Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre IV. Éducation et édification religieuses

L’écriture épistolaire et les modalités du conseil chez Grégoire de Nysse

Marlène Kanaan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si les écrits de Grégoire de Nysse, évêque du ive siècle de notre ère (335-394,) ont toujours été étudiés pour leur apport théologique, les qualités d’écrivain de leur auteur n’ont retenu l’attention que d’un cercle étroit de commentateurs1. Certes, les études théologiques sont primordiales, mais le champ des recherches littéraires chez les auteurs chrétiens de l’Antiquité tardive permet aussi des nouveautés. C’est donc dans cette perspective que s’inscrit cette étude sur les enjeux de l’écriture épistolaire et les modalités du conseil chez Grégoire de Nysse, à propos d’une lettre de son corpus2, la Lettre 23. En effet, cette lettre présente un grand intérêt sur le plan rhétorique, bien qu’elle concerne les pèlerinages de Jérusalem. Quant aux conceptions théologiques qu’elle véhicule à propos de cette pratique, la position de son auteur mérite que l’on s’y attarde un peu plus.

Rédigée à une époque où l’évêque de Nysse jouait un rôle important dans l’Église après le décès de son frère...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search