Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre IV. Éducation et édification religieuses

Grégoire de Nazianze, de la lettre à l’épître

Guillaume Bady

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le constat est surprenant : alors que, d’Horace à Paulin de Nole, le genre a été brillamment illustré par les Latins, Grégoire de Nazianze semble être le seul auteur grec de l’Antiquité dont on ait conservé des « épîtres » – au sens technique, ou générique, de poèmes épistolaires1. Ce Cappadocien né vers 330 et mort vers 390, qui de 379 à 381 a été archevêque de Constantinople et que depuis le concile de Chalcédoine on a surnommé le Théologien, a en effet laissé sous son nom sept pièces aisément reconnaissables en tant qu’épîtres2. Certes, les épîtres du Nazianzène n’ont pas de titre révélant une forme particulière3, mais quelle que soit l’apparente désaffection du genre chez les Grecs, de toute façon il n’y a pas de terme précis en grec ni en latin pour désigner l’épître. Du reste, il ne semble pas nécessaire d’imaginer un précédent qui aurait inspiré à Grégoire la composition d’épîtres : celle-ci est en cohérence avec sa propre pratique, sa propension à faire des vers et son souci...

Auteur

CNRS/Université de Lyon UMR 5189 HiSoMA – Sources Chrétiennes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search