Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Une « recherche engagée » : l’étude des « Systèmes d’Échange Local »

Cyrille Ferraton et David Vallat

Texte intégral

1Les SEL (Systèmes d’Échange Local) ont une origine récente. On situe leur première apparition au LETS (Local Exchange Trading System) de Vancouver (Canada) en 1983. Les premiers SEL français datent de 1995 seulement. On compte aujourd’hui 300 SEL pour le cas français. Ainsi, l’ampleur de leur développement observé au cours de ces dernières années (en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Irlande, en Belgique, au Pays-Bas, etc.) confirme la nécessité d’une analyse de leurs principes d’organisation.

  • 1 Approche dite « endogène ».
  • 2 Approche dite « exogène ».

2Un ensemble de problèmes se posent quant aux modalités d’étude des SEL. Comment appréhender ces cercles d’échange ? Par quels moyens peut-on comprendre leur fonctionnement interne ? Doit-on se prêter à des observations in situ1 ou bien maintenir un regard extérieur sur l’objet d’étude2 ? Une participation à ces SEL permettant de mieux en saisir les déterminants (valeurs, règles, etc.) ne conduit-elle pas à une perte « d’objectivité » de la part du chercheur ? Etc…

  • 3 Elle a donné lieu à la rédaction du rapport Monnaies locales et lien social : l’émergence des syst (...)
  • 4 Des SEL de la Croix-Rousse, de Lyon-Rive Gauche et du Gratte-SEL de Villeurbanne. Cyrille Ferraton (...)

3La « recherche engagée » constitue le postulat méthodologique pour l’analyse des SEL effectuée par l’équipe de chercheurs du Centre Auguste et Léon Walras à partir de 19953. Elle s’identifie à la démarche anthropologique qui pour rendre compte d’une organisation ou d’une institution sociale s’immerge partiellement (enquête et implication sur le terrain) dans l’objet étudié. Dans la situation présente, les hypothèses théoriques formulées ont été régulièrement confrontées à la « réalité sociale ». Cette mise en parallèle de la théorie et des faits a été facilitée par l’implication des chercheurs dans les SEL en tant que membres4.

4On suppose donc que la compréhension des SEL nécessite un engagement du chercheur. On se propose ici d’analyser en quoi une telle posture méthodologique est particulièrement adaptée à l’étude des SEL.

5Une première partie sera consacrée à la description des principes d’organisation des SEL pour bien montrer à la fois leurs différences et leurs similitudes par rapport à d’autres formes sociales. Les pistes de réflexion théorique obtenues lors de l’enquête précédemment citée seront développées ici.

6Une deuxième partie présentera les raisons qui déterminent le choix d’une approche « engagée » de la recherche. On peut d’ores et déjà distinguer deux types d’explications :

  • une première, « exogène », se référant aux arguments développés par les anthropologues pour soutenir « l’objectivité » de leurs analyses lorsqu’elles comprennent enquête et implication sur le terrain ;
  • une seconde, « endogène », montrant les facteurs inhérents aux SEL qui déterminent le choix d’une telle posture méthodologique.

7Enfin, une troisième et dernière partie s’attachera à décrire le déroulement de la recherche et les perspectives théoriques ouvertes. Une mise au point pourra ainsi être entreprise sur les pistes théoriques que l’approche « engagée » a permis de formuler ; principes dont l’existence serait restée ignorée si l’approche méthodologique adoptée avait été strictement « exogène ».

Le fonctionnement des « Systèmes d’Échange Local »

  • 5 J.-M. Servet (dir.), op. cit., p. 54.

8Le SEL est « un regroupement de personnes qui sous une forme associative et sur une base locale, échangent des services et des biens par l’intermédiaire d’un bulletin d’information, d’une unité de compte interne des transactions et d’un système de bons d’échange ou d’une feuille personnelle de tenue des comptes, remis régulièrement à l’équipe d’animation du groupe »5.

9Les échanges prenant place au sein des SEL s’appuient sur la multilatéralisation des dettes et des créances. La dette contractée par celui qui échange doit être comprise non par rapport au partenaire de cet échange particulier mais par rapport à l’ensemble des membres du SEL. Elle pourra ainsi être éventuellement annulée par un crédit contracté avec une personne différente de celle vis-à-vis de laquelle la dette est née.

  • 6 Ces règles d’action représentent la charte du SEL.

10Le SEL élabore une liste d’offres et de demandes de services et de biens qui amène chacun des membres à entreprendre les échanges répondant à leurs besoins. Par sommation, la différence entre créances et dettes est nulle. Ce fonctionnement spécifique implique la confiance dans l’adoption par chaque partenaire à l’échange des règles d’action acceptées lors de la constitution du SEL6.

  • 7 J.-M. Servet (dir.), ibid.

11Trois composantes sont avancées pour rendre compte de l’organisation d’ensemble des SEL7 :

  • ils tendent à promouvoir l’accélération des échanges de manière à assurer le développement durable de relations interpersonnelles ;
  • ils se fondent sur une localisation des échanges basés sur des rapports de proximité assurant entraide et convivialité ;
  • enfin, ils développent un système d’échange réfutant l’universalisme de l’argent (monnaie nationale émise par l’État) mais présentant néanmoins une connotation monétaire puisque le SEL s’appuie sur une unité de compte et un règlement des dettes pour organiser les échanges de services et de biens. Le développement de ce mécanisme d’échange parallèle traduit une volonté d’assurer la pérennisation d’activités à dominante sociale (promouvant notamment la solidarité, la confiance, la reconnaissance mutuelle et la satisfaction des besoins a priori).
  • 8 Voir K. Polanyi (1944).
  • 9 Voir J. Donzelot (1984).
  • 10 Cet argument est traité dans le quatrième paragraphe.

12En outre, le développement de ces cercles d’échange part à la fois d’une critique et d’une interrogation du système économique dominant : comment remédier aux défaillances (exclusion, chômage, etc.) de l’organisation économique et sociale ? Les SEL ainsi apparaissent comme des espaces collectifs subordonnant l’économique (régi par le « mobile du gain »8) au social (réponses aux besoins individuels, entretien de relations interpersonnelles, etc.). Ne constituant pas une solution en soi à la « question sociale »9, ils représentent pour les membres de l’association un moyen d’instituer des relations sociales10 empruntant aux domaines de la réciprocité, de la solidarité, de l’amitié, etc.

13Bien que disposant des principes d’organisation et des systèmes de valeurs communs, les SEL offrent des figures variées, allant des SEL « libertaires », refusant tout pouvoir tutélaire, aux SEL développés et soutenus par les institutions publiques locales.

  • 11 Deux conceptions théoriques s’opposent dans la formalisation de l’espace public. D’un côté, la con (...)

14Néanmoins, les SEL dans leur globalité peuvent apparaître comme des espaces sociaux facilitant l’accès à la citoyenneté. Les personnes jusque là exclues de la participation à la vie économique et sociale car ne disposant pas des moyens d’accès à l’espace public11 peuvent, par l’intermédiaire du SEL et donc par une action volontaire et délibérée (adhésion au SEL), accéder à un niveau local à des pratiques associatives ouvrant la voie à des valeurs citoyennes (responsabilité, liberté, solidarité). Dans cette perspective, les SEL permettent l’apprentissage d’une culture démocratique. Cette redécouverte de la sphère « politique » s’effectue à quatre niveaux successifs :

  • le SEL définit un espace d’intervention sur lequel s’exerce la souveraineté du groupe (les membres du SEL sont dans une position égalitaire) ;
  • les membres délimitent des règles d’action (droits et devoirs) au cours de la constitution du SEL par l’intermédiaire de la charte, caractérisant la nature des échanges, l’évaluation possible du montant de ces échanges, etc. ;
  • les règles d’action sont continuellement rediscutées au cours de l’Assemblée Générale et du Conseil d’Administration de l’association ; elles peuvent voir leur contenu se modifier ;
  • les membres du SEL mettent en application ces règles d’action qu’ils ont eux-mêmes instituées.
  • 12 Identifié généralement par les membres des SEL au « système capitaliste ».

15Donc, cet apprentissage de la citoyenneté au sein des SEL ne repose plus sur les conditions personnelles d’accès aux espaces économiques et sociaux « valorisés » par la société (emploi, etc.), mais sur des facteurs strictement non matériels et constitue à ce titre une critique forte à l’encontre du modèle d’organisation économique et sociale dominant12 :

  • le temps (disponible) est une ressource valorisée et peut constituer un moyen pour augmenter sa richesse en tant que membre dans le SEL ;
  • les conditions sociales, économiques, etc. personnelles ne sont pas prises en compte ; seuls importent l’échange et les liens sociaux qu’il permet d’instituer ;
  • enfin, chaque membre dispose d’un pouvoir égal dans la constitution des règles d’action du fonctionnement interne du SEL.

16Un dernier point doit être abordé concernant l’échange proprement dit au sein du SEL. Deux principes permettent d’en saisir la nature :

  • il repose tout d’abord sur l’égalité des personnes. En ce sens, il emprunte au modèle du « marché autorégulateur »13 et exclut par conséquent toute forme de hiérarchisation ;
  • cependant, la relation d’échange est perpétuée dans le temps. De ce fait, les partenaires à l’échange se reconnaissent mutuellement et forment des relations personnalisées de proximité. La confiance joue donc un rôle essentiel. L’objectif explicite de l’échange est d’assurer la constitution de rapports de réciprocité bilatérale et multilatérale privilégiant à terme le développement durable de rapports sociaux. On sait aujourd’hui que le don14 (s’inscrivant dans le cadre de pratiques réciprocitaires) institue un déséquilibre entre les échangistes (dette) et appelle un contre-don. Cette triple « obligation de donner, de recevoir et de rendre »15 constitue le fondement des échanges se déroulant au sein des SEL.

Légitimité d’une « recherche engagée » dans l’étude des « Systèmes d’Échange Local »

  • 16 J.-M. Servet, 1998, p. 42.

17Les SEL comme objet d’étude nécessitent, nous semble-t-il, une « recherche engagée ». Il s’agit dans cette perspective de confronter continuellement les hypothèses théoriques formulées à la « réalité sociale ». L’observation et l’analyse s’effectuent à une échelle microsociale16, ce que traduit le recours simultané aux enquêtes et à l’implication des chercheurs sur le terrain.

18Plusieurs raisons motivent cette orientation méthodologique. Deux types de justifications sont présentées ici : une première reprenant les arguments de la démarche anthropologique (justification externe) et une seconde propre à l’objet d’étude des SEL (justification interne).

Une perspective anthropologique

  • 17 Schématiquement, les sciences sociales distinguent deux types d’approches méthodologiques : l’appr (...)

19En fait, cette orientation méthodologique s’oppose à l’approche standard de la science économique. Celle-ci part du principe que toute recherche doit se prévaloir d’un objectif de neutralité. Elle postule que « l’objectivité » de la science nécessite un décentrement ou une mise à distance de l’objet étudié. Il en découle que toute recherche prend un point de vue externe excluant toute implication du chercheur dans l’objet analysé17. Ainsi, la science économique construit dans un premier temps des modèles économiques structurés autour de certains principes théoriques qu’elle applique dans un deuxième temps à la « réalité sociale ». Tout comportement individuel ou collectif est compris au travers des hypothèses formulées ex ante dans la modélisation. Comment alors rendre compte d’actions ne répondant pas apparemment aux principes théoriques formulés ? Quelle pertinence accorder à ces explications théoriques si aucune confrontation à la « réalité sociale » n’est entreprise ?

  • 18 J.-M. Servet (dir.), 1999, p. 97.

20Le fonctionnement des SEL « ne peut se définir que de l’intérieur, c’est-à-dire en incluant les représentations des acteurs et leurs discours (…) et non en se fondant sur l’hypothèse de la théorie économique postulant l’existence de comportements individuels rationnels issus d’arbitrage en termes de coûts/avantages »18, et cela face à des « réalités » strictement « objectives » dans le sens où les différentes observations empiriques conduisent à une description commune de leur nature.

  • 19 Pour Max Weber, la recherche scientifique ne peut pas être objective dans le sens où l’entend la s (...)

21Une « recherche engagée » ne s’oppose pas à « l’objectivité » théorique. Une implication du chercheur dans l’objet d’enquête ne signifie pas une perte de neutralité. Elle nécessite que la participation ne prenne pas une trop grande importance par rapport à l’observation scientifique. Cette distanciation minimale vis-à-vis de l’objet d’étude suffit a priori à l’élaboration d’un discours théorique dénué de tout « jugement de valeur »19.

  • 20 S. Beaud et F. Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiq (...)

22Au-delà de la controverse suscitée par l’opposition entre « objectivité » (neutralité) et « subjectivité » (jugement de valeur), toute enquête et implication sur le terrain requièrent au minimum trois conditions préalables20, nécessaires pour remplir les « critères de scientificité » spécifiques à une démarche anthropologique :

  • l’objet d’étude doit constituer un lieu d’interconnaissance. Au sein des SEL, chaque membre dispose d’un certain nombre d’informations sur les autres membres. L’anonymat est absent puisque le but affiché de tout SEL est de privilégier le développement durable de rapports interpersonnels ;
  • les résultats des observations successives effectuées sur le terrain doivent être constamment auto-analysées (condition de réflexivité). Les don- nées obtenues doivent être questionnées régulièrement. Cette condition assure une distanciation minimale vis-à-vis des analyses formulées ;
  • enfin, troisième et dernière condition, la recherche doit être entreprise sur une période de temps relativement longue. L’enquête effectuée sur les SEL s’est étalée sur deux années.

La prise en compte de l’environnement référentiel des membres des SEL

23Un deuxième ensemble de raisons ont motivé cette approche « engagée » qui tient aux propriétés inhérentes des SEL. L’implication des chercheurs en tant que membres permet d’acquérir des informations sur les systèmes référentiels (valeurs, normes, etc.) des personnes concernées. Un point de vue seulement externe sur le fonctionnement de ces cercles d’échange conduirait à omettre une majorité de représentations et de mobiles individuels, ou bien, à supposer l’existence de représentations et de mobiles individuels pouvant s’avérer non pertinents empiriquement. La recherche participante évite les pièges de l’ethnocentrisme, c’est-à-dire la transposition des systèmes de valeurs et de normes des chercheurs aux personnes intégrées aux SEL. Ainsi, l’ouverture de l’environnement référentiel des membres des SEL se conçoit comme un processus impliquant rapports de confiance et de réciprocité.

  • 21 J.-M. Servet (dir.), op. cit., p. 14. Voir aussi P. Bourdieu (1996).

24Cette posture méthodologique assure la possibilité de rendre compte du sens des pratiques, des représentations et des mobiles spécifiques aux membres des SEL. L’orientation non purement économique des activités prenant place au sein de ces cercles d’échange n’a pu être appréhendée que par cette approche « en compréhension »21.

25Le mécanisme de formation des « prix » ou des « montants » des échanges pratiqués n’aurait pu se satisfaire d’un point de vue uniquement externe. En effet, comment expliquer par exemple que certaines transactions soient effectuées à un prix supérieur au prix « marchand » prévalant en dehors des SEL ? La démarche anthropologique appliquée à cette situation particulière permet de considérer les motivations implicites mobilisées pour toute forme d’échange au sein des SEL. Le « prix » représente un facteur secondaire ; des mobiles à dominante sociale, comme la solidarité, l’amitié, etc., structurent l’échange. Le « prix » apparaît alors comme une estime de l’autre, engendré par un processus de marchandage se déroulant entre les partenaires à l’échange.

  • 22 Il faut noter que certains chercheurs étaient membres avant le début de l’enquête.

26Les chercheurs du Centre Walras ont non seulement par un acte volontaire et délibéré adhéré comme membres22 mais se sont conformés aux principes des SEL. La transparence dans les différentes interactions interpersonnelles est ainsi requise ; elle implique de ne pas profiter, pour des objectifs propres à la recherche, des situations rencontrées (confidentialité, etc.) au cours des différents échanges. De plus, l’implication ne doit pas être feinte. Elle s’inscrit dans une logique réellement réciprocitaire. Cette participation volontaire se conçoit comme un acte de don, un engagement risqué, car rien ne garantit initialement que les membres fondateurs des SEL répondent aux sollicitations des chercheurs. Cette action purement « gratuite » permet d’instaurer un climat de confiance en posant des garanties quant à l’implication de l’équipe de recherche dans l’action collective des SEL.

  • 23 Voir P. Bernoux et J.-M. Servet (1997).

27On peut situer trois niveaux dans « la construction sociale de la confiance »23 :

  • un niveau « spatial » ; les relations de confiance se nouent d’autant plus facilement que la proximité est forte. Les SEL se réfèrent à une base locale et à l’histoire commune des personnes concernées garantissant ainsi le développement de cette confiance ;
  • un niveau « temporel » ; la confiance est confortée par la fréquence des rencontres interpersonnelles. Les chercheurs ont participé continuellement au fonctionnement des SEL ;
  • un niveau « mental » ; les rapports de confiance augmentent si les partenaires à l’échange partagent des valeurs et des idées communes. Les SEL critiquent fortement le système économique dominant et les conséquences de son fonctionnement (précarité, etc.). La structure institutionnelle qu’ils promeuvent (échange sans argent, réponses aux besoins préexistants, etc.) forme une alternative à l’allocation des ressources économiques et sociales. En ce sens, les chercheurs trouvèrent sur ce sujet des préoccupations communes avec les fondateurs des SEL : comment remédier au développement de l’exclusion ? Une alternative au modèle institutionnel du marché est-elle envisageable ? Etc… En fait, la confiance entre l’équipe de recherche et les autres membres des SEL constituait le présupposé de l’enquête menée.

28La mise au jour des représentations et motivations sous-jacentes aux membres des SEL requérait une réelle implication des chercheurs. Le fait d’être membre assurait de disposer d’un moyen de connaissance des systèmes de valeurs, de normes, etc., sous-tendant ces cercles d’échange.

Déroulement de la « recherche engagée » et développement de perspectives théoriques

  • 24 Ces visites s’effectuèrent à la fois en tant que chercheur mais aussi en tant que membre d’un autr (...)
  • 25 Les SEL de la Croix-Rousse, de Lyon-Rive Gauche et du Gratte-SEL de Villeurbanne.
  • 26 http://www.selidaire.org ; http://www.altern.com/sel/

29L’enquête a ainsi débuté à la fin de l’année 1995. Dans un premier temps, le recueil des données a été opéré sur trois sources distinctes. Il comprit tout d’abord une cinquantaine d’entretiens effectués sur une vingtaine de SEL visités24. Ils furent complétés par les observations obtenues par la participation des chercheurs en tant que membres de trois SEL différents25. Enfin, l’accès à des informations supplémentaires et complémentaires a été permis par l’utilisation du réseau internet (forum de discussion)26.

30Dans un second temps, ce premier recueil de faits empiriques a fait l’objet de la rédaction d’articles individuels puis d’un rapport collectif pour lequel certains principes théoriques ont été formulés. Ils ont ainsi pu être confrontés à la réalité du terrain. Des modifications théoriques ont été amenées.

  • 27 Voir D. Bayon (1996 ; 1997), D. Bayon et D. Vallat (1997), J. Blanc (1997), I. Guérin (1997), G. M (...)

31Enfin, la rédaction d’un rapport final a été entreprise et a constitué la trame de l’ouvrage Une économie sans argent : Les Systèmes d’Échange Local paru en février 1999 au Seuil. Plusieurs articles complémentaires ont été en outre écrits27.

Perspectives théoriques ouvertes

32La « recherche engagée » a permis de mettre au jour le fonctionnement du système monétaire au sein des SEL. La théorie économique dominante modélise la monnaie comme un instrument fonctionnel utilisé principalement comme moyen d’échange. Les personnes entreprennent des échanges contractualisés par l’intermédiaire de l’instrument monétaire. Les relations interpersonnelles envisagées sont donc purement horizontales ; aucune entité sociale (groupe, société, etc.) n’est comprise dans le déroulement de l’échange.

33Or, l’étude sur les SEL montre que la monnaie peut être utilisée comme un moyen de socialisation et non plus comme un instrument simplement fonctionnel. La monnaie de SEL comprend les deux fonctions monétaires de l’unité de compte et du système de compensation des dettes. La monnaie dans cette conception signifie à chaque personne, par une médiation verticale, son appartenance à une totalité. On dit que le tiers est inclus dans l’échange.

  • 28 J.-M. Servet (dir.), op. cit., p. 183.

34« Un SEL ne fonctionne pas sur le principe de l’échange puis de la coupure de toute relation née de l’échange ; sa logique […] réside dans la compensation dynamique et multilatérale des dettes et des créances. Il y a perpétuation à l’infini d’un lien de dette dépersonnalisé : s’il est issu d’un échange bilatéral, il existe à l’égard de l’ensemble du groupe »28.

  • 29 Un système monétaire peut se définir comme « un système de résolution des dettes évaluées sur la b (...)

35La monnaie de SEL sert à créer du « lien social » par l’incitation à la dépense et à l’échange. On retrouve par cet emploi les fonctions que tout système monétaire29 assure dans une organisation économique et sociale mais que l’institution du marché tend à occulter pour la période contemporaine.

36Cependant, bien que la monnaie de SEL témoigne pour chaque membre de son appartenance au groupe, les échanges prenant place au sein de ces associations sont supposés s’effectuer entre partenaires égaux. En ce sens, les SEL empruntent à l’utopie du « marché autorégulateur » qui repose sur l’égalité a priori de tous dans la relation contractuelle. La dette, résultant de l’échange, est comprise vis-à-vis de l’ensemble des membres du SEL. Elle doit permettre, idéalement, d’entretenir les offres puisque selon la triple « obligation de donner, de recevoir et de rendre » une personne en situation débitrice sera incitée à compenser ce déséquilibre.

  • 30 La « fable du troc » analysée par Polanyi en est un exemple. Voir J.-M. Servet (1994).

37Ainsi, cette redécouverte de la dimension sociale de la monnaie par la démarche anthropologique remet en cause l’universalisme de la théorie économique standard qui tend à formaliser tout instrument monétaire uniquement en fonction de ses propriétés économiques30. Une approche externe du fonctionnement monétaire des SEL aurait omis de considérer les fonctions sociales de la monnaie de SEL.

38La deuxième perspective théorique ouverte par la « recherche engagée » concerne les déterminants des actions individuelles compris dans les échanges de services et de biens entre membres des SEL. Reposent-ils sur le « mobile du gain » ? Le comportement individuel ne peut-il se comprendre que par l’application du principe de l’intérêt personnel ? Les personnes participant à l’échange n’ont-elles que des préoccupations économiques ? Etc.

  • 31 Le don appelle un contre-don. En ce sens, il est intéressé. Dans le même temps, l’acte initial du (...)

39En fait, le fonctionnement des SEL bouleverse totalement les fondements théoriques des déterminants de l’action conceptualisés par la science économique dominante. L’application du seul principe de la rationalité économique ne suffit pas à rendre compte de la diversité des pratiques observées. Inversement, il ne faut pas déduire de cette critique que tout échange au sein des SEL soit motivé exclusivement par des mobiles désintéressés. Une voie intermédiaire possible revient à intégrer le principe du don dans les déterminants de l’action : il est à la fois libre et obligé, intéressé et désintéressé31.

  • 32 Voir K. Polanyi (1944 ; 1957).
  • 33 L’institution de la symétrie correspond à des groupes ou des personnes symétriquement ordonnés.

40De manière complémentaire, la compréhension des échanges au sein des SEL peut être facilitée par la prise en compte du principe de réciprocité32. Polanyi a montré que son fonctionnement repose sur l’existence a priori d’une institution de la symétrie33. Les SEL assurent une égalité a priori des membres ; tout échange s’effectue sous cette condition première. De même, les enquêtes de terrain témoignent que les conditions économiques, sociales, etc., en dehors des SEL des différents membres sont évacuées dans l’échange. Une réciprocité multilatérale (rendre au groupe) et une réciprocité bilatérale (rendre au partenaire à l’échange) transcendent le déroulement des pratiques au sein des SEL.

  • 34 J.-M. Servet (dir.), 1999, p. 123.

41Ainsi, l’échange s’appuie sur l’égalité des partenaires et la perpétuation dans le temps de la relation34. Il se situe entre les deux mécanismes introduits précédemment du marché et du don. D’un côté, l’égalité a priori des échangistes conditionne la relation contractuelle mais simultanément la personnalisation des échanges éloigne les SEL de l’utopie du « marché autorégulateur ». D’un autre côté, la triple « obligation de donner, de recevoir et de rendre » structure les relations d’échange mais dans le même temps toute coercition (rapports hiérarchique, d’obligation, de dépendance, etc.) est proscrite. Les SEL instituent la parité sociale ou encore la similitude des partenaires engagés dans l’échange.

42Les enquêtes et l’implication sur le terrain ont ainsi permis de bien montrer en quoi les seuls mobiles économiques jouent un rôle partiel dans les situations considérées. La prise en compte de mobiles non économiques, telle la solidarité, l’amitié, la compassion, etc., s’avère une condition essentielle pour fournir un aperçu exhaustif des échanges pratiqués au sein des SEL. La théorie économique dominante en appliquant le principe de rationalité économique au fonctionnement de ces cercles d’échange reste incapable d’expliquer certains comportements individuels. Seule une « recherche engagée » était à même d’intégrer à l’argumentation théorique les représentations et les discours des membres des SEL.

De nouvelles réflexions juridiques sur les « Systèmes d’Échange Local »

43Au terme de cette étude sur les SEL, deux points méritent d’être soulignés.

  • 35 Échanger sans argent ? Les Systèmes d’Échange Local, Journées organisées au Centre Thomas More (Év (...)

44Elle a permis de produire de nouvelles informations tant pour les personnes extérieures aux SEL que pour les membres eux-mêmes. La communication de l’information, par l’envoi des premiers rapports et lors des différents colloques organisés35, a fourni les bases d’une réflexion sur les SEL qui prenaient et prennent encore aujourd’hui un poids croissant au sein de l’organisation économique et sociale.

45Ainsi, il faut aussi évaluer cette « recherche engagée » au niveau de l’apport juridique qu’elle a permis. Bon nombre d’arguments avancés a priori pour limiter ou interdire ou encore fiscaliser le fonctionnement des SEL ont été remis en cause.

  1. La monnaie SEL comprend bien les deux fonctions monétaires d’unité de compte et de moyen de paiement mais elle ne concurrence pas la monnaie nationale émise par l’État. Toute collectivité dispose de la liberté de créer son propre instrument de mesure des échanges : « L’unité de compte d’un SEL est un moyen collectif d’estimation des dettes employé au sein d’un cercle local d’échange. Ce n’est pas une monnaie au sens où l’euro ou le dollar sont dits monnaie »36. Trois arguments peuvent être avancés pour démontrer cette hypothèse :
    • les activités exercées par les SEL sont cloisonnées ; l’instrument monétaire utilisé ne concurrence donc pas la monnaie nationale ;
    • l’existence des SEL permet la réalisation d’échanges qui ne s’effectueraient pas en leur absence ;
    • les activités entreprises au sein des SEL sont souvent de nature distincte de celles exercées hors des SEL.
  2. Les SEL ne créent pas de la monnaie. Le système de compensation des dettes et des créances au niveau de l’ensemble du groupe produit un solde global nul. Une créance est toujours compensée par une dette. Les SEL en tant qu’entité sociale ne font pas de crédits (le crédit ne précède pas l’acte d’achat). On ne peut pas caractériser par conséquent les SEL par leur pouvoir de création monétaire.
  3. Les protestations émises pour « concurrence déloyale » à l’encontre des activités exercées au sein des SEL doivent être relativisées. D’une part, l’égalité a priori des partenaires échangistes et la logique réciprocitaire sous-tendant les activités entreprises contestent l’accusation de « travail au noir ». D’autre part, les activités restent pour la plupart transitoires, de l’ordre de l’entraide ponctuelle entre personnes. Dès lors qu’elles ne se professionnalisent pas, la critique de « concurrence déloyale » portée à l’encontre des activités exercées au sein des SEL est infondée.
  4. Enfin, les questions soulevées par la fiscalisation des activités trouvent des éléments de réponses au travers de deux facteurs complémentaires. Premièrement, les SEL peuvent être reconnus pour leur utilité sociale en ce sens qu’ils favorisent l’insertion des personnes se trouvant souvent dans des situations précaires (faibles revenus, chômage, etc.). Deuxièmement, les SEL fonctionnent sur la base du principe de réciprocité. Les échanges se développant en son sein empruntent davantage au mécanisme du don qu’à celui du marché. Les rapports institués par les SEL peuvent par conséquent être considérées comme « hors marché ». Or, le système fiscal s’applique principalement aux activités marchandes. Dans ces deux perspectives envisagées, les activités entreprises au sein des SEL ne devraient pas subir de taxation.

Conclusion

46En définitive, le développement de nouvelles informations et la contestation d’idées reçues concernant les activités entreprises par les SEL constituent le résultat de la « recherche engagée » adoptée. Il est bien évident que celle-ci a été permise et facilitée en raison des caractéristiques de l’objet d’étude. Les SEL se prêtent admirablement aux enquêtes et à une implication des chercheurs sur le terrain.

  • 37 Voir H. Brochier (1995).

47La démarche méthodologique adoptée a été et reste encore aujourd’hui contestée. La principale critique émise consiste à voir dans la « recherche engagée « une incapacité à distinguer entre principes théoriques positifs et prescriptions normatives. Or, ce que remet en cause le fait même de sélectionner une telle posture méthodologique est cette distinction entre positivité et normativité. Il n’existe pas en ce sens de représentation « vraie » de la « réalité sociale », mais une diversité de points de vue produisant chacun une interprétation théorique possible de cette « réalité sociale »37.

Bibliographie

Références bibliographiques

R. Aron, Les Étapes de la pensée sociologique. Montesquieu, Comte, Marx, Tocqueville, Durkheim, Weber, Paris, Gallimard, 663 p., 1967.

D. Bayon, « Analyse de l’émergence et de la pratique des SEL au vu des précédents historiques », Working Paper, avril, Lyon, Centre Walras, 1996.

D. Bayon, « L’idéologie des SEL : provoquer le changement social par l’utopie démocratique », Working Paper, novembre, Lyon, Centre Walras, 1996.

D. Bayon, « Les systèmes d’échange local ou la recherche de la société idéale », Working Paper, février, Lyon, Centre Walras, 1997.

D. Bayon, « Passeurs vers une société solidaire ? Les systèmes d’échange local et la reprise citoyenne du quotidien », Working Paper, juillet, Lyon, Centre Walras, 1997.

D. Bayon et D. Vallat, « Monnaies locales et lien social : l’émergence des systèmes d’échange local », Rapport sur l’argent dans le monde, Paris, AEF, 1997.

D. Bayon, J. Blanc, I. Guérin, G. Malandrin, J.-M. Servet et D. Vallat, Monnaies locales et lien social : l’émergence des systèmes d’échange local, recherche soutenue par la Caisse des dépôts et consignations, Paris, septembre 1997.

S. Beaud et F. Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 328 p., 1997.

P. Bernoux et J.-M. Servet (dir.), La Construction sociale de la confiance, Association d’économie financière - Caisse des dépôts et consignations, 484 p., 1997.

J. Blanc, « Les SEL, uns singularité historique ? Quelques pistes sur les origines des conceptions monétaires des SEL », Working Paper, juin, Lyon, Centre Walras, 1997. J. BLANC, « Une approche monétaire des systèmes d’échange local », Working Paper, juillet, Lyon, Centre Walras, 1997.

P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 670 p., 1979.

H. Brochier, « L’économie comme science positive et normative », in d’Autume, A. et Cartelier, J. (ed.), L’Économie devient-elle une science dure ?, Paris, Économica, pp. 38-54., 1995.

A. Caillé, « Ni holisme, ni individualisme méthodologiques. Marcel Mauss et le paradigme du don », La Revue du MAUSS semestrielle, no 8, 2e sem. 1996, pp. 12-58, 1996.

J. Donzelot, La Question sociale, Paris, Fayard, 263 p., 1984.

I. Guérin, « SEL et insertion », Working Paper, juillet, Lyon, Centre Walras, 1997.

I. Guérin et D. Vallat, « Impact socio-économique de l’adhésion au SEL », hors série Les Systèmes d’Échange Locaux. Pour changer, échangeons, Éditions Silence, 1998, pp. 40-46.

I. Guérin, G. Malandrin et D. Vallat, « Le lien financier comme lien social : le cas des Systèmes d’échange local », Cahier de l’Institut Universitaire d’Études du Développement (Genève), Paris : PUF, 1998.

J. Habermas, L’Espace public [Traduction française de Strukturwandel der Öffentlichkeit (1962)], Paris, Payot, 324 p., 1993.

J.-L. Laville et R. Sainsaulieu, (dir.), Sociologie de l’association. Des organisations à l’épreuve du changement social, Paris, Desclée de Brouwer, 403 p., 1997.

G. Malandrin, Les Systèmes d’échange local : du marché au don, Mémoire de DEA, université Lumière-Lyon 2, Faculté de sciences économiques et de gestion, septembre 1997.

M. Mauss, « Essai sur le don. Formes et raisons de l’échange dans les sociétés archaïques », extrait de l’Année Sociologique, seconde série, 1923-1924, t. I, Sociologie et anthropologie (préface de Claude Lévi-Strauss), Paris, PUF, pp. 143-279, 1995.

K. Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps [Traduction française de The great transformation (1983)], Paris, Gallimard, 419 p., 1994.

K. Polanyi, C. Arensberg et H. Pearson, (ed.), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie [Traduction française de Trade and market in the early empires. Economies in history and theory (1957)], Paris, Larousse, 348 p., 1975.

D. Reynie, Le Triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 357 p., 1998.

J.-M. Servet, (dir.), Une économie sans argent. Les Systèmes d’Échange Local, Paris, Le Seuil, 349 p., 1998.

J.-M. Servet, L’Euro au quotidien. Une question de confiance, Paris, Desclée de Brouwer, 156 p., 1998.

J.-M. Servet, « Liberté, égalité, fraternité : le nouveau monde des systèmes d’échange local », Working Paper, juin, Lyon, Centre Walras, 1997.

J.-M. Servet, « La fable du troc », Dix-huitième Siècle, revue annuelle, Paris, Presses Universitaires de France, no 26, pp. 103-115,1994.

D. Vallat, « Un circuit d’endettement facteur d’insertion : l’expérience des systèmes d’échange local », Working Paper, juillet, Lyon, Centre Walras, 1997.

D. Vallat, « Le lien de dette : le cas des systèmes d’échange local », in André Micoud, Michel Peroni, éds, Ce qui nous relie, Éditions de l’Aube, 2000, pp. 145-158.

M. Weber, Le Savant et la politique, Paris, Plon, 223 p., 1959.

Notes

1 Approche dite « endogène ».

2 Approche dite « exogène ».

3 Elle a donné lieu à la rédaction du rapport Monnaies locales et lien social : l’émergence des systèmes d’échange local, recherche soutenue par le Mécénat de la Caisse des dépôts et consignations, Paris, septembre 1997. Puis à la parution de l’ouvrage : J.-M. Servet (dir.), Une économie sans argent : les Systèmes d’Échange Local, Paris, Le Seuil, 1999.

4 Des SEL de la Croix-Rousse, de Lyon-Rive Gauche et du Gratte-SEL de Villeurbanne. Cyrille Ferraton co-auteur de cet article s’est associé à la réflexion sur les SEL seulement à partir de l’automne 1998 en tant que doctorant au Centre Auguste et Léon Walras.

5 J.-M. Servet (dir.), op. cit., p. 54.

6 Ces règles d’action représentent la charte du SEL.

7 J.-M. Servet (dir.), ibid.

8 Voir K. Polanyi (1944).

9 Voir J. Donzelot (1984).

10 Cet argument est traité dans le quatrième paragraphe.

11 Deux conceptions théoriques s’opposent dans la formalisation de l’espace public. D’un côté, la conception qui modélise l’espace public comme une production de la société civile. Des espaces publics autonomes délibératifs se créent par le groupement de personnes mobilisant les règles, les savoir-faire, les coutumes, etc., de leurs « mondes vécus ». Ces espaces publics se distinguent des sphères publiques régies par l’argent et par le pouvoir étatique [Voir J. Habermas (1962) et J.-L. Laville (1997)). D’un autre côté, la conception qui identifie l’espace public à une production étatique. Il n’est alors qu’un moyen utilisé aux fins de l’autorité, en l’occurrence l’État, pour assurer la légitimité de son action (Voir D. Reynie (1998)].

12 Identifié généralement par les membres des SEL au « système capitaliste ».

13 Voir K. Polanyi (1944).

14 Voir M. Mauss (1950).

15 Voir M. Mauss (1950) et A. Caillé (1996).

16 J.-M. Servet, 1998, p. 42.

17 Schématiquement, les sciences sociales distinguent deux types d’approches méthodologiques : l’approche inductive qui d’observations empiriques infère un ou plusieurs principes théoriques ; l’approche hypothético-déductive qui énonce a priori un ensemble d’hypothèses théoriques (loi, axiome, etc.) dont elle déduit un ensemble de conséquences théoriques.

18 J.-M. Servet (dir.), 1999, p. 97.

19 Pour Max Weber, la recherche scientifique ne peut pas être objective dans le sens où l’entend la science économique standard. En effet, la vérité (« l’objectivité » postulée), but de la science, repose sur un « jugement de valeur ». En revanche, le chercheur fera œuvre scientifique s’il adopte un « rapport aux valeurs » adaptée et applique une méthode rationnelle à ses recherches. Il s’agira alors de sélectionner dans la « réalité sociale » un objet d’étude spécifique reflétant l’intérêt ou les valeurs du chercheur [Voir R. Aron (1967) et M. Weber (1959)].

20 S. Beaud et F. Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 1997, 328 p.

21 J.-M. Servet (dir.), op. cit., p. 14. Voir aussi P. Bourdieu (1996).

22 Il faut noter que certains chercheurs étaient membres avant le début de l’enquête.

23 Voir P. Bernoux et J.-M. Servet (1997).

24 Ces visites s’effectuèrent à la fois en tant que chercheur mais aussi en tant que membre d’un autre SEL.

25 Les SEL de la Croix-Rousse, de Lyon-Rive Gauche et du Gratte-SEL de Villeurbanne.

26 http://www.selidaire.org ; http://www.altern.com/sel/

27 Voir D. Bayon (1996 ; 1997), D. Bayon et D. Vallat (1997), J. Blanc (1997), I. Guérin (1997), G. Malandrin (1997), J.-M. Servet (1997) et D. Vallat (1997, 2000).

28 J.-M. Servet (dir.), op. cit., p. 183.

29 Un système monétaire peut se définir comme « un système de résolution des dettes évaluées sur la base d’une unité commune » (J.-M. Servet (dir.), ibid.).

30 La « fable du troc » analysée par Polanyi en est un exemple. Voir J.-M. Servet (1994).

31 Le don appelle un contre-don. En ce sens, il est intéressé. Dans le même temps, l’acte initial du don est totalement « gratuit » ; aucune garantie n’assure d’un retour du don. Aussi, la liberté est donnée à chacun d’effectuer un don au moment voulu. Néanmoins, certaines limites sociales encadrent l’acte du don [Voir A. Caillé (1996)].

32 Voir K. Polanyi (1944 ; 1957).

33 L’institution de la symétrie correspond à des groupes ou des personnes symétriquement ordonnés.

34 J.-M. Servet (dir.), 1999, p. 123.

35 Échanger sans argent ? Les Systèmes d’Échange Local, Journées organisées au Centre Thomas More (Éveux, L’Arbresle, Rhône), 29-30 novembre 1997.
Actions médiatrices : épargne et crédit solidaire dans la lutte contre l’exclusion, Bibliothèque Municipale de Lyon-La Part-Dieu, 29-30 janvier 1998. Vers une nouvelle conception du travail ? Colloque organisé par l’Association Rhône-Alpes pour la Formation de Directeur d’Établissement Social (ARAFDES) et l’Institut du travail, 27-28 février 1997.

36 J.-M. Servet (dir.), op. cit., p. 287.

37 Voir H. Brochier (1995).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search