Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre IV. Éducation et édification religieuses

Les lettres 147 De uidendo Deo et 187 De praesentia Dei d’Augustin d’Hippone

Entre exposé doctrinal et direction de conscience

Pierre Descotes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les lettres 147 (De uidendo Deo) à Pauline1 et 187 (De praesentia Dei) à Dardanus2, qu’Augustin d’Hippone rédigea à quatre années d’écart, offrent un ensemble de points communs intéressants. Le lecteur est tout d’abord frappé par leur ampleur, mais également par le fait qu’un titre leur a été attribué par leur auteur, qui choisit de les recenser dans la section des Révisions consacrée aux libri, non dans celle qui aurait été dévolue aux epistulae s’il avait eu le temps de mener cette entreprise à son terme3. Ces deux lettres rejoignent ainsi un groupe de neuf que les spécialistes, embarrassés par leur ambivalence générique, appellent, faute de mieux, « lettres-traités ». L’objectif de cet article sera précisément de montrer qu’il s’agit avant tout d’authentiques lettres, qui ne manifestent pas seulement une volonté d’instruire un vaste public aux contours flous, mais surtout de diriger un correspondant individuel. Cela n’a rien d’une évidence. Dans la lettre à Pauline, Augustin trai...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search