Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin après-midi. Séance dirigée par Jean-Daniel Candaux

L’almanach et la presse : l’exemple du Messager Boiteux de Colmar

Bernard Maradan

Texte intégral

1Dans la perspective d’une étude globale des réseaux différenciés d’information au XVIIIème siècle, il est délicat pour l’historien de délimiter des frontières précises entre l’ensemble du monde de la « Presse » et ses franges. L’information circule dans la France d’Ancien Régime selon de multiples créneaux : la diffusion de nouvelles par voie orale est, dans certains milieux sociaux, aussi importante voire même plus déterminante que l’information écrite. Dans ce contexte, l’intérêt que nous portons aux almanachs et particulièrement aux Relations curieuses de ces derniers est une tentative qui permet d’esquisser un processus, parmi d’autres, susceptible d’améliorer notre connaissance de la variété d’accès à une catégorie d’informations.

2Il faut convenir qu’une telle recherche ne peut s’effectuer sans opérer des révisions déchirantes qui, actuellement, ne font pas l’unanimité. L’historien sait d’expérience que toute étude est un jalon appelé à être, dans un avenir proche ou lointain, dépassé. C’est la raison pour laquelle il lui est impossible de ne pas remettre en cause certains travaux et de faire en sorte que les analyses de ses devanciers ne le conduisent pas à des impasses méthodologiques. Toute enquête rencontre inéluctablement des personnages qui, progressivement, sont devenus autant de statues de commandeurs. Un consensus a dévolu à Charles Nisard le territoire des almanachs sans, au préalable, tester son héritage culturel et cerner ses fondements politiques. Sans renier l’apport de son étude sur l’histoire des livres populaires et de la littérature de colportage, nous avons constaté que le rôle qu’il jouait au sein de la commission de censure du Second Empire dissimulait des préjugés et des ignorances étonnantes quant à l’origine de bon nombre d’almanachs. C’est pourquoi il nous paraît essentiel de substituer à une vision statique une approche dynamique dans l’appréhension des différentes catégories d’almanachs.

3Au cours de ce bref exposé, nous voudrions analyser une des modalités qui permettraient à une certaine catégorie de ces ouvrages de sortir du ghetto, aux limites fluctuantes de la littérature dite populaire. Pour illustrer notre propos, le choix du Messager boiteux de Colmar n’est pas innocent, pour deux raisons. La première s’inscrit dans la problématique que nous avons adoptée : saisir l’évolution d’un almanach sur deux siècles au minimum et, pour cela, choisir l’une des productions d’une famille d’imprimeurs-libraires, les Decker, dont les activités sont aussi importantes au XVIIIème qu’au XIXème siècle. La seconde procède du fait que Colmar, l’« Iroquoise » selon Voltaire, est située dans une province où le français restait l’apanage de groupes sociaux privilégiés ne constituant guère que 5 % de la population environ. Toutefois ce choix présente un grave inconvénient puisque la première livraison en français de cet almanach date de 1746 et que nous n’avons pu retrouver qu’un seul exemplaire propre à l’Ancien Régime, celui de 1765. Dans le cadre de cette étude, notre analyse se fonde sur 5 numéros, le dernier datant de 1802. L’histoire sérielle à laquelle nous aspirons, est dans l’état actuel de la documentation, impossible. Ce corpus limité peut cependant nous permettre de percevoir quelques problèmes fondamentaux.

La tonalité

4Du fait de la périodicité mensuelle des almanachs, le narrateur anonyme des Relations curieuses qui y sont insérées rencontre certaines difficultés journalistiques de la résolution desquelles dépend le succès d’une entreprise éditoriale de ce genre. Il s’agit d’éveiller ou de raviver la curiosité du public sur des événements déjà connus en adoptant une tonalité qui donne au récit l’attrait de la nouveauté. Le narrateur du Messager boiteux y parvient en captant le modèle informatif des gazettes de l’époque, tout en disposant de l’atout supplémentaire d’un historique succinct des événements de l’année écoulée. Ce faisant, il réalise, à sa manière, un des vœux permanents du rédacteur du Courrier d’Avignon, Morénas : informer le plus promptement possible tout en promettant à ses lecteurs la parution d’une synthèse historique, afin d’introduire une rationalité, alors que la gazette, elle, ne fournissait aucun fil directeur dans la trame événementielle.

5L’usage de transcrire des informations lues dans les gazettes étrangères était fréquent et montre bien la proximité des méthodes utilisées par gazettes et almanachs. Si nous prenons en considération les occurrences des mots utilisés pour annoncer ou introduire l’information, nous constatons qu’en 1765, les « lettres » et expressions qui donnent aux lecteurs l’illusion de la fraîcheur des nouvelles (« Une lettre de Leipzig du... », « On nous écrit de... », « Nous apprenons que... », « On mande de... ») sont utilisées 24 fois. En 1790, elles n’apparaissent que 8 fois, en 1793, 10, en 1798, 1 et en 1802, 7 : progressivement cet usage s’est estompé. Certes, la chute n’est pas linéaire puisque ce procédé qui représentait 34,7 % de l’ensemble des informations en 1765, en fournit encore 17, 9 % en 1802 après être passé par des soubresauts significatifs politiquement. D’ailleurs, le contrôle du pouvoir sur l’introduction des gazettes étrangères, sources de ces informations, s’accentue sous le Consulat et l’Empire.

6Ces dispositions législatives nouvelles obligent le rédacteur du Messager boiteux à adopter une stratégie nouvelle. Pour conserver une originalité aux informations qu’il diffuse, il doit donner l’impression à ses lecteurs d’être dans les coulisses du pouvoir. C’est ce qui apparaît par exemple dans la relation qu’il donne de l’attentat de la rue Saint-Nicaise. C’est du Ministre de la Police Générale lui-même qu’il tire ses conclusions : « Fouché fut du même avis (implicitement, « que nous »). Voici quelques passages du rapport qu’il adressa le 11 nivôse au Consul sur cet événement ». Ce rapport de Fouché, bien que paru dans le Moniteur, prenait ici une tonalité confidentielle. Ainsi un nouveau style narratif émergeait.

Les unités d’information

7L’organisation de l’ensemble des informations souligne une propension à donner de l’actualité un ensemble cohérent. L’événement extraordinaire, le fait divers signalent une curiosité traditionnelle. Mais les narrations et les énoncés sont abordés avec un souci de constituer une bibliothèque investie par l’historicité. La périodicité annuelle est propice à ce type d’exercice. Le récit des péripéties guerrières qui ont permis de conclure un traité, une alliance, révèle les rebondissements de l’action, les intrigues d’un gouvernement, les exploits d’un chef de guerre, la réussite enfin avec l’annonce de la paix. Le parcours narratif met en relief les passions de l’auteur. Tel est le cas de l’ensemble des guerres qui présidèrent à la signature de la paix de Lunéville alors que les Anglais, par contraste, maîtres des mers, « sur lesquelles naviguent les Européens sont encore le théâtre de la guerre », sont dénoncés vivement comme les fauteurs de troubles. Les énoncés militaires sont fragmentés en séquences, ce qui permet d’intercaler des informations rassurantes telles qu’un acte de courage ou de bienveillance. La guerre est ressentie comme une calamité par les civils ; la mémoire collective perçoit trop le cortège des atrocités, des pillards, des incendies, des saccages, pour que l’on ne la rassure pas par une historiette amusante. La terreur doit s’accompagner de sa contrepartie. Cette stratégie narrative discontinue délimite les possibilités du lecteur. Pour soutenir son attention, il est nécessaire de scander les énoncés, de les ponctuer à l’aide d’informations rassurantes sur la nature humaine. Ce besoin transparaît dans de courtes notations. Ainsi dans le Message boiteux de 1802 peut-on lire ce vœu : « Puisse le traité de Lunéville être le précurseur d’une paix générale afin que l’humanité souffrante se rétablisse des playes que les révolutions lui ont portées, et que sous les auspices de sages gouvernemens, l’industrie et le commerce reprennent leur activité primitive. » Ces récits eux-mêmes sont métissés. La description d’une bataille présente l’occasion de révéler les exploits, le courage des hommes, mais aussi les atrocités. Ainsi, le goût morbide pour certaines catégories de faits divers comme les actes de barbarie et les meurtres est-il transposé dans les détails que l’on donne des événements militaires. Les ruptures des descriptions sont ambiguës.

8Mais ne peut-on en dire autant des informations concernant les famines ? C’est là une interrogation dont nous devrons tenir compte dans nos analyses.

9Cette présentation liminaire du découpage des informations contenues dans le Messager boiteux de Colmar effectuée, nous avons regroupé l’ensemble des séquences informatives dans un tableau. Pour cela, nous les avons ventilées à l’intérieur de rubriques où chacune d’elles compose une unité d’information sans tenir compte de la surface rédactionnelle.

10Une lecture rapide de ce tableau fait apparaître la progression constante de la chronique des événements divers et extraordinaires. A l’équilibre de 1765, seul exemplaire dont nous disposons pour étudier la période pré-révolutionnaire, succède une croissance étonnante qui finit par son étoffement à réduire les autres chroniques. Il semble qu’une cassure ait lieu et que cette distribution nouvelle des unités d’information soit le résultat d’une échelle des valeurs différente. L’apparition de nouvelles rubriques illustre cette mutation. Les événements de portée générale s’effacent devant la primauté de l’acte individuel. L’exemple de l’importance de la chronique « Bienfaisance et actes de courage » s’insère parfaitement dans ce contexte. Les souverains cèdent la place aux citoyens. Curieusement, le fait divers, dans sa dimension la plus traditionnelle, s’esquive et les « événements singuliers de la nature humaine » ne représentent plus qu’un centre d’intérêt secondaire, remplacés alors par la rubrique « Facétie et satire sociale ». Nous trouvons sans doute, dans ce déplacement des centres de gravité de l’information, une tonalité propre à une période, liée néanmoins à l’émergence d’un nouveau système de références idéologiques. Dans le détail, bien que les énoncés valorisent l’exploit ou les méfaits individuels, il existe des chevauchements qui dissimulent un réseau de correspondances entre les différentes chroniques d’information. Les métamorphoses de la présentation créent des effets en trompe-l’œil qui font glisser une séquence d’une rubrique dans une autre. Les scénarios sociaux changent quant aux modalités narratives, mais la thématique, elle, est souvent récurrente.

Tableau. Unités d’information de La "Relation curieuse" du "Messager Boiteux" de Colmar

Tableau. Unités d’information de La "Relation curieuse" du "Messager Boiteux" de Colmar

Le temps des Lumières

11A l’abri du privilège général accordé par arrêt du Conseil souverain d’Alsace en date du 26 mai 1746, soit l’année même de sa première livraison en français, de faire imprimer et débiter en Alsace le Messager boiteux de Colmar, la famille Decker élimine la diffusion dans cette province du Messager boiteux de Bâle, publié par Conrad, alors que par sa présentation, il peut être considéré comme une contrefaçon de ce dernier. Ce privilège est renouvelé plusieurs fois, en général pour une durée de dix ans. L’exemplaire de 1765 présente une répartition équilibrée entre les six premières chroniques et la dernière. La chronique mondaine est particulièrement fournie, il n’y a là aucune surprise en un temps où l’on impute au « politique », c’est-à-dire aux souverains, la sagesse et l’espérance d’un bon gouvernement. Les informations techniques occupent une place privilégiée. On prête une attention considérable aux questions médicales, aux innovations techniques qui va s’étiolant par la suite. Cet ensemble consacré à des connaissances multiformes révèle une tendance à l’encyclopédisme. La septième rubrique ne se confond pas avec une recension de faits divers. La présence de faits, tels que révoltes, famines, faillites en est le témoignage. La volonté de s’informer sur les drames sociaux que vivent les hommes dessine les contours d’une véritable dramaturgie vivace dans la mémoire collective. La famine de Rome est un écho lointain d’une éventualité que peut connaître l’Alsace du XVIIIème siècle. La description minutieuse des mesures prises et des cérémonies religieuses qui ont eu lieu durant cette période laisse présager que la disette, les mauvaises récoltes, imprègnent toujours la mentalité de l’époque. Les révoltes ouvrières, en particulier des tisserands anglais, sont un signal d’avertissement pour les employeurs alsaciens ainsi que l’invocation des faillites. (Une unité d’information correspond à l’annonce de trente faillites). Rien n’est dissimulé ; la pauvreté et l’indigence sont des thèmes de réflexion proposés aux lecteurs. De ce fait, les événements extraordinaires, les faits humains mystérieux, les faits miraculeux prennent une coloration que l’on ne pouvait envisager a priori. L’information n’est pas élaborée à partir d’eux, et le fait divers n’envahit pas les colonnes de l’almanach de 1765, comme d’ailleurs ceux qui lui succèdent.

La période révolutionnaire

12L’acte individuel illumine les almanachs de cette période avec des thèmes récurrents comme la pauvreté, présentée par le biais de séquences narratives nouvelles. Alors que la famine de Rome était relatée à partir d’informations fondées sur une correspondance, en l’an X, c’est sous la forme d’une historiette morale intitulée : « Le voleur et le colporteur», qu’elle est présentée. Une mise en scène judicieuse permet au narrateur d’opposer l’avarice de la bourgeoisie urbaine à l’honnêteté de l’indigent qui, un moment transformé en voleur, ne peut se satisfaire de cette action et raconte au colporteur l’état dans lequel il se trouve lui et sa famille. C’est alors que l’acte de bienfaisance intervient car le colporteur fait don de ses écus à ce pauvre homme. L’opposition bourgeoisie / peuple se calque sur celle d’avarice / générosité. Peut-on voir là une forme subtile d’affrontement social tant le récit insiste sur la solidarité de deux personnages d’appartenance populaire ? Sans doute, mais avec une réserve capitale : cette historiette morale ne s’inspire-telle pas, et nos recherches ultérieures tendront à le démontrer, d’un conte ? Au cours de cette époque, l’esprit encyclopédique disparaît, la chronique technique devient insignifiante et l’événementiel militaire la remplace. Nous voici loin d’une littérature d’évasion : Le Messager boiteux de Colmar et de nombreux autres n’occultent en aucune façon les problèmes de l’heure. L’univers social est décrit à partir d’informations qui s’adressent à des groupes sociaux de niveau culturel différent.

13Par leur style informatif et par leur sensibilité à l’évolution du monde, les Relations curieuses du Messager boiteux de Colmar, en dépit de la faiblesse quantitative du nombre annuel d’informations, apparentent cet almanach aux autres organes de presse de l’époque et s’adressent vraisemblablement à un public soucieux, à travers les sollicitations de l’actualité quotidienne, d’acquérir une connaissance cohérente de la marche des événements. Cette préoccupation est, d’évidence, le fait de couches sociales très éloignées de l’univers populaire d’Ancien Régime tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Table des illustrations

Titre Tableau. Unités d’information de La "Relation curieuse" du "Messager Boiteux" de Colmar
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

Auteur

Centre Pierre Léon Université Lyon II

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540