Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Étudiants et le travail universitaire

 | 
Mathias Millet

Chapitre 1. Le primat de la matrice disciplinaire

Texte intégral

  • 17 La formule est empruntée à Passeron J.-C., Singly F. de : « Différences dans la différence : socia (...)

1Dans cette recherche, la filière d’études commande l’ordre d’analyse puisqu’elle constitue une matrice de socialisation, particulièrement discriminante, du travail universitaire tandis que les variations des conditions sociales d’origine des étudiants occupent une autre position puisqu’elles spécifient, dans le cadre de chaque matrice disciplinaire, cette socialisation17. Si la filière d’études est une puissante matrice de socialisation des pratiques, c’est d’abord en tant que cadre cognitif-disciplinaire spécifique, articulant une série de propriétés pédagogiques (degré d’encadrement, rythmes d’études, type d’enseignements, sanctions des connaissances) et structurant un ensemble de savoirs (scientifiques ou littéraires, appliqués ou fondamentaux, stabilisés ou en construction, nomologiques ou historiques, intégrés ou polymorphes), dont la définition est relativement indépendante des conditions sociales d’origine des étudiants. C’est ensuite en tant que filtre social-scolaire spécifique, variable du point de vue de la valeur sociale/économique et de la légitimité institutionnelle (sévérité de la sélection et de la compétition, valeur des diplômes, débouchés professionnels, visibilité sociale de la filière), qui cristallise en son sein un ensemble d’écarts sociaux et culturels liés aux processus diachroniques de production scolaire des populations étudiantes.

I – Écarts socioculturels et filtrages disciplinaires

  • 18 Queiroz J.-M. de, L’École et ses sociologies, Nathan, 1995, p. 13-20.

2Lorsqu’ils entrent dans l’enseignement supérieur, les étudiants ont déjà derrière eux un long passé scolaire fait de succès et/ou d’échecs, de sélections, d’orientations inégalement électives et “prestigieuses”. Ce passé scolaire, une fois transmué en actif ou passif scolaire, ouvre et ferme des portes, autorise ou non l’entrée dans certains secteurs de l’enseignement supérieur. Bref, lorsqu’ils arrivent dans l’enseignement supérieur, les étudiants ont déjà fait l’objet d’une multitude de tris scolaires dont découle leur orientation présente. Les sociologues ont depuis longtemps montré que ces tris ne s’effectuaient pas statistiquement au hasard. Le développement massif de la scolarisation et l’allongement général des scolarités a eu pour effet non d’annuler les inégalités sociales mais de les faire changer de forme18. De plus en plus médiatisées par l’école, les inégalités sociales subsistent mais se muent en inégalités de résultats, d’orientations et de parcours scolaires dans un système de plus en plus hiérarchisé et hiérarchisant. Comme l’écrit J.-C. Passeron :

  • 19 Passeron J.-C., Le Raisonnement sociologique, Nathan, 1991, p. 100.

« Les effets sociaux de la “dévaluation des diplômes” sur le marché du travail et la hiérarchisation des filières qui se sont multipliées assurent par des voies de fonctionnement équivalentes la fonction de modérateur de la mobilité sociale que l’exclusion scolaire réalisait plus brutalement et plus visiblement dans l’état antérieur des rapports entre stratification sociale et accès à l’École. La hiérarchie des filières et des établissements scolaires est aujourd’hui beaucoup plus directement en rapport avec les chances de débouchés professionnels que l’opposition entre scolarisation et exclusion ou que le temps passé dans les études. C’est un fait : depuis que la croissance économique associée à la demande éducative de nouvelles catégories sociales a réussi à transformer le recrutement de l’École, c’est tout le système des rapports entre qualification scolaire et stratification sociale qui, en se transformant, a tendu à minimiser les effets sociaux de la première transformation »19.

3Les trajectoires scolaires et les chances d’accès à l’enseignement supérieur et à ses différents secteurs sont ainsi statistiquement fortement corrélées aux milieux sociaux d’appartenance et à l’appartenance sexuelle. Autrement dit, les orientations des étudiants dans l’enseignement supérieur, donc l’expérience qu’ils peuvent en faire, qui dépendent largement de leurs parcours scolaires antérieurs, ne sont pas statistiquement indépendantes de leurs conditions sociales d’origine, les parcours scolaires étant eux-mêmes statistiquement fortement corrélés à ces dernières.

1. Cristallisation disciplinaire des écarts socioculturels

  • 20 Grignon C., Gruel L., Bensoussan B., Les Conditions de vie des étudiants, La Documentation françai (...)
  • 21 Lahire B. (collab. de Millet M. et Pardell E.), Les Manières..., op. cit., p. 15.
  • 22 Passeron J.-C., Le Raisonnement..., op. cit., p. 79-88.
  • 23 Ibid.

4C’est dire que les différentes filières d’études, en raison de l’effet des filtrages scolaires, n’accueillent ni ne composent les mêmes publics étudiants sous l’angle du sexe, de l’origine sociale, du capital scolaire20. Les filières d’études subsument un ensemble de différences sociales et culturelles car entre elles existent des écarts qui, outre ceux imputables aux logiques cognitives et pédagogiques, sont d’abord liés aux spécificités sociologiques et statistiques de leur recrutement, c’est-à-dire aux effets diachroniques de triage de leurs populations étudiantes. En comparant les manières de travailler dans deux matrices disciplinaires, la médecine et la sociologie, c’est à des différences dans la composition sociale des publics et dans les niveaux de sélection, dans les chances objectives d’avenir et les degrés d’encadrement, dans la nature des savoirs et les relations d’apprentissage que l’on est renvoyé. Si l’on peut théoriquement penser le travail universitaire étudiant comme le produit de l’effet combiné d’une matrice de socialisation disciplinaire et de conditions sociales d’origine spécifiques qui contribuent à discriminer les pratiques et leurs modalités, on ne peut faire non plus comme s’il y avait là deux ordres de réalités séparés21. Tout irait bien si ces niveaux de la réalité sociale étaient effectivement séparés l’un de l’autre, si les conditions sociales d’origine et par extension les trajectoires scolaires des étudiants n’étaient en rien liées à la filière d’études suivie, si les différentes conditions sociales avaient une égale probabilité statistique et sociologique de se retrouver dans les différents secteurs de l’enseignement supérieur, bref s’il était possible de raisonner “toutes choses étant égales par ailleurs”. Or, bien loin d’avoir affaire à deux ordres de réalité séparés, les liens qui s’établissent entre les matrices disciplinaires d’une part et d’autre part les conditions sociales des étudiants ne s’opèrent jamais par pure contingence sociologique. Le raisonnement sociologique perdrait en signification historique22 (et en pouvoir de comparaison) si l’on devait ne pas voir ce qui profondément unit les conditions sociales d’origine des étudiants aux différentes matrices de socialisation disciplinaire. Les premières sont une dimension constitutive de la filière d’études ou du groupe de filières d’études auquel elles sont attachées à un moment donné du temps, qui livrent toujours, pour peu que Ton ne raisonne pas de façon idiographique23, un ensemble sociologiquement pertinent d’informations sur les logiques sociales qui y sont à l’œuvre : légitimité institutionnelle d’une discipline, valeur social/économique des diplômes, cohérence des attentes, statut et sens des études.

2. Spécification des effets d’appartenance disciplinaire par les conditions sociales d’origine

5On objectera sans doute que les filières d’études ne composent jamais des publics totalement homogènes sous l’angle du passé scolaire ou de l’origine sociale. Cependant, les populations étudiantes des différentes filières d’études étant le produit d’un processus de production diachronique et se définissant, dans leurs spécificités, par un certain passé social et scolaire, on comprend que, la sélection des sous-populations étant effectuée, les écarts socioculturels entre les étudiants soient plus accentués d’un point de vue interdisciplinaire que d’un point de vue intradisciplinaire, quand bien même les inégalités intradisciplinaires peuvent être, d’un secteur d’enseignement à l’autre et en raison même du caractère inégalement sélectionné des sous-populations étudiantes, plus ou moins importantes. Une fois ce travail de sélection et donc de production diachronique réalisé, les étudiants d’une même filière d’études, précisément réunis par un certain passé social et scolaire, sont sociologiquement plus proches les uns des autres, quelles que soient par ailleurs leurs conditions sociales d’origine, que ne le sont, par exemple, deux étudiants de même origine sociale mais scolarisés dans deux filières d’études différentes, et ayant connu par-là même un parcours scolaire différent.

  • 24 Bourdieu P., Passeron J.-C., Saint-Martin M. de (dir.), Rapport pédagogique et communication, Mout (...)

6Cette affirmation ne signifie toutefois pas que les différences dans les conditions sociales d’origine n’ont pas d’effets perceptibles sur les pratiques ou les représentations du travail universitaire. Celles-ci gardent toute leur pertinence sociologique tant elles peuvent être au principe de représentations du travail universitaire, de manières de travailler et de suivre des études différentes. Mais une fois que les étudiants de diverses conditions ont été classés, sélectionnés, et orientés dans les différents secteurs de l’enseignement supérieur, c’est à l’intérieur de chaque discipline que leur influence est perceptible. C’est pourquoi on peut dire que les conditions d’origine spécifient, dans le cadre de chaque discipline, les pratiques et les représentations du travail universitaire. Ce n’est finalement qu’en succombant à l’illusion de pouvoir saisir « directement et exclusivement l’influence, même croisée, de facteurs comme l’origine sociale ou le sexe dans des relations synchroniques qui (...) ne prennent tout leur sens que dans le contexte de la carrière comme seule totalité concrète »24, que l’on peut conclure hâtivement à un affaiblissement de leur influence là où précisément, pour avoir exercé tous leurs effets de manière diachronique en répartissant et classant les différents étudiants dans les différents secteurs de l’enseignement supérieur, leur action ne s’exerce plus (ou moins) dans la pure synchronie.

  • 25 Galland O. (dir.), Le Monde des étudiants, PUF, 1995.
  • 26 Dubet F. « Dimensions et figures de l’expérience étudiante dans l’université de masse », Revue fra (...)
  • 27 Cf. Grignon C. (dir.), Les Conditions de vie des étudiants, PUF, 2000.

7L’analyse devrait inciter à plus de prudence dans les conclusions, et à ne pas voir dans l’affaiblissement des effets de l’origine sociale des étudiants mesurés dans la pure synchronie l’indice d’un dépérissement de son influence25, ni dans la complexification de l’enseignement supérieur le résultat d’un fractionnement indéfini du monde étudiant qui interdirait désormais d’en comprendre les expériences à partir des critères classiques de l’analyse sociologique26. On ne peut faire comme si des variables comme l’origine sociale ou le sexe fonctionnaient encore, dans ce contexte, comme de véritables variables indépendantes puisque celles-ci exercent l’essentiel de leurs effets à travers la médiation des trajectoires scolaires, des sélections et des orientations différentielles qu’elles ont initialement engendrées. Il ne faut pas oublier, en effet, que l’origine sociale joue d’une part sur la probabilité très inégale d’accès à l’enseignement supérieur, d’autre part sur la probabilité très inégale d’accès aux différents secteurs de l’enseignement supérieur, enfin sur la probabilité tout aussi inégale de mener des études longues27. Lorsqu’ils entrent et se répartissent dans les différents secteurs de l’enseignement supérieur, les étudiants ne sont plus seulement des étudiants de telle ou telle origine sociale. Ils sont des étudiants de telle ou telle origine sociale ayant connu tel ou tel parcours scolaire, telle ou telle orientation, telle ou telle sélection, et occupant telle ou telle position dans l’espace des positions de l’enseignement supérieur. Bref, ils sont des étudiants transformés par l’action des tris et des sélections scolaires. Dans ces conditions, on ne peut espérer saisir les formes du travail universitaire étudiant que dans la mesure où l’on garde à l’esprit que les différents étudiants ne sont jamais complètement réductibles à leurs caractéristiques sociales primaires (origine sociale, sexe...) appréhendées synchroniquement, mais qu’ils sont le produit de ces caractéristiques après transformation diachronique dont l’effet s’objective, dans la synchronie, par le fait d’accéder à une position universitaire particulière dans la hiérarchie des positions universitaires. Les pratiques d’un étudiant ne sont pas seulement celles d’un étudiant d’origine populaire ou de classe supérieure. Elles sont celles d’un étudiant d’origine populaire ou de classe supérieure occupant, après tris et filtrages, une position universitaire spécifique dans la hiérarchie des positions universitaires (classes préparatoires ou BTS, littéraires ou scientifiques) et disposant du champ des possibles (scolaires, cognitifs, professionnels...) afférent à cette position.

II – La matrice disciplinaire comme univers particulier d’exigences

  • 28 Millet M., « Économie des savoirs et pratiques de lecture. L’analyse des formes du travail intelle (...)

8Les filières d’études constituent des matrices de socialisation particulièrement discriminantes du point de vue des formes du travail universitaire en raison, d’autre part, de la spécificité sociocognitive des logiques intellectuelles et pédagogiques mises en œuvre. D’une matrice disciplinaire à l’autre, les étudiants ont affaire à des types de savoirs et des contextes pédagogiques ou didactiques différenciés qui ne supposent ni les mêmes outils de travail, ni les mêmes objectifs de connaissance, ni par conséquent les mêmes techniques et représentations du travail universitaire. Lorsqu’ils entrent dans une filière d’études, les étudiants pénètrent un univers particulier, relativement autonome, de savoirs, de pratiques et d’exigences, sur lequel se calent leurs comportements quelles que soient par ailleurs leurs conditions sociales d’origine28.

9Cela ne signifie évidemment pas que l’on a affaire, au sein d’une même filière, à des pratiques estudiantines homogènes. Les différences de condition sont susceptibles de générer des styles de pratiques et de représentations du travail universitaire distincts. Mais ce n’est jamais que dans les limites imposées par la nature même des actes du travail universitaire à fournir (fréquentation d’auteurs, enquêtes empiriques, mémorisation des cours, exercices d’entraînement), et des exigences incompressibles de la matrice disciplinaire (emploi du temps, contraintes de rendus). En ce sens, on comprend que le travail universitaire étudiant puisse d’abord varier d’une matrice disciplinaire à l’autre puisque change avec elle les contenus des savoirs et les objectifs du travail à fournir. C’est ensuite dans l’espace de ces jeux intellectuels que les différences de conditions peuvent imprimer au travail universitaire des phrasés nuancés. Ces derniers peuvent être plus ou moins disparates selon la sévérité avec laquelle les étudiants d’une filière donnée ont été sélectionnés ou sont encadrés. Mais les appropriations particulières qu’ils réalisent s’effectuent à partir des mêmes contraintes de base. En cela, ils restent parents et moins éloignés des phrasés par lesquels également les pratiques d’un autre espace de jeux intellectuels sont appropriées.

10Ainsi que nous l’exprimions à travers une métaphore sportive mettant en scène deux sports collectifs, le football et le rugby :

  • 29 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 14.

« À l’intérieur de chaque contexte sportif, il existe des manières de se comporter, des styles de jeu, qui peuvent varier selon l’origine sociale des joueurs (mais aussi selon leur passé de formation) ; toutefois les différences entre les deux pratiques de jeu sont plus fortes que les différences de style à l’intérieur d’un même jeu ; il n’est donc pas surprenant de constater, d’une part, une forte corrélation entre “jouer à la main à l’intérieur du terrain” et le type de jeu considéré et, d’autre part, une absence de corrélation entre cette même pratique et l’origine sociale des joueurs. Établir une telle corrélation n’a guère de sens en matière de pratiques sportives puisqu’il est dans la nature même des jeux de football et de rugby d’interdire pour l’un et d’autoriser, et même de développer pour l’autre, le jeu à la main à l’intérieur du terrain »29.

11De ce point de vue, les matrices disciplinaires peuvent engendrer, d’un secteur à l’autre de l’enseignement supérieur, des types de pratiques intellectuelles, des manières de travailler, des représentations du travail universitaire assez différents et relativement indépendants des conditions sociales d’origine des étudiants.

III – Morphologie des deux populations étudiées

  • 30 Passeron J.-C., « 1950-1980 : l’Université mise à la question : changement de décor ou changement (...)
  • 31 Le lecteur ne manque pas d’être déconcerté par le manque de nuance descriptive dont font preuve ce (...)
  • 32 Terrail J.-R, Destins ouvriers. La fin d’une classe ? Paris, PUF, 1990.
  • 33 Erlich V., Les Nouveaux étudiants, Armand Colin, 1998, p. 45.

12S’il faut reconnaître le mouvement d’élargissement des différentes couches de population accédant à l’enseignement supérieur durant les dernières décennies, certaines catégories sociales parvenant aujourd’hui à entrer dans l’enseignement supérieur lorsque leurs homologues, vingt ou trente ans auparavant, n’y accédaient pas, il ne faut pas pour autant conclure à la "massification" de l’université, non pas entendue en termes de strict accroissement du volume des effectifs mais en termes de dépérissement des privilèges sociaux30, ou de nivellement des modes de vie étudiants31. Contre la propension à voir dans l’accroissement du volume des effectifs universitaires l’indice d’une baisse générale des inégalités sociales, voire d’une uniformisation des conditions et des aspirations, il faut rappeler qu’en matière de scolarité supérieure tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Tout d’abord, la « démographisation »32 du supérieur et l’élargissement de sa base de recrutement ne doivent pas faire oublier qu’aujourd’hui encore seule une large minorité des jeunes en âge d’accéder à ce niveau d’études y parviennent effectivement. Suivre des études supérieures demeure, même avec des nuances, le privilège du petit nombre33. Les chances sociales d’accès à l’enseignement supérieur et à ses différents secteurs sont ensuite encore loin d’être également réparties selon les groupes sociaux. Enfin, l’accroissement quantitatif des effectifs étudiants est corrélatif d’un renforcement de la diversification et de la hiérarchisation des parcours universitaires, des filières et des cursus d’études aux réalités sociales souvent bien différentes.

1. Tableau des conditions d’accès à l’enseignement supérieur

a) Inégalités sociales dans l’accès à l’enseignement supérieur

  • 34 Grignon C et al., Les Conditions..., op. cit., p. 11-12.
  • 35 Erlich V., Les Étudiants, un groupe..., op. cit., p. 180.
  • 36 Ibid., p. 183.
  • 37 Ibid., p. 209.

13L’étude de la représentation statistique des différentes catégories socio-professionnelles dans le supérieur montre que les étudiants issus des cadres et professions intellectuelles supérieures y sont encore largement sur-représentés tandis que les étudiants issus des groupes sociaux les plus dominés, bien que présents en de plus fortes proportions aujourd’hui, restent sous-représentés. Les premiers composent 32,3 % des effectifs du supérieur contre 18,1 % pour les étudiants issus des professions intermédiaires, 7,9 % pour les étudiants de parents artisans, commerçants ou industriels, 16,7 % pour les étudiants de parents employés, 17 % pour les étudiants dont les parents sont ouvriers et 3,6 % pour les étudiants de parents agriculteurs34. Les écarts ont certes été réduits ces quarante dernières années puisque d’une représentation de dix fois supérieure des catégories socio-professionnelles les plus hautes sur les catégories les plus basses en 1960, on est passé aujourd’hui à une représentation de seulement quatre fois supérieure35. La différence reste toutefois considérable lorsque l’on sait que la représentation statistique des différentes catégories socio-professionnelles dans l’enseignement supérieur demeure inversement proportionnelle à leur poids statistique dans la population active. En 1962, les ouvriers constituaient 37 % de la population active mais ne fournissaient que 6 % d’étudiants alors que les cadres supérieurs et professions libérales qui représentaient 4 % seulement de la population active comptaient 28,5 % d’étudiants. En 1990, les enfants d’ouvriers représentent 14 % des étudiants alors que les ouvriers forment 28 % de la population active. Les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures fournissent, pour leur part, 30 % des étudiants pour seulement 10 % de la population active36. C’est donc, aujourd’hui encore, à une toujours forte sur-représentation des classes supérieures et à une non moins forte sous-représentation des classes populaires dans l’enseignement supérieur que l’on a affaire. De même, si les écarts dans les chances statistiques d’accès à l’enseignement supérieur ont considérablement diminué depuis les années 60, ils n’ont pas pour autant disparu. Là où, en 1962, un enfant de cadre supérieur ou de profession libérale avait quarante fois plus de chances d’aller à l’université qu’un enfant d’ouvrier, il ne bénéficie aujourd’hui que de sept fois plus de chances. L’avantage demeure cependant considérable si l’on précise par ailleurs que les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures bénéficient des chances statistiques de longévité scolaire les plus fortes37 et conservent, dans une large mesure, le privilège de l’orientation dans les secteurs les plus sélectifs de l’enseignement supérieur, c’est-à-dire dans les deux cas les chances d’accès les plus fortes aux diplômes les plus rares.

b) Répartition des étudiants selon l’origine sociale

  • 38 Ibid., p. 168.
  • 39 Aujourd’hui, les littéraires représentent 38 % de la population universitaire, Erlich V., Les Nouv (...)

14S’il faut rappeler que l’Université constitue, quel que soit le groupe social, la modalité d’accès à l’enseignement supérieur la plus fréquente38 – il en va de même pour les filières “Lettres et sciences humaines”39 –, la répartition des étudiants dans les différents sous-secteurs de l’enseignement supérieur selon l’origine sociale, le sexe ou le type de baccalauréat, varie sensiblement, et avec elle les profils du recrutement social qu’opèrent les filières d’études.

Tableau 1. Origine sociale et type d’études supérieures (% en colonnes)

Tableau 1. Origine sociale et type d’études supérieures (% en colonnes)

Grignon C. et al., Les Conditions de vie des étudiants, Paris, La Documentation française, 1996, p. 14.

  • 40 Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 12-14.

15Si l’on considère la répartition des étudiants par l’origine sociale, la hiérarchie sociale des filières40 s’étend des classes préparatoires aux grandes écoles et des facultés de médecine – les plus sélectives et “bourgeoises” dans leur recrutement puisque pas moins de 49,5 % et 48,7 % respectivement de leurs effectifs sont recrutés parmi les familles de cadres et professions intellectuelles supérieures –, aux Sections de Techniciens Supérieurs, les plus “populaires” avec seulement 11,6 % de leurs effectifs issus des classes supérieures. Ces étudiants représentent encore 24,4 % des effectifs en IUT, 28,4 % en Lettres et sciences humaines où ils sont sous-représentés, 36,9 % en Sciences et 39 % en sciences économiques où ils sont, au contraire, sur-représentés, la représentation statistique de la catégorie sociale dans l’ensemble de l’enseignement supérieur étant de 32,3 %. En revanche, les enfants d’ouvriers et d’employés représentent respectivement 30,1 % et 23,6 % des effectifs STS, 19,6 % et 18,3 % des effectifs IUT, 19,1 % et 17,2 % des effectifs de Lettres et sciences humaines, contre seulement 11,1 % et 10,3 % des effectifs CPGE, 10,1 % et 11,4 % seulement des effectifs en médecine. Les études courtes et techniques (IUT, STS), relative ment peu prestigieuses mais bien encadrées et professionnalisantes, qui offrent aux étudiants peu sûrs de leurs capacités scolaires le moyen d’échapper à l’anonymat universitaire des premiers cycles, sont celles dont la part d’étudiants issus des milieux populaires est la plus conséquente. À l’inverse, plus les études sont sélectives et prestigieuses, plus la part des étudiants issus des classes supérieures y est importante. Enfin, et s’agissant des secteurs universitaires sans numerus clausus, les filières Lettres et sciences humaines, dont les diplômes sont difficilement négociables sur le marché du travail et en perte relative de légitimité (notamment par rapport aux diplômes à caractère scientifique), se distinguent assez nettement des Sciences, du Droit, et des Sciences économiques où les étudiants issus des cadres et professions intellectuelles supérieures sont assez nettement sur-représentés.

c) Répartition des étudiants selon l’origine scolaire

16Si l’on considère la répartition des étudiants dans les différents secteurs de l’enseignement supérieur selon le type d’études secondaires suivies, celle-ci varie fortement en fonction non seulement de la nature du capital scolaire secondaire (plutôt scientifique, plutôt littéraire, plutôt technique) mais également du prestige scolaire de ce capital (série sélective, mention). D’un côté et pour simplifier, on trouve les filières à dominante scientifique qui recrutent l’essentiel de leurs étudiants parmi les bacheliers scientifiques C et DD’, et à un moindre niveau parmi les bacheliers techniques E et F. C’est le cas des classes préparatoires scientifiques dont les étudiants viennent pour 69,7 % d’un baccalauréat C (14 % de E, 13,3 % de F), des Sciences avec 46,9 % et 38,5 % de baccalauréats C et DD’, de Médecine avec 50,8 % et 39,4 % des étudiants détenteurs d’un baccalauréat DD’ et C.

Tableau 2. Type de baccalauréat et types d’études supérieures (% en lignes)

Tableau 2. Type de baccalauréat et types d’études supérieures (% en lignes)

Grignon C. et ai, Les Conditions op. cit., p. 26-27.

17De l’autre côté, les filières à dominante littéraire (au sens large) recrutent la majorité de leurs étudiants dans les rangs des baccalauréats littéraires A et B. C’est le cas des filières Lettres dont les étudiants viennent pour 59,8 % de A et pour 13,9 % de B, des Sciences humaines avec 34,3 % et 23,1 % de baccalauréats A et B, du Droit avec respectivement 25,9 % et 39,4 % de baccalauréats A et B. C’est encore le cas des CPGE littéraires avec 45,6 % et 18,7 % de baccalauréats A et B dont l’une des particularités est toutefois d’accueillir un grand nombre d’élèves issus d’un baccalauréat C (30,2 %), à la fois parce que de cette série sont issus les élèves scolairement les plus sélectionnés (voie royale du secondaire) et que, par ailleurs, le passage des sections scientifiques aux sections littéraires reste scolairement plus accessible que le mouvement inverse (des lettres aux sections scientifiques ou techniques). C’est pour une part ces mêmes raisons qui expliquent que les filières littéraires tendent à composer des publics à l’origine scolaire globalement moins homogène que les filières scientifiques qui recrutent la quasi-totalité de leurs effectifs parmi les baccalauréats C et DD’ et tendent à exclure, sauf exception, les baccalauréats à caractère littéraire. S’il y a bien une forte corrélation entre la section suivie dans le secondaire et l’orientation dans le supérieur, celle-ci est plus marquée pour les bacheliers littéraires (A et B) que pour les bacheliers scientifiques, moins limités dans leur choix. Alors que l’obtention d’un baccalauréat littéraire exclut pratiquement l’orientation dans un cursus scientifique ou technique, un nombre non négligeable d’étudiants de formation secondaire scientifique s’oriente vers les sections littéraires du supérieur, ces dernières exigeant des compétences supposées moins spécifiques et techniques que les filières scientifiques, c’est-à-dire censées être plus générales et généralement partagées. Ajoutons que ce sont également les filières les plus sélectives qui accueillent le plus grand nombre d’étudiants détenteurs d’un baccalauréat avec mention. On peut de ce point de vue distinguer, d’une part, les classes préparatoires où les détenteurs d’un baccalauréat avec mention sont largement sur-représentés (trois quarts des effectifs), et les UFR où leur nombre est bien moindre ; et d’autre part, parmi les UFR elles-mêmes, entre les filières les plus sélectives comme la médecine qui ne compte pas moins de 41,8 % d’étudiants détenteurs d’un baccalauréat avec mention, et les disciplines parmi les moins sélectives au nombre desquelles on trouve les Sciences humaines avec seulement moins d’un quart des étudiants détenteurs d’un baccalauréat avec mention.

2. Le nombre, source d’hétérogénéité. La sélection, source d’homogénéité

  • 41 Molinari J.-P., Les Étudiants, Éditions Ouvrières, 1992.
  • 42 Certeau M. de, La Culture au pluriel, Le Seuil/Points, 1993, p. 94.

18L’accroissement quantitatif des effectifs étudiants et l’arrivée massive de nouvelles catégories de population n’ont pas affecté de la même manière les différents secteurs de l’enseignement supérieur. Les étudiants “nouveaux entrants”, issus des couches de population jusque-là majoritairement tenues à l’écart du système d’enseignement supérieur, sont d’abord venus grossir les rangs des secteurs ouverts de l’enseignement supérieur, c’est-à-dire en premier lieu de l’université, et à l’intérieur de celle-ci des filières les moins sélectives comme les filières littéraires. Ensuite, les secteurs traditionnellement fermés comme les CPGE ou la médecine ont continué à limiter le volume de leurs populations et à recruter majoritairement ces dernières parmi les étudiants de hautes origines sociales, scolairement performants, échappant ainsi aux conséquences les plus patentes d’une croissance massive des effectifs étudiants, c’est-à-dire à la dévalorisation de leurs titres, à l’“hétérogénéisation” de leur public et à l’étiolement de leur encadrement pédagogique. Si l’on excepte les STS dont les effectifs ont été multipliés par vingt depuis leur création41, ce sont les secteurs littéraires de l’enseignement supérieur qui d’abord ont vu croître leurs effectifs dans des proportions extrêmement importantes (les sciences humaines tout particulièrement). En revanche, les effectifs des classes préparatoires n’ont guère évolué tandis que ceux de médecine ont décru avec l’instauration, dès 1971, d’un concours sanctionnant l’entrée en deuxième année. Cet accroissement différentiel des effectifs est venu sinon multiplier du moins renforcer les écarts entre les publics étudiants. Tandis que les secteurs fermés de l’enseignement supérieur trouvent dans la sélection le moyen de limiter leurs effectifs, les moins sélectifs doivent gérer des publics massifs, socialement, économiquement et scolairement disparates, notamment avec l’arrivée d’étudiants de première génération. La sélection, en triant un nombre limité d’étudiants spécifiques, compose des publics relativement homogènes et assure aux filières qui y recourent les conditions d’une adéquation maximale entre les dispositions des étudiants et les exigences de la formation. Le nombre, au contraire, est source d’hétérogénéité entre les étudiants42. Moins les filières d’études opèrent une sélection et plus elles laissent leurs portes ouvertes à des populations d’horizons différents dont les principes d’appréciation et d’évaluation ont toutes les chances de présenter de fortes divergences. C’est ainsi que l’inégale dispersion disciplinaire des populations étudiantes peut déterminer des variations intradisciplinaires inégalement accentuées dans les rapports aux études et au travail universitaire.

19C’est là une première différence entre les études de médecine et les études de sociologie. Ce qui ne manque pas de frapper le chercheur travaillant sur le travail universitaire des étudiants inscrits en médecine et en sociologie, c’est l’aspect inégalement uniforme et régulier de la pratique intellectuelle. Alors que le travail universitaire des étudiants médecins se présente sous l’aspect d’actes relativement stables, celui des étudiants sociologues s’offre sous un jour plus disparate. Cette inégale disparité des formes intradisciplinaires du travail universitaire résulte pour une part de l’inégale dispersion des deux populations sur le plan du capital scolaire et des parcours sociaux, et pour une autre des variations dans la nature sociale-cognitive des savoirs et des relations d’apprentissage (encadrement, type d’exercices, type de tâches, structure des corpus de connaissances...). C’est dire qu’on ne comprendrait qu’imparfaitement les formes (inégalement disparates) que prend, d’une matrice de socialisation disciplinaire à l’autre, le travail universitaire si l’on devait omettre de rendre compte des caractéristiques scolaires et plus généralement sociales de chacune des deux populations étudiantes étudiées.

3. Synthèse sur la structure des deux populations, médecine et sciences humaines

  • 43 Anciennement CSP.

20Comme le montre les tableaux présentés ci-dessous, le recrutement social de la filière médicale est incomparablement plus élevé que celui des sciences humaines tant du point de vue des PCS (Professions et Catégories Socio-professionnelles43) du parent de référence, du niveau d’instruction du parent le plus diplômé, que du point de vue du niveau de revenu mensuel des parents.

a) Conditions sociales d’origine : niveau d’instruction, niveau de revenu et professions des parents

2148,7 % des étudiants médecins ont des parents cadres et professions intellectuelles supérieures contre 29 % pour les étudiants de sciences humaines. Une majorité d’étudiants en sciences humaines provient de milieux employés (19,9 %) et ouvriers (18,8 %) alors que leur pourcentage représente moins d’un quart des effectifs en médecine, soit respectivement 11,4 % et 10,1 %.

Tableau 3. PCS du parent de référence (% en lignes)

Tableau 3. PCS du parent de référence (% en lignes)

Grignon C. et ai, Les Conditions..., op. cit., p. 14.

22Les écarts sont sensiblement les mêmes lorsqu’on compare les niveaux d’instruction du parent le plus diplômé. Les étudiants médecins sont issus de milieux sociaux très fortement scolarisés puisque 42,4 % d’entre eux ont un parent diplômé de l’enseignement supérieur contre seulement 20,9 % des étudiants de sciences humaines. Si l’on cumule les pourcentages d’étudiants dont le parent le plus diplômé est de “niveau baccalauréat” et plus, 60,6 % des étudiants médecins sont concernés contre 49,1 % seulement pour les étudiants de sciences humaines, plus fréquemment issus de milieux faiblement scolarisés : 21,1 % et 21,4 % d’entre eux ont des parents de niveaux “études primaires” et “études techniques” contre seulement 13,9 % et 12,9 % pour les étudiants médecins.

Tableau 4. Niveaux d’instruction du parent le plus diplômé (% en lignes)

Tableau 4. Niveaux d’instruction du parent le plus diplômé (% en lignes)

Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 15.

23Enfin, les étudiants médecins sont majoritairement issus de milieux fortement dotés sur le plan économique puisque 21,5 % et 22,2 % d’entre eux (soit en cumulé 43,7 %) ont des parents dont les revenus mensuels se situent entre “20001 F/25000 F” (3049,13€/3811,23€) et “25 001 F (3811,38 €) et plus”. Les étudiants en sciences humaines sont, en revanche, issus de milieux sociaux aux revenus nettement plus modestes puisque 21,5 % ont des parents dont les revenus mensuels se situent entre “5001 F/10 000 F” (762,4 €/1524,45 €) et 22,3 % entre “10 001 F/15 000 F” (1524,64 €/2286,74 €).

Tableau 5. Niveau de revenu mensuel des parents en francs (% en lignes)

Tableau 5. Niveau de revenu mensuel des parents en francs (% en lignes)

Grignon C. al., Les Conditions..., op. cit., p. 16.

b) L’inégale dispersion des origines scolaires

24En prenant pour indicateur de l’origine scolaire la série du baccalauréat suivie, les deux populations diffèrent non seulement par leurs origines mais également par l’inégale homogénéité de ces dernières. Alors que les étudiants en médecine sortent des mêmes séries du secondaire, à la fois prestigieuses et scientifiques, les étudiants de sociologie montrent une dispersion importante.

Tableau 6. Répartition des étudiants par série du baccalauréat selon l’appartenance disciplinaire (% lignes)

Tableau 6. Répartition des étudiants par série du baccalauréat selon l’appartenance disciplinaire (% lignes)

Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 26-27.

25La répartition des étudiants en médecine selon l’origine scolaire montre une forte polarisation autour des filières C et DD’ puisque 90,2 % en sont issus. Les autres sections ne sont représentées qu’à titre d’exception puisqu’elles n’atteignent pas, hormis les baccalauréats étrangers, les 2 %. C’est donc une forte homogénéité qui caractérise les formations secondaires de ces étudiants. En revanche, seulement 57,4 % des étudiants en sciences humaines proviennent des filières A et B. Les sections C, DD’ représentent, en pourcentages cumulés, plus de 20 % des effectifs et les étudiants issus d’un baccalauréat G encore près de 9 %. Les sections secondaires statistiquement les moins représentées en sciences humaines constituent donc, en pourcentages cumulés, une forte minorité : environ 29 % des effectifs. C’est dire combien, à l’inverse de leurs homologues médecins, les étudiants de sciences humaines sont loin de partager la même culture scolaire de base.

c) L’inégale “fortune” des scolarités secondaires

26En prenant pour indicateur de la performance scolaire des étudiants le pourcentage de ceux qui ont obtenu une mention au baccalauréat, il apparaît clairement que les étudiants en médecine ont connu, lors de leur scolarité secondaire, un niveau de “réussite” supérieur à celui de leurs homologues de sciences humaines.

Tableau 7. Mention au baccalauréat selon la discipline d’appartenance (% en lignes)

Baccalauréat avec mention

Baccalauréat sans mention

Sciences Humaines

20,3

79,7

Médecine

41,8

58,2

Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 26-27.

27Les étudiants en médecine sont deux fois plus nombreux que les étudiants en sciences humaines à détenir une mention au baccalauréat : 41,8 % sont sortis primés de leurs études secondaires contre 20,3 % seulement pour les étudiants de sciences humaines. Ces derniers ne constituent, pour leur part, qu’une petite minorité. Si l’on en juge par les caractéristiques de notre échantillon, les étudiants de sociologie interrogés sont en outre deux fois plus nombreux que les étudiants médecins à avoir redoublé au moins une classe au cours de leur scolarité secondaire. De même, un cinquième des sociologues (6/30) enquêtés a été contraint, pour décrocher le baccalauréat, de passer “l’oral de rattrapage”, lequel est imposé à ceux qui, pour ne pas être parvenus à la moyenne de dix au terme des premières épreuves, n’ont pas une moyenne inférieure à huit. Ces étudiants ont donc dû “rattraper” leur moyenne générale afin de la rehausser jusqu’à la note de dix. Aucun étudiant médecin n’est concerné par cette épreuve.

28Pour conclure sur ce point, les étudiants de médecine enquêtés se caractérisent par un niveau de “performance scolaire” plus élevé que celui des étudiants de sociologie. Ils sont non seulement moins nombreux à avoir redoublé une classe lors de leur scolarité secondaire mais ils sont en même temps plus souvent détenteurs d’une mention au baccalauréat alors qu’ils sont issus de filières secondaires plus sélectives que celles dont proviennent les étudiants sociologues. Enfin, l’origine scolaire des étudiants inscrits en sciences humaines est clairement plus hétérogène que celle des étudiants médecins détenteurs, sauf exception, d’une même culture scolaire de base.

Notes

17 La formule est empruntée à Passeron J.-C., Singly F. de : « Différences dans la différence : socialisation de classe et socialisation sexuelle », Revue Française de science politique, 1984/1.

18 Queiroz J.-M. de, L’École et ses sociologies, Nathan, 1995, p. 13-20.

19 Passeron J.-C., Le Raisonnement sociologique, Nathan, 1991, p. 100.

20 Grignon C., Gruel L., Bensoussan B., Les Conditions de vie des étudiants, La Documentation française, 1996, p. 11-30.

21 Lahire B. (collab. de Millet M. et Pardell E.), Les Manières..., op. cit., p. 15.

22 Passeron J.-C., Le Raisonnement..., op. cit., p. 79-88.

23 Ibid.

24 Bourdieu P., Passeron J.-C., Saint-Martin M. de (dir.), Rapport pédagogique et communication, Mouton/La-Haye, 1965, p. 44.

25 Galland O. (dir.), Le Monde des étudiants, PUF, 1995.

26 Dubet F. « Dimensions et figures de l’expérience étudiante dans l’université de masse », Revue française de sociologie, XXXV, 1994.

27 Cf. Grignon C. (dir.), Les Conditions de vie des étudiants, PUF, 2000.

28 Millet M., « Économie des savoirs et pratiques de lecture. L’analyse des formes du travail intellectuel étudiant en médecine et en sociologie », Éducation et Sociétés, Revue internationale de langue française, no 4/1999/2.

29 Lahire B., Les Manières..., op. cit., p. 14.

30 Passeron J.-C., « 1950-1980 : l’Université mise à la question : changement de décor ou changement de cap ? », in Verger J. (dir.), Histoire des universités en France, Privat, 1986, p. 409.

31 Le lecteur ne manque pas d’être déconcerté par le manque de nuance descriptive dont font preuve certains auteurs qui, face à la complexification sans précédent de l’enseignement supérieur, parlent de “moyennisation” du public étudiant pour caractériser sociologiquement l’univers étudiant : les étudiants sont « plutôt des jeunes de classes moyennes (soit par origine, soit par aspiration) qui partagent les valeurs de ce milieu », Galland O. (dir.), Le Monde..., op. cit., p. 202-203. Outre le caractère contestable de telles assertions, on peut s’interroger sur la pertinence sociologique d’un discours qui traite inévitablement des étudiants en général là où les études montrent qu’il n’existe pas d’étudiant moyen, mais une pluralité de profils étudiants. On pourrait montrer sans peine les connivences de ce type de description avec l’idéologie consensuelle et moderniste qui fait de la “masse”, la “culture de masse”, la “consommation de masse”, l’“université de masse” selon les cas, l’argument d’un nivellement des inégalités sociales, d’une atténuation des clivages sociaux, d’une uniformisation des modes de vie qui, dans les faits, se traduirait par l’étiolement des extrêmes et la montée en puissance de la classe moyenne, de ses valeurs ou de ses aspirations, suffisamment “moyennes” pour constituer un “terrain d’entente” au plus grand nombre et faire la synthèse des opposés. On trouvera une bonne analyse de ce type de conceptualisation chez Aymard M., Grignon C., Sabban F., « À la recherche du temps social », Le Temps de manger, MSH, INRA, 1993, p. 28.

32 Terrail J.-R, Destins ouvriers. La fin d’une classe ? Paris, PUF, 1990.

33 Erlich V., Les Nouveaux étudiants, Armand Colin, 1998, p. 45.

34 Grignon C et al., Les Conditions..., op. cit., p. 11-12.

35 Erlich V., Les Étudiants, un groupe..., op. cit., p. 180.

36 Ibid., p. 183.

37 Ibid., p. 209.

38 Ibid., p. 168.

39 Aujourd’hui, les littéraires représentent 38 % de la population universitaire, Erlich V., Les Nouveaux..., op. cit., p. 47.

40 Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 12-14.

41 Molinari J.-P., Les Étudiants, Éditions Ouvrières, 1992.

42 Certeau M. de, La Culture au pluriel, Le Seuil/Points, 1993, p. 94.

43 Anciennement CSP.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Origine sociale et type d’études supérieures (% en colonnes)
Légende Grignon C. et al., Les Conditions de vie des étudiants, Paris, La Documentation française, 1996, p. 14.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 2. Type de baccalauréat et types d’études supérieures (% en lignes)
Légende Grignon C. et ai, Les Conditions op. cit., p. 26-27.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau 3. PCS du parent de référence (% en lignes)
Légende Grignon C. et ai, Les Conditions..., op. cit., p. 14.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Tableau 4. Niveaux d’instruction du parent le plus diplômé (% en lignes)
Légende Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 15.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 5. Niveau de revenu mensuel des parents en francs (% en lignes)
Légende Grignon C. al., Les Conditions..., op. cit., p. 16.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 6. Répartition des étudiants par série du baccalauréat selon l’appartenance disciplinaire (% lignes)
Légende Grignon C. et al., Les Conditions..., op. cit., p. 26-27.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site