Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Aux limites du faire : de l’engagement considéré sous la métaphore obstétricale

André Micoud

Texte intégral

1Je n’ai pas lu Sartre quand j’étais petit – dans mon éducation catholique sa lecture précoce était interdite – ce qui fait que je n’ai pas été familiarisé très tôt avec ce terme d’engagement. Ce n’est que plus tard, vers quinze à seize ans, qu’il est entré dans mon vocabulaire, véhiculé par ce qu’on appelait alors la « chanson engagée ». Moi-même d’ailleurs, petit auteur compositeur interprète, j’ai chanté contre le racisme, la guerre et la connerie dans quelques fêtes d’aumônerie et quelques salles de villages. Heureusement Coluche vint et son sketch hilarant, « Misère, misère... c’est toujours sur les pauvres gens... ».

2Voilà bien ce qui, avec l’engagement, m’a toujours fait me tenir sur le bord : sa proximité phonétique est trop forte avec l’embrigadement. Et pourtant, comme disait ma défunte mère, « l’enthousiasme est une vertu qu’on doit posséder, même si l’on doit en être dupe ! ». C’est sans doute la raison pour laquelle, lesté d’une telle sentence, je n’arriverai jamais à me désengager complètement. Ne me reste plus alors, pour vivre dans cette tension insoutenable..., qu’à essayer d’inventer une manière nouvelle de continuer à utiliser ce même mot d’engagement, mais pour lui faire dire autre chose. Puisqu’aussi bien je pense, en accord avec son étymologie la plus ancienne, que le mot d’« implication » ne fait plutôt qu’embrouiller les choses.

3C’est donc des résultats de cet essai que je voudrais faire part ici en espérant que, comme cela a été le cas pour moi, ils réconcilient avec ce terme interprété nouvellement ceux qui seraient encore fâchés avec ce qu’il a pu vouloir dire, mais qui se comptent néanmoins toujours dans les rangs de ceux pour qui « ça suffa comme çi ».

4J’ai intitulé cette contribution : « Aux limites du faire ». Telle sera en effet ma question centrale, qui concernera bien sûr le faire des sciences sociales, et plus précisément celui du sociologue qui les sert pour les faire servir au changement social qu’il espère.

  • 1 Sur cette notion d’oblique, cf. F. Jullien, Le Détour et l’accès, Paris, Grasset, 1995.

5Le sous-titre veut indiquer la voie, oblique, qui me guidera dans cette recherche : que d’être engagé n’est pas forcément le résultat d’un acte volontaire1. La première fois que je l’ai été, je n’y étais même pour pas grand chose, quand c’était ma pauvre mère, Dieu ait son âme, qui devait faire tout le travail !

6Avant toutefois que de démarrer mon propos, je me demande comment s’engager, en tant que sociologue, dans un travail sur l’engagement ? Je veux dire non pas le commencer, mais s’y investir. Comment s’engager en effet (dans ce second sens d’y mettre toute son énergie), dans un travail sur l’engagement quand, si l’on était conséquent, on devrait bien plutôt mettre toutes ses énergies dans un bel engagement bien réel au lieu que de les gaspiller dans des ratiocinations à son sujet.

7Tel est donc mon embarras à devoir dire quelque chose dans ce colloque et, en même temps, maintenant que j’y suis, mon souhait d’y participer le plus honnêtement possible. Et ce sera pour dire mon engagement pour que le sociologue s’engage certes, mais d’une certaine manière : non pas depuis un savoir qui sait déjà, mais au contraire en ne se mettant jamais à l’abri d’un questionnement sur sa propre discipline, c’est-à-dire sur la position d’énonciation, sociale et politique, que cette appartenance institutionnelle lui confère.

  • 2 Le titre du XVe congrès de l’AISLF qui s’est tenu à Evora (Portugal) en 1996 n’était-il pas « L’in (...)

8On a dit de l’herméneute – puisque telle est la tradition à laquelle je veux me rattacher – qu’il était l’homme d’une croyance déçue. Et je me demande de quoi donc est déçu le sociologue qui réfléchit sur l’engagement, et que pourtant il ne veut pas lâcher ? Je crois que c’est d’une croyance qu’il voudrait maintenir à tout prix et qui serait la croyance suivante : que les sciences sociales peuvent être pour quelque chose dans le changement social qu’elles étudient et auquel, dans la plupart des cas, elles aspirent aussi2.

  • 3 B. Pascal, Les Pensées, Éditions Lafuma-Seuil, fragment 200-347, cité dans Lettre chemin faisant, (...)

9Mon sentiment, que je voudrais essayer de faire partager, est que le sociologue devrait, lui aussi, essayer de faire le deuil de cette croyance native, seule manière, à mon avis, pouvant lui permettre d’être à nouveau présent au monde et d’avoir, comme tout un chacun, la seule tâche d’essayer de bien le nommer. « Travaillons donc à bien penser, voilà le principe de la morale » disait Pascal3.

10Telle est en effet l’idée que je voudrais soutenir : que l’engagement du sociologue ne devrait consister en rien d’autre qu’à bien nommer le monde. C’est Albert Camus, je crois, qui a dit que « mal nommer le monde, c’était contribuer à son malheur ». Mais ce « ne faire rien que bien nommer », assurément, n’est pas rien ; ne serait-ce que parce que c’est un acte.

11Dans une première partie, à partir d’une petite analyse du texte d’appel à communication où j’essayerai de montrer qu’on a là comme une réactivation de la position d’énonciation sociologique telle qu’elle est apparue à sa naissance, je me demanderai pourquoi cette réactivation, ou plutôt comment savoir si ce n’est qu’une répétition ou, au contraire, si c’est une reprise. Ce qui m’amènera, dans une seconde partie, à proposer une interprétation quant aux conditions initiales de la naissance de notre discipline. Ce sera, bien entendu, avec une idée de derrière la tête : comparer ces conditions avec celles qui me semblent pouvoir caractériser la situation actuelle, en tant que situation homologue, dans sa structure comme dans son ampleur : à savoir, l’apparition actuelle, dans les sociétés modernes d’une autre position d’énonciation qui, elle aussi, a des prétentions importantes, la position écologique. Et c’est dans une troisième et dernière partie que j’essayerai d’exposer en quoi, à mon sens, cette autre manière de nommer le monde, qui implique à la fois une autre façon de concevoir les sujets humains qui s’y trouvent engagés et une autre façon de concevoir ses manières d’agir, peut être une occasion pour le sociologue de réfléchir, à nouveaux frais cette fois, sur ce que c’est que de faire des sciences sociales. Est-ce que de ce nouveau monde, il peut et il veut en être un obstétricien... ?

Où l’on se pose la question de savoir ce que réactive ce colloque : une façon de nommer le monde

12Pour analyser ce que ce colloque réactive, regardons comment il nous cadre. Pour cela, lisons d’abord seulement la toute première phrase du texte d’appel à communication : « Inviter à réfléchir collectivement sur l’implication de la recherche et du chercheur en sciences sociales, c’est sans doute prendre pour objet commun (...) le fait que toute recherche en sciences sociales se trouve objectivement engagée dans le monde social et plus ou moins dans les affaires de la cité » (souligné par moi).

13Le sens de cette phrase sera plus visible quand on aura reformulé ce qu’elle dit de la façon suivante (reformulation que j’ai déjà faite en omettant une incise) : les sciences sociales, en tant que sciences et/ou pour pouvoir être sciences, se tiennent de soutenir qu’il y a, objectivement, quelque chose qu’elles appellent un monde social (c’est pour moi le mot le plus important) ce qui fait qu’elles peuvent poser ainsi qu’elles ont, en tant que sujet d’énonciation, un objet commun et qui est le fait suivant : « le fait que toute recherche en sciences sociales se trouve objectivement engagée dans ce monde social ».

14Voilà ce que j’appelle nommer le monde, et qui est un acte extrêmement important en ce qu’il consiste à dire, en même temps que l’existence d’un monde (le monde social), l’identité du « nous » qui est institué par cette nomination. Un « nous » qui n’est pas fait seulement des sociologues qui auraient cet « objet commun », mais, quand cette manière de nommer le monde est naturalisée par tant d’institutions (institutions sociales et non pas seulement sociologiques), un « nous » qui en vient à englober l’ensemble des êtres ; êtres qui se trouvent être qualifiés, ou sémantisés, en tant que « êtres sociaux », bien entendu.

15Mais revenons aux sociologues puisque c’est à eux que cette phrase s’adresse prioritairement. En ce qu’elle les enjoint à toujours reconnaître les conséquences pratiques de cette manière de nomination, cette phrase les institue comme héritiers de cette tradition. Quand bien même c’est pour les inviter à réfléchir, encore faut-il qu’ils le fassent en respectant ce cadre institutionnel.

16Une seconde lecture de tout le premier paragraphe cette fois (mais, qu’on se rassure, je n’irai pas plus loin dans ma lecture) peut, me semble-t-il, permettre d’étayer cette interprétation. On peut mettre en relief en effet ce qu’il y a de très canonique dans cette manière d’introduire à des débats, et que je résumerai en cinq points :

  1. pour pouvoir subordonner la « diversité des manières de faire de la recherche » (à savoir l’incise que j’avais omise dans ma première lecture), sous le présupposé d’un « objet commun » (le « fait » que « nous sommes tous déjà engagés »),
  2. on restitue le mérite de cette inauguration euphorique à un prédécesseur (Philippe Lucas),
  3. en la rapportant à une figure rhétorique « heureuse » qu’il avait développée : la « sociologie impliquée »,
  4. pour en dire la perspective, qui est de « maintenir vivantes »
  5. et « maintenir vivantes » quoi (puisqu’il y a un pluriel à « vivantes » au lieu que « la sociologie impliquée » est au singulier) ? : la « pensée et l’action » d’un homme.

17Manière tout à fait exemplaire, par cette dernière formule, de redoubler, (et même de redoubler doublement, cf. « les textes et l’activité ») et par là, je crois, de rendre visible, le couple philosophique paradigmatique qui se trouve être au fondement de la position d’énonciation sociologique, couple qu’il m’intéresse particulièrement de mettre au jour : la pensée et l’action. Ce couple est, à mon avis, au fondement de notre discipline (et toujours actuel, cf. « Raison d’agir ») et, pour cela même, mère de toutes les batailles qui s’y déroulent.

18Mais, deuxième étape de ma démarche, cette réactivation, cette invitation à réfléchir l’est-elle comme une répétition ou comme une reprise ?

19Je fais référence ici à la traduction récente par Noellie Viallanex, sous ce nouveau titre donc, « La reprise », d’un ouvrage de Kierkegaard (philosophe qu’il n’est pas incongru, je pense, de citer ici) longtemps intitulé « La répétition », (Gallimard 1990). Un ouvrage qui dit que, la deuxième fois, par définition, et même si ça ressemble beaucoup à la première, ça ne peut jamais être la même chose que la première fois. Appliquée à notre problème, la question devient celle-ci : est-ce que, à remobiliser le couple pensée/action sous le terme de « l’implication », on se donne les moyens de renouveler vraiment la question du « faire » sociologique ou, au contraire, est-ce qu’on ne fait pas que répéter toujours les mêmes apories ?

20Mais comment pouvoir répondre à une telle question de la différence ? Ou plutôt, est-il possible d’essayer d’y répondre scientifiquement ? Ne s’agirait-il pas là, par excellence, d’une occasion de vérifier si la sociologie, en tant que science, peut être à la hauteur d’une telle tâche : essayer d’appliquer à sa propre pratique – en tant que pratique sociale de part en part – (et n’est-ce pas cela, réfléchir) ce qu’elle prétend pouvoir effectuer sur d’autres domaines de la pratique sociale ? On imagine alors ce que pourrait être le programme de recherche à mettre en œuvre pour ce faire. Qui consisterait dans l’examen objectif des manifestations objectives de cette manifestation ; non pas seulement l’analyse de ce premier paragraphe, ni même du texte tout entier, mais aussi et surtout de la liste de ses organisateurs et de ses régulateurs, des liens qu’ils entretiennent entre eux, de la liste des participants et leurs statuts respectifs, de leur répartition entre les différentes séances, etc. Après quoi je laisse imaginer tout ce que l’on pourrait rajouter (d’entretiens, de biographies, de travaux d’histoire...). Certes, cet objet est peut-être un peu petit, mais il pourrait bien fonctionner comme un analyseur de l’état de la question dans la communauté sociologique et, peut-être même, au delà.

  • 4 Qui serait peut-être même, paradoxalement, une des meilleures manières de « maintenir vivante » la (...)
  • 5 « Fondation, nouveauté, limites, mémoires », Communication, no°52, 1992, p. 297 (cité dans Politix (...)

21On sent tout de suite ce qu’une telle manière de faire pourrait avoir, non pas tant de contradictoire avec une posture herméneutique (ou « impliquée »)4, mais bien plutôt – outre l’inconvenance civile qu’il pourrait y avoir à objectiver ainsi ceux qui nous invitent aussi aimablement – de proprement contradictoire avec le projet « scientifique » ainsi affiché, puisqu’aussi bien toute analyse de ce type ne pourra pas avoir d’autres effets que de faire durer ce cadre disciplinaire qui, en tant qu’institution, ne se tient précisément qu’à empêcher de donner une réponse précise à la question posée : répétition ou reprise ? « C’est bien le propre de la réussite institutionnelle, a écrit Judith Schlanger, que de configurer le mémorable pour tenter de s’emparer de l’avenir »5. Et comment y échapper ? N’a-t-on pas pu dire que critiquer la théologie n’était qu’une manière de toujours faire durer la théologie ?

22Voilà pourquoi, pour tenter de m’exorbiter des apories qui me semblent se tenir dans cette « heureuse formule » de la « sociologie impliquée » – parce que, au demeurant, et qui n’est peut-être pas étranger à son effet euphorisant, je n’arrive toujours pas à déterminer s’il s’agit d’une tautologie ou d’un oxymore – il m’a semblé nécessaire de revenir sur les conditions historiques de la naissance de la position d’énonciation sociologique, ici réactivée (autour notamment de ce couple la « pensée » et « l’action »). Retour donc, ou reprise qui veut se connaître comme telle, et qui voudrait tenter, pour répondre à la question posée de l’engagement du sociologue aujourd’hui, de se demander comment il l’a été la toute première fois. Pour ce retour, le concept cardinal que j’emprunte à Michel de Certeau est celui, déjà employé plusieurs fois de : construction d’une position d’énonciation. Où il s’agit, très précisément, de porter toute son attention au procès par lequel, par l’acte consistant à nommer autrement le monde, à la fois un sujet inédit advient à l’histoire (en se disant partie intégrante de ce nouveau monde qu’il nomme) et, en même temps, fait être le monde qui vient comme un monde dans lequel cet énoncé, et celui qui le tient, ne sont pas insensés. La construction d’une position d’énonciation – qui articule donc pensée et action d’une toute autre manière – est activité de cadrage, d’attribution de sens qui, à la fois cognitive et pratique, permet d’organiser l’expérience sensible.

L’acte de naissance de la sociologie

  • 6 C. Lefort, « L’ère de l’idéologie », Encycloyaedia Universalis, vol. 17, Organum, Paris, 1973, p.  (...)

23Pierre Legendre a écrit quelque part que le Texte tenait son autorité de la capacité de ceux qui le servent à faire oublier le procès historique de son écriture. Et Claude Lefort a écrit du discours idéologique qu’il était « un discours second qui suit les lignes du discours instituant, lequel ne se connaît pas, et, sous son effet, tente de simuler un savoir général sur le réel comme tel »6.

24C’est donc en me référant à ce type de problématique – qui récuse, je crois, la manière classique d’articuler la pensée et l’action – que je pense pouvoir dire qu’il convient de rappeler aujourd’hui que la sociologie s’est instituée comme position d’énonciation « scientifique » en nommant le monde comme monde social. Ce que, je le répète, fait à son tour la première phrase analysée tout à l’heure. Nommer le monde comme monde social donc, en prétendant qu’il y avait une pertinence pratique à le nommer – et à se donner les moyens de l’objectiver – de cette façon-là.

25Mais cela se passait quand, accompagnant le « moment pratique » où le monde européen se structurait effectivement et nominalement de cette façon là (avec sa « modernisation » et avec sa constitution en « sociétés » instituées par les États nationaux, économiques et sociaux), elle le posait comme objet connaissable et agissable, objet pour la pensée et l’action.

26Le thème de ce colloque consiste à explorer la spécificité (et la difficulté) du travail du sociologue qui tiendrait au fait qu’il appartient à la société qu’il se donne pour tâche de comprendre. Pont aux ânes de première année de sociologie. Mais a-t-on bien mesuré en quoi cette prétendue difficulté tient surtout à ce que la sociologie feint d’oublier : que ni la société ni le monde social ne sont des choses qui existent en soi, mais qu’elles ne sont que cela que le sociologue – qui les a nommés de cette manière dès leur origine – doit maintenir ainsi, en tant qu’entités objectives, pour tenir sa propre position d’énonciation (dont j’ai dit déjà combien elle avait partie liée avec cette objectivation) ?

27Et si, au contraire, rompant avec cette position substantialiste, on posait que, au lieu que la société ou « le monde social » soient des choses en soi, toujours déjà là, ils n’étaient jamais que ce qui avaient été en train de devenir, et d’être nommés (et totalisés) ainsi, du fait de la « question sociale » liée à la socialisation accompagnant le double mouvement d’industrialisation et de constitution des États-nations des XVIIIe et XIXe siècles, et du fait aussi des doctrines socialistes qui allaient avec cette expérience nouvelle, et du fait enfin des « sociologues » aussi qui « authentifiaient » ce moment pratique en lui conférant une existence théorique ?

  • 7 Prospectus du Journal de la société de 1789, 1790, cité par Dominique Damamme, « Entre science et (...)

28La « société » donc, dans cette nouvelle manière de voir, devient alors ce qui a été « en train d’avoir eu lieu » – à savoir la constitution, sous ce nom, des sociétés européennes modernes. Du coup, ceux qui se sont appelés « sociologues » – et dont on pourrait dire que le travail de nomination a consisté à hypostasier ce terme de « société », inventé avant eux par les marchands, les savants et les politiques (avec les sociétés marchandes, savantes ou secrètes), pour l’étendre à toute « la » et à toutes « les sociétés » – sont à comprendre, depuis le point de vue d’aujourd’hui, comme ceux-là qui se sont donnés pour tâche à la fois de comprendre et d’accompagner ce passage, de le penser et de l’agir en même temps donc, quand, comme on l’aura compris, ils en étaient tout autant produits comme les agents nécessaires. Ce qui fait que pour nombre d’entre eux, cette science (comme toute science) ne pouvait être qu’émancipatrice, qui les faisait sortir d’un ancien monde pour les faire entrer dans un nouveau. On peut citer à ce propos la phrase de Condorcet : « Il doit exister aussi pour les nations, un art d’assurer et d’augmenter leur bonheur : c’est ce qu’on appelle l’art social. Cette science pour laquelle travaillent toutes les autres sciences... »7.

29Rappelons toutefois que cela n’alla pas tout seul quand, dans le même temps (mais était-ce bien « le même temps » ?), bien plus nombreux étaient ceux qui pensaient qu’il n’y avait rien de nouveau sous le soleil ; c’est-à-dire que l’on pouvait toujours continuer à nommer le monde comme avant. Une position d’énonciation, ça doit se conquérir.

30L’examen du fait que cette position d’énonciation eut partie liée avec la construction contemporaine d’une posture « scientifico-scientiste » (on a même défini la sociologie sous le projet d’une « physique sociale » qui pourrait parvenir à en énoncer des « lois » universelles) nous emmènerait trop loin. Tout au plus peut-on se demander si ce projet, articulé avec cette posture (« considérer les faits sociaux comme des choses »), et qui consiste à croire possible une objectivation du social, n’était pas possible par ce fait qu’au même moment il devenait également possible de considérer les individus humains comme des objets (on disait alors « force de travail ») ?

  • 8 Cf. à ce sujet Les Raisons de l’action publique ; entre expertise et débat, CRESAL, L’Harmattan, 1 (...)

31Voilà donc le monde « social » dans lequel nous sommes. Dans lequel nous sommes encore, ai-je envie de dire. Qui se tient de séparer la pensée et l’action (ou « le savant et le politique » selon une autre formule canonique) comme pour faire oublier les conditions de sa naissance, quitte à ce que, de façon récurrente, soit reprise la chanson du « comment les faire tenir ensemble » quand, comme on le sait bien mais comme on n’arrête pas de l’oublier, au début du début, la pensée « sociologique » et l’action « sociale » étaient on ne peut plus mélangées8. Monde qui se tient également de continuer à poser, d’un côté un « monde social », objectivable dans sa constitution sous ce formatage symbolique en forme de « sociétés », et, de l’autre côté, qui lui fait face tout en en étant une partie prenante en même temps, l’individu sociologue, comme super-sujet social. Au lieu que, je crois, l’un et l’autre concept, société et individu, se sont plutôt constitués mutuellement et de concert, lors d’une période historique déterminée qui a construit elle-même son propre « horizon d’attente ».

32La question devient alors (qui est, sous une autre forme, la même que celle qui disait « répétition ou reprise » ?) celle de savoir si c’est bien nommer le monde que de continuer à vouloir le nommer, encore, dans ces catégories là ? Ce qui impliquerait que nous sommes toujours dans le même.

Y a-t-il un autre monde en train de venir ?

  • 9 Par cette expression du « monde qui vient » et dont je sais la tournure « prophétique », je fais a (...)

33Parce que bien sûr, le seul fait de me poser la question de savoir si les catégories sociologiques sont toujours pertinentes pour bien nommer le monde qui vient, cela veut dire que je m’engage9. Que je m’engage pratiquement en postulant qu’il pourrait bien être en train de s’en constituer un autre de monde, mais que, par définition et parce qu’il serait autre, nous ne pourrions pas le reconnaître avec nos mots et avec nos instruments hérités.

  • 10 Je pense ici, manière de « maintenir vivantes » sa pensée et son action, au chemin que Philippe Lu (...)

34Telle est – soit dit en passant – une première explication de la métaphore obstétricale : et si, être engagé, ça n’était jamais qu’être entre deux mondes et avoir à décider de rester dans l’un ou de se risquer dans l’autre ? Soit, très concrètement parlant, continuer à employer les mots de sa tribu ou décider d’aller voir de plus près ce qui disent les manières de parler de l’autre ? Ou encore, sortir d’une position d’énonciation confortable à la mesure de ce qu’elle est instituée, pour comprendre comment cela se peut que d’en construire une autre10.

35Je voudrais dire rapidement à présent en quoi l’analyse des pratiques sociales que j’observe depuis de nombreuses années (et qui concernent l’environnement et le patrimoine) me permet d’argumenter cette thèse, non pas seulement de la constitution d’un nouveau monde, mais surtout de ce qu’une telle constitution ne me semble pas pouvoir être appréhendée par une connaissance sociologique qui ne modifierait pas en profondeur ses instruments de compréhension.

36Telle est bien, je crois, le cœur de mon problème – et de mon « engagement » donc. Ce problème n’est pas tant de convaincre les gens des sciences sociales de la positivité, qui serait en cours de constitution, d’un nouveau monde « écologique ou patrimonial », mais bien plutôt, à partir de l’observation de la construction sociale de cette nouvelle positivité (et pas d’autre manière de le faire que de prendre au sérieux les manières selon lesquelles elle s’énonce, les figures qu’elle utilise pour le rendre imaginable, les concepts qu’elle forge pour le rendre rationnel...), que de leur faire prendre conscience de l’importance de l’émergence actuelle de cette autre position d’énonciation, qui dit autrement le monde et qui donc institue d’autres sujets. Comme les pères de la discipline l’ont constituée comme telle en se colletant avec la « question sociale », il nous appartient, au minimum, en nous colletant avec la « question écologique », de nous demander si les catégories de compréhension qu’ils avaient forgées en leur temps sont toujours adéquates à la situation nouvelle.

37Ce problème, comme on l’aura sans doute reconnu, est de facture typiquement herméneutique (qui a dû pour se dire employer par trois fois les termes « autre » ou « autrement ») et, surtout, ne peut pas se résoudre à séparer la connaissance d’une positivité de celle des manières par lesquelles elle s’énonce et par lesquelles elle s’institue. Il n’est pas possible en ces matières de dissocier le matériau du langage utilisé pour le nommer. Puisqu’aussi bien, nommer autrement le monde revient, ipso facto, à changer les manières de se penser et de penser l’action qu’on peut avoir sur lui.

38Bien entendu, et ceci est toujours lié à la même posture (à savoir une extrême conscience de l’historicité et des contextes des œuvres humaines), c’est à l’existence concrète ici et maintenant, de ces autres manières de faire, de parler et d’instituer que je dois, à mon tour, de pouvoir en parler. Loin de les précéder, je ne fais qu’essayer de les suivre. Or, et il me semble utile de le rappeler, quand lesdites manières de parler et de faire peuvent aller jusqu’à récuser la pertinence de distinctions aussi importantes pour l’imaginaire du « monde social » que celle de droite/gauche, de réactionnaire/progressiste ou de libéralisme/socialisme, je crois bien que le sociologue se doit, au moins, d’avouer son malaise. En tout cas si, plutôt que d’en rire, ou plutôt que de les mépriser, il s’évertue seulement, comme le demandait Spinoza, à essayer de les comprendre.

  • 11 Essai d’herméneutique II, Paris, Seuil, 1986.

39Et alors, poussant plus loin le raisonnement, je veux dire la réflexion, il peut légitimement se demander si, travaillant à l’échec du « procès de dissimulation de l’institution du social » (ce qui est, selon Lefort, le procès de l’idéologie), ces manières de nommer autrement ne sont pas à prendre en compte comme participant, à leur manière donc (« utopiques » au sens de Ricœur11), et donc différentes de celles des spécialistes du « monde social », à la construction de la vraisemblance sociale de la nécessité de sa réorganisation (effective autant que cognitive). Il ne peut y avoir une autre façon d’être au monde que quand on aura construit la vraisemblance partagée (plurielle ?) d’une façon nouvelle de le nommer.

40Et c’est ce qui m’amène – sur ce plan problématique de la construction des positions d’énonciations en ce que celles-ci, pour être toujours engagées dans l’histoire, peuvent l’être de différentes manières – à proposer l’interprétation selon laquelle la situation actuelle est, pour ce qui concerne la manière écologique de nommer le monde, dans un rapport d’homologie avec celle de la sociologie à ses débuts. Comme hier il y avait, inextricablement mêlés, des utopistes, des socialistes et des sociologues qui tous en appelaient à un autre monde (celui qui, de fait, était en train d’advenir, urbain et industriel), il y a aujourd’hui, non moins inextricablement mêlés, des « baba-cool », des écologistes et des écologues qui disent travailler à l’avènement d’un nouveau monde (énonçable comme transcendant les « sociétés » et le seul temps présent).

41Sans développer l’argumentation à l’appui de cette interprétation, il est possible de dire ce qui me semble en être le point essentiel : quand bien même l’une et l’autre auraient nom de science, aucune des deux, à ce moment de leur constitution, ne place la connaissance (au sens de la connaissance pour elle-même) au sommet de la hiérarchie de ses valeurs. La connaissance y est certes importante, sans quoi ne seraient pas ces auto-nominations scientifiques, mais elle est connaissance au service de quelque chose qui est posée comme la transcendant et qui vaut que, dans une certaine limite, on s’y sacrifie : à savoir l’avènement d’un autre monde et d’une autre façon de pouvoir y vivre en conformité avec des valeurs nouvelles (hier le progrès social aujourd’hui la protection de la vie, de la vie humaine aussi bien). Dans les deux cas, l’expert ou le scientifique, y devient indistinguable de son opposé complémentaire, le militant. En ces moments de la naissance d’une autre manière de nommer le monde (hier le « monde social » aujourd’hui « le monde vivant »), le cognitif et le pratique, la pensée et l’action ne sont pas distinguables.

42Sauf que, la deuxième fois, ce n’est pas comme la première. Quand la foi dans la science sociale pouvait être entière (question d’époque), celle que l’écologie met dans la science est beaucoup plus ambivalente.

43D’où ma question conclusive (pour répondre, en mon nom propre, au titre de cet atelier, « savoirs et chercheurs dans la cité ») : en quoi le « monde qui vient » invite-t-il la position d’énonciation des sciences sociales à réinterroger ses présupposés fondateurs, interrogation qui lui permettrait d’être à la hauteur des responsabilité nouvelles inhérentes à cette situation nouvelle ? Comment pourraient-elles à nouveau s’engager – dans une reprise plutôt que dans une répétition – pour continuer à être des sciences humaines ? Qu’est-ce que, maintenant, elles devraient prendre en compte alors que, pour constituer le « monde social » comme objet, elles avaient dû le tenir pour problèmes négligeables ?

44Ce sont les trois dimensions que l’énonciation écologique lui reproche d’avoir « oubliées ».

45En premier lieu la nature bien sûr, mais qui, je crois (après Michel Foucault qui parlait de bio-pouvoir), est bien plutôt la nature en tant qu’elle est vivante ou support du vivant. Pour nous, gens des sciences humaines, cela implique de ne plus négliger ce fait que l’homme est un être vivant, c’est-à-dire qu’il a un corps, dans un milieu, avec des sens, et qu’il n’est pas réductible à sa seule conscience. Les sciences sociales ne devraient jamais oublier que leur apparition fût contemporaine de celle de l’hygiénisme (face biologique de la « question sociale » en tant que celle-ci est apparue avec la concentration urbaine des populations). Cette mémoire pourrait les rendre plus sensibles au fait suivant : que l’écologisme présent n’est sans doute que la manifestation du déplacement des enjeux à l’échelle mondiale, biosphérique, de la gestion des ressources vivantes par l’espèce humaine. Bien sûr, si l’humain se trouve ainsi réarticulé au vivant, les faits sociaux qui le concernent ne pourront sans doute plus être considérés de la même façon comme des choses, et ni non plus son Histoire aussi nettement séparée de son Évolution.

46Deuxième ensemble négligé par les sciences sociales : le monde des objets produits par les hommes et sans lesquels aujourd’hui il n’est plus possible de penser le social ordinaire, médié qu’il est par cet environnement technique devenu vital. La nature dont on vient de parler est déjà une nature complètement anthropisée quand bientôt ce qui reste de naturel dans la reproduction humaine pourrait être complètement artificialisé (ne parle-t-on pas de naissance médicalement assistée ?).

47La prise en compte de ces deux dimensions, bien sûr ne peut qu’entraîner à la construction d’un autre sujet humain, avec d’autres responsabilités... ce qui m’amène au troisième point qui découle des deux précédents, mais qui est beaucoup plus difficile, autant à exprimer par les écologistes qu’à entendre par les gens des sciences sociales, en ce que les uns et les autres sont fils des sociétés scientifiques. Je veux parler de la dimension proprement politique de l’activité scientifique en ce qu’elle est devenue la seule manière légitime de nommer le monde, comme objet représentable et agissable.

48Certes, je sais bien que cette dernière notation peut entrer en écho avec la position romantique qui, au moment de la modernité et de la rationalité triomphante, a voulu plaider pour d’autres manières d’être au monde – disons « participatives » plutôt qu’en extériorité surplombante. Mais ce serait se satisfaire à bon compte de dire de la position critique écologique actuelle qu’elle n’est qu’une répétition de la posture romantique. Même s’il est vrai qu’elle peut bien en répéter certaines formules, je crois bien plutôt que c’en est une reprise quand, à son actif, elle dispose d’un savoir beaucoup plus étendu sur les conséquences néfastes – pas seulement sur la nature mais sur la vie humaine – d’une application non réfléchie de la seule rationalité instrumentale, ou plutôt économique, pour appeler les choses par leur nom.

49Or, n’était-ce pas déjà contre la réduction de l’homme à sa construction comme homo économicus que la question sociale et la sociologie ont émergé et se sont instituées ?

Conclusion

  • 12 Cette expression peut sembler excessive certes, mais comment rendre compte autrement des méfiances (...)

50La sociologie, du fait des conditions historiques de sa naissance a contracté une maladie infantile : croire qu’il fallait qu’elle soit pour quelque chose (qu’elle s’engage activement) dans l’advenue du monde qu’elle appelait de ses vœux, alors que, bien plus simplement, elle le faisait être, ce monde, elle participait à son institution, en ne faisant rien d’autre que de le nommer. Je veux dire que les premiers sociologues étaient autant engagés pour le « monde social » qu’ils appelaient de leurs vœux que le sont aujourd’hui les écologues pour un monde écologique. C’est parce qu’il veulent oublier leur histoire – condition pour éterniser leur savoir – que nombre de sociologues ne peuvent pas voir le changement qui se passe sous leur yeux12.

51Je souhaite simplement – ce qui leur permettrait sans doute d’être moins aveugles au monde qui vient – que les sociologues se fassent un tout petit peu plus herméneutes ; qu’ils reconnaissent que leur catégories pour penser le « monde social » (sous cette dénomination même) sont des catégories historiquement constituées.

52Pourquoi alors la métaphore obstétricale ? Parce qu’elle me permet de proposer en conclusion ces deux manières de comprendre ce mot d’« engagement » : soit comme un acte, une entrée consciente dans un monde – à la mesure de ce qu’on croit le connaître par l’objectivation qu’on en a faite – et qui revient, pour le changer, à vouloir confondre la réalité, supposée connue une fois pour toute, avec le désir qu’on porte à son endroit ; soit comme un état, toujours transitoire : celui de l’être qui est jeté dans un monde qu’il ne connaît pas déjà et qui accepte de se construire à l’épreuve de sa confrontation avec lui.

53Les « limites du faire » se disent dans cette différence entre les deux risques qui y correspondent : celui de la superbe d’un côté qui n’est, au fond, que le maintien d’une croyance en la toute-puissance, celle de la possibilité de s’auto-engendrer, et celui, de l’autre côté, du non-agir qui ne serait, au fond, que le résultat d’une trop grande prudence à vouloir naître par soi-même.

Notes

1 Sur cette notion d’oblique, cf. F. Jullien, Le Détour et l’accès, Paris, Grasset, 1995.

2 Le titre du XVe congrès de l’AISLF qui s’est tenu à Evora (Portugal) en 1996 n’était-il pas « L’invention de la société » ? À ce propos, je me permets de renvoyer à mon « Texte d’ambiance », Bulletin de l’AISLF, no°13, 1997.

3 B. Pascal, Les Pensées, Éditions Lafuma-Seuil, fragment 200-347, cité dans Lettre chemin faisant, no°33, 1999, p. 2.

4 Qui serait peut-être même, paradoxalement, une des meilleures manières de « maintenir vivante » la tradition dont on se veut de recommander dans ce colloque.

5 « Fondation, nouveauté, limites, mémoires », Communication, no°52, 1992, p. 297 (cité dans Politix, no°29, p. 37)

6 C. Lefort, « L’ère de l’idéologie », Encycloyaedia Universalis, vol. 17, Organum, Paris, 1973, p. 82.

7 Prospectus du Journal de la société de 1789, 1790, cité par Dominique Damamme, « Entre science et politique, la première science sociale », « Frontières disciplinaires » Politix, no°29, Paris, 1995, pp. 5-30.

8 Cf. à ce sujet Les Raisons de l’action publique ; entre expertise et débat, CRESAL, L’Harmattan, 1993.

9 Par cette expression du « monde qui vient » et dont je sais la tournure « prophétique », je fais allusion à un livre de Giorgio Agamben, La Communauté qui vient, Seuil, Paris, 1990, ouvrage majeur à mes yeux en ce qu’il pose le problème de la crise cognitive et pratique de la problématique de la représentation politique ; crise qui s’atteste dans le fait que le monde politique actuel est défaillant à représenter le passé et le futur dans le même temps.

10 Je pense ici, manière de « maintenir vivantes » sa pensée et son action, au chemin que Philippe Lucas a fait du côté des spécialistes du psychisme humain. Plus généralement je me réfère également aux travaux d’Isabelle Stengers et, notamment, à Sciences et pouvoirs. La démocratie face à la technoscience, Paris, La Découverte, 1997.

11 Essai d’herméneutique II, Paris, Seuil, 1986.

12 Cette expression peut sembler excessive certes, mais comment rendre compte autrement des méfiances et des suspicions (pour ne pas en dire plus) que votre serviteur s’attire systématiquement quand, au milieu de ses pairs, il tente de rendre compte de ses travaux sur ces modes d’énonciations de l’écologie ? Comme si de se faire l’écho des autres manières de nommer le monde – mais les spécialistes des études féminines ont connu les mêmes réserves – c’était avoir partie liée avec elles... et que cela était condamnable.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search