Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Une tentative de constitution d’un collectif multiculturel pour mener des recherches sur les espaces productifs

Jean Ruffier

Texte intégral

1Il est plusieurs manières de suivre les options prises par Philippe Lucas. On peut faire la sociologie de l’engagement, c’est-à-dire parler de manière docte de l’engagement des autres. On peut aussi considérer la manière de faire sa sociologie comme un engagement. C’est le choix pour lequel nous avons opté. Nous pensons que ce choix ouvre des perspectives épistémologiques intéressantes, et c’est pour cela que nous en parlons ici.

2La production industrielle tend à se mondialiser à la fois en ce qui concerne les marchés, les technologies, les outils, les modes de gestion, voire les hommes. Une ligne de production moderne met le plus souvent en jeu des hommes et des éléments non humains participant de cultures et de techniques variées. Or la plupart des analyses sont faites à partir de chercheurs relevant d’un seul pays et d’une seule discipline. Ce faisant ces derniers se mettent dans l’incapacité d’appréhender les techniques et les cultures qui s’affrontent en se cristallisant dans les systèmes productifs modernes.

3Cet article traite de la complexité comme un obstacle à l’analyse scientifique de la production. La complexité échappant par définition à l’analyse d’un seul chercheur, son étude doit passer par un travail collectif.

  • 1 Pour plus d’informations sur l’INIDET, on se reportera à : http://inidet.org

4L’engagement, pour l’auteur, a consisté à reconnaître l’incapacité individuelle objective à appréhender la sociologie de la production. L’auteur a donc consacré son énergie à constituer un collectif multiculturel et à trouver les moyens pour le faire fonctionner sans qu’aucun des pays n’impose sa logique au collectif. L’INIDET1 s’est ainsi constitué pour analyser le fonctionnement des systèmes productifs modernes à partir de chercheurs d’Europe, d’Amérique Latine et de Chine. Il se donne les moyens pour définir ensemble les questions sur lesquelles il travaille et n’admet comme production que ce qui s’appuie sur une méthode, un questionnement et une interprétation communs à tous.

Faut-il condamner la sociologie à n’expliquer que les échecs2

  • 2 Nous ne pouvons commencer ce papier sans nous rappeler le rôle qu’a joué Philippe Lucas dans la su (...)

5Pourquoi les usines à technologies complexes fonctionnent-elles généralement correctement ? Cette question apparaît anodine, car la réponse serait qu’elles sont justement pensées pour fonctionner sans problèmes. La plupart des sociologues se considèrent comme incompétents en matière technique. Peut-être cette perception de leurs propres limites fait que peu d’entre eux s’autorisent un questionnement sur la compétence des concepteurs de systèmes industriels complexes. Il faut reconnaître qu’ils ont déjà beaucoup à faire avec la complexité inhérente à leur propre discipline. Aussi, ne faut-il pas s’étonner que la plupart des sociologues répugnent à expliquer pourquoi les usines fonctionnent et préfèrent se centrer sur des questions purement sociologiques comme le type de relations sociales qui se nouent autour de la production. Ils préfèrent renverser la question et s’interroger sur les dysfonctionnements sociaux qui ne manquent de se produire dans toute organisation qui vise à réifier les humains. C’est un domaine où les sociologues sont à peu près sûrs d’eux. Ils sont capables d’expliquer comment les stratégies déroutantes des différents acteurs humains peuvent mettre à mal les organisations les plus structurées. De nombreuses théories sociologiques permettent de montrer comment les projets échouent. Les sociologues des organisations dénichent les effets pervers inhérents aux marges d’autonomie résultant des opacités techniques ou sociales. L’individualisme méthodologique a beau jeu de montrer comment l’agrégat de stratégies d’humains visant un même objectif peut aboutir à l’éloignement de cet objectif : c’est ce qu’on appelle les effets pervers. Les théories structuralistes montrent que les projets mobilisateurs cachent toujours des structures de domination, lesquelles engendrent la contestation propre à réduire les plus habiles mobilisations. Autrement dit, les sociologues ne manquent pas de ressources théoriques et empiriques pour expliquer les échecs techniques, à tel point qu’on aboutit à une forme de paradoxe scientifique selon lequel on recourt à des disciplines managériales ou aux sciences de l’ingénieur pour rendre compte des succès techniques et à la sociologie pour rendre compte des échecs techniques. Je crois que l’on peut faire mieux avec la sociologie. Encore faut-il le montrer.

6Lorsque les sociologues se font expliquer comment marchent les équipements sur lesquels ils travaillent, ils vont de surprise en surprise. La première surprise vient de l’absence d’un discours homogène entre les différents techniciens. Chacun parle de sa partie, le discours sur le fonctionnement global devenant très général. Ainsi travaillant sur un atelier flexible d’une usine lyonnaise, nous avons produit la première description de son fonctionnement technique. Cette simple description a permis à l’usine de dépasser une difficulté technique sur laquelle elle bloquait depuis plus d’un an (Ruffier, 1984). Le résultat en a été tellement surprenant pour nous que nous avons mis près de dix ans pour pouvoir commencer à en expliquer le mécanisme (Ruffier, 1996). La sociologie serait donc d’une aide pour la résolution de problèmes techniques complexes. C’est cette question que nous voudrions faire avancer ici, en tentant de dire comment cela est faisable et en cherchant à étayer une méthodologie de travail sur les problèmes complexes.

Une définition sociologique de la complexité

7Ainsi les techniques employées dans l’industrie moderne seraient si complexes que le recours à la sociologie serait nécessaire à leur appréhension. Cette conclusion de nos premiers travaux surprendra plus d’un lecteur qui la trouvera prétentieuse. Nous ne voulons pourtant pas dire que les sociologues seraient plus malins que leurs confrères des autres disciplines, nous considérons simplement que la complexité réside dans le social même. En quelque sorte, nous posons cela même comme définition de la complexité.

8Nous appelons complexe tout problème dont les données ne sont pas appréhendables par un seul individu, c’est-à-dire tout problème dont la résolution passe par la coopération de plusieurs individus aux savoirs au moins partiellement différents. Le complexe est donc par définition du ressort de la sociologie.

9Notre définition de la complexité est purement empirique. Elle repose sur l’expérience que l’on ne peut pas être spécialiste de plus de deux domaines à la fois. Nous pouvons dater la généralisation de la complexité dans l’industrie : c’est le développement de l’automation qui a ajouté le recours à des savoirs en matière électronique et en matière informatique aux savoirs chimiques ou mécaniques qui dominaient alors dans l’industrie. Cela ne veut pas dire que la complexité technique est une chose récente : depuis très longtemps l’homme sait réaliser des artefacts qui dépassent l’entendement individuels et obligent à coordonner les savoirs de plusieurs individus. L’informatisation a eu comme effet qu’un grand nombre de machines sont devenues complexes (Ruffier, 93), elle a donc généralisé la complexité dans l’industrie.

Complexité due à l’articulation de savoirs. UNE MACHINE MODERNE

Complexité due à l’articulation de savoirs. UNE MACHINE MODERNE

10La grande difficulté dans la résolution des problèmes techniques n’est pas dans le fait de recruter des hommes compétents dans les domaines nécessaires, mais de faire travailler ensemble ces personnes. Michel Crozier doit sa réputation au fait qu’il a montré qu’un technicien qui partageait son savoir perdait du pouvoir dans l’organisation dont il fait partie. C’est dire que ces échanges ne vont pas de soi. Et pourtant ils sont structurellement nécessaires à un bon fonctionnement.

11Trouver la raison d’une mauvaise performance d’un système productif industriel est généralement complexe. En effet, et selon les résultats de nombreux travaux auxquels nous avons participé (Bombilaj, 1985 ; Ruffier, 1987 ; Hu, 1991 ; Bissery, 1993 ; Ruffier 1994) une mauvaise performance résulte d’une mauvaise articulation des savoirs probablement existants concernant l’équipement, le produit et le marché. Il est généralement difficile de décider si pour améliorer la rentabilité de l’équipement il vaut mieux investir dans sa partie informatique, sa partie électronique ou sa partie mécanique, car pour ce faire il faudrait pouvoir être compétent dans les trois domaines et dans les articulations entre ces domaines. Si les compétences existent, l’échange de ces compétences est la véritable difficulté, difficulté de nature sociologique.

12Nous devons aller plus loin dans le raisonnement de la complexité. Les recherches cognitivistes ont certainement profité de l’idée que l’on pouvait bâtir des méta-connaissances propres à affronter la complexité. Jusqu’ici les résultats ne sont pas probants. En l’absence d’un tel savoir, nous pouvons dire que si des connaissances de disciplines différentes ne peuvent pas tenir dans un même cerveau humain, alors il faut admettre que ces mêmes connaissances ne peuvent être formalisées sous une forme appréhendable par un humain. Autrement dit nous ne pouvons avoir une représentation pertinente d’un système complexe.

13Dès lors que peut être la démarche scientifique face à un objet complexe que l’on ne peut pas représenter de manière scientifiquement pertinente ? Nous ne pouvons aujourd’hui prétendre avoir construit une démarche scientifique satisfaisante d’appréhension scientifique du complexe, mais nous explorons une voie qui nous semble avoir produit quelques effets. C’est cette voie que nous voudrions explorer ici.

Un diagramme pour prévoir la survie d’installations industrielles

14Une recherche franco-argentino-uruguayenne (Ruffier, 1987) s’était efforcée de produire une représentation des échanges d’informations permettant la résolution des problèmes techniques et économiques (c’est-à-dire sociaux) qui entravent la production. Cette recherche a abouti au diagramme suivant qui permet de visualiser les capacités des agents ou acteurs d’un système à obtenir les informations possédées dans ce même système par d’autres agents ou acteurs. Voici ce diagramme :

Diagramme de l’efficience productive. Liens potentiels d’information

Diagramme de l’efficience productive. Liens potentiels d’information

15Remplir le diagramme consiste à mettre des traits entre les fonctions pour désigner la capacité qu’ont ceux qui participent d’une fonction à obtenir les informations possédées par ceux qui participent, ou ont participé à une autre fonction. Au bout de plus de dix ans de pratique de ce diagramme, nous avons pu en montrer la grande qualité prédictive des performances futures. Mais regardons d’un peu plus près les implications épistémologiques de sa construction.

16Le diagramme représente une dizaine de fonctions et non d’acteurs. Ce parti pris est un peu nouveau dans les analyses sociologiques qui ont tendance à mettre les acteurs au premier plan, indépendamment de leurs actes. Or ce que nous nous intéressons à suivre ici, c’est la production, donc les actes. Si nous avions pris les acteurs comme repères dans notre description, nous ne serions pas parvenus à dessiner un diagramme utilisable dans un maximum de situations. En effet, chaque système productif se caractérise par une articulation particulière des acteurs et des fonctions. Cela est particulièrement net dans le cas des petites ou moyennes entreprises, où le patron s’occupe des fonctions qui l’intéressent, essayant de placer sur les autres cases des personnes en qui il a confiance. Même le cas des systèmes productifs complexes des grandes entreprises procède d’une multitude de combinaisons d’interventions de services différents, d’appel ou non à l’extérieur de la firme. Décrire les relations entre les acteurs d’une production est un travail passionnant certes, mais qui ne permet pas vraiment de comparer point à point ce qui se passe ici ou là. A la fin, on a une idée de la manière dont des acteurs se mettent en relation les uns avec les autres, mais on ne sait pas ce qui fait que les uns produisent plus de richesses que les autres. On peut anticiper la durée des relations sociales décrites, pas celle de la capacité à maintenir le système à flot en produisant aux conditions requises par un marché fluctuant.

17Car ce diagramme rend bien compte des performances des systèmes productifs où nous l’avons expérimenté. L’analyse des diagrammes des différents systèmes étudiés dans notre recherche montre une forte corrélation entre les performances actuelles et à venir et la présence ou non de canaux par lesquels l’information acquise dans une fonction pouvait parvenir aux autres. Lorsque le diagramme fait apparaître que des informations ne peuvent pas être transmises entre différentes fonctions, les performances sont soit limitées, soit appelées à se dégrader dans un avenir plus ou moins proche. Ceci nous a confirmé dans l’intuition que nous tenions là une représentation intéressante de l’efficience des systèmes productifs analysés. Cette représentation se limite aux opérations d’articulation des principales fonctions propres à la majorité des systèmes productifs. Mais ces opérations sont par hypothèse la clé de l’efficience, en ce qu’elles sont apparemment la difficulté principale à dépasser pour l’atteindre.

18Ce premier résultat est certes le plus surprenant. Lorsque nous dessinons pour un système productif donné les liaisons informationnelles entre les fonctions représentées, nous aboutissons à une remarquable prévision de l’évolution du système productif.

19Ce résultat ne cesse de se voir confirmé maintenant que nous avons la possibilité de revisiter les établissements analysés, six à dix ans après les premières analyses. Nous avons vu que les prévisions effectuées semblent résister aux traumatismes économiques mondiaux. Une fabrique argentine de cellulose dont nous avions vu la remarquable capacité à se maintenir au fait de l’évolution technique et une absence de lien informationnel avec le consommateur final se retrouve dix ans après à continuer à produire de façon rentable le même produit alors même que l’entreprise à laquelle elle appartenait à cessé d’exister. L’entreprise a donc disparu des statistiques économiques, l’usine reste dans la forme que laisse supposer le diagramme dessiné dix ans plus tôt (Ruffier, 1998 A). Une presse à injection a pu être observée à trois reprises en six ans. On constata aussi comment le diagramme pouvait servir d’instrument de prévision, comme d’outil pour décider d’améliorations qui ont permis de dépasser certaines difficultés apparemment insurmontables (Walter, 1998).

Un réseau de chercheurs constitué en complexe

20Pour donner une représentation opératoire des systèmes productifs complexes en situation mondialisée, nous nous sommes attelés à la constitution d’un réseau intégrant la complexité de son sujet dans sa constitution même. En effet, la recherche sur les systèmes productifs complexes n’est pas susceptible de faire des progrès définitifs en peu de temps. Il s’agit d’un domaine un peu ingrat où tout a déjà été dit, et le contraire également. Les acquis ne peuvent donc qu’être lents, et seul le temps peut permettre d’étayer les vérifications scientifiques qui s’imposent. De plus, nous l’avons dit plus haut, notre manière d’aborder la complexité nous contraint à une modestie dans l’expression. Nous nous refusons aux idées brillantes qui sont toujours trop réductrices pour notre propos (même si elles peuvent avoir l’intérêt de focaliser l’attention sur un problème d’actualité). Notre discours est plus plat, nos avancées trop lentes pour s’adapter au fil des modes en théories sociologiques ou méthodes de gestion. Dès lors, travailler sur la complexité oblige à se poser la question de comment arriver à y parvenir dans la durée. Cela veut dire trouver les moyens financiers et intellectuels pour poursuivre le travail sur la durée.

Le laboratoire : capitalisation et durée

21Dès le moment où on pense durée, le laboratoire apparaît la solution la plus utilisée. En effet, un laboratoire institutionnel parvient en principe à disposer de financements sur la durée pour peu qu’il ait eu ses heures de gloire, il peut toujours montrer que le coût de sa suppression peut à moyen terme dépasser celui de son maintien. Pour les chercheurs, l’appartenance à un laboratoire réputé constitue la garantie d’une carrière minimale par un accès facilité aux moyens de diffusion de valorisation de son travail, et par le jeu bureaucratique. Le laboratoire dispose en général d’une capacité à renouveler ses idées par l’appel à de jeunes chercheurs ou à des doctorants. Il est par nature une instance de capitalisation des résultats dans la mesure où cette capitalisation est essentielle pour son image externe, et que les membres du laboratoires qui n’apportent plus de travaux neufs n’ont en général rien de mieux à faire que de rappeler les vieux travaux auxquels ils ont participé.

22Malheureusement, le laboratoire est une structure assez impropre à aborder la complexité. En effet, tout laboratoire du fait de sa structure hiérarchique, comme de son identité tend à s’identifier à un point de vue, ou à une discipline. Soit il s’inscrit dans la problématique de son créateur, ou son directeur actuel, soit il se veut le défenseur d’une discipline scientifique. De plus, si le laboratoire fonctionne bien, les différents chercheurs qui s’y côtoient finissent par développer un langage commun, une manière de voir commune qui facilite l’échange entre les membres. Même les rivalités et les concurrences qui ne manquent pas de naître dans un laboratoire tendent à s’exprimer sous la forme de variations au sein d’une perception commune, laquelle peut d’autant plus se sacraliser qu’elle est l’objet d’enjeux d’appropriation.

23Enfin, le laboratoire n’est pas un lieu très approprié pour l’échange d’idées entre pairs. En effet, si deux chercheurs sont au même niveau de la carrière, ils ne peuvent qu’être concurrents pour tous les postes ou opportunités qui s’offriront à eux. La tendance naturelle consistera donc à ne pas apparaître plus bête que l’autre, et à garder pour soi les informations qui sembleront stratégiques dans la compétition interne. Or, on ne peut aborder correctement la complexité qu’à condition de poser constamment les questions les plus bêtes qui soient afin de parvenir à un minimum d’échanges avec ceux qui ont un regard ou une discipline différents du vôtre.

  • 3 Notons au passage qu’en France, le CNRS a constitué une commission d’évaluation trans-disciplinair (...)

24On pourrait imaginer l’existence d’un laboratoire pluridisciplinaire destiné à l’étude des problèmes complexes. En théorie, la chose paraît possible mais elle ne nous semble jamais avoir été essayée. Il est vrai que l’évaluation de ce laboratoire, et donc la carrière de ses membres devrait alors se faire par un groupe lui-même pluridisciplinaire3. Enfin, même s’il est concevable d’édifier un laboratoire pluridisciplinaire, il n’existe pas actuellement d’institution internationale de recherches dont pourrait dépendre ce laboratoire. Autrement dit, quel qu’il soit, le laboratoire devra s’inscrire dans la politique scientifique d’un pays, voire d’un groupe limité de pays, ce qui ne peut que limiter son appréhension de systèmes productifs complexes dans la mesure où ces derniers comportent généralement des éléments humains et matériels provenant de différents continents.

Réticularité et institutionnalisation de la recherche – une voie d’approche de la complexité

25La forme réticulaire est une forme de plus en plus développée dans la manière de faire travailler ensemble plusieurs chercheurs. Elle peut prendre des formes plus ou moins lâches, plus ou moins contraignantes et ses résultats sont liés à ces formes. Ainsi, il reste toujours difficile de considérer comment un pur réseau peut accumuler des connaissances acquises dans des recherches antérieures. Si le réseau se maintient sans trop de changements dans la durée, cette accumulation se fait dans les chercheurs eux-mêmes et leur pratique collective. Mais elle doit certainement passer par une mise en forme plus institutionnalisée pour pouvoir être consultée par de nouveaux éléments, voire ré-appropriée par les anciens membres.

26Le réseau peut prendre une forme d’un groupe ad hoc et donc rassembler les membres nécessaires à l’analyse d’un ou plusieurs systèmes productifs complexes. Il peut se maintenir dans le temps en se prolongeant de projets en projets. Il peut inclure plusieurs projets simultanément portant sur différents systèmes productifs et constituer un groupe collectif de théorisation à partir des cas étudiés. Il peut, comme un laboratoire, comporter des membres travaillant à suivre des cas, et des membres se spécialisant dans les liens entre la production et la sphère politique, ou se limitant à l’approche théorique. Mais sa force restera dans la capacité à intégrer des chercheurs de disciplines, de cultures et d’horizons différents, pour peu que soit trouvé le moyen de les fédérer.

27Les chercheurs travaillant sur l’évaluation de la recherche ont depuis longtemps noté les performances que peuvent atteindre les réseaux dans l’obtention de moyens et de reconnaissance. On a signalé les procédures de citations réciproques qui augmentent la visibilité des membres du réseau, d’autant plus fortement que le lecteur n’aura pas toujours connaissance du contour du réseau. Mais on peut aussi parler d’une plus grande facilité à décrocher des réponses aux appels d’offres lorsque ces derniers demandent de constituer des équipes dans différents pays. On peut aussi remarquer que la concurrence entre pairs joue probablement moins dans les réseaux que dans les laboratoires. Les différents membres d’un réseau peuvent appartenir à des institutions, des pays, des disciplines différents et donc le poste ou l’avantage qu’obtiendra l’un, ne réduira pas les chances de l’autre mais au contraire augmentera l’assise du réseau. De ce fait, les échanges d’informations stratégiques sont plus faciles dans les réseaux que les laboratoires.

28Ainsi, l’institution idéale d’étude des systèmes complexes réunirait la capacité de perception globale des réseaux multiculturels, les avantages de la capitalisation des laboratoires et de la forme adaptée des groupes projets. Elle éviterait les problèmes de réduction d’échanges d’information liés à la concurrence interne, tout en conservant les capacités à structurer l’activité collective d’une organisation formelle.

29Le problème de la recherche sur la complexité se trouve probablement dans la combinaison de ces trois formes. Il s’agit de réussir à associer sur la durée des chercheurs d’horizons différents qui participent chacun à des laboratoires institutionnels réputés. Cela peut se faire en travaillant sur des projets à partir d’équipes ad hoc, incluant des chercheurs du réseau et, si nécessaire, des chercheurs externes au réseau. Le problème est alors de maintenir et renouveler le réseau afin de disposer d’un cercle de chercheurs suffisamment permanent pour renouveler la problématique tout en assurant une diffusion et une capitalisation des acquis.

30L’INIDET est un institut réticulaire qui s’efforce d’intégrer les aspects positifs du laboratoire et de l’équipe projet dans la durée. L’INIDET n’hésite pas à s’adjoindre quand cela lui paraît nécessaire, des chercheurs d’autres horizons comme des économistes ou des ingénieurs.

Un collectif multidisciplinaire ne suit pas une théorie

31Si on a beaucoup parlé de pluridisciplinarité, peu de monde s’est efforcé de décrire quelle méthode on devait suivre pour travailler en transdisciplinarité. Nous avons cherché dans la littérature actuelle, ce qui pouvait nous aider dans la manière de travailler. Mais au-delà, l’idée de produire une connaissance scientifique en joignant les efforts de plusieurs disciplines apparaissait une nécessité surtout dans les problèmes de gestion de la nature, mais personne ne disait comment il fallait s’y prendre. Si l’on fouille le Web, on verra que les mots multi-et pluridisciplinarité, ou leurs équivalents anglais apparaissent en grande majorité à propos des problèmes de recherche sur l’environnement. Mais l’injonction à la pluridisciplinarité ne va pas au-delà de la constatation que la nature des problèmes analysés échappe aux analyses monodisciplinaires.

32Depuis, un mouvement de reflux semble se faire jour car les travaux pluridisciplinaires ont souvent déçu ceux qui les ont financés. En général, ils sont l’occasion pour des chercheurs de disciplines différentes de se rencontrer et de s’apprécier, mais très vite chacun reprend l’intitulé de la question posée à l’ensemble pour la mettre sous une forme qui soit appréhendable par son corpus disciplinaire. À la fin, les rapports ont traité des questions différentes selon les disciplines et très peu de lecteurs se sentent la compétence ou le courage de les lire tous, car cela les obligerait à s’aventurer dans des champs où ils sont incompétents La démarche hypothético-déductive est à la base de toutes les disciplines scientifiques travaillant sur l’environnement. Cette démarche bien explicitée par Claude Bernard en son temps consiste d’abord à s’appuyer sur une théorie avant d’observer la nature. Cette théorie se construit peu à peu au fil d’hypothèses que l’on capitalise au fur et à mesure qu’elles résistent aux tests d’invalidation. Mais bien sûr avant les hypothèses, il faut bien s’appuyer sur un socle d’idées non démontrables, les postulats ou présupposés, ou options théoriques. Ces idées premières sont à la fois les filtres, mais peut-être aussi les premières lentilles à travers lesquelles la réalité est observable. Le problème est que chaque discipline scientifique a constitué les siennes comme différentes de celles des autres. La physique ne repose pas sur les mêmes idées premières que la chimie, pour ne pas parler de la sociologie, où la capitalisation théorique est si faible que cette science semble toujours à la recherche de nouvelles idées premières originales, c’est-à-dire d’idées qui fonderaient un savoir différent des autres savoirs.

33Cette manière de procéder fait que nous ne percevons pas la réalité de la même manière quand nous faisons de la physique ou de la biologie. Ainsi, notre mode d’appréhension scientifique nous conduit à voir la réalité comme un ensemble de réalités différentes qui suivent les lois de disciplines différentes.

Le collectif comme simulateur

34Si le collectif n’est pas en mesure de donner ou de se donner une représentation lisible de la réalité qu’il observe, il peut tendre à se modeler sur elle et, sinon à devenir son image, du moins à prendre une forme qui le ferait se comporter comme l’objet sur lequel il travaille. Dans ce cas, on ne pourrait obtenir du collectif des lois de fonctionnement de l’objet complexe sur lequel il travaille, mais on pourrait lui poser des questions sur les comportements de cet objet. Son propre travail interne lui permettrait de garantir que les réponses qu’il donnerait ne sont contradictoires avec aucune des visions disciplinaires qu’il comporte. En fait le collectif fonctionnerait alors comme un simulateur : il ne serait pas un outil susceptible de donner une représentation lisible de la réalité, mais un outil par lequel on peut poser des questions à cette dernière, questions du type : « qu’est-ce qu’il se passerait si ? ».

La méthode du double regard

35La multiplicité des points de vue oblige constamment à remettre en cause ce qui apparaîtrait autrement comme évident. Aussi nous diversifions les expériences, nous obligeant ainsi à l’accumulation qui rend les synthèses prudentes. Nous ne retenons une idée, un concept, que lorsque cela parle à l’ensemble de notre groupe de référence, c’est-à-dire aux collègues africains, chinois, européens ou latino-américains.

36Nous avons donc pris l’habitude de travailler sur nos terrains en associant un chercheur local et un chercheur ayant des références culturelles et professionnelles très différentes. La méthode consiste a minima à aborder un terrain avec deux chercheurs aux visions très contrastées de ce terrain (par exemple l’un connaîtra très bien la culture locale et l’autre y sera un complet étranger, l’un aura une pratique d’observation des techniques mises en œuvre, et l’autre pas). Cette diversité de regard oblige à poser noir sur blanc les questions que l’on se pose et la représentation commune d’où on part. Elle oblige à un gros effort de discussion de l’objectif de l’enquête, une remise en cause systématique de toutes les évidences (du moins de ce qui apparaît évident à celui qui connaît et difficile à comprendre à l’autre). L’étranger, celui qui avoue ne pas connaître posera plus facilement les questions basiques que celui qui participe d’une complicité d’experts avec l’interviewé. De ce fait, on évite les zones floues surtout pour les questions qui nous préoccupent. Nous avons travaillé cette méthode du double regard, et cherchons à l’approfondir pour en établir la méthodologie.

37Mais revenons à l’histoire de notre réseau. Dans un premier temps, nous nous sommes associés à des chercheurs locaux lors de nos travaux à l’étranger. Puis nous avons intégré des chercheurs étrangers dans nos travaux sur les terrains français (que ce soit sur les applications de l’intelligence artificielle ou la gestion de l’eau). Des collaborations se sont nouées entre chercheurs de la même zone géographique. La phase présente voit se nouer des collaborations entre le monde chinois et celui de l’Amérique latine. Nous attachons à cette phase une grande importance, car elle signifie vraiment la décontextualisation de notre recherche. Elle devrait se traduire à l’automne 1999 par une réunion de l’ensemble de notre réseau à Canton à l’invitation d’INIDET-Canton et de l’Académie des Sciences Sociales du Guangdong.

L’engagement pour que fonctionne l’inidet

38L’INIDET est donc né officiellement dans les salons du Sheraton de Buenos-Aires le 27 septembre 1989. L’INIDET n’a ni mur, ni frontière. Il repose sur la volonté de ses membres plus que sur le poids des institutions.

39Il n’est pas non plus utopique. Tous les membres ont déjà participé à des projets de recherche internationaux, tous bénéficient d’un statut scientifique reconnu dans leur propre pays. Tous sont membres, en plus de l’INIDET, d’une des plus prestigieuses équipes scientifiques de leur propre pays. Cette double appartenance a été décidée dès le départ. Elle vise à enraciner les chercheurs dans les préoccupations de chacun de leurs pays, et les oblige à confronter sans cesse ces préoccupations et ces modes de perceptions avec celles de leurs homologues d’autres pays. L’INIDET vit de l’échange.

40La sociologie et l’économie du travail ont beaucoup travaillé à élucider le fonctionnement et l’efficacité des organisations productives. Les apports ont été particulièrement nets sur les champs des relations formation-emploi (sociologie), de la qualification collective (économie), de la sociologie de l’innovation et de la décision, de l’économie des choix et filières techniques, ainsi que de l’étude tant sociologique qu’économique des transferts de technologie. Le concept de l’efficience technique s’appuie sur ces apports dans une sociologie qui n’hésite pas à s’insérer dans les débats de l’économie, comme dans ceux de la science des techniques.

41L’INIDET constitue un véritable institut. On pourrait y voir une forme idéale car les membres travaillent réellement sur les mêmes questions, définissent ensemble les orientations scientifiques et stratégiques de l’Institut. Il faut dire que le fait d’appartenir à des pays différents tend à réduire le problème de la concurrence entre chercheurs, problème qui empoisonne souvent les relations entre chercheurs d’un même pays, d’une même ville ou d’un même laboratoire. On accepte plus facilement de partager des intuitions, lorsque ce partage améliore la position de l’autre, sans mettre en danger la nôtre.

42L’INIDET comprend actuellement dix-neuf chercheurs de dix pays. En Chine, Argentine, Mexique et Uruguay, ce sont de véritables sous-équipes qui sont nées, les chercheurs disposant de moyens nationaux et d’assistants pour travailler sur les thèmes de l’INIDET.

43Au moins une fois par an, l’ensemble de l’INIDET se réunit à Lyon ou dans un pays membre. Dans cette réunion annuelle nous faisons le point des travaux en cours et discutons des orientations à prendre. En fait, la plupart des chercheurs de l’INIDET choisissent la plupart de leurs projets de recherches selon des directions discutées au cours de ces réunions.

44En tant que directeur de l’INIDET, je travaille régulièrement avec chacun des membres, soit dans son pays, soit en France. Cela signifie que je fais à peu près deux fois le tour de la planète chaque année et que j’ai pratiquement en permanence un membre de l’INIDET dans mon bureau. J’interviens dans la majorité des terrains, quel qu’en soit le pays. Je m’efforce aussi de faire intervenir les chercheurs non-français sur les terrains français.

45Diriger l’INIDET, c’est se soucier en permanence de chacun des membres. Où en est-il de ses travaux, de sa carrière, de ses financements ? C’est aussi relancer sans cesse la machine. Si les options prises intéressent tout le monde, chacun participe de sa manière, il faut donc perpétuellement donner à chacun sa place, en tirant parti des compétences spécifiques et des expériences différentes. Je ne décide pas des orientations scientifiques de l’INIDET, mais je dois faire en sorte que ces orientations soient discutées, que les discussions soient préparées, qu’elles soient en cohérence et en continuité avec le passé, et qu’elles ne mettent personne dans une difficulté insurmontable par rapport à son pays.

46Diriger, c’est également se préoccuper des finances de l’ensemble. Les chercheurs débutants sont souvent sans financements. Ce sont des organisations françaises qui ont permis les premiers financements collectifs, notamment le CNRS, l’ORSTOM (devenu IRD) puis le PIRTTEM, le MRT, le MAE, les programmes ECOS. Assez vite, ces financements français ont été complétés par des financements obtenus auprès des institutions académiques de la majorité des pays représentés, ainsi qu’auprès d’agences de recherches sur le développement relevant d’autres pays comme l’IDRCI (Canada), ou la SAREC (Suède) et plus récemment la Chine. Il n’empêche qu’il faut assurer le financement du fonctionnement collectif et notamment des réunions annuelles. Nous avons constitué une association 1901 qui récupère les gains d’activités de consultation et permet aux chercheurs qui n’ont pas de financements suffisants de participer complètement au fonctionnement collectif.

47Nous réfléchissons régulièrement à une institutionnalisation de l’INIDET. Nous ne pouvons prendre la forme d’une organisation dépendant des institutions françaises ou européennes de recherche. Il importe de défendre le caractère mondial de notre regard y compris au plan institutionnel. Mais quelle organisation internationale accueillera une toute petite équipe comme la nôtre ? Pour le moment, nous payons notre autonomie d’une relative absence de référents. Nous n’en sommes pas moins parvenus à une situation de moindre fragilité du fait de la multiplicité des appuis institutionnels et des sources de financement.

48La réflexion présente porte autant sur les problèmes d’articulations des informations et savoirs productifs que sur l’étude de la complexité. Pour nous, l’INIDET devrait prendre la forme d’un collectif d’analyse des fonctionnements complexes. Si personne ne peut maîtriser la complexité, un collectif de chercheurs disposant d’une organisation et d’un fonctionnement ad hoc devrait pouvoir y travailler (cf. Ruffier, J. – 1998 B).

Bibliographie

Références biliographiques

Bissery, Ricard, Bigot et Ruffier, Apport des systèmes experts et des réseaux de neurones à la détection et la reconnaissance des anomalies de fonctionnement des réseaux techniques urbains télégérés, Lyon, Institut National du Génie Urbain de Lyon, 53 p., 1993.

Bombilaj, Ruffier, Supervielle et Villavicencio, L’automation sans diplôme, les savoirs nécessaires dans quatre unités performantes : yogourt, métro, France, Mexique, Rapport final ATP, Lyon, doc. GLYS1 4/85, 206 p., 1985.

M. Crozier, Le phénomène bureaucratique, Paris, Le Seuil, 1964.

W. Hu, C. Paradeise, X.R. Shi et J. Ruffier, Constitution d’un système métro : les échanges technologiques et les décisions préalables à l’appel d’offres du métro de Canton, Rapport final, Lyon, doc. GLYSI, confidentiel, 165 p., 1981.

E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF (Communication et complexité), 160 p., 1990.

P. Roqueplo, « Regards sur la complexité du pouvoir », Gérer et comprendre, no 19,1990.

J. Ruffier, Ateliers flexibles : une réalité et un mythe, Rapport final d’enquête pour le CEDEFOP de Berlin, 54 p., 1984.

J. Ruffier, J. Testa, et J. Walter, Les savoirs de l’industrialisation dans les industries uruguayennes et argentines, Lyon, doc. GLYSI 1/87 138 p., 1987.

J. Ruffier (ss la dir. de), avec Alter, Arvanitis, Charron, Hatchuel, Pavé, Poitou et Weil, « L’intelligence artificielle, À propos de l’Expert et le Système », Les cahiers du GRECO, no 8, septembre, Lyon, 1993.

J. Ruffier, ed., L’efficience technique : constitution empirique et théorique d’un instrument d’évaluation d’équipements industriels faisant appel à des transferts de technologie (branches : agro-alimentaire, automobile, électroménager, électronique, énergie nucléaire, mécanique, métro, pétrochimie, radiologie médicale, réseaux d’assainissements, sidérurgie, téléphones, verre – pays : Argentine, Chine, France, Mexique, Sénégal et Uruguay), contrat MRT 91.L.0639 et PIRTTEM 91N86/0038, 280 p. et annexes, 1994.

J. Ruffier, L’efficience productive – comment marchent les usines, Paris, Ed. du CNRS, col. Recherches et Entreprise, 230 p., 1996.

J. Ruffier, Retour à la fabrique de cellulose d’Alto Parana, offset GLYSI-SAFA, 3 p., 1998 a.

J. Ruffier, 1998 b, « L’INIDET : un réseau de chercheurs comme instrument de recherches sur la globalisation », Communication au Congrès Mondial de l’Association Internationale de Sociologie, GR 30 – Sociologie du travail, Montréal, juillet 1998.

K. Sujita, « Le Japon : jeu de miroirs », Sociologie du Travail, Paris, 2/89, 1989, pp. 227-237.

I. Wallerstein, « Societal Development, or Development of the World-System ? », Globalization, Knowledge and Society, London, Sage Publications, 1990, pp. 157 à 171.

J. Walter, « L’efficacité inefficiente d’une grande presse à injection », INIDET (1998), Transférabilité de l’efficience productive, Lyon, Padilévy, 1998, pp. 63-78.

Notes

1 Pour plus d’informations sur l’INIDET, on se reportera à : http://inidet.org

2 Nous ne pouvons commencer ce papier sans nous rappeler le rôle qu’a joué Philippe Lucas dans la survie de notre laboratoire en l’accueillant dans l’université Lumière-Lyon 2, alors que son origine privée et confessionnelle heurtait l’orthodoxie de nombre de nos collègues. Philippe Lucas ne faisait pas que parler de multiculturel, il mettait le concept en acte. Notre engagement tient compte de cette leçon que nous n’avons pas oubliée.

3 Notons au passage qu’en France, le CNRS a constitué une commission d’évaluation trans-disciplinaire, mais à ma connaissance aucun laboratoire ne dépend d’elle.

Table des illustrations

Titre Complexité due à l’articulation de savoirs. UNE MACHINE MODERNE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Diagramme de l’efficience productive. Liens potentiels d’information
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/10047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search