Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps, savoir et pouvoir

 | 
Sylvia Faure

Préface

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons à la conclusion du livre.
  • 2 L’étude de Jean-Michel Guy ne suit cependant pas une démarche qualitative de la réception, mais ef (...)
  • 3 S. Faure, Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La Dispute, 200 (...)

1L’analyse sociologique de la danse est balbutiante en France. Les rares travaux socio-démographiques des publics et des pratiques amateurs, les quelques articles et thèses disponibles actuellement ne peuvent pallier le quasi silence de la recherche fondée sur une épistémologie sociologique1. Il est étonnant, par exemple, de ne trouver aucune publication sur la réception des œuvres chorégraphiques2, ou sur les structures du champ de la danse, alors que ces questions sont depuis longtemps centrales dans la sociologie de l’art. La légitimité de la danse comme « objet sociologique » semble, en fait, peu affirmée. Pourtant, l’analyse de ses pratiques est susceptible de nourrir avantageusement des problèmes théoriques fondamentaux. Récemment, nous avons montré en quoi elle aidait à la compréhension des processus d’incorporation de savoirs et de savoir-faire3. La danse est aussi un terrain d’investigations intéressant pour interroger les formes sociales du travail artistique. Bien d’autres pistes de recherche pourraient être explorées, à condition qu’un véritable espace de connaissances et de critiques sociologiques se construise.

2L’élaboration de ce livre a évidemment été confrontée à la difficulté de la « table rase », comme nous venons de l’évoquer. Gageons que cet obstacle devienne, pour le lecteur, l’intérêt premier de l’ouvrage dont l’objectif est d’examiner les conditions sociohistoriques et politiques de la structuration du champ chorégraphique en France. Une première partie étudie les circonstances sociales, politiques et artistiques de l’émergence de l’art chorégraphique occidental. La seconde partie s’attache à rendre compte des situations de travail des artistes en les rapportant aux structures du champ « du temps présent » en France.

3Notre projet n’a pas été d’établir des biographies d’artistes, ni d’écrire une histoire singulière des œuvres et des trajectoires d’artistes connus et retenus généralement par les historiens de l’art ou par les critiques. En revanche, il a reposé sur l’hypothèse selon laquelle les opérations de la création se réalisent dans un espace relationnel qui délimite les modalités de production et de diffusion des œuvres. Cet espace — ou champ chorégraphique — s’exprime sous forme de contraintes et de possibles qui s’offrent différemment aux créateurs en fonction de leur propre parcours professionnel, des aides perçues pour exercer leur métier et de leur potentiel de diffusion. Ces contraintes (et possibles) sont d’ordres sociohistorique, économique et institutionnel et ne résultent pas uniquement du « talent » personnel ; faut-il encore que ce « talent » soit reçu et reconnu en tant que tel. Aussi, faire la sociologie du champ chorégraphique est une manière de donner un sens (sociologique) aux propositions artistiques singulières, que ces dernières choisissent d’emprunter les chemins de traverse de l’histoire de l’art chorégraphique, qu’elles suivent fidèlement ou qu’elles remettent en question les traditions et les « maîtres ».

4D’un point de vue méthodologique, nous avons opté pour le croisement des méthodes sociologiques en fonction des questions différentes que nous avons posées à propos de notre objet d’étude. L’analyse historicisée de la chorégraphie se fonde sur des descriptions de sources « de première main » complétées par des travaux de chercheurs en histoire de la danse. La recherche concernant les chorégraphes actuels relève en revanche des méthodes sociologiques, par entretiens approfondis avec des chorégraphes et des responsables de lieux culturels ou avec des acteurs institutionnels, et par l’envoi de questionnaires aux artistes, suivi de traitements statistiques. Des programmes de diffusion de la danse, sur deux années, ont également fait l’objet d’une analyse statistique.

Notes

1 Nous renvoyons à la conclusion du livre.

2 L’étude de Jean-Michel Guy ne suit cependant pas une démarche qualitative de la réception, mais effectue une analyse socio-démographique des publics de danse. Les Publics de la danse, ministère de la Culture et de la Communication, Département des études et de la prospective, Paris, La Documentation française, 1991.

3 S. Faure, Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La Dispute, 2000.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.