Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Le sociologue à l’épreuve de l’engagement d’autrui1

Spyros Franguiadakis

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer plus que ma gratitude, toute ma reconnaissance à Michel Peroni pour ses consei (...)

1Le titre de ma contribution peut paraître un sacrilège à certains, par le fait de parler de l’épreuve du sociologue face à l’engagement d’autrui. Ils estimeront sans doute scandaleuse cette dimension qui est à l’opposé de ce qu’exige un travail d’objectivité. Le problème de l’objectivité n’est pas nouveau : l’émotion relève de la subjectivité, la distanciation de l’objectivité. Il est généralement admis que la recherche scientifique n’est possible qu’avec la distanciation et l’objectivité, alors que d’autres genres, la littérature par exemple, pourraient procéder de l’émotion et de la subjectivité. L’émotion étant taxée d’incohérence, accusée de n’offrir qu’une vue partiale de la réalité, alors que la distanciation permettrait d’arriver à un jugement mature et pondéré ; le sociologue parviendrait à contempler le monde social, la fourmilière humaine, d’un regard quasi surhumain. Je voudrais mettre en difficulté cette conception quasi désincarnée où il s’agit de « planer au-dessus de phénomènes tout en y étant intimement lié ».

2Par là, ma communication ou plutôt mon témoignage (je tiens à ce terme et vous comprendrez pourquoi) vise à questionner mon travail sociologique lorsqu’il s’intéresse à l’engagement d’autrui. Partant de deux expériences de recherche (l’une sur un réseau de personnes engagées pour défendre en justice les droits des étrangers, et l’autre sur un dispositif associatif de prévention des risques auprès des personnes toxicomanes dans des conditions très marginalisées), il sera question de ma pratique sociologique interpellée, affectée voire éprouvée par les situations étudiées. En effet, qu’en est-il de mon regard sociologique lorsqu’il s’expose à l’engagement d’autrui ? Qu’en est-il de ma posture, de mon implication mises à l’épreuve de l’engagement d’autrui ? Et quelle place donner à cette dimension du « sociologue en tant qu’il est affecté par l’engagement d’autrui » ?

3Mais précisons préalablement que ces questionnements renvoient à une double perspective concernant la « sensibilité » du sociologue et la place qu’elle peut avoir dans la recherche. En effet, le problème est de savoir si le sociologue est un être susceptible d’être affecté et cela interroge la pratique sociologique comme expérience. Si je décline ce questionnement, cela consiste à savoir si le sociologue est « sensible » en tant que tel ou bien en tant qu’homme ? Autrement dit, est-ce que cette « matière sensible » est constitutive du sociologue ou alors le sociologue est-il un homo duplex, pour reprendre la catégorie d’Émile Durkheim (où il s’agit de faire référence à un modèle de l’être double, à une vision dualiste dans l’anthropologie durkheimienne qui présuppose que d’un côté on aurait les catégories de l’entendement, les formalisations conceptuelles, et de l’autre, les affects, la sensibilité, les émotions) ?

4De plus, si le sociologue est affecté par ce qu’il étudie, est-ce dicible, plus encore est-ce communicable ? Si oui, cela peut être communiqué dans la marge, dans une note infrapaginale, dans un cadre ad hoc comme peut l’être ce colloque, ou bien cela fait-il partie du corpus du rapport de recherche ? En d’autres termes, quelle est la place de l’affectif dans l’expérience de recherche et de son compte rendu ? Comment considérer la place de l’expression de cette affectivité ? Elle est souvent considérée comme une interférence, comme un biais, comme un élément qui jette le trouble et qui porte discrédit sur le compte rendu sociologique. D’autant plus que le fait d’être affecté renvoie à des caractéristiques personnelles, quelque chose comme une « sensibilité », un gradient de sensibilité (la sensibilité est jugée comme une qualité personnelle et d’une personne à l’autre différente, plus ou moins grande). Sous cet angle, prend place un argument critique consistant à affirmer que « si Spyros Franguiadakis est affecté par ce qu’il étudie, c’est parce qu’il est sensible voire particulièrement sensible ; il aurait été quelqu’un d’autre, il serait moins ou pas du tout affecté », donc on dirait que cela est « subjectif », que cela renvoie à une face interne, à une subjectivité, à un for intérieur et par là, cela disqualifie l’objectivité attendue du compte rendu sociologique puisque on reproche à son auteur l’absence de maîtrise de ses affects et de ses émotions.

  • 2 Le parti théorique pris par P. Paperman étant de soutenir le caractère collectif et non pas indivi (...)

5Toutefois, je ne souhaiterais pas seulement prendre le contre-pied de la conception commune qui consiste à définir les émotions comme des « sensations privées, plutôt passives, subies, irréfléchies et incontrôlées », et qui rend du coup légitime notre tendance à penser qu’une émotion aurait mieux fait de rester « privée », que la personne affectée aurait dû « maîtriser » ses émotions. Bien qu’il existe des conditions particulières dans lesquelles la manifestation d’une émotion est jugée inappropriée au vu des circonstances, que des expressions d’émotion puissent parfois paraître comme inappropriées, cela n’implique pas pour autant que les émotions le soient dans tous les cas, qu’elles soient nécessairement une intrusion due à une erreur ou à une défaillance à mettre les émotions sous le contrôle de la raison. L’idée est qu’il existe des phénomènes qui scandalisent l’opinion publique pas uniquement du point de vue de leur contenu, mais en considération des modalités pratiques par rapport auxquelles ces objets sont appréhendables et se donnent à voir. En d’autres termes, il existe des situations où l’émotion est attendue. Bien que les émotions puissent être considérées comme personnelles, il existe des situations publiques où les émotions sont suscitées socialement, où elles sont attendues et leur absence peut être considérée comme une offense. Cette thèse est défendue par Patricia Paperman selon laquelle l’expression publique de certaines émotions peut avoir la signification d’engagement public, c’est-à-dire valoir comme des conduites qui ne sont ni purement individuelles, ni passives ou irréfléchies ou encore moins privées2.

  • 3 Il y a des phénomènes, la maltraitance des enfants, l’inceste, le viol par exemple, qui scandalise (...)
  • 4 Roland Barthes écrit que certaines images semblent être animées d’une force quasi personnelle ; el (...)

6Je voudrais avant tout souligner, c’est là le cœur de mon argument, qu’être affecté est constitutif du phénomène considéré. L’affectivité dans son efficacité, dans son opérativité et dans son effectivité, est constitutive du phénomène étudié. Autrement dit, le fait même d’avoir été affecté participe à l’opérativité du phénomène, il fait partie intégrante de l’objet étudié. On pourrait dire que l’affectivité renvoie à une constitution particulière du phénomène considéré ; le fait d’être affecté renvoie à une qualité de l’objet, quelque chose comme une capacité du phénomène. Cependant, il ne s’agira pas d’entendre cette formule comme un domaine d’objets caractérisés par des forces occultes, mystérieuses, mais de considérer la dimension « d’être affecté » comme étant socialement attachée à ces objets (cela concerne la socialité de ces phénomènes)3. Par là, la réaction du sociologue est suscitée par une conformation avec le contenu, avec le type de questions, de problèmes et de causes qu’il étudie. Il y aurait presque une analogie avec l’expression de Roland Barthes lorsqu’il parlait des photos « poignantes » réellement affectées par leur objet4. La dimension « affective » n’est donc pas surajoutée aux phénomènes, mais elle les définit ou elle les constitue en partie du moins. Je pars du principe que la dimension « d’être affecté » tient aux caractéristiques des objets, et c’est le point de vue que je voudrais développer.

7Examinons maintenant cet argument à la lumière de deux expériences de recherche. En effet, qu’est-ce qu’il y a dans l’engagement d’autrui qui puisse m’affecter ? Qu’est-ce qui renvoie à cet aspect dans l’objet « engagement d’autrui » ? L’objet est la question de l’engagement et, travaillant sur l’engagement, je suis confronté à travailler sur l’engagement d’autrui c’est-à-dire que l’engagement n’est pas appréhendé comme une réalité incarnée, mais il est toujours « l’engagement de », « d’une personne ». Comment cette présence de l’engagement se manifeste-t-elle dans mes deux expériences de recherche ? Comment, à chaque fois le sociologue qui n’est précisément pas le sociologue au sens type social (anonyme donc interchangeable), mais « moi en tant que sociologue », est-il affecté ?

Premier exemple : engagement d’autrui et expérience de la proximité5

  • 5 Les résultats de ce travail ont été publiés dans le rapport de recherche, L’action collective à l’ (...)

8Précisons tout d’abord quelques éléments descriptifs. La rencontre avec ce réseau a eu lieu lorsqu’un ami m’a informé de son existence et en même temps m’a proposé un bulletin pour y adhérer. Ce réseau déclaré association de la loi 1901 a été créé il y a quatre ans sur Lyon, avec pour objectif de constituer un fonds de finances pour pouvoir rémunérer les avocats appelés en cas de défense des étrangers. Chaque membre souscripteur cotise pour un montant qu’il définit lui-même et qui est prélevé automatiquement tous les mois pour le compte de ce réseau. Le réseau compte actuellement quelques 340 adhérents et depuis sa création une trentaine d’affaires ont été traitées devant le tribunal, dont certaines sont encore en cours (affaires qui concernent le plus souvent des problèmes dits d’éloignement du territoire, et des recours de déboutés du droit d’asile). À l’origine de ce réseau se trouvent des « personnalités » du militantisme lyonnais, avec des parcours et des expériences d’engagement extrêmement forts. Quant aux modalités de fonctionnement, les éléments qui caractérisent ce réseau sont : absence de porte-parole, refus d’institutionnalisation du réseau, pas de cotisations pour des personnes morales, disqualification des logiques d’appareil, accent fort sur l’engagement en son nom propre en tant qu’individu, en somme, une revendication de l’engagement singulier.

9Comment se manifeste l’engagement dans le cas de ce réseau de défense en justice des étrangers ? Il y a plusieurs dimensions dans l’engagement d’autrui qui peuvent m’affecter. Tout d’abord, celle de la rencontre inaugurale avec ce réseau dans la mesure où l’information sur l’objet va de pair avec la proposition d’engagement. Cela tient aux formes de publicisation spécifiques à cet objet. Plus précisément, ce réseau n’est pas un objet public, car étant conditionné par des modalités particulières de son extension, puisque pour y adhérer il faut qu’un adhérent du réseau le propose. En d’autres termes, ce réseau tient ensemble information d’existence et proposition d’engagement (le sociologue n’est pas seulement averti de l’existence de ce réseau, il est confronté à sa modalité d’expansion de proche en proche dans la mesure où chaque adhérent a la responsabilité des personnes qu’il sollicite pour y adhérer, chaque cotisant donnant en quelque sorte la parole à son successeur). Ainsi, lorsqu’il est question de proposition d’engagement, cela tient aux structures formelles, le fait que l’information sur l’objet emprunte les canaux ordinaires de l’adhésion à ce réseau. Du coup, ce qui est rendu très fortement présent concerne la question du non-engagement : c’est-à-dire prendre pour objet « l’engagement d’autrui » alors que je pourrais tout aussi bien m’engager. Ce sont donc les structures formelles à travers lesquelles ce réseau se donne à voir qui font que la situation d’entretien est une proposition d’engagement liée à une proposition d’information. Toutes les conditions sont réunies pour que je m’engage à mon tour. La manière « d’être affecté » est liée au fait que la situation d’enquête rend présente l’occurrence de l’engagement, à savoir que l’engagement d’autrui actualise l’appel à mon propre engagement.

10Ensuite, la dimension concernant le ressort de cette modalité d’engagement, car il renvoie à un rapport d’identité entre la personne déjà engagée et le sociologue, celui-ci se rapporte à une communauté de traits. En effet, il existe une triple proximité à l’objet : a) une proximité qui tient à l’amitié avec la personne m’informant de l’existence de ce réseau ; b) une proximité du point de vue des êtres à défendre, il s’agit de défendre en justice des étrangers, j’en suis un ; c) une proximité du point de vue des caractéristiques des membres qui sont engagés au sein de ce réseau dans la mesure où la plupart d’entre eux sont des intellectuels, des universitaires, des sociologues.

11Enfin, la dimension qui renvoie à la question de savoir ce que je fais de cela, objectivée en termes pratiques, puisque je me trouve dépositaire à mon tour de quelques cartons d’adhésion à ce réseau. La question se pose dès lors de savoir que faire de cette interpellation. Ma manière de répondre est de différer mon engagement, c’est-à-dire que « quand j’aurai fini, je m’engagerai ». Quant au rapport sociologique, celui-ci est relativement libre dans la mesure où la nature de l’affectation n’a pas à se traduire dans le compte rendu sociologique. Ajoutons à ce propos que mes interlocuteurs ont plutôt exprimé leur indifférence par rapport à ce que je vais écrire. En d’autres termes, la question de l’engagement est fondamentalement posée à moi en tant qu’individu, de la même manière en tant qu’individu les gens sont engagés au sein de ce réseau quoi qu’il en soit de leurs activités.

Deuxième exemple : engagement d’autrui et expérience de l’altérité6

  • 6 Ce travail a fait l’objet d’une recherche sous le titre « Le travail de l’engagement. Rencontre et (...)

12Cette association a été créée en juillet 1994, elle emploie aujourd’hui huit salariés et une vingtaine de bénévoles qui assurent les permanences et les interventions de quartier. Elle se revendique comme une association de « santé communautaire », idée selon laquelle chacun a le droit et le devoir de participer individuellement et collectivement à la planification et à la mise en œuvre des soins de santé qui lui sont destinés, dont le but est la réduction des risques infectieux pour et avec les personnes toxicomanes. Le fonctionnement de ces différentes instances (bureau, C.A.) est fondé sur un principe de parité entre personnes toxicomanes et professionnels du milieu socio-médical et associatif impliqués dans la réduction des risques infectieux. Bon nombre des personnes concernées sont dans des situations de rupture sociale, professionnelle, familiale. Le local de l’association est un lieu qui s’inscrit dans le cadre officiel d’un programme d’échange de seringues ; il offre en même temps la possibilité d’un espace de « pause-café », une infirmerie, une douche, des machines à laver le linge. L’association se donne comme un dispositif de prévention des risques infectieux par l’accès à du matériel stérile, à des soins, à de la substitution, à de la citoyenneté. L’une des originalités de ce dispositif associatif, est la qualification du « bénéficiaire » non pas comme un usager (d’un service, de la drogue ou le bénéficiaire d’une aide), mais comme un C.R.A.C. (Citoyen, Responsable, Acteur, Critique).

13Comment se manifeste l’engagement dans le cas de cette association ? Dans le cadre de cette association, la présence de l’engagement comme question pour le sociologue se pose de façon différente, car « l’autrui » contenu dans l’expression « engagement d’autrui » n’est pas le même. Plus explicitement, « autrui » dans cette association ne renvoie pas à un autre moi-même, car il existe l’idée de communauté à laquelle je ne fais pas partie. Contrairement à l’exemple précédent où ce qui ordonne l’entretien renvoie à la dimension de la proximité, de l’identité, dans le cadre de cette association, ce qui prescrit est l’altérité. Il existe l’idée d’une altérité au sens où « je suis une autre personne que les personnes interviewées », vue sous l’angle de « communauté » (de personnes toxicomanes, séropositives…). À ce titre, le sociologue est confronté à l’imaginaire de contamination (sida, hépatite…). En ce sens, mon implication est relative à une dynamique du témoignage.

  • 7 Voir à ce propos les réflexions judicieuses de M. Pollak autour du témoignage concernant des expér (...)

14Il faut préciser que contrairement au cas de figure précédent, la place du récit est centrale dans l’analyse de l’engagement. Je travaille sur la base d’entretiens, de témoignages, de récits biographiques, d’entretiens dans lesquels les personnes se livrent, où elles racontent des expériences, des événements biographiques marqués par des ruptures, par des épreuves, des maladies, des blessures… La question se pose de savoir que faire du témoignage sur l’engagement d’autrui qui sent presque physiquement l’odeur des événements biographiques douloureux ; que faire de ce récit, le lire en toute tranquillité, assis dans un fauteuil confortable, une tasse de café à la main, alors qu’il déborde des blessures biographiques et des sentiments de souffrance ? Cela est à proprement parler insupportable, moralement inacceptable et tellement éloigné de ce qu’exigerait de nous ce genre de relation7.

  • 8 Isaac Joseph dans sa contribution à ce colloque parle de l’engagement comme étant la capacité à ré (...)

15Par conséquent, il s’agit des situations où nous sommes tenus par les formes concrètes par lesquelles le phénomène se donne à voir, où l’engagement n’est pas ce dont nous parlons, mais ce que nous accomplissons en prenant très au sérieux la dimension publique qui lui est attachée. En d’autres termes, il s’agit de prendre en charge la dimension de témoignage, c’est-à-dire de rendre compte de son engagement, de témoignage par lequel une activité est précisément donnée à voir comme un engagement. Il s’agit de mettre l’accent sur l’idée que l’engagement n’est pas un objet externe, mais qui s’accomplit sous les yeux du sociologue, avec lui8.

  • 9 L’hypothèse de Luc Boltanski lorsqu’il traite la question du style pour énoncer son rapport sur la (...)
  • 10 Voir à ce propos M. Peroni, « Engagement public et exposition de la personne : l’acteur, le specta (...)

16Cela signifie que les personnes interviewées témoignent de la manière dont elles ont été affectées, elles font un travail d’objectivation de l’épreuve qu’a constitué pour elles leur propre engagement dans cette structure. La dynamique du témoignage consiste à avoir à sa disposition un témoignage et par là, d’avoir la charge, d’être à son tour un témoin, un « témoin-passeur ». Dans cette optique, comme l’explique Luc Boltanski, se pose la question de « l’interdit du tel quel » lorsque nous sommes amené à faire un rapport sur la souffrance9. En d’autres termes, comment cette problématicité de l’objectivité est conciliable avec l’objectivité du rapport scientifique ? La manière d’y répondre est de faire valoir la dimension de la chaîne du témoignage, c’est-à-dire d’assumer dans mon compte rendu la manière dont je suis affecté en tant que témoin par ce dont je témoigne et, ce dont je témoigne d’abord est que je suis affecté. Il s’agit là de la dynamique du témoignage, à savoir du renversement des positions dans la relation du témoignage (le témoin est celui qui raconte et aussi celui qui, par là, est fait témoin de sa propre action). L’idée centrale étant que témoigner implique aussi bien le témoin que celui qui reçoit ce témoignage10.

  • 11 Cette dimension est omniprésente au niveau de la déontologie de notre métier. « Être fait témoin d (...)

17La dimension « d’être affecté » pourrait dès lors signaler l’implication du sociologue dans la relation du témoignage en lui reconnaissant sa qualité de témoignage. L’implication du sociologue serait également dans la charge de « transporter » dignement et fidèlement ce témoignage et de ne pas trahir son interlocuteur11. La dimension éthique se pose à ce niveau.

18Par là, je me demande si la dimension affective n’est pas une sorte d’indicateur de la dette contractée dans le témoignage d’autrui concernant son engagement, en d’autres termes, de la présence de l’altérité, de la réciprocité de perspective à laquelle est conviée le sociologue dans la question qui prend pour objet l’engagement d’autrui.

  • 12 Je tiens à remercier ici Jacques Ion et Émilia Marty pour leurs remarques autour de ces aspects.

19Contrairement à l’exemple précédent, la dimension « d’être fait témoin de », « d’être témoin à son tour » par rapport à l’engagement d’autrui, doit marquer l’espace du rapport. En d’autres termes, la question se pose de savoir comment dans la manière de rendre compte de mon travail se manifeste cet aspect constitutif du phénomène étudié, possible par le témoignage d’autrui sur son propre engagement. Comment justement ne pas objectiver la « matière sensible » qui m’a été confiée ?12 En ce sens encore, contrairement au cas précédent, il y a un droit de regard, sur ce terrain, mon compte rendu est attendu, et du coup, le travail sociologique lui-même est affecté par ce « pacte ». Ainsi, mon rapport d’enquête doit se faire témoignage, en tant que la forme témoignage est celle qui est impliquée. Il s’agit de donner à voir dans le compte rendu ce qui fait dire la part du « je », le style qui permet de dire « être affecté », et ce qui permet de ne pas occulter, de ne pas ramener à des expressions littérales, ce qui a pu avoir lieu pour autant que cela a concerné deux personnes. Autrement dit, le sens dégagé par l’entretien est entièrement marqué par une situation où ma propre sollicitude et mon propre sens de l’écoute sont déterminants. L’intrication d’une cause, d’une biographie et d’une expérience prend un tour d’implication personnelle dans ce qui caractérise la situation de l’entretien. Cette dernière devient fondamentale dans l’analyse du phénomène concernant l’engagement d’autrui : l’engagement est toujours celui-là, c’est-à-dire l’engagement qui acquiert ses traits dans la situation d’entretien.

En guise de conclusion…

20« Être affecté » (là où l’absence d’émotion pourrait être considérée comme une offense, comme une indifférence, comme quelque chose susceptible de porter discrédit au témoignage lui-même, là où il s’agit de mettre en harmonie ses sentiments par rapport à la situation, de pouvoir dire que l’on n’est pas indifférent) pose la question de l’empathie et non pas celle de l’impartialité, c’est-à-dire d’une observation ou d’une écoute sans perspective particulière. Par là, l’émotion fait appel à la vigilance par rapport à la question de l’épreuve face à l’engagement d’autrui, lorsqu’elle signale la nature de la relation contractée dans l’expérience de l’entretien propre à la capacité du phénomène étudié.

21« Affecté », car il y a une dimension paradoxale dans le fait de traiter l’engagement d’autrui, de parler de l’engagement d’autrui avec en plus, un parallèle avec l’usage que le sociologue va faire de la parole d’autrui, du vécu d’autrui à des fins de capitalisation personnelle (en termes de place devant ses pairs, en termes de carrière professionnelle, en termes de communication dans un colloque, et quand le sociologue se place par rapport à la souffrance, objet « très vendable » à l’heure actuelle). C’est dire aussi la difficulté de parler devant vous de l’engagement des autres, alors qu’il pourrait être question de mon propre engagement, de vous dire être fait témoin de l’engagement d’autrui et de mon propre non-engagement. Si je cherchais explicitement à dire « je » dans le protocole de cette communication, cela était pour mieux être en accord avec la dette contractée avec ceux dont l’engagement et le témoignage font être et font faire le sociologue.

Notes

1 Je tiens à exprimer plus que ma gratitude, toute ma reconnaissance à Michel Peroni pour ses conseils précieux qui ont permis de donner corps à cette communication.

2 Le parti théorique pris par P. Paperman étant de soutenir le caractère collectif et non pas individuel des émotions émanant de la part non pas naturelle ou animale de la personne mais plutôt de sa partie socialisée ou humanisée. On retrouve également la notion de « sentiments collectifs » dont parlent E. Durkheim et M. Mauss, qui ne sont pas seulement imposés par le groupe, mais qui lui sont dûs comme une contribution directe. C’est dans cet horizon théorique où les sentiments et les émotions sont obligatoires en vertu de leur orientation vers le groupe d’appartenance, que l’absence d’émotion pourrait être considérée comme une offense. Dans la mesure où sentiments et émotions sont définis comme des manifestations d’engagement envers le groupe et comme des indicateurs de cohésion sociale, leur absence sera considérée comme anormale, voire comme scandaleuse et elle constitue une offense vis-à-vis du groupe. Voir P. Paperman, « L’absence d’émotion comme offense », Raisons pratiques, La couleur des pensées, no 6, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1995, pp. 175-196 ; et « Engagements et émotions », dans Engagement public et exposition de la personne, Aube, 1997, pp. 217-223. Voir également : E. Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, PUF, 1968 ; M. Mauss, « L’expression obligatoire des sentiments », Essais de sociologie, Minuit, 1968, pp. 81-88 ; J. Favret-Saada, « Être affecté », Gradhiva, no 8, 1990, pp. 3-9.

3 Il y a des phénomènes, la maltraitance des enfants, l’inceste, le viol par exemple, qui scandalisent l’opinion publique et où l’émotion est attendue.

4 Roland Barthes écrit que certaines images semblent être animées d’une force quasi personnelle ; elles ne nous traitent pas en spectateurs passifs ni distanciés, mais elles nous pénètrent et nous poussent à agir. Tel est le cas de quelques photographies que cet auteur trouvait « poignantes », parce que leur message photographique indiciel est réellement affecté par l’objet photographié, et ces images peuvent nous affecter violemment à notre tour. « Une seule photographie des corps squelettiques à l’ouverture des camps nazis devrait suffire à trancher le bavardage “révisionniste”, car le pouvoir terrible de cette photographie est d’attester sans dénégations possibles, que si un corps a pris telle apparence sur le papier, il a fallu d’autres hommes, ou un système concentrationnaire, pour le mettre dans cet état ». Voir R. Barthes, La chambre claire, Paris, Le Seuil/Les Cahiers du Cinéma, 1980.

5 Les résultats de ce travail ont été publiés dans le rapport de recherche, L’action collective à l’épreuve de l’engagement bénévole, sous la dir. de J. Ion, CRESAL, janvier 1998, avec pour titre « Au nom de… Tiberius Claudius : à propos d’un réseau de personnes pour la défense des droits des étrangers », pp. 50-75.

6 Ce travail a fait l’objet d’une recherche sous le titre « Le travail de l’engagement. Rencontre et attachements : une analyse de la solidarité en direction de personnes en souffrance », sous la dir. de B. Ravon, avec P. Pichon, Ch. Laval. Je tiens à les remercier ici des échanges et des discussions qui ont permis d’alimenter cette réflexion.

7 Voir à ce propos les réflexions judicieuses de M. Pollak autour du témoignage concernant des expériences concentrationnaires : (avec N. Heinich), « Le témoignage », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 62-63, 1986, pp. 3-29 et « La gestion de l’indicible », idem, pp. 30-53. L’article également de J. Gerz, « Témoin et acteur », Villa Gillet, no 3, 1995, pp. 5-16, ainsi que le travail très récent de S. Dresden, Extermination et littérature. Les Récits de la Shoah, Nathan, 1997.

8 Isaac Joseph dans sa contribution à ce colloque parle de l’engagement comme étant la capacité à répondre à une question, à une réplique, à une situation jugée intolérable. À ce titre, se pose dans le cadre de cette recherche la question de l’exemplarité dans la mesure où la personne interrogée devient une figure exemplaire de l’engagement.

9 L’hypothèse de Luc Boltanski lorsqu’il traite la question du style pour énoncer son rapport sur la souffrance de façon qu’il soit moralement acceptable, consiste à dire que ce n’est pas possible de décrire purement, simplement et factuellement, que le spectateur de la souffrance ne peut pas parler de ce qu’il a vu dans les termes d’un objectivisme ; celui-ci peut paraître comme indécent, inhumain, avec pour seul souci de transporter par la parole de façon la plus exacte possible et sans déformation. La description factuelle écrit cet auteur, « s’inscrit dans une économie de la représentation reposant sur un dispositif de type sujet-objet. Ce dispositif, qui convient à la représentation de la nature, mais qui est toujours critiquable au nom de l’exigence de commune humanité, lorsque la description porte sur des personnes, parce qu’il est asymétrique et qu’il distribue inégalement l’humanité des différents partenaires, est particulièrement vulnérable lorsque les personnes décrites sont dans la souffrance ». L. Boltanski, La Souffrance à distance, Métaillié, 1993 p. 43.

10 Voir à ce propos M. Peroni, « Engagement public et exposition de la personne : l’acteur, le spectateur et l’auteur », Engagement public et exposition de la personne, Aube, 1997, pp. 249-265.

11 Cette dimension est omniprésente au niveau de la déontologie de notre métier. « Être fait témoin de » ou bien « être fait dépositaire de » est une situation que l’enquêteur rencontre tout le temps, lorsqu’en tant que dépositaire des confidences, il doit mettre en place une série de précautions à prendre afin de préserver, de respecter et de protéger la confidentialité.

12 Je tiens à remercier ici Jacques Ion et Émilia Marty pour leurs remarques autour de ces aspects.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search