Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Militants et chercheurs : un engagement réciproque. L’expérience du GRMF

Michel Chauvière et Bruno Duriez

Texte intégral

1Philippe Fritsch a rappelé que la démarche suivie par Philippe Lucas, plus qu’une forme d’enquête participation ou d’intervention, était « invitation constante à une lecture polyphonique de la réalité observée ». La conception de Philippe Lucas était fondée sur la conscience aiguë tant de la pluralité des points de vue que de l’avantage cognitif à attendre de leur confrontation. Cette perspective rejoint assez précisément le sens de la démarche de collaboration entre chercheurs et militants que nous menons depuis plusieurs années dans un dispositif de recherche mis sur pied pour aborder la socio-histoire de plusieurs mouvements familiaux.

  • 1 La Jeunesse ouvrière chrétienne et la Jeunesse agricole catholique, mouvements d’action catholique (...)

2Nous conduisons en effet depuis quinze ans une recherche longue sur les mouvements familiaux dits populaires et ruraux, durant les années quarante à soixante, avec certains anciens militants et responsables de ces mouvements. Ceux-ci ont en commun de procéder de la même matrice de l’action catholique spécialisée (JOC et JAC1) et d’avoir été confrontés, chacun à leur manière, aux problèmes d’une période cruciale (le Front populaire, la guerre, l’occupation et Vichy, la guerre froide, etc.). D’où l’unité d’objet et de temps de notre recherche.

3Un cadre associatif a été conçu en 1982, le Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux (GRMF), dans lequel chercheurs et acteurs sont effectivement engagés ensemble pour la recherche, et non comme producteurs pour les uns et comme évaluateurs pour les autres.

  • 2 Dix volumes d’environ 300 pages ont ainsi été produits dans une collection (Les Cahiers du GRMF) e (...)

4Cet engagement vaut pour la cogestion du dispositif, aux différentes phases de la recherche commune, pour l’écriture à plusieurs voix d’ouvrages publiés, comme pour la valorisation des résultats2.

  • 3 Pour une présentation de la méthode, voir notamment notre article « Un dispositif de co-histoire d (...)

5Nous avons déjà présenté à quelques reprises cette méthode en la qualifiant d’interactive et de contractuelle. Aujourd’hui, forts d’une expérience longue et féconde, il est possible de faire retour sur les moyens utilisés et de reconstituer les éléments d’une véritable méthodologie3.

6Partant de cette reconstruction et conscients des risques d’auto-justification, nous voudrions aborder ici une réflexion un peu plus personnelle sur les raisons qui nous ont poussés, tous les deux, à nous engager dans une telle entreprise. Nous ne savions pas du reste au départ qu’elle allait nous solidariser aussi longtemps avec un collectif d’anciens militants et que nous y trouverions un tel intérêt, nous aussi. Cette méthode entraîne en effet un mode particulier d’implication du chercheur. Nous nous demanderons également si, en dehors de justifications extérieures à la recherche elle-même, ce type de méthode produit des résultats spécifiques, s’il y a réellement un bénéfice scientifique à en attendre.

Principes de base

7La méthode n’a pas été élaborée de prime abord et nous n’avions guère d’a priori du point de vue méthodologique. Nous avions seulement une intuition toute simple. Pour faire un bout de chemin avec des acteurs, anciens militants d’une histoire comme celle-là, il faut inventer des moyens de travail spécifiques, car cette orientation n’est ni habituelle ni balisée. Des actes concrets ont donc été rapidement posés de manière assez empirique : la création d’une association réunissant militants et chercheurs, l’organisation en commun d’une première journée d’étude, la publication des actes et leur diffusion aussi large que possible. Puis, constatant que cette démarche rencontrait un certain intérêt, que la première journée, qui avait été assez générale, en appelait une seconde plus thématique, assez vite nous avons été conduits à formaliser davantage la démarche et surtout à la faire reconnaître par l’ensemble des parties.

8Le premier principe constitutif du GRMF et de sa démarche, c’est l’utilisation du contrat comme moteur de la recherche, d’un contrat juridiquement validé. L’association que nous avons créée tous ensemble constitue un lieu tiers indispensable, en dehors de leurs diverses organisations et de nos propres laboratoires de recherche.

9Souvent les organisations soucieuses d’écrire leur histoire en vue de leur légitimation font appel à des chercheurs, issus de leurs rangs ou considérés comme des sympathisants. Ceux-ci sont alors en intimité avec leur sujet, ce qui offre des avantages immédiats pour la connaissance. Mais leur implication et leur parti pris limitent sans aucun doute leur liberté d’analyse. Dans d’autres cas, en histoire ou en science politique, certains acteurs peuvent être invités à l’université ou au CNRS pour apporter leur témoignage devant une assemblée de chercheurs. Leur récit fera ensuite l’objet de l’analyse critique des spécialistes, hors de la présence des acteurs du terrain qui, au mieux, n’en connaîtront les résultats que beaucoup plus tard, si on ne les a pas oubliés.

10Sans nier l’intérêt de ces démarches, il nous est apparu préférable de créer un lieu tiers, à distance tout à la fois des organisations des militants et des laboratoires des chercheurs. C’est un lieu auquel participent des individus, tout à la fois intuitu personae et comme membres actifs des mouvements concernés, ou comme chercheurs, le cas échéant avec le soutien de leurs organisations respectives. Les partenaires sont liés par un intérêt commun pour l’histoire de certaines périodes définies, même si, à l’évidence, les enjeux de l’écriture de cette histoire sont bien différents pour les uns et pour les autres.

11Ce contrat reste inégalement explicité. Il l’est davantage pour les chercheurs que pour les anciens militants, sauf exception. Il permet néanmoins que chercheurs et militants choisissent ensemble les questions à traiter, négocient ensemble les procédures et produisent ensemble les résultats. Nous sommes autorisés à penser que, malgré les inégalités qui subsistent, les engagements demeurent égaux tout au long du processus. À vrai dire, il s’agit d’un processus ouvert et qui n’a pas encore trouvé sa fin.

12Le second principe à la base de cette méthode est la recherche de l’interaction. Dans la situation d’entretien, habituelle en sciences sociales, la relation entre interviewé et intervieweur est bien une relation d’interaction, souvent déniée d’ailleurs. Mais le discours de la personne interrogée, une fois recueilli, devient objet de l’analyse du seul interrogateur, celui qui a conduit l’entretien. La méthode mise au point au sein du GRMF tente d’organiser et surtout d’exploiter en continu cette interaction, tout à la fois entre acteurs et entre chercheurs et acteurs. Le présupposé est que de cette confrontation naît une certaine forme de connaissance : non seulement des précisions historiques, éventuellement des faits nouveaux, mais aussi une connaissance du sens des faits. À défaut de reconstituer le sens que ces actions avaient en leur temps, nous bénéficions tout de même d’un accès privilégié au sens que les acteurs d’hier donnent aujourd’hui aux actions qu’ils ont pu conduire ou auxquelles ils ont été associés.

13Dans le dispositif, sont confrontés des souvenirs mais aussi des analyses, celles des acteurs tout autant que celles des chercheurs. Les relations ne sont certes pas toujours iréniques ! Certains sujets peuvent conduire au conflit, par réactivation de clivages anciens. Ce fut le cas lorsqu’il s’est agi d’étudier la scission qui affecta en 1951 le Mouvement de libération du peuple, avec les principaux protagonistes de cet événement douloureux. C’est d’ailleurs pourquoi, condition de base, la confrontation doit rassembler des individus et non des porte-parole de groupes constitués. L’expérience a montré que lorsque cette consigne n’est pas respectée, la parole se fige ; l’un demande alors, par exemple, à l’autre de reconnaître ses erreurs et de faire son autocritique. L’histoire étant un enjeu des conflits entre organisations et groupes dans leur quête de légitimité, il importe de sortir, autant que faire se peut, la recherche de ce risque sous peine de devoir se contenter de la langue de bois organisationnelle.

14Le dispositif implique donc la recherche et le respect du pluralisme des points de vue d’un bout à l’autre de la démarche, d’une polyphonie, pour reprendre l’expression de Philippe Lucas. Ceci implique qu’il ne saurait y avoir un savoir faible, celui des acteurs, et un savoir fort, celui des chercheurs, mais deux modes de connaissance de la réalité. Dans ces conditions, le point de vue du chercheur progresse par débats successifs avec les autres chercheurs et surtout avec les acteurs. Nous procédons selon une logique d’enrichissement progressif plus que de découverte d’une vérité enfouie, et ce n’est pas toujours facile ! D’autant que dans le travail que nous avons conduit, la recherche a été menée avec des militants qui, par formation sur le tas et par habitude, sont devenus coutumiers de l’analyse des situations dans lesquelles ils sont impliqués, et parfois très exigeants dans les débats publics. Certains d’entre eux ont d’ailleurs fait une carrière professionnelle dans le journalisme ou en sciences sociales.

15Il ne s’agit donc pas d’aboutir à un savoir unique, homogène, par synthèse, ajustements ou compromis. C’est le cas dans d’autres dispositifs collectifs où les résultats de l’analyse doivent être finalement exprimés d’une seule voix. Il ne s’agit pas de révéler, de dévoiler aux acteurs le sens caché des choses, de corriger leur « fausse conscience », même si, bien sûr, la méthode entraîne inévitablement cette maïeutique. De fait, elle conduit à voir d’un autre regard des choses déjà mille fois vues et analysées autrement. Mais l’essentiel n’est pas là. Il s’agit avant tout que, dans la production écrite, les différents points de vue soient présentés comme autant de constructions légitimes. Il s’ensuit que les ouvrages tirés de cette méthode ne peuvent pas avoir la forme de beaux livres académiques, puisque la connaissance y est présentée en train d’être produite, inachevée en quelque sorte.

16Quelques expériences malheureuses nous ont montré que ce principe d’interaction n’est pas toujours facile à respecter dans toutes ses implications. Ce fut le cas dans une recherche locale où on a pu observer comment une petite équipe, qui refusait la publication de l’écrit d’un chercheur pour y substituer sa propre vision des faits, pouvait neutraliser et même paralyser le fonctionnement général pendant de longs mois. Ce fut également le cas lorsqu’un ancien militant – mais cela aurait pu être aussi bien un chercheur – fit la synthèse en son propre nom des propos qu’il avait recueillis auprès de ses camarades d’autrefois.

17La formalisation vise en fait à créer les meilleures conditions pour que les conflits d’interprétation aient lieu, puissent être approfondis, mais sans mettre en péril la poursuite de la recherche. Le rappel de la méthode nous donne quelques moyens de réguler les inévitables tensions que suscite cette confrontation. Mais un autre risque peut encore apparaître : que le dispositif devienne sa propre finalité, un lieu de convivialité sympathique ou un simple lieu de mémoire. Les chercheurs que nous sommes y sont vigilants, mais ils occupent une position plus effacée que dans les procédures habituelles de recherche ; partie prenante d’un auteur collectif de recherche que symbolise le Groupement, il savent qu’à tout moment le management du dispositif peut leur échapper.

Pourquoi un tel engagement ?

18Les raisons de cette initiative sont d’abord historiques. Ce travail commence fin 1981, au début du premier septennat de la gauche. Il s’agit d’un moment important pour la recherche. Pour reprendre l’expression d’Isaac Joseph, nous pouvions alors avoir l’impression de l’ouverture d’un possible. Concrètement, cela voulait dire qu’il devenait imaginable de développer une recherche qui ne serait pas seulement au service de l’État ou des entreprises mais aussi des travailleurs et de leurs organisations. On pouvait penser que la recherche participerait à la transformation sociale. À cette même époque, d’autres initiatives du même genre voyaient le jour au sein de la communauté des chercheurs pratiquant, comme nous, une sorte de socio-histoire de l’action collective.

19C’est dans cette période que Maurice Godelier, ethnologue, alors directeur scientifique du département des sciences humaines et sociales du CNRS, fit la promotion des « contrats de connaissance ». Son projet était différent du nôtre mais nous en avons tout de même repris l’idée, sous la forme modeste d’un contrat passé entre anciens, militants actuels et chercheurs, pour produire ensemble une connaissance de l’action passée des militants et de leurs organisations. Ces mêmes militants pouvaient également en espérer une meilleure reconnaissance.

20Les raisons étaient aussi matérielles, par défaut pourrait-on dire. Pour faire l’analyse de cette période d’histoire contemporaine, les archives manquaient cruellement. Dans ces conditions, le recours à la mémoire des acteurs s’imposait. Avant même le début de la recherche proprement dite, sur l’initiative de Georges Tamburini (ancien responsable d’un des mouvements qui sera choisi comme président du GRMF), des archives avaient commencé d’être collectées pour constituer la mémoire de ces mouvements. Dans le cadre du Groupement, ce travail allait être activement poursuivi et systématisé, avec un évident effet d’entraînement. Si bien qu’un fonds d’archives conséquent a été rassemblé, aujourd’hui déposé au Centre des archives du monde du travail à Roubaix (Archives de France). Les archives constituent un môle et un symbole fort de notre travail collectif.

21Les raisons de notre choix de méthode sont aussi et peut-être avant tout idéologiques. D’autres que nous pourront sans doute dire plus tard, mieux que nous ne pourrions le faire, ce qui a pu nous amener à faire ces choix. Sans doute avons-nous été guidés par une éthique de la recherche selon laquelle l’acteur de l’histoire ne saurait être considéré comme simple objet ou simple fournisseur de matériaux pour le travail de l’historien ou du sociologue. Ces derniers ont à rendre compte de l’histoire qu’ils écrivent à ceux qui en ont été les acteurs, même si ceux-ci sont parfois victimes de ce que certains historiens appellent « l’illusion contemporanéiste » (Henry Rousso).

22Dans l’échange que permet la méthode, se construit une confiance réciproque. Celle-ci ne veut pas dire compromis ou allégeance du chercheur à la vision que les acteurs proposent de leur action. Elle permet au contraire qu’une autre analyse soit proposée et soumise à débat. Certes, l’acteur peut trouver dans cette affaire une forme de valorisation de son action. Ce n’est en rien illégitime. La recherche permet que ne soit pas oublié ce qu’il a réalisé. Mais il existe des valorisations plus prestigieuses et sans doute moins exigeantes (la Légion d’honneur ou l’ordre du Mérite) !

  • 4 H.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, Le Seuil, 1954 (collection Esprit), p. 98. Cit (...)

23Sans doute le parcours, la formation des acteurs les plus engagés dans cette démarche les préparaient-ils à accepter plus que d’autres de rentrer dans ce type de contraintes. Sans doute aussi une certaine connivence entre acteurs et chercheurs a-t-elle permis le succès de la méthode. Les chercheurs sont certes extérieurs aux mouvements. En ce qui nous concerne, nous n’avions pas de passé commun avec les militants avec lesquels nous engagions cette démarche commune. Beaucoup nous distingue les uns et les autres. Cependant un passé chrétien commun a probablement forgé une culture commune, un humanisme partagé, en tout cas les bases d’une compréhension réciproque. Cette situation éloigne les sociologues de l’objectivisme dominant dans leur discipline et les rapproche du point de vue de certains historiens comme Henri-Irénée Marrou pour qui « si la compréhension est bien cette dialectique du Même avec l’Autre [...], elle suppose l’existence d’une large base de communion fraternelle entre sujet et objet. [...] Comment comprendre ces enjeux sans cette disposition d’esprit qui nous rend connaturels à autrui, nous permet de ressentir ses passions, de repenser ses idées sous la lumière même où il les vit, en un mot de communier avec l’autre ? Le terme de sympathie est même insuffisant ici : entre l’historien et son objet c’est une amitié qui doit se nouer, si l’historien veut comprendre, car, selon la belle formule de saint Augustin, "on ne peut connaître personne sinon par l’amitié" »4.

Acteurs et chercheurs : des positions différentes

24Dans ce dispositif s’expriment cependant des différences essentielles entre les participants. Celles-ci contribuent à la dynamique de la recherche mais elles sont aussi source de pénibles malentendus.

  • 5 La pédagogie de la JOC dans laquelle ont été formés bon nombre de ces militants est marquée par l’ (...)

25La première différence entre acteurs et chercheurs, la plus évidente, est celle de l’âge. Une génération nous sépare. Les chercheurs sont reconnus par les militants pour leurs compétences spécifiques mais aussi comme des plus jeunes. Cette différence joue dans le fonctionnement concret, au quotidien. Comme le travail dure, tous vieillissent et ce vieillissement explique l’évolution des attitudes, notamment certains raidissements. Cette différence d’âge renvoie surtout à des différences d’expérience sociale, s’agissant notamment du rôle des intellectuels dans la vie sociale et dans la vie des mouvements sociaux considérés, s’agissant aussi de la conception de la vie associative. Les questionnements des chercheurs peuvent parfois apparaître aux yeux des anciens comme très académiques, sibyllins, face à l’épaisseur d’une expérience parfois dramatique. Cet écart peut être source d’incompréhensions. Dans un milieu formé au pragmatisme5, la vision immédiate de la nécessité de l’action rend parfois difficile voire inutile le détour analytique et le dépassement du seul récit. Le souci de la réflexion secondaire, épistémologique et méthodologique, n’est donc pas également partagé par tous les participants. Les réactions voire les agacements de certains acteurs nous invitent à restreindre certaines de nos visées ou ambitions de recherche. En laissant aux seuls chercheurs le soin d’aborder certaines questions, les acteurs marquent à la fois leur confiance à leur égard mais aussi les limites de notre entreprise commune.

26Le rapport intime à la réalité étudiée est aussi fort différent. On peut parler de l’engagement des chercheurs professionnels que nous sommes. Mais il ne faut pas oublier celui de nos partenaires dans ce contrat pour la recherche. L’enjeu de ce travail en commun nous différencie de manière existentielle. L’écriture de leur histoire la leur fait revivre. Elle contribue à la reconnaissance de ce qu’ils ont fait. Il en va bien autrement pour nous chercheurs. Au demeurant, il en est parmi les anciens qui s’en désintéressent complètement ; entendant se consacrer exclusivement à l’action présente, ils ne souhaitent pas évoquer l’action passée. C’est leur droit absolu, même si cela heurte nos projets. Il est probable aussi que l’implication demandée aux acteurs nécessite de leur part une disponibilité que n’ont pas ceux qui occupent encore les premiers rangs de la vie publique. Il faut bien admettre que cette recherche ne se fait qu’avec un échantillon volontaire et réduit d’anciens ; c’est une de ses limites mais c’est aussi la condition même de son existence.

27L’objet de l’analyse, c’est bien l’action des militants, ce sont eux qui s’exposent et qui risquent la mise en cause du sens donné à leur existence, pour eux-mêmes, pour leur descendance et pour l’histoire. On comprendra que la mise en cause que comprend implicitement toute recherche ne soit pas toujours facile à accepter et qu’elle entraîne certains blocages.

28Autre différence entre acteurs et chercheurs : celle qui concerne la conception du temps de la recherche. Les uns, retraités et disposant théoriquement de plus de liberté, réalisent là une de leurs dernières œuvres. Il y a pour eux une certaine urgence à mener à bien ce travail. Les autres, chercheurs en activité, inscrivent ce travail dans un processus cumulatif, parmi d’autres travaux. Mais l’exigence qui est formulée par les anciens, exigence constitutive du contrat, est aussi un facteur de dynamisme du Groupement.

29Au demeurant, si la recherche a ses contraintes, elle offre aussi pour les anciens l’occasion de retrouvailles et de solennisation d’un passé commun. Symétriquement, la rencontre que permet cette recherche pour les chercheurs les conduit à un dépassement de leur propre travail. Les bénéfices personnels d’une telle démarche pour les uns et pour les autres ne se limitent donc pas à la production d’un savoir et à sa publication.

30L’implication du chercheur dans ce type de méthode impose une certaine patience. Le contrat requiert un processus permanent de négociation sur les façons de faire. Comme pour l’ethnologue vivant sur son terrain, le contact continu du chercheur avec ses partenaires se traduit par une exposition de soi permanente. Lui-même est interrogé sur ses propres engagements en dehors de la recherche elle-même. Il ne s’agit pas de donner des gages à chaque instant et une certaine réserve reste possible, mais, à la différence d’autres méthodes où le contact entre enquêteur et enquêté est ponctuel, la vie personnelle et la vie de la recherche ne sont pas ici complètement disjoints. Avec certains, les relations sont plus approfondies et l’amitié peut naître de cette relation continue.

  • 6 P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983.
  • 7 M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Pari (...)

31La connivence créée par un compagnonnage de plusieurs années nous expose au risque du « ghetto culturel », pour reprendre l’expression de Philippe Joutard6. En construisant une vision historique centrée sur une seule famille de mouvements, on n’échappe pas à un certain enfermement monographique, voire à « l’illusion héroïque »7. Le rôle des organisations étudiées et de leurs militants dans cette période de l’histoire peut paraître surévalué. Mais comment procéder à une juste appréciation ? On échappe rarement à certaines illusions rétrospectives ou à l’euphémisation de certains problèmes (en ce qui concerne la période de Vichy, par exemple, tout n’a pas pu être dit). Il est donc important de maintenir en permanence l’interrogation sur les limites et sur le sens de cette approche.

En guise de bilan

32Tout d’abord, et c’est le plus important, cette recherche fait émerger la connaissance d’une réalité largement méconnue, parfois masquée. Ainsi, dans les histoires pro domo que produisent d’elles-mêmes les organisations, certains aspects, jusque là oubliés ou discrètement refoulés, sont maintenant assumés plus clairement. Il y a bien un avant et un après de la recherche et une appropriation des résultats de cette histoire réalisée en commun, tout à la fois par les anciens militants et par leurs héritiers.

33Le dispositif, malgré ses imperfections, a permis d’analyser du dedans des actions collectives singulières où se croisent en permanence le religieux, l’action sociale, l’action familiale et le politique. L’analyse de ce lieu et de ce moment privilégiés est particulièrement riche. Non seulement d’un point de vue historiographique, en ce qu’elle permet notamment de voir comment s’élabore dans ce cadre, par exemple, la représentation des intérêts familiaux ou une forme de féminisme pratique. Mais aussi d’un point de vue sociologique, en ce qu’elle permet de comprendre les formes d’expression politique d’une culture à la fois populaire et chrétienne dans un contexte de sécularisation. La méthode oblige à aller plus loin dans la compréhension de ce rapport au monde, dont la portée dépasse l’action des organisations étudiées.

34Les résultats auxquels nous sommes parvenus proviennent de l’histoire reconstituée autant que de l’histoire revécue, notamment des conflits. Dans ce travail qui tient de la clinique et qui, pour les acteurs, a probablement une vertu cathartique, nous avons été surpris de constater que certains points de vue d’aujourd’hui avaient directement à voir avec des positions d’hier.

35Les résultats obtenus sont cependant encore trop historiographiques, trop « bruts de décoffrage ». Souvent, les analyses sont à peine esquissées, plus juxtaposées que réellement confrontées les unes aux autres. L’ensemble est inachevé et le restera, car il est à l’évidence inachevable par cette voie. Pour cette raison sans doute, cette forme de travail a quelques difficultés à être reconnue par nos pairs et par les instances d’évaluation. C’est une recherche qui a été globalement bien reçue chez les historiens, plus difficilement chez les sociologues, sauf dans certains cercles. La forme non académique de cette production reste probablement aussi un obstacle à sa reconnaissance dans les milieux de la recherche.

36La méthode a ses limites et ses risques. Elle requiert, plus que d’autres, d’inscrire la recherche dans la durée. Il n’en reste pas moins que ces années de pratique commune et les acquis de ce travail ont renforcé notre conviction qu’il était nécessaire, d’un point de vue éthique et politique, et utile, d’un point de vue cognitif, d’associer, dans une recherche commune, militants et chercheurs.

Notes

1 La Jeunesse ouvrière chrétienne et la Jeunesse agricole catholique, mouvements d’action catholique spécialisée (par milieux), ont été créées dans l’entre-deux-guerres.

2 Dix volumes d’environ 300 pages ont ainsi été produits dans une collection (Les Cahiers du GRMF) et quatre sont encore en gestation, que nous éditons par nos soins et que nous commercialisons à raison de 500 à 1500 exemplaires chacun.

3 Pour une présentation de la méthode, voir notamment notre article « Un dispositif de co-histoire dans l’étude des mouvements sociaux contemporains. Le Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux », Politix, no°26, deuxième trimestre 1994.

4 H.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, Le Seuil, 1954 (collection Esprit), p. 98. Cité par A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996.

5 La pédagogie de la JOC dans laquelle ont été formés bon nombre de ces militants est marquée par l’injonction permanente à l’action. Elle s’exprime dans des slogans : « Fais-le et ça se fera ! », « Un gramme d’action vaut plus qu’une tonne de discours ! ».

6 P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983.

7 M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale de sciences politiques, 1992.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.