Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre V. Directives et prescriptions de spécialistes

Enseignement et prescription chez quelques épistoliers byzantins

Jean Schneider

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Occupé à traduire les lettres de Maxime Planude, qui écrit parfois à ses disciples, nous avons d’abord cherché là des lettres didactiques. Or Planude adresse à ses élèves des lettres amicales, qui expriment la douleur de l’absence (lettres 30, 39, 42, 691,) mais aucune de ces lettres ne se présente comme une leçon ou une prescription. Les répertoires de types épistolaires distinguent bien la lettre didactique (no 27 chez le Pseudo-Libanios2) de la lettre amicale. La lettre didactique pose divers problèmes. La forme épistolaire modifie-t-elle l’enseignement ou est-elle la simple mise par écrit, neutre, d’un enseignement oral3 ? Faut-il distinguer un enseignement théorique, qui informerait le destinataire sans lui enjoindre une conduite, d’une prescription qui ressemblerait à un ordre ? Nous nous sommes surtout demandé si une lettre peut être à la fois amicale d’une part, didactique et prescriptive d’autre part, si l’ἦθος de celui qui exprime son amitié est compatible avec celui d’un ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search