Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre VI. Conseils personnels

Des remerciements aux lettres de conseils dans la correspondance de Mme Riccoboni

Marianne Charrier-Vozel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse de 1807, Louis Philipon-la-Madelaine préconise d’être « extrêmement avare de conseils » car « on [les] redoute » : « même en paraissant les désirer, ils blessent presque toujours l’amour-propre qui en cherchant des avis, ne veut trouver que des approbations1 ». Louis Philipon-la-Madelaine recommande deux postures afin de ménager la susceptibilité du destinataire : « d’un côté la modestie de celui qui donne le conseil, de l’autre l’éloge de celui qui le reçoit2 » ; quant à René Milleran, dans le Nouveau Secrétaire de la cour, il juge que seuls « l’âge » et « l’expérience3 » fondent l’autorité du donneur de conseils, qui peut également exprimer son avis dans les lettres de persuasion, d’exhortation et de dissuasion.

Nous proposons ainsi d’étudier, à la lumière des manuels épistolaires, les lettres de conseils dans la correspondance échangée entre Mme Riccoboni, David Garrick et Robert Liston, de 1765 à 17834. Si la romancière à succès...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search