Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Social scientists et syndicalistes

Éthique du travail intellectuel et nouvelles formes d’engagement dans l’après-décembre 1995

Philippe Corcuff et Max Sanier

Texte intégral

1Peut-on être sociologue et syndicaliste ? Après les mouvements sociaux de décembre 1995 et la réactivation de l’engagement d’intellectuels, la création d’une section syndicale Sud Éducation intercatégorielle (enseignants, doctorants, IATOS et étudiants) à l’université Lumière-Lyon 2 nous a permis de reposer concrètement la question. L’engagement tant sur le terrain universitaire que sur celui des mouvements sociaux (comme le mouvement des chômeurs) nous a alors amenés à réinterroger les tensions et les articulations entre activité syndicale et travail de recherche. Notre expérience pose tout particulièrement le double problème de l’autonomie, souvent revendiquée par les milieux intellectuels et artistiques vis-à-vis des différents pouvoirs, et de « la neutralité axiologique », appréhendée fréquemment dans les sciences sociales comme une base déontologique. Nous repartirons donc des conceptions les plus classiques en sociologie, de Durkheim et Weber à Bourdieu, pour voir ensuite en quoi ces conceptions sont questionnées par notre courte expérience syndicale, et finir par quelques propositions épistémologiques plus générales.

Retour sur des approches classiques

2Il faut sans doute distinguer les apports contrastés et les tensions propres aux analyses des classiques de la sociologie, comme Durkheim et Weber, et des usages plus simplificateurs qui se sont peu à peu routinisés dans les sciences sociales.

Durkheim

  • 1 Repris dans Sociologie et philosophie, Paris, PUF, 1951, pp. 102-121.
  • 2 Ibid., pp. 120-121.
  • 3 Lors du colloque « La sociologie est-elle un humanisme ? Politique, objectivité et sciences sociale (...)
  • 4 Op. cit., pp. 119-120.
  • 5 Ibid., p. 119.
  • 6 Ibid.

3On peut comprendre, dans un premier temps, la position de Durkheim dans son texte sur « Jugements de valeur et jugements de réalité » de 19111, comme une façon d’esquiver la question axiologique posée aux outils des sciences sociales. Il y indique ainsi que « la sociologie positive […] ne traite l’idéal que pour en faire la science […] elle le prend comme une donnée, comme un objet d’étude, et elle essaie de l’analyser et de l’expliquer »2. S’ouvre ainsi, de manière fort suggestive, une sociologie de la morale, mais demeure comme un impensé la morale de la sociologie. Or, l’ouverture d’un nouveau champ de la sociologie peut-il complètement se substituer à la réflexion épistémologique, entendue comme une part de la réflexivité des sciences sociales sur elles-mêmes ? Certains – on pense en particulier à la contribution de Bernard Lacroix à un récent colloque à Lausanne3 – continuent pourtant, encore aujourd’hui, à se boucher les yeux et les oreilles au nom de cette part de l’orientation durkheimienne. Ce faisant, ils n’ont peut-être pas bien pris en considération d’autres aspects du texte de Durkheim. Certes, ce dernier note des différences entre jugements de réalité et jugements de valeur : les premiers exprimant « les réalités auxquelles ils s’appliquent […] telles qu’elles sont » et les seconds ayant fonction « de transfigurer les réalités auxquelles ils sont rapportés »4. Mais Durkheim marque aussi des proximités entre les deux types de jugement : « Dira-t-on que les jugements de valeur mettent en jeu les idéaux ? Mais il n’en est pas autrement des jugements de réalité. Car les concepts sont également des constructions de l’esprit, partant, des idéaux ; et il ne serait pas difficile de montrer que ce sont même des idéaux collectifs, puisqu’ils ne peuvent se constituer que dans et par le langage »5. Par ailleurs, Durkheim indique que dans les deux cas le jugement a aussi « une base dans le donné »6. Mais Durkheim ne tire pas de conséquences de ce dernier constat quant à l’épistémologie des sciences sociales. Ce qui reste alors le plus souvent dans nos disciplines, c’est davantage l’esquive que la complexité et les tensions, pourtant plus heuristiques pour remettre en chantier le problème.

Weber

  • 7 N. Heinich, Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Minuit, 1998.
  • 8 Ibid., p. 9.
  • 9 Ibid., p. 21.
  • 10 Ibid., p. 62.
  • 11 Ibid., p. 67.
  • 12 Ibid., p. 77.
  • 13 Notamment dans « De la pluralité théorique en sociologie – Théorie de la connaissance sociologique (...)
  • 14 N. Heinich, op. cit., p. 85.
  • 15 Ibid., p. 81.
  • 16 « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales » (1904), repris dans(...)

4Chez Weber aussi les choses sont complexes et tendues, et pourtant c’est souvent en son nom que va être posée une stricte coupure entre jugements de fait et jugements de valeur, avec pour étendard la fameuse « neutralité axiologique ». Un exemple récent de cette lecture trop simplificatrice des analyses de Weber, si répandue dans nos disciplines, est donné par Nathalie Heinich dans Ce que l’art fait à la sociologie7. La « nouvelle sociologie » dont elle se fait le chantre, qui renverrait la sociologie classique au statut « d’idéologie du social8 » et à la « préhistoire » des sciences sociales9, aurait comme précepte un principe, quant à lui pas très nouveau ni original dans l’histoire de la sociologie, car faisant partie, sous des formulations diverses, de la vulgate : « s’en tenir autant que possible, à la description, en s’abstenant de toute normativité – évaluative ou prescriptive »10. La difficulté à séparer nettement description et évaluation, rencontrée par les quelques attardés obtus que nous demeurons, ferait alors partie selon elle « de ces fautes de raisonnement qui apparaîtront sans doute aux générations futures comme les indices d’un stade encore préhistorique des sciences sociales »11. Et l’appel à une suspension de « tout discours sur la nature ou la valeur des choses pour faire du discours interprétatif ou normatif – qu’il soit ordinaire ou savant, esthète ou sociologue – l’objet de son analyse »12 peut alors cumuler la simplicité de l’esquive durkheimienne et celle d’une « neutralité axiologique » unilatérale. Passons sur le peu de cas fait par cette nouvelle sociologie dite « pluraliste », comme d’ailleurs nombre d’anciennes qu’elle condamne, de la pluralité théorique constitutive des sciences sociales si judicieusement mise en évidence par Jean-Claude Passeron13. Par contre, on peut se demander si la vision proposée de l’évolution des sciences sociales hors de leur « préhistoire » n’a pas quelques relents normatifs mal clarifiés. Et puis, sa critique « d’une sociologie qui place la vérité dans la violence faite aux acteurs » et « plus soucieuse d’avoir raison sur les acteurs que de comprendre leurs raisons »14 n’a peut-être pas à voir simplement avec la science mais aussi avec l’éthique. Enfin, le « rôle social » qui est attribué à « la neutralité engagée » du nouveau sociologue – « un rôle de médiation, de construction de compromis entre les intérêts et les valeurs en jeu, voire de refondation d’un consensus »15 – a sans doute des relations avec une certaine conception de la politique et de la démocratie, qui n’est ni la seule possible, ni la plus « progressiste » dans la conjoncture. Ne serait-ce pas aussi quelque chose comme un choix de philosophie politique jouant, en quelque sorte, « l’agir communicationnel » de Jürgen Habermas contre « la mésentente » de Jacques Rancière ? Max Weber notait déjà que « le "juste milieu" n’est pas le moins du monde une vérité plus scientifique que les idéaux les plus extrêmes des partis de droite ou de gauche »16. Le lissage scientiste de l’axiologique et du politique n’empêche donc guère le retour du refoulé…

  • 17 Ibid., p. 157.
  • 18 « Essai sur le sens de la neutralité axiologique dans les sciences sociologiques et économiques » (...)
  • 19 Ibid., p. 396.
  • 20 Ibid., p. 384.
  • 21 Ibid., p. 380.
  • 22 « L’objectivité de la connaissance... », op. cit., p. 131.
  • 23 Ibid., p. 132.
  • 24 Ibid., p. 131.
  • 25 Op. cit., p. 72.

5Si l’on revient à Weber les choses sont plus compliquées. Tout d’abord, il combat la thèse d’une science sociale sans présuppositions, car « une portion seulement de la réalité singulière prend de l’intérêt et de la signification à nos yeux, parce que seule cette portion est en rapport avec les idées de valeurs culturelles avec lesquelles nous abordons la réalité concrète »17. D’où l’idée d’un « rapport aux valeurs » dans « la sélection et la formation de l’objet d’une recherche empirique »18. Néanmoins, il tient à une distinction entre « rapport aux valeurs » et « évaluation »19. C’est par rapport au second terme que prend sens la « neutralité axiologique » – expression d’ailleurs toujours entre guillemets –, entendue comme un refus « d’affirmer quoi que ce soit sur ce qui doit valoir »20 ou comme « l’exigence extrêmement triviale qui impose au savant ou au professeur de faire absolument la distinction, puisque ce sont deux séries de problèmes tout simplement hétérogènes, entre la constatation des faits empiriques […] et sa propre prise de position évaluative de savant qui porte un jugement sur des faits »21. À ce niveau, on a bien une tension entre la reconnaissance d’un « rapport aux valeurs » du savant et le fait de refuser les « évaluations ». Car, même si l’on écarte du travail scientifique des « prises de positions » directes sur « ce qui doit valoir », est-ce que Ton a affaire à des problèmes complètement « hétérogènes », et est-ce que Ton n’a pas déjà, plus indirectement, une présence du « ce qui doit valoir » dans le « rapport aux valeurs » engagé dans le travail scientifique, ses outils et son langage ? Weber offre toutefois une autre piste, elle aussi contradictoire, pour travailler cette tension. Car il n’interdit pas complètement aux savants « d’exprimer sous forme de jugements de valeur les idéaux qui les animent »22, mais sous deux conditions. La seconde nous renvoie au pôle le plus scientiste de la première tension : la nécessité de distinguer « clairement » ce qui relève de la « discussion scientifique des faits » et du « raisonnement axiologique »23. La première est plus intéressante : « porter scrupuleusement, à chaque instant, à leur propre conscience et à celle des lecteurs quels sont les étalons de valeur qui servent à mesurer la réalité et ceux d’où ils font dériver le jugement de valeur »24. Réinterprétée dans le cadre des interrogations contemporaines sur la réflexivité sociologique, elle pourrait déboucher sur un effort d’explicitation des dimensions axiologiques du travail sociologique contribuant à le rendre plus rigoureux. Si on entend alors la « neutralité axiologique » comme une « visée », ainsi que le fait d’ailleurs Nathalie Heinich25, ou, dans une inspiration kantienne, comme un horizon régulateur, une telle démarche réflexive pourrait constituer un instrument d’orientation vers un tel horizon, se substituant aux tentations scientistes de négation ou de purge des aspects normatifs. Un tel déplacement invite à penser tout à la fois des tensions et des passages entre l’éthique du savant et l’éthique du militant, en abandonnant de part et d’autre les rêves de purification.

Bourdieu

  • 26 Leçon sur la leçon, Paris, Minuit, 1982, p. 22.
  • 27 Paris, Le Seuil, 1992.

6Dans la sociologie de Pierre Bourdieu, la question du rapport des sciences sociales au reste de la société a été déplacée de l’impératif de « neutralité axiologique » aux bienfaits de l’autonomisation du champ scientifique, et plus largement des champs culturels. Cette autonomisation passe alors par une mise à distance des « demandes » issues de la société et appréhendées le plus souvent comme des menaces vis-à-vis de l’autonomie du travail intellectuel : « Les demandes sociales sont toujours assorties de pressions, d’injonctions ou de séductions et le plus grand service que l’on puisse rendre à la sociologie, c’est peut-être de ne rien lui demander » dit-il dans sa leçon inaugurale au Collège de France26. Mais comment alors justifier l’engagement du sociologue, exigence de plus en plus présente dans les prises de position publiques de Bourdieu ? C’est sans doute dans le post-scriptum de son ouvrage Les règles de l’art27, intitulé « Pour un corporatisme de l’universel », qu’il développe le plus explicitement les connexions entre l’autonomie et l’engagement de l’intellectuel.

  • 28 Ibid., p. 462.
  • 29 Ibid., p. 467.
  • 30 Ibid., p. 462.

7Pour Bourdieu, engagement et autonomie s’appellent l’un l’autre : « L’intellectuel est un personnage bidimensionnel qui n’existe et ne subsiste comme tel que si (et seulement si) il est investi d’une autorité spécifique, conférée par un monde intellectuel autonome (c’est-à-dire indépendant des pouvoirs religieux, politiques, économiques) dont il respecte les lois spécifiques et si (et seulement si) il engage cette autorité spécifique dans des luttes politiques »28. Ce lien autonomie/engagement serait enraciné dans la fabrication historique même de la figure de l’intellectuel. Mais quelle forme peut prendre l’engagement des intellectuels ? Bourdieu en appelle à « la création d’une véritable Internationale des intellectuels attachée à défendre l’autonomie des univers de production culturelle »29, à « l’incarnation moderne du pouvoir critique des intellectuels que pourrait être un intellectuel collectif »30. Ce contre-pouvoir intellectuel s’affronterait aux trois pouvoirs principaux, participant à la consolidation des formes de domination dans nos sociétés et qui menaceraient l’autonomie intellectuelle : le pouvoir économique, le pouvoir politique et le pouvoir journalistique.

  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid., p. 461.
  • 33 Ibid., p. 467.
  • 34 Ibid., p. 465.
  • 35 Les Aventures de la dialectique, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1955, p. 260.

8C’est parce qu’il parle au nom d’un champ autonome que l’intellectuel peut diffuser à l’extérieur les valeurs du champ, valeurs qui ont la propriété d’être universalisables. En premier lieu, il s’arrête sur la capacité critique : « liberté de critiques à l’égard des pouvoirs »31, et même « les derniers contre-pouvoirs critiques capables de s’opposer aux forces de l’ordre économique et politique »32. En second lieu, on aurait affaire à un accès privilégié à l’universel : « lorsque nous parlons en tant qu’intellectuels, c’est-à-dire avec l’ambition de l’universel »33, écrit-il ainsi ; ou bien il parle, à propos de Zola ou des intellectuels contre la guerre d’Algérie, « d’un universalisme éthique et scientifique »34. Il n’est certes pas question de nier que des outils critiques et des aspirations à de l’universalisable aient pu se développer historiquement dans les milieux intellectuels. Mais cette inscription est peut-être plus fragile que ne le laisse supposer parfois Bourdieu. Par ailleurs, il y a sans doute un écart entre les rhétoriques universalistes et l’engagement dans des épreuves pratiques. Et ce qui menace ces valeurs, présentes aussi dans d’autres milieux, ne vient pas nécessairement de l’extérieur, mais également de l’intérieur. Une vue trop angélique des propriétés des milieux intellectuels pourrait finir par faire oublier l’ethnocentrisme proprement intellectuel, si bien identifié par Maurice Merleau-Ponty : « la tentation d’un philosophe est de croire qu’il a vraiment rejoint les autres et atteint l’universel concret quand il leur a donné un sens dans son univers, parce que son univers est pour lui l’être même »35. Et de l’oubli de cet ethnocentrisme, on peut facilement tomber sur une figure proche de Kautsky et Lénine, avec une avant-garde intellectuelle éclairée apportant la vérité de l’extérieur aux masses aliénées… On pourrait donc penser qu’il y a des limites à l’autonomie, parce que « l’intérieur » n’est pas seulement positif et « l’extérieur » négatif.

SUD Éducation à Lyon 2 comme expérimentation

9Notre courte expérience syndicale à SUD Éducation nous apporte quelques éclairages sur ces questions, tant sur le domaine de pertinence et les conditions de l’autonomie que sur ses limites. Elle a aussi commencé à nous apprendre à naviguer entre certains écueils.

Contribution d’une action syndicale SUD à une autonomie élargie du champ intellectuel

10D’une certaine façon, l’autonomie du champ intellectuel offre des capacités de résistance face aux logiques néo-libérales qui pèsent de plus en plus sur l’Université et la Recherche. En ce sens, une organisation syndicale, comme SUD, qui se propose d’opposer des visées de justice sociale et de démocratie à la prédominance du marché, a à défendre cette autonomie, voire à tenter de l’élargir.

11Revenons d’abord à la première valeur, selon Bourdieu, acquise grâce à l’autonomie : la capacité critique de l’intellectuel. Nous sommes en droit de nous demander ce qu’il reste d’un tel intellectuel critique chez les universitaires. Ainsi, la banalisation d’un vocabulaire économiste (« gérer les flux », « adapter l’offre de formation », etc.) est-elle inéluctablement la conséquence d’un accès élargi à l’université ? Penser la réorientation des étudiants en premier cycle doit-il nous conduire à un système pédagogiquement incohérent et aseptisé ? Et que restera-t-il du regard critique lorsque nos formations seront évaluées prioritairement selon un double critère d’efficacité et de rentabilité faisant l’impasse sur les exigences proprement intellectuelles ? Sur tous ces points, le terrain est déjà défriché, et les réformes à venir risquent fort de sceller notre impuissance à nous y opposer.

12Impuissance due au renoncement ou à une vision trop étroite ? Renoncement devant les logiques conjuguées d’un pouvoir politique dit « de gauche » qui, au mieux, n’a plus comme ambition qu’une adaptation sociale aux lois du marché supposées inéluctables, d’un discours dominant sommant l’Université de préparer ses étudiants aux « réalités de l’entreprise », et de syndicats enseignants affaiblis qui se manifestent surtout lors des échéances électorales. N’avons-nous pas, nous-mêmes, la tentation de ne percevoir chez les étudiants qu’une simple « demande » de diplômes plus ou moins professionnalisants, sans tenter de comprendre le sens de ces attentes, et, pourquoi pas, d’affirmer d’autres exigences ? Reporter ainsi sur les étudiants la responsabilité d’une évolution que nous condamnerions par ailleurs ne consisterait alors qu’à justifier nos propres abandons et à désarmer les possibilités de résistance. C’est à partir de ce constat que nous avons, à SUD, fait le pari d’un syndicalisme intercatégoriel. Car, face à ces menaces, l’autonomie du travail intellectuel suppose la mobilisation de l’ensemble des membres de la communauté universitaire, incluant les IATOS, les doctorants et les étudiants, et pas seulement les enseignants. Il y va des conditions même de possibilité d’une autonomie critique de l’Université et de la Recherche.

13Certes, la logique intercatégorielle se révèle en pratique difficile, du fait des tensions, des préventions réciproques ou des séparations, voire des hiérarchies, installées dans les têtes et les logiques institutionnelles. Mais nous faisons un pari expérimental visant à transcender les difficultés et les différences pour s’accorder sur des questions essentielles, et d’abord sur la définition d’un véritable service public d’enseignement supérieur et de recherche. Ce qui suppose que les exigences du travail intellectuel et les critères pédagogiques soient remis au cœur de son fonctionnement. C’est aussi refuser de valider ici-même, à l’université, des pratiques de précarisation des personnels que nous jugeons si sévèrement à l’extérieur. C’est affirmer le principe de non sélection par l’argent en ne proposant pas des formations au coût insupportable à une partie de nos étudiants. C’est plus largement lutter contre la sélection sociale, au profit des plus dotés en capital économique et culturel, qui passe aussi par la redéfinition des modalités et des contenus de l’enseignement. C’est enfin construire avec les étudiants une relation qui ne soit ni celle, exclusivement hiérarchique, de celui qui a le monopole du savoir et de la parole vis-à-vis de ceux qui écoutent, ni celle d’un directeur commercial vis-à-vis de ses clients, mais qui intègre, dans un rapport pédagogique pour une part inégal, un apprentissage de l’esprit critique, de l’autonomie de jugement et de la citoyenneté.

14Sans ces conditions, et des luttes collectives pour les arracher et les consolider, l’autonomie critique de l’Université risque de n’être plus qu’une rhétorique académique sans conséquences, particulièrement choyée par des présidents d’université en quête de discours d’inauguration.

Limites de l’autonomie

15Une fois affirmé l’impératif de l’engagement dans et pour l’Université, c’est la question des limites de cette autonomie qu’il nous faut poser. Car l’autonomie serait-elle toujours et exclusivement garante des valeurs qu’on lui prête ? L’exemple de l’Université au quotidien nous montre à l’évidence que non. Sur ce point, nous pensons que la combinaison, propre aux adeptes de l’engagement autonome, entre la défense de la tour d’ivoire de la science et un travail de diffusion, à l’extérieur, des acquis critiques de l’autonomie témoigne d’une vision encore trop angélique de l’état du champ intellectuel. Elle apparaît également excessivement intellectualo-centrée.

16À une Internationale des intellectuels, nous préférons alors l’ouverture à d’autres univers sociaux, et lions l’engagement dans notre champ à d’autres : agents d’autres services publics en lutte contre les privatisations, revendications des chômeurs, refus des précarités, défense des sans-papiers et des « double peine »… Et pas seulement comme intellectuels à part, mais comme militants avec les autres, au milieu des autres. Car il nous faut penser l’intervention des intellectuels dans le débat politique et leur participation aux mouvements sociaux, non sous l’angle du seul apport des intellectuels vers l’extérieur, mais, beaucoup plus humblement, dans la logique d’un apport réciproque. Constatons que certains mouvements sont porteurs de valeurs de plus en plus rares dans le champ intellectuel. Pour ne prendre qu’un exemple, les revendications pour la titularisation de personnes au statut précaire témoignent d’une solidarité que nous chercherions souvent en vain, ici, à l’université. De la même façon, notre réflexion sur les menaces que l’adaptation au marché fait peser sur le service public peut s’enrichir de l’expérience vécue dans certaines entreprises publiques, plus brutalement confrontées que nous à cette question.

17C’est dans cet état d’esprit, nous semble-t-il, que les intellectuels peuvent s’engager à l’extérieur de leur champ. En acceptant, dans l’engagement, d’abandonner une position de surplomb savant, mais sans passer sous silence les ressources intellectuelles auxquelles ils ont particulièrement accès et qui peuvent être utiles à d’autres. L’action syndicale dans SUD – un pied à l’Université et un pied dans les mouvements sociaux qui traversent le reste de la société – est notamment travaillée par cette conviction que l’engagement pour la justice sociale et la démocratie doit se mener sur plusieurs fronts. Penser que l’on peut sauvegarder une certaine pureté dans le champ universitaire sans voir que ce combat se joue aussi à l’extérieur est souvent le fait de ceux que leur position – du moins le croient-ils parfois dans la chaleur de leurs bureaux – met à l’abri des effets les plus directs de l’intrusion. Les corporatismes les plus étroits peuvent s’en trouver justifiés. Ainsi quand, en janvier 1998, à notre demande, le mouvement des chômeurs a occupé pendant deux jours et deux nuits l’Institut d’Études Politiques de Lyon, la plupart de nos collègues sont restés enfermés chez eux ou dans leurs bureaux. Il n’est pas rare pourtant que des thèmes comme « la solidarité » et « la lutte contre l’exclusion » ornent les discours. Toutefois, un tel autisme vis-à-vis des luttes extérieures a en général peu d’effets quand les logiques libérales s’attaquent à l’Université elle-même. Dans ce cas, on finit par appliquer la dernière réforme imposée par le ministère, soit avec entrain, quand on occupe des positions d’autorité – parce que les « nécessités » externes sont transfigurées en « nécessités » internes – soit en traînant les pieds.

Écueils, entre engagement et distanciation

  • 36 « Des infortunes de la vertu scientifique », 28-08-1998.

18Le double casquette sociologique et syndicale nous invite donc plutôt à une pensée et à une pratique de l’entre-deux, de l’impureté et de la tension productive entre l’éthique du savant et l’éthique du militant, entre l’engagement et la distanciation. Cela implique de naviguer à travers différents écueils et de développer un double vigilance : de l’activité scientifique vis-à-vis du militantisme et du militantisme vers l’activité scientifique. Et il nous apparaît trop unilatéral de mettre en garde universitaires et chercheurs seulement contre les risques que ferait peser « l’engagement politique et social » sur la rigueur de l’activité scientifique, comme Ta fait encore récemment Bernard Lahire dans un article du Monde critique à l’égard de Bourdieu36.

19Il est vrai que, de manière non-consciente ou peu consciente, la sympathie militante spontanée pour une cause et l’implication dans une lutte sociale peut, à défaut d’une distanciation minimale, produire un rapport trop angélique au mouvement concerné. Pour peu que la pression médiatique s’exerce un peu, par exemple, le sociologue-militant peut très bien se transformer en porte-parole dénué d’esprit critique, « la sociologie » n’étant plus qu’une étiquette médiatique sans grande exigence cognitive. Ni la communauté sociologique – qui pourrait légitimement considérer qu’il s’agit d’une usurpation – ni les acteurs des luttes sociales – qui pourraient attendre, non pas les résultats d’un travail d’enquête sociologique (toujours trop long et lent au regard des exigences temporelles de l’action), mais quelque chose comme une sensibilité aux problèmes, aux difficultés et aux possibilités de l’action collective, tirée tant de la pratique sociologique que des ressources conceptuelles et méthodologiques de la tradition sociologique – n’en tireraient bénéfice sur le plan de la connaissance, même si dans les deux cas des effets symboliques positifs sont susceptibles d’en être tirés (audience accrue pour la sociologie, légitimité scientifique pour les mouvements sociaux). De manière plus consciente, existent également des risques d’instrumentalisation de la recherche par des impératifs militants ; les règles associées à la construction d’un savoir étant oubliées au profit de la promotion d’une cause. Et il existe bien du côté des mouvements sociaux des demandes pouvant confondre connaissance et simple valorisation.

20Mais des écueils presque parallèles existent aussi du côté scientifique. Comme on l’a déjà indiqué, il y aurait bien quelque chose comme un angélisme vis-à-vis des valeurs supposées universelles de la communauté universitaire et plus largement du champ intellectuel. Narcissisme, corporatisme, carriérisme, clientélisme, mandarinat, hiérarchie, conformisme, etc., ne sont pas que des mots pour identifier les pratiques sociales des autres groupes sociaux mais ils s’appliquent également à nos milieux, à la rhétorique universaliste pourtant facile, comme l’ont mis en évidence, dans des registres différents, des auteurs comme Ludwig Wittgenstein, Robert Musil, Maurice Merleau-Ponty, Pierre Bourdieu, Régis Debray ou David Lodge. Ces mots généraux ne saisissent d’ailleurs que très imparfaitement les pathologies que nous observons quotidiennement et dont nous sommes nous-mêmes victimes. Nous savons tous qu’il s’agit d’un milieu tout particulièrement pathogène, notamment du fait de la forte individualisation des modes de reconnaissance comme du flou de leurs critères. Et les écarts entre les proclamations de colloques et les bruits de couloirs et de bistrots sont souvent terribles. S’inscrire dans des actions collectives, ne s’enfermant pas, de surcroît, dans les milieux universitaires, c’est aussi se donner des points d’appui critiques extérieurs et des outils de relativisation. Par ailleurs, l’instrumentalisation de terrains militants pour des raisons exclusivement savantes et/ou de carrière constitue aussi une possibilité. Dans un langage économique réducteur, mais aux effets désenchanteurs plutôt bénéfiques, s’ils ouvrent sur une auto-analyse critique et pas seulement sur la mise en cause des voisins et des adversaires (ce qui est malheureusement le plus courant), on pourrait dire qu’il arrive que des accès militants à des terrains soient convertis en profits cognitifs et/ou institutionnels sur le marché de la recherche, sans grandes contreparties militantes ou retours cognitifs vers les militants. Cela génère certes parfois des culpabilités, mais qui, en général, ne préoccupent pas autant nos esprits d’êtres moraux que les blessures narcissiques associées aux micro-conflits du milieu.

Quelques propositions épistémologiques

21La confrontation de notre double expérience de sociologues-syndicalistes avec les réponses les plus classiques apportées en sciences sociales quant aux questions liées à l’engagement nous conduit à reformuler quelques propositions épistémologiques de base. Il s’agit donc de propositions nourries de l’expérience, qui, en retour, peuvent servir de repères, dans le travail sociologique, dans l’activité militante et dans leurs intersections :

    • 37 Dans Engagement et distanciation – Contributions à la sociologie de la connaissance, trad. franç., (...)

    On dira, dans le sillage de Merleau-Ponty, que le non-engagement est illusoire, et que les chercheurs ou les universitaires qui voudraient s’isoler dans leur laboratoire ou leur université participeraient quand même au cours du monde et auraient, malgré leurs intentions explicites, une responsabilité par rapport à lui. Le travail sociologique doit alors être vu, comme le suggérait Norbert Elias37, dans une dialectique de l’engagement et de la distanciation.

  • Sans être réductibles à celles-ci, les raisonnements, les outils et les énoncés des sciences sociales sont pour une part encastrés dans des dimensions axiologiques, ne serait-ce que parce que ces sciences utilisent des modes d’évaluation des comportements et des processus sociaux qui ont une double dimension technique (outils de mesure) et morale (systèmes de valeurs).

    • 38 Voir Théorie traditionnelle et théorie critique, trad. franç., Paris, Gallimard, coll. TEL, 1974 (1(...)
    • 39 Ibid., p. 84.

    Quant aux rapports entre la critique sociologique et des dimensions axiologiques et politiques, il y a sans doute à réactiver ici certaines analyses de « la théorie critique » telle qu’elle a été définie par Max Horkheimer38. À la différence de « la théorie traditionnelle », participant à la reproduction de l’ordre social existant, la théorie critique cherchait justement à dé-naturaliser cet ordre, en prenant appui sur la possibilité de sa transformation radicale. Le lien entre critique et possibilité d’émancipation est ici important pour nous, dans la mesure où cette dernière n’apparaît pas alors comme un obstacle « extérieur » à la connaissance, mais comme un aliment éthico-politique de celle-ci. Toutefois quand Horkheimer avance que « quelles que soient les influences réciproques qui s’exercent entre la théorie critique et les sciences spécialisées, dont elle doit constamment prendre en compte les progrès pour définir son orientation et qu’elle a depuis des décennies contribué à libérer et à stimuler, elle ne vise jamais à simplement accroître le savoir en tant que tel, mais à libérer l’homme des servitudes qui pèsent sur lui »39, il peut être tenté de faire fusionner trop rapidement exigence de vérité et visée d’émancipation, critère épistémologique et critère politique, voire, plus grave, de subordonner le premier au second. Or, c’est la tension productive comme l’articulation fragile et partielle entre les deux qui nous intéressent.

  • Ce rapport complexe à l’axiologique et au politique n’empêche pas le corpus de concepts et de méthodes produit par les sciences sociales d’avoir conquis une autonomie cognitive. La réflexivité sociologique (en particulier sur les conditions normatives du travail scientifique) constitue un outil utile dans cette perspective.

  • Si les chercheurs en sciences sociales sont producteurs de savoirs spécifiques susceptibles d’être utiles au débat public et aux luttes émancipatrices, on ne doit pas oublier non plus que les acteurs des mouvements sociaux développent, eux aussi, d’autres types de savoirs, qui ont tout à la fois des proximités et des différences avec les premiers.

    • 40 Dans Journalistes au quotidien, Bordeaux, Le Mascaret, 1995, et Journalistes précaires, Bordeaux, L (...)

    Il apparaît souhaitable que la consolidation de dispositifs préservant l’autonomie du travail scientifique ait comme compléments, voire même comme garde-fous vis-à-vis justement des excès de l’autonomie, l’existence de possibilités d’interrogation des sciences sociales par une variété d’acteurs « extérieurs » (mouvements sociaux, groupes de citoyens, etc.) et même la constitution de groupes mixtes de recherche (de type sociologues/militants ou praticiens). L’exemple du travail sociologique mené par Alain Accardo en collaboration avec des journalistes sur leurs activités professionnelles est de ce point de vue fort heuristique40. Il offre un des plus riches matériaux aujourd’hui disponibles, dans une perspective tout à la fois critique et compréhensive, sur un domaine – le champ de l’information et de la communication – pourtant très sollicité.

Notes

1 Repris dans Sociologie et philosophie, Paris, PUF, 1951, pp. 102-121.

2 Ibid., pp. 120-121.

3 Lors du colloque « La sociologie est-elle un humanisme ? Politique, objectivité et sciences sociales », organisé par l’Institut de Sociologie politique de l’Université de Lausanne, les 29 et 30 mai 1997, dans une communication intitulée « Les usages sociaux de la morale ».

4 Op. cit., pp. 119-120.

5 Ibid., p. 119.

6 Ibid.

7 N. Heinich, Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Minuit, 1998.

8 Ibid., p. 9.

9 Ibid., p. 21.

10 Ibid., p. 62.

11 Ibid., p. 67.

12 Ibid., p. 77.

13 Notamment dans « De la pluralité théorique en sociologie – Théorie de la connaissance sociologique et théories sociologiques », Revue européenne des sciences sociales, no 99, 1994.

14 N. Heinich, op. cit., p. 85.

15 Ibid., p. 81.

16 « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales » (1904), repris dans Essais sur la théorie de la science, trad. franç., Paris, Presses Pocket, 1992, p. 129.

17 Ibid., p. 157.

18 « Essai sur le sens de la neutralité axiologique dans les sciences sociologiques et économiques » (1917), repris dans op. cit., p. 395.

19 Ibid., p. 396.

20 Ibid., p. 384.

21 Ibid., p. 380.

22 « L’objectivité de la connaissance... », op. cit., p. 131.

23 Ibid., p. 132.

24 Ibid., p. 131.

25 Op. cit., p. 72.

26 Leçon sur la leçon, Paris, Minuit, 1982, p. 22.

27 Paris, Le Seuil, 1992.

28 Ibid., p. 462.

29 Ibid., p. 467.

30 Ibid., p. 462.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 461.

33 Ibid., p. 467.

34 Ibid., p. 465.

35 Les Aventures de la dialectique, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1955, p. 260.

36 « Des infortunes de la vertu scientifique », 28-08-1998.

37 Dans Engagement et distanciation – Contributions à la sociologie de la connaissance, trad. franç., Paris, Fayard, 1993, (1ère éd. 1983).

38 Voir Théorie traditionnelle et théorie critique, trad. franç., Paris, Gallimard, coll. TEL, 1974 (1ère éd. 1937).

39 Ibid., p. 84.

40 Dans Journalistes au quotidien, Bordeaux, Le Mascaret, 1995, et Journalistes précaires, Bordeaux, Le Mascaret, 1998.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search