Version classiqueVersion mobile

Vivre comme on lit

 | 
Florence Godeau
, 
Sylvie Humbert-Mougin

Partie V. Lire Philippe Chardin

Philippe Chardin, « l’homme affranchi de l’ordre du temps ». Lectures croisées de Chardin, Beckett, Proust

Linda Collinge-Germain

Texte intégral

1Pour conclure la préface de la réédition en 1998 de son essai Le Roman de la conscience malheureuse, publié pour la première fois en 1983, Philippe Chardin nous invite à une grande promenade ludique dans le labyrinthe de la langue française qu’il aime tant, en tissant méticuleusement et miraculeusement cette longue phrase dans laquelle, avec la modestie et l’humour qui le caractérisent, il nous met en garde contre une éventuelle « erreur de jeunesse », le malheur :

  • 1 Philippe Chardin, Le Roman de la conscience malheureuse, Svevo, Gorki, Proust, Mann, Musil, Martin (...)

J’espère qu’on voudra bien pardonner, plus de vingt ans après qu’elles ont été écrites, un certain « romantisme du malheur » perceptible dans telle ou telle page de ce livre (que j’ai commencé à rédiger à un âge où l’on croit encore volontiers que le malheur peut être élégant et donner à penser, ce qui serait de nature à offrir une consolation non négligeable, pour peu que ce fût vrai, même à celui que Kierkegaard appelle, dans le titre du passage précédemment évoqué, « Le plus malheureux »…) et me réjouis que cette nouvelle édition puisse espérer toucher, grâce au prix de vente « semi-poche » de la collection « Titre courant », un plus grand nombre de lecteurs, dont certains auraient pu hésiter auparavant à faire l’acquisition, pour environ 215 francs, d’une conscience malheureuse, alors que tant d’autres ouvrages plus guillerets leur proposaient, pour moins cher, de les aider à demeurer dans une heureuse inconscience…1 (p. ix)

2Une délectation de lecture ! Qui induit la forme ludique et le ton souriant de mon hommage à la carrière universitaire de Philippe Chardin, écrivain, dorénavant « l’homme affranchi de l’ordre du temps ».

3Je lis, tu lis, il lit, nous lisons, vous lisez, ils lisent Chardin, Beckett, Proust : les uns lisent les autres, les autres lisent les uns… (ou presque). Ils lisent ils écrivent du Beckett du Proust du Chardin. Confronter leurs œuvres, les juxtaposer avec légèreté et… sérieux (sérieusement), c’est la démarche.

41. Voici les règles du jeu : se laisser aller à la polyphonie des textes juxtaposés qui se répondent, écouter ce dialogue des œuvres entre elles, faire l’expérience de lectures croisées.

  • 2 Rien ne vous empêche d’y croire.

52. Voici ci contre les œuvres et ouvrages mis en jeu (tableau extrait du Lagarde et Michard xxe siècle2).

Événement

Auteurs

Œuvres

Critique littéraire

IIIe République

Marcel Proust

1913-1927
À la recherche du temps perdu

Samuel Beckett

1931 Proust

IVe République

Samuel Beckett

1948 Malone meurt

Ve République

Philippe Chardin

1983 Le Roman de la conscience malheureuse

Philippe Chardin

1990 L’Amour dans la haine ou la jalousie dans la littérature moderne

Edith Fournier

1990 traduction en français de Proust de Samuel Beckett

Linda Collinge, première thésarde du professeur Philippe Chardin

2000 Beckett traduit Beckett : de Malone meurt à Malone Dies, l’imaginaire en traduction, Genève, Droz, préfacé par Philippe Chardin

Philippe Chardin

2006 Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare

Philippe Chardin

2008
Le méchant vieux temps

Nathalie Degroult

2012 « Du côté de chez Philippe Chardin : entretien avec un auteur intemporel »

Post-préambule ou avant-propos

6« For the purposes of this synthesis it is convenient to adopt the inner chronology of the Proustian demonstration, and to examine in the first place that double-headed monster of damnation and salvation – Time. » (Samuel Beckett, Proust, New York, Grove Press, 1931, p. 1)

7« … pour notre analyse il convient d’adopter la chronologie interne propre à l’exposé proustien. Nous examinerons donc tout d’abord ce monstre bicéphale de damnation et de salut qu’est le Temps. » (Samuel Beckett, Proust, traduction d’Edith Fournier, p. 21)

8« Nathalie Degroult (à Philippe Chardin) : Parlons un peu d’un des thèmes majeurs de votre œuvre : « Le Temps » (Souvenirs impies 93). Il se veut omniprésent et apparaît sous toutes les formes dans les vies de vos personnages. Est-ce une de vos obsessions ?

9Philippe Chardin : Oui. » (Entretien avec Ph. Chardin, p. 366)

Début : « la damnation »… ou le temps ravageur… ou « le temps de la finitude3 »

  • 3 Nathalie Degroult, « Du côté de chez Philippe Chardin. Entretien avec un auteur intemporel », The F (...)

10Damnés… ravagés… finis… Cap au pire.

  • 4 Philippe Chardin, Le méchant vieux temps, Paris, Jacqueline Chambon, 2008, p. 18.

11« [nous] avions encore quelques années de jeunesse pour souffler avant de nous retrouver exposés aux atrocités qui sur terre punissent toujours ceux qui insistent. » (Chardin4)

  • 5 Samuel Beckett, Malone meurt, Paris, Minuit, 1951, incipit, p. 7.

12« Je serai quand même bientôt tout à fait mort enfin. » (Beckett5)

13Le méchant vieux temps ! Ce monstre de damnation…

  • 6 Philippe Chardin, Le méchant vieux temps, op. cit., p. 13.

14« Les hommes avaient un peu rapetissé. Un léger rapetissement, comme le léger raccourcissement des jours quelques semaines après un solstice de juin, pas encore dramatique mais à tous les regards perceptibles. Déjà que nous avions la malchance d’appartenir à la dernière génération au physique ingrat et démodé de “petits Français”, le peu que nous avions de taille, le temps allait nous le prendre ! » (Chardin6)

  • 7 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 80.

15« Ainsi peu à peu mon crayon raccourcit, c’est forcé, et le jour viendra où il n’en restera plus qu’un fragment si infime que je ne pourrai plus le tenir. » (Beckett7)

  • 8 Marcel Proust, Le Temps retrouvé, Paris, Flammarion, 1986, p. 347.

16« Chose curieuse, le phénomène de la vieillesse semblait, dans ses modalités, tenir compte de quelques habitudes sociales. Certains grands seigneurs mais qui avaient toujours été revêtus du plus simple alpaga, coiffés de vieux chapeaux de paille que de petits bourgeois n’auraient pas voulu porter, avaient vieilli de la même façon que les jardiniers, que les paysans au milieu desquels ils avaient vécu. Des taches brunes avaient envahi leurs joues, et leur figure avait jauni, s’était foncée comme un livre. » (Proust8)

  • 9 Philippe Chardin, Le méchant vieux temps, op. cit., p. 28.

17« Voilà qu’à présent l’âge me “déconstruit”. » (Chardin9)

  • 10 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 131.

18« Je mourrai donc de vieillesse pure et simple. » (Beckett10)

  • 11 La mise en abyme mise… en… abyme du Méchant vieux temps (op. cit., p. 43).

19Plouf ! La falaise des suicidaires se jette dans la mer.11

Milieu : le bon vieux temps universitaire

  • 12 Philippe Chardin, Le Roman de la conscience malheureuse, op. cit., p. ix.
    Je = le narrateur (malheur (...)
  • 13 Philippe Chardin, L’Amour dans la haine ou la jalousie dans la littérature moderne. Dostoïevski, Ja (...)
  • 14 Philippe Chardin, Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare, Paris, Honoré Champion, col (...)

20La conscience malheureuse12
Je
Je
          Je La jalousie I13
          Lui
          Lui
          Lui
                    La jalousie II14
                    Elle
                    Elle
                    Elle

  • 15 Philippe Chardin, Le Roman de la conscience malheureuse, op. cit., p. 309.
  • 16 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 20.
  • 17 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 172.
  • 18 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 45.
  • 19 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 31.

21« Le cercle vicieux de la conscience malheureuse. »15
« Quel ennui. »16
« Je vais quand même essayer de continuer. »17
« Et il persistait dans son erreur. »18
« Ça avance. »19

Fin : le temps du salut… ou le temps de la reconnaissance… ou le temps retrouvé… ou la happy end

22« Je jouerai une grande partie du temps, dorénavant, la plus grande partie, si je peux » (Malone meurt, p. 10)

23… à raconter des histoires, à raconter que Malone ne meurt pas à la page dix, que le temps est retrouvé ou qu’il n’est pas si irrémédiablement méchant. Je l’espère Philippe, que tu pourras jouer une grande partie du temps, manger des madeleines tous les matins au petit déjeuner, et peut-être te consacrer plus pleinement à cette « œuvre qui brille par un style d’écriture unique et par une sensibilité profondément toucha » (Nathalie Degroult, entretien avec Ph. Chardin, art. cit., p. 359).

24Une sensibilité profondément touchante, oui. Car outre son érudition et ses talents d’écrivain, Philippe Chardin se distingue par son humanité. Tu le constatais pour d’autres : « être aimé par tant de gens est une chose extraordinaire » (entretien avec Ph. Chardin, art. cit., p. 366). Le présent ouvrage témoigne que toi aussi, tu as toutes les raisons d’éprouver cette « chose extraordinaire ». Tu as tant marqué ton entourage. Maître à penser, te voilà maître du temps. Tu ne m’en voudras pas alors si je laisse à Proust le mot de la fin, le mot du commencement :

25« Une minute affranchie de l’ordre du temps a recréé en nous pour la sentir l’homme affranchi de l’ordre du temps. Et celui-là on comprend qu’il soit confiant dans sa joie, même si le simple goût d’une madeleine ne semble pas contenir logiquement les raisons de cette joie, on comprend que le mot de “mort” n’ait pas de sens pour lui ; situé hors du temps que pourrait-il craindre de l’avenir ? » (Le Temps retrouvé, p. 263)

Notes

1 Philippe Chardin, Le Roman de la conscience malheureuse, Svevo, Gorki, Proust, Mann, Musil, Martin du Gard, Broch, Roth, Aragon, Genève, Droz, 1983, éd augm., coll. « Titre courant », 1998, p. ix.

2 Rien ne vous empêche d’y croire.

3 Nathalie Degroult, « Du côté de chez Philippe Chardin. Entretien avec un auteur intemporel », The French Review, vol. 86, no 2, December 2012, p. 366.

4 Philippe Chardin, Le méchant vieux temps, Paris, Jacqueline Chambon, 2008, p. 18.

5 Samuel Beckett, Malone meurt, Paris, Minuit, 1951, incipit, p. 7.

6 Philippe Chardin, Le méchant vieux temps, op. cit., p. 13.

7 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 80.

8 Marcel Proust, Le Temps retrouvé, Paris, Flammarion, 1986, p. 347.

9 Philippe Chardin, Le méchant vieux temps, op. cit., p. 28.

10 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 131.

11 La mise en abyme mise… en… abyme du Méchant vieux temps (op. cit., p. 43).

12 Philippe Chardin, Le Roman de la conscience malheureuse, op. cit., p. ix.
Je = le narrateur (malheureux) d’À la recherche du temps perdu, à savoir « l’inénarrable
Narrateur […] du livre du Temps devenu notre Bible » selon le narrateur du Méchant vieux temps, p. 56.
Je = le narrateur (malheureux) du Méchant vieux temps.
Je = Malone, le narrateur (malheureux) de Malone meurt. Beckett, à Tom MacGreevy, en 1930 : « I am reading Schopenhauer. […] An intellectual justification of unhappiness – the greatest that has ever been attempted – is worth the examination of one who is interested in Leopardi and Proust. » (Cité dans James Knowlson, Damned to Fame, London, Bloomsbury, 1996, p. 118)

13 Philippe Chardin, L’Amour dans la haine ou la jalousie dans la littérature moderne. Dostoïevski, James, Svevo, Proust, Musil, Genève, Droz, 1990, rééd. 1996.
Lui = le jeune comte de G., alias Guido, « maître en l’art de conquérir les cœurs » dans Le méchant vieux temps, p. 53.
Lui = le comte de Forcheville dans Du côté de chez Swann.
Lui = eux, « les auteurs vraiment faciles » qui « s’en sortent très bien et sont connus », (entretien avec Ph. Chardin, art. cit., p. 361), ceux parfaitement incapables de « parler des choses de l’âme, tourner un beau compliment, faire aller sa pensée d’un sujet à l’autre avec grâce et aisance » (Le méchant vieux temps, op. cit., p. 53-54).

14 Philippe Chardin, Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare, Paris, Honoré Champion, coll. « Recherches proustiennes », 2006, chap. xiii, « Les muses dans le récit de jalousie »/
Elle = Albertine dans Marcel Proust, À la recherche du temps perdu.
Elle = Adeline dans Philippe Chardin, Le méchant vieux temps.
Elle = IsabELLE dans Philippe Chardin, L’obstination.

15 Philippe Chardin, Le Roman de la conscience malheureuse, op. cit., p. 309.

16 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 20.

17 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 172.

18 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 45.

19 Samuel Beckett, Malone meurt, op. cit., p. 31.

Auteur

Maître de conférences en études anglophones, Université d’Angers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search