Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

La sociologie ou le dérangement permanent

Christian de Montlibert

Texte intégral

1Prendre le parti de la science et plus précisément le parti de la sociologie dérange suffisamment le monde social pour qu’il ne soit pas nécessaire de s’engager dans un quelconque parti ou pour une quelconque cause, fût-elle la plus honorable. Faire bien son métier de sociologue, c’est-à-dire appliquer une philosophie de la connaissance rationaliste au monde social, soit objectiver l’implicite, mettre au jour le caché, disjoindre ce qu’une idéologie devenue sens commun a joint, mettre en relation des dimensions cloisonnées, dérange un monde installé dans la magie. Dire que rien dans ce monde social n’est sans raison d’être sociale et porter au jour ses déterminations bouscule toutes les croyances les plus liées à l’ordre qui veulent que tout dépende de Dieu ou du Hasard, de l’Intérêt ou de l’Individu, de la Technique ou de l’Économique quand ce n’est du Biologique. Privilégier une pensée des relations qui met au centre de ses analyses les rapports de domination matériels, institutionnalisés et symboliques conduit à entendre « ceux d’en bas » qui subissent ou/et intériorisent le discours prolixe et insistant de ceux « d’en haut ». Rappeler avec Durkheim que l’inconscient c’est l’histoire et retrouver les rapports sociaux qui ont conduit à ce que les réactions d’aujourd’hui apparaissent comme naturelles ou spontanées déstabilise les routines consubstantielles à la reproduction sociale. Mais attacher de l’importance à l’histoire c’est aussi défendre les acquis de la culture qui permettent à la connaissance sociologique d’opérer. En somme les efforts libérateurs de la sociologie ne peuvent se développer qu’autant que les sociologues sont à même de protéger et d’accroître ce qui a permis à leur discipline de fonctionner contre l’ignorance, les certitudes routinières, en un mot les soumissions de la pensée.

2Dire « prendre le parti de la science » c’est déjà affirmer que la science, et en particulier la science sociologique, ne va pas de soi. Que ce fût au XVIe siècle avec les sciences de la nature ou, maintenant, avec les sciences sociales- la science suppose un autre regard sur le monde que le regard habituel. Dans tous les cas, elle ambitionne de s’extraire d’une pensée qui fonctionne par agrégation de détails dans une image unique. La science cherche même à comprendre cette pensée d’agglomérat (on le voit bien dans l’analyse sociologique des représentations médiatiques) qui, n’ignorant pas les relations de causalité (bien au contraire, de la pensée mythique à l’idéologie en passant par leurs concrétions dans le sens commun, on affirme sans cesse des relations de cause à effet) en vient à confondre, parce qu’elle subordonne l’analyse à l’intentionnalité, la coexistence ou la consécutivité avec la détermination. Mais surtout la science s’astreint à décomposer les éléments assemblés dans cette pensée globalisante. Lévy-Bruhl, en 1910, faisait justement remarquer que dans la pensée de sens commun il n’y a pas de « dissociation » des éléments singuliers mais affirmation d’une représentation globale « polysynthétique ». Cette manière commune de voir le monde part le plus souvent de l’immédiat, du présent, ou de l’appréhension d’un avenir, pour en rechercher les causes intentionnelles. La question du pourquoi y est centrale, alors que la science, qu’elle soit physique, chimique, biologique ou sociologique construit des éléments, les détermine et cherche leurs liaisons.

3Cette nouvelle manière de penser suppose à chaque fois, dans chacune des disciplines, une mobilisation pour défendre ces prises de position. En ce sens il s’agit bien de prendre parti. C’est sans doute dans les périodes de constitution d’une science ou dans des périodes de crise (la physique et plus encore la biologie dans l’URSS stalinienne, ou les sciences sociales dans l’Allemagne nazie ou dans les récentes dictatures sud américaines) que cette exigence de mobilisation apparaît le plus clairement. Avec la sociologie, dans la mesure où l’hétérogénéité des trajectoires sociales des sociologues, la faible codification de la discipline (éclatement actuel des paradigmes) et surtout la faible autonomie des pratiques professionnelles (dépendance à l’égard des commanditaires) sont grandes, la nécessité de la prise de parti est sans cesse renforcée. La prédication sociale des professionnels de la gestion du monde social d’un côté et l’interprétation intuitive des professionnels du romanesque social de l’autre, en construisant un univers agonal, obligent sans cesse les sociologues à des prises de position sans doute plus polémiques qu’ils ne le voudraient. C’est particulièrement net avec les interventions de Durkheim et des durkheimiens de l’Année Sociologique : engagés dans des luttes avec les auteurs du pamphlet signé Agathon, avec les défenseurs d’une compréhension du monde social psychologique et para-psychologique ne jurant que par la suggestibilité, l’imitation et l’influence, avec les tenants d’une position individualo-centrique, avec les essayistes brillants des salons parisiens, avec les apôtres de la moralisation, et tous les défenseurs de l’ordre social conservateur et de sa légitimation spiritualiste, ils furent obligés de se faire plus « sociologistes » encore.

  • 1 Montesquieu, De l’esprit des lois, Paris, Flammarion (1ère éd. 1748).
  • 2 É. Durkheim, « L’avenir de la religion », Textes réunis par V. Karady, Paris, Éditions de Minuit, (...)
  • 3 M. Weber, Écrits sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1968.

4Prendre le parti de la science sociologique, c’est appliquer une philosophie de la connaissance rationaliste au monde social. Montesquieu l’affirmait déjà : « Ceux qui ont dit qu’une fatalité aveugle a produit tous les effets que nous voyons dans le monde ont dit une grande absurdité car quelle plus grande absurdité qu’une fatalité aveugle qui aurait produit des êtres intelligents ? Il y a donc une raison primitive ; et les lois sont les rapports qui se trouvent entre elle et les différents êtres et les rapports de ces divers êtres entre eux »1. Montesquieu, que Durkheim a baptisé « précurseur de la sociologie », était, il est vrai, un homme du XVIIIe siècle, du siècle des Lumières. Il attendait du progrès de la connaissance un ordre nouveau du monde. Pour lui l’homme n’était pas seulement soumis à la nécessité de la nature, il pouvait et il devait créer librement son destin, édifier son propre avenir. Durkheim et Weber n’affirmaient pas autre chose lorsqu’ils disaient, pour Durkheim, que même si « les phénomènes sociaux sont accessibles à l’investigation scientifique », et relèvent du règne de la causalité, il n’en reste pas moins que « l’humanité est abandonnée, sur cette terre, à ses seules forces et ne peut compter que sur elle-même pour diriger ses destinées »2 et pour Weber, que « nous ne pouvons pas lire le sens du devenir du monde dans le résultat aussi parfait soit-il de l’étude que nous en faisons mais nous devons être capable de le créer nous-mêmes »3. En ce sens prendre le parti de la science ce n’est pas soumettre le monde à des mécanismes aveugles mais espérer user d’une volonté plus éclairée. En somme c’est prendre le parti d’une « Humaine condition » non pas universalisée mais historicisée.

  • 4 É. Durkheim, « La conception matérialiste de l’histoire », La Science sociale et l’action, Paris, (...)
  • 5 Ce que Voltaire dans sa volonté de fonder l’Histoire affirmait déjà avec force : « J’aime peu les (...)
  • 6 Villiers de l’Isle Adam, Le convive des dernières fêtes, Paris, Éditions Mille et une nuits.

5La sociologie ne peut donc, sans se perdre, se laisser dissoudre ni dans les commentaires plus ou moins cultivés sur l’actualité du monde social, ni dans des élaborations abstraites les plus éloignées « de tout commerce avec les faits sociaux ». L’usage méthodique de la raison et de l’observation empirique du monde social conduit à une défiance continue à l’égard de la pensée ordinaire et de ses illusions de compréhension qui ne peut que se soutenir d’un effort ininterrompu – tellement les catégories de la pensée ordinaire sont aussi celles du sociologue – de déconstruction et de reconstruction analytique pour extraire de l’enchevêtrement de la réalité « les causes internes et les forces impersonnelles cachées qui meuvent les individus et les collectivités ». Mais dire cela c’est se situer dans une continuité. Reprendre cette phrase de Durkheim c’est en effet accepter l’héritage d’un homme qui lui-même acceptait en partie la pensée de Marx en disant dans la « la conception matérialiste de l’histoire »4 : « nous croyons féconde cette idée que la vie sociale doit s’expliquer non par la conception que s’en font ceux qui y participent mais par des causes profondes qui échappent à la conscience et nous pensons aussi que les causes doivent être recherchées principalement dans la manière dont sont groupés les individus associés ». Expliquer causalement le déroulement et les effets de l’activité sociale – c’est-à-dire construire de simples hypothèses d’imputation et les tester – est aussi l’objectif de Weber. Appliquer cette philosophie de la connaissance conduit donc à s’opposer à tous ceux qui ont pris le parti de la dérision de la raison que ce soit en niant catégoriquement tout déterminisme et en s’en remettant à l’arbitraire ou à la contingence5, ou que ce soit, plus subtilement, en déplaçant l’analyse d’une vérité vers des vérités, toujours partielles et relatives. À chacun sa vérité, disait déjà Pirandello poursuivant, près de 70 ans plus tard la réflexion d’un Villiers de l’Isle Adam6, qui s’écriait que les personnes et les objets « se transfigurent selon le magnétisme de ceux qui les approchent, toutes choses n’ayant d’autre signification, pour chacun, que celle que chacun peut leur prêter ». C’est dire, trop succinctement, que le relativisme a lui aussi une antériorité certaine qu’une analyse du champ littéraire – on sait que Baudelaire détestait les positivistes et les réalistes – permettrait de mieux comprendre. Cette analyse conduirait certainement à s’interroger sur les raisons sociales qui mènent au sentiment de l’importance de son moi et au développement de la volonté de se distinguer des autres. Le marché des identités, qui, avec les spécialistes en cure d’âme (et en cure des corps), s’est largement ouvert ces dernières décennies, témoigne bien de la construction de cet arbitraire social qui n’apparaît plus comme tel qu’est l’individualisme auto-suffisant. Appliquer à la science sociologique la philosophie rationaliste de la connaissance, c’est aussi s’efforcer de rendre raison de toutes les raisons qui conduisent à refuser le raisonnement sociologique.

6Appliquer une philosophie de la connaissance rationaliste au monde social, c’est encore objectiver – soit, déjà, nommer l’implicite, le caché mis au jour – ; c’est disjoindre parfois ce que l’idéologie devenue sens commun a joint – rien n’est plus évident qu’avec cette notion de violence sur laquelle la politique et les médias reviennent avec insistance aujourd’hui pour dénoncer sa résurgence (éternel retour d’une nature humaine) faute d’analyser dans un travail historique la production (oubliée) de ces formes par des rapports sociaux antagonistes ; c’est aussi mettre en relation des dimensions habituellement cloisonnées par le morcellement concurrentiel des marchés et par les logiques bureaucratiques des administrations d’État – rien encore n’est plus évident que dans l’organisation des spécialités au sein même du groupement des sociologues (entre sociologues du travail, sociologues du sport, de l’œuvre d’art, de l’action sociale, etc.) calquée sur les découpages entre ministères ou secrétariats d’État (et pouvant aller jusqu’au procès devant un Tribunal administratif pour occupation affirmée comme indue d’un poste d’enseignant). Mais ces « opérations de déconstruction » ne peuvent atteindre leur but qu’autant qu’elles sont soutenues d’un refus du théoricisme. Manier le concept pour le concept permet en effet d’éviter de rendre raison de ce qui est, c’est-à-dire d’éviter de « postuler, comme le dit Durkheim, que rien n’est sans raison d’être ». La sociologie, n’ayant de cesse de rendre compte rationnellement des phénomènes sociaux, dérange fortement les magiciens qui préfèrent expliquer le monde par une valeur suprême, que ce soit Dieu ou le Hasard, l’Intérêt ou l’Individu, la Technique, le Biologique ou l’Économique. Des défenseurs de l’Intérêt aux socio-biologistes qui repèrent des formes naturelles de domination chez les enfants des crèches en passant par les thuriféraires d’une culture incarnée dans chaque écrivain ou par les militants des causes politiques qui affirment en savoir toujours plus sur le monde social que le sociologue, au point de s’affirmer comme des experts (que l’on pense aux économistes de Staline, chargés de définir la classe sociale des koulaks, responsables de la mort ou de la déportation de millions de paysans russes, comme le montre bien Moshe Lewin) ou encore par les apôtres d’un ordre social inéluctable (ce que montre bien Otto Rammstedt lorsqu’il analyse l’adhésion au nazisme de professeurs de sciences sociales, fascinés par la découverte d’une « identité-du-peuple-allemand »), la haine d’une sociologie est sans limite. Car montrer que « rien n’est sans raison d’être sociale » comme l’ajouta Bourdieu, dérange un monde social fait de soumissions intériorisées, d’automatismes et d’adhésion à des croyances justificatrices. L’analyse de la domination politico-étatique est bien là pour montrer que Pascal avait raison d’écrire : « ces cordes qui attachent donc le respect à tel ou tel en particulier sont des cordes d’imagination » (Pensée 151). La magie, chassée du monde naturel par la science, est, en effet, toujours présente dans le monde social laissant croire qu’on peut le transformer, à son gré, ou, à l’inverse, qu’il est totalement impénétrable, expliquant les séparations du monde social par des coupures apparemment rationnelles ou insistant sans cesse sur les transmutations et les métamorphoses qui s’y opéreraient continuellement (il suffit de constater la confiance que les hémophiles ont accordée aux déclarations de « Grands Professeurs » de médecine qui leur assuraient que « la génétique des Français les protégeaient contre la transmission du virus sidaïque » pour mesurer l’efficacité d’une croyance). Cette magie est largement régie par des valeurs qui ne proviennent et ne tiennent que des places et des rangs qui leur sont attribués par les agents des différents groupes sociaux ; qui, en somme, cette magie n’est qu’une application des catégories de la pensée collective née de l’intensité des interrelations et des états affectifs qui y sont associés.

7C’est dire que développer une pensée des relations qui s’organise autour des rapports de domination matériels, institutionnalisés et symboliques suppose d’historiciser l’analyse des manières dont se construisent (corporellement et mentalement) les agents, les mondes sociaux, les univers de pratiques, les manières de connaître le monde. Mais historiciser c’est, on le sait bien, prendre du recul par rapport aux intérêts immédiats du présent. Sans cette historicisation, les représentations, les émotions, les pensées, les croyances deviennent vite incompréhensibles : parler du plein emploi ou d’une époque où les chômeurs ne dépassaient pas 100 000 personnes, ce qui ne date pourtant que de trente ans, est impensable pour les jeunes étudiants de 1998, de même que les émotions et les sensations d’un monde qui voyait se construire les grands ensembles et les premiers supermarchés de la consommation vers 1960, ne peuvent être perçues aujourd’hui. L’historicisation, seule, permet de rendre à nouveau lisible le passé. Mais, plus encore, l’historicisation des manières de voir et de penser les formes de la vie sociale, en permettant de se dégager des contraintes immédiates, conduit à déstructurer la naturalisation ou la substancialisation qui est au cœur des jugements de valeur, et plus encore à ouvrir des perspectives que la fatalisation du monde avait refermées sur le présent.

8La reconstruction qu’opère la sociologie déplaît toujours plus aux dominants du monde qu’aux dominés, dans la mesure où ceux-là, plus que ceux-ci, ont tout intérêt à cacher, non seulement aux yeux des autres mais aussi à leurs propres yeux, les processus qui fondent leur pouvoir. On le voit bien avec les injures et attaques qui ont visé en septembre-octobre 1998 un professeur au Collège de France. Analyser le champ intellectuel en montrant que le goût est la forme par excellence de la soumission au destin social, le champ politico-étatique en montrant ce qu’il en était de la place des écoles du pouvoir dans l’espace universitaire, le champ économique en démystifiant la sociodicée des privilèges des dirigeants, mettre au jour les méfaits d’une régression de l’État social, et surtout expliquer que les acceptations résignées qui l’accompagnaient étaient induites par une méconnaissance des constructions sociales des représentations qui rendaient cette régression possible, a laissé de solides rancunes qui se sont cristallisées dans un camp d’agents d’autant plus décidés à se venger qu’étaient mises en cause les représentations des fondements de leurs positions sociales. Si la connaissance exerce par soi un effet libérateur toutes les fois que les mécanismes dont elle établit les lois de fonctionnement doivent une part de leur efficacité à la méconnaissance, on comprend que porter au jour l’arbitraire social, surtout celui qui est masqué par les légitimations des institutions dominantes, suscite toujours des réactions vives.

9En ce sens la sociologie – en objectivant l’arbitraire social ou, plus exactement, en montrant que tout phénomène social est à la fois un arbitraire construit par des rapports sociaux antérieurs oubliés et une réalité puisque cet arbitraire est devenu l’enjeu de participations croisées, conflictuelles ou consensuelles, dans les stratégies des groupes sociaux – opère comme un analyseur des refoulements. Et tout laisse penser que ce dérangement suscite une levée des résistances (au sens où l’entendait Freud) et un renforcement des mécanismes de défense (au sens où l’entendait Anna Freud).

  • 7 P. Bourdieu, Les Règles de l’art, Paris, Le Seuil, 1992. ARESER, Quelques diagnostics et remèdes u (...)

10Mais, parce que le sociologue n’est pas un agent qui étudie un objet qui lui est extérieur, les effets de la sociologie ne peuvent exister qu’autant que les sociologues sont à même de protéger et même d’accroître l’efficacité des institutions, des processus, des instruments qui ont permis à leur discipline de fonctionner contre les certitudes routinières et toutes les soumissions de la pensée. C’est dire que tout ce qui permet de renforcer l’autonomie des sociologues par rapport aux pouvoirs est au cœur de cette action7.

11Avec le sociologue réfléchissant sur la connaissance sociologique se constitue un intellectuel opposé aussi bien aux prophètes spécialistes de la prédication sociale qu’aux experts soi-disant indépendants et neutres, car, pour dépasser les pressions à l’hétéronomie que les commanditaires ou les utilisateurs exercent, encore faut-il – tout le développement précédent y invite – comprendre comment ces pressions externes et internes (à travers les paradigmes, les langages, les opérations intellectuelles valorisés ou dévalorisés) se sont formées et quelles sont les forces qui, au sein même du groupement des sociologues, ont intérêt à les maintenir ou les renforcer. C’est dire qu’une sociologie inspirée par une philosophie rationaliste de la connaissance ne peut exister qu’autant qu’elle contribue à la connaissance des instruments et des moyens de la connaissance. À ce niveau aussi elle lutte contre le reflux de la culture qui est présent dans toutes les régressions sociales.

Notes

1 Montesquieu, De l’esprit des lois, Paris, Flammarion (1ère éd. 1748).

2 É. Durkheim, « L’avenir de la religion », Textes réunis par V. Karady, Paris, Éditions de Minuit, 1975, vol. 2.

3 M. Weber, Écrits sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1968.

4 É. Durkheim, « La conception matérialiste de l’histoire », La Science sociale et l’action, Paris, PUF, 1970.

5 Ce que Voltaire dans sa volonté de fonder l’Histoire affirmait déjà avec force : « J’aime peu les héros, ils font trop de fracas... ».

6 Villiers de l’Isle Adam, Le convive des dernières fêtes, Paris, Éditions Mille et une nuits.

7 P. Bourdieu, Les Règles de l’art, Paris, Le Seuil, 1992. ARESER, Quelques diagnostics et remèdes urgents pour une université en péril, Paris, Éditions Liber-Raisons d’agir, 1997. Très concrètement cela peut être de faire en sorte que les commissions qui rédigent les appels d’offre de recherche ministériels et ensuite classent les réponses comprennent en leur sein non seulement des sociologues mais surtout des sociologues libres de toute dépendance institutionnelle ; cela peut se faire aussi par la création d’une sorte de « Comité des Sages » (des professeurs en fin de carrière, non rééligibles qui seraient chargés de veiller aux recrutements, de recenser les besoins, d’aider le CNU et le CNE dans un travail de codification et de coordination entre les spécialités de la discipline et avec les disciplines voisines) etc.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search