Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin après-midi. Séance dirigée par Jean-Daniel Candaux

Bilan et perspectives d’une étude des « correspondances littéraires »

Jochen Schlobach

Texte intégral

1Il faut d’abord préciser ce que nous entendons par « correspondance littéraire » (cl). Car il est indéniable que, dans la discussion actuelle sur les moyens de communication intellectuelle dans l’Europe du XVIIIème siècle, le terme cl indique des choses très différentes et qu’il a besoin d’être défini de façon plus claire. On l’emploie d’abord dans un sens très général qui désignerait toute correspondance à sujet littéraire ou échangée entre écrivains. Dans ce sens les correspondances générales de Voltaire ou de Goethe seraient des « correspondances littéraires » (cls). Quand on parle d’une cl de Bouhier, le terme implique également un échange de lettres. Je ne m’occuperai pas ici de ces correspondances privées, à contenu littéraire ou érudit, mais de cls dans un sens plus limité du terme qui est indiqué déjà dans le titre de celle de F.M. Grimm et qui désigne un genre particulier d’information à sens unique pour ainsi dire, sur la vie littéraire de Paris au Siècle des Lumières. La découverte et la publication d’un certain nombre de ces cls, celle de Raynal, de Favart, ou de La Harpe, p. ex., permettaient déjà à Gustave Lanson de distinguer un genre de la cl et de le définir dans une formule dense et qui a peu perdu de sa valeur :

« Il y avait d’abord les correspondances littéraires (...) la Correspondance de Grimm est le chef-d'œuvre du genre : les princes qui s’y étaient abonnés sous la promesse du secret absolu, recevaient chaque mois toutes les nouvelles littéraires, dramatiques, philosophiques, politiques, mondaines, le jugement et l’analyse de toutes les publications importantes, le journal détaillé en un mot de la vie de Paris avec laquelle ils restaient ainsi en communication constante. Nombre d’autres écrivains ou écrivasseurs français furent alors les correspondants particuliers de souverains, de princes, de gentilhommes dont la France était la patrie intellectuelle ».

2Cette définition pourrait être élargie, nuancée ou précisée pour quelques détails, mais elle mentionne les critères essentiels qui sont constitutifs du « genre ». C’est ce « médium » particulier d’information qui est notre champ de recherche depuis quelques années.

3Notre intérêt pour les correspondances littéraires de ce type date de 1970 environ. C’était le moment où les Diderotistes en particulier redécouvrirent la cl de Grimm pour la grande édition de Diderot en préparation : Jean Varloot appelait alors à une recherche systématique des copies de la cl de Grimm, dans l’espoir d’y trouver des inédits de Diderot. Les résultats du renouveau des études qui a eu lieu entre-temps sur la cl de Grimm et de Meister sont considérables. L’histoire des différents abonnements est mieux connue aujourd’hui, de nombreuses copies ont été retrouvées, un inventaire systématique en a été dressé par Ulla Kölving au Centre d’Études des XVIIème et XVIIIème siècles à l’Université de Paris IV, inventaire traité par ordinateur qui permettra de retrouver tous les articles par auteurs, titres d’ouvrages etc. Il est prévisible que cet instrument très précieux servira de base pour un grand nombre d’études de détails sur des aspects divers de cette cl, pour l’identification d’auteurs de textes anonymes, etc.

4Mais il faut constater en même temps que l’étude systématique des différentes copies retrouvées n’a pas apporté les surprises qu’on espérait, il y a dix ans. Les variantes sont rares, la recherche de textes inconnus de Diderot et de Voltaire n’a donné finalement que de médiocres résultats. Par conséquent, s’il est toujours très souhaitable de prévoir une édition, sinon complète, au moins partielle, des parties inédites, s’il est incontestable, que cette cl de Grimm et de Meister est toujours le « modèle du genre », il nous semble de plus en plus intéressant d’étudier également les autres cls. Car, il y en a des dizaines de milliers de pages, dans les bibliothèques et archives européennes qui sont nullement connues, ni à plus forte raison lues et exploitées.

5Prenons un exemple : en cherchant des copies de la cl de Grimm à Karlsruhe, où l’on avait supposé, à tort, le margrave abonné à Grimm, nous avons trouvé une autre cl (en 7 volumes et avec environ 10.000 pages) qui est envoyée de Paris entre 1757 et 1783. Il est fort possible que dans de telles correspondances que personne n’a étudiées jusqu’ici, il y ait plus de surprises et de découvertes qui nous attendent que dans celle de Grimm qui a excité la curiosité des chercheurs depuis sa publication, en 1812.

6En plus, comme pour la grande masse des journaux du XVIIIème siècle qui étaient tombés dans l’oubli, une étude systématique des textes est souhaitable, non seulement pour rendre abordables leur contenu et la valeur de leurs informations, mais pour cerner mieux que jusqu’ici la place exacte des cls dans le système complexe de la communication des idées au XVIIIème siècle. Une typologie ne peut se fonder que sur le « modèle du genre ».

7Nous nous sommes donc occupés depuis quelques années à chercher les traces de ces « écrivains ou écrivassiers » dont parlait Gustave Lanson. Dans le cadre de trois séminaires que nous avons organisés à Paris et à Sarrebruck sur la question depuis 1975, un grand nombre de travaux a été entrepris et réalisé, surtout par des étudiants dans des mémoires de maîtrise. Il est impossible de présenter en détail ici les résultats de ces recherches, mais il est peut-être utile de donner une idée de son orientation.

8Il nous semble, à ce propos, utile de distinguer les études concernant les cls déjà publiées et les cls inconnues et inédites.

91) Il faut d’abord parler des cls publiées. Non seulement les éditions qui en ont été faites se révèlent incomplètes et insatisfaisantes pour les commentaires, mais en plus il manquait presque totalement d’études qui s’occupent de leur contenu, de leur forme, de leur sources d’information, de leur comparaison avec des périodiques etc.

10Sur Raynal par exemple il y avait à entreprendre des travaux qui analysent, en fonction des abonnements, l’histoire, la forme et le contenu des Nouvelles littéraires. La critique littéraire de Raynal pouvait être confrontée avec un texte inédit de son Cours de Belles lettres, destiné à de jeunes princes allemands, type de travail extrêmement utile et qui nous a fait découvrir la valeur de cette cl. Sur la cl de La Harpe nous citerions volontiers les recherches de Rémy Landy qui a retrouvé des envois inédits de cette correspondance. Les éditions imprimées de cette cl sont non seulement incomplètes, mais fautives et arrangées par l’auteur après la révolution. Un travail sur La Harpe se propose d’étudier systématiquement l’histoire, le contenu et la forme de cette correspondance. Le même genre de travail est en cours sur la correspondance de Favart.

11La cl de Suard qui a été partiellement publiée par Bonno en 1934 a été étudiée scrupuleusement par Madame Ursula Lorenz. Sa confrontation du manuscrit de Suard et d’une copie envoyée à un des abonnés donne des résultats très intéressants qui font souhaiter une édition complète et critique de l’ensemble de cette cl.

122) Pour les cls inédites dont nous disposons à Sarrebruck en photocopie le travail commence pratiquement à zéro chaque fois. Il y a d’abord souvent l’auteur à identifier, parce que le manuscrit est anonyme ou que le correspondant littéraire se cache sous un pseudonyme. Ce n’est quelquefois que par une étude fastidieuse de l’histoire régionale des principautés de l’Allemagne qu’on arrive alors à des résultats. Signalons quelques noms de correspondants littéraires dont nous avons pu identifier le nom : Pierre Morand, Antoine Maillet-Duclairon, Saint-Aubin, Jean Louis Aubert, Pierre Rousseau. Pour d’autres des doutes sur leur identité persistent : p. ex. Gerson/Guerton, Abbé de Ro(s)nière(s) (ces différences d’orthographe se trouvent dans les manuscrits.) Pour ces textes inédits nous entreprenons ensuite une première analyse et description :

  • Il faut d’abord (en suivant l’exemple de Mme Kölving pour la cl de Grimm) dresser un inventaire des « unités » (articles, comptes rendus, pièces détachées) de chaque cl. C’est ce qui est fait au fur et à mesure de la découverte des textes. Il serait évidement souhaitable de compléter - si possible par ordinateur - ces inventaires en ordre chronologique par des index d’auteurs, d’ouvrages etc. C’est une question d’argent que de réaliser de tels instruments de travail.
  • Une étude statistique de chaque cl essaie de donner une première impression de son contenu, et donc des goûts particuliers des correspondants ou des abonnés. Ces relevés statistiques permettront aussi une étude sinon systématique mais au moins approximative des évolutions significatives des goûts qui se situent pour le genre de la cl, des années trente à 1789 (et même exceptionnellement jusqu’en 1813).

13Naturellement un établissement de catégories cohérentes et acceptées généralement pour les tentatives de descriptions statistiques des journaux, correspondances, mémoires etc. s’impose. Malheureusement, changer de catégories en cours de route, pour un travail de longue haleine et essayant de montrer une évolution dans la diachronie risque de produire des résultats incommensurables. Par conséquent, tout en reconnaissant les progrès méthodologiques remarquables pour une étude statistique des périodiques depuis quelques années, nous sommes forcés de rester fidèles à des catégories développées empiriquement au début de notre recherche.

14 Une brève étude des prises de positions idéologiques, philosophiques et esthétiques, les plus marquantes des auteurs, complètent chaque fois, ce premier travail d’analyse de contenu des cls. Il est évident que leur contenu dépend en grande mesure du contrat implicite entre correspondant et abonné. Les princes européens attendaient un certain type d’information et de critique, et les correspondants parisiens le savaient. Plus que pour les périodiques imprimés, la relation entre correspondant et lecteur est bien circonscrite. Socialement, les abonnés proviennent d’une classe homogène : presque toutes les correspondances que nous avons trouvées sont adressées à des princes. Nous avons étudié ailleurs de façon plus détaillée les implications essentielles pour les choix des correspondants littéraires et les critères esthétiques et idéologiques de leurs feuilles. C’est leur indépendance de la censure et de l’opinion publique qui facilitent les premières tentatives d’une critique au sens moderne du terme.

15— Des analyses de la forme de présentation ont montré une grande ressemblance avec les périodiques ; encore qu’il semble y avoir nette évolution du genre. Dans les premières correspondances littéraires du type décrit, les traces de l’intervention personnelle sont encore nombreuses : l’intervention d’un « je » s’adressant à un « vous » dont il attend réponse ou jugement. Plus tard, depuis 1755 environ, la forme de présentation devient de plus en plus impersonnelle. Les travaux entrepris jusqu’ici montrent que la forme (la périodicité, l’ordre, les rubriques, etc.) ne permettent pas de distinguer périodiques et cls sur ce seul plan formel.

16Se pose évidemment la question de savoir comment nous comptons présenter au public les résultats détaillés des travaux dont j’ai tracé d’une façon trop générale et rapide, le caractère et les méthodes.

  1. Il est temps de réunir les travaux de collègues, d’étudiants français et allemands qui ont participé à cette recherche : il s’agit d’une quinzaine d’articles qui sont tantôt des premières présentations de cls inédites, généralement par tranches d’une ou de plusieurs années, tantôt des travaux sur des auteurs, tantôt de premières tentatives de synthèse. La publication de ces études est prévue sous la forme d’un Recueil d’articles sur les cls.
  2. La publication de textes tirés des cls inédites se heurtera aux difficultés actuelles de librairie bien connues. Mais des exemples comme la patiente entreprise d’Henri Duranton pour la correspondance de Bouhier montrent qu’on peut y arriver.
  3. Comme synthèse des travaux entrepris et à entreprendre, je prépare une Histoire des Correspondances littéraires (dans le contexte culturel très particulier des relations franco-européennes au Siècle des Lumières).

17Je voudrais revenir, pour conclure, à la définition de Lanson, donnée au début de cette communication et poser la question de savoir si elle suffit à clairement cerner le corpus traité et à traiter, dans notre projet de recherche. Tout en cherchant, avec d’autres, une réponse complexe, nuancée sur le plan théorique, à ce problème, il ne me semble pas sur le plan pratique, dont je parle aujourd’hui, y avoir grande urgence de le résoudre avant le choix du corpus. Quand on voit dans une bibliothèque un manuscrit du type « envoi daté de Paris » et qu’on exclut les correspondances privées à échange, le tri est relativement vite fait entre gazettes, bulletins, journaux, nouvelles à la main, où le contenu littéraire ne dépasse pas 10 à 20 % de l’ensemble et le type décrit qui est presque exclusivement littéraire (au sens le plus large du mot : tout ce qui est imprimé, le théâtre, les Académies, etc). Pour la période de 1735 à 1789 et, dans les cours du Nord et de l’Est où étaient destinés presque exclusivement nos textes, il y a spécialisation évidente de la circulation des informations et idées : le domaine politique, l’événement d’un côté, le domaine littéraire de l’autre. Le prince avait son ambassadeur à Paris dont il recevait des lettres chiffrées, il complétait ces renseignements par des journaux manuscrits ou imprimés. Exemple type : plusieurs cours sont abonnées à des journaux imprimés, aux Bulletins de Versailles, et à une cl en même temps.

18Dans cette constellation les cls sont un moyen d’information particulier pour les besoins culturels et littéraires de certains princes (ou surtout des princesses) dans l’Europe des Lumières. L’étude de ces textes s’imposait et s’impose et trouvera utilement sa place, espérons-nous, dans le renouveau des connaissances sur la presse et les « média » du XVIIIème siècle dont le colloque de Lyon est la meilleure illustration.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540