Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin après-midi. Séance dirigée par Jean-Daniel Candaux

Aux confins de la presse : information graphique et information écrite

Récits et plans de batailles

Pierre Rétat

Texte intégral

1L’objet de cet exposé se situe en marge des problèmes essentiels que nous pose la presse, en tout cas sur des confins peu explorés. J’ai conscience d’y pénétrer sans préparation suffisante, de ne disposer que d’une maigre documentation et de soulever des questions auxquelles je suis incapable de répondre. On jugera de leur pertinence, et de l’intérêt qu’il peut y avoir à les approfondir.

2Les gazettes qui paraissent en temps de guerre offrent à leurs lecteurs des récits circonstanciés de campagnes, de marches, de sièges, de batailles : texte complexe, qui paraît souvent répétitif et confus, qui provoque aisément l’ennui et suscite le mépris du lecteur moderne (il suscitait déjà celui de Voltaire), mais dont la place souvent massive doit retenir l’attention de quiconque veut prendre en compte l’intégralité des messages de presse et en chercher la signification. L’actualité de la guerre emplit par moments les gazettes et mensuels politiques, elle y installe un type de récit : il faut les lire, les analyser, pour tenter d’en préciser les conditions de lisibilité. Quels sont, par exemple, les traits constitutifs, comment s’articulent-ils entre eux pour former des modèles de narration et de vision ? Dans les opérations de la guerre, la localisation, le champ géographique sont des référents constants, fondateurs de la possibilité même du récit (encore faut-il voir dans quelle mesure ils y apparaissent). Le texte de la gazette s’ouvre donc sur ses compléments virtuels mais nécessaires : la carte, le plan. Des publicités en font mention, et l’annonce des plans de bataille suit presque toujours l’événement dans un délai de trois ou quatre mois.

3Le rapport du texte de gazette à lagéographie, abordé dans toute son ampleur et ses implications, exigerait une enquête générale, qui viendra peut-être. Je me contenterai de mettre ici à l’épreuve cette question dans un cas précis : la bataille de Rosbach (5 novembre 1757). Malgré le retentissement de cette cuisante défaite des armées française et impériale combinées, elle n’a pas donné lieu à l’époque à un traitement exceptionnel : précédée et suivie d’autres batailles ou sièges, elle est emportée dans le cours ordinaire des nouvelles de la guerre. Mais elle permet de repérer clairement la manière dont les récits et les plans qui les accompagnent rendent compte de ses caractères distinctifs : la manœuvre brillante de l’armée prussienne, l’utilisation du terrain, la rapidité de l’action. La référence topographique y est centrale et déterminante.

4L’analyse des récits de quatre gazettes (d’Amsterdam, de Cologne, de France, d’Utrecht), et des trois plans que j’ai pu rassembler, sera suivie de considérations plus générales, où je tenterai de tracer des voies de recherche et de poser des interrogations.

Analyse des récits et des plans

5Le tableau 1 compose la suite des récits qui paraissent dans les gazettes du 15 novembre au 17 décembre 1757. La longueur en est très inégale, quelquefois réduite au degré le plus succinct (R2). Dans des narrations plus détaillées, le combat lui-même n’est relaté qu’après un long préambule sur les mouvements des armées dans les jours qui précèdent (R9). Les trois récits officiels, issus des cours de Prusse, d’Autriche et de France (R9, 10, 11) paraissent les derniers, mais présentent aussi la version autorisée, définitive, de l’événement, qui était dès le début soumis à une diction plurielle et croisée : « relation préliminaire », « notions préalables » (R2, 4, 7), reçues de la cour de Prusse, de Magdebourg, ou d’un officier Français ; « détails authentiques » (R3), « particularités » (R4, 5, 7), « précis de circonstances » (R6). La gazette désigne ainsi un foisonnement de témoignages qui ont déjà un caractère officiel (R2 et 5 sont destinés à être envoyés à tous les « Ministres du Roi dans les cours étrangères ») ou dont l’origine reste privée (lettres d’officiers, R3, 4, 8).

6Peu importent ici les traits qui manifestent une partialité nationale : elle est sensible surtout dans les conclusions, dans l’appréciation de l’étendue de la défaite et dans le compte des pertes ou des trophées. 11 est déjà significatif qu’à sept relations prussiennes ne répondent que quatre relations de la part des alliés, et que la cour de France attende si longtemps pour publier un « détail » dont le public était si « impatient ». Je veux plutôt, par un traitement de l’ensemble des textes (et plus précisément de la partie concernant l’action du 5 nov.), dégager les éléments figuratifs du combat, et il m’a semblé que le seul moyen d’y parvenir consistait à relever la présence ou l’absence d’unités paradigmatiques, données fondatrices dont la totalité est inférée de la lecture des récits et des plans. La séquence se trouve ainsi brisée, et j’ai été incapable d’y appliquer une analyse comparative des récits ; mais, obéissant toujours à un ordre chronologique obligé, elle ne présente guère de variations, et le traitement adopté permet de retrouver les moments forts et privilégiés du récit, indiqués par l’insistance sur certains éléments et leur co-occurrence.

7Le tableau 2 fait suivre cette analyse des récits de celle des plans. Parmi ces derniers, excluons le troisième, publié à la Haye chez P. de Hondt : il est gravé sur une carte à petite échelle, probablement faute de matrice topographique convenable ; les corps de troupes y sont placés sans aucun souci de la réalité du terrain, illisible à cette échelle. La Bataille de Rosbach (P1), qui fait partie de la série des cartes et plans de la Carte d’Allemagne pour servir à l’intelligence de l’histoire de la guerre... de Baurain, Paris, 1765 (BN, Ge FF 3948), et le Plan de la Bataille de Rosbach (P2), tiré du Théâtre de la Guerre présente en Allemagne de Dheulland (t. III, 1759), qui l’emprunte d’ailleurs certainement d’une œuvre antérieure, publiée ou manuscrite, assortissent l’un et l’autre la représentation visuelle de cartouches explicatifs dont les renvois, en lettres ou en chiffres, permettent de retrouver une position, ou de suivre un mouvement. La fonction des renvois est donc de faire lire la carte, mais leur succession compose un récit qu’on ne pourrait inférer de la seule vision du plan. Ils ne forment pas un simple index : ils complètent la vision par de courtes séquences narratives (verbes au passé simple, relatives et circonstancielles). Il fallait donc, dans l’analyse de ces plans, faire la part de ces deux types d’information, linguistique et graphique, afin d’isoler éventuellement les éléments purement visuels, ceux qui font du plan un instrument d’information irremplaçable, et d’en apprécier la fonction propre dans la représentation de la bataille.

8La distribution des éléments informatifs dans les deux séries de documents fait apparaître des zones de densité variable, dont la répartition n’est pas exactement la même d’une série à l’autre. La détermination des éléments, qui conditionne l’analyse, n’échappe pas à l’arbitraire d’une manipulation empirique, et le degré d’insistance dépend d’une appréciation subjective. Mais je crois avoir procédé ainsi au traitement le plus économique des documents confrontés.

91 - Zones de forte concentration des traits et de plus grande insistance : les corps engagés dans la bataille, en particulier la cavalerie dont presque tous les récits soulignent le rôle essentiel ; la violence du feu d’artillerie et de mousqueterie ; le mouvement pendant l’action (déplacement sur les ailes, charges successives des Prussiens contre les escadrons de l’armée combinée...). Ces indications centrales constituent le noyau signifiant du récit : il met en scène et fait jouer les forces et les phases classiques du combat, à partir du schéma de l’ordonnancement tactique (centre et ailes). Les plans de leur côté visualisent et disent avec insistance cette structure et ces moments rituels de l’affrontement. On les retrouve encore dans les récits postérieurs, largement fondés sur les gazettes, de Chevrier et Dheulland.

102 - Zones de concentration moyenne. Elles correspondent à certaines circonstances distinctives de la bataille de Rosbach. Le mouvement et la rapidité de la manœuvre prussienne, l’attaque de flanc et, en regard, la formation en colonnes de l’armée alliée qui l’empêche de se mettre assez rapidement en bataille, et qui rend plus meurtrier l’effet de l’artillerie prussienne. Ces traits s’insinuent dans le schéma canonique pour le perturber, et pour en interdire le fonctionnement normal : triomphe du mouvement foudroyant et de la ruse. Un officier de l’armée de l’Empire le dit sans ambages : « il faut l’avouer, nous avons donné dans le panneau » (R.3).

113 - Zones de faible concentration : ce qui concerne les conditions concrètes de la marche des armées alliées, leur désordre et leur imprévoyance irréparable face à la manœuvre impeccable des Prussiens, enfin la panique qui les saisit et entraîne la déroute. Ces détails, qui ont leur prix, apparaissent dans des lettres d’officiers qui relatent le combat de façon très directe. Seuls deux récits prussiens signalent l’extraordinaire économie des moyens employés, de leur côté, en infanterie : six bataillons engagés, peu de cartouches tirées.

12Mais il faut surtout remarquer ici la part extrêmement réduite accordée par les récits à la configuration et à l’utilisation du terrain. Les rares précisions topographiques ne concernent que des noms de villages, et généralement à propos de la position initiale du camp prussien. Le défilement des troupes prussiennes derrière la colline dominant Rosbach vers l’est, mouvement qui permet la surprise et détermine l’issue du combat, est indiqué dans plusieurs récits (la GF parle d’un « rideau » qui permet aux Prussiens d’échapper à la vue), mais ne reçoit pas, et de loin, l’accent qu’il mériterait. Enfin, la position surplombante, et défilée au rebord de la colline, de l’artillerie prussienne, n’est signalée, et encore très vaguement, que dans R1.

13Les plans, de leur côté, ne rendent évidemment pas compte des conditions concrètes de la marche alliée, des retards relatifs qui s’y introduisent dans la hâte, ni du temps de l’action (brutalité de l’attaque, improvisation chez les alliés), et les renvois du cartouche n’en disent rien, même si le temps global est indiqué à la fin (P1). Ils ne rendent pas compte non plus du faible engagement de l’infanterie prussienne : elle paraît tout entière rangée sur deux lignes (surtout dans P2). Dans cette mesure les plans reproduisent graphiquement la convention centrale du récit le noyau optique où se concentrent les signes du combat répond au noyau narratif il multiplie les figures des corps affrontés, juxtaposant dans l’espace les positions successives. Cette transposition du temps ne peut s’effectuer que par des renvois difficilement lisibles. P2 évite les chevauchements gênants en doublant le plan principal d’un « second plan pour l’intelligence du second mouvement. »

14Mais contrairement aux récits, les plans visualisent parfaitement les positions respectives des armées sur le terrain, le déploiement de l’armée prussienne face à la paralysie des troupes alliées formées en colonnes, en contrebas, les feux croisés et nourris d’une artillerie et d’une mousqueterie favorablement placées (surtout P2) et dirigés contre une armée dont la puissance de feu est inexistante. Les seules conversions sont latérales et successives (aile droite), et n’engagent que la cavalerie dont l’action prépondérante est manifestée.

15Les informations visuelles jouent donc ici un rôle de complémentarité décisif. Elles révèlent ce que le récit ignore ou élude. Mais il convient d’examiner de plus près la représentation du terrain et les indications de son rôle dans la bataille. Les deux plans font apparaître des variations très sensibles, qui sont probablement en rapport avec les hésitations des cartes de l’époque et avec les diverses matrices que les graveurs ont eues à leur disposition. Elles affectent la forme, l’orientation, la masse des mouvements du relief, les distances relatives, et, sur le champ de bataille, l’effet visuel des lignes et des configurations du terrain. P1, accentuant le relief, rend mieux compte du défilement des Prussiens et des différences de niveau entre les deux armées. P2 tend à écraser et à simplifier (ligne à peine marquée et continue : c’est le « rideau » de la GF) ; plus clair, moins encombré de hachures, il repré sente plus finement les mouvements de cavalerie, mais il range toute l’infanterie prussienne, ainsi que l’artillerie, sous le « rideau », donc à découvert, gommant ainsi le mouvement à couvert, essentiel à l’action. Il semble qu’une convention implicite guide ici le dessinateur : les troupes au combat doivent être en vue ; la disposition du camp prussien avant l’action, sur les pentes dominant Rosbach, obéit peut-être à la même convention.

16On peut conclure de cette analyse que les récits, et les plans dans une certaine mesure, ont tendance à se fixer sur les structures permanentes de la bataille : disposition des troupes dans un espace sans détermination topographique précise où les mouvements relatifs des masses décident de l’issue. Les caractères originaux, réellement décisifs, n’occupent qu’une place secondaire, même si les principaux récits les signalent et il faut noter à cet égard la probité de la relation officielle française, en dépit d’effacements et de biais compréhensibles. Enfin, et surtout, le site topographique, son importance, sont presque totalement ignorés. On peut prendre la mesure de cette exclusion en lisant le récit de von der Goltz dans Rosbach et Iéna, composé d’après les journaux d’officiers prussiens et accompagné d’un plan que je joins au dossier, ou le récit de Waddington dans La guerre de Sept ans. Ne rencontrons-nous pas ici une limite de la représentation classique, qu’on retrouve dans le récit historique ? Consacrant à Rosbach un développement incisif, aussi rapide que la bataille elle-même, Voltaire fait seulement allusion à « deux collines garnies d’artillerie » « bien mieux postée que celle des Français », et considère comme déterminants « l’ordre singulier », la parfaite discipline des Prussiens (Précis du siècle de Louis XV, chap. 3 3). F. de Dainville remarque le manque d’intérêt prolongé, chez les cartographes des siècles classiques, pour le relief, l’absence de mesures d’altitude, l’inaptitude à regarder le terrain (Le langage des géographes, p. 165-166). Toutefois, dans les plans analysés ici, la représentation du relief et de la position des armées dans le site fournit une information visuelle frappante. La topographie y est en elle-même signifiante, et comble le manque du récit.

Questions

17Le court exercice auquel je viens de me livrer doit servir seulement de sondage et de jalon dans le projet d’une recherche plus vaste, qui tenterait de cerner les questions suivantes, entre autres possibles.

181 - Rapport de l’information écrite et de l’information géographique.

19Les gazettes d’Amsterdam et d’Utrecht annoncent régulièrement, en fin de livraison, avec les ouvrages nouveaux, les documents géographiques que les graveurs mettent à la disposition du public. Ils sont nombreux et mériteraient un inventaire. Mais le discours même des gazettes ne porte aucune référence à la carte ou au plan. Les mentions de lieu forment un des substrats fondateurs des nouvelles ; le lecteur en est assailli jusqu’au vertige, mais le soin de l’identification et du repérage lui est toujours laissé. Il fait partie du domaine d’une connaissance implicite, que partagent l’émetteur et le destinataire de la nouvelle.

20L’écrit de presse et les outils géographiques constituent donc deux systèmes de représentation hétérogènes, mais qui s’appellent implicitement l’un l’autre. Les cartes, les atlas, les « théâtres de la guerre » qui paraissent en grand nombre au début des guerres, en cours de campagnes, sont conçus comme un complément nécessaire du discours : ils disposent par avance le lieu référentiel de son déploiement (je vais y revenir dans la seconde question posée).

21Il semble donc que les études de presse ne doivent pas ignorer ce confin des discours qu’elles analysent : frontière à reconnaître, et plus encore condition de possibilité et de lisibilité des messages à expliciter. Les publications cartographiques ne sont pas périodiques : elles doublent le périodique comme autant d’« occasionnels » (en dehors de la documentation permanente des atlas). J’ignore si les historiens de la géographie ont abordé la production des cartes sous cet angle. Mais la permanence de ce système ancien de communication dans ce domaine doit intéresser les historiens de l’information.

22L’hétérogénéité des deux systèmes tient assurément à des contraintes de fabrication ; la gazette ne peut intégrer la carte pour des raisons techniques. Mais apparemment le périodique ne l’intégrera pas avant le XXème siècle, bien après la caricature, le dessin et la photographie (voir la note à la fin de cet exposé). Les spécialistes des média contemporains auraient probablement beaucoup à dire à ce propos, et la représentation géographique m’y paraît pauvre ou mystificatrice. Les contraintes techniques, ou de coût, n’expliquent pas tout. Peut-être doit-on songer à des contraintes dans le discours lui-même (écrit et/ou images), dans une tendance à l’autosuffisance de ses signes. Un mécanisme plus profond rejetterait donc toujours l’abstraction graphique sur les lisières : nécessaire, mais exclue.

232 - Formation et évolution de la représentation graphique des batailles.

24Un plan de bataille se crée dans la rencontre d’un récit et du cadre géographique fourni par les documents disponibles. Les atlas, « théâtres de la guerre », sont le lieu virtuel, préparé à recevoir les traces des événements qui se produisent (ce lieu porte d’ailleurs les traces antérieures, où l’histoire peut revenir : deux sabres croisés sont le symbole d’une bataille passée). Une petite échelle suffit à ce schéma d’attente. Le lieu réalisé devra au contraire agrandir l’échelle, pour qu’apparaissent les accidents du terrain, et que prenne sens l’évolution des armées. D’après mon estimation, P1 est au 1/73.300è et P2 au 1/55.500è environ, ce qui n’atteint pas le degré de développement indiqué comme moyen par F. de Dainville dans le plan militaire (1/28.800è, Le langage des géographes, p. 43). On voit clairement que le plan fourni par de Hondt (P3) où les masses des armées occupent un espace démesuré sur une carte grossière à petite échelle, ne fournit aucune des précisions nécessaires à l’intelligence de la bataille.

25Quelles sont les matrices des plans qui possèdent ce degré de précision ? Une recherche spécialisée s’imposerait ici. Selon F. de Dainville, beaucoup de plans restaient manuscrits, l’usage en était réduit et lié au secret militaire (p. 42, 67). Mais on aimerait connaître l’origine de ceux qui, après l’événement, étaient ainsi portés à la disposition du public. L’avertissement de la Carte d’Allemagne de Baurain, où se trouve P1, remercie le Prince de Soubise et des officiers généraux des plans qu’ils ont communiqués à l’auteur, et excuse l’ordre irrégulier où ils sont présentés par les difficultés et les délais pour se les procurer.

26Les différences de représentation topographique que j’ai relevées entre P1 et P2 font supposer des matrices différentes. Mais les variations seront encore très sensibles dans les plans de l’atlas de Jomini et de l’ouvrage de von der Goltz. Le choix d’une référence absolue serait donc illusoire. Chaque plan forme une totalité signifiante, où le dessin du relief, la position des troupes, l’indication des mouvements, dépendent d’une interprétation donnée par les divers topographes, les récits et les témoignages. Je regrette de n’avoir pu réunir ici des plans prussiens ou autrichiens du XVIIIème siècle.

27Les plans réunis sont tous en projection horizontale et le relief hachuré. C’est la méthode employée dès le XVIIème siècle par les ingénieurs militaires, mais il semble qu’elle ne s’est guère imposée généralement dans les plans de batailles avant le milieu du XVIIIème siècle (voir Dainville sur la représentation du relief, p. 169-170). Quelques sondages très insuffisants dans des collections de plans et dans la littérature militaire montrent que jusque dans les années 1730 prévaut la méthode de la perspective cavalière, accompagnée de nombreux éléments ornementaux (Folard, Commentaire de Polybe, 1727-1730 ; Baulieu, Recueil de cartes et plans, 1736). Quand, comment est-on passé d’un type de projection à un autre, d’un code visuel à un code symbolique (du bataillon de soldats piques levées au petit rectangle...) ? Cette évolution est en rapport avec la géométrisation de l’espace au XVIIIème siècle, que l’on constate par exemple dans les plans terriers.

28Il faudrait enfin étudier, au croisement de l’écrit et du visuel, la place qu’occupent et le rôle que jouent la tradition historique (Daniel, Velly...) et la tradition militaire (Feuquières, Quincy, Folard...). La première semble pauvre à cet égard, et surtout ornementale. La seconde occupée essentiellement de l’« ordre » tactique de bataille, de la distribution de chaque arme et de ses mouvements. Ce qui rejoint la constatation faite plus haut sur les récits de gazettes. Parmi tant d’incertitudes et de conjectures, il paraît en tout cas certain qu’au moment de la guerre de Sept ans s’impose le dessein systématique de compléter le plus vite possible le récit des campagnes en cours par une documentation cartographique et topographique exhaustive. Dheulland fait suivre le premier volume de son Théâtre de la guerre présente en Allemagne, contenant le « journal historique » de la campagne de 1757, d’un volume de planches géographiques divisées en carreaux pour le repérage, et de plans de villes. Le 3ème volume, contenant tous les plans de batailles, paraît en 1759, et l’auteur s’excuse de n’avoir pu réunir plus tôt les matériaux nécessaires, dont quelques-uns étaient manuscrits. Il remplit ainsi les promesses de l’Avertissement de 1758 : « On se flatte que le rapport qui se trouve des Descriptions, soit géographiques, soit militaires, avec les Cartes et les Plans de ce théatre de la guerre, donnera à tout le corps de l’ouvrage une forme intéressante » (I, p. VII). L’ouvrage est de ceux que méprise Voltaire : une compilation de gazettes. Mais il réunit précisément les deux types d’informations dont j’ai tenté d’analyser les rapports.

293 - La lecture du plan.

30Comment se lit un plan, quel effet cette lecture produit-elle, en comparaison de celui que produit un récit ?

31Comme le récit, le plan dispose les troupes, indique leurs mouvements respectifs et relatifs. Il suppose, pour être compris, une lecture par renvois, donc un temps, celui que prend le va-et-vient du cartouche explicatif aux lieux et éléments marqués par les renvois, et qui est celui de la lecture d’un récit. Mais il est aussi susceptible d’une subsumption synoptique, d’une saisie globale. Les renvois ont une double fonction d’ordonnancement et de successivité : mais cette successivité inscrit ses traces permanentes que l’œil peut reparcourir à loisir. Le plan rend mal compte, on l’a vu, du temps de l’action ; mais le lecteur qui l’examine longuement supplée ce manque par un balayage des positions successives. Il dispose du temps jusqu’à la limite de l’instantanéité. La perception s’y constitue donc en deux moments : celui de la lecture patiente, du débrouillage, celui de l’intuition finale, où l’immobilité du dessin révèle l’essence de l’action, la figure concentrée de toutes ses phases. Ce processus fait intervenir sans doute un mobile psychologique qui n’est pas de l’ordre de l’« intelligence », mais de la fascination.

32Le plan, dans ces conditions, permettrait d’atteindre le dernier point d’immobilisation, de capture d’un moment décisif. Sur le vaste « théâtre de la guerre », l’objectif cherche le lieu élu, grossit, cadre, fixe le champ. A ce système optique s’ajoute le système symbolique représentant les armes, les positions, les évolutions, la direction du feu, et qui permet de fixer la structure et le temps. Dans cette conjonction, l’espace se ferme et l’événement se saisit. A cet égard, le plan réalise parfaitement ce que les récits ne cessent de poursuivre, mais dans une sorte de tremblé qui vient de la successivité des traces écrites, et de leur multiplicité, destinée à accumuler de nouveaux « détails », de nouvelles « particularités ». L’importance que le public prête au récit officiel, le soin que met le pouvoir à le contrôler et à le rédiger, n’ont pas seulement un sens politique : ils répondent, dans l’ordre de l’écrit, au besoin de définition, d’arrêt, de clôture, que le plan viendra combler.

Note sur l’illustration cartographique dans la presse après le XVIIIème siècle

33Je dois les renseignements suivants à mes collègues de Lyon II R. Bellet et J.F. Tétu : les journaux illustrés du XIXème siècle ne comportent que des caricatures, surtout après 1830, des portraits ou des scènes dessinées (L’Illustration). Aucun quotidien n’est illustré (sauf dans les zones publicitaires marginales, après 1850) avant le Matin (à partir de 1903) et l’Excelsior (à partir de 1910, qui utilise la photographie). Aucune carte, aucun plan, sauf dans des journaux militaires spécialisés du Second Empire. Ils apparaissent, mais restent rares, pendant la guerre de 19141918 ; ils sont plus nombreux par la suite (guerre gréco-turque de 1920...).

TABLEAU 1. Récits de la bataille de Rosbach dans les gazettes

TABLEAU 1. Récits de la bataille de Rosbach dans les gazettes

Tableau 2. Analyse des éléments d’information (récits et plans)

Tableau 2. Analyse des éléments d’information (récits et plans)

Récits et renvois des plans : (+) mention rapide
++ mention insistante
Plans : 0 information visuelle

Plan 1 (BN, Qb' 5 nov. 1757)

Plan 1 (BN, Qb' 5 nov. 1757)

Bibliographie

Éléments de bibliographie

XVIIIème siècle -

Chevrier, Suite des mémoires pour servir à l’histoire de notre temps, par rapport à la campagne de MDCCLVII, quatrième éd., enrichie de plans, Francfort, 1758 (p. 6372).

Dheulland, Théâtre de la guerre présente en Allemagne, contenant la description géographique des Pays où elle se fait actuellement (...) accompagné d’un grand nombre de cartes relatives à ces opérations…, Paris, 1758-1762, 6 vol. (t.I, 1758, p. 167-169 ; plan de Rosbach, t.III, 1759).

XIXème siècle -

Jomini, Traité des grandes opérations militaires, ou histoire critique des guerres de Frédéric le Grand…, 4ème éd., Paris, 1851, 3 vol. et atlas (t.I, p. 325-337 ; atlas, Pl. VIII IX).

Goltz (C. von der), Rosbach et Iéna, trad. par le Commandant Chabert, Paris, 1890 (p. 6-14 ; plan).

Waddington (R.), La guerre de Sept ans, Paris, 1899-1914, 5 vol. (t. I, p. 617-629 ; plan).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Récits de la bataille de Rosbach dans les gazettes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Tableau 2. Analyse des éléments d’information (récits et plans)
Légende Récits et renvois des plans : (+) mention rapide++ mention insistantePlans : 0 information visuelle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Plan 1 (BN, Qb' 5 nov. 1757)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Plan 2 (BN, id.)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540