette question. Mais ils trouvent dans le caractère finalisé de la formation médicale et dans l’avenir objectif qui lui est associé suffisamment d’assurances sur le futur pour ne plus en faire, rétrospectivement dans leurs propos, une préoccupation de premier plan. C’est sur le mode du “choix”, du “projet” voire de la « vocation », que cette orientation trouve les modalités habituelles de son expression. La figure sociale du médecin, en ses différentes facettes (le médecin de famille, le médecin de campagne, la blouse blanche) continue d’exercer un indéniable pouvoir de séduction sur les étudiants. Certains, particulièrement les étudiantes, mettent au principe de leur penchant l’image séduisante d’une médecine humaniste, tournée vers les autres, au service d’autrui, celle du médecin de campagne nouant de « vraies relations » avec les patients, connaissant « les familles », « les liens entre les gens », ou encore celle du « médecin sans frontières » dévoué à la cause humanitaire, sanitaire et social. Et quand bien même ces représentations ont parfois du mal à supporter l’épreuve du réel, celle d’une médecine de plus en plus rationalisée et technicisée, ces études sont les seules qu’ils aient jamais voulu « vraiment » faire.

« Ce qui m’intéressait dans ce métier, c’était la relation avec l’autre, et puis une vraie relation. Pas le médecin qui reçoit le malade pendant 5 minutes, qui écrit son ordonnance et qui le laisse partir. Moi j’ai envie... j’avais envie de quelque chose de plus approfondi et c’est vrai que le médecin de campagne c’est celui qui... il me semble qu’il connaît mieux les gens, qu’il connaît les familles, qu’il connaît les liens entre les gens et c’est vrai que c’est très important dans la maladie. Donc c’est ce que je voulais faire au départ. Mais c’est vrai que quand on commence des études de médecine, il y a la tentation de devenir un grand spécialiste. Mais moi ce qui m’intéresse le plus en ce moment c’est la médecine générale et la médecine interne, vraiment des médecines qui prennent en compte un peu tout, et pas simplement le bras ou le pied ou un cerveau (rires) ». (Baccalauréat D, mention Bien ; Père : Pépiniériste, École d’Horticulture de Versailles (école d’ingénieur) ; Mère : Professeur de Yoga (BTS de tourisme)}.

5Mieux dotés scolairement que les étudiants sociologues, les étudiants médecins trouvent dans le caractère sélectif de leur formation, dans l’image socialement valorisée et valorisante du métier, dans la visibilité sociale de la profession ainsi que dans le champ des possibles relativement élargi qui s’offrait à eux après le baccalauréat, un ensemble de conditions sociales nécessaires pour vivre pleinement leur orientation comme un “choix véritable”. On est loin du sentiment de dépossession que les étudiants de sociologie souvent éprouvent face à leur destin scolaire. Les étudiants qui ont eux-mêmes des médecins dans leur entourage familial font en outre volontiers de leur “tendre enfance” le moment de leurs premières inclinations. Ces derniers font alors remonter leur goût pour la « blouse blanche » à leurs plus jeunes années. « Tout petit déjà », ces étudiants affirment avoir été « attirés » par la médecine. C’est avec un certain “bonheur” (excitation, enthousiasme, rires) que le sujet est abordé.

« Enquêté : Dans ma famille j’ai des médecins. J’ai toujours été un peu attiré par ça. Mais je savais que c’était difficile donc je me disais pffff “je sais qu’il y a une grande sélection, j’ai peut-être pas toutes mes chances”. Donc j’ai évoqué l’éventualité de faire commerce mais en fait euh je l’ai vite abandonnée » (Baccalauréat D ; Grand-père paternel : Médecin généraliste ; Père : Chirurgien gynécologue ; Frère aîné : Chirurgien obstétricien}.

« Enquêtée : J’ai toujours eu envie de faire ça, même quand j’étais petite. Bon ça voulait rien dire parce que mon père est prof et est directeur d’une unité INSERM. Mais c’est vrai que ça m’a toujours plu. La blouse blanche m’a toujours séduite et puis j’ai toujours voulu faire ça. [...] Et puis non j’ai toujours voulu faire ça et même pour ma première année, en redoublant, j’aurais pu avoir la possibilité de préparer des concours para-médicaux, donc infirmière et kiné et puis d’autres, ou de m’inscrire à la Doua. Je l’ai pas fait ! » (Baccalauréat D ; Père : professeur de biochimie à la faculté de Médecine, Directeur d’unité INSERM, Docteur en médecine, Docteur en biologie ; Mère au foyer, diplômée d’un BTS d’action sanitaire et sociale).

6Le milieu familial exerce ici une influence incontestable sur l’orientation et les représentations de ces étudiants qui, dès le plus jeune âge et en raison de leurs origines, ont pu identifier en la médecine une orientation scolaire et professionnelle possible là où d’autres n’avaient guère l’occasion de le faire. C’est bien parce qu’ils ont toujours côtoyé des médecins par l’intermédiaire de leurs proches que leur orientation recouvre la forme du rapport d’évidence et de félicité. On comprend donc que l’orientation en médecine puisse être ici, plus qu’ailleurs, exprimée sur le mode de la “vocation” professionnelle qui puise ses racines dans la précocité du rapport de ces étudiants avec la figure du médecin.

2. Des réorientations scolairement cossues

7Si la grande majorité des étudiants s’inscrivent directement en médecine sans passer par d’autres filières d’études, ce qui est déjà le signe d’un bon sens de l’orientation, il est des exceptions. Quelques étudiants (3/30) intègrent les études de médecine à la suite d’une ou plusieurs réorientations. Il convient d’en préciser les contextes car, au-delà des différences entre les cas de figures regroupés ici, ces réorientations ont peu de points communs avec celles d’étudiants scolairement démunis ou “déboussolés”. Elles sont plutôt le fait d’étudiants fortement dotés scolairement (et socialement) qui, en sortant du lycée, bénéficient d’un champ de possibles élargi et disposent de plusieurs flèches à leur arc scolaire. On peut distinguer deux cas de figures qui diffèrent sensiblement par les processus de réorientation qu’ils donnent à voir.

  • 45 Preuve supplémentaire d’ailleurs de leur compétitivité scolaire, ces étudiants sont “primants” et (...)

8Le premier, qui concerne deux de nos enquêtés, renvoie à des étudiants détenteurs de baccalauréats scientifiques avec mention. Peu fixés sur le choix de leurs études post-secondaires mais fortement dotés scolairement, ces étudiants se sont d’abord orientés en direction des établissements les plus réputés, les classes préparatoires, hésitant ainsi entre différentes solutions scolairement prestigieuses, avant de se réorienter en médecine. C’est d’ailleurs dans le rejet du fonctionnement scolaire des classes préparatoires que ces étudiants se réorientent en médecine qui offre à la fois les avantages scolaires et sociaux d’une filière prestigieuse et ceux d’un mode de fonctionnement plus universitaire, moins contraignant et moins intensif. Le deuxième cas est celui d’une reconversion scolaire réussie, statistiquement improbable, d’une étudiante littéraire, fille de médecin, insatisfaite de son orientation initiale. Dans les deux cas, les réorientations ne sont pas la conséquence d’un échec dans le cursus initial. On quitte un cursus prestigieux pour un autre ; on réussit une reconversion scolaire en direction d’un cursus plus prestigieux45. On ne peut donc mettre sur le même plan ces réorientations et celles des étudiants sociologues qui, nous le verrons, sont souvent plus proches de la désorientation que de la quête personnelle.

Cet étudiant termine avec un an d’avance son cycle d’études secondaires. Il décroche un baccalauréat C mention Bien. Il n’est pas alors fixé sur la suite de ses études. Il entre en Mathématiques Supérieures pour « suivre » ses copains. Mais ces études ne lui plaisent pas. Il termine son année scolaire avec succès mais décide de ne pas poursuivre dans cette voie. Sur les conseils d’anciens camarades, il se réoriente en classe préparatoire HEC. Son dossier de candidature est retenu. Il y effectue une année, passe avec succès les épreuves d’admissibilité de fin d’année mais ne présente pas les épreuves d’admission. Il ne souhaite pas poursuivre et s’inscrit en médecine. {Baccalauréat C, mention Bien ; Père : Ingénieur conseil libéral ; Mère : Médecin acupuncteur homéopathe libéral}.

Cet enquêté obtient un baccalauréat D mention Assez Bien. Il entre en classe préparatoire biologie mathématiques supérieures. Deux semaines suffisent à le dissuader de poursuivre une formation qu’il estime trop scolaire. Il se réoriente en médecine. {Baccalauréat D, mention Assez bien ; Père : Kinésithérapeute ; Mère : Sténodacty-lographe, Esthéticienne}.

De formation littéraire, détentrice d’un baccalauréat A2 mention Assez Bien, cette étudiante s’inscrit en Faculté d’Histoire avec une sous-dominante Lettres modernes. Elle convertit sa sous-dominante Lettres modernes en dominante à la fin de sa première année. Elle obtient son DEUG de Lettres en deux ans avec mention mais souhaite changer d’orientation et faire autre chose. Elle tente une inscription en médecine. {Baccalauréat A2, mention Assez bien ; Père : Médecin généraliste ; Mère : au foyer, diplôme d’infirmière}

3. Les études de médecine comme réponse improvisée à une situation relativement imprévue

  • 46 Baudelot C., Benoliel R., Cukrowicz H., Establet R., Les Étudiants, l’emploi, la crise, PCM, 1981, (...)

9Contrairement à la modalité dominante d’orientation en médecine, c’est le caractère relativement imprévu de l’inscription dans la filière médicale qui réunit les étudiants en présence (3/30). Ces derniers, scolairement moins pourvus et d’origine sociale moins élevée, ne font pas de leur situation universitaire présente le produit d’un dessein tracé à l’avance. C’est une fois le baccalauréat en poche, et parfois à la suite de tentatives malheureuses pour entrer en IUT ou en orthophonie, que ces étudiants se sont interrogés sur l’avenir de leurs études. S’ils se sont finalement dirigés vers la médecine, c’est un peu « par hasard », « la fleur bleue au fusil », « sur un coup de tête ». « Je suis arrivé en médecine un peu comme ça » ; « La médecine (en souriant) ça ne me dérangeait pas du tout » ; « Je me suis dit : “si j’essayais médecine !” », sont cette fois les formes discursives à travers lesquelles ces étudiants se racontent. Les études de médecine n’étaient pas, dès l’abord, entrevues comme une orientation possible. C’est à la dernière minute, presque dans l’urgence, qu’ils se sont décidés. Tout se passe comme si l’orientation en médecine « était la réponse improvisée à une situation relativement imprévue »46 : le rejet d’une candidature dans une filière initialement pressentie mais à l’entrée sélective, l’horizon soudainement ouvert par l’obtention du baccalauréat et la possibilité de poursuivre des études supérieures, la transformation de ses espérances subjectives conduisant à la réalisation d’un pari un peu “fou” (mais réussi) sur l’avenir dans une filière d’études pour laquelle l’on n’était pas socialement programmé ou que l’on n’osait espérer pour soi-même.

10Le caractère impromptu de l’orientation semble d’abord lié à une expérience et une perception spécifiques de l’avenir dans l’enseignement supérieur : les études médicales ne se profilaient pas comme un avenir “pensable” ou “possible” (ce n’est pas pour nous), ceci en raison de la traduction sur le plan des espérances subjectives des chances d’avenir scolaire objectives. Ces étudiants comptent au nombre des rares enfants de milieux faiblement scolarisés où parents, frères et sœurs, n’ont pas fait de longues études. Ils sont étudiants de première génération. L’accession à l’enseignement supérieur constitue donc pour eux une situation relativement inédite qu’ils ne pouvaient affronter en s’appuyant sur une expérience familiale préalable. L’accès aux études supérieures de ces enquêtés comportait davantage d’incertitudes ou d’aléas que pour un enfant trouvant dans cette même situation une destinée scolaire “attendue” ou “ordinaire”, et bénéficiant ainsi d’une longue expérience familiale. On comprend que l’accès aux études médicales, situées en haut de la hiérarchie scolaire et sociale des filières du supérieur, soit, pour ces étudiants, en raison même de leur histoire sociale, un avenir improbable, donc relativement imprévu. En définitive, c’est sur le mode du “pourquoi pas” que ces étudiants s’inscrivent en médecine. Et ils semblent parfois s’étonner eux-mêmes d’avoir réussi ce qu’ils semblent alors avoir vécu comme un pari sur l’avenir.

« Enquêtée : J’ai essayé des concours paramédicaux, en orthophonie, j’ai raté, enfin c’est le milieu médical qui m’intéressait en gros donc j’ai tenté médecine un peu au hasard en fait, et après ça me plaisait bien et voilà {Baccalauréat C ; Père : Receveur à la poste retraité (Certificat d’études) ; Mère : Agent de bureau à la poste (Niveau CAP, sans certitude) ; un frère plus âgé détenteur d’un BTS d’électromécanique ; un autre frère plus âgé travaillant en usine (niveau baccalauréat)}.

« Enquêté : J’ai fait une première F6 que j’ai passé sans problème, j’ai fais une terminale que j’ai réussie, et après je suis arrivé en médecine, un peu comme ça, la fleur bleue au fusil [...] j’étais avec une amie ffff..., je ne sais pas, elle m’a fait découvrir qu’en fin de compte les filières courtes, étaient peut-être pas ce qu’il me fallait et puis, petit à petit, à force de bosser, j’ai eu envie de faire pas autre chose mais des études longues, j’avais envie d’aller plus loin que ce qu’on proposait, un IUT ou un BTS. (...) Les études longues me tentaient mais j’en avais peur parce que nous, en technique, on nous formait aux IUT BTS, on voyait pas plus loin que le bout de notre nez. Donc j’avais “tiens, ah ça, ça serait bien !”, que ce soit infirmier, c’est bac plus trois, après il y a d’autres possibilités... Donc, les premiers instants je me suis dit : “je vais faire une année de médecine pour essayer de m’habituer un peu à ce que je devais faire plus tard, et puis ben je suis tombé un peu amoureux de ce que j’ai fait. On faisait des sciences pures, ça me plaisait, je trouvais ça intéressant donc je me suis jeté à fond dans la médecine, voilà
M.M. : Donc c’était au départ sans trop savoir ?
Enquêté : Non ! Je me suis inscrit je crois le dernier jour. Quand j’ai vu le programme, j’hallucinais [...] Cela a été des coups de tête [...] J’ai eu envie d’aller beaucoup plus loin que j’étais capable, je ne sais pas peut-être une ambition personnelle mais comme ça quoi (moue), comme un coup de tête, ça a mûri après ce coup de tête. » (Baccalauréat F6, mention Assez bien ; Père : Analyste programmeur (niveau seconde) ; Mère : au foyer (CAP de couture) ; un frère gardien d’un lycée (niveau CAP)}.

II – L’orientation dans les études de sociologie

11Dans l’objectivité des faits, lorsqu’on reconstruit les modalités concrètes par lesquelles les étudiants de sociologie enquêtés sont entrés dans leur filière d’études, on constate que pratiquement aucun d’entre eux ne pensait faire de la sociologie. Lorsqu’ils sortent du lycée, les futurs étudiants n’ont généralement qu’une vague idée de ce que sont les études de sociologie, et en raison de la faible visibilité sociale, scolaire et professionnelle de cette discipline, n’envisagent pas de s’y orienter. Contrairement à la modalité dominante d’orientation dans le cursus médical, ce n’est que par la force des choses, au fil des engrenages successifs et des limitations objectives, que ces étudiants se dirigent vers les études de sociologie : à la suite d’un échec dans une autre filière d’études, parce qu’ils n’ont pu entrer dans le cursus de leur choix, faute de vocation positive. Six grands processus permettent de rendre compte des modalités d’orientation dans les études de sociologie qui, bien que distincts, ne s’excluent pas nécessairement les uns les autres. Le premier renvoie à des processus de réorientation. Les étudiants concernés se sont préalablement orientés dans une autre filière d’études (Droit, AES, Sciences économiques) avant de se tourner vers la sociologie, le plus souvent à la suite d’un échec, parfois par répulsion des études engagées. Le deuxième se rapporte aux étudiants dont les préférences d’orientation allaient vers un autre cursus d’études mais qui, n’ayant pu exaucer leurs vœux, se sont rabattus sur la sociologie. On trouve également des étudiants qui se sont directement inscrits en sociologie mais “au petit bonheur la chance”, faute d’une “attirance” particulière (socialement constituée) pour un type d’études donné. Un quatrième processus renvoie à ceux qui entrent à l’Université dans l’objectif premier d’y décrocher une licence pour tenter ensuite leur chance à des concours. Le “choix” de la discipline est alors fonction des conseils prodigués par d’éventuels conseillers d’orientation, des préférences du moment, ou encore de la facilité prétendue d’un cursus. Une cinquième modalité concerne les étudiants qui reprennent des études soit à côté d’une activité professionnelle, pour le simple plaisir d’étudier, soit à la suite d’une période d’activité professionnelle, pour changer de métier. Plus âgés que leurs homologues, c’est d’abord par “curiosité” intellectuelle que ces étudiants prennent une inscription en sociologie. Enfin, on rencontre quelques étudiants qui, au sortir du secondaire, ont d’emblée souhaité s’inscrire en sociologie.

  • 47 Bourdieu P., Passeron J.-C., Les Héritiers, op. cit., p. 18.

12C’est à un ensemble de parcours souvent tourmentés que nous avons affaire ici, qui montrent l’éventail des expériences que les étudiants sociologues réunissent en un même public. Les parcours qui se dessinent ainsi n’ont guère l’assise des parcours des étudiants médecins. Au total, la sociologie fait office de « discipline refuge ». Le constat recouvre toutefois un sens différent de celui qu’établissaient P. Bourdieu et J.-C. Passeron dans les années 60. Si la sociologie, parmi d’autres filières, pouvait alors servir de refuge « pour les étudiants des classes les plus scolarisées qui, socialement “obligés” à une scolarité supérieure, s’orientent par défaut d’une vocation positive vers ces études qui leur fournissent au moins l’apparence d’une raison sociale »47, c’est davantage aujourd’hui au sens où elle constitue une sorte de dernier recours au sein de l’enseignement supérieur et de dernier rempart avant l’entrée sur le marché du travail pour de nombreux étudiants faiblement dotés sur le plan scolaire, d’ailleurs plus souvent issus de milieux sociaux faiblement scolarisés que fortement scolarisés.

1. Les études de sociologie comme “solution de repli”

a) Désorientations et réorientations

13Si l’on considère l’ensemble des réorientations effectives des étudiants de notre échantillon depuis leur entrée dans l’enseignement supérieur, le contraste entre le public sociologue et le public médecin est frappant. Alors que seulement trois étudiants médecins de notre échantillon sont entrés en médecine par le détour d’une réorientation, un gros tiers des étudiants en sociologie enquêtés (12/30) est dans ce cas de figure. La réorientation est une modalité habituelle d’orientation en faculté de sociologie. Mais il y a réorientation et réorientation. Et celles des étudiants sociologues ont eu lieu dans des conditions bien différentes de celles mises au jour pour les étudiants médecins. Elles recouvrent du même coup d’autres réalités sociales et scolaires. Les réorientations par l’intermédiaire desquelles nos interlocuteurs entrent en faculté de sociologie sont celles d’étudiants scolairement démunis ou “déboussolés”, confrontés à un ensemble fort restrictif de limitations objectives. Ces étudiants ont fréquemment subi un ou plusieurs “échecs” lors de leur scolarité antérieure, ont souvent pris du “retard”, que ce soit dans le secondaire ou que ce soit dans l’enseignement supérieur où ils se sont initialement dirigés. De même, les ruptures de parcours scolaires comme l’arrêt brutal de toute scolarité durant une période de temps donné sont monnaie courante. Scolairement relativement démunis, disposant du même coup d’un espace de possibles relativement restreint, ces étudiants multiplient les “erreurs” d’orientation, les revirements, les tergiversations et les “échecs”.

14Ces expériences scolaires négatives alliées à une restriction des choix s’avèrent souvent déroutantes. Ces étudiants ne manquent d’ailleurs pas de se raconter avec désarroi. Le ton de la voix, les silences, les soupirs et les formules qui l’attestent sont fréquents : « Je ne savais plus du tout ce que j’avais envie de faire » ; « je ne voulais pas rester sans diplôme » ; « Il a fallu que je me réoriente... » ; « J’ai échoué alors que mes amies ont (en souriant) réussi ». Confrontés à l’“échec” (quelle qu’en soit par ailleurs la forme) et ne disposant guère de solutions scolaires objectives à leur actif ou de possibilités perçues comme attrayantes, ils vivent leur situation comme une sorte d’aporie scolaire, ne savent plus quelle direction prendre, où se diriger. La conséquence en est parfois l’arrêt momentané des études, pour travailler, pour réfléchir, pour se reprendre... Les réorientations revêtent davantage l’aspect de la désorientation et de la relégation que de la quête personnelle. Il s’agit moins de trouver sa voie que de ne pas se faire exclure, de ne pas rester aux portes de l’enseignement supérieur, de ne pas demeurer sans diplôme. L’orientation en sociologie apparaît souvent comme un ultime recours, une solution de repli, une dernière chance pour accomplir malgré tout des études supérieures et ne pas entrer trop brutalement sur le marché du travail.

Première inscription en Droit. Abandon en fin de première année. Arrêt de toute étude durant une année. Inscription en sociologie l’année suivante. « J’ai fait un an de Droit à Lyon 3. J’ai arrêté (rires) et pendant un an après j’ai plus été à la fac. J’ai gardé des enfants à mi-temps et puis, parce qu’en fait je savais plus du tout ce que j’avais envie de faire, et donc je suis allée assister à des cours, j’ai travaillé un peu (...) j’ai fait un peu des choses comme ça pour essayer de réfléchir, et l’année d’après je me suis inscrite en première année de socio ». {Fille ; Baccalauréat Al mention Assez bien ; Père : Enseignant à l’école des Arts Appliqués de Lyon – Artiste peintre, niveau baccalauréat ; Mère : Institutrice spécialisée en Institut Médico-professionnel}.

  • 48 Ancien examen universitaire d’équivalence du baccalauréat.

Arrête dans un premier temps ses études secondaires en terminale F6 sans passer le baccalauréat : « J’étais en F6 à la Martinière, c’était une section chimie et bon, la chimie en elle-même me plaisait en fait (...) mais les débouchés professionnels ne me plaisaient pas du tout. Donc à partir de la première je me suis énormément absenté (avec un léger sourire) jusqu’au conseil de discipline en fait (rires). Puis au bout d’un moment (...) bon j’ai redoublé cette première ensuite, je me suis retrouvé en terminale et puis là pffff j’ai redécroché. Donc j’ai arrêté quelques mois avant le bac ». Il travaille par intérim pendant plusieurs mois. Puis connaît une période de chômage et effectue son service national : « De là j’ai travaillé un moment par intérim, j’ai chômé un moment. Je suis parti à l’armée ensuite (...) après 6 mois d’armée traditionnelle, j’ai compris qu’il fallait que je... comme la vie professionnelle ne me plaisait pas la vie militaire non plus j’ai passé une équivalence au bac en cours du soir à Lyon 2 ». Obtient l’ESEU48 Première inscription en faculté d’anglais. Première année obtenue en deux ans. Entre directement en deuxième année de sociologie par équivalence. (Garçon, ESEU ; Père : Ouvrier hautement qualifié dans l’industrie chimique, Conducteur d’appareil dans l’industrie chimique, BEP, équivalence du baccalauréat à 40 ans, niveau DEUG LEA ; Mère : Préparatrice de commandes dans une maison d’édition, sans diplôme}.

Première inscription en BTS de publicité. Échec au diplôme après deux ans d’études. « J’ai fait un BTS de publicité. Donc je l’ai fait pendant deux années. Je ne l’ai pas validé. Donc comme je voulais pas rester sans diplôme, je me suis inscrite en sociologie ». (Fille ; Baccalauréat A2 ; Père : Chef magasinier, niveau classe de première ; Mère : Vendeuse en grande surface, Certificat d’études).

b) Des vœux non exaucés

15Parmi les étudiants qui s’orientent directement en sociologie à la fin du secondaire, certains aspiraient à d’autres études : Psychologie, Beaux-Arts, Arts appliqués, UFRAPS. Mais tous se sont vus refuser l’accès à la filière de leur choix. C’est donc encore faute de mieux que ces étudiants prennent une inscription en sociologie. Au même titre que les étudiants “réorientés”, l’inscription en sociologie est l’aboutissement non souhaité d’une série de micro-éliminations et de micro-relégations dont l’effet principal est celui d’une restriction drastique des choix. Ils s’en différencient toutefois par le fait d’arriver à l’université avec une idée précise sur la formation qu’ils souhaitent suivre dans l’enseignement supérieur, avec une “vocation” scolaire ou professionnelle. Les étudiantes, généralement, souhaitaient entrer en faculté de psychologie. Les étudiants interrogés espéraient, pour leur part, lier l’utile et l’agréable, en réalisant un cursus scolaire qui corresponde à leur passion “personnelle” : études artistiques, études sportives. Scolairement peu concurrentiels, ces étudiants ont rapidement été éconduits de leur “aspiration” initiale : dossier non retenu, concours échoué (« Je n’ai pas été accepté », « J’ai été rejeté », « Il n’y avait plus de place »). L’important restait néanmoins d’accomplir des études supérieures, de retarder le moment de l’entrée sur le marché du travail. Il y là comme une évidence implicite du processus de relégation que ces étudiants “acceptent” de supporter, non sans en retirer un sentiment d’incomplétude et d’amertume (« Je fais avec »). Mieux vaut faire des études dans une discipline que l’on ne souhaitait pas intégrer que de ne pas en faire du tout et rentrer directement dans la vie active. Leurs vœux n’étant pas exaucés et disposant par ailleurs d’un faible éventail de solutions scolaires, ces étudiants trouvent dans les études de sociologie une « position de recours », qui laissent ouverte la voie des études supérieures. De ces engrenages pointe un sentiment communément partagé. Celui de n’avoir pas été maître de son sort. Celui de n’avoir eu d’autres choix que le choix de la nécessité. Du sentiment de n’avoir pu présider à ses propres destinées à celui de ne pouvoir accéder aux commandes de son présent et de son proche avenir, il n’y a qu’un pas que les étudiants, souvent, sont conduits à franchir. Les expressions ne manquent pas – « C’était là que je pouvais rentrer le plus facilement » ; « Je me suis retrouvé en socio » ; « Donc ils m’ont mis en socio » ; « J’ai atterri en socio » ; « On me faisait presque une fleur de m’inscrire en socio » ; « Donc je fais avec » – qui donnent la mesure de leur désarroi face à des études avec lesquelles, en définitive, ils doivent composer. Ces étudiants vivent comme autant d’impondérables un parcours dont ils ne maîtrisent ni les tenants ni les aboutissants.

« Enquêtée : Je voulais faire psycho, mais avec un rattrapage [pour obtenir le baccalauréat], quand on est arrivé, c’était au mois de juillet, on nous a dit avec un grand sourire qu’il n’y avait plus de place. Donc on me faisait presque une fleur de m’inscrire en socio. (Moue, sans conviction) Donc je me suis inscrite en socio en ne sachant pas trop ce à quoi correspondait la socio de toute manière et puis finalement je ne trouve pas ça exceptionnellement génial mais euh... je m’intéresse quoi donc euh... donc je fais avec » {Baccalauréat Al (oral de rattrapage) ; Père : VRP, CAP de mécanicien ; Mère : Secrétaire, CAP}.

« Enquêté : J’ai tenté le concours de l’UFRAPS parce qu’à l’époque je faisais beaucoup d’athlétisme. Et puis sinon j’ai rien tenté d’autre ? Je crois que j’avais demandé d’autres choses, j’avais demandé au début sciences éco [...]. Donc on m’a dit : "ça dépend si vous avez envie de trop travailler ou pas trop, (en souriant) je leur avais dit "pas trop", donc ils m’avaient dit : "allez voir par là-bas en (en riant) socio ce qui se passe. J’avais été discuter avec le mec de psycho, de socio, sciences de l’éducation, donc tout ça, puis en fin de compte j’ai atterri en socio » {Baccalauréat B (oral de rattrapage) ; Père : Directeur financier dans l’import-export, Diplômé d’une école de commerce ; Mère : Professeur de français certifiée}.

2. Les études de sociologie pour choisir quelque chose

a) Une orientation de “dernière minute”

  • 49 Bourdieu P., Passeron J.-C., Les Héritiers, op. cit., p. 17.

16Outre ces deux processus d’orientation, par réorientation et par éviction, on trouve des étudiants dont l’orientation s’opère à la fois par improvisation et par élimination. C’est ainsi que faute d’aspirations scolaires véritables, d’informations solides sur leurs possibilités scolaires, certains étudiants se déterminent au hasard, à la dernière minute, parfois même au moment de l’inscription. On retrouve quelques similitudes entre ces étudiants et ceux de médecine dont l’inscription fut une réponse improvisée à une situation relativement imprévue. Mais à la différence près que le caractère impromptu de l’orientation ne réside pas ici dans une perception initiale de la discipline d’inscription comme avenir scolaire “impossible” ou “improbable”. Il réside davantage dans le fait d’accéder soudainement à l’enseignement supérieur, ce qui constitue, pour ces étudiants, une situation relativement inédite à laquelle ils n’étaient guère préparés. Ce sont une fois encore les modalités d’un choix par défaut, et plus précisément par élimination, que l’on retrouve ici. Il suffit de suivre la logique des propos de nos interlocuteurs pour s’en convaincre. C’est par exclusion et refus spontanés de certaines orientations, objectivement envisageables, que les intéressés se dirigent vers les études de sociologie. Ces dernières sont pour eux les moins déplaisantes ou, si on préfère, les plus intéressantes parmi un ensemble visiblement peu enthousiasmant de possibles. Tout se passe comme si ces étudiants entraient dans le supérieur sans souhaits ni exigences particulières. On mesure ainsi combien l’absence de “vocation” scolaire positive, comme le fait de n’avoir pas d’“envies” ou de souhaits particuliers en matière de formation, d’être largement irrésolu sur la direction à prendre, peut avoir pour principe le fait de payer au prix fort une accession à l’enseignement supérieur par une restriction sévère du champ des possibles scolaires et une relégation dans les facultés les moins sélectives49. Comment choisir parmi un ensemble de filières à faible visibilité sociale, dont les contenus d’enseignement et les débouchés professionnels sont incertains, parfois non explicitement articulées à des professions précises et qui, de surcroît, ne correspondent à aucune sorte de projet ou d’aspiration intellectuelle ?

« Enquêté : J’avais fait des demandes pour faire un BTS de fffff... Je savais pas vraiment pas quoi faire en fait après le bac, donc je voulais faire un BTS de commerce international pour pouvoir partir à l’étranger peut-être, parce que c’était un truc qui m’intéressait, ou alors de publicité, mais vraiment sans savoir quoi...Et j’ai pas été accepté dans les BTS parce que c’est sur dossier et j’avais vraiment euh... j’ai eu mon bac vraiment juste juste avec (en souriant) dix quelque chose et puis en première c’était très mauvais donc euh [...] Donc je suis venu à Lyon, j’ai un copain qui venait voir ses résultats, et puis je suis venu et j’ai décidé de m’inscrire pour euh pas perdre une année au départ. Je suis arrivé, il y avait euh Histoire de l’art... ou... socio ou je sais plus encore, peut-être autre chose... Ah oui ! Droit. Mais j’avais pas envie de faire du Droit [...] et puis Histoire de l’art bon... Il y avait une conseillère d’orientation, je lui ai demandé un petit peu ce que c’était que la socio. Et puis voilà, je me suis inscrit en socio. Mais quand je suis venu m’inscrire je pensais m’inscrire en Espagnol ou en Anglais. Je voulais faire des langues et puis c’était complet » {Baccalauréat G1 ; Père : Propriétaire d’un bar de campagne, CAP de maçonnerie ; Mère : Vendeuse dans un magasin de vêtements, CAP de secrétariat}.

« Enquêté : J’avais aucune connaissance sur les contenus de l’enseignement, à quoi ça pouvait mener précisément quoi, quels débouchés professionnels ça pouvait donner, que ce soit aussi bien en socio ou en psycho, ou toutes les sciences humaines. J’avais une idée sur les BTS euh (...) techniques comme Forces de vente, Actions commerciales, etc. qui sont ouverts quand on sort de B. [...] Ça me branchait vraiment pas de faire ça [...] Ça s’est passé très vite entre le moment où j’ai eu mon bac et le moment des inscriptions euh une quinzaine de jours je crois entre les résultats du bac et euh s’inscrire avant le cinq juillet au premier tour. On est allé avec des copains sur les quais à Lyon 2 et euh... vraiment (en souriant) une minute ou deux avant de m’inscrire je savais toujours pas ce que j’allais faire, c’était : “bon, je fais quoi, AES, socio euh psycho, AES, socio, psycho... bon, allez : socio, on verra bien”. Je me suis inscrit en socio » {Baccalauréat B, mention Assez bien ; Père : Ouvrier cisailleur retraité, analphabète ; Mère : Sans profession, analphabète}.

b) La sociologie pour préparer une licence

17Certains étudiants s’orientent en sociologie dans l’objectif premier d’y décrocher une licence. Ce qui les intéresse prioritairement, c’est d’avoir le droit de passer des concours et d’accéder à des formations professionnalisantes dont certaines n’ouvrent leurs portes qu’aux licenciés. Les étudiants concernés sont ici des étudiantes qui souhaitent passer le concours des IUFM et devenir professeur des écoles. Si l’orientation en sociologie n’est pas dénuée de tout fondement intellectuel, le niveau de certification escompté prime sur la matière d’études. L’inscription en sociologie n’est pas à elle-même sa propre fin. Ces étudiants sont certes intéressés par la discipline, davantage en tout cas que par d’autres, mais ils ne choisissent pas d’étudier la sociologie dans l’objectif d’apprendre la sociologie. La discipline choisie n’est qu’un tremplin vers autre chose, un projet scolaire et professionnel. C’est précisément le caractère clairement finalisé de l’orientation qui distingue ces étudiants de leurs homologues sociologues dans les conditions d’accès à cette discipline. On ne se « retrouve » pas en sociologie sans savoir pourquoi, sans l’avoir “décidé”, et sans perspective. La sociologie n’est certes pas une “vocation”. C’est en revanche la discipline qui semblait la mieux adaptée pour mener à bien une licence.

« Enquêtée : Depuis que je suis toute petite, je veux être institutrice. Donc ça été ma branche favorite. J’ai tout fait pour entrer là-dedans, et en sortant du bac j’avais été voir un conseiller d’orientation, et il m’avait dit : “vous passez votre bac, si vous êtes bien motivée, ce que vous faites, vous allez à la fac, et puis vous choisissez n’importe quelle licence”. Il faut une licence pour être instite. Bon ben moi j’ai suivi ces conseils. C’est vrai qu’en sortant du bac j’avais pas de matières où je dominais le plus. C’était moyen un peu partout. Et puis comme j’avais de la sociologie en B, j’ai dit “je vais partir là-dedans” » {Baccalauréat B (oral de rattrapage) ; Père : Ingénieur, baccalauréat + 2 ; Mère : sans profession, niveau troisième}.

3. Les études de sociologie comme orientation positive

a) La sociologie pour les contenus d’enseignement

18Quelques étudiantes mettent au principe de leur orientation les “contenus” d’enseignement (entendu au sens large) de la discipline d’études. C’est l’aspect qui prime dans les propos, quelles que soient par ailleurs les différences entre les trois cas de figure en présence. Cela ne suffit toutefois pas à faire de la sociologie une “vocation” intellectuelle. La sociologie n’est pas l’objet d’un engouement particulier. Mais elle représente, au moment de l’inscription, la possibilité de satisfaire des intérêts de type intellectuel. Pour l’une, il s’agissait de suivre une formation en ethnologie. Pour l’autre, il s’agissait de suivre une filière parmi les “Lettres et sciences humaines” qui n’exclut pas l’étude des mathématiques. Pour une autre encore, il s’agissait de changer de matière d’études en passant d’un cursus secondaire à dominante scientifique à un cursus supérieur plus “littéraire”. Le caractère explicitement résolu de leur orientation ne doit toutefois pas masquer les restrictions objectives qui la sous-tendent car les modalités concrètes d’orientation de ces étudiantes restent directement liées non seulement à leur appartenance sexuelle mais également à leur relative dépossession scolaire.

Détentrice d’un baccalauréat scientifique, le choix de la sociologie s’opère clairement contre les disciplines à dominante scientifique. De même que certains étudiants font “sciences” pour ne pas faire “lettres”, de même s’oriente-t-elle dans les sciences humaines avant tout pour ne pas suivre une filière scientifique à laquelle son cursus secondaire la préparait. Le choix de la sociologie a d’ailleurs quelque chose d’un peu “hasardeux” dans la mesure où, ainsi qu’elle le concède : « Je ne savais pas trop ce que c’était quand-même ». D’un point de vue strictement rationnel, on pourrait dire que cette reconversion est un mauvais “calcul” scolaire puisqu’il était théoriquement à sa portée (scolaire) de faire un cursus scientifique socialement et scolairement plus “rentable”. Néanmoins, lorsque l’on sait que l’orientation dans les différents secteurs de l’enseignement supérieur et l’“attirance-répulsion” pour les études scientifiques et littéraires, outre le passé scolaire des étudiants (plutôt scientifique ou plutôt littéraire), sont puissamment marquées sur le plan sexuel, on comprend que la conversion de cette étudiante répond davantage au critère de la division traditionnelle des aptitudes et des tâches entre les sexes qu’à celui du “calcul rationnel”. {Baccalauréat D, mention Assez bien ; Père : Pasteur, études de mécaniques et trois ans d’études dans un Institut biblique ; Mère : sans profession, niveau baccalauréat}.

Malgré sa préférence pour les disciplines mathématiques, cette étudiante a suivi une formation secondaire à dominante littéraire. Son baccalauréat excluant pratiquement une orientation dans les disciplines de type “scientifique”, elle souhaite malgré tout suivre une filière qui n’exclut pas les matières mathématiques. Ce n’est pas tant la sociologie comme discipline spécifique que la présence d’un enseignement de type “mathématiques” qui préside à son orientation aux dépens d’autres possibles comme les langues et le droit : « Je me disais filialement, moi ce qui m’intéresse le plus dans cette terminale, c’est quand-même les maths, donc autant faire une section où il y en a, et c’est à cause de ça que j’ai fait de la socio ». L’apparent paradoxe qui conduit cette étudiante à choisir la sociologie pour des contenus d’enseignement qui sont loin de la caractériser est fonction des limitations objectives constitutives de sa situation personnelle. {Baccalauréat Al ; Père : Professeur de chimie à la faculté de Dijon, Diplômé de l’ECIL, Docteur d’État en chimie ; Mère : sans profession, niveau baccalauréat}.

Cette étudiante s’oriente en sociologie pour étudier l’ethnologie. À bien des égards, c’est elle qui rend compte de son orientation de la manière la plus positive. Mais ses hésitations “vocationnelles” qui la font balancer entre le journalisme et l’ethnologie montrent que sa situation universitaire présente est autant qu’une “aspiration” scolaire le résultat d’une auto-censure scolaire, socialement constituée, qui la conduit à s’éliminer d’office d’un cursus certes sélectif mais en adéquation avec son aspiration journalistique : sciences politiques.
« Enquêtée : Je voulais faire ethno au départ et pour faire une licence d’ethno, t’es obligé d’avoir un DEUG de socio. [...] Au départ j’hésitais entre journalisme et puis ethno, puis même encore maintenant, je ne suis pas très fixée, mais ils m’avaient proposé sciences po et puis pffff j’avais pas envie de repartir dans une galère pareille [...] le concours était au mois de septembre donc tu avais pas mal de bouquins à lire pendant les vacances. [...] Puis tu avais des matières à sciences po je me disais que je n’étais pas assez bonne » {Baccalauréat B ; Père : Directeur Général d’entreprise et Chef d’entreprise, Certificat d’études ; Mère : sans profession, diplôme d’infirmière).

b) La sociologie pour reprendre des études

19Il est intéressant de constater que ces nombreuses situations, qui déjà donnent un bon aperçu de la diversité des parcours sociaux-scolaires des étudiants sociologues, n’épuisent pas la description des différentes modalités concrètes d’orientation dans la discipline. En plus des cas de figure évoqués ci-dessus, viennent encore s’ajouter des étudiants (3/30) qui s’inscrivent en sociologie non au terme de leur scolarité secondaire, pour poursuivre leur scolarité dans le supérieur, mais pour reprendre des études après plusieurs années passées dans la vie active. Ces derniers ont déjà suivi une formation supérieure et ont exercé ou exercent encore un métier en rapport avec leur formation professionnelle initiale. Certains d’entre eux reprennent des études à côté d’une activité professionnelle stable, non dans l’objectif de changer de métier ou dans celui de valoriser professionnellement l’acquisition de nouvelles compétences, la sociologie étant étrangère à leur champ professionnel. C’est plutôt par plaisir d’étudier et par “curiosité” intellectuelle pour la discipline, en l’absence de tout enjeu scolaire, que ceux-ci reprennent des études.

Cette étudiante obtient un baccalauréat D. Elle entre en première année de biologie puis se réoriente dans une école d’infirmières d’où elle se fait exclure pour des problèmes de discipline. Souhaitant devenir infirmière, elle se réinscrit dans une seconde école où elle obtient son diplôme en trois ans. Diplôme en poche, elle travaille plusieurs années. C’est sa formation d’infirmière qui lui fait découvrir la sociologie, dont elle garde un bon souvenir. Après plusieurs années d’exercice professionnel, elle décide de reprendre, « pour le plaisir » et à côté de son métier, des études de sociologie. Elle passe son DEUG en deux ans. Puis elle s’arrête un an pour partir en coopération au Rwanda. Elle reprend sa licence l’année où nous la rencontrons. (Baccalauréat D, 29 ans, Infirmière ; Père : Expert agricole ; Mère : Institutrice, École Normale d’Alger}

  • 50 Certificat d’Aptitude au Professorat d’Enseignement Technique.

Cet étudiant passe un baccalauréat E. Il suit avec succès une année d’IUT de génie électrique. L’IUT ne le passionne pas et il tente avec succès un concours de technicien France Télécom. Il abandonne son IUT et entre à France Télécom, n’y reste que trois ou quatre mois et part à l’armée. De retour, il travaille trois ans à France Télécom. Las du métier qu’il exerce, il demande et obtient une année de disponibilité et achève son IUT de génie électrique. Il décroche son DU l’année suivante, renouvelle son année de disponibilité et postule pour un poste de maître auxiliaire en génie électrique. Il commence ainsi une carrière d’enseignant en lycée professionnel. Parallèlement, il suit des cours du CNAM en électronique, valide son année et entre en deuxième année de faculté de sciences, DEUG A : sciences et structure de la matière. Il échoue au DEUG, se réoriente « comme ça » vers des études d’électro-acoustique au Conservatoire. Année après année, il enchaîne les postes de maître auxiliaire, finit par passer le CAPET50 et devient enseignant titulaire. Il enseigne désormais à des terminales F3. C’est pour ne pas cesser les études et pour scruter d’autres horizons intellectuels, comme il nous l’explique, qu’il décide de suivre un cursus de sociologie. {Baccalauréat E, 31 ans, Enseignant dans le secondaire technique, CAPET ; Père : Facteur à la retraite, certificat d’études ; Mère : sans profession, certificat d’études}.

20D’autres, au contraire, reprennent des études après plusieurs années d’expérience professionnelle dans l’objectif d’une reconversion scolaire et professionnelle. Les enjeux investis dans les études ne sont donc pas de même nature. Le retour aux études s’accompagne ici de la cessation de toute activité professionnelle. L’étude n’est pas un “à-côté” de la vie sociale mais se situe en son centre. S’agissant d’opérer une reconversion, l’orientation a été mûrement réfléchie. Le choix de la filière d’études est ici pleinement électif.

Cette étudiante a une formation de laborantine. Ses études achevées, elle part travailler, diplôme en poche, en tant que chercheuse en biochimie. D’abord en Afrique du Sud, ensuite à Bâle durant quatre années complètes, puis en Asie. Enfin, elle obtient un poste contractuel de 3 ans à l’université américaine de Stanford en Californie. Elle pense alors avoir atteint le point culminant de sa carrière compte tenu de sa formation. Or elle ne souhaite pas être laborantine toute sa vie. Elle cherche à reprendre les études et vient étudier en France. Elle passe l’ESEU puis s’inscrit en sociologie dans l’objectif de se former à l’ethnologie. (Baccalauréat suisse, 29 ans ; Père : Comptable, diplôme de mécanique ; Mère : Gérante d’un petit restaurant}.

21Outre le fait que ces cas ne font qu’amplifier la diversité du public étudiant déjà mise en avant, ils donnent une fois encore à lire des parcours qui multiplient les expériences sociales discontinues, les ruptures, les revirements et qui, en définitive, sont loin de la cohésion des parcours des étudiants médecins.

Notes

44 V. Erlich opère le même constat, Les Étudiants, un groupe..., op. cit., p. 285.

45 Preuve supplémentaire d’ailleurs de leur compétitivité scolaire, ces étudiants sont “primants” et décrochent le concours de médecine à leur première tentative.

46 Baudelot C., Benoliel R., Cukrowicz H., Establet R., Les Étudiants, l’emploi, la crise, PCM, 1981, p. 99.

47 Bourdieu P., Passeron J.-C., Les Héritiers, op. cit., p. 18.

48 Ancien examen universitaire d’équivalence du baccalauréat.

49 Bourdieu P., Passeron J.-C., Les Héritiers, op. cit., p. 17.

50 Certificat d’Aptitude au Professorat d’Enseignement Technique.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site