Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre VI. Conseils personnels

Ars precatoria, ars precaria dans la dernière lettre d’Ovide à Fabia (Pontiques, III, 1)

Déborah Roussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La situation d’Ovide, relégué sur décision de l’empereur Auguste aux confins de l’Empire romain, sur les bords de la mer Noire, peut sembler peu propice à la rédaction de lettres de conseil ou de direction. Et de fait, la plupart des lettres que l’on trouve dans les Tristes et les Pontiques sont plutôt des lettres de demandes ou de plaintes, appartenant, si l’on reprend les catégories du traité épistolaire du Pseudo-Libanios, au type de l’ἐρωτηματική ou de la σχετλιαστική1. Quelques lettres, toutefois, font exception et en particulier la première épître du livre III des Pontiques, remarquable parce qu’elle est à la fois la plus longue lettre du recueil – 166 vers – et la dernière adressée par Ovide à son épouse Fabia, en 13 apr. J.-C. Ovide, âgé de cinquante-six ans, est relégué à Tomes depuis plus de cinq ans. En plus d’une correspondance privée, en prose, à laquelle il fait allusion dans les Pontiques2, il a déjà adressé, depuis son départ pour Tomes, huit épîtres versifiées à son...

Auteur

Université François-Rabelais, Tours ICD EA 6297

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540