Version classiqueVersion mobile

Vivre comme on lit

 | 
Florence Godeau
, 
Sylvie Humbert-Mougin

In memoriam. Philippe Chardin ou le bonheur du comparatisme

Sylvie Humbert-Mougin

Texte intégral

1La nouvelle de la brutale et tragique disparition de Philippe Chardin est survenue alors que nous mettions la dernière main à ce recueil de mélanges et que toutes les contributions en étaient déjà rassemblées. Nous avons choisi de conserver à l’identique le contenu et l’organisation du livre, qui aurait dû être remis à Philippe Chardin à l’occasion de son départ en retraite et de son éméritat, à l’automne 2017. Les contributeurs, collègues, amis et anciens étudiants de Philippe Chardin, se faisaient une fête de ce moment d’honneur et d’amitié. Cet horizon s’est brusquement évanoui au début du mois de janvier 2017. La nature même du volume, privé désormais de son récipiendaire et de son premier lecteur, a irréversiblement changé : nous publions aujourd’hui cet hommage à la mémoire de l’exceptionnel professeur et chercheur que fut Philippe Chardin.

2Depuis son premier poste d’assistant à l’université de Poitiers, où il fut nommé dès sa sortie de l’École normale supérieure en 1972, jusqu’à ses fonctions de professeur, exercées d’abord à Reims, puis, à partir de 1998, à l’université François-Rabelais de Tours, Philippe Chardin aura exercé à l’Université pendant pas moins de quarante-cinq ans. Quarante-cinq années pendant lesquelles il aura porté haut les couleurs de la littérature comparée et plus largement des études littéraires, par son intense activité de chercheur, son implication sans faille au sein des instances, son rayonnement personnel international, mais aussi son engagement actif d’enseignant. Car s’il avait souhaité prolonger ses fonctions autant que possible, alors même qu’il était parvenu depuis quelques années déjà au sommet du cursus honorum (le CNU l’avait promu au dernier échelon de la classe exceptionnelle en 2012,) c’est bien parce que son plaisir de transmettre était inentamé. Professeur attentif et bienveillant, à l’écoute constante de son auditoire, il savait susciter le dialogue avec ses étudiants qui lui en étaient reconnaissants, comme en témoignent plusieurs contributions rassemblées ici. Il aura su aussi communiquer son enthousiasme et sa confiance passionnée dans les pouvoirs de la littérature à un public plus large, notamment lors de ses fréquents passages à la radio sur les ondes de France culture, dont il fut un invité régulier.

  • 1 Philippe Chardin (dir.), Originalités proustiennes, actes du colloque international de Tours (mars (...)
  • 2 Philippe Chardin, « La réception créatrice en littérature comparée (autour de l’œuvre de Marcel Pro (...)

3L’énergie de Philippe Chardin professeur se ressourçait en permanence à son amour des grands textes, à commencer par À la recherche du temps perdu dont l’étude accompagna toute sa carrière, depuis son tout premier travail personnel de recherche – son mémoire de maîtrise, intitulé « Proust et Dostoïevski », publié dans la Revue des Lettres romanes en 1971 – jusqu’à l’essai qu’il projetait de consacrer aux sexualités proustiennes et dont il avait pu donner un premier aperçu lors de sa participation au Congrès de l’AILC en juillet 2016. Avec une vingtaine d’articles, une monographie (Proust et le bonheur du petit personnage qui compare, Paris, Honoré Champion, 2006), plusieurs numéros de revues et collectifs (notamment Originalités proustiennes, Proust écrivain de la Première Guerre mondiale, Cent ans de jalousie proustienne1), sans compter les nombreuses interventions présentées au séminaire « Proust » de l’ITEM qu’il co-dirigeait avec Nathalie Mauriac Dyer depuis 2006, la bibliographie « proustienne » de Philippe Chardin est considérable par son ampleur comme par sa portée : confrontant l’œuvre de Proust à celles de ses prédécesseurs (Dostoïevski, Flaubert, Tolstoï notamment) ou de ses contemporains (Svevo, James, Musil), ces travaux ont apporté une contribution déterminante aux études proustiennes et ont à leur tour stimulé ou conforté tout un pan de la recherche comparatiste. Philippe Chardin avait eu l’occasion de se demander par plaisanterie, dans un pastiche de ces fameux moments de révélation qui scandent À la recherche du temps perdu, « si l’on n’aurait pas enfin découvert cette définition décisive de la littérature comparée que l’on attendait depuis longtemps et s’il ne s’agirait pas là au fond tout bonnement de la discipline qui compare Proust à tel ou tel autre écrivain2 !… ». L’hypothèse ne manquait pas d’auto-ironie ; Philippe Chardin pointait là en tout cas avec justesse une inflexion de la discipline bien repérable dans les années 1990-2000, à laquelle ses travaux personnels ont largement contribué.

4L’importance de ces essais sur Proust ne doit pas cependant occulter l’amplitude du champ de recherches de Philippe Chardin, qui recouvre en réalité à peu près toute la littérature européenne en prose, de la seconde moitié du xixe siècle jusqu’aux auteurs contemporains, avec une prédilection marquée pour Dostoïevski, Flaubert, Maupassant, Tchékhov, Musil, Kafka, Schnitzler, Svevo, Thomas Bernhard, Joyce, James, Nabokov, Tolstoï, Thomas Mann, plus récemment Colette, Quignard et Houellebecq, et une attention particulière accordée aux genres de la nouvelle, du roman de formation, de l’autobiographie. On trouvera à la fin de ce volume la liste récapitulative de ces travaux, qui met en évidence l’étendue du champ défriché, la cohérence des approches autant que la multiplicité des points de vue : la littérature intéresse Philippe Chardin aussi bien dans ses liens avec l’histoire, la politique, la société, la philosophie, l’histoire des idées et la psychanalyse, que pour ce qu’elle nous révèle sur l’être humain et ses affects – haine, amour, jalousie, « hainamoration », mélancolie et désespoir.

5Son sens de la synthèse et l’étendue de sa culture font de Philippe Chardin l’héritier des grands romanistes fondateurs de la littérature comparée, Paul Hazard, Erich Auerbach, Jean Starobinski. S’il aimait rappeler sa dette envers ses maîtres et ne manquait jamais une occasion de leur rendre hommage, il aura à son tour profondément marqué la discipline.

  • 3 Op. cit., p. 79.

6Tous ses ouvrages ont fait date ; tous, à l’exception, à ce jour, du dernier, ont d’ailleurs été réédités ; plusieurs ont été traduits. Il a en particulier tracé un chemin fécond dans les études de « réception créatrice », notion par laquelle il proposait d’entendre « non pas simplement toute activité de commentaire, dès lors que ce commentaire émane d’un critique qui a par ailleurs un statut d’écrivain, mais […] ce processus beaucoup plus mystérieux qui, dans certains cas, peut transformer, de manière diffuse, dans un “inconscient littéraire” d’écrivain, de la lecture en écriture3 ». Cette approche fut l’un des fils directeurs de ses ouvrages critiques et fédéra également les travaux et projets collectifs comparatistes qu’il anima à l’université de Tours au sein de l’équipe d’accueil « Histoire des représentations », devenue en 2012 « Interactions culturelles et discursives ».

7Mais la dimension la plus caractéristique de l’activité universitaire de Philippe Chardin reste sans doute la nécessité existentielle de son rapport aux livres et aux auteurs. Tous, collègues et étudiants, s’en souviendront : « Vivre comme on lit », cette formule de Musil qui lui était chère et qui s’est d’emblée imposée comme titre de ce recueil d’hommages, était sa manière d’être naturelle. « Ses » auteurs n’étaient pas que des objets d’étude, mais de véritables compagnons, avec lesquels il se trouvait en commerce intime, quotidien, profond. Nulle trace, dans son cas, de cette « fratrie problématique entre l’écrivain et son critique » qui fut le thème du riche congrès de la SFLGC organisé par ses soins en 2012, mais au contraire une osmose parfaite, qui suscita tout naturellement un désir d’écrire – car « la littérature comparée mène à tout, même à la littérature ! », selon le titre donné à une journée d’études de 2007 qui, à son initiative encore, réunit à Tours différents universitaires écrivains. C’est aussi à Philippe Chardin auteur que nous avons voulu rendre hommage, en lui consacrant la dernière section de ce volume.

8Sa passion pour les livres et le plaisir de la transmettre furent le ressort de son exceptionnelle puissance de travail et de sa vitalité. Le terme peut surprendre compte tenu des circonstances dramatiques de sa disparition et de sa propension non dissimulée à la mélancolie. Philippe Chardin aura certes consacré sa vie à l’analyse de la négativité et de « la machine à désespoir » qui travaille au plus profond chaque existence humaine ; en spécialiste de la « conscience malheureuse », il aura scruté sans relâche chez ses auteurs de prédilection les affres de la jalousie, l’obsession de la maladie, la hantise du déclin et les tourments du « méchant vieux temps » – autant de thèmes qui trouvaient en lui une résonance forte et intime. Mais à l’instar de ses grands maîtres, il avait aussi l’art de repérer, dans la vie comme dans les textes, le détail cocasse, la drôlerie de toute situation, fût-elle absurde, tragique ou désastreuse. Ceux qui l’ont connu étaient sensibles à cette part d’enfance et de juvénilité qu’il avait su conserver intacte ; ils gardent en mémoire son regard pétillant et ses larges éclats de rire.

  • 4 Philippe Chardin, Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare, Paris, Honoré Champion, 200 (...)
  • 5 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, édition établie par Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard (...)

9Avec des contributions centrées aussi bien sur les effets mortifères de la lecture que sur l’inépuisable plaisir procuré par les livres et leurs vertus salvatrices, cet ouvrage reflète la personnalité contrastée de Philippe Chardin ; se rejoignent ici, en somme, les « deux côtés » qui furent les deux grands pôles de son œuvre et de sa vie, « conscience malheureuse » et « bonheur de la comparaison ». Qu’il nous soit permis de retenir de préférence ce versant heureux et de rappeler pour conclure le titre de son essai Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare. Il y avait, bien sûr, quelque malice de la part de Philippe Chardin à promouvoir au rang de « saint patron des comparatistes4 » ce personnage un peu ridicule de La Recherche « qui, pareil à ceux qui ont un chapeau pointu chez Molière, ne s’aperçoit pas de toutes les catastrophes qui sont survenues autour de lui et, pourvu qu’il ait aperçu une partie commune entre deux œuvres, est heureux, raisonne et gesticule5 » ! Pour Philippe Chardin cependant, ce plaisir était bien loin de se réduire à celui du parallèle insolite, de la trouvaille ingénieuse ou de la spécialisation stérilement confinée ; c’était, tout au contraire, celui du lien organique entre la culture et la vie, c’était l’euphorie de l’intelligence et de la sensibilité liées. Philippe Chardin a éprouvé, sans aucun doute, ce bonheur de la comparaison ; il a su aussi le partager avec ceux, étudiants, collègues et amis qui ont travaillé avec lui. Ce volume est le témoignage en retour de notre profonde admiration et de notre sincère gratitude.

Notes

1 Philippe Chardin (dir.), Originalités proustiennes, actes du colloque international de Tours (mars 2009), Paris, Kimé, 2010 ; Philippe Chardin, Nathalie Mauriac Dyer (dir.), Proust écrivain de la Première Guerre mondiale, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2014 ; Erika Fülöp, Philippe Chardin (dir.), Cent ans de jalousie proustienne, actes du colloque d’Oxford (juin 2013), Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque proustienne », 2015.

2 Philippe Chardin, « La réception créatrice en littérature comparée (autour de l’œuvre de Marcel Proust) », dans Fin d’un millénaire. Rayonnement de la littérature comparée, textes réunis par Pascal Dethurens et Olivier-Henri Bonnerot, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 81.

3 Op. cit., p. 79.

4 Philippe Chardin, Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 7.

5 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, édition établie par Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, t. IV, Esquisse, p. 1102.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search