Version classiqueVersion mobile

Vivre comme on lit

 | 
Florence Godeau
, 
Sylvie Humbert-Mougin

Partie IV. Lectures et réceptions créatrices

Un livre et la destinée. Sur les traductions et retraductions des Affinités électives de Goethe (2e partie, chapitre 13)

Bernard Banoun

Texte intégral

1La Weltliteratur compte des pages célèbres où l’acte de lecture est représenté, crucial et fatal, dans l’intrigue, sur le plan symbolique ou dans un dessein spirituel : interrompant la lecture et la poursuivant, le baiser de Francesca et Paolo à la fin du chant V d’Inferno de Dante ; la scène où Heinrich von Ofterdingen découvre un livre écrit en provençal qui illustre sa propre vie, y compris les épisodes à venir mais sans en dévoiler la conclusion, à la fin du chapitre 5 de la première partie du roman de Novalis. Ou encore la fin du chapitre 13 de la seconde partie des Wahlverwandtschaften (1809) de Goethe : Ottilie est plongée dans un livre qui est « de ceux qui attirent les âmes tendres et ne les lâchent plus » ; après le baiser, le premier, échangé avec Édouard, Ottilie laisse tomber à l’eau le livre et l’enfant dont elle a la garde, qui meurt noyé.

  • 1 Bernard Simeone, Écrire, traduire, en métamorphose. L’atelier infini, Lagrasse, Verdier, 2014, p.  (...)
  • 2 Antoine Berman, « La retraduction comme espace de traduction », dans Palimpsestes 4 (1990), p. 5 : (...)
  • 3 Parmi les travaux allant dans ce sens, on mentionnera notamment : Peter Utz, Anders gesagt – autre (...)

2C’est ce passage que je me propose de lire ici, non pas directement de l’allemand, mais dans le contexte et par la comparaison des traductions et retraductions du roman. Comme l’écrit Bernard Simeone, « la lecture traductrice est différente1 » ; elle a sa temporalité propre ; acte interprétatif, elle plonge dans le texte comme pas une autre lecture tout en l’éclairant à distance par la langue étrangère qui, avec ses possibilités et ses contraintes, se fait pierre de touche du texte à traduire. L’objet de cette étude est double : il s’agit d’une part de lire côte à côte des traductions s’échelonnant sur une durée de deux siècles, en retraductions successives ou contemporaines l’une de l’autre ; cela conduira, en toute admiration pour l’œuvre d’Antoine Berman, à nuancer ses vues stimulantes sur la retraduction, assez rigides ou ne s’appliquant qu’à un nombre restreint de textes2 ; d’autre part, il s’agit de tirer profit des traductions pour une lecture enrichie du roman goethéen ; si la traduction d’un grand texte est indissociable d’une herméneutique de ce texte, la lecture de ses traductions peut, à un autre niveau, susciter l’interprétation et être elle aussi productive de sens3 ; le roman de Goethe, et en particulier ce passage, ayant donné lieu à de nombreux commentaires, l’étude s’appuiera aussi sur quelques-uns d’entre eux : ceux de Walter Benjamin, Joseph-François Angelloz, Henning Brinkmann, Käte Hamburger, Stéphane Mosès.

  • 4 Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995, p. 76 sqq.
  • 5 Op. cit., p. 66 sqq.

3Je procéderai en deux temps : la première partie tentera un recensement des traductions accessibles de ce roman et commentera les propos tenus par les traducteurs, qui contribuent à reconstituer ce que Berman appelle « projet de traduction4 » ; la deuxième partie, portant sur le seul chapitre 11, 13, relèvera quelques choix de traduction et comparera certaines « zones signifiantes », selon la méthode préconisée par Berman5 : en l’occurrence le va-et-vient entre prétérit et présent ainsi que le vocabulaire d’une phrase clé du roman.

Traductions et retraductions des wahlverwandtschaften (1810-2010)

  • 6 Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires entre la France et l’Allemagne, Paris, Fischbac (...)
  • 7 Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires…, op. cit., p. 126-127. On verra plus loin ce q (...)

4Le juriste, écrivain et historien de la littérature Virgile Rossel, dans son instructif panorama des relations littéraires entre France et Allemagne dressé en 1897, consacre quelques pages aux romans de Goethe ; attentif dans cet ouvrage à la présence et au rôle des traductions, il note : « Les romans de Goethe, Werther excepté, n’enchantèrent point la France. On les traduisit si mal, d’abord ; on les jugea si peu composés et si longs6. » Il poursuit en soulignant combien les Affinités, dont il évoque quatre traductions, ont été diversement appréciées : « Qu’en fut-il des Affinités électives, un acte de contrition de l’auteur de Werther et du premier Faust ? Goethe avait résolu d’y élever un autel, un peu massif et assez étrange, au triomphe du devoir sur la passion, ou, pour citer de nouveau J.-J. Weiss, “de la vertue réfléchie sur les emportements de la sensibilité”. Le Prince de Ligne a épuisé le vocabulaire de l’admiration à propos de ce livre : “Quel chef-d’œuvre, même en français, que les tablettes d’Ottilie ! et que de profondeur, d’attachant et d’imprévu dans cet ouvrage, où il y a la plus grande supériorité sur ceux des autres nations !” Mérimée prit exactement la contrepartie de ce dithyrambe et vit dans les Affinités ce que Goethe avait fait “de plus bizarre et de plus anti-français”. […] Ce roman reçut en France un accueil assez froid, auquel contribuèrent sans doute les traductions très insuffisantes de Breton (Ottilie ou le pouvoir de la sympathie, 1810), de Raymond (Affinités électives, 1810), et de Mme de Carlowitz (1844) ; une traduction, plus récente, de Camille Selden n’a pas eu beaucoup plus de succès, bien qu’elle fût très littéraire et très fidèle7. »

5Rossel cite ici quatre traductions pour le seul xixe siècle ; entre la parution du roman et nos jours, on peut en dénombrer neuf, dont une supplémentaire au xixe siècle et une inédite au xxie siècle. Malgré l’accueil controversé, ce roman fut donc beaucoup traduit et retraduit : deux fois immédiatement après sa parution, puis régulièrement au cours des deux siècles suivants.

Tableau synoptique des traductions des Wahlverwandtschaften.

Date

Traducteur

Titre français

Éditeur

Péritextes des traducteurs

1810

Traduction collective1

Les Affinités électives, roman de Goethe, Auteur de Werther, etc.

S.C. L’Huillier, 3 tomes.

Ø

1810

Jean-Baptiste-Joseph Breton de La Martinière (1777-1852)2

Ottilie ou le Pouvoir de la sympathie

Vve Le Petit, 2 tomes.

Préface du traducteur (tome i), Remarques du traducteur (tome ii) et Notes.

1844

Aloïse[-Christine, baronne] de Carlowitz (1797-1863)3

Les Affinités électives, suivies d’un choix de pensées

Charpentier (réédition au xxe siècle)

Ø

1860

(Jean-) Jacques Porchat(-Bressenel) (1800-1864)4

Les Affinités électives

Tome 5 (portant pour année d’édition : 1861), p. 335-5855. Fréquentes rééditions jusqu’au xxie siècle.

Quelques notes.

1872

Camille Selden (1825 ou 1830-1896)6

Idem

Charpentier

Avant-propos de la traductrice.

1942

Joseph-François Angelloz (1893-1978)7

Idem

Aubier-Montaigne, rééd. bilingue Aubier-Flammarion 1968

Avec Avant-propos, Introduction et Notes dans l’édition de 1968 utilisée ici.

1954

Pierre du Colombier (1889-1975)

Idem

In Goethe, Romans, éd. Bernard Groethuysen, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 123-361.

Avec Introduction et Notes.

2009

Jean-Jacques Pollet (1949)

Idem

GF (Garnier-Flammarion, collection de poche)

Avec Introduction et Notes par Roland Krebs (deux notes du traducteur).

2010

Claire Placial (1981)

Idem

Traduction inédite8

Commentaire sur le blog de la traductrice.

1 Cf. citation précédente, où Rossel attribue cette traduction à un dénommé Raymond, nom qui n’apparaît nulle part ailleurs à notre connaissance.
2 Voir Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat (éd.), Histoire des traductions en langue française xviie-xviiie siècles, Lagrasse, Verdier, 2014, passim. Référence désormais abrégée HTLF xviie-xviiie siècles.
3 Sur Carlowitz, voir le portrait dans Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez (éd.), Histoire des traductions en langue française. xixe siècle, Lagrasse, Verdier, 2012, p. 841-842.
4 Sur Jean-Jacques Porchat-Bressenel, professeur de droit, fabuliste, homme politique et traducteur, voir notamment la notice de Daniel Magetti dans le Dictionnaire historique de la Suisse [http://www.hls-dhs-dss.ch/​textes/​f/​F15959.php (consulté le 14/12/ 2014)].
5 Dans Œuvres de Goethe, 10 vol., Paris, Hachette, 1860-1863. Le volume 5 comprend aussi Hermann et Dorothée, Achilléide, Le Roman du Renard et Les Souffrances du jeune Werther. Édition consultée : 1883.
6 Sur Camille Selden, voir Jean Wright, Camille Selden, sa vie, son œuvre. Un intermédiaire entre l’esprit germanique et l’esprit français sous le Second Empire, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de la Revue de Littérature comparée », 1931.
7 Sur Angelloz, voir la notice très informée (rédigée par Alexis Tautou) [ https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Joseph-Fran%C3%A7ois_Angelloz (consulté le 14/12/2014)], ainsi que la thèse d’Alexis Tautou (note infra).
8 Je remercie Claire Placial d’avoir mis à ma disposition sa traduction inédite.

6Les traductions et leurs auteurs, on le voit, sont bien documentés. Fait important en matière de retraductions : plusieurs des péritextes renvoient à une ou des traductions antérieures. Ainsi, si les deux premières traductions, publiées l’année suivant la publication en allemand, paraissent avec un décalage de quelques mois seulement, la première fait l’objet de commentaires par l’auteur de la deuxième, qui est ainsi une retraduction à très brève échéance, comme le révèle Breton dans sa Préface où il fait allusion à ses « rivaux ».

7La première traduction parut chez L’Huillier sans nom de traducteur en 1810 sous le titre Les Affinités électives (titre qui s’imposa et que Breton fut seul à modifier). Cette traduction renonce à la construction de l’original en deux livres symétriques de dix-huit chapitres chacun : les chapitres y sont numérotés en continu et leur nombre est réduit à trente-quatre (le passage commenté ci-après, ii, 13 dans l’original, est ici le chapitre xxix).

  • 8 Nous reprenons, sans ajouter à chaque fois sic !, l’orthographe de l’édition de 1810.
  • 9 Voir HTLF xviie-xviiie siècles, p. 1181.
  • 10 Breton écrit dans sa Préface qu’on peut se dispenser de lire ces « observations et maximes détaché (...)

8Chez Breton aussi, la structure du livre est tout autre que dans l’original : le tome 1 compte quatorze chapitres, le tome 2 quinze. Le traducteur s’autorise une réorganisation du roman : ainsi, le chapitre ier du tome 2 est intitulé « Fragmens8 du journal d’Ottilie » et commence par l’évocation du « fil rouge » qu’il fait suivre de pages du journal rassemblées à partir de celles qui, dans l’original, se trouvent en 11, 2, mais aussi en 11, 3, 11, 4, 11, 5 et 11, 79. Néanmoins, cette dissymétrie est partiellement compensée du fait que le « chapitre xv et dernier » est sous-titré « second extrait du journal d’Ottilie » et reprend tous les extraits du journal de 11, 9 ainsi qu’une partie des extraits précédents. Le roman repose donc bien sur une symétrie de deux fois quatorze chapitres principaux ; à cela s’ajoute que le tome ii établit une nouvelle symétrie des chapitres i et xv, tous deux consacrés au journal d’Ottilie10. Enfin, chaque chapitre est pourvu d’un titre : le chapitre ii, 13 de l’original se trouve être ici le chapitre 7 du tome second et porte le titre « L’accident – L’entrevue » ; l’intrigue, dramatisée, l’emporte sur les passages de réflexion et sur les digressions critiquées par le traducteur.

  • 11 Breton relève plusieurs fois dans sa Préface que la première traduction est mauvaise parce qu’elle (...)
  • 12 Comme l’indique le chapitre « Sciences et arts » d’HTLF xviie-xviiie siècles (p. 613), le terme «  (...)

9Breton ouvre le tome 1 par une Préface du traducteur et clôt le tome 2 par des Remarques du traducteur. Dans sa Préface, il insiste sur la nécessité de s’éloigner sensiblement de l’original : d’une part car « le génie de la langue allemande est si différent de celui de notre idiôme, il est souvent si opposé » (ii) que le travail de transposition demande du temps11, d’autre part car ce roman est particulier : « c’eût été rendre à M. Goethe un très mauvais service, que de publier en France une traduction littérale de ce nouveau roman » (ii-iii), ajoutant que « le titre emprunté de la chimie (les Affinités électives) suffisait tout seul à effaroucher les lecteurs12 » (iii) à quoi s’ajouteraient un excès de description et d’autres discussions « d’un mortel ennui pour nous » (iii), et il poursuit : « tout cela n’était-il pas fait pour ouvrir un vaste champ aux détracteurs de la littérature allemande ? » (iv) ; le traducteur évoque « les situations les plus intéressantes noyées dans un verbiage insipide » (iv), le « fatras » où loge « une intrigue conduite d’ailleurs avec art, et d’après un plan absolument neuf » (iv).

10Breton ne livre pas le détail de tous les remaniements qu’il opère ; cependant, il modifie ouvertement l’original en commentant certaines modifications ; ainsi explique-t-il en note son choix de traduction à propos du verre gravé des initiales E-O dans lesquelles Édouard voit la sienne et celle d’Ottilie : « Cette histoire de verre jeté en l’air et miraculeusement sauvé, est répétée trois fois dans le cours de l’ouvrage, et presque dans les mêmes termes. J’ai pensé que c’était bien assez de l’insérer une fois dans ma traduction ; il était impossible, comme on va le voir, de la supprimer entièrement. (Note du Traducteur). » (84)

11Breton se présente comme un retraducteur malgré lui : il aurait fait annoncer sa traduction dès le 3 février 1810 dans le Journal de Paris (ii) ; ayant appris peu après qu’une autre traduction par « des concurrents plus expéditifs » (iii) allait paraître, il faillit, raconte-t-il, renoncer à cette tâche, mais les choses se passèrent autrement : « La publication de la traduction de mes rivaux m’a rendu tout mon courage. Non seulement on y a conservé les incohérences, les monstruosités de l’original ; mais dans cette version prétendue mot à mot, on a accumulé une multitude de contresens et de choses que M. Goethe n’a jamais dites ni pu dire. » (v, vj) Sa traduction, qui aurait pu être la première, devient ainsi par la force des choses un correctif, la première fourmillant d’erreurs. Breton cite ainsi ce passage (fin de ii, 11 dans l’original) : « Ottilie continuait de porter l’enfant à l’air. […] L’enfant sur les bras, le livre à la main, elle se procurait ainsi une vraie panserose (i). » (vi, vij) Le (i) renvoie à une note : « Le [premier] traducteur n’a pas fait attention que le mot penserosa est tiré de l’italien et signifie penseuse. N’ayant point compris ce passage, il a voulu apparemment prendre sa revanche sur le bénévole lecteur en créant un mot et une phrase inintelligible. » (vij) Breton revient à la charge dans le passage concerné ; lui-même traduit par « une jolie penseuse » et explique en note : « Il y a dans le texte : so bildete sie eine gar anmuthige penserosa [Breton omet la majuscule]. Je crois que c’est une allusion à quelque belle estampe intitulée La Penseuse, et qui se débite en Allemagne. J’ai dit, dans la Préface, de quelle manière étrange on a rendu cette phrase dans une autre traduction qui vient de paraître, et que j’ai en ce moment sous les yeux. (Note du Traducteur). » (79) Note intéressante : d’une part car le traducteur justifie son choix, d’autre part car il cite la phrase allemande, ce qui n’est pas courant.

12Cette deuxième traduction se présente somme toute d’une manière assez paradoxale : le traducteur devenu retraducteur traduit contre la première traduction, au sens bermanien, mais dans une extrême proximité temporelle et sa retraduction n’est pas faite vraiment au nom d’une plus grande littéralité. Si Breton corrige et revendique une sorte de plus grande proximité avec l’original, il adapte aussi au goût français : « Des suppressions, des changements étaient donc rigoureusement nécessaires ; mais il fallait les faire avec discernement, avec goût, et ces retranchements entraînaient plus de tems qu’une version sèche et littérale » (iv). Breton ne justifie pas son parti pris de traduction par des stéréotypes nationaux tels que le fouillis germanique et la clarté française ; au contraire, il estime que le roman gagnerait aussi dans l’original à être refondu ; il va jusqu’à écrire, à propos des modifications importantes apportées par sa traduction : « Pourquoi blâmerait-on cette hardiesse d’un traducteur ? M. Goethe, revoyant de sang-froid son ouvrage, et en publiant une nouvelle édition, ne fera-t-il pas des corrections du même genre ? Ne profitera-t-il point des critiques que les littérateurs de sa nation eux-mêmes n’ont pas craint de lui adresser ? » (ix, x) Breton est donc au fait des polémiques qui ont suivi la publication du roman dans l’espace germanophone et il entame un dialogue européen, en tout cas transnational, avec l’original. Si l’on passe sur cette manière un rien maître d’école de corriger Goethe, il faut reconnaître que l’argumentation n’est pas conventionnelle puisque Breton prône un possible effet de sa traduction sur l’original allemand qui bénéficierait du passage par la langue étrangère. Les Remarques du traducteur, elles, sont moins imprévues : « On en a donné à Cologne [de Wilhelm Meisters Lehrjahre], il y a huit ou dix ans, une traduction médiocre, dans laquelle on a conservé toutes les longueurs, toutes les divagations de l’original. J’avoue que c’est le sort de Wilhelm Meister qui m’a particulièrement encouragé à faire des coupures dans les affinités électives [sans majuscule], à en élaguer tout ce que réprouve le goût français, d’accord, peut-être, en cela avec le goût universel. » (242) Justification plus banale donc, mais relativisée puisque l’universalité du goût français n’y est pas affirmée péremptoirement (« peut-être »). Breton reprend juste après le stéréotype de l’œuvre allemande disparate : « La plupart des romans et des drames allemands sont comme les rayons de miel dérobés à l’abeille industrieuse, dont il faut reprobare malum et eligere bonum. » (244) C’est pourquoi, dit-il en incitant à comparer avec la traduction précédente, il n’a supprimé « que ce qui nuisait à l’action principale » (244). Cela le conduit à se poser la question de l’autorité du traducteur : « J’ai donc cru pouvoir braver les scrupules qu’ont cherché à m’inspirer quelques personnes en apprenant la manière dont je me proposais de traduire Ottilie. Elles m’ont représenté qu’il n’était pas permis de mutiler l’ouvrage d’un auteur qui marquait à la tête de la littérature de sa nation, que cette licence n’était excusable que quand elle était exercée sur un auteur obscur. » (243-244)

13Les trois traducteurs suivants, Carlowitz, Selden et Porchat, sont moins diserts : chez Carlowitz, deux notes dont l’une sur une référence vétérotestamentaire et l’autre indiquant qu’un mot est en français dans l’original, ainsi qu’un mot laissé en allemand entre parenthèses dans le chapitre I, 4 ; chez Selden, un Avant-propos qui insiste sur le caractère disparate de ce « livre charmant et dangereux » (iii) et sur des stéréotypes nationaux, une note au tout début du second livre ; chez Porchat, quelques notes seulement.

  • 13 Alexis Tautou, Histoire des (re-)traductions et des (re-)traducteurs de la poésie de Rainer Maria (...)
  • 14 Johann Peter Eckermann, Gespräche mit Goethe in den letzten Jahren seines Lebens, hg. Heinz Schlaf (...)

14En revanche, Joseph-François Angelloz est représentatif du traducteur interprète et commentateur. Chez lui, projet traductif et interprétation des textes sont intimement liés, comme auparavant dans sa traduction des Élégies de Rilke, qui constitue sa thèse complémentaire de doctorat13. Il traduit ce roman de Goethe en 1942 pour Aubier-Montaigne et le reprend en 1968 en édition bilingue, avec l’ajout d’un Avant-Propos : « Ce livre parut d’abord dans la collection “Les romans célèbres dans les littératures étrangères”. Il ne comportait qu’une traduction, précédée d’une assez longue introduction qui, dans notre pensée, avait pour but de mettre le lecteur profane en mesure d’apprécier un des plus beaux romans allemands ; sa lecture ne devait pas être troublée par un appareil scientifique toujours un peu encombrant. Il en va autrement pour cette “Collection Bilingue”, destinée à des germanistes ou à des lecteurs désireux de pénétrer plus avant dans une œuvre littéraire. Nous avons conservé l’introduction, qui formait un tout, et revu la traduction pour lui apporter quelques retouches, d’ailleurs peu importantes, mais nous avons ajouté des notes copieuses, ainsi qu’une bibliographie. » (Avant-Propos, p. 21) Dans son Introduction, Angelloz livre sa conception du roman, « modèle de prose classique », et cite Goethe : « Gehalt bringt die Form mit. Form ist nie ohne Gehalt » (Introduction, p. 48 : « Le contenu apporte avec lui la forme. La forme n’est jamais sans contenu », traduction B. B.), une phrase que la critique littéraire moderne ne renierait pas et que le germaniste du xxe siècle prend à son compte dans son projet de traducteur. Insistant sur l’économie du style, il note que « les images y sont rares et pourtant l’ensemble est d’un visuel et d’un imaginatif. Comme Goethe veut représenter une tragédie en mouvement, il emploie de préférence des verbes et des substantifs ; il n’utilise les adjectifs qu’avec parcimonie et sans rechercher ceux qui individualisent à l’excès. Comme il veut exposer dans un ordre logique des actes, il leur consacre les propositions principales et réserve pour les subordonnées les circonstances secondaires ou les détails. […] Enfin, pour donner plus de vivacité au récit, il emploie souvent le présent de narration. » Angelloz évoque « une beauté d’arabesque savante », une « œuvre classique et, pour ainsi dire, lisse, la création rayonnante d’une raison lucide » et la « complexité voulue et consciente, cette forme châtiée et maîtrisée » (Introduction, p. 49), toutes remarques qui d’une part développent les propos de Goethe dans sa conversation avec Eckermann du 6 mai 1827 (ce roman serait sa seule œuvre longue traversée en continu par une idée14), d’autre part forment, comme on le verra aussi plus loin, un programme de traduction fondé sur une reconnaissance à la fois du contenu spirituel et des spécificités formelles du roman.

  • 15 L’édition dans la Bibliothèque de la Pléiade n’indique pas si les notes sont de l’éditeur, Groethu (...)
  • 16 Cf. « Introduction » de Philippe Forget à sa traduction Les Passions du jeune Werther, Paris, Impr (...)

15La traduction de Pierre du Colombier publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade ne fournit guère de commentaires. On y lit : « Les deux premières traductions françaises, assez insuffisantes, des Affinités ont paru en 1810, la dernière, très fidèle, de M. Angelloz, a été publiée en 1942 (Paris, Aubier). » (136115) Les trois traductions intermédiaires du xixe siècle ne sont pas mentionnées. Ces jugements sont rapides et l’on peut en déduire que la traduction (alors récente) d’Angelloz est considérée comme satisfaisante. Retraduire ne serait donc pas une nécessité due aux défauts de ce qui existe déjà, mais signifie peut-être implicitement qu’une publication dans La Pléiade justifie une traduction nouvelle (ou présentée comme telle, puisque celle de Werther dans le même volume est un plagiat par Bernard Groethuysen de la traduction de Pierre Leroux, qui elle-même plagiait celle de Charles-Louis de Sévelinges, de 180416).

  • 17 Blog de la traductrice [https://languesdefeu.hypotheses.org/229 (consulté le 21/01/2016)]. Sont pu (...)

16Quant à l’auteur de la dernière traduction publiée à ce jour, le germaniste Jean-Jacques Pollet, il ne s’exprime pas sur la traduction, à une exception près sur laquelle nous reviendrons. Enfin, la dernière traductrice en date, Claire Placial, note sur son blog à propos de sa traduction inédite : « J’ai commencé à traduire dans le cadre de ma maîtrise de littérature comparée, qui était consacrée à la construction du décor de roman dans les Affinités électives de Goethe. Je ne trouvais pas à mon goût la traduction publiée chez Folio – une traduction de Pierre du Colombier datant des années 1930 – et ai retraduit les passages que je commentais. Je me suis prise au jeu, et parallèlement à ma thèse, j’ai retraduit l’ensemble du roman. Cette traduction n’a pas été publiée à ce jour, notamment parce qu’entre-temps a paru chez GF une très bonne traduction de Jean-Jacques Pollet, et que les traductions des Affinités sont tout de même assez nombreuses. […] La publication d’une traduction des Affinités électives chez un éditeur à large distribution comme GF rend difficile la publication à quelques années d’intervalle d’une autre traduction, à moins qu’alors la publication seconde se distingue fortement de la première – on peut imaginer une édition bilingue, une édition augmentée d’un dossier inédit et conséquent, une édition critique, etc.17. » L’impulsion de retraduire vient donc de l’insatisfaction procurée par la version la plus répandue. Avec les moyens techniques dont on dispose, et l’œuvre étant dans le domaine public, on pourrait imaginer que cette traduction de Claire Placial soit accessible en ligne et c’est aussi à ce titre que nous la prenons en considération.

  • 18 Selden retraduit pour le même éditeur que Carlowitz, et si l’on en croit la liste des « Œuvres de (...)

17Les neuf traductions disponibles du roman de Goethe constituent donc une part de l’histoire des traductions : on note, sans forcément pouvoir les expliquer, que plusieurs traductions sont réalisées à des moments proches (les deux premières en 1810, les deux dernières autour de 2010) mais que l’ensemble des traductions s’échelonne sur les deux siècles avec des intervalles de trente, quarante ou cinquante ans qui pourraient correspondre aux échéances du retraduire, ce que confirmerait dans plusieurs cas la formulation explicite que la traduction donnée est une retraduction18. Mais par ailleurs, comme on le verra maintenant, il peut y avoir distorsion entre le propos du traducteur et le texte proposé, et, qui plus est, on ne saurait décrire toujours la succession des traductions en termes de progrès ni de correction de la traduction ou des traductions précédentes.

Zones signifiantes et projet de traducteur : IIe partie, chapitre 13

  • 19 Pour les choix dans les deux premières traductions des Affinités, voir HTLF xviie-xviiie siècles, (...)
  • 20 Ainsi « Kind und Buch », « enfant et livre » (« Das Ruder entfährt ihr nach der einen Seite und, w (...)
  • 21 Ainsi dans les phrases suivantes : « Sie reißt ihren Busen auf und zeigt ihn zum erstenmal dem fre (...)

18Analyser les neuf traductions dans leur ensemble serait un travail colossal, dont il n’est d’ailleurs pas sûr qu’il serait plus efficace et instructif qu’un travail sur les zones signifiantes, choisies à partir de la lecture de l’original ou qui se révèlent dans la confrontation entre traductions et original ou entre les traductions. Certains aspects seraient pertinents pour l’étude des traductions de tout roman (la traduction des noms et prénoms, par exemple19) ; d’autres seraient spécifiques au roman de Goethe (expressions binaires20 ; adjectifs substantivés21). Nous nous concentrerons ici sur deux points de traduction soulevés par le chapitre ii, 13 : l’alternance très libre du prétérit et du présent ; une phrase mettant en jeu l’interprétation du roman tout entier. Resituons rapidement, tout d’abord, le passage : le fils de Charlotte et d’Édouard, né d’un « adultère mental » (au moment de la conception, elle et lui pensent respectivement au major et à Ottilie auxquels les relient les vraies affinités électives), est confié aux soins d’Ottilie. Édouard revient de la guerre après une longue absence, avec le projet de divorcer de Charlotte et de partir avec Ottilie, sans l’enfant. Sur la rive du lac, il trouve Ottilie avec l’enfant et lui annonce son projet. Ils échangent leur premier et unique baiser avant qu’Ottilie ne parte pour rentrer à la maison par le lac. Bouleversée par cette rencontre, au moment de monter dans la barque elle laisse tomber le livre qu’elle lisait et l’enfant, qui meurt.

La traduction des temps

  • 22 Henning Brinkmann, « Zur Sprache der Wahlverwandtschaften », in Festschrift für Jost Trier, Mannhe (...)
  • 23 Imelda Rohrbacher, Poetik der Zeit. Zum historischen Präsens in Goethes Die Wahlverwandtschaften, (...)

19Les Affinités électives, dont le premier verbe est au présent (« Eduard, so nennen wir einen reichen Baron im besten Mannesalter », mot à mot : « Édouard, nous nommons ainsi un riche baron dans la force de l’âge »), et plus particulièrement ce passage se caractérisent par un emploi original du présent et de l’alternance du prétérit et du présent. Dans un article de 1954, Henning Brinkmann ne voit pas dans ce procédé seulement une manière de rythmer le récit, de l’accélérer et le dramatiser en des phrases courtes et paratactiques22 ; selon Brinkmann, le présent fonctionne aussi et surtout comme un signal : tandis que le passé exprime la faculté du personnage à garder une distance, à être sujet de son destin, le présent modifie la perspective, plaçant le personnage – et avec lui le lecteur – face à ce qu’il ne peut comprendre ni dominer, face à cet élément « démoniaque » que Goethe explicite dans sa conversation avec Eckermann du 2 mars 1831 (« ce qui ne se résout ni par l’entendement ni par la raison »). Au chapitre ii, 13 en particulier, c’est surtout Édouard qui, dans la passion renouvelée lors des retrouvailles avec Ottilie, est décrit par des verbes au présent. Brinkmann analyse cela de manière très détaillée, soulignant ainsi que l’emploi des temps est signifiant, systématique et nullement artificiel dans son effet. Dans une thèse très récente toute consacrée à l’emploi du présent dans ce roman, Imelda Rohrbacher souligne quant à elle la modernité du procédé23.

  • 24 Käte Hamburger, Logique des genres littéraires, trad. fr. Pierre Cadiot, Paris, Seuil, 1986 (éd. a (...)
  • 25 Op. cit., p. 112-113.
  • 26 Op. cit., p. 114.

20Käte Hamburger, dans son grand ouvrage théorique Logik der Dichtung (1957/1968), se livre à une critique de Brinkmann. Selon Hamburger, l’un des caractères de la fiction est que l’emploi du passé, plutôt que de simplement renvoyer à une époque passée, signale la fiction. Il perd donc sa valeur strictement temporelle et l’emploi de temps différents n’est plus significatif : « nous ressentons le prétérit épique comme plus adéquat, esthétiquement plus efficace qu’un présent historique. […] Puisque le présent historique n’a pas dans la fiction de fonction véritable, ni temporelle ni fictionnalisante, il peut toujours être remplacé par le prétérit sans altération de l’expérience fictionnelle, ni même par telle ou telle particularité du vécu des personnages fictifs. Ainsi, dans la littérature fictionnelle allemande du xviiie et d’une bonne partie du xxe siècle, on observe périodiquement une tendance à faire alterner les deux temps, très souvent à l’intérieur d’une même phrase24. » Hamburger voit là une influence possible du français : « le présent historique correspondrait à l’imparfait [dem französischen Imparfait], le prétérit allemand [ein deutsches Imperfekt] au passé défini [ou passé simple], avec l’idée que, en gros, le premier conviendrait à des descriptions statiques, le second à des actions en procès », mais selon elle, il est impossible « d’ériger ce parallélisme en régularité systématique25 ». Hamburger critique donc Brinkmann qui « accorde un trop grand poids sémantique à l’alternance passé/présent ». Le développement de Hamburger vise à montrer que l’alternance des temps n’induit pas un « éclairage sémantique pour l’interprétation du contenu des œuvres » : « des modes d’écriture comme l’alternance de l’imparfait et du présent ont plus un effet perturbateur qu’une signification véritable26. » Pour Hamburger, ce caractère perturbateur est secondaire, il ne relève pas de la dimension esthétique et elle en fait peu de cas.

  • 27 Op. cit., p. 25.
  • 28 Cf. en particulier Harald Weinrich, Le Temps. Le récit et le commentaire, trad. fr. Michèle Lacost (...)

21Que cela signifie-t-il pour la traduction : est-ce à dire qu’il faille adapter au français en utilisant la correspondance des temps proposée par Hamburger (traduire les verbes au présent par l’imparfait et ceux au prétérit par le passé simple) ? Ou qu’il faille s’en tenir à une tradition de la stylistique française qui consiste à dire que le passage au présent accélère le rythme de l’action narrée et à distribuer les temps en conséquence dans la traduction ? En matière de traduction, il est embarrassant de s’en tenir à la position de Hamburger et d’ignorer cette particularité grammaticale dont Brinkmann puis Rohrbacher explorent la signification. En effet, pour trois raisons au moins, il semble hasardeux de traduire en suivant Hamburger : tout d’abord, le livre de Hamburger délaisse volontairement et explicitement ce niveau de l’œuvre littéraire : « la relation du langage à la littérature n’est pas comprise [ici] dans le sens esthétique trop étroit de langage “poétique”, d’“art des mots”, mais dans celui de langage créateur, autrement dit, par référence aux fonctions logiques qui l’orientent au moment où il engendre les formes de la littérature27 » ; ensuite, quand bien même l’alternance entre passé et présent n’aurait pas de signification esthétique profonde, elle n’en est pas moins dans la lettre du texte ; au traducteur de choisir s’il aplanit pour éviter de « perturber » le lecteur français par un épiphénomène, ou s’il garde la lettre en se gardant de brider le texte ; enfin, là où l’allemand dispose de deux temps (prétérit et présent), le traducteur en a au moins trois : présent, imparfait, passé simple, le français permettant des nuances avec l’imparfait et le passé simple qui déploient les prétérits de l’original28.

22Deux aspects peuvent donc être considérés dans l’observation des traductions : d’une part le respect ou non de l’alternance du passé et du présent ; d’autre part la traduction des prétérits par un ou deux temps passés. Cela vaut par exemple pour cette phrase « Nie habe er an ihrer Liebe gezweifelt, sie gewiß auch nie an der seinigen. Er bitte sie um ihre Einwilligung. Sie zauderte, er beschwur sie ; er wollte seine alten Rechte geltend machen und sie in seine Arme schließen, sie deutete auf das Kind hin. / Eduard erblickt es und staunt. » Ici, les verbes zweifeln et bitten au discours indirect libre peuvent (ou devraient) être traduits par des imparfaits, tandis qu’on a le choix entre passé simple et imparfait pour les trois suivants, cependant que hindeuten doit être traduit par un passé simple, la suite étant une action qui en découle immédiatement : « Jamais il n’avait douté de son amour, elle sans doute jamais du sien à lui. Il la priait de consentir. Elle hésita(it), il la conjura(it) ; il voulut/voulait faire valoir ses anciens droits et la serrer dans ses bras, elle désigna l’enfant. /Édouard le regarde et s’étonne. » (traduction mot à mot) La manière dont les traducteurs procèdent dans ce chapitre peut être présentée ainsi (voir tableau page suivante).

23Sans doute faudrait-il comparer encore d’autres passages. Deux points peuvent cependant être relevés : premièrement, lorsque les traducteurs s’éloignent de l’original, c’est pour retrouver certaines conventions stylistiques du français ; deuxièmement, plusieurs traductions rigoureuses et lisibles prouvent qu’il est possible de ne pas intervenir outre mesure sur l’emploi des temps. La répartition chronologique de ces traductions montre que l’histoire des retraductions n’est pas celle d’un progrès dans la littéralité : ainsi, la première traduction, contemporaine de l’original, n’hésite pas à reprendre l’alternance des temps, si surprenante soit-elle, tandis que la traduction publiée le plus récemment ne tient pas compte d’acquis de la recherche qui inciteraient à la littéralité.

Première traduction

Respect rigoureux de l’alternance présent/passé, à une exception près (« sie zauderte, er beschwur sie »), où la traduction ignore le brusque retour au passé.

Breton

Ne respecte pas toutes les alternances ; tendance à l’« harmonisation », le présent n’est utilisé que dans de brefs paragraphes.

Carlowitz

Ne respecte pas l’alternance. En réintroduit une à la fin, là où tout est au présent en allemand. Clôt le chapitre sur un passé (présent en allemand).

Selden

Utilise les deux temps, mais harmonise à l’intérieur des paragraphes (supprimant plusieurs alinéas). « Brode » le texte, avec commentaires, pensées d’Ottilie entre guillemets.

Porchat

Tout à fait rigoureux tant dans l’emploi des temps que les paragraphes. Usage de l’imparfait pour traduire le discours indirect.

Angelloz

Suit strictement le texte allemand ; use de l’alternance de deux passés en français pour donner le sentiment de l’allongement du temps (« elle hésitait, il la conjurait, elle lui montra »).

du Colombier

Suit le texte allemand mais avec un emploi conventionnel du passé simple (action unique) et de l’imparfait (description ; durée)

Pollet

L’édition ne comporte que deux notes du traducteur, l’une des deux (note 59, p. 363) dit : « Nous avons respecté, dans le passage qui suit, les alternances de temps : les brusques passages au présent marquent en effet la volonté, de la part de Goethe, d’accélérer le rythme du récit [ndt] ». Pourtant, le traducteur modifie d’une part les paragraphes sans ménagement, plaçant des espaces avant et après le dialogue là où Goethe ne fait qu’un paragraphe ; d’autre part il traduit parfois tout au présent là où l’allemand alterne ; cette cohérence permet de ne pas contrevenir à des conventions du « bon français », certes, mais va contre le texte original et dément les dires du traducteur.

Placial

Respect strict de la disposition des paragraphes et des temps ; passé simple privilégié là où un imparfait aurait aussi été possible.

La liberté et l’étoile de l’espérance

  • 29 Goethe Wörterbuch, Stuttgart, Kohlhammer, 2004, Band 4 (Geschäft-inhaftieren), colonne 1330.
  • 30 Jean-Marie Valentin, « La parabole, la métaphore et l’oxymore. Sur Les Affinités électives », dans (...)

24Parmi les acceptions du terme Hoffnung (espoir, espérance) que donne le Goethe-Wörterbuch, on peut relever celle-ci : « Dans une acception plus large, Hoffnung est conçu comme une valeur fondamentale de la vie humaine. Force appartenant à la vie même, elle porte au-delà du caractère limité de la situation concernée et devient une attitude intérieure orientée vers le possible, vers ce qui reste à atteindre et rend ainsi possible l’action », définition précédée de cette restriction : « Elle donne une vue positive des choses, d’un autre côté elle implique le danger de l’illusion lorsque manque le rapport à la réalité29. » Hoffnung est donc d’un terme ambigu ; comme l’écrit Jean-Marie Valentin à propos des Affinités électives : « alors que, des cinq Paroles originaires. Orphiques de 1817, les quatre premières, Daimon, Eros, Tychè, Ananké, peuvent aisément se retrouver à tous les endroits décisifs du roman, le cinquième de ces hieroi logoi, Elpis, ajoutée par Goethe, est placé sous le signe du soupçon et de la contradiction30. »

  • 31 En une remarque qui le conduira à la célèbre conclusion de l’essai : « C’est au nom de ceux qui so (...)
  • 32 Walter Benjamin, « Goethes Wahlverwandtschaften », op. cit., p. 199-200. Texte original : « Denn u (...)
  • 33 Stéphane Mosès, L’Ange de l’histoire, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1992, p. 111-1 (...)
  • 34 Voir Bernard Joly, « Les Affinités électives de Goethe : entre science et littérature », Methodos,(...)

25Dans le roman, l’espérance apparaît comme liée à l’étoile qui tombe par-dessus les têtes des deux amants, en deux phrases assez complexes : « Die Hoffnung fuhr wie ein Stern, der vom Himmel fällt, über ihre Häupter weg. Sie wähnten, sie glaubten einander anzugehören ; sie wechselten zum erstenmal entschiedene, freie Küsse und trennten sich gewaltsam und schmerzlich. » L’étoile tombe, mais l’espérance passe avant de disparaître, comme l’indiquent l’accusatif (ihre Häupter), la préposition über et la particule séparable weg. Dans la phrase suivante, les amants échangent leurs premiers et seuls baisers « libres » ; l’ensemble est profondément contradictoire, exprime les antagonismes entre la liberté humaine, la passion, les lois sociales et une destinée qui dépasse cela tout en laissant sa place à une utopie où amour, passion, nature et éthique se rejoindraient. Ces phrases sont donc centrales puisqu’elles concentrent à la fois le tragique du roman et la dimension de l’espérance. À la toute fin de son essai sur les Affinités électives, Walter Benjamin revient sur cette phrase clé31 et évoque un autre moment de la vie de Goethe : « Car c’est sous le symbole de l’étoile qu’était apparue jadis à Goethe l’espérance qu’il devait nourrir pour les amants. Cette phrase qui contient, pour parler avec Hölderlin, la césure de l’œuvre, et dans laquelle tout s’arrête à l’instant où les deux êtres enlacés scellent leur fin, est : “Die Hoffnung fuhr wie ein Stern, der vom Himmel fällt, über ihre Häupter weg.” Mais ils ne s’en rendent pas compte et il ne pourrait être dit plus clairement que l’espérance ultime n’est jamais espérance pour celui qui la nourrit, mais seulement pour ceux pour lesquels elle est nourrie. Apparaît là la raison intime de l’“attitude du narrateur”. Lui seul, dans le sentiment de l’espérance, peut accomplir le sens de l’action, exactement comme Dante prend en lui la désespérance des amants. Quand, après les mots de Francesca, il chute “comme chuterait un cadavre32 ”. » Selon Stéphane Mosès, qui commente dans L’Ange de l’histoire l’essai de Benjamin, « la métaphore des étoiles renvoie, semble-t-il, à l’idée d’un monde intelligible (peut-être d’inspiration kantienne), qui, à de très rares moments, se profilerait à l’arrière-plan d’un roman dominé, pour l’essentiel, par la croyance goethéenne en la toute-puissance de la nature. La présence des étoiles, signes lointains qui pointeraient vers l’existence d’une sphère éthique transcendant l’obscure fatalité des passions, serait alors la seule lumière d’espoir dans le monde tragique du roman33. » Le weg indique que les personnages ne s’aperçoivent peut-être pas de cette étoile qui passe et que, pourtant, en cet instant, d’autres lois, celles d’un bonheur paradisiaque, se manifestent fugacement. En cet instant, les chaînes du mariage sont superbement ignorées ; l’affinité naturelle l’emporte et les amants se décident pour elle par la liberté du baiser échangé34.

26Voyons maintenant, avant de revenir sur ces interprétations, ce que proposent les traducteurs successifs (voir tableau page suivante).

  • 35 Mais Breton semble avoir vraiment lu la première traduction au moment où luimême traduit et s’en i (...)

27On est frappé par la diversité des traductions35, qui, marquant celle des interprétations possibles, prouve la complexité du passage. J’en analyserai trois détails.

Wähnen et glauben

28Concernant les verbes « wähnen/glauben », soit l’on considère qu’il s’agit d’une redondance, soit l’on y discerne une gradation : le premier verbe renvoie à l’illusion chimérique de cet instant, illusion qui augmente pour devenir de l’ordre de la foi. Le premier traducteur et le dernier (Pollet) les réduisent à un seul verbe, « croire » qui, dès lors, ne dit que l’illusion dont se bercent les amants. Breton emploie le verbe croire, mais rétablit l’ambiguïté de la situation en ajoutant « dans un moment de délire », soulignant ainsi la fragilité de ce en quoi croient les deux amants ; Carlowitz ne traduit que par « se sentant unis » ; Selden évoque l’illusion dans la seconde phrase ; Porchat, Angelloz et du Colombier emploient successivement « rêver » et « croire », le premier au passé simple qui indique un passage d’un état à une autre, le rêve se changeant en certitude, tandis qu’Angelloz et du Colombier, avec l’imparfait, montrent la concomitance et la simultanéité des deux aspects. Placial souligne la contradiction en dissociant mieux encore le sens des deux verbes par l’emploi à l’imparfait de « s’imaginer » et « croire ».

Goethe

Die Hoffnung fuhr wie ein Stern, der vom Himmel fällt, über ihre Häupter weg. Sie wähnten, sie glaubten einander anzugehören ; sie wechselten zum erstenmal entschiedene, freie Küsse und trennten sich gewaltsam und schmerzlich.

Première traduction

L’espérance comme un astre qui tombe du ciel, sembla planer sur leurs têtes ; ils crurent dans cet instant appartenir l’un à l’autre ; ils échangèrent pour la première fois d’ardens baisers et s’arrachèrent l’un de l’autre la douleur dans le cœur. (t. 3, 170)

Breton

L’espérance sembla planer sur leur tête comme ces météores ardens qui traversent rapidement les airs. Ils crurent dans ce moment de délire appartenir l’un à l’autre ; ils échangèrent pour la première fois des baisers pleins de flamme, et se séparèrent avec une vive douleur. (t. 2, 114)

Carlowitz

L’espérance passa sur leurs têtes comme une étoile qui se détache du ciel pour éclairer la terre de plus près. Se sentant unis ils échangèrent pour la première fois, et sans contrainte, des baisers brûlants ; puis ils se séparèrent avec violence et douloureusement. (291-292)

Selden

En ce moment les deux amants ne doutaient plus ni du présent ni de l’avenir, et croyaient déjà s’appartenir. L’illusion dura deux secondes, le temps qu’il faut pour regarder filer une étoile. (295)

Porchat

L’espérance passa sur leurs têtes, comme une étoile tombée des cieux. Ils rêvèrent, ils crurent qu’ils s’appartenaient l’un à l’autre ; pour la première fois, ils échangèrent, avec abandon, des baisers de flamme, et se séparèrent avec contrainte et douleur (551)

Angelloz

L’espérance effleura leurs têtes, comme une étoile qui tombe du ciel. Ils rêvaient, ils croyaient qu’ils s’appartenaient l’un à l’autre ; pour la première fois ils échangèrent des baisers où s’exprimait leur volonté libre, puis ils se séparèrent avec violence et douleur. (219)

du Colombier

L’espérance passait sur leurs têtes, comme une étoile qui tombe du ciel. Ils rêvaient, ils croyaient s’appartenir l’un à l’autre ; ils échangeaient, pour la première fois, librement, de vrais baisers, et se séparèrent avec violence et douleur. (329)

Pollet

Un rayon d’espoir passa sur eux, comme une étoile tombe du ciel. Ils crurent qu’ils appartenaient l’un à l’autre ; ils échangèrent pour la première fois de vrais baisers passionnés, puis se firent violence pour se séparer, dans la douleur. (303)

Placial

L’espoir passa au-dessus de leurs têtes comme une étoile qui tombe du ciel. Ils s’imaginaient, ils croyaient s’appartenir l’un à l’autre ; ils échangeaient pour la première fois des baisers décidés, libres, et se séparèrent dans la violence et la douleur.

Hoffnung

29Quant aux traductions de la comparaison faite avec l’étoile (wie ein Stern), elles s’expliquent aussi selon l’importance accordée par le traducteur à ce passage et à l’interprétation qu’il en donne. Benjamin en particulier soulignait la fugacité de l’espérance et le fait que les deux amants ne la nourrissent peut-être pas eux-mêmes ; « über ihre Häupter weg », l’espérance passe mais ne s’arrête pas, elle est vite bien au-delà. Les deux premiers traducteurs, en utilisant le verbe « planer », suggèrent une halte de l’espérance qui bénit les amants avant de les abandonner ; Carlowitz en fait une lumière de l’au-delà qui éclaire le monde des hommes ; Selden perçoit le caractère illusoire, mais lui seul, et elle omet malencontreusement de traduire le mot Hoffnung. Pour ceux qui traduisent ce terme, on voit que Pollet choisit « espoir », amoindri en « rayon d’espoir », atténuant du même coup, malgré l’essai de Benjamin, la dimension utopique, religieuse et eschatologique du terme « espérance ». Enfin, Angelloz choisit « l’espérance effleura leurs têtes, comme une étoile qui tombe du ciel » ; en surtraduisant par l’indication d’un contact fugitif entre l’espérance et les têtes des amants, il souligne son interprétation du passage, qui va à l’encontre d’une lecture moralisante.

Entschiedene, freie Küsse

  • 36 Joseph-François Angelloz, « Introduction », dans W. Goethe, Les Affinités électives, op. cit., p.  (...)
  • 37 Joseph-François Angelloz, op. cit., p. 41.
  • 38 Joseph-François Angelloz, op. cit., p. 307-308.

30Mais ce sont peut-être les adjectifs qualifiant les baisers, « frei » et « entschieden », qui, malgré leur discrétion, et s’ils sont moins poétiques que la comparaison avec l’étoile, sont aussi les plus instructifs. Le premier traducteur, Breton, Carlowitz, Porchat, Pollet y lisent la passion débridée (« ardents, brûlants, pleins de flamme, passionnés ») ; Carlowitz et Porchat complètent en interprétant la « liberté » : la première donnant « sans contrainte », le second parlant d’« abandon ». Du Colombier souligne en transformant l’adjectif en un adverbe isolé entre virgules : « librement ». Mais c’est une nouvelle fois la traduction d’Angelloz qui frappe : ces baisers, littéralement « décidés, libres », deviennent « des baisers où s’exprimait leur volonté libre », solution intéressante à plusieurs titres quant à l’interprétation et au type de traduction ; cette traduction semble être une glose et, à ce titre, une fois encore, une surtraduction ou une adaptation ; un tel parti peut avoir plusieurs origines ne s’excluant pas forcément l’un l’autre : le premier est que le traducteur aura buté, comme tous les autres (qui remplacent « libre » par « vrai », ou doublent « vrai » par « passionné »), sur une traduction par « baisers libres » ou « libres baisers », sans doute moins par crainte de la littéralité que parce que cela peut ne pas paraître intelligible (or la traduction de Claire Placial montre qu’une traduction littérale des deux adjectifs est possible : économe, elle requiert du lecteur la même dose d’attention que l’original allemand). La proposition d’Angelloz est explicitation ; l’universitaire, très scrupuleux et généralement très proche du texte, s’appuie sur une interprétation de l’œuvre qu’il tient à faire percevoir dans le texte de la traduction ; ici, conscient que le passage est crucial et que l’opposition entre déterminisme et liberté est fondamentale dans la pensée de Goethe et a donné lieu, pour les Affinités, à des débats aux conclusions contradictoires, il prend ouvertement parti, surtraduit non par facilité, mais pour rendre cet instant unique et capital repérable par le lecteur : cette liberté, fût-elle tragique car irréalisable selon les lois de la société et de la morale de l’époque, est entrevue et choisie ; Ottilie ne cède pas par faiblesse aux ardeurs d’Édouard (ce qu’indique aussi le mot entschieden). Dans son introduction, Angelloz souligne cette interprétation complexe et ambivalente et refuse une lecture, alors dominante, du roman comme triomphe de la morale sur la passion (voir aussi supra les propos de Rossel) ; si Ottilie se sacrifie finalement et renonce « volontairement et librement36 », cela n’empêche pas que Goethe place la relation Édouard-Odile très haut : « Au-dessus de la loi, en effet, qui est valable pour notre existence terrestre, qui est une nécessité sociale mais reste imparfaite, Goethe proclame avec splendeur la sainteté d’une union qui réalise les intentions de la nature […]. Jamais il ne blâme l’amour d’Édouard et d’Odile et certainement il ne juge pas coupable le sentiment de sa chère héroïne37. » Angelloz prend le contre-pied d’une interprétation univoque et moralisante du roman pour souligner au contraire l’ambiguïté, et indique en note : « Ici se pose une question qui a fait l’objet de discussions nombreuses et passionnées : l’œuvre de Goethe est-elle un roman fataliste ? » et il renvoie à André-François Poncet (Étude sur les Affinités électives de Goethe, 1910) avant d’ajouter : « Odile est la proie d’un démonisme qui risquerait de la ruiner, si elle n’avait l’intuition d’une loi morale, dans laquelle se combinent l’impératif kantien et l’ordre chrétien ; elle vaincra le destin comme l’Iphigénie goethéenne, mais, moins heureuse que l’héroïne grecque, elle paiera sa victoire par la mort, en même temps qu’elle vaincra la mort38. » L’examen des termes verständig, fühlen, entscheiden, Besonnenheit, soulignerait ces antagonismes et le cheminement accompli en particulier par Ottilie.

  • 39 Antoine Berman, « La retraduction comme espace de traduction », art. cit., p. 5.
  • 40 Voir supra l’avis de Rossel, n. 6 et 7.

31Ce passage aurait pu donner lieu à plus de commentaires encore. Au-delà d’une critique des traductions et de considérations finalement stériles sur la traduction comme perte par rapport à l’original, j’ai proposé ici un exemple de ce que peut apporter la lecture des traductions : elle permet une histoire de ces traductions, tant factuelle que stylistique, en montrant qu’il n’y a pas toujours « défaillance originelle39 » ni correction d’une traduction sur une traduction antérieure ; elle contribue à une histoire de la réception de Goethe et de ce roman. Cette lecture relativise donc l’idée de progrès d’une traduction à l’autre ; une retraduction n’est pas forcément « meilleure » ni plus respectueuse du texte que celle qui la précède ; en revanche, on note une césure après les deux premières traductions : une fois que les jugements de valeur sur l’œuvre et les considérations sur les stéréotypes nationaux s’atténuent, les interventions massives sur la forme du roman disparaissent ; ainsi, dès la troisième traduction, la symétrie des deux livres de dix-huit chapitres est maintenue ; la distance et la canonisation aidant, on ne se permet plus de couper ni de réorganiser le livre ; ce premier constat étant fait, c’est cependant plutôt à partir de Porchat, donc de la seconde moitié du xixe siècle, que l’on constate une autre évolution des pratiques traductives pour ce roman : alors que Carlowitz adapte (paraphrasant, ajoutant, etc.), les traductions qui suivent gagnent généralement en littéralité et il n’est pas fortuit que la traduction de Camille Selden vienne remplacer celle d’Aloïse de Carlowitz40. Cette lecture des traductions successives contribue aussi à cette histoire en esquissant les profils des traducteurs, acteurs des transferts de l’Allemagne vers la France, dont les péritextes sont souvent riches. Enfin, la lecture des traductions, qu’elle soit comparative ou non, mais a fortiori lorsque l’on dispose de plusieurs traductions, révèle la force de la traduction comme lecture. Non seulement la traduction prouve, par le fait même qu’elle existe, que le texte lu et relu continue de vivre ; elle déploie aussi une compréhension du texte allant parfois au-delà de ce que permet la lecture monolingue ; nul doute que pour les grands textes, les textes clés de toutes littératures, la lecture parallèle des traductions dans une ou plusieurs langues, déjà pratiquée largement en littérature comparée, est un chemin herméneutique qui gagnera à être encore développé, dans l’enseignement comme dans la recherche.

Notes

1 Bernard Simeone, Écrire, traduire, en métamorphose. L’atelier infini, Lagrasse, Verdier, 2014, p. 55.

2 Antoine Berman, « La retraduction comme espace de traduction », dans Palimpsestes 4 (1990), p. 5 : « Si la défaillance, c’est-à-dire simultanément l’incapacité de traduire et la résistance au traduire, affecte tout acte de traduction, il y a néanmoins une temporalité de cet acte (temporalité aussi bien psychologique que culturelle et linguistique), qui fait que c’est en son début (dans la première traduction) que la défaillance est à son comble. La retraduction surgit de la nécessité non certes de supprimer, mais au moins de réduire la défaillance originelle. La traduction d’une œuvre est alors rentrée dans l’espace de la re-traduction. »

3 Parmi les travaux allant dans ce sens, on mentionnera notamment : Peter Utz, Anders gesagt – autrement dit – in other words. Übersetzt gelesen : Hoffmann, Fontane, Kafka, Musil, Munich, Hanser 2007.

4 Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995, p. 76 sqq.

5 Op. cit., p. 66 sqq.

6 Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires entre la France et l’Allemagne, Paris, Fischbacher, 1897, p. 125.

7 Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires…, op. cit., p. 126-127. On verra plus loin ce qu’il en est de ce caractère de « fidélité » attribué à la traduction de Selden.

8 Nous reprenons, sans ajouter à chaque fois sic !, l’orthographe de l’édition de 1810.

9 Voir HTLF xviie-xviiie siècles, p. 1181.

10 Breton écrit dans sa Préface qu’on peut se dispenser de lire ces « observations et maximes détachées » (xij) ; ce réagencement des pages du Journal d’Ottilie est donc dans la logique de son appréciation du roman. Dans les Remarques du traducteur à la fin du 2e tome, il note : « J’ai rassemblé en deux chapitres toutes les pensées d’Ottilie qui étaient disséminées en sept ou huit endroits de l’ouvrage, et qui coupaient désagréablement la narration. » (246) Pour cette citation et les suivantes, la pagination de l’édition utilisée est indiquée entre parenthèses après la citation.

11 Breton relève plusieurs fois dans sa Préface que la première traduction est mauvaise parce qu’elle est collective, trop vite faite et incohérente. Il le redit dans une note, ii, p. 180-181 : « J’ai dit, dans ma Préface, que la prétendue version littérale des Affinités électives est de plusieurs mains. Je n’ai pas besoin d’autre preuve que les passages où il est question de la pension d’Ottilie. Le mot gehulfe [pour Gehülfe, B. B.], qui signifie bien un collaborateur mâle, est souvent rendu, par exemple, dans cette phrase, par sous-maîtresse. Or, il est curieux de voir une sous-maîtresse s’enflammer d’amour pour Ottilie, et la demander en mariage. (Note du Traducteur). » (180-181) Carlowitz utilise aussi ce mot « sous-maîtresse ».

12 Comme l’indique le chapitre « Sciences et arts » d’HTLF xviie-xviiie siècles (p. 613), le terme « affinités » pour « Verwandtschaft » est encore récent et introduit par Guyton de Morveau dans son Encyclopédie méthodique (1782-1786). Breton, en choisissant le mot « sympathie », adopte une stratégie pour faire passer ce qu’il considère être difficile dans le roman de Goethe ; il traduit le chapitre i, 4 (celui qui explique la métaphore chimique et à l’intérieur duquel Breton utilise en revanche l’expression « affinités électives »), mais prie ses « aimables lectrices de se tenir pour averties, de sauter sans scrupule par-dessus les feuillets, et de reprendre le fil de l’histoire au Chapitre v, page 80 » (xj). Il estime aussi que le titre ne serait pas « intelligible pour la nombreuse classe de lecteurs qui s’occupent de romans » (Préface, x), (cf. HTLF xviie-xviiie siècles, p. 1166 et 1199).

13 Alexis Tautou, Histoire des (re-)traductions et des (re-)traducteurs de la poésie de Rainer Maria Rilke dans l’espace francophone, thèse, Tours, Université François-Rabelais, 2012, p. 377-384.

14 Johann Peter Eckermann, Gespräche mit Goethe in den letzten Jahren seines Lebens, hg. Heinz Schlaffer, in Goethe, Sämtliche Werke nach Epochen seines Schaffens. Münchner Ausgabe, hg. Karl Richter e. a., Band 19, München, Hanser, 1986, p. 572.

15 L’édition dans la Bibliothèque de la Pléiade n’indique pas si les notes sont de l’éditeur, Groethuysen, ou du traducteur. Mais à en croire la réédition en format de poche (Folio Classiques, 1980), les notes seraient également du traducteur.

16 Cf. « Introduction » de Philippe Forget à sa traduction Les Passions du jeune Werther, Paris, Imprimerie nationale, 1994, p. 31, et Christian Helmreich, « La traduction des Souffrances du jeune Werther en France (1776-1850). Contribution à une histoire des transferts franco-allemands », Revue germanique internationale, no 12, 1999.

17 Blog de la traductrice [https://languesdefeu.hypotheses.org/229 (consulté le 21/01/2016)]. Sont publiées en revanche les traductions des citations que donne Claire Placial dans son article « Figures d’Écho dans les Affinités électives de Goethe », Revue de Littérature comparée, no 321, 2007/1, p. 21-42.

18 Selden retraduit pour le même éditeur que Carlowitz, et si l’on en croit la liste des « Œuvres de Goethe » publiées chez Charpentier donnée en tête de volume, la traduction de Selden semble, vingt-huit ans après, venir remplacer celle de Carlowitz (dont Charpentier maintient toutefois à son catalogue la traduction des Mémoires).

19 Pour les choix dans les deux premières traductions des Affinités, voir HTLF xviie-xviiie siècles, p. 1184. Pour le nom du personnage de Mittler, il est parfois traduit (« M. Courtier », chez du Colombier, avec explication en note, p. 1362), ou expliqué en note (« Médiateur », chez Porchat, p. 350).

20 Ainsi « Kind und Buch », « enfant et livre » (« Das Ruder entfährt ihr nach der einen Seite und, wie sie sich erhalten will, Kind und Buch nach der andern, alles ins Wasser ») : Ottilie laisse tomber dans l’eau l’enfant et le livre, non pas l’un après l’autre comme le disent les premières traductions, mais de l’autre main que celle qui tenait la rame ; expression ramassée, sans articles, qui n’est jamais rendue aussi sèchement dans les neuf traductions consultées. Pour « alles ins Wasser », phrase elliptique du verbe et dont la rapidité serait presque triviale, les traducteurs élaguent, ou ajoutent un verbe ; Pollet se permet « tout tombe à l’eau », seul Porchat pratique l’élision du verbe, parvenant à l’effet le plus proche de l’allemand : « et tout dans l’eau ».

21 Ainsi dans les phrases suivantes : « Sie reißt ihren Busen auf und zeigt ihn zum erstenmal dem freien Himmel ; zum erstenmal drückt sie ein Lebendiges an ihre reine nackte Brust, ach ! und kein Lebendiges. Die kalten Glieder des unglücklichen Geschöpfs verkälten ihren Busen bis ins innerste Herz. Unendliche Tränen entquellen ihren Augen und erteilen der Oberfläche des Erstarrten einen Schein von Wärme und Leben. » L’enfant, première chair humaine que la jeune fille presse contre son sein dénudé est désigné par un adjectif substantivé neutre « ein Lebendiges » (« un vivant ») ; les deux premières traductions, Porchat, Angelloz et Placial proposent « un être vivant » ; Carlowitz et Selden modifient ou éludent ; Pollet personnifie (« quelqu’un ») tout en effaçant le mot « vie » ; seul du Colombier choisit la formulation concise et plus étrange (« un vivant »). Le corps sans vie est ensuite désigné par l’adjectif substantivé, au génitif « die Oberfläche des Erstarrten » (littéralement : la surface de la chose figée, de l’être figé), ce que la première traduction rend par « surface du corps de l’enfant », Carlowitz par « les membres raides et immobiles de l’enfant », Selden élude, Porchat donne « la surface du corps rigide », Angelloz « le petit cadavre », Pollet « au petit corps déjà raidi », Placial « surface de l’enfant glacé ».

22 Henning Brinkmann, « Zur Sprache der Wahlverwandtschaften », in Festschrift für Jost Trier, Mannheim, 1954, p. 254-276.

23 Imelda Rohrbacher, Poetik der Zeit. Zum historischen Präsens in Goethes Die Wahlverwandtschaften, Göttingen, V&R unipress, 2016.

24 Käte Hamburger, Logique des genres littéraires, trad. fr. Pierre Cadiot, Paris, Seuil, 1986 (éd. allemandes 1957 et 1968), p. 112.

25 Op. cit., p. 112-113.

26 Op. cit., p. 114.

27 Op. cit., p. 25.

28 Cf. en particulier Harald Weinrich, Le Temps. Le récit et le commentaire, trad. fr. Michèle Lacoste, Paris, Seuil, 1973 (1re éd. allemande 1964).

29 Goethe Wörterbuch, Stuttgart, Kohlhammer, 2004, Band 4 (Geschäft-inhaftieren), colonne 1330.

30 Jean-Marie Valentin, « La parabole, la métaphore et l’oxymore. Sur Les Affinités électives », dans Jean-Marie Valentin (dir.), Johann Wolfgang Goethe. L’un, l’Autre et le Tout, Paris, Klincksieck, 2000, p. 648-649.

31 En une remarque qui le conduira à la célèbre conclusion de l’essai : « C’est au nom de ceux qui sont sans espérance que nous est donnée l’espérance », Walter Benjamin, « Goethes Wahlverwandtschaften », in Walter Benjamin, Gesammelte Schriften. Band 1,1, hg. von Rolf Tiedemann, Hermann Schweppenhäuser, Frankfurt/M., Suhrkamp, 1991, S. 123-201, citation p. 200.

32 Walter Benjamin, « Goethes Wahlverwandtschaften », op. cit., p. 199-200. Texte original : « Denn unter dem Symbol des Sterns war einst Goethe die Hoffnung erschienen, die er für die Liebenden fassen mußte. Jener Satz, der, mit Hölderlin zu reden, die Cäsur des Werkes enthält und in dem, da die Umschlungenen ihr Ende besiegeln, alles inne hält, lautet : “Die Hoffnung fuhr wie ein Stern, der vom Himmel fällt, über, ihre Häupter weg.” Sie gewahren sie freilich nicht und nicht deutlicher konnte gesagt werden, daß die letzte Hoffnung niemals dem eine ist, der sie hegt, sondern jenen allein, für die sie gehegt wird. Damit tritt denn der innerste Grund für die “Haltung des Erzählers” zutage. Er allein ist’s, der im Gefühle der Hoffnung den Sinn des Geschehens erfüllen kann, ganz so wie Dante die Hoffnungslosigkeit der Liebenden in sich selber aufnimmt, Wenn er nach den Worten der Francesca da Rimini fällt “als fiele eine Leiche”. »

33 Stéphane Mosès, L’Ange de l’histoire, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1992, p. 111-112.

34 Voir Bernard Joly, « Les Affinités électives de Goethe : entre science et littérature », Methodos, no 6, 2006 [http://methodos.revues.org/482 (consulté le 19/01/2016)].

35 Mais Breton semble avoir vraiment lu la première traduction au moment où luimême traduit et s’en inspirer parfois.

36 Joseph-François Angelloz, « Introduction », dans W. Goethe, Les Affinités électives, op. cit., p. 39.

37 Joseph-François Angelloz, op. cit., p. 41.

38 Joseph-François Angelloz, op. cit., p. 307-308.

39 Antoine Berman, « La retraduction comme espace de traduction », art. cit., p. 5.

40 Voir supra l’avis de Rossel, n. 6 et 7.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search