Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre comme on lit

 | 
Florence Godeau
, 
Sylvie Humbert-Mougin

Partie V. Lire Philippe Chardin

Lire Philippe Chardin « comme un air de musique dont on raffolera »

Élyane Dezon-Jones

Texte intégral

1Souvent, à notre époque, un « bon » critique est mauvais romancier. L’écriture de la fiction semble être la permanente tentation de celui dont le métier est, d’abord, de lire l’autre, l’écrivain qui lui fait ombre, et à qui, fatalement, il se compare au moment où il devient lui-même « la matière de [son] livre ». Passé du statut de lecteur à celui d’auteur, le critique risque alors de se transformer en être « sous influence », glaneur du texte source dont subsistent dans le sien scories et pâles imitations immédiatement repérables. Rien de tel chez Philippe Chardin. Son œuvre singulière, nourrie en filigrane de ses lectures critiques, toujours faites avec l’exactitude et la bienveillance nécessaires au comparatiste, se compose de cinq textes fictionnels un peu décalés par rapport au roman traditionnel. Y a-t-il un soupçon d’autobiographie dans son Alma mater, qui transpose à la française et tourne en dérision le roman académique anglo-saxon ? Peu importe si tel est le cas, parce que les expériences de ses personnages sont racontées sur un mode ludique qui universalise son propos. Se moquant par la satire des travers de l’université française à un moment donné de son histoire, Philippe Chardin crée des types à la Balzac sans tomber dans le piège du roman à clé. Il apparaît dans ce livre une passion pour les mots écrits comme on compose des notes de musique. Et le lien entre musique et écriture sera plus clair encore dans Soliloque pour clarinette seule, réflexion lyrique sur l’apprentissage sous toutes ses formes et à tous les âges.

2Les livres de Philippe Chardin relèvent tous, peu ou prou, du Bildungsroman, des récits d’initiation déconstruits et refaits à la manière qui lui est propre, et qui se cristallisent autour de la notion de rupture. Rupture esthétique pour son premier ouvrage, Souvenirs impies, publié aux éditions Jacqueline Chambon en 1989. Chronique d’une rupture amoureuse sous forme partiellement épistolaire dans L’Obstination, qui renouvelle de manière inquiétante le roman psychologique, en ne laissant aucune ombre sur les raisons secrètes du moindre des gestes de nos pitoyables stratégies lorsque la jalousie nous fait déraisonner ou nous transforme en petit Machiavel.

3Parce que Philippe Chardin a lu et relu Proust non comme les « profiteurs » de l’auteur de La Recherche, les « copiateurs » que dénonce Françoise dans le texte, mais en authentique disciple de l’œuvre – il nous invite à être les lecteurs de nous-mêmes, aujourd’hui. Son méchant vieux temps, publié chez Actes Sud en 2008, parle, au-delà de la génération qui eut vingt ans en 1968, à une foule de lecteurs à venir qui retrouveront dans la petite musique unique de son style leur temps perdu. Il est l’incarnation de l’idéal proustien en matière d’écrivain original, celui qui nous fait découvrir un univers de plus, chacun de ses ouvrages étant comme « un des miroirs de la vérité ». Comme pour Marcel les livres de Bergotte, ceux de Philippe Chardin font entendre, dès qu’on les ouvre, « comme un air de musique dont on raffolera ».

Auteur

Professeure émérite, Washington University

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540