Version classiqueVersion mobile

Vivre comme on lit

 | 
Florence Godeau
, 
Sylvie Humbert-Mougin

Partie III. Les livres et le livre du monde

Lecture et études littéraires dans un monde globalisé

L’exemple de l’Estonie contemporaine

Tanel Lepsoo

Texte intégral

1La domination de la langue anglaise à l’ère de la globalisation n’est ignorée de personne. Pour avoir une idée plus précise, faisons un état des lieux de l’Estonie – un pays d’Europe de l’Est devenu indépendant en 1991, après avoir passé 51 ans derrière le rideau de fer sous la domination soviétique. Les différences entre les pays sont sans doute importantes et il faut dégager les tendances avec beaucoup de précaution, néanmoins nous espérons que ce qui suit constitue une petite étude de cas représentative.

La langue et la communication

  • 1 Il est difficile d’estimer le nombre de personnes parlant l’anglais à l’époque soviétique puisque (...)
  • 2 7e position en 2015 et même 4e en 2013. Si la méthodologie utilisée pour ce classement (effectué s (...)
  • 3 Eurostat, 2011.

2D’après les données du recensement de la population en 20001 il y avait parmi les estonophones (67 % de la population globale) 68,2 % personnes qui affirmaient parler russe ; 35,2 % parlaient anglais, 16,6 % finnois et 14,9 % allemand. Parmi les russophones (30 % de la population globale) 44,5 % disaient parler estonien, 17,4 % anglais, 5,4 % allemand et 1,6 % finnois. En additionnant ces chiffres on constate qu’en 2000 la moitié de la population seulement parlait anglais, alors qu’aujourd’hui on peut compter l’Estonie parmi les meilleurs pays au monde pour la maîtrise de la langue anglaise2. En vingt-cinq ans un basculement important de l’orientation du russe vers l’anglais s’est effectué, ce qui explique en partie pourquoi l’Estonie se trouve dans une bonne position pour la connaissance des langues étrangères d’une façon générale. Aujourd’hui 26,3 % de la population parlent trois langues ou plus, ce qui place l’Estonie en 7e position dans l’Europe, loin derrière le Luxembourg (72 %) et la Finlande (49,2 %), mais à côté de la Suisse (32,9 %) et de la Suède (30,5 %) et devant le Danemark (24,7 %) et la Belgique (20,6 %3). Ce pourcentage est même le plus élevé parmi les jeunes (33,9 % dans la tranche d’âge 25-34 ans), ce qui montre que l’introduction rapide et massive de l’anglais n’a pas été suivie immédiatement par l’abandon d’autres langues. Mais pour combien de temps ?

  • 4 Les pourcentages ne sont pas cumulatifs puisque certains étudiants ont passé deux, voire trois exa (...)

3Il est difficile de faire des pronostics, mais regardons de plus près ce que représente la nouvelle génération. En 2015, parmi quatre langues proposées aux examens finaux au lycée, 98,2 % des bacheliers estoniens ont choisi l’anglais pour leur examen obligatoire de langue étrangère. S’il y a dix ans (donc à l’époque où les jeunes multilingues âgés de 25 à 34 ans mentionnés ci-dessus terminaient leurs études secondaires) l’allemand résistait encore (10,8 % des bacheliers avaient choisi l’allemand, 96,4 % l’anglais), aujourd’hui les trois autres langues sont reléguées loin derrière (le choix du russe ne concerne plus que 4 % des bacheliers, l’allemand 2,5 % et le français 1,4 %4).

  • 5 First European Survey on Language Competences (ESLC), 2012.

4L’anglais exerce aujourd’hui une pression évidente ; plutôt que de chercher à la quantifier, il est plus utile de tenter d’apprécier le niveau des apprenants. Ainsi est-il significatif que presque la moitié des inscrits (48 % en 2015) réussissent leur examen d’anglais de niveau B2 ou plus élevé ; 32 % n’obtiennent que le niveau B1, qui est tout de même considéré, rappelons-le, comme le niveau de l’« utilisateur indépendant ». D’après une étude menée auprès des collégiens en 20125, environ 40 % d’entre eux avaient déjà un niveau correspondant au B2, ce qui annonce sûrement des records au bac dans les années à venir.

  • 6 A. Tammemägi, M. Ehala, « Koolinoorte keelehoiakud 2011. aastal », in Keel ja Kirjandus, 4, 2012, (...)
  • 7 Art. cit., p. 246.

5On peut parallèlement constater les changements dans les attitudes linguistiques. Ainsi une étude réalisée en 2003 et répétée en 20116 nous montre que le nombre de jeunes qui attribuent à l’estonien une valeur instrumentale basse est passé en huit ans de 54 % à 63 %. Ce qui revient à dire qu’une grande majorité des jeunes aujourd’hui préférerait regarder un film en anglais sans sous-titres plutôt que payer un prix à peine plus élevé pour voir le film sous-titré en estonien. Les auteurs de cette étude attirent notre attention sur le fait que paradoxalement (ou non, si on y réfléchit bien) cette tendance est plus manifeste parmi les jeunes issus des familles plus éduquées et plus aisées, pour lesquels les facteurs matériels devraient avoir moins d’incidence7.

  • 8 Report on the Network and Policies of Estonian Universities, Research Institutions and Institution (...)

6Il n’est pas étonnant, dans ce contexte, que le rapport de Gunnar Okk commandé par le ministère de l’Éducation et de la Recherche, publié en août 2015, ait notamment proposé, entre autres, un enseignement dispensé entièrement et uniquement en anglais « dans toutes les disciplines des sciences exactes et naturelles universitaires à partir de Master » ainsi que dans tous les programmes doctoraux « où cela est possible et nécessaire8 ». Ce rapport certes n’a pas été sans susciter des critiques, notamment de la part des universitaires en sciences humaines et sociales, mais il n’est pas surprenant que l’idée selon laquelle l’usage de l’anglais serait inévitable dans la recherche et qu’il ne faudrait enseigner et apprendre que dans cette langue soit très répandue, aussi bien dans les universités que dans les ministères. Tout le monde sait que dans plusieurs domaines de la recherche l’anglais est la seule langue d’expression possible, et si nous regardons en quelle langue sont rédigés les manuels d’un étudiant en chimie ou en physique et en quelle langue son professeur publie ses articles (et donc réfléchit quotidiennement), on peut considérer que le rapport scandaleux d’Okk n’est pas si scandaleux, puisqu’il ne propose que de légitimer une situation qui existe dans de nombreux départements et depuis de nombreuses années.

  • 9 Andres Jõesaar, « Telekanalite vaadatavus enne ja pärast 28. septembrit », in Riigikogu toimetised(...)
  • 10 Eesti Statistika Kvartalikiri 3/15, p. 86-87.
  • 11 C’est l’année où les premiers ordinateurs ont été installés dans le lycée Kreutzwald de Võru.

7L’élévation du niveau de l’anglais et le nombre croissant des contacts avec cette langue ont donc créé une situation où l’anglais a perdu son statut de langue étrangère et est devenu (ou deviendra dans les années à venir) partie intégrante de la vie quotidienne des jeunes. Illustrons cela par un exemple concret. La loi estonienne sur la langue (§18) stipule implacablement que « toute œuvre audio-visuelle y compris émission ou publicité doit être accompagnée de la traduction en langue estonienne, adéquate par sa forme et par son contenu ». Il est donc par exemple impossible de diffuser une publicité d’une grande marque commerciale à la télévision uniquement en anglais. Or, il est évident que cette loi ne peut concerner que les chaînes de télévision et de radio estoniennes ou diffusées en Estonie par des distributeurs estoniens. Mais qui regarde ou écoute ces chaînes ? Si en 2003, 93,1 % des jeunes en Estonie regardaient encore la télévision au moins une fois par semaine, ils ne sont plus que 77,5 % à le faire en 20159. Reformulons : aujourd’hui 22,5 % des jeunes (contre 6,9 % il y a douze ans) ne regardent quasiment plus la télévision. Cette tendance est bien évidemment directement corrélée à l’usage croissant de l’internet qui de 2005 à 2014 est passé de 87 % à 100 % chez les jeunes de 16 à 24 ans, de 75 % à 99 % chez les jeunes de 25 à 34 ans, et de 70 % à 96 % dans la tranche d’âge des 35-44 ans10. Ce dernier groupe représente la « première vague internet » en Estonie car ce sont eux qui ont commencé à utiliser les premiers ordinateurs en classe à partir de 198611 et à envoyer les premiers courriers électroniques depuis 1990. La « deuxième vague » par contre est composée des jeunes d’aujourd’hui qui sont nés dans le monde des ordinateurs, des tablettes et des smartphones et qui en outre sont habitués à être constamment « connectés ». On comprend donc que nous n’avons pas seulement affaire à un tournant technologique important, mais que celui-ci, accompagné d’une forte augmentation des compétences dans cette lingua franca qu’est l’anglais, met nos jeunes d’aujourd’hui dans un monde manifestement différent de celui d’il y a plus de 25 ans, qui était caractérisé de plus par l’absence de la liberté de circulation et d’expression.

Entre deux mondes

8Apportons une précision importante : si on laisse de côté les grands changements résultant de l’ouverture des frontières, de l’économie de marché et du développement technologique, le monde actuel n’est pas si différent du monde dans lequel nous vivions il y a vingt-cinq ans, comme on cherche parfois à le présenter. La particularité du régime soviétique (au moins en Estonie) était le fait qu’il était ouvertement hypocrite. Personne (ou presque) n’a cru au taux de participation électorale de 99,9 % ou à la réalisation des plans du quinquennat en quatre ans. Tout le monde avait clairement conscience d’appartenir à une société de classes avec un partage inégal des biens, tout comme aujourd’hui, où il fallait faire une carrière politique pour accéder à ces biens. (Peu importe, par exemple, un système médical « officiellement » gratuit, si l’accessibilité varie en fonction du statut social du patient, par exemple de sa capacité à rendre service.) Il n’est pas étonnant qu’après la chute de l’Union soviétique la majorité des apparatchiks soviétiques ait parfaitement réussi dans le monde de la politique ou dans celui des affaires : ils possédaient tout le savoir-faire nécessaire dans les relations humaines. L’école, par exemple, n’a pas subi non plus de changements révolutionnaires. On a remplacé un certain nombre de livres (obligatoires) par d’autres (interdits auparavant) et on s’est mis à raconter ouvertement désormais ce que l’on racontait en secret auparavant. La libération et l’indépendance ont été avant tout ressenties par la plupart des gens en 1991 comme une sorte de dévoilement idéologique, c’est-à-dire la sortie d’un monde mensonger pour entrer dans celui de la vérité où l’on peut finalement appeler un chat un chat.

9Si on survole l’histoire récente de l’Estonie pour repérer les grands bouleversements socio-politiques qui ont eu lieu après l’indépendance en 1991 et dont on pourrait dire qu’ils ont profondément marqué la conscience des habitants, il est étonnant de voir qu’il y a très peu de choses à noter. L’entrée de l’Estonie dans l’OTAN et dans l’Union européenne en 2004 s’est effectuée sans grands débats et la journée mémorable de mai 2007 où une minorité russophone a ouvertement et violemment manifesté son opposition au gouvernement est restée un événement plutôt isolé. Contrairement à de nombreux pays où la récession économique de 2009 avait fait des ravages dans le paysage politique, rien ne s’est passé en Estonie, où un seul et même parti est au pouvoir depuis 2005 tandis que le plus grand parti d’opposition est exclu du gouvernement depuis 1995. Néanmoins, depuis 2014, les Estoniens ont le sentiment de vivre dans un monde différent, où s’est fait jour un véritable clivage dans la société, jusqu’alors imperceptible.

10Mais retournons un peu en arrière. Le 21 avril 2001 un groupe très hétérogène de 26 chercheurs en sciences sociales a présenté au Parlement une conférence intitulée « Deux Estonie » dans laquelle ils mettaient au jour le mécontentement grandissant de la population à l’égard des institutions, accusées de manquements de plus en plus flagrants à l’égard des pratiques démocratiques. L’usage de l’expression « une seconde Estonie » s’imposa rapidement, pour désigner les groupes sociaux sinon entièrement privés de pouvoir tout au moins fortement défavorisés.

11Il est difficile de dire si cette conférence a mis en évidence un fait avéré ou si elle a, au contraire, contribué à renforcer une polarisation naissante ; il est certain en tout cas qu’elle n’a pas réussi à mettre un terme au processus : les années qui suivirent ont effectivement montré des oppositions de plus en plus marquées entre la ville et la campagne, entre les plus riches et les plus pauvres et entre les plus jeunes et les plus âgés. Comme ces tendances étaient observables dans toute l’Europe, on a vite oublié l’avertissement de ces sociologues, dans l’enthousiasme de la forte croissance économique, de l’entrée de l’Estonie dans l’OTAN et dans l’Union européenne et du passage à l’euro. Mais tout a changé au début de l’année 2014, au moment où le Parlement a commencé à débattre de la loi sur le pacte civil de solidarité entre personnes du même sexe. Le clivage qui est apparu alors a créé un choc d’autant plus grand que les schémas d’interprétation reçus jusqu’alors (ville/campagne, jeunes/vieux, éduqués/non-éduqués) s’avéraient inopérants : la ligne de démarcation, cette fois-ci, a traversé la plupart des partis politiques, toutes les générations, les classes sociales et les familles. Les sociologues avaient eu raison, moins peut-être dans leurs explications que dans leur intuition : le temps des « deux Estonie » était arrivé.

12Il est impossible d’analyser d’une manière exhaustive cette confrontation sociologiquement complexe et récente, mais essayons tout de même de cerner un élément concret dans cette confusion des idées, des opinions et des intérêts. Une partie du conflit, semble-t-il, ne venait pas seulement de la bataille des opinions idéologiques et politiques relatives aux droits attribués aux homosexuels, mais du fait que, dans un camp comme dans l’autre, chacun était sidéré de voir à quel point les autres ne comprennent rien. Armés d’arguments qu’ils considéraient comme irréfutables, partisans et adversaires du projet de loi s’imaginaient qu’une fois leur argumentation développée, leurs opposants finiraient par ouvrir les yeux et se rallier, ou au moins se tairaient, définitivement vaincus. Bien évidemment, rien de tel ne se produisit. Nous pouvons donc supposer que derrière le conflit idéologique se cachait un conflit d’une autre nature, qui nous intéresse ici, et que nous pourrions appeler le conflit épistémique.

Le conflit épistémique

13Jacques Rancière dans son livre Le Maître ignorant fait le procès de ce qu’il appelle « le mot d’ordre des éclairés – comprendre » qui d’après lui « fait tout le mal » :

  • 12 Jacques Rancière, Le Maître ignorant, Paris, Fayard, 1987, p. 17-18.

C’est lui qui arrête le mouvement de la raison, détruit sa confiance en elle-même, la met hors de sa voie propre en brisant en deux le monde de l’intelligence, en instaurant la coupure de l’animal tâtonnant au petit monsieur instruit, du sens commun à la science. Dès lors qu’est prononcé le mot d’ordre de la dualité, tout perfectionnement dans la manière de faire comprendre, cette grande préoccupation des méthodistes et progressistes, est un progrès dans l’abrutissement.12

  • 13 Jacques Rancière, Le Maître ignorant, op. cit., p. 17.
  • 14 Op. cit., p. 18.

14Derrière un projet supposé honnête et altruiste peut donc apparaître l’abrutisseur qui n’est pas pour Rancière un « vieux maître obtus » mais qui « [a]u contraire, est d’autant plus efficace qu’il est savant, éclairé et de bonne foi13. » Si le conflit que nous évoquons a été aussi virulent, c’est aussi parce que des deux côtés, chacun s’est accaparé le rôle du Maître et a refusé le rôle du « petit expliqué » qui « lui, investira son intelligence dans ce travail du deuil : comprendre qu’il ne comprend pas si on ne lui explique pas14. »

  • 15 Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé, Paris, La Fabrique Éditions, 2008, p. 66.
  • 16 Op. cit., p. 75.

15Tout ceci peut s’expliquer par le passage imperceptible d’une société caractérisée par ce que Rancière appelle par ailleurs le dissensus – « qui n’est pas le conflit des idées ou de sentiments » mais « le conflit de plusieurs régimes de sensorialité15 » – à une autre société, celle du consensus, où règne « l’accord entre sens et sens c’est-à-dire entre un mode de présentation sensible et un régime d’interprétation de ses données16 ». À l’époque soviétique, il n’y avait aucun problème pour repérer l’adversaire et savoir dans quel contexte telle plaisanterie était tolérée, ou pas. La distinction entre la sphère publique et la sphère privée, entre les histoires héroïques d’un certain jeune Vladimir Oulianov qu’il fallait apprendre à réciter à l’école et les récits de déportation de la grand-mère en Sibérie qu’on racontait en famille. Plus le régime politique était oppressant, moins on questionnait le conteur sur la véracité de ses histoires. Cela n’avait aucune importance de savoir s’il était absolument vrai que le grand-oncle s’était fait « buter par les Russes pour rien » ou s’il y avait eu une raison quelconque pour qu’il subisse ce sévice ; aucune importance de savoir si les SS qui étaient entrés en 1941 à la maison avaient vraiment « discuté toute la soirée de musique avec le grand-père », puisque ce n’était pas eux qui avaient fusillé le grand-oncle. Les morts dans la guerre ne sont pas coupables et la guerre dans le monde imaginaire a bel et bien continué après 1945 pour ne prendre fin qu’en 1991. La fonction des histoires qu’on a racontées et écoutées n’a pas été d’expliquer l’Histoire, elle a été – pour continuer avec Rancière – un partage du sensible. C’était une tradition orale et cachée qui s’opposait au mensonge écrit et public, et cette tradition n’avait pas grand-chose à voir avec la vérité scientifique ; elle devenait une sorte de vérité sensible, celle du cœur, dont la fonction fut de réunir le peuple et la nation pour la survie.

16Une vingtaine d’années plus tard, sortis de ce monde orwellien de double-langage, nous n’avons plus tellement conscience de ces multiples régimes d’interprétation du monde. Les médias – en partie pour assurer leur propre crédibilité – essayent tous les jours de nous convaincre que nous vivons désormais dans un monde démocratique et libre où le mur de Berlin n’existe plus, où les archives sont ouvertes et le protocole secret du pacte Molotov-Ribbentrop rendu public. Le monde se présente non pas idéologiquement doublé mais scientifiquement uniforme, fondé sur la recherche, sur l’expertise et sur le consensus.

  • 17 Jacques Rancière, Le Maître ignorant, op. cit., p. 142.

17Voilà pourquoi le débat évoqué plus haut est devenu rhétorique, au sens que Rancière donne à ce mot : « La rhétorique, on l’a dit, a pour principe la guerre. On n’y cherche pas la compréhension, seulement l’anéantissement de la volonté adverse. La rhétorique est une parole en révolte contre la condition poétique de l’être parlant. Elle parle pour faire taire17. »

18Reformulons le paradoxe. La société soviétique en Estonie dans les années 1970 et 1980, influencée par la stagnation brejnévienne, a été relativement stable, non seulement à cause d’une oppression omniprésente, mais aussi en raison d’une répartition consciente du monde sensible. Chaque sujet, dans chaque couche sociale, savait parfaitement dans quelle mesure, où et quand il pouvait ou ne pouvait pas s’exprimer. Le véritable conflit éclate au moment où chacun a le droit de revendiquer sa liberté de parole et où l’on comprend à quel point les sources d’information, les arsenaux rhétoriques (recours à la démagogie, à l’abstraction, à la force des métaphores) et l’usage des données scientifiques peuvent varier. Après le débat virulent sur les droits des homosexuels s’est produite exactement la même chose avec la crise européenne de l’immigration, et d’autres débats sur d’autres questions suivront sans aucun doute. Leur point commun est une forte agressivité car les participants se sentent profondément trahis et humiliés par les autres.

19Soyons précis : l’agressivité rhétorique à l’encontre des refugiés et des homosexuels, les xéno-et homophobies de toutes sortes ne sont pas l’apanage des Estoniens, et l’on constate la montée de l’extrême droite partout dans le monde. Ainsi l’exemple du conflit sur le PACS estonien (et les autres) a souvent été interprété soit comme le résultat des changements survenus partout, soit comme un conflit de générations. Il est évident que si les uns ont appris à l’école que l’homosexualité est une perversion est punie par la loi, et les autres que c’est une orientation sexuelle parmi d’autres, le désaccord éclate vite. Mais invoquer seulement des différences d’éducation (religieuse, politique, etc.), c’est ignorer un élément déterminant selon nous.

Le nouveau monde

20Il ne faut pas négliger le fait que nous ne sommes plus au temps où nous pouvions contrôler la transmission du savoir. Certes, une grande partie de l’éducation de nos jeunes se fait d’après les programmes vérifiés et approuvés par le ministère. Mais même si la part du temps qu’un jeune passe sous le contrôle de l’État et de sa famille est encore remarquablement importante, elle est en décroissance constante. Il y a une trentaine d’années, un adolescent avait deux possibilités en rentrant de l’école : jouer avec ses camarades dans la cour ou prendre un livre dans la bibliothèque de ses parents (il n’y avait rien à la télé de toute façon). Aujourd’hui il surfe sur internet.

21L’accès à l’internet, par contre, ne représente aucunement l’accès à l’information comme on le dit parfois, mais l’accès à un monde sensible. L’internet n’est pas une encyclopédie mais un univers vivant dans lequel nous entrons par des portes et des portails, où les chemins plus ou moins balisés nous mènent à des endroits connus ou inconnus. Mais internet n’est pas tout ni partout. Comme dans notre vie réelle, nous voyageons dans le monde virtuel surtout aux endroits qui nous sont déjà familiers et auxquels nous nous identifions. La seule et véritable grande différence provoquée par internet, c’est que deux personnes vivant sous le même toit dans le monde réel peuvent vivre chacune dans un univers complètement différent dans le monde virtuel. Et comme ce monde virtuel a un impact sur le réel, il peut faire émerger violemment les différences.

22De ce fait, on comprend mieux pourquoi, pour la première fois depuis des dizaines d’années, les clivages ne passent plus par les catégories sociales facilement identifiables (par âge, éducation, revenu, profession et lieu de travail ou autre) mais peuvent opposer des individus qui sont statistiquement très proches. Le problème est que ces statistiques elles-mêmes sont établies d’après des représentations relativement anciennes de la société, définie principalement par l’espace physique ; il y a certes une grande différence entre ce que l’on raconte au comptoir d’un bar de village et dans un café chic de la capitale, mais aujourd’hui, dans le monde virtuel, il suffit d’un seul clic pour passer d’une bibliothèque savante à un forum vulgaire. Ainsi, si l’on veut comprendre tel ou tel phénomène, il faut étudier non seulement les classes sociales réelles, mais aussi les classes virtuelles qui se créent en relation avec elles ou indépendamment d’elles.

23De cette longue évocation de la jeune génération d’aujourd’hui, voici ce qu’il ressort : un jeune Estonien qui parle parfaitement l’anglais et qui passe beaucoup de temps sur internet vit dans un monde que nous ne pouvons pas contrôler, que personne – y compris l’État – ne peut contrôler (à l’exception des comportements clairement illégaux, tels la pédophilie ou le terrorisme, mais ce n’est pas ce que nous entendons ici par le contrôle de l’État, bien évidemment). Dans vingt ans cette génération occupera les postes clés de la société.

24Or, ce monde dans lequel les jeunes passent une grande partie de leur existence ne nous est pas complètement inconnu. Nous avons vécu, il n’y a pas si longtemps, quelques centaines d’années à peine, dans un monde où les pères de famille voyaient d’un très mauvais œil leur progéniture, leurs filles surtout, s’adonner à la lecture dans leurs chambres, hors du regard paternel protecteur. L’imagination, qui au théâtre, bizarrement, ne présentait pour eux aucun danger, comme si l’on pouvait contrôler les pensées d’une personne dans l’espace public, paraissait très dangereuse dans la sphère privée. Si aujourd’hui personne ne se soucie plus (au moins dans la société occidentale) des effets moraux de la lecture de Madame Bovary ou des Fleurs du mal, c’est parce que la lecture se fait dans le cadre des programmes scolaires, sous le regard attentif d’enseignants qualifiés, et on s’en soucie d’autant moins que le livre aujourd’hui a du mal à combattre l’image des séries télé et des jeux vidéo. Mais enseigner la littérature, contrairement à ce que certains semblent croire, ce n’est pas enseigner la façon dont il faut comprendre un texte et en parler. Dans la pédagogie actuelle on tente de former les enseignants pour qu’ils ne soient pas des « abrutisseurs » cherchant à faire comprendre aux élèves la vérité du monde, mais pour qu’ils apprennent à réfléchir, et ce procédé est tout autre. Quelqu’un qui, face à un roman ou une pièce de théâtre possède des outils d’analyse critique, qui est capable de comprendre la différence entre le monde réel et fictionnel et surtout comment l’un est relié à l’autre, qui peut dégager le sens d’un texte non défini au préalable, qui comprend qu’il est possible qu’un sens n’abolisse pas automatiquement un autre, et que – merveille véritable – on peut donner deux interprétations différentes d’un texte qui soient toutes les deux parfaitement valides, sera capable également de s’orienter dans ce monde de la réalité et de la virtualité qu’est l’internet. Dans un environnement de moins en moins sûr et de moins en moins contrôlable, le rôle des sciences sociales et humaines aujourd’hui est de préparer les sujets à faire face à l’inconnu sans en avoir peur. Ici, paradoxalement, le livre et la lecture – la poésie et la fiction – devront être en première ligne des enseignements, car ce sont des outils formidables pour préparer nos jeunes à se débrouiller dans le monde virtuel où ils navigueront de toute façon. Ce n’est pas en ajoutant des interdictions et des surveillances là où la surveillance est du reste bien difficile à établir, mais en introduisant davantage de matières culturelles et littéraires que nous arriverons à faire face à des schémas de pensée stéréotypés, à des amalgames et à des simplifications, à une compréhension unidimensionnelle, utilitariste, qui représente le véritable danger dans ce monde dynamique, ludique et globalisé des tweets et des Pokémons. L’homme est et reste un être profondément poétique et si nous l’ignorons, nous n’arrivons jamais à comprendre le monde qui l’entoure.

Notes

1 Il est difficile d’estimer le nombre de personnes parlant l’anglais à l’époque soviétique puisque les recensements ne s’intéressaient qu’aux langues parlées en Union soviétique. Cf. Le Rapport du ministère de l’Éducation et de la Recherche sur la politique linguistique, 2008, p. 17-19 [http://ekn.hm.ee/system/files/Keelehariduspoliitika+%C3%BClevaade.pdf]

2 7e position en 2015 et même 4e en 2013. Si la méthodologie utilisée pour ce classement (effectué sur internet) peut être soumise à une certaine critique, la position de l’Estonie parmi les pays les plus anglophiles et anglophones ne fait aucun doute. Cf. English Proficiency Index 2015 [http://www.ef.com/epi/about-epi/executive-summary/].

3 Eurostat, 2011.

4 Les pourcentages ne sont pas cumulatifs puisque certains étudiants ont passé deux, voire trois examens en langue.

5 First European Survey on Language Competences (ESLC), 2012.

6 A. Tammemägi, M. Ehala, « Koolinoorte keelehoiakud 2011. aastal », in Keel ja Kirjandus, 4, 2012, p. 241-260.

7 Art. cit., p. 246.

8 Report on the Network and Policies of Estonian Universities, Research Institutions and Institutions of Professional Higher Education, 2015.

9 Andres Jõesaar, « Telekanalite vaadatavus enne ja pärast 28. septembrit », in Riigikogu toimetised 32/2015.

10 Eesti Statistika Kvartalikiri 3/15, p. 86-87.

11 C’est l’année où les premiers ordinateurs ont été installés dans le lycée Kreutzwald de Võru.

12 Jacques Rancière, Le Maître ignorant, Paris, Fayard, 1987, p. 17-18.

13 Jacques Rancière, Le Maître ignorant, op. cit., p. 17.

14 Op. cit., p. 18.

15 Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé, Paris, La Fabrique Éditions, 2008, p. 66.

16 Op. cit., p. 75.

17 Jacques Rancière, Le Maître ignorant, op. cit., p. 142.

Auteur

Professeur de littérature françaises, Université de Tartu

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search