Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Une recherche féministe est-elle possible ?

Patricia Mercader

Texte intégral

1Comme il est fréquent dans les colloques, je ne suis qu’à moitié satisfaite de mon titre (inspiré de celui d’un ouvrage célèbre de Michèle Perrot sur l’histoire des femmes) car force est bien de constater que, possible ou non, la recherche féministe existe. Après avoir très brièvement défini son champ, j’en parlerai aujourd’hui sous trois aspects. 1) Du point de vue de l’expérience des chercheuses féministes (dont je suis, vous vous en doutez bien), j’évoquerai comment s’articulent l’engagement militant et la volonté de scientificité. 2) En m’appuyant sur l’approche épistémologique d’une Isabelle Stengers, je proposerai quelques pistes succinctes sur le thème « recherche et politique ». 3) Et pour terminer, comme je suis psychologue, je donnerai quelques éléments de réflexion sur les rapports entre théorisation et désir inconscient.

2Pour commencer, donc, un bref aperçu du champ de la recherche féministe. Cette recherche est partie du constat d’une double absence des femmes. Elles étaient absentes du discours scientifique comme objets de recherche, donc il fallait faire l’histoire des femmes, il fallait étendre la sociologie du travail à l’étude du travail domestique, il fallait donner toute leur place en littérature ou en histoire de l’art aux femmes écrivains, peintres, musiciennes, etc. Elles étaient, et sont encore, trop absentes aussi de l’univers scientifique comme chercheurs, comme auteurs : il fallait donc travailler politiquement à favoriser l’accès des femmes à la formation de haut niveau, aux métiers de la recherche. Plus encore, et pour réunir ces deux aspects, il fallait que les chercheuses se mettent à travailler sur les femmes et leur situation (objet de recherche souvent assez peu favorable à la progression fulgurante d’une carrière) ; et ceci ne pouvait se faire qu’en passant par une critique épistémologique radicale des discours de leur discipline, critique qui est sans doute la caractéristique et la force les plus grandes des études féministes.

3Mais ces premières approches restaient partielles : des femmes qui travaillent sur les femmes, cela pourrait définir une recherche féminine, pas nécessairement une recherche féministe. Assez vite, nous nous sommes aperçues que notre objet de recherche devait s’élargir, que la recherche féministe devait porter sur les catégories de sexe (qu’on les traite sous l’angle de la différenciation des sexes, du masculin-féminin, de l’articulation entre sexe et genre…) et non plus seulement sur les femmes. Il s’agissait de traquer partout le préjugé de genre, pour que l’universel scientifique (comme le suffrage universel des révolutionnaires…) cesse d’être masculin pour devenir pleinement humain. Plus précisément, et quelle que soit la discipline concernée, il fallait travailler à sortir du naturalisme ou plus précisément de l’attitude consistant à naturaliser les différences entre hommes et femmes, pour étudier la construction sociale des catégories de sexe (« on ne naît pas femme », comme le disait Simone de Beauvoir, et l’on ne naît pas homme non plus). En corollaire, bien sûr, on ne peut que se réjouir que des hommes s’emparent de tels objets de recherche, même si bien rares sont ceux qui le font.

  • 1 N.-C. Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir », in L’Arraisonnement des femmes, Cahiers de l’H (...)

4Une question reste ouverte, qui peut-être ne peut pas être résolue sur le fond : pour qu’une recherche soit féministe, faut-il qu’elle s’appuie sur des présupposés ou postulats particuliers, et si oui, lesquels ? Sans doute, si l’on admet avec celles qui se nomment « féministes radicales » que la définition « courante et minimale » du féminisme est : « analyse faite par des femmes (c’est-à-dire à partir de l’expérience minoritaire) des mécanismes de l’oppression des femmes en tant que groupe ou classe, par les hommes en tant que groupe ou classe, dans diverses sociétés, et volonté d’agir pour son abolition »1. Concrètement, une telle attitude reviendrait à exclure du champ de la recherche féministe toute une série d’études qui pourtant s’en réclament (par exemple, celles qui considèrent que même dans un contexte inégalitaire, les femmes ne sont jamais totalement privées de marge de manœuvre, ce qui s’exprime généralement en disant que si elles n’ont pas le pouvoir, au singulier, elles ont néanmoins des pouvoirs, au pluriel, qu’il convient d’étudier). Comme personne, dans le milieu de la recherche féministe, n’a autorité pour prononcer de telles exclusions, et tant qu’aucun anti féministe notoire ne nous force à réagir en s’emparant de notre qualificatif pour le retourner contre nous, nous admettons comme féministe toute recherche déclarée telle par son auteur.

5Il n’empêche que, même si l’on se vit, personnellement, comme féministe, il n’est pas si facile, au cas par cas, de trancher si telle ou telle de nos recherches est féministe ou non. Je crois d’ailleurs que c’est particulièrement difficile dans ma discipline, la psychologie. Je voudrais vous donner l’exemple d’une recherche en cours sur le crime passionnel, à laquelle je travaille avec deux collègues, une psychologue, Annik Houel, et une sociologue, Helga Sobota. Nous sommes conscientes du problème depuis longtemps, mais il nous semble particulièrement aigu depuis quelques semaines : il se trouve que nous en sommes à la phase où nous soumettons nos premiers articles, et l’un d’eux a été refusé parallèlement par une revue féministe québécoise car trop psychologique, donc, c’est sous-entendu, pas assez féministe, et en France par une revue de psychologie car trop féministe au contraire !

6Il faut savoir qu’au Québec et aux États-Unis, il y a eu de nombreuses recherches sur les homicides conjugaux, ces crimes qu’on dit passionnels, essentiellement d’ailleurs pour montrer qu’il ne sont pas passionnels du tout. Ces recherches, et la nôtre d’ailleurs le confirme, mettent en évidence que les hommes tuent surtout des femmes qui les quittent ou les trompent, qui leur échappent en somme, alors que les femmes tuent surtout des hommes qui les frappent, les exploitent ou cherchent à les priver de leurs enfants. On peut donc conclure que l’homicide conjugal est une conséquence directe de l’inégalité entre les sexes dans la sphère privée. En somme, et c’est là que le bât blesse pour celles d’entre nous qui sont psychologues, il serait extrême, mais logique, c’est-à-dire presque normal ! Impossible de soutenir un tel point de vue quand par ailleurs la psychologie et plus encore la psychanalyse nous apprennent que si les désirs violents, jusqu’aux désirs de meurtre, sont universels (même chez les femmes, mais oui…), en revanche la mise en acte de ces désirs signifie l’impossibilité, hautement psychopathologique, de les contenir dans la psyché ou l’imaginaire. Nous cherchons donc à résoudre la contradiction, avec bien des difficultés… Et c’est d’autant plus difficile que si de nombreux psychologues sont parfaitement anti féministes, les féministes, réciproquement, ne considèrent en général la psychologie qu’avec la plus grande méfiance, et font même souvent preuve d’une position farouchement anti psychanalyse.

Militantisme et Recherche

7Non seulement, donc, la recherche féministe existe, mais je dirais même que depuis 1968, le féminisme se caractérise par une intrication constante, quoique souvent conflictuelle, entre militantisme et recherche. Dès 1975, à Paris, Aix-en-Provence, Toulouse, Lyon, des groupes de recherche et d’études sont fondés dans des universités ; la plupart d’entre eux existent encore.

8Pour donner un exemple de cette intrication conflictuelle, je voudrais évoquer un temps extrêmement fort, le colloque Femmes Féminisme et Recherches qui a eu lieu à Toulouse en 1982. Neuf cents participantes s’y sont retrouvées. Comme nous le disions à l’époque, elles étaient pour moitié chercheuses en institution, et pour l’autre moitié chercheuses hors institution, c’est-à-dire souvent militantes. En fait c’est sans aucun doute le signe qu’à ce moment, une bonne part de ces études étaient si peu reconnues qu’en fait elles se faisaient dans le plus grand bénévolat. C’est aussi comme si, dans ces années-là, la recherche (nous parlions beaucoup aussi de recherche-action) avait pour certaines au moins pris un peu la place du Mouvement en voie d’extinction.

9Depuis 1982 et le colloque de Toulouse, le milieu de la recherche féministe s’est structuré, notamment dans une Association Nationale des Études Féministes, dont les objectifs sont à la fois théoriques et, pourquoi s’en cacher, quelque peu corporatistes. C’est que dans l’univers professionnel impitoyable de l’Université ou du CNRS, les chercheuses féministes sont loin d’être accueillies à bras ouverts. Pour développer notre espace (par exemple imposer la création de DEA ou de postes de maîtres de conférences), mais aussi pour défendre nos positions (nous en sommes encore à nous demander parfois s’il est judicieux que nos publications dans des revues féministes, même internationalement reconnues, figurent dans nos CV…) nous avons grand besoin d’être solidaires, de communiquer, de confronter approches théoriques et réflexions stratégiques. Quoi qu’il en soit, il y a environ cent-vingt adhérentes, dont un homme, à l’ANEF (très exceptionnellement, j’utilise l’accord majoritaire prôné par les québécois pour remplacer l’accord sur un masculin toujours dominant). Quant au Répertoire de la Recherche sur le thème Sexes et Société publié par la Documentation Française en 1998, il regroupe trois cent soixante-dix chercheuses travaillant sur ce thème (je n’ai pas compté la proportion d’hommes).

Recherche et politique

10Il y aurait beaucoup à dire sur la question des aspects institutionnels et stratégiques de la recherche, particulièrement en comparant leur traitement en France et dans les pays anglo-saxons. Comme malheureusement le cadre de cette intervention ne le permet pas, je me bornerai à quelques réflexions générales. Je voudrais d’abord souligner que le problème de la scientificité des énoncés est pour une large part un problème de dynamique institutionnelle, ou plus largement un problème politique. Comme le dit Bruno Latour, c’est l’avis des « chers collègues » qui prévaut pour faire reconnaître ou au contraire discréditer une recherche.

11Ceci dit, si Ton doit s’interroger sur ce qui permet qu’une recherche soit à la fois authentiquement scientifique et féministe, c’est à cause de la relation entre féminisme et idéologie : sommes-nous suffisamment « objectives », libres de croyances idéologiques, pour nous affirmer scientifiques ?

  • 2 I. Stengers, L’Invention des sciences modernes (1993), Paris, Flammarion, 1995.

12La philosophe Isabelle Stengers s’est prononcée à ce sujet d’une façon particulièrement intéressante. À propos de la critique féministe des sciences, Isabelle Stengers est plutôt sévère. En identifiant l’état actuel de la science au triomphe de valeurs masculines, les féministes sont encore selon elle bien trop respectueuses d’une rationalité fictive : elles présupposent en effet la possibilité de l’exactitude, de l’universalité. Si radicale soit-elle, leur critique reste fondée sur une illusion positiviste2.

13Il reste que la psychologue que je suis ne peut analyser les positions idéologiques ou de croyance que dans leur rapport à des utopies, qui sont au fond l’expression politique d’un désir, ce que nous voudrions que soit le monde. Ce qui m’amène à la question des rapports entre recherche féministe et désir insconscient.

Recherche et désir inconscient

  • 3 R. Musil, L’Homme sans qualités, t. I, p. 304.

14Pour situer cette question, et au risque de vous paraître enfoncer une porte ouverte, il me faut d’abord rappeler que toute connaissance est interprétation. En termes plus psychologiques, ceci revient à souligner que toute représentation du monde, et a fortiori toute représentation des relations entre les humains, se constitue sur la base d’un compromis plus ou moins efficace ou harmonieux entre ce que nous percevons, le principe de réalité, et ce que nous désirons, généralement à notre insu, le principe de plaisir. Le romancier Musil a joliment évoqué cette idée : « Les philosophes sont des violents qui, faute d’avoir une armée à leur disposition, se soumettent le monde de la manière qui consiste à l’enfermer dans un système »3. Ce qu’un psychologue peut ajouter à l’idée de Musil, c’est que le système lui-même, sa forme, son contenu, ses caractéristiques, exprime inévitablement, pour une part, le désir inconscient de son auteur. Ce désir inconscient est à la fois la source et la limite de la théorie.

  • 4 A. Einstein, Comment je vois le monde, Paris, Flammarion, 1979, pp. 122-123.

15Pour appuyer encore un peu plus mon propos, j’en prendrai un exemple dans les sciences dites « dures ». Voici comment Einstein lui-même décrit sa vocation scientifique : « Une des motivations les plus puissantes qui incitent à une œuvre artistique ou scientifique consiste en une volonté d’évasion du quotidien dans sa rigueur cruelle et sa monotonie désespérante, en un besoin d’échapper aux chaînes de désirs propres éternellement instables. Cela pousse les êtres sensibles à se dégager de leur existence personnelle pour chercher l’univers de la contemplation et de la compréhension objectives. Cette motivation ressemble à la nostalgie qui attire le citadin loin de son environnement bruyant et compliqué vers les paisibles paysages de la haute montagne, où le regard vagabonde à travers une atmosphère calme et pure, et se perd dans les perspectives reposantes semblant avoir été créées pour l’éternité »4.

16Einstein définit donc son travail scientifique comme le rejeton de ce que nous pourrions nommer une aspiration au Nirvana. Je fais l’hypothèse que lorsqu’il découvre, ou invente, la relativité, cette aspiration qui le conduit à s’émerveiller devant la rationalité du monde est à l’œuvre : en posant que le temps et l’espace ne sont pas clivés, mais relatifs l’un à l’autre, il construit bien un monde encore plus harmonieux, encore plus unifié. Mais en même temps, et de son propre aveu, alors qu’il a construit la théorie de la relativité restreinte, il résiste plusieurs années à l’idée que cette relativité pouvait être universelle, ce qui implique l’expansion infinie de l’Univers, c’est-à-dire un changement infini, donc un renoncement définitif à ce repos et à cette paix tant désirés…

17Ayant ainsi placé mon propos sous l’égide d’un oncle illustre, quoiqu’un peu éloigné, j’en reviens à la recherche féministe, et plus largement aux sciences humaines et sociales. Toute théorie de l’Homme et de la société reflète donc, pour une part, le désir inconscient de son auteur. Pour le dire autrement : entre l’activité d’un Einstein, ou d’une chercheuse féministe, et l’activité de l’enfant de quatre ans qui se demande comment on fait les bébés, et qui spécule « en s’embrassant sur la bouche… en ouvrant comme une boutonnière le nombril de la maman… par le derrière comme on fait caca… », il n’y a pas de rupture qualitative. C’est-à-dire que le processus de théorisation reste le même. C’est-à-dire surtout que toute théorie comporte dans son fondement même une théorie sexuelle infantile.

18Dans un sens (c’est la perspective d’un Bachelard avec son « obstacle épistémologique »), cela signifie que le monde ne nous est pas transparent, et que toute théorisation comporte son noyau de méconnaissance. Soit ! Cette modestie est sans nul doute salubre. Mais pour autant, elle n’épuise pas le sujet. À mon avis, ce désir qui infiltre et informe les théorisations est aussi le garant de leur créativité et de leur potentiel d’innovation.

19Je précise avant tout que le féminisme, tel que je le connais, est beaucoup plus pluriel qu’il n’y paraît : sous ce vocable sont regroupés des utopies diverses et donc des désirs inconscients divers. Il serait à mon avis très intéressant d’en faire le recensement.

  • 5 C. Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir, l’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992. N.-C (...)

20Pour tenter d’élucider Tune des formes de désir inconscient au cœur des théorisations féministes les plus radicales, je prendrai l’exemple de la sociologue Colette Guillaumin et des anthropologues Nicole-Claude Mathieu et Paola Tabet5. Ces trois auteurs sont aujourd’hui republiées sous l’appellation de « textes fondateurs » par les éditions Côté femmes, devenues ensuite la collection Bibliothèque du féminisme chez l’Harmattan ; c’est une reconnaissance tout à fait significative, puisque les responsables de cette collection sont toutes investies très activement, et depuis sa fondation, dans l’Association Nationale des Études Féministes, dont j’ai déjà parlé. Cette reconnaissance n’est d’ailleurs pas limitée au cercle restreint des chercheuses féministes, puisque les idées de ces trois auteurs sont largement reprises dans le dernier ouvrage de Bourdieu sur La domination masculine…

21Les apports essentiels de Colette Guillaumin sont de deux sortes. D’une part, poursuivant les analyses matérialistes qui placent l’exploitation économique dans la famille (travail domestique, maternage, etc.) au centre de l’oppression des femmes elle définit les rapports sociaux de sexe comme sexage, c’est-à-dire appropriation des femmes (leur force de travail, mais aussi leur corps et ses produits) par les hommes ; elle précise que cette appropriation est à la fois privée, dans le cadre du mariage et de la famille, et publique, toutes les femmes appartenant dans une certains mesure à tous les hommes comme en témoigne par exemple la pratique du viol. Dans cette perspective, les femmes sont soumises à un contrôle physique et psychologique (le port de la jupe, l’obligation du sourire…) qui constitue un véritable dressage. D’autre part, Colette Guillaumin montre aussi comment ce rapport social d’appropriation est fondé en nature par une idéologie différencialiste.

22En s’appuyant sur une revue générale des sociétés connues, Paola Tabet réinterprète les travaux de ses prédécesseurs et collègues en opérant un véritable retournement épistémologique. Ainsi, elle réfute le postulat généralement en vigueur, qui présente la reproduction comme un processus naturel sur lequel la seule intervention sociale est limitative. Pour elle au contraire, seule la fertilité est naturelle dans l’espèce humaine ; le processus de reproduction, en revanche, fait l’objet d’une gestion sociale dans son ensemble, depuis le coït (« exposition au risque de grossesse ») jusqu’au sevrage (qui marque la possibilité d’une nouvelle grossesse). Loin d’être essentiellement limitative, la gestion sociale du processus de reproduction vise dans les sociétés traditionnelles à une rentabilité maximale de la fertilité féminine, et utilise des techniques de contrainte encore une fois tant physiques (déflorations rituelles, viol…) que psychologiques (dissociation entre maternité et sexualité, notamment). Les femmes sont donc forcées à se reproduire, et leur sexualité fait l’objet d’une véritable domestication (je reprends ici les termes même de Paola Tabet).

  • 6 N.-C. Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir » in L’Arraisonnement des femmes, Cahiers de l’Ho (...)

23Nicole-Claude Mathieu, quant à elle, est entre autres l’auteur d’un article très important intitulé « Quand céder n’est pas consentir ». Elle y analyse les « déterminants matériels et psychiques » de ce qu’elle nomme « la conscience dominée des femmes ». Elle développe donc, parmi ses arguments essentiels, l’idée que ce qu’on nomme trop souvent le consentement ou la participation des femmes à leur propre oppression (en termes marxistes on parlerait d’aliénation) est en fait plutôt du registre de ce qu’un Césaire ou un Memmi, à propos des colonisés, nomment larbinisme. Mais ce larbinisme-là n’est pas une stratégie calculée, il correspond au contraire à « une véritable anesthésie de la conscience, inhérente aux limitations concrètes, matérielles et intellectuelles, imposées à l’opprimé(e) »6.

24D’une façon globale, je dirais que si les approches de Colette Guillaumin, Paola Tabet et Nicole-Claude Mathieu témoignent d’une théorie sexuelle infantile commune, d’un fantasme de désir commun, ce pourrait être celui-ci : « les femmes, toujours objets (passives) mais non sujets (actives) de l’appropriation, ne désirent jamais ni la relation sexuelle avec les hommes, ni la maternité ; elles y sont toujours forcées ; au mieux, elles peuvent croire y consentir, mais même alors, elles ne font, en réalité, qu’y céder ». Au-delà de l’évidente et très classique scène primitive sadique, il est assez facile de voir ce qu’un tel fantasme engage de la relation d’une fille à sa mère : « elle ne l’a jamais voulu, lui… sans doute n’a-t-elle jamais voulu que moi… », une illusion incestueuse d’autant plus prégnante, très probablement (mais ici je ne fais que supposer), qu’elle a dû résister à bien des preuves du contraire.

25Je ne pousserai pas plus loin aujourd’hui l’interprétation de ces positions théoriques. Ce que je voudrais souligner, c’est le caractère en fait profondément fructueux des théorisations que génère ce fantasme infantile, à deux niveaux complémentaires : parce qu’elles renouvellent les interprétations des faits sociologiques et anthropologiques, et permettent une critique épistémologique cruciale, et aussi parce qu’elles ont constitué une source d’inspiration essentielle pour bien des chercheuses moins radicales que celles-ci.

  • 7 J’emprunte cette métaphore à une autre radicale, Monique Wittig, qui souligne que « Tout écrivain (...)
  • 8 Claude Lévi-Strauss, Les Bororos, 1936. Analysé par C. Michard-Marchal et C. Ribery, Sexisme et sc (...)

26Je pense que ce fantasme, l’énergie libidinale qu’il rassemble justement à cause de son ancrage infantile, a permis l’élaboration de ce regard de biais7 qui fonde la critique épistémologique féministe. Parce qu’il ressemble au regard d’un enfant, il permet de voir autre chose, qui n’avait pas jusqu’alors été vu… la nudité de l’empereur… Il faut ce regard-là pour mettre au jour la signification profonde de cette phrase jusque-là passée inaperçue du grand Lévi-Strauss : « Le village entier partit le lendemain dans une trentaine de pirogues, nous laissant seuls avec les femmes et les enfants dans le village abandonné »8. Bien sûr ce type de pensée produit de l’étrangeté, voire du malaise. Mais il faut se souvenir des remarques tellement fortes de Freud à propos de l’inquiétante étrangeté (l’étrange familiarité, dans la traduction la plus récente). Ce qui produit cet effet, c’est justement le moment où quelque chose qui se passe à l’extérieur de nous, la rencontre d’un être, d’une image ou d’une idée, rejoint ce qui en nous est la trace refoulée, inconsciente, d’un désir ou d’une expérience infantile. Ce qui signifie qu’une psychanalyse du féminisme ne pourra jamais se satisfaire d’être la psychanalyse de quelques-unes, plus ou moins bizarres ou extrémistes ; elle ne prendra tout son sens que si elle s’assume comme analyse d’une position subjective spécifique, mais qui dans sa dimension infantile concerne toutes les femmes… et tous les hommes.

Notes

1 N.-C. Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir », in L’Arraisonnement des femmes, Cahiers de l’Homme, EHESS, 1985, p. 172.

2 I. Stengers, L’Invention des sciences modernes (1993), Paris, Flammarion, 1995.

3 R. Musil, L’Homme sans qualités, t. I, p. 304.

4 A. Einstein, Comment je vois le monde, Paris, Flammarion, 1979, pp. 122-123.

5 C. Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir, l’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992. N.-C. Mathieu, L’Anatomie politique, Paris, Côté-femmes, 1991. P. Tabet, La Construction sociale de l’inégalité des sexes, Paris, L’Harmattan (collection Bibliothèque du féminisme), 1998.

6 N.-C. Mathieu, « Quand céder n’est pas consentir » in L’Arraisonnement des femmes, Cahiers de l’Homme, EEHESS, 1985, 230 p.

7 J’emprunte cette métaphore à une autre radicale, Monique Wittig, qui souligne que « Tout écrivain minoritaire (qui a conscience de l’être) entre dans la littérature à l’oblique ». Cet angle d’approche produit un effet « comparable à une perception du coin de l’œil, le texte agit par effraction ». (Avant-note au recueil de Djuna Barnes, La Passion, Flammarion, 1982, p. 11.)

8 Claude Lévi-Strauss, Les Bororos, 1936. Analysé par C. Michard-Marchal et C. Ribery, Sexisme et sciences humaines : pratique linguistique du rapport de sexage, Lille, PUL, 1982.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search