Versión clásicaVersión móvil

Corps, savoir et pouvoir

 | 
Sylvia Faure

Première partie. Un champ artistique en formation. De la Renaissance aux premières décennies du xxe siècle

Remarques méthodologiques

Texto completo

  • 29 J.-M. Leveratto, La Mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000, (...)

1Nous avons privilégié l’analyse de documents en « première main ». Quand nous nous sommes référée à d’autres types de matériaux (des thèses, des biographies et autobiographies, des ouvrages ou articles historiques, des textes officiels), il a fallu rester vigilante quant aux cadres épistémologiques de ces écrits — les hypothèses et les orientations théoriques n’étant pas toujours clairement établies. Ignorant qu’elles sont des modes de construction partiels d’une réalité qui se joue au travers de choix rhétoriques visant un public de lecteurs particulier29, ces écritures de la danse dorment à lire une vision des choses qui correspond aux schèmes de perception dominants, parce que « communs », de leur époque ou de leur champ disciplinaire. Aussi, en disent-elles souvent plus sur le contexte où elles s’énoncent (et sur les schèmes d’interprétation de ceux qui les écrivent) que sur l’objet de leur étude. Néanmoins, ces écrits restent des supports intéressants pour le sociologue, dans le sens où ils sont à interpréter, et non à prendre comme une source d’« informations » complètement objectivée.

2Dans l’espace des discours actuels sur la danse, majoritairement issus d’auteurs proches du monde artistique et de disciplines littéraires, la norme dominante est celle de la singularité. Elle conduit à constituer des analyses biographiques à dominante esthétique (décrire le travail d’un chorégraphe en particulier), que l’objet d’étude soit historique ou contemporain. Le mode d’énonciation privilégié relève d’une rhétorique plus ou moins « poétique », qui se veut en phase avec la pensée du créateur et ses valeurs. Cette logique d’exposition a des influences d’ailleurs sur une certaine « sociologie de l’art » à laquelle nous ne nous apparentons pas, qui relève moins d’une analyse empirique fondée théoriquement, que d’un méta-discours descriptif qui, par contraste, ne laisse guère parler directement les artistes dont il est question. Ces normes — qui s’ignorent souvent en tant que telles mais qui ne cessent d’être rappelées aux chercheurs qui ne les adoptent pas — tendent à censurer l’espace de la connaissance en mettant à distance un écrit selon une forme rhétorique qui va de pair la manière de traiter du sujet.

  • 30 Les exemplaires étaient consignés essentiellement à la bibliothèque de l’Opéra de Paris, à l’Arsena (...)
  • 31 M. de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, cf. p. 118-119.

3Les documents de « première main », auxquels nous avons eu accès, sont des traités de danse, des systèmes de codification lus en parallèle avec des « civilités », les lettres patentes de l’Académie royale de danse et le discours qui suit, des lettres d’artistes, des écrits pédagogiques, des autobiographies, et des traces (rarissimes avant le XXe siècle) permettant de saisir les méthodes d’apprentissage de la danse. Certains ont été réédités et sont aisément accessibles dans les bibliothèques spécialisées ou dans les centres de documentation sur la danse. La plupart existe en unique (ou rares) exemplaire(s).30 S’est alors posé un autre problème, celui du statut de ces sources. Que signifie la conservation des documents anciens (des traités, des lettres...) ? De quel processus de légitimation procède ce travail d’archivage ? Quelle valeur (sociale) accorder à ces écrits, censés être une empreinte (ou le tombeau, dirait Michel de Certeau) de pratiques et d’individus absents31 ?

Notas

29 J.-M. Leveratto, La Mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000, cf. la première partie de son ouvrage.

30 Les exemplaires étaient consignés essentiellement à la bibliothèque de l’Opéra de Paris, à l’Arsenal, et certains documents étaient disponibles au centre de documentation du Conservatoire National de Musique et de Danse de Lyon.

31 M. de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, cf. p. 118-119.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search