Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre comme on lit

 | 
Florence Godeau
, 
Sylvie Humbert-Mougin

Partie IV. Lectures et réceptions créatrices

Emmanuel Levinas, lecteur récalcitrant de l’exégèse de Paul Claudel

Marie-Victoire Nantet

Texte intégral

  • 1 Eddy D’Aranjo, « Note d’intention ».
  • 2 Paul Claudel, Emmaüs, dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1949, t. XXIII, p. 75-432, repris d (...)
  • 3 Emmanuel Levinas, « Personnes ou Figures », Évidences, 1950, no 11 repris dans Difficile liberté, (...)

1Qu’on me pardonne une entrée en matière peu protocolaire. Le 30 avril 2014, à l’invitation de Philippe Chardin, nous assistons, lui et moi, à une étonnante représentation de L’Annonce faite à Marie dans le cadre de l’ENS, rue d’Ulm. Eddy D’Aranjo a fait le choix d’écourter le drame, le resserrant sur « l’instant où le malheur vient mettre la vie en catastrophe et interroger dans l’angoisse notre possibilité à habiter sur le même sol, désormais à jamais retourné1 ». Les personnages demeurent là où ils sont, dans le noir, avec leurs contradictions et souffrances. La perspective d’une issue dont le prix est l’acceptation du sacrifice leur est refusée. Ce faisant, le metteur en scène coupe les ailes du dramaturge. Loin de vouloir lui nuire (tant il l’admire), il agit au nom d’une résistance formulée par Emmanuel Levinas à l’égard de Claudel. Libres d’être comme ils sont, au cœur très humain de la crise, les protagonistes de L’Annonce faite à Marie échappent au projet rédempteur que l’auteur leur trame. De même le philosophe juif résiste au destin que lui prescrit le poète chrétien dans ses commentaires de la Bible, leur trésor commun. Ce destin orchestré en plus de trois cents pages, Levinas le découvre à la lecture d’Emmaüs, que Claudel publie, en 1949, chez Gallimard2. En 1950, sa réponse, qui tient en cinq pages, paraît sous le titre de « Personnes ou Figures » dans la revue Évidences3. Elles suffisent à éclairer un désaccord qui prive le poète de son magistère tout en reconnaissant son génie.

Les pèlerins d’Emmaüs

2Dans son premier état (qui date de la fin de l’année 1945) Emmaüs s’esquisse à travers une série de notes en vue d’une « Histoire du peuple d’Israël ».

  • 4 Jacques Petit, Claudel et la Bible (inventaire de l’œuvre exégétique), Archives des Lettres modern (...)

Le premier stade est la séparation. Dieu se révèle en tant que transcendant… Il arrache Abraham à ce milieu idolâtrique. Il ne lui dit pas de réformer. […]
Deuxième stade : La Circoncision. L’organe de la génération. L’instrument à créer l’ avenir.
Troisième stade : Naissance d’Isaac, fils de la promesse, né d’une femme qui en finit avec la nature. Le fils de la nature, Ismaël, est rejeté dans le désert. (Épisode. Visite de la Trinité. Melchisédech). Quatrième stade : Le sacrifice d’Abraham, le contrat. Dieu s’engage. Il donne un droit à l’homme.4

  • 5 Voir la note introductive de Michel Malicet sur Emmaüs, PB2, p. 1645.
  • 6 Emmanuel Levinas, PF, p. 187.

3Comme le rappelle Michel Malicet5, c’est la première fois que Claudel engage une réflexion d’ampleur sur le destin d’Israël, tel qu’il se donne à déchiffrer dans l’Ancien Testament. En janvier 1946, la lecture de La Vie de Ramakrishna et de La Vie de Vivekananda par Romain Rolland lui offre une première prise sur le sujet. En réponse à « ces grandes âmes [qui] par leurs propres moyens ont cherché le chemin de Dieu », le poète veut attester la vérité de la religion catholique, fondée sur l’enseignement de « Celui qui a dit : Je suis la Voie ». Fidèle à la tradition chrétienne de l’exégèse biblique, Claudel interroge l’Ancien Testament à la lumière du Nouveau. À l’origine d’Emmaüs, il y a la parole du Christ qui donne sens à un passé crypté. Claudel ne se contente pas de la commenter, il la fait revivre par sa bouche de poète, grâce au rôle de transition que lui ménage le récit de l’évangéliste Luc consacré au retour du ressuscité. « Après cela, il apparut, sous une autre forme, à deux d’entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne », écrit laconiquement saint Marc à propos du Christ croisé par deux disciples en route vers Emmaüs. Plus précis, saint Luc développe l’épisode au cours duquel tous deux confient leur peine d’avoir perdu leur Seigneur mort sur la croix à celui qui les accompagne. Cet inconnu est le Christ en qui Claudel se glisse, au seuil de son ouvrage, pour révéler aux Juifs la vérité qui leur a été annoncée et qu’ils n’ont pas entendue. « Ô hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire ? » (Luc XXIV, 25-26.) Aussi est-ce à juste titre que Levinas met en lumière « le principe profond » qui dirige l’exégèse claudélienne : « La Passion contient le sens ultime de l’humain. Des événements qui constituent ce drame émane toute intelligibilité6. » En cela Claudel poursuit l’entreprise de Pascal, qui, dans ses Pensées, relie, exemples à l’appui, les prophéties de l’Ancien Testament à leur réalisation christique.

  • 7 Classement Brunschwicg, Section X, « Les figuratifs », 642.

Preuve des deux Testaments à la fois. – Pour prouver tout d’un coup les deux, il ne faut que voir si les prophéties de l’un sont accomplies en l’autre. Pour examiner les prophéties, il faut les entendre. Car, si on croit qu’elles n’ont qu’un sens, il est sûr que le Messie ne sera point venu ; mais si elles ont deux sens, il est sûr qu’il sera venu en Jésus-Christ. Toute la question est donc de savoir si elles ont deux sens. Que l’Écriture a deux sens, que Jésus-Christ et les apôtres ont donnés, dont voici les preuves.7

4Que l’Esprit Saint inspire les Écritures et s’exprime par allégories, Claudel le sait parce qu’il le croit, ayant, coup sur coup, éprouvé sa présence et discerné son intervention divine, en ce soir de Noël 1886. C’est au retour de Notre-Dame où Dieu lui est apparu, qu’il ouvre la Bible protestante (offerte par sa sœur Camille) à deux endroits « révélateurs », se souvient le vieux poète encore ému, dans J’aime la Bible.

  • 8 Paul Claudel, J’aime la Bible (1952), dans PB2, p. 999-1000.

Le premier était ce récit d’Emmaüs dans saint Luc, quand le Seigneur, au rebours de la nuit qui monte, ouvre à ses deux compagnons palpitants les secrets de l’ancien document. Et le second, ce fut ce sublime chapitre VIII du Livre des Proverbes qui sert d’épître à la messe de l’Immaculée Conception. Ah je ne fus pas long à reconnaître dans cette radieuse figure qu’elle évoque les traits de la Mère de Dieu, en même temps qu’inséparables, ceux de l’Église et de la Sagesse créée.8

  • 9 Paul Claudel, Emmaüs, dans PB2, p. 320.

5Cinquante ans après l’événement fondateur, Claudel débute « l’Histoire du peuple d’Israël » par la mise en scène du récit selon Luc, qui réunit trois voyageurs en route vers le village d’Emmaüs. « Mais quel est donc le sujet de cette grande conversation qui n’a pas arrêté un moment depuis Jérusalem jusqu’ici9 ? » feint de se demander l’auteur qui connaît la suite. Le décor est planté, les enjeux sont posés, les rôles sont distribués. Avec Emmaüs, Claudel élargit la scène inaugurale à l’espace de la Bible entière. « Le rideau se lève sur l’histoire de la Rédemption ». À l’horizon se profile l’allégeance du peuple juif au Christ, amorcée par celle des pèlerins incrédules. Caïn, Abraham, Joseph, Moïse, David… défilent à l’appel du dramaturge. Le sens de leur mission se dévoile, en lien avec l’avènement du Messie. « Et commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait. » (Luc, XXIV, 27)

La langue de Dieu

  • 10 Paul Claudel, Sur L’Ancien Testament. Il faut rendre l’Ancien Testament au peuple chrétien (1949), (...)
  • 11 Voir Marie-Ève Benoteau, « Traduire les psaumes. Claudel et Chouraqui », Bulletin de la Société Pa (...)
  • 12 Paul Claudel, Journal, t. II 1933-1955, éd. Jacques Petit et François Varillon, Paris, Gallimard, (...)
  • 13 Paul Claudel, L’Écriture sainte, dans PB2, p. 312.
  • 14 « Dans la Bible, Être et Voir ne sont pas loin d’être synonymes. Ego, Ego Sum, Ego video, dicit Do (...)
  • 15 Paul Claudel, Une voix sur Israël, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1950.
  • 16 Emmanuel Levinas, « Une voix sur Israël », Évidences, no 18, avril 1951, repris dans Difficile lib (...)

6Emmanuel Levinas ne tient pas rigueur à Claudel de penser en chrétien. « Je n’ai certes pas cette indigne et anachronique ambition du dénigrement des dogmes », précise-t-il, cependant l’Ancien Testament « est une vieille chose à nous ». De qui Claudel le tient-il, sinon de ceux qui l’ont recueilli, édité, commenté et transmis dans l’hébreu qu’il ignore. Depuis toujours, le poète lit et commente la Bible dans la traduction de saint Jérôme : « De ce texte sacré nous avons le bonheur de posséder une transcription incomparable, sanctionnée depuis des siècles par l’autorité et par la pratique de l’Église, en qui je vois le chef-d’œuvre, le sommet, la gloire de la langue latine : je veux parler de la Vulgate10. » Son choix n’exclut pas la réflexion. Au début des années 1950, ses échanges avec André Chouraqui le prouvent11. La langue hébraïque, celle des Psaumes en particulier, attire Claudel comme l’indique cette note du Journal : « Visite de Chouraqui avec qui longue et intéressante conversation. Il me chante en hébreu les psaumes et les prophéties (Ch. LII d’Isaïe). N[ous] ne sommes pas tellement loin l’un de l’autre. À la fin de quoi n[ous] n[ous] embrassons12. » Cependant, à chacun sa langue ! Dieu sollicite en hébreu les croyants qui lui répondent dans leur idiome. Pour Claudel, ce dialogue de personne à personne est au cœur d’une relation dynamique et orientée, d’où découle sa lecture. « C’est l’Écriture qui nous interroge, et qui trouve pour chacun de nous, à travers tous les temps et toutes les générations, la question appropriée13. » Pour Levinas, les difficultés du texte exigent qu’on connaisse la langue d’origine. « La prétention d [’en] livrer le sens profond […] dans l’ignorance de son sens exact nous apparaît comme une singulière licence poétique » surtout quand Claudel tire de ses subtiles analyses grammaticales et étymologiques la confirmation du dogme14. Que la beauté de la Vulgate s’impose à un poète, ne dérange pas le philosophe, mais qu’il ne fasse pas appel, dans son interprétation, à la tradition juive, le choque. En 1951, dans son compte rendu de Une voix sur Israël15, Levinas revient sur le sujet. Énumérant les règles d’une exégèse rigoureuse dont Claudel se libère au nom de « l’esprit », il rend à « la lettre » ses prérogatives, au risque d’être taxé de pharisien (comme il le reconnaît avec humour). « Le texte biblique ne renferme pas son sens comme des symboles ou des allégories, mais comme une expression contient sa pensée16. » De ce principe découle que l’étude et ses outils sont indispensables. Claudel aurait-il consulté le Talmud qu’il aurait évité quelques erreurs. Le texte des Dix Commandements, par exemple, ne commence pas dix fois par le mot Non.

  • 17 Paul Claudel, Pour la lecture et l’étude de l’Écriture sainte [1934], dans Le Poëte et la Bible, t (...)
  • 18 « Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité. » (Je (...)

7La ligne de fracture, profonde, touche au statut que Claudel accorde à la parole de Dieu. Selon Levinas, l’idée de préfiguration (pertinente pour les prophéties), si elle est érigée en système, conduit à des interprétations hors sol. Les exemples qu’il donne – « Que les puits creusés par Isaac préparent la rencontre de la Samaritaine et de Jésus, que la lèpre de Myriam symbolise la blancheur de Marie et le buisson ardent, la couronne d’épine » – prêtent à sourire. Ils relèvent d’un procédé contre lequel la raison du philosophe s’élève. Ses objections sont sans appel. À trop prouver, Claudel ne prouve rien. Interrogeant les scènes de l’Ancien Testament à partir d’une idée préconçue, il fait en sorte qu’elles s’y ajustent jusque dans leurs moindres détails en dépit des lacunes et des incohérences du « texte réfractaire ». Au caractère sacré de « ce Verbe écrit consubstantiel au Verbe vivant17 », Levinas oppose la « dignité » d’une parole « qui reste parole », car elle ne s’est pas faite chair18.

8Cependant, le poète est plus attentif aux travaux de ses contemporains sur la Bible que ses commentaires ne le laissent croire. Non seulement il se tient informé, mais il débat et prend position, en particulier contre l’approche historiciste alors en vogue. En témoigne sa conférence de 1948 publiée sous le titre « L’Écriture sainte ». Il y récuse l’idée que la Bible serait constituée de pièces et de morceaux qu’il faudrait soumettre à l’expertise des savants de diverses disciplines.

  • 19 Paul Claudel, L’Écriture Sainte, dans PB2, p. 312.

Précisément la Bible n’est pas un amas de documents hétéroclites, c’est un édifice composé de matériaux intelligents, ou plutôt c’est un être vivant que nous voyons croître et se développer sous nos yeux, comme le gland qui sait dès le commencement qu’il sera un chêne, et qu’il ne peut pas devenir autre chose inexorablement qu’un chêne.19

La personne contre le rôle

9Les arguments intellectuels qui séparent Levinas de Claudel n’épuisent pas le sujet de leur désaccord. À la lecture d’Emmaüs le philosophe souffre d’un sentiment de rejet. Aussi belle soit-elle dans certaines de ses parties, la pièce que le poète a bâtie n’est pas pour lui. Les siens, qu’il voit évoluer sur ce vaste théâtre, sous le nom d’Abraham, de Moïse, de David, lui sont étrangers, le dramaturge ayant enrôlé tous les acteurs de l’histoire d’Israël au service du Christ. Or « l’Histoire Sainte n’est pas l’interprétation d’une pièce à thèse, fut-elle transcendante, mais l’articulation par la liberté humaine d’une vie réelle ».

10« Sommes-nous sur scène ou sommes-nous au monde ? » se demande Levinas qui pose à Claudel cette autre question : « Obéir à Dieu est-ce recevoir de lui un rôle ou un ordre ? » Elle est d’autant plus pertinente que le dramaturge y a répondu par avance, à sa façon. Au cœur de la vision claudélienne de l’homme en devenir, il y a l’idée de vocation. Elle résulte d’un accord intime entre son désir et ce à quoi il est appelé à la lumière de sa fin qui est en Dieu. Cet accord conclu, l’homme devient l’acteur de son destin au travers du rôle auquel il a consenti. C’est alors que, sur la scène du monde, il joue une partie qui abolit la frontière entre théâtre et vie.

  • 20 Paul Claudel, Mémoires improvisés recueillis par Jean Amrouche [1954], Paris, Gallimard, 2001, tre (...)

Le bon Dieu est, si vous voulez, comme une espèce d’imprésario qui se sert des passions diverses des personnages pour réaliser ses fins, pour réaliser ses buts, qui sont une œuvre dramatique réussie. C’est ce que j’ai essayé de faire par mes humbles moyens d’après ce metteur en scène supérieur.20

  • 21 Op. cit., p. 292.

11En s’exprimant ainsi dans ses Mémoires improvisés, Claudel clarifie ses drames au bénéfice de leur intention déclarée. Or entre le but divin vers lequel ils tendraient – et au travers duquel ils acquerraient leur sens – et la réalité de leur écriture, il y a une marge liée au fait que ce sont des fictions. Claudel a voulu être prêtre ; quoiqu’ayant la nostalgie d’une vocation à laquelle il s’est cru appelé, il sait qu’il ne l’est pas. À Jean Amrouche qui l’interroge sur le statut des Saints et des Anges du Soulier de satin, il répond : « On ne demande pas plus à mon spectateur la croyance à mes […] personnages surnaturels qu’un lecteur de l’Odyssée ou de l’Iliade n’a besoin de croire à Pallas ou à Jupiter21. » Artiste d’abord, l’auteur se contente de « fournir un ensemble délectable » soumis aux seules exigences de la composition.

  • 22 « Comment peut-on aimer de souffrir ? » demande Baube à Violaine dans La Jeune Fille Violaine où s (...)
  • 23 « Non impedias musicam » [1936], Paul Claudel, Les Aventures de Sophie, dans Œuvres complètes, Par (...)

12Accordons au dramaturge que, dans ses pièces profanes, il ne fait pas « métier d’apologiste ». Les personnages de l’Annonce faite à Marie, ne sont pas réductibles à des figures allégoriques au service de Dieu. Ils épousent leur rôle sans renoncer à leur humanité de personnes aux intentions obscures22. Le drame est traversé de tensions et de conflits dont la résolution n’est pas doctrinale, mais musicale. Non impedias musicam est la devise du poète23.

  • 24 Paul Claudel, « Sur quelques œuvres », dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1961, t. XVIII, p. (...)

Ce ne sont pas des manœuvres qu’il a embauchés passifs, ce sont des complices entre eux reliés par je ne sais quelle mystérieuse harmonie vitale, des personnages concertants comme les instruments d’un orchestre, qui savent mieux que moi tout à coup comment s’y prendre. Car c’est la chose à faire qui les a suscités tous ensemble, comme telle phrase provoque non seulement telle réplique, mais tel être capable de la proférer.24

  • 25 Michel Malicet, dans sa préface du Poëte et la Bible et Dominique Millet-Gérard, dans sa postface, (...)

13Par contraste, la résistance, formulée par Levinas, au rôle que l’auteur d’Emmaüs fait jouer au peuple d’Israël, pose la question du statut de l’ouvrage. Construit comme un drame dont l’enjeu, explicité par les commentaires, est l’accomplissement de la parole du Christ, il occupe un espace entre-deux. Pour les lecteurs croyants, la vérité catholique s’y exprime par tous les moyens du génie poétique, y compris ceux de la fiction ; tandis que pour les lecteurs non-croyants, la fiction poétique, rapportée à l’inconscient de l’auteur et aux structures de son imaginaire, s’y déguise en vérité25. Levinas ne s’enferme pas dans cette alternative. Il ne valide ni n’invalide l’histoire du peuple d’Israël selon Claudel. Dans le miroir qu’elle lui tend, il ne se reconnaît pas : « Nous nous méfions du théâtre, de la pétrification de nos visages, de la figure que notre personne épouse. »

La place de l’autre

  • 26 Paul Claudel, Mémoires improvisés, op. cit., p. 211-212.

14Quelle place faire à l’autre ? Claudel a éprouvé cette question de façon intime et dans la douleur pendant les treize ans (d’août 1904 à août 1917) que dura la disparition de Rosalie Vetch, son grand amour. Elle commande le portrait de Mesa dans Partage de Midi en qui le poète voit « un petit bourgeois extrêmement égoïste ». Le jeune Paul fut cet homme « extrêmement préoccupé de lui-même », à qui « il s’agissait, de gré ou de force, de donner la sensation de ce que j’appelle l’autre26 ». On reproche à Claudel ce qu’il se reproche : son manque d’attention aux êtres, hors le projet de leur possible conversion. Le contraire est vrai aussi comme le prouvent ses amitiés avec Philippe Berthelot, Darius Milhaud, Audrey Parr. Sur scène, par comparaison, le dramaturge n’exclut personne en raison de son altérité. Parole et moyens d’action sont offerts à l’athée Amalric, au voyou Louis Laine, au spéculateur Thomas Pollock, au parricide Louis de Coûfontaine, au renégat Camille, à l’exaltée Lumir, au calculateur, au sot… Nul ne cède sur son désir, pas même ceux qui y renoncent au nom de l’assentiment qu’ils ont donné à une exigence supérieure (Violaine, Sygne, Prouhèze). Les fictions claudéliennes ont pour espace de jeu l’univers entier ; tous les types humains, tous les tempéraments, toutes les ambitions, sont conviés à l’aventure. Claudel a tiré de la parabole des noces, selon saint Luc (Luc, XIV, 16-24), un oratorio dramatique intitulé Le Festin de la Sagesse, où l’on entend quelques convives rameutés de force se plaindre de leur hôte. Aux pauvres, aux estropiés, aux aveugles, aux boiteux… malmenés par les serviteurs, voici ce que le Maître du Royaume répond par la voix de La Sagesse :

  • 27 Paul Claudel, La Sagesse ou la parabole du Festin [Le Festin de la Sagesse ] dans Théâtre, éd. Did (...)

la sagesse. – Est-ce de moi que vous êtes les esclaves ?
le délégué. – Et de qui donc ?
la sagesse. – Il y a quelque chose de plus fort que le fouet qui cingle.
le délégué. – Et quoi donc ?
la sagesse, levant le doigt : Écoutez !
le délégué. – Je n’entends rien.
la sagesse. – La Musique !27

15La musique qui émane des écrits bibliques de Claudel n’échappe pas à Levinas. « Ah ! ce bruit sourd de l’Arche de Noé heurtant pour la première fois, après de longues semaines de navigation, la terre ferme au sommet de l’Ararat ! » Elle l’enchante mais ne peut l’enrôler au contraire des récalcitrants du Festin de la Sagesse. De « l’espèce de fatum sublime et sacramental où, au lieu d’être l’homme figure » Levinas se retire, avec son peuple. Sa liberté de conscience lui est trop chère ; il ne veut pas être sous la coupe d’un « Dieu metteur en scène ».

  • 28 Voir le compte rendu de Michel Cagin, Bulletin de la Société Paul Claudel, no 183, septembre 2006, (...)
  • 29 Emmanuel Levinas, « La poésie de l’impossible », Bulletin de la Société Paul Claudel, mars 1969, n(...)
  • 30 Paul Claudel, « Les Patriarches », La Figure d’Israël, « Cahiers Paul Claudel » no 7, Gallimard, 1 (...)

16Cependant, le point de vue du philosophe n’est pas arrêté. La parution, en 1968, du « Cahier Paul Claudel » no 7 sur La Figure d’Israël est un événement qui change la donne. Les contributions de Claude Vigée sur « Paul Claudel face à Israël dans la Bible et dans l’Histoire28 », et d’André Chouraqui sur « La voix de Paul Claudel sur Israël » attirent en particulier son attention. Dans l’article qu’il consacre à l’ouvrage29, Levinas réexamine l’approche de Claudel bibliste au travers des « Patriarches » qui ouvre le Cahier30. « Souverainement méprisante[s] pour les appauvrissements de sens […] de la critique historique », les belles pages offrent à leur lecteur un espace intérieur à l’Ancien Testament où il se sent à l’aise. Chez Claudel, en conclut-t-il, la vérité voilée ne s’épuise pas dans le processus rhétorique de son dévoilement. Tout n’est pas figure. L’Ancien Testament demeure, dans son épaisseur, par la grâce d’un poète qui le laisse respirer. Ses intuitions créatrices engendrent, par les effets de certains rapprochements, le monde sensible qui échappe aux historicistes soucieux d’une cohérence des Écritures qui renvoie surtout à la leur. Ce disant, Levinas, se libère, à son tour, du système de la préfiguration, duquel – en tant que juif réfractaire au destin imposé par l’exégèse chrétienne – il s’excluait, en y enfermant Claudel.

  • 31 Dans le cadre des Rencontres de Brangues de 1981 (dont le thème était : « Claudel confesseur de la (...)

17En 1981 enfin, au cours d’une méditation à haute voix sur « Claudel et Israël31 », Levinas donne à la fois raison et tort à l’exégète chrétien. Dans son ultime message sur le sujet, il dit généreusement oui au poète :

  • 32 Op. cit., p. 47.

Je n’entends pas mettre en cause la liberté de la lecture claudélienne n’obéissant qu’à l’inspiration poétique et à ses merveilleuses ressources en lui – inspiration poétique si proche, en Claudel, de l’inspiration sans adjectif. Je suis venu ici la célébrer. Je n’ignore pas les licences poétiques souverainement prises dans la traduction – littéralement inexacte – des termes et dans les étymologies ; ni de ce qu’il peut y avoir de singulier, pour un juif, dans la préférence accordée par Claudel au texte de la Vulgate par rapport au texte massorétique. Je suis persuadé que la poésie a ses raisons, même si la raison les ignore. Pour l’esprit tout est question de souffle.32

18Par un retour émouvant en faveur de « l’esprit » contre « la lettre », Levinas rejoint Claudel, s’étant persuadé que « la vision subjective du texte poétique, est, en réalité, la façon positive dont est rendu possible le verbe poétique qui est à signification inépuisable ».

  • 33 Paul Claudel, « Moab ou le recul d’Israël », quatrième chapitre de Présence et Prophétie, dans Œuv (...)

19Si, sur sa lancée, Levinas dit admirer les images concrètes du texte biblique utilisées par Claudel « pour atteindre à travers elles les formes de la vie contemporaine », il n’en reste pas moins vigilant. Ainsi s’élève-t-il contre la leçon que le commentateur tire des malédictions lancées contre Israël par le prophète Isaïe, malédictions qui préfigureraient la rupture à venir des juifs et des chrétiens33.

  • 34 Emmanuel Levinas, « Claudel et Israël », art. cit., p. 48-49.

Israël rejeté déjà par Isaïe lui-même ! Israël à l’avance damné par la prophétie ! Je pense qu’ici s’arrête la magie inconditionnelle du poétique. Les prophètes, c’est Israël ! L’essentiel d’Israël comme peuple réside dans le fait de garder précieusement comme Saintes Écritures et de revendiquer comme siens les livres qui peuvent être si sévères pour Israël. C’est dans ce paradoxe que se montre probablement par excellence l’irrésiliable alliance entre Dieu et un peuple.34

  • 35 « Dans le prolongement de ma réserve, je me permets de dire en protestant que le grand poète est i (...)

20L’honnêteté intellectuelle dont Levinas témoigne à l’égard de Claudel à travers son effort pour entrer dans la vision du poète chrétien a pour corollaire la liberté avec laquelle il exprime son refus des propositions qui le blessent35. Les deux pôles de sa réflexion offrent une alternative féconde à l’opposition, stérile, entre la vérité des commentaires exégétiques de Claudel, fondée sur leur fidélité au dogme, et leur caractère fictif.

Notes

1 Eddy D’Aranjo, « Note d’intention ».

2 Paul Claudel, Emmaüs, dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1949, t. XXIII, p. 75-432, repris dans Paul Claudel, Le Poëte et la Bible, t. II, 1945-1955, édition établie par Michel Malicet, Dominique Millet et Xavier Tilliette, Paris, Gallimard, 2004, p. 319-545 (édition utilisée ici, désormais abrégée PB2).

3 Emmanuel Levinas, « Personnes ou Figures », Évidences, 1950, no 11 repris dans Difficile liberté, Le Livre de poche, coll. « Biblio essais », p. 184-189 (désormais abrégé PF).

4 Jacques Petit, Claudel et la Bible (inventaire de l’œuvre exégétique), Archives des Lettres modernes no 196, Minard, 1981, p. 99.

5 Voir la note introductive de Michel Malicet sur Emmaüs, PB2, p. 1645.

6 Emmanuel Levinas, PF, p. 187.

7 Classement Brunschwicg, Section X, « Les figuratifs », 642.

8 Paul Claudel, J’aime la Bible (1952), dans PB2, p. 999-1000.

9 Paul Claudel, Emmaüs, dans PB2, p. 320.

10 Paul Claudel, Sur L’Ancien Testament. Il faut rendre l’Ancien Testament au peuple chrétien (1949), dans PB2, p. 563.

11 Voir Marie-Ève Benoteau, « Traduire les psaumes. Claudel et Chouraqui », Bulletin de la Société Paul Claudel, no 197, mars 2010, p. 26-35.

12 Paul Claudel, Journal, t. II 1933-1955, éd. Jacques Petit et François Varillon, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 770.

13 Paul Claudel, L’Écriture sainte, dans PB2, p. 312.

14 « Dans la Bible, Être et Voir ne sont pas loin d’être synonymes. Ego, Ego Sum, Ego video, dicit Dominus, lisons-nous dans Jérémie (VII, 11). Mais personne n’est capable de voir Dieu excepté ce Fils unique qui est dans le sein du Père et qui Le raconte. » (Paul Claudel, Emmaüs, dans PB2, p. 407)

15 Paul Claudel, Une voix sur Israël, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1950.

16 Emmanuel Levinas, « Une voix sur Israël », Évidences, no 18, avril 1951, repris dans Difficile liberté, op. cit., p. 190-195.

17 Paul Claudel, Pour la lecture et l’étude de l’Écriture sainte [1934], dans Le Poëte et la Bible, t. 1, 1910-1946, édition établie par Michel Malicet, Dominique Millet et Xavier Tilliette, Paris, Gallimard, 1998, p. 453.

18 « Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité. » (Jean, I, 14)

19 Paul Claudel, L’Écriture Sainte, dans PB2, p. 312.

20 Paul Claudel, Mémoires improvisés recueillis par Jean Amrouche [1954], Paris, Gallimard, 2001, trente-neuvième entretien, p. 321-322.

21 Op. cit., p. 292.

22 « Comment peut-on aimer de souffrir ? » demande Baube à Violaine dans La Jeune Fille Violaine où s’ébauche le sacrifice de l’héroïne, ouvrant ainsi une perspective sur son inconscient.

23 « Non impedias musicam » [1936], Paul Claudel, Les Aventures de Sophie, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1962, t. XIX p. 169-177.

24 Paul Claudel, « Sur quelques œuvres », dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1961, t. XVIII, p. 353-354.

25 Michel Malicet, dans sa préface du Poëte et la Bible et Dominique Millet-Gérard, dans sa postface, développent, chacun, un des deux points de vue.

26 Paul Claudel, Mémoires improvisés, op. cit., p. 211-212.

27 Paul Claudel, La Sagesse ou la parabole du Festin [Le Festin de la Sagesse ] dans Théâtre, éd. Didier Alexandre et Michel Autrand, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2011, t. II, p. 641.

28 Voir le compte rendu de Michel Cagin, Bulletin de la Société Paul Claudel, no 183, septembre 2006, p. 37-40.

29 Emmanuel Levinas, « La poésie de l’impossible », Bulletin de la Société Paul Claudel, mars 1969, no 33, repris dans Difficile liberté, op. cit., p. 196-204.

30 Paul Claudel, « Les Patriarches », La Figure d’Israël, « Cahiers Paul Claudel » no 7, Gallimard, 1968, p. 35-47.

31 Dans le cadre des Rencontres de Brangues de 1981 (dont le thème était : « Claudel confesseur de la foi ») Levinas a pris la parole. Son intervention est parue dans le Bulletin de la Société Paul Claudel, no 83, troisième trimestre 1981, p. 46-49, sous le titre « Claudel et Israël ».

32 Op. cit., p. 47.

33 Paul Claudel, « Moab ou le recul d’Israël », quatrième chapitre de Présence et Prophétie, dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1963, t. XX, p. 322-368.

34 Emmanuel Levinas, « Claudel et Israël », art. cit., p. 48-49.

35 « Dans le prolongement de ma réserve, je me permets de dire en protestant que le grand poète est injuste pour le Talmud sans lequel cependant il n’y aurait ni juifs ni judaïsme. Le Talmud est pour les juifs l’accès même aux Écritures, alors que, pour Claudel, il est la déchéance ou la pétrification du judaïsme. Blessure profonde pour la sensibilité juive ! » (Ibid., p. 49.) Pour une perspective plus large sur Paul Claudel et la question juive, voir l’ouvrage de Michaël de Saint-Chéron, Les Écrivains français face à l’antisémitisme. De Bloy à Semprún, Paris, Éditions Salvador, 2015.

Auteur

Université de Reims, mandataire de l’œuvre de Paul Claudel

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540