Version classiqueVersion mobile

Implication et engagement

 | 
Philippe Fritsch

Deuxième partie. Recherche et engagement

Enquête en grande bourgeoisie

L’implication du chercheur et les difficultés de l’engagement comme trahison des enquêtés

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

Texte intégral

1Lorsque le sociologue s’engage, c’est en général aux côtés de ceux auprès de qui il enquête. La Misère du monde est archétypique de cette démarche qui explore les problèmes sociaux pour porter au jour leurs causes, éclairer les responsabilités et travailler aux changements de société par un engagement prenant appui sur le travail scientifique lui-même. L’implication du chercheur ne va pas pour autant de soi, mais on voit qu’elle peut accompagner la recherche, qu’elle peut être solidaire des sujets, au sens de personnes, sur lesquels porte l’enquête. Les objets de la recherche ne sont pas ainsi toujours des objets pouvant porter à un engagement politique clair, mais il est rare que celui-ci se fasse contre les enquêtés. Or, travailler sur la grande bourgeoisie porte à cette difficulté : être en position de devoir prendre ses distances envers les enquêtés au point de remettre en cause les processus sociaux qui les conduisent à être ce qu’ils sont, c’est-à-dire, entre autre chose, dominants. Du moins pour le courant sociologique, majoritaire sans doute encore, qui se situe, politiquement, plus ou moins à gauche.

2Nous faisons porter nos investigations sur les familles fortunées de l’aristocratie et de la bourgeoisie ancienne depuis une dizaine d’années, après avoir travaillé sur la ségrégation spatiale, la déqualification et le chômage en milieu ouvrier, les problèmes sociaux dans les grands ensembles d’habitation sociale. Ces terrains d’enquête présentaient une certaine forme de confort moral puisqu’il était toujours possible de vivre le travail comme utile aux enquêtés, ne serait-ce que pour faire connaître leurs difficultés quotidiennes. Aujourd’hui nous éprouvons un double sentiment de trahison en miroir. D’une part, nous donnons à voir un milieu social dont la fermeture et l’entre-soi sont les règles d’or. Ainsi, comme Sartre le disait en général du sociologue, nous pénétrons un milieu pour pouvoir le donner. D’autre part, nous avons parfois le sentiment de manquer à une certaine vocation de la sociologie qui serait d’analyser les problèmes sociaux afin de contribuer à leur solution. Sans doute d’abord parce que joue une autocensure imposée par le souci de ne pas griller un terrain délicat, mais aussi par respect des interviewés, parce qu’il n’y a pas d’entretien sans un minimum d’empathie. Il peut donc y avoir un certain déficit de critique sociale dans ce que nous publions. Un défaut d’implication, d’engagement qui correspond à cette ambiguïté de la relation à des sujets respectables en tant qu’objet de la recherche, et pourtant potentiellement susceptibles d’être contestés dans les fondements même de leur fortune, dans les conditions de son accumulation et de sa transmission.

3Dans ces deux dimensions interviennent les relations aux enquêtés et les relations aux collègues. Les affects qui entrent en jeu sont contradictoires, difficiles à expliciter et à contrôler. La sociologie des familles qui cumulent toutes les formes de capitaux est sans doute l’un des meilleurs révélateurs de la complexité des rapports du sociologue à son objet, c’est-à-dire à des agents sociaux qui ne lui sont jamais indifférents, mais qui, dans le cas considéré, cristallisent des tensions qui, en d’autres milieux sociaux, peuvent rester latentes et ne guère se manifester. Il en résulte un malaise déontologique, et donc chronique, tant que l’on travaille sur ces catégories sociales privilégiées, qui naît de la position objective dans laquelle se trouve le chercheur, demandeur de contacts et d’informations pour une part, volontiers dénonciateur de ce qu’il découvre d’autre part.

Une relation enchantée avec les enquêtés ?

4L’entretien biographique et les observations de type ethnologique impliquent le chercheur dans une relation personnelle avec son « objet » qui, tout à coup, redevient sujet. C’est l’objet de la recherche qui lui parle et, malgré tous les discours méthodologiques et épistémologiques sur l’objectivation, il est difficile de traiter cet objet-là comme une chose, même s’il s’agit bien en définitive d’un fait social. L’entretien est sans doute le moment de la plus forte implication du chercheur avec l’objet de sa recherche. Il n’est pas étonnant, alors, que le coût psychologique de l’entretien soit aussi élevé. Cette implication est porteuse d’une solidarité qui peut aller jusqu’à être militante si les personnes qui constituent cet objet sont les victimes d’un système social (chômeurs, immigrés,...), mais elle est surtout porteuse d’un malaise lorsque ces personnes utilisent ce système à leur profit (grands bourgeois, industriels ou rentiers,...).

5L’observation, participante ou non, des grands bourgeois dans des situations variées, dîners, cocktails, week-ends au château, grands prix hippiques ou journées de chasse à courre, exige un engagement personnel très impliquant. Mais elle donne accès à un univers autrement très fermé et, de plus, peuplé d’agents habiles à contrôler leur parole, notamment au cours des entretiens. Cette immersion dans le milieu de la grande bourgeoisie paraît incontournable pour appréhender les habitus des dominants et les techniques sociales d’inculcation qui finissent par faire vivre les privilèges comme allant de soi, comme s’il s’agissait d’avantages légitimes liés à l’excellence des personnes.

6Entretiens et observations ont été mobilisés de façon à pouvoir restituer le vécu ordinaire de grands bourgeois si persuadés d’être à leur place, c’est-à-dire dominante, que cela va de soi et qu’ils peuvent vivre dans la plus parfaite sérénité les privilèges les plus insensés, dont singulièrement ceux que leur donne l’assurance d’être ce qu’ils sont, à la place qui leur est due.

7Notre implication en milieu grand bourgeois, avec les relations empathiques nécessaires dans toute enquête, a attiré le soupçon de nombre de collègues. Ils ont estimé parfois que nous éprouvions une certaine fascination pour notre objet. Mais là encore il s’agit d’une manifestation de l’ambiguïté de la relation. Nous sommes placés devant le dilemme suivant : notre engagement intellectuel ne peut être mobilisé pour les riches et leurs privilèges mais il ne peut pas l’être non plus contre de manière ouverte et militante sous peine de perdre définitivement notre terrain d’enquête.

8Les connotations sociales et politiques des pratiques et des conditions d’existence de la grande bourgeoisie conduisent à un hiatus entre une sociologie compréhensive et une analyse socialement critique de la structure de classe et de ses inégalités.

Compréhension et explication

9Le double sentiment de malaise, envers les enquêtés et envers le milieu professionnel, pourrait trouver une issue positive, soit dans une écriture hagiographique qui viendrait atténuer ce sentiment vis-à-vis des familles de la haute société, soit dans une écriture qui manipulerait l’ironie et la dérision pour être mieux reçue par les pairs.

10La restitution que nous avons faite de la parole des aristocrates et des grands bourgeois interviewés, appuyée sur toute une série de travaux annexes, documentaires et statistiques, se veut honnête, rigoureuse, mais aussi respectueuse, bien que sans concession dans l’analyse, puisque le souci constant a été de rendre public les inégalités et les privilèges qui d’ordinaire restent cachés au plus grand nombre.

11Nous avons toujours mis en œuvre des techniques qualitatives dans le cadre d’une analyse en termes de positions dans une structure sociale. Notre démarche compréhensive a été mise au service d’une sociologie des classes sociales. Même si nous voulons bien admettre que l’homme n’est pas réductible aux seules logiques économiques, sociales et culturelles, il n’en demeure pas moins que notre travail vise à contribuer à épuiser le sens qui peut advenir de ces logiques. En tant que produit des conditions historiques qui l’ont formé, tout être humain est compréhensible, au sens où l’on peut admettre que ce qu’il est échappe pour l’essentiel à sa volonté, mais que l’on peut ainsi comprendre ce qu’il est. On peut tout expliquer, même le moins recevable au premier abord. Cela ne signifie pas que cette explication de l’inexplicable ou de l’intolérable soit une justification, une acceptation. Au contraire, comprendre est le seul moyen de lutter efficacement contre les injustices et les inégalités.

La lucidité grande bourgeoise

12Il faut souligner que, pour la grande bourgeoisie, un certain cynisme social, une lucidité relative sur la position occupée et sur les conditions qui permettent d’occuper cette position facilitent le travail de restitution des résultats de l’enquête par le chercheur. Dans le milieu grand bourgeois, la ségrégation et les stratégies d’évitement des autres groupes sociaux, la forme de condescendance de ce qui constitue le paternalisme ou encore la conscience des privilèges et de la nécessité de les transmettre aux générations futures, sont assumées. Les amis fréquentables ou pas sont nommément désignés au jeune adolescent, les tenues vestimentaires et tous les codes de la présentation de soi font explicitement partie de l’éducation. Les familles les plus dominantes, du fait même de leur position extrême dans la structure sociale, sont les plus disposées à admettre un certain nombre de dimensions de leurs façons d’être en toute lucidité. Parce que les enjeux sont importants ? Parce que le caractère minoritaire du groupe l’aide à prendre conscience de lui-même ? Toujours est-il que cette lucidité sur soi-même facilite la rédaction des résultats de la recherche sur ces catégories : la haute société se connaît suffisamment elle-même pour admettre quelques vérités à son propos, à condition qu’on les lui dise avec la courtoisie qui sied dans ce milieu.

13De sorte qu’il n’est pas étonnant que nos ouvrages sur les beaux quartiers, la chasse à courre ou sur les grandes fortunes, d’où l’ironie, le sarcasme et le jugement de valeur en général sont bannis au bénéfice du constat objectif et d’un ton neutre, soient bien reçus par le milieu lui-même. Mais cette bonne réception ne fait que confirmer aux yeux de détracteurs des recherches sur les milieux privilégiés le soupçon de complaisance, voire de compromission. Nous avons été les premiers surpris à pouvoir continuer à travailler auprès de la grande bourgeoisie alors que nous avions décrit leur ostracisme social, leur racisme de classe, les mécanismes d’une reproduction sociale qui fausse le jeu de l’égalité des chances. Mais cela tient au fait que les intéressés ont parfaitement compris toutes ces dimensions de leur existence. Alors même que les dominés vivent avec culpabilité, en faisant porter sur eux-mêmes la responsabilité de leurs échecs, scolaires en particulier, les dominants assument avec beaucoup de cynisme les privilèges qui les caractérisent et dont le moindre n’est pas d’être privilégiés de pères en fils.

Un transfert de connaissances, des beaux quartiers à un public plus large

14Il existe une méconnaissance réciproque entre les hautes classes et le reste de la société. Vivant pour l’essentiel dans leurs quartiers et dans des espaces protégés, les classes privilégiées n’ont guère de contacts avec les autres groupes sociaux. Mais réciproquement que savent ceux-ci de la vie des familles les plus éminentes, qu’ils ne font qu’entrevoir çà et là, dans la cour de l’usine, dans le couloir du siège social ou à la télévision ?

15Si nos recherches enfreignent une règle c’est celle de la discrétion dont s’entourent les classes privilégiées car elles transfèrent dans des maisons d’éditions relativement grand public, hors des beaux quartiers en tout cas, un savoir, une connaissance des modes de vie qui, en général, n’en sortent guère. Un chercheur peut-il aller plus loin dans la mise en évidence des inégalités sociales ? Il nous semble qu’une action militante trop lisible serait le meilleur moyen de « griller » un terrain qu’il nous a fallu conquérir en le payant très cher, en y consacrant plusieurs années dans des conditions souvent difficiles, dans un malaise permanent et une tension résultant des ambiguïtés de notre rapport à ce terrain.

16Les privilèges de la haute société sont vécus comme naturels par ceux qui en bénéficient, comme insupportables par ceux qui en ignoraient l’essentiel. Ainsi, le travail du sociologue, au moins en ce cas de figure, ne serait pas tant qu’il s’implique lui-même, par son engagement, par rapport à son objet. Cela, il peut d’ailleurs toujours le faire par ailleurs. Mais le travail du sociologue serait plutôt de fournir les éléments de connaissance permettant à chacun de s’impliquer dans la vie sociale et politique avec les moyens de fonder un engagement conscient de ses raisons et de ses objectifs.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search