Version classiqueVersion mobile

Conseiller, diriger par lettre

 | 
Élisabeth Gavoille
, 
François Guillaumont

Chapitre III. Sagesse et direction spirituelle

Marsile Ficin et la parénétique stoïcienne

Sébastien Galland

À Jean-Claude Margolin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Maître de l’Académie platonicienne dans la Florence médicéenne, Marsile Ficin est aussi l’artisan du renouveau de la pensée stoïcienne au xve siècle, et plus précisément de la parénétique qui vient supplanter les exposés théoriques de la scolastique médiévale. L’homme renaissant ne devenant homme qu’en agissant politiquement, le stoïcisme apparaît à Ficin comme la morale propice par ses vertus civiles à la communauté des hommes1. En s’humanisant, la philosophie retrouve l’un des aspects essentiels de l’Antiquité où les praecepta plus pratiques priment sur les decreta trop théoriques. Ficin n’emploie pas le terme grec « parénétique » et lui préfère la terminologie du stoïcisme latin, en particulier celle établie par Cicéron et Sénèque. Tout le vocabulaire de la prescription traverse les lettres de Ficin avec de nombreuses mentions de l’officium, des défenses de l’usus des vertus et des éloges de la rectitude qui découle du bon usage2. Si les préceptes de Ficin sont nourris de référen...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search