Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Vendredi 12 juin après-midi. Séance dirigée par Jean-Daniel Candaux

Grimm et ses paperasses

Jeanne Carriat

Texte intégral

  • 1 Voici la description du manuscrit N.a.fr. 1177 dans le Catalogue général des manuscrits français, O (...)
  • 2 Maurice Tourneux, « La bibliothèque et les papiers de Grimm », Correspondance littéraire, t. XVI, p (...)
  • 3 Notes du Tableau. P (prose) ; V (vers) ; L (liste). Dans l’indication du foliotage, recto est impli (...)

1C’est en suivant la trace de Mme d’Épinay et de Grimm durant l’été 1762, que j’ai consulté la Gazette de Bourgneuf dans le manuscrit N.a.fr. 1177 de la Bibliothèque nationale1 (Quelle ne fut pas ma surprise en constatant que ce recueil était en grande partie de la main de Grimm, très proche du manuscrit N.a.fr. 1186, qui, lui, est signalé dans le Catalogue comme « correspondance de Grimm », et que connaissait Maurice Tourneux2. Nul doute qu’il s’agisse là d’un autre fragment de ces « paperasses... ne méritant aucune description » dont on ne sait où ils sont passés. Il n’est pas possible ici de donner la description minutieuse que mérite un tel manuscrit. Nous n’en retiendrons que ce qui peut éclairer la biographie de Grimm et l’élaboration de sa Correspondance littéraire3.

2En nous fiant aux changements de formats, de nature des textes, de mains et d’auteurs, nous avons divisé les 112 folios (donc 224p.) en 102 pièces, considérées ensuite comme « unités de dépouillement », quelles qu’en soient l’importance ou la longueur. Cette mise à plat est rien moins que scientifique, mais facilite l’analyse. Il ne faut pas oublier cependant qu’une unité peut être une longue pièce de vers comme l’Épître Vingtième à mon esprit, fol. 27-32v, ou une liste griffonnée à la hâte sur un papier minuscule qui a pu séjourner quelque temps dans les poches de Grimm.

Fol.

Titre ou incipit

Nature

Date

Main

Auteur

1.

1

Dresde. 1 5 Xbre 1749

lettre

1749

?

Martange ?

2

3v

Êpître au Cte de Brühl

V

?

?

Martange

3

5

« O bergers que n’ai-je avec vous.. »

V

?

?

5

4

6

« Il est une divinité... »

V

?

?

?

5

7

« Jeune Ségur. ornement de la terre... »

V

?

?

?

6

8

« Vous voilà donc la nouvelle Mandane

V

?

p

?

7

9v

« Vous aimez donc ces vieux romans »

V

?

?

?

8

10

Lettre du C. de Frise à M. de Thiard

V.P

?

Grimm

Frise

9

12

« Tout est plaisir... »

V

?

Grimm

Frise

10

13

« Dis à sa petite musette... »

V

Grimm

Frise

11

14

« Les jours se suivent mais hélas... »

V

?

?

?

12

15

« On aime une fois dans la vie... »

V

?

?

?

13

17

« Profitons des egaremens... »

V

?

Grimm

Frise

14

IX

« Tel qu’en sa course vagabonde... »

V

?

Grimm

Frise

15

19

« Pourquoi les personnages... »

P

?

Grimm

Grimm ?

16

20

Liste

L

1754

Grimm

17

20v

Liste

L

Grimm

18

21

Liste « demander »

L

1756

Grimm

19

21v

Liste « Demander » « Gotha » dates

L

1757

Grimm

20

22

« Je m’appercus bien de Kheda... »

V

?

Grimm

?

21

23

« Avons-nous vu dans aucun tems... »

P

?

Grimm

Grimm

22

23

« Toute l’Allemagne est en allarme »

P

?

Grimm

Grimm

23

24

« Imagination rapide... »

P

?

Grimm

Grimm

24

25

« Nous avons deux généraux... »

V

1757

Grimm

?

25

26

Air champêtre

V

p

Grimm

Boismorel

26

27

Épître 2oème à mon esprit

V

?

Grimm

?

27

33

Portrait de Zelis

V

?

Cop.CL

?

28

35

GAZETTE DE BOURGNEUF

Imp

1762

?

29

38

Deux anecdotes sur le roi de Prusse

P

?

?

?

30

39

Liste

L

p

Grimm

31

40

Jean Sobieski. Pologne

P

?

Grimm

Grimm

32

41

Liste « Il faut parler »

L

1760

Grimm

33

42

Liste « demander »

L

1760

Grimm

34

43

« Espèce humaine »

P

?

Grimm

Grimm ?

35

44

Silhouette de femme

Dessin

?

?

?

36

44v

Silhouette de jeune garçon

Dessin

?

?

?

37

45

« Si c’est des divinités... »

P

?

Grimm

Grimm ?

38

46

Réflexions sur l’Elocution oratoire

P

1759

?

d’Alembert

39

47

Remarques sur ce texte

P

1759

Grimm

Grimm ?

40

48

L’Ave Maria, conte

V

?

Cop.CL

?

41

50

Septième élégie d’Ovide

V

1752

Cop.CL

Ximenes

42

52

Sur Titon et l’Aurore...

V

?

?

?

43

53

« Frere Berthier... »

V

?

?

?

44

54

« Deux sortes de fautes... »

P

?

Grimm

Grimm

45

55

La Lampédouse

P

1757

?

p

46

56

« L’amour abandonne Cithere.. »

V

?

Grimm

?

47

56v

« Regardés les roses nouvelles... »

V

?

Grimm

?

48

57

«Dans les 11 et 12é siecles

P

?

Grimm

Grimm ?

49

58

« Stuart chassé par les Anglais... »

V

?

Grimm

p

50

59

« Filles qui languissez.. »

V

?

Grimm

F(rise) ?

51

60

«Ah que de nos jours la course...»

P

?

?

p

52

63

« Sadi écrivoit...»

P

?

Diderot

Diderot

53

63

« Une nuit je me rappelai... »

P

?

Diderot

Diderot

54

64v

Histoires ou fables sarrazines 1

P

?

Diderot

Diderot

55

65

Seconde fable

P

?

Diderot

Diderot

56

65v

Troisième fable. Quatrième fable

P

?

Diderot

Diderot

57

66

Cinquième fable

P

?

Diderot

Diderot

58

66

Sixième fable

P

?

Diderot

Diderot

59

67

«une nuit que sur ma paupière...»

V

1761

Diderot

Diderot

60

67

« Le fils d’Osmin...»

V

1761

Diderot

Diderot

61

68-69

Chanson dans le goût de la romance

V

1758

Diderot

Diderot

62

70

Au roi de Pologne

V

?

Cop.CL

Porquet

63

70

A Thérèse

V

?

Cop.CL

Porquet

64

70v

A Mad. de B xxx

V

?

Cop.CL

Porquet

65

7ov

A ma perruque

V

?

Cop.CL

Porquet

66

71

E pitre à M. Parmentier du Houssay

V

?

Cop.CL

de l’Isle

67

75

Liste « Sarbruck »

L

1759

Grimm

68

76

Liste « Darmstadt »

L

1759

Grimm

69

77

Liste

L

1759

Grimm

70

78

Sur la musique

P

?

Cirimm

Grimm ?

71

79

AFFICHES DE LYON

Imp.

1759

72

81

Sur les Mélanges de d’Alembert

P

1759

Grimm

Grimm ?

73

82

Lettre à M. Rousseau

P

1759

top.46

Alembert

74

84

Reflections sur les cloges acad.

P

1759

cop.46

Alembert

75

85

Elemens de philosophie

P

1759

cop .46

Alembert

76

87

Liste « liesse Darmstadt »

L

1759

Grimm

77

88

« La vérité, la vertu... »

P

1757

Grimm

Grimm

78

92

Liste du Père Je famille

L

1758

Grimm

79

93

Autre liste du Père de famille

L

1758

Grimm

80

94

Liste de numéros de loterie

L

?

Grimm

81

95

Liste Messageries, chocolat...

L

1759

Grimm

82

96

Reçu signé Chatillon

P

1758

Chatillon

83

97

« Maudite soit la philosophie... »

P*

?

?

?

84

98

« Ah que je plains le berger... »

V

?

cop CL

Épinay ?

85

99

Portrait d’un philosophe non idem.

P

?

cop.CL

?

86

101

Liste

L

1757

Grimm

87

102

Suite sur le silence

P

?

Grimm

Grimm ?

88

102v

Les fables Egyptiennes

P

?

Grimm

Grimm ?

89

103

Liste

L

1758

Grimm

90

103v

Tome II « Il ne veut pas... »

P

?

Grimm

Grimm ?

91

104

Liste « Hesse Darmstadt »

L

1757

Grimm

92

104v

Description de l’Europe illustre

P

1757

?

93

104v

Liste

L

1757

Grimm

94

105

Partition musicale « romance »

Mus.

1758

?

Grimm ?

95

106

Liste

L

1758

Grimm

96

107

« Pourquoi blâmer du faux Tibère... »

V

?

Grimm

?

97

108

Liste de tableaux

L

?

Grimm

98

109

Sur Marmontel

P

 

Grimm

Grimm

99

110

« Se ranger contre l’opprime... »

P

?

Grimm

Grimm

100.

111

« Pour ne jamais manquer de vin... »

V

?

Epinay

?

101.

112

Liste

L

1762

Grimm

Grimm

102.

112v

Liste

L

1762

Grimm

3Le tableau montre que 55 pièces sont de la main de Grimm, dix de celle de Diderot, fol. 63 à 69, une de celle de Mme d’Épinay, fol. 111, une du portier de celle-ci, 96, dix de copistes de la Correspondance littéraire, vingt-trois écritures n’étant pas encore identifiées.

4On voit que la suite chronologique n’est pas strictement suivie, mais que les dates extrêmes vont de 1749 à 1763, du moins d’après une estimation grossière.

5La nature des textes est très variée et ils se répartissent à peu près comme suit (certaines pièces en prose comportent des vers) :

37 pièces en vers

37 pièces en prose

23 listes

2 imprimés

2 croquis

1 partitition de musique

  • 4 Une seconde ATP est actuellement en cours, due à la collaboration d’Ulla Kölving et de l’auteur de (...)

6Certaines de ces pièces ont été publiées dans la Correspondance littéraire et il a été facile de les retrouver, grâce à l’Inventaire dressé, au cours d’une ATP dirigée par Jean Varloot, par Mme Kölving de l’université d’Uppsala. Cet inventaire a été traité par l’informatique et j’ai pu consulter, en avant-première, les listings déjà obtenus. Je remercie chaleureusement ici Mme Kölving4.

  • 5 Marie-Anne Bouët de Martange 17221806) - (avait reçu une compagnie dans le régiment de la Dauphine. (...)

7L’Index des œuvres insérées et l’Inventaire (chronologique) a permis ainsi de retrouver l’Épître au Comte de Brühl, fol. 3v - 4v, anonyme dans le manuscrit, mais publiée sous le nom de Martange dans la CL du 15 mars 1759, ce qui confirme la note marginale du fol. 3v : «Employé». Cette Épître étant incluse dans la lettre du 15 décembre 1749, 1 à 4v, inciterait à attribuer l’ensemble à Martange, militaire-poète5.

  • 6 Voir la présentation rapide de ces autographes dans XVIIIème siècle, 1981.
  • 7 Moulineau serait un des surnoms d’un Pictet de Genève, que Mme d’Épinay avait pu rencontrer lors de (...)

8Les pièces de Diderot se retrouvent dans la CL entre 1758 et 17616 ; les vers de l’abbé Porquet Au Roi de Pologne, 70, le 15 janvier 1763 et A Thérèse, 70 également, le 1er novembre 1763. Des vers sans titre : « Ah que je plains le pauvre Moulineau.. », sont inclus dans la CL à la date du 1er novembre 1759, sous le titre : Le cadran de l’Amour, Conte par Madame dexxx7.

  • 8 Grimm « francise » ainsi le nom d’Auguste-Henri comte de Friesen (1728-1755) dont Jean-Jacques Rous (...)
  • 9 Henri-Charles comte de Thiard (1726-1794) prit part aux campagnes de 1742 à 1761, devint lieutenant (...)
  • 10 Jochen Schlobach, Correspondance inédite, p. 233, qui par ailleurs revient sur cette amitié dans «  (...)
  • 11 Rappelons que durant l’année 1756-57 Grimm est aux armées en Allemagne, en tant que secrétaire du m (...)
  • 12 Lettre à Ximénès du 1er décembre 1752, Best. D.5092.

9Cependant de nombreuses pièces conservées par Grimm n’ont pas été apparemment, retenues pour la CL. C’est le cas pour les pièces du comte de Frise8 dont Grimm avait été le secrétaire, puis l’ami. A partir du fol. 10, c’est Grimm qui recopie les textes du comte. La lettre à M. de Thiard9 10-11, où alternent des vers et des potins de garnison, sans compter une allusion au baron blanc (peut-être le baron de Besenval qui avait déjà écrit en 1742 Les amants soldats ?) et une autre à un emprisonnement de Fréron. Les poésies des fol. 12, 13, 17, 18 sont sans doute des pièces gardées en souvenir de l’homme que Grimm à une certaine époque « aimait et honorait le plus »10 et qui devait mourir dès 1755. Elles nous montrent un militaire qui ne tarit pas sur les charmes naissants de Blot, Polignac, Flavigny, belles de l’entourage du duc d’Orléans. Nous n’avons pu déterminer de qui sont les poésies dans le goût pastoral, fol. 5 à 9v, toutes anonymes et de la même main. Une pièce très satirique sur les mérites respectifs de Richelieu et d’Estrées, 26, peut être datée de juin 175711 et ne figure pas, semble-t-il dans la CL. Pas plus que les poésies érotiques comme l’Ave Maria, 48, conte en vers assez salé. Pas plus que la Septième élégie d’Ovide, 50, de Ximenès, dont Voltaire avait accusé réception en 175212 L’acrostiche plutôt cru de M. de F. (Frise ?), 59, n’est pas repris non plus, sans doute par peur d’effaroucher les destinataires.. et c’est probablement pour la même raison qu’a été écartée de la CL, mais conservé dans le portefeuille, le poème de près de 700 vers qui s’intitule Épître à M. Parmentier du Houssay, par M. Roger de l’Isle mort depuis dix ans, 71-74, (sur deux colonnes) où l’auteur exprime du fond de sa prison une amitié brûlante qui l’accule, semble-t-il, à un suicide final...

  • 13 Journal imprimé (déjà !) par un membre de la famille Delaroche.

10Les grands morceaux de prose sont principalement un numéro des Affiches de Lyon du mercredi 9 mai 175913 où sont annoncés les Mélanges de d’Alembert, fol. 79-80v, et des copies, toutes de la même main, d’extraits de ces Mélanges, fol. 47-47v, 82-83, 84, 85, avec des notes marginales de Grimm. Au fol.47 « Ce paradoxe est des plus singulier dans la bouche d’un franç. » en face de l’arrangement harmonique des mots ; quant au passage de d’Alembert sur l’excessive confiance des législateurs envers la morale, Grimm le commente : « Jugez de mon extrême surprise », 85. Il ébauche des critiques de l’ouvrage de d’Alembert qui n’ont pour ainsi dire rien de commun avec le compte rendu qui paraîtra dans la CL du 1er décembre 1759 où les Mélanges sont d’ailleurs présentés comme ayant paru « il y a trois ou quatre mois » !

  • 14 Ces documents ont été communiqués à Anne-Marie Chouillet qui a joint une de ces listes à son Dossie (...)
  • 15 Les abonnements de Caroline von Hessen-Darmstadt et de Luise-Dorothee de Saxe-Gotha dataient de 175 (...)

11La partie qui semblait la plus révélatrice était celle des 23 listes, où certains noms sont barrés. Les listes 92 et 93 sont sans aucun doute les listes que Grimm utilisa pour le service de presse du Père de famille14. D’autres sont des listes d’ouvrages avec le nom des destinataires, abonnés à la CL : « Darmstadt » 76, et « Hesse-Darmastadt » 77v, 87, 104 ; celle de «Gotha», 19v, porte des dates barrées; la liste « Sarbruck »15, 75-75v, comprend 23 titres d’ouvrages dont 21 ont fait l’objet de comptes rendus dans la CL de l’année 1759, et il n’est pas sûr que les deux manquants ne figurent pas sous une entrée légèrement différente dans l’Index des noms dœuvres commentées actuellement à notre disposition !

12Mais ce que nous ne savons pas encore, c’est la destination de ceslistes : ont-elles été écrites avant ou après la CL ? L’une porte : « il faut parler », 41, mais d’autres : «demander», 21, 21v, 42. Dans la liste « Sarbruck » un titre est suivi de « fourni ». On remarque que plusieurs de ces listes se rapportent à des ouvrages, nous l’avons dit, dont il est question dans la CL de 1759, année où Grimm rejoint Madame d’Épinay de mars à octobre à Genève, Diderot assurant le rôle de correspondant à Paris ; il faudrait en savoir plus sur la date exacte d’expédition et de la CL et des ouvrages achetés par Grimm... Peut-être y parviendra-t-on un jour. En attendant, ces listes nous confirment que Grimm avait une double tâche : celle d’informer ses lecteurs princiers, mais aussi celle de leur fournir les ouvrages dont il parlait.

  • 16 « J’en ai débité plus de trois cents exemplaires en deux jours » aurait écrit Mme d’Épinay en févri (...)
  • 17 Le premier est extrait des paroles de Constance, IV, 3, DPV, t. X, p. 66. L’autre du Second entreti (...)

13Nous ne finirons pas sans mettre l’accent sur les éléments de ce manuscrit qui témoignent de l’amitié et de la collaboration de Grimm et de Diderot dans ces années 1757-1761. Nous avons parlé des vers et prose, 63 - 69, et des listes 92 et 93 que Grimm utilisa pour la distribution des exemplaires d’auteur du Père de famille, tout comme il avait aidé Diderot à relire les épreuves du Fils naturel, Mme d’Épinay se chargeant ensuite de la diffusion16. Un long texte de Grimm traduit toute son admiration pour Diderot; il cite à l’appui ce qu’il appelle deux « passages Diderotiques ». Ce sont deux extraits du Fils naturel et des Entretiens..., 88 - 91v17.

  • 18 La note sur Lampédouse, dans le Second entretien... (ibid., p. 105) a suscité deux articles de Guy (...)

14Le fol.55 est couvert d’une écriture hâtive et difficile à décrypter : il s’agit d’une note sur Lampédouse assez proche de la version donnée dans Dorval et moi. Guy Turbet-Delof18 pensait que cette note était de Grimm. Ce texte prouve qu’elle n’est probablement pas de lui, mais procurée par lui.

  • 19 Voir la lettre de Diderot à Sophie Volland du 19 août 1762, Corresp., G. Roth et J. Varloot, t. IV, (...)

15Enfin la Gazette de Bourgneuf qui nous avait mise sur cette piste, est intéressante à plus d’un titre. Nous y voyons la coterie holbachique en train de jouer au journalisme. Le défaut de serrage des caractères, le filigrane du papier (couramment utilisé pour la CL), les allusions plaisantes aux proches du baron, nous permettent d’imaginer un luxueux passe-temps de vacances. Bourgneuf est le nom de la propriété de Valory dont la nièce était une amie intime de Mme d’Épinay. Mlle de Valory venait chez d’Holbach, Grimm et son amie allaient à Bourgneuf la voir ; précisément en août 1762 ils y passèrent dix jours19. La Gazette est datée du 15 au 20 août. L’allusion à S.M. l’Impératrice régnante et à la révolution de Russie permet de dater de 1762 cette facétie où l’on déplore le grand deuil qu’a dû prendre’ le Quay de la Féraille depuis 1759, époque où le « charmant Réclus de Lasson » s’est retiré en Normandie. On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement entre cette plaisanterie et le début de la rédaction de la Religieuse, adressée à ce même charmant Réclus qui n’est autre que le marquis de Croismare.

16Ce manuscrit nous a donc apporté quelques éléments sur l’histoire de Grimm, ses rapports avec le comte de Frise et des militaires déjà philosophes, puis avec Diderot; nous avons entrevu le travail de Grimm entre 1754 et 1763 pour la Correspondance littéraire. Puissent d’autres approfondir ce survol rapide !

Notes

1 Voici la description du manuscrit N.a.fr. 1177 dans le Catalogue général des manuscrits français, Omont, 1899 :
« Mélanges de littérature. Poésies diverses, épîtres, chansons, contes, etc.
- Fol. 35-37 « Gazette de Bourgneuf » pamphlet imp., 3 p. in4°.
- XVIIIème siècle. Papier. 112 feuillets, montés in-4. Demi-reliure.

2 Maurice Tourneux, « La bibliothèque et les papiers de Grimm », Correspondance littéraire, t. XVI, p. 542-562.

3 Notes du Tableau. P (prose) ; V (vers) ; L (liste). Dans l’indication du foliotage, recto est implicite, seul est précisé ; v (verso). La plupart des poésies n’ayant pas de titres, on a noté ici l’incipit. La mention Cop. CL signale un copiste de la Correspondance littéraire. Cop. 46 renvoie au fol. 46 du manuscrit décrit.

4 Une seconde ATP est actuellement en cours, due à la collaboration d’Ulla Kölving et de l’auteur de ces lignes, sous la direction de Jean Varloot. Cette recherche est financée par le CNRS du côté français, Mme Kôlving bénéficiant d’une bourse du HSFR suédois. L’Inventaire déjà existant pour les années 1753-1793 sera complété pour 1794-1813. Les Index obtenus par l’informatique (CIRCE) « couvriront » donc l’ensemble de la Correspondance littéraire. Le tout fera l’objet d’une publication.

5 Marie-Anne Bouët de Martange 17221806) - (avait reçu une compagnie dans le régiment de la Dauphine. Chargé de missions auprès du roi de Pologne qui résidait alors à Dresde, il n’est pas impossible qu’il soit l’auteur de cette lettre. Le comte de Brühl était une très importante personnalité de l’entourage d’Auguste III de Pologne.

6 Voir la présentation rapide de ces autographes dans XVIIIème siècle, 1981.

7 Moulineau serait un des surnoms d’un Pictet de Genève, que Mme d’Épinay avait pu rencontrer lors de son long séjour dans cette ville, d’octobre 17 57 à septembre 1759. Sa signature habituelle dans la CL était Mmexxx (Voir Dictionnaire des journalistes de J. Sgard, article Epinay de J. Schlobach), et non Mme dexxx

8 Grimm « francise » ainsi le nom d’Auguste-Henri comte de Friesen (1728-1755) dont Jean-Jacques Rousseau parle dans ses Confessions. C’est un brillant militaire maréchal de camp à vingt ans au régiment de la Dauphine où est aussi un autre ami de Grimm : G. L. de Schonberg 1726-1796) (capitaine en second.

9 Henri-Charles comte de Thiard (1726-1794) prit part aux campagnes de 1742 à 1761, devint lieutenant-général. Des lettres de lui à Grimm ont été publiées par M. Tourneux, CL, t. XVI, p511-521.

10 Jochen Schlobach, Correspondance inédite, p. 233, qui par ailleurs revient sur cette amitié dans « Diderot und Grimms Correspondance littéraire », Wolfenbütteler Forschungen, 1980, p.47-63.

11 Rappelons que durant l’année 1756-57 Grimm est aux armées en Allemagne, en tant que secrétaire du maréchal d’Estrées. Il suivra celui-ci à Aix-la-Chapelle quand il aura été relevé par Richelieu après la bataille d’Hastenberg (26 juillet 1757). Grimm ne rentrera à Paris qu’en sept, suivant.

12 Lettre à Ximénès du 1er décembre 1752, Best. D.5092.

13 Journal imprimé (déjà !) par un membre de la famille Delaroche.

14 Ces documents ont été communiqués à Anne-Marie Chouillet qui a joint une de ces listes à son Dossier du Père de famille, à paraître.

15 Les abonnements de Caroline von Hessen-Darmstadt et de Luise-Dorothee de Saxe-Gotha dataient de 1754, celui de Sophie Erdmuthe von Nassau-Saar brücken de 1758. La guerre avait eu pour conséquence de mettre fin à l’abonnement des princes de la Prusse (Voir J. Schlobach, art. « Les premières années, Diderot, Grimm et la CL » dans les Oeuvres complètes de Diderot, éd. H. Dieckmann, J. Proust et J. Varloot, t. XIII, p. XVI-XIX (DPV).

16 « J’en ai débité plus de trois cents exemplaires en deux jours » aurait écrit Mme d’Épinay en février 1757. Voir Perey et Maugras, La jeunesse de Mme d’Épinay, p. 442.

17 Le premier est extrait des paroles de Constance, IV, 3, DPV, t. X, p. 66. L’autre du Second entretien..., ibid., p. 122.

18 La note sur Lampédouse, dans le Second entretien... (ibid., p. 105) a suscité deux articles de Guy Turbet-Delof : RHLF, janv.-mars 1964, p. 44-59 et mai-juin 1974, p.485-488. Faute de donner ici ce texte, signalons qu’il mentionne la lampe, le froment et le frère Clément, moine apostat.

19 Voir la lettre de Diderot à Sophie Volland du 19 août 1762, Corresp., G. Roth et J. Varloot, t. IV, p. 111.

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540